TYRIDATE

TRAGÉDIE

dédié À MONSEIGNEUR LE PRINCE

M. DC. XLIX

BOYER

À PARIS, Chez TOUSSAINCT QUINET, au Palais, dans la petite Salle, sous la montée des Aides.

Représenté pour la première fois en 1648 au Théâtre du Marais.

Version du texte du 10/12/2011 à 16:51:43.

À MONSEIGNEUR MONSEIGNEUR LE PRINCE.

MONSEIGNEUR,

Tyridate ayant dès sa naissance élevé son désir à la glorieuse ambition de plaire à votre Altesse : quelque favorable accueil qu'il ait reçu jusqu'ici, partout où il a paru, ne compte son succès que du jour de votre approbation. Vous la lui avez donnée, MONSEIGNEUR, assez hautement pour autoriser aujourd'hui la liberté qu'il prend de vous demander la permission de s'en vanter : heureux si quittant des habits avec lesquels il n'était pas mal paré, toutes les fois qu'il s'est montré au public, il peut porter vos livrées, et devoir dorénavant tout son bonheur à la protection d'un Prince à qui toute la France s'avoue redevable du sien. Que Tyridate s'applaudit dans cette pensée, MONSEIGNEUR, et qu'il estime sa fortune d'avoir pu deux heures de suite occuper l'attention d'un esprit qui n'a pas besoin d'un temps si long, pour résoudre de la perte de nos ennemis, et du salut de cet Empire, et l'occuper au retour de la plus glorieuse campagne qui fut jamais, qui nous rend toute la joie de vos victoires, et qui plus avantageusement que celle de Rocroi vous acquiert l'inestimable titre de démon tutélaire de la France ; je sais bien, MONSEIGNEUR, que pour en comprendre l'importance, et de ce que vous avez fait ensuite pour le service du Roi et le repos de l'État dans le coeur de ce royaume, il faut être plus éclairé et plus intelligent que moi ; comme aussi plus éloquent, et moins limité que je ne suis dans les bornes d'une lettre pour en parler dignement. Ce ne sont pas toutefois ces considérations qui m'arrêtent, puisque par le sang de ces mêmes ennemis, qui se promettaient d'être bientôt à nos portes, vous avez gravé votre gloire avec de caractères si visibles, qu'on s'en peut instruire de la bouche même des femmes et des enfants. C'est une de ces merveilles, MONSEIGNEUR, d'élever les imaginations, et de faire dire à tous ceux qui contemplent tant soit peu les prodiges de votre vie, des choses au-delà de leur portée naturelle ; ce miracle se fait maintenant en moi, et je sens une chaleur qui m'emporterait bien loin au-delà de mes forces, si je ne me souvenais que je parle de votre Altesse à elle-même dans une lettre destinée à lui demander l'honneur de sa protection pour Tyridate, et pour moi la glorieuse permission de me dire, MONSEIGNEUR, DE VOTRE ALTESSE, Le très humble, très obéissant et très fidèle serviteur,

BOYER.

AU LECTEUR.

Le sujet de cette pièce a paru si nouveau qu'on a cru qu'il était purement de mon invention, mais tu verras ici ce que l'Histoire m'a fourni.

Is (scilicet Ariarathes sicut Rex Cappadociae) filiam Antiochi, quem magnum vocant, Antiochidem nomine astutia excellentem in matrimonium accepit ; haec cum liberis careret duos marito inscio pueros supposuit, Ariarathem et Holophernem. Sed aliquando post natura semen receptante praeter spem duas filias peperit, unumque filium nomine Mithridatem, etc. Cet endroit est tiré de Diodore Sicilien Ex eclogis sine excerptis ex Bibliotheca libris qui desiderantur. (Ecloga 3. lib. 31.)

De ces deux enfants supposés je n'en ai pris qu'un, et des enfants légitimes je n'ai pris que Mithridate, dont j'ai changé le nom en celui de Tyridate, parce qu'étant obligé d'en faire mon Héros et donner son nom à ma pièce, je craignais qu'on la confondit avec une autre pièce qui porte le nom de Mithridate.

ACTEURS

ARIARATHE, roi de Cappadoce.

ARIARATHE, fils supposé du roi, et véritable fils d'Oronte.

ANTHIOCHIDE, reine de Cappadoce.

TYRIDATE, fils unique du roi.

BÉRÉNICE, princesse de Bythinie promise à Ariarathe.

EURIDICE, fille d'Oronte.

ORONTE, seigneur de Cappadoce.

ARSINOÉ, confidente de la Reine.

TROUPE DE SOLDATS.

La Scène est à Césarée dans le Palais Royal.

ACTE I

SCÈNE PREMIÈRE.
Tiridate, Anthiochide, Arsinoé.

TYRIDATE

Qu'attendez-vous, Madame, à quelle extrémité

Voulez-vous réserver ce secours tant vanté ?

Qui doit rompre le coup dont le ciel nous menace.

Vous voyez, nous touchons l'instant de ma disgrâce.

5   Cependant ce secours est encore douteux,

Peut-être imaginaire, et peut-être honteux.

Nous auriez-vous flattés d'un espoir si propice

Pour nous abandonner au bord du précipice,

Et nous laisser périr en des extrémités

10   Où pour vous obéir nous nous sommes jetés.

C'est par votre ordre exprès que j'aime Bérénice,

Si j'ai gagné son coeur c'est par votre artifice.

Cependant je la perds, on la presse, et demain

Le roi veut qu'à mon frère elle donne la main.

15   Demain de vos deux fils la fatale journée

Verra la mort de l'un, de l'autre l'hyménée :

Ariarathe heureux, et moi prêt de mourir

Vous imputer le coup qui me fera périr.

ANTHIOCHIDE

Ah ! Mon fils que ce coup serait insupportable.

20   Mais n'appréhendons point un sort si déplorable,

Le mal est encor loin, et pour un changement

Le temps...

TYRIDATE

Quel temps ? Demain :

ANTHIOCHIDE

Il suffit d'un moment.

Oui, malgré les efforts de la puissance unie

De notre Cappadoce et de la Bithynie,

25   De votre oncle son père et du roi mon époux,

Avant la fin du jour Bérénice est à vous.

TYRIDATE

Hélas ! Combien de fois avecque la princesse

Nous avez-vous flattés de la même promesse,

Sans que depuis six mois qu'elle est en cette Cour

30   Vous ayez rien tenté pour servir notre amour,

Pour vous laisser choisir ce moment favorable

Elle a sous des maux feints couvrant le véritable

Reculé cet hymen, et su depuis six mois

Abuser un amant, deux peuples et deux rois.

35   Mais en vain, puisque enfin malgré son artifice

On la presse, et demain il faut qu'elle obéisse.

ANTHIOCHIDE

Puis donc qu'on ne saurait plus longtemps reculer

Tyridate, il est temps d'agir, et de parler.

Je vous aime, et pour vous je suis si bonne mère

40   Qu'à peine je me sens l'être de votre frère,

Puisque malgré l'amour que je dois à tous deux

Vous avez toujours eu tous mes soins, tous mes voeux.

Je ne sais quel démon ou quelle autre puissance

Dans mon coeur entre vous met cette différence :

45   Mais soit démon ou dieu, soit injustice ou fureur,

Tyridate lui seul règne dedans mon coeur.

Peut-être que privé par la faveur de l'âge

De l'espoir de régner, c'est là votre partage,

Et par cette amitié le ciel reconnaissant,

50   Récompense le tort qu'il vous fit en naissant.

Mais moins par ces raisons que quand je considère

Quelle amitié le roi témoigne à votre frère,

Combien auprès de lui vous êtes maltraité,

Je crois que je vous dois cette inégalité.

55   Vous voyez que demain votre père lui donne

Par cet hymen le droit d'une double couronne,

Et le comblant des biens qu'il devrait partager,

Le traite seul en fils, et vous en étranger.

Élevé dedans Rome où vous serviez d'otage

60   Il vous voit sans tendresse ; et ce désavantage

Vous donne par l'effort d'une juste pitié

Comme au plus malheureux toute mon amitié.

TYRIDATE

Puisqu'à mon mauvais sort je dois cet avantage,

J'aimerai désormais le malheur qui m'outrage.

ANTHIOCHIDE

65   Cette amitié, mon fils, vous ayant destiné

À l'hymen dès longtemps promis à votre aîné,

Je vous fis inconnu passer en Bithynie,

Où l'amour déployant sa puissance infinie,

La princesse vous plût, vous lui plûtes, ainsi

70   Je pensais que déjà tout m'avait réussi :

Croyant que de l'amour l'orgueilleuse puissance

De vos jeunes esprits chasserait la prudence,

Et qu'ainsi je pourrais sourdement achever

L'hymen, qu'après, le temps eut contraint d'approuver ;

75   Mais la princesse fut à mes voeux trop contraire :

On la presse dès lors d'épouser votre frère,

Son père à ce dessein l'envoie en cette Cour

Où pendant les délais qu'a trouvés son amour,

Que n'ai-je point tenté pour rompre un hyménée,

80   Mortel pour moi, pour vous, pour cette infortunée,

J'ai fait tout ce que peut conseiller la pitié,

La crainte, le dépit, la haine, l'amitié :

Tout ce que dans le coeur d'une mère et marâtre

Peut inspirer, l'amour d'un fils qu'elle idolâtre,

85   (Quand elle voit ce fils sur le point de périr)

Contre ceux qu'elle abhorre et qui le font mourir.

Mais en vain, et si vous n'y travaillez vous-même

Nous ne saurions sortir de ce péril extrême ;

Sans vous je n'y puis rien.

TYRIDATE

Sans moi, Madame, ô dieux!

90   Qu'y puis-je ?

ANTHIOCHIDE

  Ce que peut un amant furieux,

Ce que peut un amant quand il voit qu'on s'apprête

D'enlever à ses yeux son bien et sa conquête,

Quand il voit son rival insolent, inhumain

Contraindre sa princesse un poignard à la main.

95   Dans ce piteux état vous voyez Bérénice,

Ce n'est pas un hymen c'est pour elle un supplice.

Secourez-moi, dit-elle, en vous tendant les bras.

Et vous dites, que puis-je ? Ah ! Vous ne l'aimez pas,

Si vous l'aimiez depuis que je vous encourage,

100   Jaloux de repousser l'outrage par l'outrage,

Vous auriez dans l'ardeur de prévenir ce mal

Enfoncé mille coups au sein de ce rival.

TYRIDATE

Hélas !

ANTHIOCHIDE

Est-ce l'amour qui l'emporte, ou qui cède?

Mourra-t-il ce rival ? C'est l'unique remède.

TYRIDATE

105   C'est l'unique remède?

ANTHIOCHIDE

  Y devant recourir,

Je l'ai souvent tenté sans vous le découvrir,

Mais sans effet, Oronte a par sa vigilance

Sauvé notre ennemi des traits de ma vengeance,

Ou peut-être le ciel de votre honneur jaloux

110   Pour vous le réserver l'a sauvé de mes coups.

Allez donc, et voyez contre qui je vous presse,

Contre un lâche qui veut contraindre la princesse,

Et qui sans nul respect pour vous, pour son amour,

Vous ravit Bérénice, un empire et le jour,

115   Car quand votre douleur vous laisserait la vie,

Un rival, un jaloux, l'aura bientôt ravie.

Prévenons ces malheurs ; va mon fils, va mon fils,

D'un si hardi dessein tu vois quel est le prix ;

Cours, et sans écouter que ce que veut ta flamme

120   Laisse-moi du succès le danger et le blâme.

Après ce grand succès ne crains rien, j'ai de quoi

Calmer en un moment la colère du roi.

TYRIDATE

Mais avez-vous de quoi calmer par vos adresses

De ce noir attentat les fureurs vengeresses.

125   Pour vous avoir prêté l'oreille, non le coeur

Déjà de ces bourreaux j'éprouve la rigueur.

Je frémis à l'objet de ce conseil horrible,

Moins que votre amitié, votre haine est terrible.

Vous haïssez mon frère, et m'aimez, quel des deux

130   Cette inégalité rend elle plus heureux,

Ou lui quand de son sang votre haine est avide,

Ou moi dont votre amour veut faire un parricide.

Reprenez un amour qui fait honte à mon rang,

Reprenez un amour qui veut souiller mon sang,

135   Changez le nom de mère en celui d'ennemie ;

Ayez soin de ma gloire et non pas de ma vie.

Hélas ! Quels sentiments avez-vous pour vos fils ?

C'est donc là cet hymen que vous m'aviez promis ?

Mais qu'au-delà des miens tes malheurs je déplore

140   Princesse...

ANTHIOCHIDE

L'aimez-vous ?

TYRIDATE

  Me pressez-vous encore?

Ô dieux !

ANTHIOCHIDE

Si vous saviez.

TYRIDATE

Je ne veux rien savoir.

ANTHIOCHIDE

Ariarathe.

TYRIDATE, l'interrompant.

Est frère, et je sais mon devoir.

SCÈNE II.
Anthiochide, Arsinoé.

ANTHIOCHIDE

Tu dois, Arsinoé, comme je suis traitée.

ARSINOÉ

Madame, à quel excès vous êtes-vous portée ?

145   L'armer contre son frère, ô dieux !

ANTHIOCHIDE

  Je ferais pis

Pour perdre son rival.

ARSINOÉ

Pour perdre votre fils

Considérez l'objet de cette étrange haine.

Que vous a fait ce fils ? Pardonnez grande reine,

Si lorsque ces transports semblent vous démentir

150   Je sors de mon respect pour vous en avertir.

Quoi ? Celle qu'on voyait avec idolâtrie

Digne sang des héros qu'adore la Syrie,

Femme d'un puissant roi, fille d'Antiochus,

Plus riche encor des noms qu'on donne à ses vertus,

155   Peut tomber aujourd'hui dans ce désordre extrême :

Arme un fils contre un fils.

ANTHIOCHIDE

Je suis toujours la même ;

Ces grands noms dont on a flatté mes vanités

Aujourd'hui seulement je les ai mérités.

Pour te désabuser et me rendre ma gloire

160   Apprends de mes malheurs la déplorable histoire,

Ils ne sont pour mon mal connus en ce moment

Que du perfide Oronte et de moi seulement.

S'il te souvient encor de la sanglante guerre

Dont le bithynien désola cette terre :

165   Tu n'as pas oublié sous quel prétexte vain

Il voulait lâchement ruiner son germain :

Nous voyant sans enfants, il disait que son frère

Destinait de longtemps cet empire à mon père :

Et semant ces soupçons sut si bien ménager

170   L'horreur qu'ont les États d'un monarque étranger

Qu'après quelques combats il trouva tout facile,

Abandonné, réduit à sa dernière ville,

Pour détromper son peuple, et se justifier

Le roi fut sur le point de me répudier ;

175   Et pressé par les siens, oubliant sa tendresse,

Il l'eût fait sans l'avis qu'il eut de ma grossesse.

Ce bruit fit tant d'effort sur tous qu'en peu de temps

Le roi fut en état de se remettre aux champs,

On combat, l'ennemi perd tout son avantage,

180   Son prétexte perdu lui-même il perd courage,

Cède insensiblement, se retire, on poursuit,

Partout où le roi va la victoire le suit,

Il regagne en six mois la Cappadoce entière,

Et va de l'ennemi délivrer la frontière ;

185   Là Mithridate enflé par de nouveaux secours

De ses heureux progrès allait rompre le cours,

Et la guerre entre eux deux renaître plus cruelle,

Quand j'accouchai d'un fils ; cette heureuse nouvelle

Désarma Mithridate, et l'on fit ce traité

190   Qui donne Bérénice à ce fils souhaité.

Tu sais quels appareils, quelle magnificence

De cet heureux enfant honorait la naissance ;

Chacun montrait sa joie, et le roi de retour

Ne me pouvait assez expliquer son amour.

195   Hélas !

ARSINOÉ

  Vous soupirez, quelle douleur vous presse ?

ANTHIOCHIDE

Hélas ! Que j'avais mal mérité sa tendresse,

Je le trompais ce roi le meilleur des humains,

Cet enfant qu'il avait toujours entre ses mains

Qu'il nomma de son nom, (j'en dois mourir de honte)

200   N'était pas notre fils.

ARSINOÉ

Et de qui donc ?

ANTHIOCHIDE

  D'Oronte.

ARSINOÉ

Quoi ? Madame, le prince...

ANTHIOCHIDE

Est né de ces malheurs

Qui mirent avec moi tout ce royaume en pleurs

Pour éviter l'affront dont j'étais menacée

À suivre ce conseil je me trouvée forcée,

205   Par l'adresse d'Oronte, à qui seul je le dois,

Je feignis d'être grosse, et l'absence du roi

Nous donnant tout moyen d'achever cette trame,

Je fus mère d'un fils dont accoucha sa femme.

ARSINOÉ

Donc Ariarathe...

ANTHIOCHIDE

Est comme je te l'ai dit

210   Fils de mon artifice, et non pas de mon lit.

ARSINOÉ

Et Tyridate ?

ANTHIOCHIDE

Hé ! Quoi ?

ARSINOÉ

Tyridate est-il vôtre ?

ANTHIOCHIDE

La naissance de l'un fait donc douter de l'autre,

Si je suppose un fils, serons-nous accusés

De n'avoir point des fils qui ne soient supposés,

215   Tyridate est à nous, mais hélas quelle grâce

Dois-je au ciel de ce fils quand on remplit sa place ?

Cet enfant malheureux aussitôt qu'il est né,

Tout unique qu'il est rencontre son aîné.

Il fallait, justes dieux, par grâce ou par vengeance

220   Me priver de ce fils ou hâter sa naissance.

ARSINOÉ

Pardonnez une erreur dont mes sens abusés

Croyaient au lieu d'un seul deux enfants supposés.

ANTHIOCHIDE

Dois-tu pas les connaître à cette différence

Qu'on ne peut imputer qu'à leur seule naissance :

225   J'aime l'un, je hais l'autre, et bientôt de son sang

Je signerai qu'elle est sa fortune et son rang.

ARSINOÉ

Vous voulez donc sa mort, est-ce la récompense

Des biens que vous devez à sa fausse naissance ?

Elle a sauvé l'État, affermi votre amour,

230   Et pour tant de bienfaits vous le privez du jour.

Madame.

ANTHIOCHIDE

Pour payer ce que tu viens de dire

Il peut tout espérer s'il renonce à l'Empire.

Mais au point où son père a porté son orgueil,

Je vois bien qu'il lui faut le trône ou le cercueil,

235   Et je dois aujourd'hui creuser son précipice,

Ou le voir dès demain épouser Bérénice.

ARSINOÉ

Vous pouvez l'éviter sans le faire mourir.

ANTHIOCHIDE

Apprends-moi ce secret.

ARSINOÉ

Allez tout découvrir,

Faites connaître au roi le faux Ariarathe,

240   C'est le meilleur pour lui, pour vous, pour Tyridate.

ANTHIOCHIDE

Ah ! que tu connais mal l'excès de mon malheur,

Dis que c'est l'impossible, et non pas le meilleur,

Prévenu par Oronte, encore que j'éclate,

Sachant quels sentiments j'ai pour Ariarathe,

245   Combien j'aime son frère, et combien je le hais,

Le roi qui l'aime trop ne me croira jamais ;

Et quand il en serait convaincu dans son âme,

Penses-tu qu'il voulût découvrir cette trame ?

Mithridate aussitôt n'en tirerait-il pas

250   Un prétexte à pouvoir envahir ses États ?

Si peu qu'il eût de droit le rendrait invincible,

Et peut-on en trouver qui semble plus plausible ?

Ou ces deux fils sont faux, dirait-il, ou tous deux

Sont également vrais ; et du plus malheureux

255   Comme prince et parent épousant la querelle,

Ce roi nous porterait une guerre immortelle,

Qui ne pourrait finir que cet ambitieux

N'eût chassés et le père et le fils de ces lieux,

Ainsi pour éviter les mains de Mithridate

260   Il faut ou voir régner, ou perdre Ariarathe.

Il ne régnera point : mais aussi mes efforts

Pour le priver du jour ne sont pas assez forts.

Pour en venir à bout j'ai tenté l'impossible ;

Oronte à tous mes traits le rend inaccessible,

265   M'observe de si près que j'y travaille en vain,

Si mon fils pour ce coup ne me prête sa main.

ARSINOÉ

N'attendez point d'un fils où la gloire préside

Ce noir assassinat, ce lâche parricide,

Si du moins il ne perd la moitié de l'horreur

270   Par l'éclaircissement d'une fatale erreur.

ANTHIOCHIDE

Un coeur ne hait pas moins quand la vertu le guide,

Les seuls noms d'assassin, que ceux de parricide.

Ainsi s'il le connaît pour en tirer raison

Il voudra la justice et non la trahison,

275   Et voulant malgré moi le perdre à force ouverte,

C'est trahir mon secret et hâter notre perte.

ARSINOÉ

Donc qu'espérer ?

ANTHIOCHIDE

J'espère et malgré son devoir

Beaucoup de son amour tout de son désespoir.

ARSINOÉ

Mais quand bien à ce point il porterait sa rage,

280   Mithridate toujours...

ANTHIOCHIDE

  N'en dis pas davantage,

Sans ce nouvel obstacle où je n'ose penser

Assez d'autres soucis viennent m'embarrasser.

Et mon coeoeur accablé de leur foule pesante

Cherche qui les dissipe et non qui les augmente.

Regardant Ariarathe et Oronte qui entrent.

285   Mais dois-je voir encor ces objets odieux?

SCÈNE III.
Anthiochide, Ariarathe, Oronte.

ANTHIOCHIDE continue parlant à Ariarathe.

Bérénice toujours vous amène en ces lieux,

C'est elle à qui l'on doit vos fréquentes visites ;

Elle est au même état auquel hier vous la vîtes,

Mais malgré sa tristesse et son peu de santé

290   À contenter le roi son esprit est porté,

Et demain vous aurez ce qu'on exige d'elle.

ARIARATHE

Aussitôt que du roi j'en ai su la nouvelle

Voulant devoir ce bien à vos soins seulement,

J'ai couru vous porter mon premier compliment :

295   Mais comme l'on doit tout quand on doit la naissance,

À mon devoir plutôt qu'à ma reconnaissance,

Vous devez imputer ces visites, ces soins,

Qui moins fréquents peut-être importuneraient moins.

ANTHIOCHIDE

Vous me devez bien moins pour vous avoir fait naître

300   Que pour d'autres faveurs que vous pouvez connaître

Et vous devriez enfin répondre à ces bienfaits,

Selon votre devoir et selon mes souhaits :

Oronte qui les sait a dû vous les apprendre.

ARIARATHE

De ceux que je connais vous pouvez tout attendre ;

305   Et s'il en est quelque autre il me sera plus doux,

Bien plutôt que de lui de l'apprendre de vous.

ANTHIOCHIDE

Il n'est pas encore temps.

ARIARATHE

Madame...

ANTHIOCHIDE

Je vous laisse,

Adieu, l'on ne voit point aujourd'hui la princesse.

SCÈNE IV.
Ariarathe, Oronte.

ARIARATHE

En vain, Oronte, en vain je tâche à la flatter,

310   Mes respects et mes soins ne font que l'irriter.

ORONTE

N'attendez point, Seigneur, d'autre accueil de la reine.

ARIARATHE

Que puis-je avoir commis qui mérite sa haine,

Mon respect qui m'impute un désordre si grand

Ne sait où s'appuyer.

ORONTE

C'est ce qui me surprend,

315   Puisqu'il faut toutefois en deviner la cause ;

Vous êtes un obstacle à ce qu'elle propose ;

Votre frère a son coeur, et depuis peu de jours

J'ai su qu'elle avait pris soin de ses amours,

Je vous l'ai déjà dit, il aime Bérénice,

320   La reine veut qu'enfin cet hymen réussisse ;

Et vos jours qui lui sont un obstacle éternel

Sont devenus l'objet d'un dessein criminel ;

La cruelle qu'elle est en veut à votre vie,

Combien de fois pour rompre une si noire envie

325   Contre l'assassinat, contre la trahison,

Vous ai-je garanti du fer et du poison ?

Mais puisqu'elle s'y prend à haine découverte

Je ne me promets plus d'empêcher votre perte,

D'elle et de votre frère en ce dessein unis...

ARIARATHE

330   Que dois-je redouter de pareils ennemis ?

ORONTE

Ce qu'on craint d'un rival, ce qu'on craint d'une reine

Qu'on choque.

ARIARATHE

Sans dessein.

ORONTE

Si pour avoir sa haine

Il suffit qu'on la choque, il n'importe comment

Le dessein, le hasard, choquent également,

335   Elle est femme Seigneur.

ARIARATHE

  Mais elle est mère, Oronte.

ORONTE

Et ce nom profané la doit couvrir de honte.

ARIARATHE

Et ce nom de regret me doit faire mourir,

Quand je vois que je crains ce que je dois chérir.

ORONTE

Pour ne la craindre plus, mais la chérir en mère,

340   Ne pouvant la fléchir désarmez sa colère,

Avertissez le roi, c'est le plus sûr pour tous ;

Si je donnais conseil à tout autre que vous

Il serait moins bénin, mais bien plus salutaire ;

Je lui conseillerais d'agir et de se taire,

345   De perdre sans tarder qui menace vos jours,

Et sans aller du roi mendier du secours

Malgré tous les respects...

ARIARATHE

Arrête et considère

Que tu presses un fils qui se plaint de sa mère,

Qui cherche à l'adoucir, et non à l'irriter,

350   À calmer ses rigueurs, non à les mériter.

Mais quels sont ces bienfaits dont me parlait la reine?

Tu dois m'en avertir.

ORONTE

Dieux !

ARIARATHE

Tire-moi de peine.

Parle.

ORONTE

C'est perdre temps, Seigneur, à m'en presser,

Ou la reine par là veut vous embarrasser,

355   Ou vous donnant sujet d'accuser mon silence

Me perdre auprès de vous, je nuis à sa vengeance,

Il faut qu'elle m'éloigne ou me rende suspect.

ARIARATHE

Je suis peu curieux et connais ton respect,

Ainsi malaisément peut espérer la reine,

360   Ni de m'embarrasser ni de me mettre en peine.

Vois le roi de ma part, Oronte, et souviens-toi

Que je saurai payer ce que tu fais pour moi ;

Et qu'un amour plus fort que ma reconnaissance

M'attache à ton destin plus qu'Oronte ne pense.

ORONTE

365   Votre sort est le mien, et les destins d'un fils

À ceux d'un père aimé ne sont pas mieux unis.

ACTE II

SCÈNE PREMIÈRE.
Bérénice, Euridice.

BÉRÉNICE

Oui je t'aime, malgré la juste défiance

Qui devait t'éloigner de notre confidence ;

Bien que fille d'Oronte, à qui dans cette Cour

370   J'ai sujet plus qu'à toi de cacher mon amour.

Si tu me plus d'abord, j'ai cru t'ayant connue

Que tu m'aimais, tu sais si je me suis déçue.

Écoute donc le reste, et vois si sous les cieux

Jamais plus justement on se plaignit aux dieux,

375   Et si jamais l'amour a fait de misérable,

Qui fut de son malheur si peu que moi coupable.

Promise à l'héritier de ces puissants États

Par la loi d'une paix qui finit nos débats,

J'accoutumais mon coeur dès ma plus tendre enfance

380   À régler ses désirs sur mon obéissance ;

Et réussis si bien que ce coeur prévenu

Dès lors qu'il sut aimer aimait un inconnu.

Un des miens trop jaloux d'étreindre cette chaîne,

M'en donna le portrait de la part de la reine,

385   Et me dit que pressé d'une pareille ardeur,

Du procédé des grands accusant la longueur,

Ce prince désirait, sans se faire connaître,

De voir celle pour qui les dieux l'avaient fait naître.

Il vint, et se cachant à tout autre qu'à moi,

390   Je le vis, je l'aimai, je lui donnai ma foi :

Mais las ! Pour me tromper d'accord avec sa mère,

Tyridate avait pris la place de son frère,

Et je ne sus jamais sa fourbe et mon erreur

Que quand l'ingrat se fut assuré de mon coeur.

395   Ce fut lorsque ses pleurs me le firent connaître,

Il me désabusa, quand je ne pouvais l'être,

Et sa douleur encor me sut si fort toucher,

Que cette trahison me le rendit plus cher :

Il me promit alors, et la reine par lettre

400   Tout ce, qu'en cet état un amant peut promettre,

Qu'elle romprait l'hymen de son frère et de moi.

Je le crus, de nouveau je lui donnai ma foi ;

Mais de la lui tenir est hors de ma puissance,

Demain...

EURIDICE, voyant entrer Tyridate.

Je vois encor luire quelque espérance ;

405   Il aura vu la reine, et sans doute... mais las

Avec quel nouveau trouble il dresse ici ses pas !

SCÈNE II.
Bérénice, Tyridate, Euridice.

BÉRÉNICE

Que me dit cet abord si rempli de tristesse !

Que m'annoncent ces pleurs, Tyridate ?

TYRIDATE

Princesse

Tremblez à cet abord, je porte des malheurs

410   Qui passent tout l'effroi que vous donnent ces pleurs.

Il faut, il faut quitter cette chère espérance

Qui nourrissait nos feux, qui leur donna naissance :

Je vous perds, si ce mal est sensible et mortel,

Le remède qu'on m'offre est encor plus cruel,

415   Aussi je ne viens pas comme autrefois, Madame,

En faveur de la mienne exhorter votre flamme.

À trouver des délais pour éloigner un jour

Qui doit m'ôter la vie, en m'ôtant votre amour.

Vous en avez trop fait, et privé d'espérance

420   Je viens vous rendre entière à votre obéissance,

Vous rendre à ce devoir, qui donne à mon aîné

L'amour, le cher amour que vous m'aviez donné.

BÉRÉNICE

Quoi Prince ?

TYRIDATE

Aimez en lui son rang et son mérite,

Et tout ce dont pour lui le ciel vous sollicite,

425   Que ce noeud glorieux vous comble de plaisirs,

Et vous fasse oublier ma perte et mes soupirs :

Trop heureux si pour moi le ciel inexorable,

Cède pour votre bien aux voeux d'un misérable,

Trop heureux...

BÉRÉNICE

Tu veux donc, perfide, me quitter ?

TYRIDATE

430   Si vous m'aimez encor, tâchez de m'imiter.

Tâchez de me haïr ; vous le ferez sans doute,

Si vous songez aux maux que mon amour vous coûte,

Que n'avez-vous souffert, que n'ai-je point commis

Pour me rendre vos yeux justement ennemis ?

435   Rappelez, rappelez la trahison insigne

Qui m'acquit votre amour, et qui m'en rend indigne,

Et pour vous en venger par haine ou par mépris

Arrachez-moi le coeur que je vous ai surpris :

Pour un lâche trompeur, pour ce fourbe exécrable,

440   Soyez cruelle autant que vous fûtes aimable.

Par haine, par justice, ou du moins par pitié

Reprenez...

BÉRÉNICE

Qu'attendez-vous de mon inimitié ?

TYRIDATE

La mort : vivre sans vous n'est pas en ma puissance ;

Mourir aimé de vous, mon trépas vous offense :

445   Ainsi dans un état si digne de pitié

Je demande la mort à votre inimitié.

Si je l'obtiens, réduit à perdre ce que j'aime

J'oppose à mon malheur un désespoir extrême,

Et ce secours fidèle aux maux trop rigoureux

450   Me tirera bientôt du rang des malheureux.

Mais vous m'aimez ; charmé du coup qui me délivre ;

J'en frémis quand je crains qu'il vous force à me suivre.

Haïssez, haïssez, faites-vous cet effort,

Pour laisser à mes maux le secours de la mort.

455   Hélas ! Quel est mon sort, si parmi tant d'alarmes

Dans votre seule haine il peut trouver des charmes.

BÉRÉNICE

Que ne puis-je à ton gré t'aimer et te haïr ?

Tu veux doncques deux fois, parjure, me trahir,

Et tu me rends un coeur que je ne puis reprendre,

460   Toi qui me l'as volé quand j'ai pu le défendre,

Sont-ce là les serments, ingrat, que tu m'as faits ?

TYRIDATE

Que puis-je ?

BÉRÉNICE

Va, cruel, tu ne m'aimas jamais.

TYRIDATE

Hélas !

BÉRÉNICE

J'en crois tes pleurs, tu m'aimes, mais confesse

Qu'il faut que cette amour ait beaucoup de faiblesse,

465   Qui te fait souhaiter qu'on se puisse haïr,

Qui te fait préférer l'affront de me trahir

À l'utile secours qu'on offre à notre flamme.

TYRIDATE

Hélas ! Si ce secours dont je frémis dans l'âme

Se pouvait justement expliquer à vos yeux,

470   Que j'aurais peu de peine à me rendre odieux,

Et jeter dans votre âme une horreur légitime

Pour celui qu'on a cru capable de ce crime.

Ne me commandez point que je le mette au jour,

Non que je veuille encor conserver votre amour :

475   Votre haine, madame, est la dernière grâce

Que j'oppose aux rigueurs du coup qui me menace ;

Mais afin de laisser toute votre amitié

À ceux que nos malheurs ont trouvés sans pitié.

BÉRÉNICE

Hélas ! Quelle amitié voulez-vous que je donne

480   À qui fit nos malheurs et qui nous abandonne ?

Car enfin c'est la reine...

TYRIDATE

Épargnez-lui l'horreur

D'un coup qui met l'amour et le sang en fureur.

Et puisqu'il faut mourir, souffrez...

BÉRÉNICE

À votre honte,

Confessez pour le moins que mon feu vous surmonte

485   Que votre amour est faible auprès de mon ardeur !

Quand il faut qu'un rival vous arrache mon coeur,

Alors que je vous vois sur le point de vous rendre,

Je fais armes de tout afin de m'en défendre.

D'un amour innocent injurieux tyrans,

490   Intérêts de l'État, trône, sceptre, parents,

Je croirais vous pouvoir abandonner sans crime,

Si par cette révolte injuste ou légitime

Je pouvais renouer des noeuds presque brisés,

Vous avez le remède, et vous le refusez ?

TYRIDATE

495   Oui, j'ose y renoncer, et n'ai pas la puissance

D'écouter mes transports contre mon innocence.

Jugez quel est ce coup qui combat mon devoir,

S'il devient même horrible à tout mon désespoir.

BÉRÉNICE

Donc je n'obtiendrai rien. Ces pleurs, cette tendresse...

TYRIDATE

500   Laissez à ma vertu généreuse Princesse

Ce reste de vigueur où mon coeur s'affermit ;

Ne m'offrez pas des pleurs, dont ma gloire frémit.

Malgré l'horreur du coup où ce bel oeil m'anime,

Mon devoir étonné se rend presque à ce crime,

505   Retenez mon esprit sur un pas si glissant ;

Si vous m'aimez, souffrez Tyridate innocent ;

Et puisque mon trépas est un coup nécessaire...

Adieu mon frère vient.

SCÈNE III.
Ariarathe, Bérénice, Euridice.

ARIARATHE

Me fuyez-vous mon frère ?

TYRIDATE

J'avais pris congé d'elle, et dois à vos bontés

510   Ce respect...

BÉRÉNICE

  Il le veut, Tyridate, arrêtez.

Il importe à tous trois que je rompe un silence

Qui cache à notre amour sa dernière espérance.

Puisqu'il faut m'expliquer que ce soit devant vous.

TYRIDATE

Madame...

BÉRÉNICE

Contre un coup qui doit tomber sur nous,

515   Je tente tous moyens, et n'aurai pas le blâme

D'en refuser quelqu'un au secours de ma flamme.

À Ariarathe

Je l'aime ; ce secret longtemps dissimulé

Nous punit bien du trop, que nous l'avons celé,

Par une trahison fatale à l'un et l'autre,

520   Sa mère m'envoya son portrait pour le vôtre,

Je lui donnai mon coeur, et prenant votre nom,

Il vint en Bithynie en recevoir le don.

Depuis me détrompant, j'ai pris son imposture

Pour adresse d'amour autant que pour injure,

525   Et je n'ai pu haïr dans un choix glorieux

Ni l'erreur de mon coeur ni celle de mes yeux.

Je l'aime ; et je le perds ; telle est ma destinée,

Mon coeur doit être à vous par les lois d'hyménée ;

Mais si vous le voulez recevoir de ma main,

530   Pour me le rendre il faut l'arracher de mon sein.

Mon hymen à ce prix a-t-il pour vous des charmes ?

Souillé du sang d'un frère, et trempé de mes larmes,

S'il est digne de vous, je l'accepte et demain

J'obéis aux traités, et vous donne la main.

535   Parlez, Prince.

TYRIDATE à Ariarathe.

  Il est temps que ce trouble finisse,

Que votre amour trahi s'apprête à mon supplice :

Vengez-vous d'un rival qui vous vole son coeur,

Et gagnez par ma mort ce que j'ai par l'erreur.

ARIARATHE

Enfin je reconnais qu'un soupçon légitime

540   M'avait fait pressentir la moitié de ce crime :

Je m'en doutais, mon frère, et je venais ici

Pour rendre sur ce point mon esprit éclairci,

Mais nous nous vengerons d'une mortelle offense,

Le roi vient à propos pour hâter ma vengeance :

545   J'en conçois un moyen qui vous fera rougir.

TYRIDATE

Quoi mon frère ?

ARIARATHE

Je sais comme je dois agir ;

Je n'écoute personne, et moins vous que tout autre.

EURIDICE bas.

Ah ! L'infidèle.

TYRIDATE à Bérénice.

Hélas ! Quel malheur est le vôtre ?

Qu'avez-vous fait ?

BÉRÉNICE

Voyant qu'il nous traite si mal,

550   Que je chéris l'erreur qui m'ôte à ce rival !

SCÈNE IV.
Le Roi, Ariarathe, Tyridate, Bérénice, Oronte, Euridice.

LE ROI à Bérénice.

Enfin le jour s'approche ; où votre hymen Princesse

Achevant dès demain la commune allégresse

Par la foi des traités nous assure la paix.

ARIARATHE

Que tout s'accorde mal à vos justes souhaits !

555   Seigneur, mais je connais vos bontés, et j'espère

Ce qu'un fils trop aimé peut attendre d'un père.

C'est sur ce grand amour que je fonde mes voeux.

LE ROI

Parle, et sois assuré de tout ce que tu veux.

ARIARATHE

Seigneur, on m'a trahi, je demande justice ;

560   Par la faveur du rang j'attendais Bérénice ;

J'ai cru que son amour d'accord avec le mien

Finirait enfin le choix de mon père et du sien ;

Mon frère cependant m'enlève la princesse.

Passant en Bithynie avecque tant d'adresse,

565   Il sut prendre mon nom, et le titre d'aîné,

Qu'il m'arrache ce coeur qui m'était destiné ;

Ainsi ce grand espoir ne sert qu'à me confondre.

LE ROI à Tyridate.

Quoi perfide !

TYRIDATE

Seigneur...

LE ROI

Que pourrais-tu répondre ?

Fuis traître, et me cachant un crime plein d'horreur,

570   Épargne un parricide à ma juste fureur.

SCÈNE V.
Le Roi, Ariarathe, Oronte, Bérénice, Euridice.

LE ROI continue.

Tu me l'avais bien dit, cher Oronte, l'infâme !

Où nous réduit encor sa téméraire flamme ?

Mais j'y saurai pourvoir, et la mère et le fils

Ne se vanteront pas de nous avoir trahis.

ARIARATHE

575   Quoi ? Seigneur, j'attendais l'effet de ma prière ;

Je veux que ma vengeance...

LE ROI

Oui tu l'auras entière.

ARIARATHE

Rappelez donc mon frère, et qu'aux yeux de tous deux

Je me venge en amant trahi, mais généreux.

Je ne veux plus d'un coeur dont un autre est le maître ;

580   Puisqu'il est mon rival, je veux cesser de l'être ;

Et j'impute à fureur ces violents transports

Qui sur deux coeurs unis font d'injustes efforts.

Qu'il vienne de mes mains recevoir la princesse.

ORONTE

Qu'entends-je ?

ARIARATHE

Désormais que votre crainte cesse,

585   Madame, et pardonnez un feint ressentiment,

Par qui j'ai dû punir votre déguisement.

BÉRÉNICE

Ah ! Prince.

EURIDICE

Meurs soupçon que mon coeur désavoue.

ARIARATHE

Souffrez.

LE ROI

Ariarathe, est-ce ainsi qu'on me joue ?

Est-ce à vous maintenant à disposer d'un bien

590   Qui doit être l'appui de votre heur et du mien ?

Voulez-vous derechef ramener sur nos terres

Les sanglantes horreurs de nos premières guerres ?

Si dans votre berceau la guerre a pris sa fin

Ne souillez pas l'honneur d'un si noble destin,

595   Et soyez à jamais par un respect fidèle

Le lieu glorieux d'une paix immortelle.

ARIARATHE

Seigneur...

LE ROI

Vous connaissez ce que j'attends de vous :

Obéissez mon fils, ou craignez mon courroux.

Montrant Bérénice.

Elle n'ignore pas les lois de sa naissance,

600   Ni ce qu'un père attend de son obéissance ;

Ni ce qu'à son devoir demandent par ma voix

Nos désordres passés, deux États et deux rois.

Nous l'attendons de vous, Madame, et je m'assure

Qu'on ne peut en douter sans vous faire une injure.

605   Adieu, comptez la reine entre vos ennemis.

SCÈNE VI.
Le Roi, Oronte.

LE ROI continue.

Mère, dont le conseil trop barbare à tes fils

Perd l'un par trop d'amour, l'autre par trop de zèle,

Qui sèmes entre nous une guerre immortelle,

Qui mère ou sans enfants fatale à ma maison,

610   Mêlez dans mon bonheur toujours quelque poison...

Mais je la vois, sans doute elle a vu Tyridate,

Et cet ardent courroux qui dans ses yeux éclate,

Vient des transports qu'en lui le mien aura produit.

SCÈNE VII.
La Reine, le Roi.

LA REINE

Venez voir à quel point Tyridate est réduit.

LE ROI

615   Madame il vous sied bien de venir vous en plaindre ;

Il n'a pas la moitié des peines qu'il doit craindre ;

Et ce fils criminel pour qui vous soupirez

Doit sentir tous les maux que vous lui procurez.

Mais craignez encor pis de ce désordre extrême,

620   Qui doit faire trembler, moi, mes fils et vous-même,

Qui trouble la nature, et qui fait ennemis

Le mari de la femme, et le père de fils.

Le semez-vous ici par zèle ou par colère ?

LA REINE

Que vous connaissez mal les bontés d'une mère !

625   Loin d'exciter ici quelque division,

Je tâche d'y former une étroite union.

Le trouble de vos fils tout ce désordre est vôtre ;

N'en peut-on aimer l'un, sans abandonner l'autre ?

Cherchez l'égalité, si vous voulez la paix ;

630   Pour réunir vos fils, séparez vos bienfaits.

Et sans tout accorder à la faveur de l'âge,

Au plus infortuné laissez quelque avantage,

Ne lui dérobez pas toute l'amour du sang ;

Qu'il garde Bérénice en perdant votre rang.

635   Que l'un règne en ces lieux ; et l'autre en Bithynie ;

Et partageant ainsi tant de puissance unie,

Que l'on admire en vous dans un si juste choix

Un père qui fut sans fils père de deux grands rois.

LE ROI

Vous ne manquez jamais, à qui veut vous entendre,

640   De mauvaises raisons à vous pouvoir défendre ;

Mais vous devez enfin sortir d'un embarras

Qui d'un trouble éternel menace nos États.

Laissez à mon amour le soin de Tyridate ;

Par ces empressements, en qui le vôtre éclate,

645   Par ce zèle imprudent vous faites aujourd'hui

Plus que votre fureur n'aurait fait contre lui.

Pour tromper votre haine et lui rendre justice,

Je veux qu'Ariarathe épouse Bérénice ;

Et lui cédant ma place au trône où je me sieds,

650   Je veux qu'il vous y voie et son frère à ses pieds :

Il aura dès demain le sceptre et la princesse :

N'estimez point, Madame, ou fureur ou faiblesse

Le don que je lui fais du pouvoir souverain,

Tous nos malheurs passés m'inspirent ce dessein,

655   Le motif en est juste, en dépit de l'envie.

À Oronte.

Demain que tout soit prêt pour la cérémonie.

SCÈNE VIII.
La Reine, Oronte.

LA REINE

Ô dieux ! Quel coup de foudre ? Oronte écoutez moi.

ORONTE

Je cours exécuter les volontés du roi.

LA REINE

Pensez-vous que je souffre une telle injustice ?

660   Quoi votre fils aura le sceptre et Bérénice ?

Je serai son esclave, et mon fils son sujet,

Oronte renversez ce funeste projet ;

Ôtez ce grand sujet à ma haine infinie,

Ou demain au milieu de la cérémonie,

665   Vous verrez de ma main choir ce fils supposé

Aux yeux de son vrai père, et d'un père abusé.

Détrompez promptement le faux Ariarathe ;

Arrachez-lui l'espoir qu'il ôte à Tyridate,

Ou sans plus différer, un trait de ma fureur

670   Va prévenir l'effet d'une fatale erreur.

Aussi bien c'en est trop.

ORONTE

Oui, c'en est trop, madame.

Mais le roi vous connaît, il a lu dans votre âme,

Et sachant pour son fils quels sont vos mouvements

Il préviendra l'effet de vos ressentiments.

LA REINE

675   Pour son fils ! Dis le tien.

ORONTE

Le mien ?

LA REINE

  Oui le tien, traître.

L'impudent de quel front l'ose-t-il méconnaître ?

Quoi lâche ?

ORONTE

Vos transports redoublent devant moi.

Adieu ; je vais pourvoir à ce que veut le roi.

Demain nous nous verrons à la cérémonie.

SCÈNE IX.

LA REINE, seule.

680   Oui, oui tu m'y verras, toute feinte bannie,

Te le faire avouer, perfide, par sa mort,

Quand tu le verras choir par un mortel effort,

Lors ce fils, découvert par les larmes d'un père,

Fera voir s'il est tien, ou si j'étais sa mère.

685   Ton zèle peut bien feindre, et non pas ta douleur.

Suivons sans différer cette noble chaleur,

Allons lui faire voir ce qu'en sa juste haine

Peut oser une femme, une mère, une reine.

Mais où m'emportez-vous inutiles transports ?

690   Je recours vainement à ces sanglants efforts.

Parlons. Dieux que le soin d'une juste vengeance

Fera des malheureux, si je romps le silence ?

Toi plus que tous, cher fils, que je veux conserver,

Faut-il que je t'expose, afin de te sauver ?

695   Ah ! Que tu dois coûter à mon amour extrême,

S'il faut te racheter toi-même par toi-même.

Je voulais être mère, et le ciel l'a permis ;

Ne la serai-je plus parce que j'ai deux fils ?

Si l'un d'eux supposé m'a fait paraître mère,

700   Soyons-la dignement en détrompant un père ;

Arrachons ses faveurs et son affection

À ce fils adopté par mon ambition ;

Et s'il faut hasarder celui que j'ai fait naître,

Pour être bonne mère il faut cesser de l'être.

ACTE III

SCÈNE PREMIÈRE.
Tyridate, Ariarathe.

TYRIDATE

705   Vous que le droit d'aînesse et vos propres grandeurs

Rendent trop justement contraire à mes ardeurs.

Vous que j'avais trahi, me céder la princesse !

Certes j'en suis surpris mon frère, et je confesse,

Bien qu'encor vos bontés me laissent malheureux,

710   Que je ne puis payer cet effort généreux.

ARIARATHE

Vous ne me devez rien, et ce sont-là, mon frère,

Des générosités qui ne me coûtent guère.

Lorsqu'en votre faveur j'importunai le roi,

Si je parle pour vous, je travaille pour moi.

715   Ma foi m'engage ailleurs, et charmé d'Euridice

Je me sers, plus que vous, et plus que Bérénice,

Quand je tâche de rompre un hymen où mon coeur

Tout glorieux qu'il est rencontre son malheur.

Notre étroite amitié sans doute est offensée,

720   De vous avoir si tard découvert ma pensée,

Mais par ce que ce crime est commun entre nous,

Je n'en fais point d'excuse, et n'en veut point de vous.

Usons mieux qu'en discours du moment qui nous reste

Pour rompre cet hymen à tous deux si funeste,

725   Voici le triste jour qu'y destine le roi.

Que ferons-nous, mon frère, et pour vous et pour moi,

Tout le peuple déjà dans le temple se presse,

L'orgueil que sa naissance inspire à la princesse

Lui donne du respect pour la foi du traité,

730   Et la fait repentir d'avoir tant résisté.

En ces extrémités réduits à la prière

Allons nous prosterner aux pieds de notre père.

L'aveu de mon amour, les pleurs de l'amitié

Sont pour lui des objets à toucher sa pitié.

TYRIDATE

735   Vous le connaissez mal si vous osez le croire,

Il aime trop l'État, il aime trop sa gloire ;

Il aime trop la vôtre, et m'estime trop peu,

Vous allez seulement l'aigrir par cet aveu.

Cachez-lui votre amour, ménagez sa tendresse,

740   Et d'un oeil mieux ouvert regardant la Princesse

Jaloux de vos grandeurs, et plus soumis au roi,

Perdez le souvenir d'Euridice et de moi.

ARIARATHE

J'ai l'oeil assez ouvert pour voir sans injustice

Ce que vaut un Royaume avecque Bérénice :

745   Mais pour craindre leur perte et le courroux du roi

J'estime trop un frère, Euridice et ma foi.

Allons sans plus tarder partager sa colère,

Mais aussi partageons les bontés de ma mère,

Vous me l'avez promis.

TYRIDATE

J'y ferai mon pouvoir,

750   Et dût-elle fermer son coeur à ce devoir,

Le fermer à mes voeux, vous aimez Euridice,

Suffit pour l'obliger à vous rendre justice,

Croyant qu'un même objet eut pu nous enflammer,

Elle m'aimait assez pour ne pas vous aimer ;

755   Mais elle s'en va perdre, étant mieux avertie,

Les transports d'une haine à demi ralentie ;

Encore à ce matin elle me l'a promis.

Vous ne vous plaindrez plus que j'abhorre mon fils.

M'a-t-elle dit, allant employer chez mon père

760   Le secours dont toujours elle a fait son mystère.

Je la vois.

ARIARATHE

Ma présence offense encore ses yeux,

Je vous laisse, sans moi vous la fléchirez mieux.

TYRIDATE

Puissé-je réparer par ce petit service

Ce qu'a fait contre vous l'amant de Bérénice.

SCÈNE II.
Antiochide, Tyridate.

ANTHIOCHIDE

765   Éviter mon abord, me fuir, me rejeter,

S'obstiner si longtemps à ne pas m'écouter,

Ah ! De mon mauvais sort rigueur insupportable,

Ô reine infortunée et mère misérable.

TYRIDATE

Madame, qu'avez-vous ?

LA REINE

Le roi me fuit, mon fils,

770   Et les dieux contre nous ne sauraient faire pis.

TYRIDATE

Ce sont traits d'un malheur, qui, si je l'ose dire,

Jette tout son venin au moment qu'il expire.

Celui qui me poursuit et dont vous vous plaignez

A perdu tous les traits qu'il n'a pas épargnés.

775   Maintenant aux abois mon amour triomphante

Rit des derniers efforts de sa rage mourante,

Je n'ai plus de rival.

LA REINE

Quoi ? Mon fils il est mort.

Qu'en effet justement tu peux braver le sort.

TYRIDATE

Ah ! Prenez des pensers plus dignes de ma mère,

780   Sachez que si la mort m'avait ôté mon frère,

Ou quelque autre que moi vous le ferait savoir,

Ou vous ne l'apprendriez que de mon désespoir.

Je n'ai plus de rival ; mais le ciel plus propice

Sans m'ôter mon aîné me laisse Bérénice :

785   Sa foi l'engage ailleurs, et j'ai su d'aujourd'hui

Les secrètes amours d'Euridice et de lui.

Cet objet à tout autre a soustrait sa franchise.

LA REINE

Pour la fille d'Oronte ? Ô dieux quelle surprise !

Et son père le souffre.

TYRIDATE

Il ignore leurs feux,

790   Mais ces feux sont trop beaux pour être malheureux.

Loin de les condamner par cet amour de mère

Qui vous rendit toujours ma fortune si chère,

Par les tristes soupirs et par les tendres pleurs

Que vous ont si souvent arrachés mes malheurs ;

795   Par le secours promis aux voeux de la princesse,

Regardez ce cher frère avec plus de tendresse ;

Et puisque son hymen me doit faire régner,

L'achevant commencez à la lui témoigner.

Oronte dans l'ardeur d'agrandir sa famille

800   À votre simple aveu doit accorder sa fille ;

Et comme sur le roi vous et lui pouvez tout

J'espère qu'aisément vous en viendrez à bout,

Quand le ciel au bonheur d'un si généreux frère

N'aurait pas attaché tout le bien que j'espère,

805   Avec la même ardeur que je fais aujourd'hui

Dût-ce être contre moi je parlerais pour lui,

Puis donc que son bonheur doit finir mes alarmes

Achevez son hymen, et rendez à ses larmes

L'amitié que sans crime on ne lui peut ôter,

810   Et que de tour son sang il voudrait acheter,

Vous me l'avez promis.

LA REINE

Et je fais mon possible

Pour vous paraître mère, et mère plus sensible,

Mais si ce seul hymen rend vos voeux satisfaits

Résolvez-vous mon fils à ne les voir jamais.

815   Sans lui nous pouvons vaincre un destin si contraire

Tandis séparez-vous des intérêts d'un frère :

Dont par l'ordre du ciel la vie et la grandeur

Ne sauront compatir avec votre bonheur,

Et qui réduit mon coeur à ce désordre extrême

820   De le perdre pour vous, ou vous perdre s'il aime.

TYRIDATE

Ne m'aimez donc jamais s'il faut que votre amour

L'expose à tant de haine et lui coûte le jour.

Je romps de ce moment avecque ma fortune,

Si votre amour pour lui ne la lui rend commune.

825   Oui quelque traitement qu'il reçoive de vous

Notre étroite amitié le partage entre nous ;

Et dans l'attachement que j'ai pour ce cher frère

S'il n'est plus votre fils, vous n'êtes plus ma mère.

SCÈNE III.

LA REINE seule.

Tu trembles à ces mots, Princesse, tu frémis,

830   Ton malheur cependant s'apprête à faire pis.

Ramasse ici ta force et songe pour ta gloire

Que ce nouveau combat t'apprête une victoire,

C'est le même destin autrefois éprouvé,

C'est le même destin heureusement bravé.

835   Tu triomphas de lui dans cette même ville,

Alors que ton adresse étant ton seul asile

Par ce fils supposé que tu sus mettre au jour,

Tu sauvas ta grandeur, ta gloire et ton amour.

Quelques vaines frayeurs qui te viennent surprendre

840   Songe que la fortune est au point de se rendre,

Agis sans te troubler, malgré lui vois le roi.

Parle, mais quel bonheur le conduit devers moi !

Arsinoé le suit : que je suis agitée !

Dieux favorables dieux m'auriez-vous écoutée ?

SCÈNE IV.
Le Roi, La Reine, Arsinoé.

LE ROI à Arsinoé.

845   De quel étonnement ton discours m'a frappé.

À la reine.

La croirai-je, Madame, et m'avez-vous trompé ?

Ce cher fils qui naissant désarma Mithridate,

Par qui je vis, je règne : enfin Ariarathe

Est-il mon fils ?

LA REINE

Seigneur, de quel oeil verrez-vous

850   Votre femme coupable embrasser vos genoux ?

Puisque enfin son rapport n'est qu'un rapport fidèle,

Et qu'il n'est que trop vrai que je suis criminelle,

Non pas pour vous avoir autrefois abusé

Que ne devez-vous point à ce fils supposé,

855   Mais mon crime est d'avoir trop gardé le silence,

Et caché trop longtemps cette fausse naissance.

LE ROI

Au point où me réduit ce secret révélé

Votre crime envers moi n'est que d'avoir parlé.

Que ne me laissez-vous le reste de ma vie

860   Dans une erreur si douce et si digne d'envie ?

Ignorant ce secret, hélas ! J'avais deux fils,

En qui nos différents aisément assoupis,

Brillait une vertu si pleine et si constante

Qu'ils avaient de bien loin surpassé mon attente.

865   Enfin deux fils en qui malgré l'ordre du sort

J'espérais de durer au-delà de la mort,

Et par leurs actions toutes pleines de gloire

À nos derniers neveux transmettre ma mémoire.

Mais las ! Où me réduit ce secret révélé ?

870   Rendez-moi le bonheur que vous m'avez volé.

LA REINE

Ce secret révélé vous sauve Tyridate.

LE ROI

Ce secret révélé m'arrache Ariarathe ;

Ah ! Si notre repos vous eût été plus cher,

Pour Tyridate même il fallait le cacher.

875   Oui, oui pour son repos, pour le mien, pour le vôtre,

Pensez-vous m'ôter l'un sans que vous m'ôtiez l'autre ?

Et qui m'assurera dans ce grand embarras

Si l'un est supposé que l'autre ne l'est pas ?

LA REINE

Moi ?

LE ROI

Vous croirai-je vous sa mortelle ennemie ?

880   Qui veut tantôt sa mort, tantôt son infamie.

LA REINE

Ma haine vous suffit pour démêler leur sort,

Pourrais-je le haïr jusqu'à vouloir sa mort

S'il était votre fils et si j'étais sa mère ?

LE ROI

Pourrais-je tant l'aimer si je n'étais son père ?

LA REINE

885   C'est en moi connaissance, et c'est en vous erreur.

LE ROI

C'est en moi sans nature, et c'est en vous fureur.

LA REINE

Ce serait en effet une fureur damnable ;

Mais de ce procédé me jugez-vous capable ?

Ai-je vécu d'un air à craindre d'un époux

890   Le cruel traitement que je reçois de vous ?

Hélas ! Que la mémoire en est bien effacée.

LE ROI

Non, mais vous démentez votre gloire passée.

LA REINE

Est-ce la démentir que vous désabuser ?

LE ROI

Vouloir m'offrir un fils, ou me le supposer,

895   N'est-ce pas vouloir faire ou s'accuser d'un crime ?

L'une et l'autre action est si peu légitime

Que quelque souvenir qui me parle pour vous,

Je dois tout redouter de qui fait de tels coups.

Mais parlez, où tendait cette fausse naissance ?

900   Pourquoi nous la cacher sous un si long silence ?

Ou pourquoi d'aujourd'hui seulement l'éventer.

LA REINE

J'ai mes raisons, Seigneur, daignez les écouter.

LE ROI à Arsinoé.

Parle, va-t-en au temple, et fait venir Oronte.

LA REINE

Pour trancher un récit qui me couvre de honte,

905   Je vous trompai, Seigneur, je supposai ce fils :

Mais ma gloire où l'amour fit tout ce que je fis.

Je vous voyais perdu ; je me voyais perdue,

Et par lui la victoire à vos armes rendue,

Vos États recouverts, vos ennemis chassés,

910   Si je vous fis du tort, le réparent assez.

Aussi le juste ciel qui vit mon innocence,

Jugea mon action digne de récompense.

D'un véritable fils il bénit notre amour :

Tyridate naquit presque aux yeux de la Cour.

915   Peut-être que pour lors des malheurs dégagée,

Où ma stérilité m'avait seule plongée,

Je devais révéler ce secret important :

Mais, ô le faible appui que le jour d'un enfant !

Sachant à quels périls l'enfance est exposée

920   Combien la garde en est peu sûre et malaisée,

Et que mon fils mourant nous allait rejeter

Aux maux que nous venions à peine d'éviter ;

Je me tus, sachant bien, Seigneur, que sur deux vies

Ma puissance et la vôtre étaient mieux affermies,

925   Et que contre les miens, contre vos ennemis,

C'était un grand rempart que les jours de deux fils :

Je me tus, attendant un temps plus favorable,

Où le Bithynien étant moins redoutable,

Je puisse en sûreté ce secret révéler,

930   M'assurant qu'à l'instant que je voudrais parler,

Vous me croiriez sans peine, ou qu'Oronte le traître

Lui-même m'aiderait à détromper son maître.

Et j'ai cru faire assez en attendant ce jour

De pouvoir de mon fils faire naître l'amour.

935   Mais aujourd'hui voyant que malgré mon adresse

On veut qu'Ariarathe épouse la princesse,

Et s'acquière en perdant votre fils à vos yeux

Un titre pour régner malgré vous en ces lieux.

Je parle...

LE ROI

C'était peu du premier artifice

940   Pour rompre, malgré moi, l'hymen de Bérénice,

Est-ce l'égalité que vous vouliez trouver ?

Hier vous ne parliez plus de le désavouer :

Vous souffriez qu'il régnât et vantiez ma tendresse

Pourvu qu'à Tyridate il cédât la princesse.

LA REINE

945   Il la cède.

LE ROI

  Et ce coup de sa tendre amitié

Aurait touché des coeurs capables de pitié.

LA REINE

C'est un coup de l'amour qu'il a pour Euridice,

Qui romprait cet hymen mieux que mon artifice.

LE ROI

Quoi ? La fille d'Oronte a captivé son coeur ?

950   Il est donc mon fils, il n'aime pas sa soeur.

LA REINE

Il ne la connaît pas, et leur père lui-même

N'apprendra pas leurs feux sans un désordre extrême

Pour vous tirer d'erreur...

LE ROI

C'est peu de vos avis,

Et si vous prétendez de me ravir mon fils,

955   Encor que comme époux je vous aime et respecte,

Il me faut des témoins d'une foi moins suspecte,

Où sont-ils ?

LA REINE

Ce secret qu'on ne peut trop couvrir,

Fut connu de fort peu, qu'Oronte a fait périr.

LE ROI

Doncques en ce secret si fatal à ma gloire

960   Oronte est avec vous le seul que je dois croire,

Il faut le voir, je sais quel zèle il a pour moi.

LA REINE

Où me réduisez-vous s'il faut croire à sa foi ?

LE ROI

Où me réduisez-vous s'il faut croire à la vôtre ?

De deux fils je perds l'un, et je doute de l'autre ;

965   Tyridate naquit presque aux yeux de la Cour :

Mais avec plus de bruit son frère vint au jour ;

Si naissant il chassa l'ennemi de nos terres,

En le désavouant vous nous rendrez nos guerres,

Mithridate plus fort qu'il ne le fut jamais,

970   Me perdra, si je manque au traité de la paix.

LA REINE

Il suffit que la fille épouse Tyridate.

LE ROI

Il connaît, il estime, il aime Ariarathe ;

Il le veut pour son gendre, et pour dire encor mieux

Il est fier, remuant, avide, ambitieux,

975   Qui se promet déjà l'Empire de la terre,

Aimé de mes sujets, qui craignant cette guerre,

Et prenant nos deux fils pour deux fils supposés

Nous remettrons aux fers que nous avions brisés.

Reprenez un secret qui nous couvre de honte ;

980   J'en douterais encor à le tenir d'Oronte ;

Et si vous ne portez un coeur dénaturé,

Perdez l'inimitié qui vous l'a suggéré :

Le croire c'est ma perte ; en douter c'est ma gloire.

Ainsi je n'en crois rien, et je n'en veux rien croire.

985   Adieu, si vous m'aimez, si vous aimez la paix

Gardez votre secret et n'en parlez jamais.

LA REINE

Quoi ? Seigneur.

LE ROI

Laissez-moi si vous voulez me plaire.

LA REINE, s'en allant.

Ménageons-nous encor, et craignons sa colère.

SCÈNE V.

LE ROI seul.

Qu'un front se pare en vain d'une vaine fierté

990   Quand le trouble d'un coeur dément sa fermeté !

Bien loin qu'à ma raison ma volonté commande,

Il faut qu'à ses clartés elle-même se rende.

En vain dans mon malheur je cherche à me flatter,

J'en suis trop éclairci pour en pouvoir douter.

995   C'est la mère qui parle, et quoi que je me die

Qu'elle a toujours été, qu'elle est son ennemie ;

Sa haine me convainc, loin de la condamner.

Mais pourquoi consent-elle à le voir couronner,

Pourvu qu'à Tyridate il cédât Bérénice ?

1000   Mais pourquoi recourt-elle à ce lâche artifice,

Lors même qu'il la cède, et qu'ailleurs amoureux

Pour rompre cet hymen il s'accorde avec eux ?

Hé ! Pour cet étranger je perdrais Tyridate ?

Ah ! Traître d'étranger, le cher Ariarathe !

1005   Non, non, il est mon fils, on ne peut me l'ôter ;

La raison me convainc : l'amour me fait douter ;

Je veux qu'il soit mon fils, et je tâche à le croire,

Mais c'est trahir mon sang ; mais c'est trahir ma gloire.

Oronte entre.

Raison, amour, nature, intérêts de l'État,

1010   Quel succès à mon coeur promet votre combat ?

Si je n'ose douter, et ne puis rien connaître

D'un fils, qui, s'il ne l'est, est si digne de l'être.

SCÈNE VI.
Oronte, Le Roi.

ORONTE

Que peut avoir le roi qui paraît si troublé ?

LE ROI

Tout est-il prêt ?

ORONTE

Seigneur, le peuple est assemblé ;

1015   L'on attend plus que vous, le prince et la princesse

LE ROI

Je veux qu'un double hymen redouble l'allégresse,

J'aime trop mes enfants pour gêner leur amour ;

Tous deux auront leur part à l'heur de ce grand jour ;

Oronte, mon aîné soupire pour ta fille,

1020   Je veux que son hymen honore ta famille,

Et m'acquittant vers toi récompense des soins

Que je ne puis payer, si je te donne moins.

ORONTE

Quoi ? Ma fille Seigneur.

LE ROI

Il l'adore, elle l'aime.

ORONTE

Dieux ! Me réserviez-vous à ce désordre extrême ?

LE ROI

1025   Je croyais te surprendre et non pas t'affliger,

Mais à voir ta douleur, je ne sais que juger,

Que cache cet hymen qui soit si redoutable ?

ORONTE

Ce n'est pas un hymen, c'est un crime effroyable.

LE ROI bas

Las ! Il n'est que trop vrai.

ORONTE

Qu'ai-je dit ? Oui Seigneur

1030   C'est un crime envers vous qui me comble d'horreur.

En rompant les traités ces amours vous hasardent,

Je prévois des malheurs...

LE ROI

Ces raisons me regardent.

Dis les tiennes, ou bien sans plus dissimuler,

Confesse, il est ton fils, il est temps de parler.

1035   La reine m'a tout dit.

ORONTE

  Que vous a dit la reine ?

Dans quels nouveaux périls nous engage sa haine ?

LE ROI

Ne crains pas d'avouer, officieux trompeur,

Un crime, à qui je dois ma vie et ma grandeur :

En me donnant ton fils tu sauvas cet Empire ;

1040   Le connaître et l'aimer est le but où j'aspire ;

Confesse, il est ton fils, et l'hymen de sa soeur

Est-ce crime odieux qui te fait tant d'horreur.

ORONTE

Seigneur à ce discours je ne puis rien comprendre.

LE ROI

Hé bien s'il n'est ton fils accepte-le pour gendre,

1045   Sûr du consentement d'Euridice et de lui,

Je veux que cet hymen s'accomplisse aujourd'hui ;

Va-t-en à ces amants en porter la nouvelle.

SCÈNE VII.

ORONTE seul.

Ah ! Que tu connais mal le coeur d'un infidèle,

S'il faut donner ce nom, à qui se voit permis

1050   Jusqu'à tromper son roi, pour couronner son fils.

Il m'a surpris, mais non ; jusqu'à rompre un silence,

Qui conserve mon fils, lui cache sa naissance :

Car il a trop de coeur, s'étant crû fils de roi,

Pour vivre, s'il connaît qu'il est sorti de moi.

1055   Pour couronner ce fils ; pour tromper la vengeance

Que la reine fondait sur sa reconnaissance,

Je verrais sans pâlir, et sans être troublé

Les horreurs dont jadis le soleil a tremblé.

Et le roi proposant un hymen qu'il déteste,

1060   Croit me faire parler par celles de l'inceste.

Ah ! Je vais le presser avecque tant d'ardeur,

Que par là je prétends confirmer son erreur ;

S'il le consent, bien loin que mon coeur en frémisse,

Voyant avec mon fils couronner Euridice,

1065   Tout mon sang sur le trône, un si rare bonheur

De l'inceste à mes yeux effacera l'horreur.

Je le verrai régner, ce fils que je lui donne,

Ce fils, que je ne puis quitter qu'à la couronne.

Mais pour elle je feins, je me cache, et je crois

1070   Que tout cède aux douceurs d'être père d'un roi.

Aussi dans mon dessein l'inceste m'encourage,

On goûte mieux le bien qui coûte davantage ;

Et ce bonheur pour moi si grand, si souhaité,

À moins que d'un tel crime, était mal acheté.

ACTE IV

SCÈNE PREMIÈRE.
Ariarathe, Euridice.

ARIARATHE

1075   Ainsi chère Euridice au fort de nos alarmes

Naît cet heureux moment, ce moment plein de charmes ;

Qui pour servir un frère, et hâter notre bien

Couronne des désirs, qui n'espérait plus rien.

Il semble que le ciel lassé de tant de plaintes,

1080   N'a d'un trouble éternel entretenu nos craintes,

Qu'afin qu'un prompt espoir à notre amour rendu

Réparât les délais d'un bien trop attendu.

Tout ce que nos désirs trouvaient de résistance

Devient l'heureux secours d'une longue espérance ;

1085   Le roi, la reine, Oronte en pressent le succès.

EURIDICE

Que le bien m'est suspect qui flatte avec excès !

Et que je plains un coeur toujours prêt à se rendre

Aux appas d'un espoir, dont il doit se défendre !

Pour moi qu'un tel espoir trouble, et n'aveugle pas,

1090   J'en soupçonne l'excès quand j'en goûte l'appas.

Il souffre dans mon coeur un peu de défiance ;

Et si tôt que sur lui je prends quelque assurance,

J'écoute la chaleur, dont ma mère autrefois

Combattit mon amour ainsi que votre choix :

1095   Ma fille, c'est en vain qu'un faux espoir te flatte,

Il faut une princesse au choix d'Ariarathe,

S'il osait consentir à te donner la main,

Ton père avec justice en romprait le dessein.

ARIARATHE

Vous voyez toutefois qu'avec transport lui-même

1100   Vient de nous préparer à ce bonheur suprême,

Pour en presser l'effet il va trouver le roi,

Si vous m'aimiez, si près de régner avec moi ;

D'un autre mouvement vous paraîtriez atteinte.

EURIDICE

Puisqu'à défaut d'amour vous imputez ma crainte,

1105   Je veux la surmonter, et croire comme vous

Qu'Oronte, que le roi, que les dieux sont pour nous.

Sûre de leur aveu souffrez que plus contente

Je demande le sien à ma mère mourante.

Après avoir blâmé nos feux et nos soupirs,

1110   Si jamais le succès répond à tes désirs,

(Me dit-elle en mourant) va savoir de Nicandre

Ce qu'avant cet hymen il t'importe d'apprendre.

Il conserve un billet où ton sort est écrit,

Votre amour... à ce mot la parque la surprit ;

1115   Je vis mourir ses yeux, aussitôt que sa bouche.

Son corps...

ARIARATHE

Trop fortement ce souvenir vous touche.

EURIDICE

Pardonnez des soupirs qui sortent malgré moi.

Nicandre m'opposant ses serments et sa foi

D'aujourd'hui seulement m'a donné cette lettre,

1120   Sur le bruit de l'hymen qu'on vient de nous promettre,

Je brûle de l'ouvrir, mais un autre dessein

Dans le même moment en retire ma main.

Je ne sais si je dois la brûler ou la lire,

Ma curiosité fuit ce qu'elle désire :

1125   Et pour ne perdre pas un trop superbe espoir

Je dérobe à mes yeux ce qu'ils craignent de voir :

ARIARATHE

Ne cesserez-vous point de vous être contraire ?

Craindre tantôt le roi, puis Oronte, ou sa mère,

Redouter un billet, trembler incessamment,

1130   Est-ce vivre ? Est-ce aimer ?

EURIDICE

  C'est aimer tendrement.

ARIARATHE

Que sur la mienne enfin votre amour s'affermisse,

En prenant le billet.

Donnez.

EURIDICE

Mon père vient.

SCÈNE II.
Oronte, Ariarathe.

ORONTE

Laissez-nous Euridice.

ARIARATHE

Hé bien mon père !

ORONTE

Ô dieux ! D'où me vient cet honneur ?

Mon Prince ?

ARIARATHE

Pour moi seul c'est un rare bonheur,

1135   Que serais-je sans vous ? C'est de vous seul mon père

Que j'attends aujourd'hui tout le bien que j'espère.

ORONTE

Il le sait, il s'en loue, ô transports ! Ah ! mon fils

Qui vous a dit ?

ARIARATHE

Vous.

ORONTE

Moi ?

ARIARATHE

Vous me l'avez promis,

Si près de notre hymen ; je crois qu'avec justice

1140   Je puis nommer le mien le père d'Euridice.

ORONTE

Justes dieux ! De quel coup m'avez-vous accablé ?

ARIARATHE

D'où vient ce changement ?

ORONTE

Dieux que je suis troublé !

ARIARATHE

Qu'est-ce Oronte ? Parlez.

ORONTE

Au point que je vous aime,

L'excès de mon amour rend mon désordre extrême,

1145   Oui, Seigneur, cet amour est si grand et si fort

Que le seul nom de fils répond à son transport :

Et quand je vois qu'en vain il tâche à satisfaire,

Et les désirs du fils et le zèle du père,

Son effort ne produit que trouble et que soupirs.

ARIARATHE

1150   Vous pouvez toutefois répondre à mes désirs,

Si vous m'aimez en fils faites-le moi paraître.

Je borne mes désirs à la gloire de l'être.

Hâtez notre hyménée, et pressez ce moment

Qui donne à ces deux noms un meilleur fondement.

ORONTE

1155   Ils en ont un bien fort : mais je tremble sans cesse,

Qu'il vous soit odieux, parce qu'il vous abaisse,

Peut-être seriez-vous fâché d'être mon fils.

ARIARATHE

L'honneur de ma naissance est pour moi d'un tel prix,

Que je mourrais cent fois, plutôt que d'en descendre ;

1160   Mais je n'en descend point devenant votre gendre,

Cet hymen où mon coeur rencontre tant d'appas,

Élève votre fille et ne m'abaisse pas.

ORONTE

Que dois-je devenir ? Quelle est mon espérance ?

S'il ne peut, sans mourir, apprendre sa naissance.

ARIARATHE

1165   Qui vous rend interdit Oronte ?

ORONTE

  Je vous plains,

Puisque l'ordre du roi renverse vos desseins.

ARIARATHE

Comment ?

ORONTE

Il faut aller épouser la princesse.

ARIARATHE

Quoi perfide ? Est-ce là l'effet de ta promesse ?

Et d'où vient dans le roi ce soudain changement ?

ORONTE

1170   L'amour qu'il a pour vous en est le fondement.

Seigneur, en refusant d'épouser la princesse,

Vous perdez la couronne avec le droit d'aînesse.

Tyridate est heureux, et va tirer à soi

Ce qu'unissait en vous et l'un et l'autre roi,

1175   Et riche des grandeurs que son frère abandonne,

Il met dessus sa tête une double couronne.

ARIARATHE

Qui lui cachait tantôt cet obstacle odieux ?

ORONTE

L'amour qui l'aveuglait lui dessille les yeux.

ARIARATHE

Vous deviez détourner cette atteinte mortelle.

ORONTE

1180   Je dois plutôt rougir d'avoir trahi mon zèle ;

J'ai servi votre amour tout injuste qu'elle est ;

Plus par ambition que pour votre intérêt :

Mon amour et ma foi se sont laissés surprendre

Aux titres glorieux de beau-père et de gendre ;

1185   Mais de votre grandeur un père plus jaloux

Rallume dans mon coeur l'amour qu'il a pour vous.

ARIARATHE

Quel zèle ? Quel amour qui m'enlève Euridice ?

ORONTE

Il ne vous ôte rien vous rendant Bérénice.

ARIARATHE

Prenez-vous intérêt à trahir votre sang ?

ORONTE

1190   J'en prends à le défendre, et servir votre rang,

J'en prends à triompher des fureurs d'une mère ;

J'en prends à détourner les menaces d'un père.

ARIARATHE

Sachant votre pouvoir je crains peu son courroux.

ORONTE

Mais je ne m'en sers point pour agir contre vous.

ARIARATHE

1195   N'écouterez-vous point une juste prière ?

ORONTE

Non, je n'écoute point ce qui vous est contraire.

ARIARATHE

Hé bien ! Allez sans vous je fléchirai le roi.

ORONTE

Quand vous l'aurez fléchi que pouvez-vous sans moi ?

Car ne présumez de changer mon courage.

1200   Je vois encor en vous mon bien et mon ouvrage,

Et je prends intérêt d'en conserver l'éclat,

Plus que tous vos parents, que le roi, que l'État,

Euridice est ma fille, et sachez que mon zèle

Est plus puissant pour vous que le sang n'est pour elle ;

1205   Si vous vous obstinez contre votre devoir,

Songez que dans mes mains je tiens tout votre espoir,

Et ne m'obligez pas par un coup déplorable

À rendre de mon zèle une preuve effroyable.

ARIARATHE

Ôte-toi de mes yeux, fuis barbare, ou ma main

1210   Préviendra par ta mort l'horreur de ton dessein.

ORONTE

Ces menaces, Seigneur, n'ont rien qui m'intimide,

Si mon zèle pour vous commet ce parricide.

Perçant d'un même fer ce misérable flanc,

Je saurai m'en laver avec mon propre sang ;

1215   Lors par le triste objet de ce grand sacrifice,

Qui confondra mon sang à celui d'Euridice,

Jugez si ce refus est justice ou faveur,

Jugez si tous mes soins sont amour ou fureur.

ARIARATHE

Soit amour, soit fureur qui pour moi s'intéresse,

1220   Mon coeur tout en courroux succombe à sa tendresse,

Je vois qu'il me trahit, et je ne puis haïr

Celui dont l'amitié le force à me trahir.

Si c'est amour pour moi qui fait toute ma peine,

Ôte-le moi cruel, et me laisse ta haine :

1225   Ou plutôt pour me perdre, aime moi malgré moi,

Garde un zèle barbare et cruel comme toi.

Mais apprends s'il m'arrache à la beauté que j'aime,

Que mon amour saura t'en punir sur moi-même.

SCÈNE III.

ORONTE

Je crains peu ses transports, il suffit que le roi

1230   Las de nous soupçonner s'accorde avecque moi

Il lui rend Bérénice, et j'évite l'inceste.

SCÈNE IV.
Le Roi, Oronte.

LE ROI

Dans quel état encor déplorable et funeste

Me laisse le combat d'une fatale erreur,

C'est mon sang, c'est mon fils, si j'écoute mon coeur ;

1235   Mais puis-je l'avouer ? Puis-je traiter de père

Un fils qui ne l'est plus si j'écoute sa mère ?

Oronte prends pitié d'un père malheureux.

Je te demande encor cet aveu généreux,

Crois-tu qu'il te serait trop honteux de reprendre

1240   Un fils qui m'est si cher que je n'ose le rendre ?

Crois-tu que cet aveu fasse tort à ton sang ?

Je l'aime encor assez pour lui laisser son rang.

Joignons pour éviter qu'un tel secret n'éclate,

Bérénice à ton fils, ta fille à Tyridate,

1245   Ainsi par cet aveu qui signale ta foi

Mon fils devient ton gendre, et le tien devient roi,

Oronte ouvre ton coeur à cet espoir sublime :

Rends à mon amitié cet aveu légitime ;

Et ne m'oblige pas d'arracher malgré moi

1250   Ce que tu dois donner aux prières d'un roi.

ORONTE

Seigneur, tous ses appas pourraient tenter quelque autre,

Qui se donnant un fils, que le ciel a fait vôtre,

Croirait d'un faux aveu raffermir votre coeur,

Charmer ses déplaisirs, et tromper se fureur.

1255   Mais je ne serai point ni lâche ni timide,

Jusqu'à faire un aveu plus noir qu'un parricide ;

Car vous ôter un fils si cher à votre amour

C'est plus que vous ôter et l'Empire et le jour.

Hé ! Quel autre intérêt m'oblige de me taire ?

1260   Est-ce qu'il m'est honteux de me dire son père ?

Est-ce que mon silence assure dans sa main

L'espoir ambitieux du pouvoir souverain ?

Ah ! Si j'osais, Seigneur, sans passer pour un traître,

Ou me croire son père, ou me vanter de l'être,

1265   Il me serait plus doux de m'en être loué,

Que de voir sur le trône un fils désavoué,

Près d'un fils si charmant et si digne qu'on l'aime,

Un père parlerait en dépit de lui-même.

La nature et l'amour ont beau dissimuler,

1270   Le temps où leurs transports les forcent de parler :

Cependant pour cacher ma gloire et sa naissance

Depuis vingt ans ma bouche eut gardé le silence ?

Si j'ai pu jusqu'ici déguiser mes transports,

Si le sang fait sur moi de si faibles forts ;

1275   Quand même je serais celui qui l'a fait naître,

Je me ferais juger trop indigne de l'être ;

Je le désavouerais de peur d'être blâmé,

De n'aimer pas un fils si digne d'être aimé.

Seigneur, sortez d'erreur faites-vous cette grâce :

1280   Ne me contraignez point à prendre votre place :

Et d'être malgré moi le vrai maître d'un bien,

Qui fait votre bonheur, et qui ferait le mien.

LE ROI

Tu triomphes Oronte, et mon coeur se doit rendre

Aux clartés dont encor il voulait se défendre,

1285   Soit surprise, ou raison, il m'est trop glorieux

De me rendre à moi-même un bien si précieux ;

Et je résisterais à la nature même,

Si sa voix s'obstinait à m'ôter ce que j'aime.

Si je suis abusé, je chéris mon erreur.

1290   Que la reine en dispose au gré de sa fureur,

Quoi qu'elle ose me dire, et quoi qu'elle entreprenne

J'en croirai mon amour moins suspect que sa haine.

Mais je la vois venir, évitons son abord.

SCÈNE V.
La Reine, Le Roi, Oronte.

LA REINE

Ah ! De grâce arrêtez, faites-vous cet effort.

LE ROI

1295   Mon coeur a triomphé de son inquiétude :

Ne le rejetez plus dans cette incertitude.

C'est trop vous écouter, et c'est trop m'abuser.

S'il consent un hymen qu'il devrait refuser,

Croirai-je que ce fils est frère d'Euridice ?

LA REINE

1300   Quiconque comme lui fait monter sa malice

Jusqu'à vous déguiser une fatale erreur,

Peut bien souffrir l'inceste et le voir sans horreur.

Mais, Seigneur, écoutez, et qu'enfin la nature

Confonde devant vous son horrible imposture.

1305   Tu te vois grand, Oronte, et j'ai fait ta grandeur ;

Mais quel autre intérêt t'eût acquis ma faveur ?

Si ce fils supposé par sa fausse naissance

Ne t'eût fait mériter cette reconnaissance ?

ORONTE

Les soins de l'élever et ceux que je lui rends,

1310   Pour qui ce fils me doit autant qu'à ses parents,

M'ont acquis justement cette haute fortune,

Dont l'éclat vous irrite autant qu'il m'importune.

LA REINE

Mais dis-moi quel motif te fit son gouverneur ;

Quels exploits, quels travaux précédaient cet honneur ?

ORONTE

1315   De vous seule je tiens cette faveur insigne,

Et quand vous me montrez que j'en étais indigne,

Un reproche si vain et si hors de saison

Étale vos bienfaits, et non ma trahison.

LA REINE

Tu me flattes, perfide, et me braves dans l'âme.

1320   Mais qu'as-tu fait du fils dont accoucha ta femme ?

ORONTE

Pourquoi faut-il encor revoir son triste sort ?

Vous savez qu'en naissant il rencontra la mort,

Et qu'à peine il vivait lorsqu'il cessa de vivre,

Vous savez que ce coup m'eût contraint de le suivre,

1325   Si le vôtre en naissant si cher à nos désirs

N'eût réparé sa perte et borné mes soupirs.

Ce prince a fait depuis mes plus chères délices.

Maintenant (grâce aux dieux à mon amour propices)

Vous le désavouez, vous l'osez rejeter,

1330   C'est un fils orphelin, que je puis adopter :

Laissez-le moi,Seigneur, ne soyez plus sa mère ;

Au défaut de tous deux je veux être son père.

LE ROI

Ah ! Ce nom et ce fils n'appartiennent qu'à moi.

LA REINE

C'est le sien.

LE ROI

C'est le vôtre, et sera votre roi.

LA REINE

1335   Ah ! Périsse plutôt...

LE ROI

  Vous menacez, Madame.

LA REINE

Je menace, et veux bien vous découvrir mon âme,

Tant que j'ai cru de vaincre une mortelle erreur,

J'ai feint et j'ai dompté ma trop juste fureur ;

Mais autant que souffrir que par votre injustice

1340   Son fils arrache au mien le sceptre et Bérénice ;

Au défaut du poison, de la flamme et du fer

J'irai dedans vos bras moi-même l'étouffer.

LE ROI

Et moi puisqu'on s'emporte avec tant d'insolence,

Me réglant désormais sur cette violence,

1345   Je défendrai mon fils avec tant de rigueur,

Que ma justice ira plus loin que ta fureur :

Je vais dedans le temple achever l'hyménée,

Qui fera respecter sa tête couronnée.

Tandis, quelque malheur dont il sente les coups,

1350   Sans en chercher l'auteur, sans l'imputer qu'à vous,

Je jure qu'égalant le supplice à l'offense

Sur le vôtre du mien je prendrai la vengeance ;

Votre cher Tyridate à vos yeux égorgé

Vous laissera punie et son frère vengé.

ACTE V

SCÈNE PREMIÈRE.
Oronte, Ariarathe/

ORONTE

1355   Perdez, Prince, cette indigne croyance.

ARIARATHE

En vain vous me voulez déguiser ma naissance :

Ce langage muet de mots entrecoupés,

De transports retenus, de soupirs échappés,

Où si naïvement la nature s'est peinte,

1360   Parlent plus puissamment que ne fait votre feinte ;

Ne refusez donc plus de commettre à ma foi

La garde d'un secret qui n'importe qu'à moi.

ORONTE

S'il n'importe qu'à vous pourquoi donc vous le taire ?

Ah ! Cessez de vouloir que je sois votre père ;

1365   Ne me demandez plus avecque tant d'ardeur

Un aveu si contraire aux voeux de votre coeur ;

Consultez-le ce coeur, seul il peut vous répondre ;

Ses moindres mouvements ont de quoi vous confondre.

Cet orgueil que le ciel coula dans votre sang,

1370   Cet amour des vertus dignes de votre rang

Qui séparent les rois des naissances vulgaires,

Sont de votre grandeur les brillants caractères ;

Tout y répond en vous, hormis la lâcheté

D'avoir osé douter de cette vérité.

ARIARATHE

1375   Hé bien ! Contre un soupçon dont ma gloire s'offense

Je vais rendre combat hors de votre présence ;

Et vais près d'Euridice apprendre de mon coeur

Si je la dois traiter de maîtresse ou de soeur.

Pour rendre le repos à mon âme éperdue

1380   Ne me défendez plus le bonheur de sa vue.

L'empire que l'amour lui donne sur mes sens

Peut seul rendre le calme à mes esprits flottants,

Et dans le voeu constant de l'aimer et lui plaire

Je serai par son choix son amant ou son frère.

ORONTE

1385   Vous n'êtes pas son frère ; et la reine vous perd

Si vous l'aimez après ce secret découvert.

Prenez vos sûretés contre son artifice :

Puisque le roi le veut, épousez Bérénice.

Au point où près de lui la reine vous a mis

1390   Il vous faut obéir pour paraître son fils.

ARIARATHE

Il le faut, mais tandis qu'auprès de la princesse

Le roi pour la convaincre épuise son adresse,

Qu'il tâche à l'obliger d'obéir au traité

Je dois m'y disposer aussi de mon côté.

1395   Mon coeur est dans les mains de ma chère Euridice,

Je dois l'en retirer, s'il faut que j'obéisse,

Dans la nécessité que j'ai de la quitter,

Elle aura la bonté de n'y pas résister.

Souffre donc un adieu qui m'acquitte envers elle ;

1400   Après je ne prends plus conseil de ton zèle,

Mais ne refuse pas...

ORONTE

Je vous rendrai content.

Parlant à son capitaine des Gardes.

Vous, conduisez le prince, où ma fille l'attend.

SCÈNE II.

ORONTE seul.

Tout fléchit, tout fait joug à ma bonne fortune,

Ce jour, ce jour heureux... ô présence importune !

SCÈNE III.
Anthiochide, Oronte.

ANTHIOCHIDE

1405   Arrête, pour ouïr non les justes douleurs

D'une reine en courroux, mais d'une mère en pleurs

Et souffre au grand succès que le destin t'envoie

Qu'un moment ma douleur interrompe ta joie.

Tu triomphes, Oronte, et le ciel a permis

1410   Que tout prit contre moi le parti de ton fils ;

Le mien, dont j'espérais un secours favorable

Aussi bien que le roi me traite de coupable,

Et d'une vieille erreur follement amoureux

S'offense d'un secret qui le rendrait heureux ;

1415   Dans ces extrémités en faveur d'une mère

Une reine descend jusqu'à la prière :

Après les vains efforts d'un courroux avorté

Triomphe en me voyant implorer ta bonté.

Nous sommes seuls, rempli de bonheur et de gloire,

1420   Si ton ambition ne t'ôte la mémoire,

Quitte un lâche artifice où tu t'es obstiné ;

Osé avouer un fils à demi couronné,

N'ayant plus de ma part aucun sujet de crainte

Tu dois être au-dessus d'une si basse feinte.

ORONTE

1425   Hé bien nous sommes seuls ; fondez-vous quelque espoir

Sur un aveu qui vient échauffer mon devoir ?

Il est mon fils : jugez par votre amour de mère

Jusques où doit aller le zèle de son père ;

Pour le faire régner je n'épargnerai rien.

ANTHIOCHIDE

1430   Qu'il règne, j'y consens, mais ne perds pas le mien :

Laissez-lui la princesse avec la Bithynie ;

Que le tien règne ici sans crainte et sans envie,

Près d'un roi désormais par moi-même abusé.

Ce sort est assez doux pour un fils supposé.

ORONTE

1435   C'est beaucoup obtenir de qui veut sa ruine :

Mais je soupçonne fort la main qui l'assassine.

Oronte ne serait Oronte, qu'à demi,

S'il daignait recevoir des dons d'un ennemi :

J'en reconnais l'appas, et saurai m'en défendre.

1440   Si du Bithynien mon fils n'est pas le gendre,

Il doit craindre, ou le roi sortant de son erreur,

Ou votre fils régnant, ou bien votre fureur.

Votre haine est trop juste, et trop enracinée

Pour s'assurer à moins que de cette hyménée.

1445   Mithridate lui seul peut faire sans effroi

Régner ici mon fils malgré vous et le roi :

Et d'ailleurs nos traités joignent cette couronne

À celle que l'hymen de sa fille nous donne ;

On ne peut séparer ces deux trônes unis.

ANTHIOCHIDE

1450   Qu'attends-tu ?

ORONTE

  La douceur de voir régner mon fils.

ANTHIOCHIDE

Mais ce fils régnera sans connaître son père.

ORONTE

Qu'il règne il me suffit, c'est tout ce que j'espère.

Sera-t-il moins mon fils s'il ne me connaît pas ?

Sa gloire et son bonheur auront-ils moins d'appas ?

1455   Quand un père inconnu couronne un fils qu'il aime,

La nature en secret s'applaudit elle-même,

Se vante tous les soins qui lui servent d'appui,

Voit son sang sur le trône, et croit régner en lui.

ANTHIOCHIDE

Mais tu seras toujours son sujet.

ORONTE

Je veux l'être,

1460   Pour voir en même temps sa reine et son maître.

ANTHIOCHIDE

Va, monstre d'impudence et d'infidélité.

ORONTE

Ma présence déplaît à votre majesté.

ANTHIOCHIDE

Arrête ; encor un coup en toi-même repasse

La honte et les périls qui suivent ton audace,

1465   En trahissant ton roi, ta reine, ton pays,

Tremble pour toi perfide, et tremble pour ton fils :

Sans qu'aucun intérêt désormais me retienne,

J'irai chercher partout et sa perte et la tienne,

Et quand pour vous le roi se fermerait les yeux,

1470   Crains ou mon désespoir, ou la foudre des dieux ;

Pour de pareils forfaits au défaut de la terre

Leur redoutable main n'est jamais sans tonnerre.

ORONTE

Quelle honte pour moi de couronner mon fils ?

Appelez-vous trahir sa reine et son pays,

1475   Quand vous donnant mon fils je vous tirai de peine,

Je sauvai par ce don mon pays et ma reine,

Et s'il sauva l'État, si servant votre amour,

À Tyridate même il a donné le jour,

Cet État est à lui, c'est son bien, sa conquête ;

1480   Mais soit honte, ou péril qui menacent ma tête,

Un père pour son fils ne doit rien épargner,

Et l'on doit tout oser lorsque c'est pour régner ;

Par quelques actions que sur le trône on monte,

La gloire qui les suit en efface la honte,

1485   Et de quelque façon qu'un grand coeur puisse agir,

De crimes couronnés ne font jamais rougir.

J'achèverai le mien, et l'ayant su conduire

Où votre désespoir ne pourra le détruire,

Son succès quel qu'il soit me sera glorieux.

1490   Il est beau de n'avoir à craindre que les dieux ;

Et sans rien redouter du côté de la terre

Oser d'un front égal attendre le tonnerre.

ANTHIOCHIDE

Crains encor pour ton fils, plus que les dieux.

ORONTE

Qui ?

ANTHIOCHIDE

Moi.

ORONTE

Avant la fin du jour il sera votre roi.

SCÈNE IV.
Tyridate, La Reine, Bérénice, Oronte.

TYRIDATE à Oronte.

1495   Sois témoin d'un destin que l'amitié suggère.

LA REINE

Hé bien mon fils...

TYRIDATE

Quittez ce vain titre de mère.

Vos deux fils sont unis par de si fermes noeuds,

Que désavouant l'un vous les perdrez tous deux :

Aussi loin d'espérer d'un si lâche artifice

1500   Le bonheur sans pareil d'épouser Bérénice,

J'y renonce, Madame, et je jure à ses yeux

Qu'avant que le soleil abandonne ces lieux,

Sans attendre du roi le courroux légitime,

Si vous m'aimez, ma mort punira votre crime.

LA REINE

1505   Hé bien, meurs, fils ingrat, fils indigne du jour,

Qui reconnais si mal l'excès de mon amour ;

Pour ta punition désavoue une mère,

Et prends un étranger pour ton prince et ton frère ;

J'y consens, mais...

SCÈNE V.
Le Roi, La Reine, Bérénice, Tyridate, Oronte.

LE ROI à la reine.

Perfide, enfin ta trahison

1510   A versé son venin sur toute la maison ;

Et méprisant les lois que je sus te prescrire,

Tu subornes mon fils, n'ayant pu me séduire :

Mais frémis à l'objet de mon juste courroux.

Princesse, sa fureur a passé jusqu'à vous.

BÉRÉNICE

1515   Dites que ses clartés ont passé dans mon âme :

Aussi plutôt la mort que cet hymen infâme,

Qui joint indignement par un horrible choix

L'ignominie au trône,Oronte au sang des rois.

Je vous l'ai déjà dit, ignorant sa naissance,

1520   Je soumettais mon choix à mon obéissance

Mais ce secret fatal si près de me trahir,

M'affranchit du devoir qui m'eût fait obéir.

LE ROI

Donc sur l'illusion des faveurs d'une mère

Vous rompez les traités faits avec votre père ;

1525   Mon fils Ariarathe est indigne de vous.

BÉRÉNICE

S'il était votre fils il serait mon époux.

LE ROI

Qu'il soit donc votre époux, que rien ne vous retienne :

Je le tiens pour mon fils, ma foi vaut bien la sienne,

Sa haine persuade, on croit ce qu'elle dit ;

1530   La nature est en moi suspecte et sans crédit.

Faut-il que mon rapport vous semble moins fidèle ?

BÉRÉNICE

Ne pouvant m'assurer ni sur vous ni sur elle,

Je doute, et dans ce doute, il suffit que mon coeur

Voit mon rang en péril, ma gloire et mon bonheur.

1535   Puis-je sur cet hymen prendre quelque assurance ?

Quand il faut déposer grandeur, repos, naissance,

Je frémis à l'objet d'un choix si hasardeux.

LE ROI

Dites plutôt d'un choix qui s'oppose à vos voeux.

Vous aimez Tyridate, et votre amour rebelle

1540   Embrasse aveuglément tout ce qui fait pour elle ;

Mais je ferai périr ce criminel espoir,

Qui vous fait révolter contre votre devoir :

Vous l'aimez toutes deux ; il suffit : et ma haine

Trouve dans votre amour ma vengeance et sa peine.

1545   Qu'on l'ôte de leurs yeux.

ORONTE

  Seigneur, c'est votre sang.

LE ROI

Le seul Ariarathe est digne de ce rang.

ORONTE

Mais...

LE ROI

Mais Oronte, enfin je veux me satisfaire,

Faites venir le prince.

ORONTE

Agréable colère !

Heureux, heureux, Oronte.

SCÈNE VI.
Arsinoé, La Roi, La Reine, Tyridate, Bérénice.

ARSINOÉ

Ah ! Madame, ah ! Seigneur.

LE ROI

1550   Quel étrange accident m'annonce ta douleur ?

ARSINOÉ

Ariarathe...

LE ROI

Achève.

ARSINOÉ

Est mort.

LA REINE

Ô ! Ciel propice.

LE ROI

Ah ! Cruelle.

LA REINE

Seigneur, les dieux me font justice.

LE ROI

C'est un coup de ta haine, et non de leur pouvoir,

Qui contre ta fureur arme mon désespoir.

1555   Tu m'as ravi un fils, parricide exécrable ;

Choisis à ton forfait un supplice semblable.

ARSINOÉ

N'accusez point, Seigneur, la reine de sa mort ;

Le ciel à d'autres mains réservait cet effort ;

Euridice le perd.

LE ROI

Euridice !

ORONTE

Euridice !

TYRIDATE

1560   Dieux !

ARSINOÉ

  Elle est de sa mort l'innocente complice ;

Mais las ! En quel état l'a réduit ce malheur ?

Tantôt sans mouvement, sans pouls, et sans couleur,

Plus morte mille fois que le mort qu'elle embrasse,

Elle semble accuser le ciel de sa disgrâce ;

1565   Puis tout à coup criant, cher frère, cher amant ;

Furieuse elle court...

LE ROI

Parle plus clairement.

ARSINOÉ

Le prince allait rêvant au bruit de sa naissance

Avec son Euridice en faire confidence,

Quand en entrant chez elle et la voyant en pleurs

1570   Il frémit, et se croit certain de ses malheurs.

Elle court l'embrasser, lui parle de sa mère,

Le mouille de ses pleurs, et le caresse en frère ;

Mais d'un air où ce prince aperçoit clairement

Qu'en caressant son frère elle plaint son amant.

1575   Euridice (dit-il d'une voix abattue)

Pour venger votre amant du frère qui me tue :

Je me sens et le coeur, et le bras assez fort.

Alors se dégageant de ses mains, sans effort

(Car déjà la douleur dont elle était troublée

1580   La laissait sans vigueur) il tire son épée,

L'enfonce dans son sein, tombe, et d'un ton changé,

Euridice (dit-il) votre amant est vengé.

À ces mots revenant de sa douleur extrême

Avec un grand hélas elle tombe de même.

1585   On accourt à ce bruit, nous entrons.

ORONTE

  Justes dieux !

ARSINOÉ

Fut-il jamais objet plus touchant sous les cieux ?

Le prince tout mourant secourait Euridice,

Et quand nous lui voulions rendre le même office,

Laissez-moi (disait-il) et secourez ma soeur,

1590   Mourant un jour plutôt j'évitais mon malheur,

Je mourais votre prince, et je meurs fils d'Oronte ;

Mais n'ayant pu la fuir, j'abrège au moins ma honte.

Laissez couler ce sang, cet abject, ce vil sang,

Qu'un juste désespoir a tiré de ce flanc,

1595   Je le donne à la reine, au prince, à Bérénice,

À l'État, plus qu'à tous à ma chère Euridice.

Euridice l'objet de mes plus chers désirs,

Il fallait détester nos voeux et nos soupirs.

Il fallait qu'à l'espoir de mon âme enflammée

1600   Succédât la douleur de vous avoir aimée :

Vivre avec vous sans vous, aimer et n'aimer pas ;

Mon coeur à ses rigueurs préfère le trépas.

Euridice... Ce mot lui coupe la parole ;

Il meurt.

LE ROI

Et dans sa mort ce qui plus me désole,

S'adressant à la reine.

1605   Il meurt sur un soupçon, sur un bruit mal conçu,

Que vous avez semé, que mon fils a reçu :

Il meurt appréhendant de vivre dans la honte,

Il meurt, parce qu'il croit être le fils d'Oronte.

Reine as-tu fait périr ou son fils, ou le mien ?

1610   Pleures-tu pour mon fils, Oronte, ou pour le tien ?

ORONTE

Seigneur.

LE ROI

Parle.

ORONTE

Seigneur, ces soupirs et ces larmes

D'une forte douleur vaines et faibles armes

Se donnent à mon prince, et non pas à mon fils ;

Vous qui savez par qui ses jours vous sont ravis,

Montrant la reine.

1615   Vous qui pouvez punir ; qui voyez la coupable,

Pour venger votre fils commandez...

ARSINOÉ

Exécrable...

Seigneur écoutez tout. Malgré tous ses efforts

Le ciel pour le convaincre a fait parler des morts.

L'amour dans cet écrit cherchant son aventure

1620   Découvrit des secrets cachés à la nature :

C'est lui qui d'Euridice a dissipé l'erreur,

Et qui d'Ariarathe a causé le malheur.

LE ROI lit.

Euridice, ma main te l'apprend à regret,

Le prince Ariarathe est mon fils et ton frère,

1625   Évite son hymen, mais ménage un secret

Qui coûte le jour à ta mère.

Barsine.

ORONTE

Ô ! Désespoir, Barsine c'est donc toi

Qui m'enlèves mon fils sur le point d'être roi,

Ton trépas qu'avança ma juste défiance

1630   Fut trop lent pour ma gloire, et peu pour ma vengeance,

Tu devais expirer dès que mon fils fut né,

Ou pour l'allègement d'un père infortuné

Tu devrais vivre encor, afin mère perfide

Que ma rage sur toi punit ce parricide :

1635   Seigneur, mon désespoir te dit ma trahison,

J'ai voulu pour mon fils détruire ta maison.

Apprête des tourments à ce malheureux père,

Sa mort m'a mis au point de braver ta colère.

Cher fils.

LE ROI

Qui ne serait touché de son malheur ?

1640   Où t'en vas-tu ?

ORONTE

Mourir.

LE ROI

  Madame en ma faveur.

LA REINE

Je pardonne aisément ce qu'a fait la nature.

LE ROI

Vis Oronte avec moi, la reine t'en conjure.

ORONTE

Moi qui n'avais vécu que pour le voir régner,

Lorsque mon fils est mort je pourrais m'épargner ;

1645   Si perdant Tyridate, et la reine et vous-même

J'eusse pu pour mon fils ravir le diadème,

Ma main sur tant de morts eût fondé son appui ;

Cet espoir m'a fait vivre, et je tombe avec lui :

Je le suis pour ma gloire et pour votre vengeance.

LE ROI aux Gardes.

1650   Sauvez-le.

SCÈNE DERNIÈRE.
Arsinoé, Le Roi, La Reine, Tyridate, Bérénice.

LE ROI continue.

  Pourrez-vous oubliant mon offense

Donner ce que j'ai fait contre vous aujourd'hui

À l'amour des vertus qu'on admirait en lui.

LA REINE

Oublions le passé ; songez à Tyridate.

LE ROI à Bérénice.

Princesse, en attendant l'aveu de Mithridate,

1655   Pour un hymen qui doit borner notre douleur,

Donnons quelques moments à plaindre ce malheur.

Bien que ce fils vivant ait causé vos alarmes ;

Sa mort me semble encor trop digne de vos larmes.

BÉRÉNICE

Il avait des vertus dignes d'un autre sort ;

1660   Et je crois mon bonheur trop payé par sa mort.

 


Extrait du Privilège du Roi.

Par grâce et privilège du Roi donné à Paris le 19. Juin 1648. Signé, Par le Roi en son Conseil, le brun, Il est permis à Toussainct Quinet Marchand Libraire à Paris, d'imprimer ou faire imprimer, vendre et distribuer une pièce de Théâtre intitulée, Tyridate, Tragédie, par le sieur Boyer, durant le temps et espace de cinq ans, à compter du jour qu'elle sera achevée d'imprimer : et défenses sont faites à tous Imprimeurs, Libraires et autres, de contrefaire ladite pièce, ni la vendre ou exposer en vente à peine de trois mille livres d'amende, et de tous dépends, dommages et intérêts, ainsi qu'il est contenu plus amplement dans les dites Lettres de privilège.

Achevé d'imprimer pour la première fois le 4 Janvier 1649. Les Exemplaires ont été fournis.

PDF |TXT |

Nb Répliques par scène

Nb Vers par scène