JUDITH

TRAGÉDIE

M DC. XCV.

Par Mr. BOYER, de l'Académie Française.

À PARIS, chez MICHEL BRUNET, à l'entrée de la Grande Salle du Palais, au Mercure Galant. AVEC PRIVILEGE DU ROY.

Représenté pour la première fois au Théâtre de la rue des Fossés Saint-Germain le 4 mars 1695.

Version du texte du 29/03/2012 à 19:36:21.

PRÉFACE.

C'est une erreur qui a infecté beaucoup d'esprits, qu'il était presque impossible d'accommoder heureusement au théâtre les sujets qui sont tirez de l'écriture Sainte, et de l'histoire chrétienne. Indigné contre une opinion si fausse et si pernicieuse, je crus d'abord qu'elle n'était fondée que sur la prévention qui n'examine rien, et dont la force impérieuse entraîne ordinairement la multitude ; mais après avoir creusé jusques dans la source de cette erreur, je vis qu'elle venait de l'ignorance de l'art, de la faiblesse du génie, de la stérilité des inventions, et fur tout du peu de goût et de sensibilité qu'on a pour les choses de la Religion. J'avoue qu'il est mal aisé d'assembler tout ce qui est nécessaire à la composition de cette sorte d'ouvrages, d'autant plus qu'il y a peu de modèles dans ce genre d'écrire, et peu d'auteurs qui soient d'humeur de les imiter. La plupart ne font que suivre et marcher après les autres ; privés du secours des bons exemples, ils n'osent hasarder un autre langage. C'est une route nouvelle presque inconnue à nos Anciens, et ou ceux qui l'ont suivie aussi bien que les plus habiles de nos Modernes se font quelquefois égarés. Ce qui peut encore les rebuter davantage, c'est qu'étant accoutumés à forger les événements qui n'ont ni suite ni vraisemblance, à donner de grands noms historiques aux fictions fabuleuses, et à confondre ainsi la vérité et le mensonge, ils n'osent avec raison traiter des sujets, qu'on ne peut altérer sans une espèce de sacrilège. Ils ignorent le talent d'inventer, ou en font un mauvais usage. Ils ne savent pas qu'il consiste à parer la vérité, non à la défigurer ; à l'enrichir, non à la déshonorer ; et qu'enfin le secours des épisodes doit soutenir les sujets, et non pas les étouffer. Mais ce qui leur paraît de plus rebutant et de plus épineux, c'est que pour donner à ces ouvrages les ornements qu'ils demandent, il faut se remplir des grandes vérités de la religion, et tirer de l'Écriture sainte ces riches expressions que nous fournit la divine poésie du Psalmiste et des Prophètes, et qui sont fort au dessus de tout ce que l'ingénieuse et savante Antiquité a de plus grand et de plus magnifique. Il faut savoir choisir et ménager les sentiments de piété qui sont amenés par la matière, et il ne faut en charger ces poèmes, que lorsqu'ils sont destinés pour des communautés religieuses, et des assemblées particulières. Le théâtre doit instruire et divertir le public, mais les instructions de piété n'y doivent être ni fréquentes ni affectées, il faut qu'elles soient regardées comme des sentiments qui sont attachés aux caractères des acteurs, et qui servent à l'action qui se passe sur la scène.

Quand je propose des règles si sévères et si sublimes, je n'ai pas la présomption de croire que je les ai entièrement remplies dans Judith. Ce poème quelque succès qu'il ait eu n'est qu'un essai qui ne donne tout au plus qu'une faible idée de la perfection à laquelle des génies plus élevez que le mien pourraient à peine parvenir. La seule chose dont il m'est permis de m'applaudir, c'est d'avoir choisi un sujet dont la beauté a soutenu ma faiblesse. Je ne sais par quel hasard il a échappé aux yeux de ceux qui m'ont précédé.

Toutes les histoires peuvent-elles fournir rien de plus élevé et de plus propre pour la grande tragédie que l'histoire de Judith ? N'y voit-on pas le merveilleux et le pathétique dans toute sa force ? On y voit une veuve consacrée au Seigneur, dévouée à la cendre et au cilice, dans l'obscurité d'une vie humiliée et pénitente, s'arracher subitement à sa retraite, se mettre à la tête d'Israël, commander les Anciens du Peuple, et entreprendre la défaite d'Holopherne, quelle gloire ! Quelle grandeur ! Quelle merveilleuse nouveauté ! On y voit une veuve si sage et si réservée quitter ses modestes habits, ajouter à sa beauté naturelle tout ce que l'artifice et l'orgueil mondain peut inventer de pompeux et de charmant pour surprendre et pour séduire, aller au camp des ennemis avec cet équipage, exposer sa vertu à la brutalité d'un vainqueur barbare, l'attendrir par le langage le plus engageant, et le plus flatteur. Où peut-on trouver une plus violente opposition d'intérêts et de devoirs, et un plus grand contraste de sentiments et de passions ? Quel plus digne sujet peut occuper l'auteur tragique, s'il veut conserver la vérité de l'Histoire sans blesser la sainteté de la matière.

Qu'il serait à souhaiter que de pareils sujets fussent quelquefois représentés sur la scène française pour édifier et divertir en même temps. La Comédie se doit faire honneur à elle-même en faisant honneur à la Religion. Les Comédiens ont-ils moyen plus sûr et plus glorieux pour confondre ceux qui s'obstinent sans cesse à décrier leur profession ? Quel attrait plus puissant pour réconcilier avec le théâtre ceux qui en sont les ennemis déclarés ? Comme toute sorte de gloire appartient au siècle de LOUIS LE GRAND, après y avoir vu les duels et les blasphèmes abolis, l'hérésie exterminée, l'ordre et la discipline par tout rétablis, il faut qu'on y voie la piété florissante au milieu des plaisirs, les spectacles consacrés, le théâtre sanctifié. Quand je parle si avantageusement des matières saintes, je ne prétends pas exclure les sujets profanes, quand ils sont traités sagement et purgés de tout ce qui peut offenser la pudeur, et révolter le spectateur raisonnable.

Si j'étais d'humeur de grossir cette préface, je pourrais faire une dissertation de l'unité de la scène qu'on ne trouve point dans ma tragédie. J'avouerai qu'à l'examiner dans toute la sévérité de la règle, la critique est raisonnable ; mais s'il fallait s'en tenir à cette parfaite unité qu'on me demande, on aurait à reprocher ce défaut presque à tous les ouvrages de théâtre. Si Monsieur de Corneille se fût imposé cette règle, que serait devenue cette belle scène que Rodrigue fait avec Chimène quand il va la trouver chez elle ? Que s'il faut justifier mon ouvrage en particulier, il me suffit du moins pour établir l'unité morale, que ce commerce qui est entre la Ville et le Camp pour l'exécution de ce qui se passe sur la scène, se puisse faire vrai semblablement dans moins de temps qu'il n'en faut pour satisfaire à la règle des vingt-quatre heures ; et d'ailleurs cette unité de scène se doit expliquer plus favorablement pour mon ouvrage, puisque la proximité du camp et de la ville était absolument nécessaire dans les sièges du temps de Judith où l'on ne pouvait battre les murailles de la ville assiégée, qu'avec des machines.

Je ne dirai rien de l'épisode de Misaël, il a paru si naturel et a été si heureux, que ce serait me rendre indigne de l'approbation qu'il a eu, si je voulais la justifier. Je ne répondrai point aux objections qu'on m'a faites par un jugement précipité, qui n'a pas examiné ce qui précède, et ce qui suit les endroits qu'on a condamnés. Je répondrai encore moins à la critique qui est fondée sur le goût et non pas sur la règle.

Mais je ne saurais me taire sur l'étrange critique qui s'est répandue contre les pièces saintes. Ce bruit est devenu un scandale public, et semble nous faire entendre qu'il faudrait proscrire la piété et la bannir du théâtre, comme si nous étions encore dans ce siècle barbare et ignorant, où les spectacles publics représentaient nos plus sacrez mystères d'une manière qui rendait ridicule ce qui devait être le sujet de l'attention la plus sérieuse et de la plus profonde vénération. Veut-on consacrer le théâtre aux matières profanes, aux événements les plus horribles, aux parricides, aux empoisonnements, aux passions outrées, aux amours incestueuses.

J'avoue que les sujets les plus extraordinaires peuvent instruire et divertir quand ils sont maniés par des mains savantes et heureuses ; mais peut-on douter que les matières saintes quand elles tombent en de pareilles mains, puissent recevoir un tour assez agréable pour plaire et mieux encore pour édifier le spectateur chrétien. Nous avons un illustre exemple dans Polyeucte, et puisque Judith dont l'Histoire est si délicate et si difficile à traiter, n'a pas déplu dans la forme que je lui ai donnée, que ne peut-on pas attendre de ceux qui avec une Muse plus forte que la mienne, voudront entreprendre de semblables ouvrages, et leur donner tous les ornements de la scène. Puissent-ils confondre l'envie, ou plutôt s'attirer cette critique qui s'est déchaînée sur ce qui fait tant d'honneur à Judith.

ACTEURS

JUDITH, veuve de Manassés.

MISAEL, Betulien, Amoureux de Judith.

OZIAS, chef du Peuple.

ACHIOR, chef des Ammonites.

ABRA, suivante de Judith.

CHOEUR de BETULIENS.

HOLOFERNE, prince d'Assyrie, Général des Assyriens.

VAGAO, un des officiers de sa Chambre.

CHOEUR D'ASSYRIENS.

La scène est à Bétulie et au Camp des Assyriens.

ACTE I

SCÈNE PREMIÈRE.
Ozias, Choeur des Bétuliens.

OZIAS, parlant au Choeur des Bétuliens.

Peuples impatients étouffez ce murmure :

Quelques maux, quelque soif que Bétulie endure,

Soumettez-vous toujours aux décrets éternels,

Et soyez malheureux sans être criminels.

5   Retirez-vous.

UN BETULIEN

  Craignez que ces peuples rebelles...

OZIAS

Ne m'importunez plus par des plaintes nouvelles.

UN BETULIEN

Holoferne a partout semé tant de terreur...

OZIAS

Je crains vos lâchetés, et non pas sa fureur.

Avant que de nous rendre, à force de victimes

10   Faisons cesser enfin la peine de nos crimes ;

Achevons les cinq jours qu'Israël m'a promis :

Jusques-là qu'il résiste à nos fiers ennemis.

Plus de réplique ; allez, que son obéissance

Fasse un dernier effort sur son impatience.

UN BETULIEN

15   Mais instruit de nos maux et si longs et si grands,

Quel temps demandez-vous à des Peuples mourants ?

Est-ce un ordre à donner ? est-ce un conseil à suivre ?

Ils comptent les moments qui leur restent à vivre.

Abandonnés du Ciel, sans espoir de secours,

20   Chaque jour est pour eux le dernier de leurs jours.

Périssent, disent-ils le désespoir dans l'âme,

Nos femmes, nos enfants par le fer, par la flamme,

Plutôt que de les voir expirer dans nos bras

Par une douleur lente, et par un long trépas.

OZIAS

25   Malgré leur désespoir n'en puis-je pas attendre

Le délai de cinq jours avant que de se rendre ?

Mille maux ajoutés aux maux qu'ils ont soufferts

N'ont rien de comparable à la honte des fers.

Prions, importunons le Dieu de la victoire,

30   Et de tous ses bienfaits rappelons la mémoire.

Mettons tout en usage, et si dans les cinq jours

La colère du Ciel nous laisse sans secours,

Dans cette extrémité ne pouvant nous défendre,

Sans honte et sans remords Israël se peut rendre.

35   Judith vient de mander nos Magistrats ; et moi

Chef du Peuple, et jaloux du rang où je me vois

Je les préviens, et veux savoir par quel mystère

La modeste Judith dément son caractère.

Je l'ai fait avertir, elle m'a fait savoir

40   Qu'elle serait bientôt en état de me voir.

UN BETULIEN

Cet ordre me surprend, et c'est vous faire injure.

OZIAS

Je me plains encor plus du peuple qui murmure,

Faites ce que j'ai dit.

SCÈNE II.

OZIAS, seul.

Je brûle de savoir

Par quel motif Judith usurpe mon pouvoir ;

45   Et ne pouvant douter de sa sagesse extrême,

Je ne puis retrouver Judith en elle-même.

SCÈNE III.
Ozias, un Bétulien.

OZIAS

Pourquoi ce prompt retour ?

UN BETULIEN

Je reviens étonné

De voir par des soldats Achior emmené :

Il vous cherche.

OZIAS

Achior ! Lui, chef des Ammonites,

50   Lui qu'on pouvait compter entre nos prosélytes,

Et qui fut de nos lois secret observateur ?

Un si fameux guerrier trahi par son malheur

À la garde du camp s'est-il laissé surprendre ?

UN BETULIEN

Le voici.

SCÈNE IV.
Ozias, Achior.

OZIAS

Quel malheur que je ne puis comprendre,

55   Ou plutôt quel bonheur vous conduit en ces lieux ?

ACHIOR

Le courroux d'Holoferne, un malheur glorieux.

Chef d'un Peuple idolâtre, et né pour le conduire,

Par ce commandement m'étant laissé séduire,

Je servais Holoferne, et dans les grands emplois

60   Cet honneur éclatant me retint sous ses lois.

Depuis longtemps j'aspire au nom d'Israélite,

Et comme Misaël en a tout le mérite,

Ses leçons m'ont instruit de votre sainte loi.

Au Camp des ennemis j'ai pris soin malgré moi

65   De cacher dans mon sein le feu d'un si beau zèle :

Mais enfin il parut aux yeux de l'infidèle

Et voyant à regret Bétulie aux abois,

J'affrontai le tyran, et je haussai ma voix.

Que l'impie Holoferne et s'irrite et s'offense,

70   Quand ma bouche à ses yeux vante une autre puissance ;

Qu'il nomme cette audace un transport insensé,

Dieu qui me l'inspirait, Dieu l'a récompensé.

Vous voyez ce qui suit ce que je viens de faire.

Holoferne aveuglé d'orgueil et de colère

75   S'apprêtait à punir ce zèle audacieux,

Et déjà des éclairs qui sortaient de ses yeux

Paraissaient de ma mort la menace certaine ;

Mais le maître des coeurs rend la menace vaine,

Il fait que le tyran forme un autre dessein,

80   Sans discerner quelle est cette invisible main,

Qui retient malgré lui sa rage impétueuse ;

Et comme il ne croit pas sa victoire douteuse,

Il m'envoie en ces lieux, plein de l'espoir cruel

De me faire périr en perdant Israël.

OZIAS

85   Ainsi plein d'une fière et folle confiance

Il vous laisse la vie, et suspend sa vengeance ;

Et pour servir sa gloire autant que son courroux,

Il vous envoie ici pour vous perdre avec nous.

Quel orgueil !

ACHIOR

Cet orgueil se nourrit et s'augmente

90   Au milieu d'une Cour superbe et triomphante,

Où sa gloire est toujours présente à ses regards.

Des peuples à grands flots y vont de toutes parts,

Les lampes dans leurs mains et les fleurs sur leurs têtes,

Honorer ses exploits, ou grossir ses conquêtes.

95   Il y voit dans la foule ambassadeurs et rois

Attachez à ses yeux, attentifs à sa voix,

Et pour mieux l'éblouir il voit en sa présence

Régner l'étonnement, la terreur, le silence.

OZIAS

C'est ainsi qu'enivré de gloire et de grandeur

100   Il s'ôte et nous envoie un chef plein de valeur.

ACHIOR

Je rends grâce à sa haine et bénis ma disgrâce,

Quand j'attends avec vous le coup qui nous menace.

OZIAS

Mais ce qui rend ce coup plus sensible aux Hébreux,

C'est que nous ignorons par quel sort malheureux,

105   Par quels crimes nouveaux, par quelle ingratitude,

Au retour d'une dure et longue servitude,

Ils attirent sur eux ces cruels châtiments.

Vous voyez de quels cris, de quels gémissements,

Un long siège a rempli la triste Bétulie ;

110   Dans quel gouffre de maux elle est ensevelie.

On voit au pied du mont un effroyable amas

De tentes, d'étendards, d'armes et de soldats ;

Tous frémissent de rage et brûlent de combattre,

Tandis qu'environnez de ce Camp idolâtre

115   Les Hébreux sont ici sans force et sans vigueur

Abattus par la soif et défaits par la peur.

Tout le peuple périt, ou se plaint, ou murmure,

Ici tout manque, et l'eau s'y donne par mesure.

Sur le moindre aliment qu'on partage entre nous,

120   Tombent mille regards avides et jaloux.

On voit plus d'une mère étouffant la nature

Vouloir de son enfant faire sa nourriture.

À tous ces malheureux je partage mes soins ;

Prompt, ardent, mais trop faible à remplir leurs besoins.

125   Mon zèle, en divisant ces secours charitables,

Devient presque inutile à tant de misérables.

Mais pour comble de maux écoutez et tremblez.

Veilles, prières, pleurs et jeûnes redoublez

N'ont pu forcer l'oracle à rompre le silence.

130   Pour lasser sa rigueur par la persévérance,

Le Grand Prêtre a couvert de sang le saint Autel,

Et des cris des enfants fatigué l'Éternel,

Par un zèle importun il combat sa colère,

L'oracle est inflexible et s'obstine à se taire.

ACHIOR

135   Ah ! que vous me frappez ! ce silence est affreux.

Je ne m'étonne plus, si contre les Hébreux

Nous voyons aujourd'hui le grand Dieu des vengeances

Susciter le vainqueur des plus fières puissances,

Le superbe Holoferne, à qui tout est soumis,

140   Envoyé par un Roi qui se croit tout permis,

Dont l'oeil n'épargne rien et sans cesse dévore

Tout ce qui du Couchant s'étend jusqu'à l'aurore.

Mais quelque effroi que donne un si vaste pouvoir,

Rien ne saurait m'ôter le courage et l'espoir,

145   Je cherche Misaël, cet amant trop fidèle ;

On dit que pénétré d'une douleur mortelle

Par l'injuste refus de la fière Judith

Il dévore en secret sa honte et son dépit,

Et renonce comme elle au commerce du monde :

150   Mais il faut qu'à nos voeux son courage réponde.

Je connais sa valeur, et nous pouvons tous deux

Contre nos ennemis conduire les Hébreux.

Quand Holoferne croit nôtre perte infaillible,

Souffrez qu'armez tous deux de ce zèle invincible...

OZIAS

155   J'attends ici Judith, quoi qu'il me soit permis

D'accepter un secours contre nos ennemis,

Obtenez son aveu ; ce discours vous étonne.

ACHIOR

Et par quel droit Judith...

OZIAS

Judith commande, ordonne,

Je me rends auprès d'elle et je commence à voir

160   Jusqu'où le Ciel étend sa gloire et son pouvoir.

ACHIOR

Vous pouvez tout ici. Par quel pouvoir suprême

Se met-elle au dessus de vous et d'elle-même ?

OZIAS

La vertu de Judith, un nom si respecté

M'ont fait tout oublier, et rang et dignité ;

165   Et je sens malgré moi, lorsque sa voix m'appelle,

Certain charme secret qui m'entraîne vers elle.

ACHIOR

Plein du bruit de son nom vous respectez ses lois.

OZIAS

Je respecte le Ciel qui parle par sa voix,

Et qui fait de Judith dans sa sainte retraite,

170   Quand l'oracle se tait, son unique interprète.

ACHIOR

Vous flattez son orgueil.

OZIAS

Étranger en ces lieux

Donnez-vous le loisir de la connaître mieux.

Vous la verrez modeste, humble dans l'abondance,

Et ne comptant pour bien que la seule innocence ;

175   Belle, mais sans orgueil, et cachant sa beauté

Dans le sein d'une austère et sainte obscurité,

Pauvre pour elle-même et riche pour les autres,

Insensible à ses maux et tendre pour les nôtres.

Quand elle prend sur nous un souverain pouvoir,

180   C'est un ordre du Ciel, Judith sait son devoir.

Elle vient.

SCÈNE V.
Judith, Ozias, Achior, Abra.

OZIAS

Voyez-la sans art et sans parure,

Se bornant sagement aux soins de la Nature,

Simple, et qui toutefois fait paraître à nos yeux

Sur son auguste front un air impérieux.

ACHIOR

185   Mon erreur se dissipe à sa première vue.

JUDITH

Ozias, vous m'avez trop longtemps attendue.

Sur l'ordre surprenant que le Ciel m'a dicté,

J'ai long-temps combattu mon incrédulité ;

De ses clartés enfin animée et remplie

190   Je viens... Que vois-je ici ! Quoi, vous dans Bétulie ?

Achior, quel motif vous amène en ces lieux ?

Mais quelque ardent que soit ce désir curieux,

Il faut que pour remplir le devoir qui me presse,

Au Prince des Hébreux tout mon discours s'adresse.

ACHIOR

195   Si ma présence...

JUDITH

  Non. Il n'est rien entre nous

que ne puisse écouter un homme comme vous.

À Ozias

Quand je commande ici j'en dois être confuse :

Mais ne présumez pas que mon zèle m'abuse,

Ce que vous avez fait contre votre devoir,

200   Si j'ai trop entrepris, m'en donne le pouvoir.

Vous donc, Chef d'Israël, et si digne de l'être,

Quel droit de nôtre sort vous a rendu le maître ?

Quelle est votre pensée ? et quelle aveugle erreur,

Quelle audace vous porte à tenter le Seigneur ?

205   Hé quoi, si Bétulie au vrai Dieu consacrée

N'est par quelque secours dans cinq jours délivrée,

Vous consentirez, vous, qu'elle se livre aux fers

D'un homme qui se croit le Dieu de l'univers.

N'est-ce pas du Seigneur irriter la puissance,

210   Que de vouloir prescrire un temps à sa clémence ?

Est-ce à nous à marquer ce moment arrêté

Dans le profond secret de son éternité ?

Sans chagrin, sans murmure endurons nos misères,

Et détournant nos pas du chemin de nos pères,

215   N'attirons pas sur nous, pour comble de malheur,

Les serpents enflammés, l'ange exterminateur.

Condamnez à souffrir par des lois légitimes

Songeons que nos malheurs sont moindres que nos crimes,

Et toujours dans nos maux, tranquilles et constants

220   Laissons-en au Seigneur la mesure et le temps.

OZIAS

Vos paroles font voir que la Sagesse même

Que Dieu que vous craignez , Judith, et qui vous aime,

Vient de vous inspirer ces saintes vérités,

Votre destin est grand, et vous le méritez.

JUDITH

225   Mon mérite, Ozias, est tout dans ma faiblesse,

Quand la main du Très-haut relève ma bassesse ,

C'est pour mieux rehausser sa gloire et sa grandeur,

C'est par lui, c'est pour lui que je sens dans mon coeur

Se former un projet si nouveau, si terrible...

230   Mais au maître du Monde il n'est rien d'impossible.

Je vois que l'un et l'autre interdit, incertain,

Ne pouvant deviner cet étrange dessein

Rêve profondément sur cet affreux mystère.

OZIAS

Ce que j'entends m'étonne et me force à me taire ;

235   Non que ma foi timide en ces obscurités

Se refuse au secours que vous nous promettez.

Quand je vois que Judith transportée, inquiète

Se produit au grand jour, s'arrache à sa retraite,

Je suis trop convaincu qu'une céleste ardeur

240   Qu'un zèle tout divin embrase votre coeur ;

Des plus rares vertus le Ciel vous a comblée ;

Souffrez ces vérités, et soyez moins troublée ;

La modeste Judith doit enfin avouer...

JUDITH

C'est perdre trop de temps à m'entendre louer,

245   Israël a besoin d'une main secourable,

Je l'entends qui gémit sous le poids qui l'accable

Ne me demandez point par un zèle indiscret

Quel est ce grand secours ; c'est un profond secret,

Je dois vous le cacher, et le Ciel me l'ordonne.

OZIAS

250   Cet ordre est-il pour nous ?

JUDITH

  Il n'excepte personne.

OZIAS

Mais contre l'ennemi ce coup qu'on doit tenter,

Ce dessein étonnant, qui doit l'exécuter ?

JUDITH

Moi.

OZIAS

Vous !

JUDITH

Plus l'entreprise est hardie et nouvelle,

Plus ma foi s'affermit quand ma raison chancelle.

ACHIOR

255   Quoi ! Judith, une femme, elle seule à nos yeux

Ose tenter sans nous cet effort glorieux !

JUDITH

Nul autre n'aura part à ce fameux ouvrage ;

Achior, je ne puis en dire davantage ;

À Ozias

Vous, allez rassurer un peuple plein d'effroi ;

260   Et du reste, Ozias, reposez-vous sur moi.

SCÈNE VI.
Ozias, Achior.

ACHIOR

Quel langage, Ozias ! Il s'agit de la gloire,

Du salut d'Israël, d'une grande victoire ;

Judith vous en répond. J'admire sa fierté ;

Le Ciel s'explique-t-il avec tant de clarté,

265   Qu'elle ose s'assurer d'un secours infaillible ?

Quand il faut triompher d'un ennemi terrible,

Judith se promet-elle un si rare bonheur ?

Dieu voudra-t-il l'armer de son foudre vengeur,

Ou fera-t-il marcher la terreur devant elle ?

OZIAS

270   Laissons au Ciel le soin de venger sa querelle,

Et n'examinons point quels secours, quels ressorts

Sa colère voudra tirer de ses trésors.

Bien loin que dans un sexe impuissant et timide

Je condamne en Judith une audace intrépide,

275   J'en prends pour la victoire un présage certain.

ACHIOR

Respectons dans Judith l'oracle souverain.

Cependant quel que soit un espoir si sublime,

Rien ne peut arrêter le zèle qui m'anime,

Et quand Judith s'apprête à sauver les Hébreux,

280   Je sens croître l'ardeur de combattre pour eux.

Mais pour mieux contenter cette ardeur inquiète,

Je vais de Misaël découvrir la retraite,

Exciter son courage, et charmer son dépit

Par tout ce qu'on attend de l'illustre Judith.

OZIAS

285   J'attends tout de Judith, mais le Peuple indocile

Ne prenant pas sur elle un espoir bien tranquille :

Je vais par votre exemple et par votre valeur

Apaiser son murmure, et calmer sa frayeur.

ACTE II

SCÈNE PREMIÈRE.
Achior, Misaël.

ACHIOR

Quoi vous me prévenez ! ma tendre inquiétude

290   Cherchait à vous tirer de votre solitude,

Et vous, cher Misaël, par un prompt changement

Vous venez me chercher avec empressement

MISAEL

Au bruit de votre nom, une allégresse extrême

Dissipe mes ennuis, et me rend à moi-même.

295   C'était peu du plaisir de vous voir en ces lieux ;

J'ai celui de savoir qu'un zèle glorieux,

Même aux yeux d'Holoferne et d'un camp infidèle

Vous a fait d'Israël soutenir la querelle :

Ainsi d'un culte impie illustre déserteur...

ACHIOR

300   Ah ! ne m'imputez point cette sainte ferveur.

Si vous voyez qu'enfin après un long silence

Elle brave Holoferne et parle en sa présence,

C'est l'Oracle éternel qui force quelquefois

Le plus faible mortel à lui prêter sa voix,

305   Et qui répand dans l'âme ignorante et grossière,

Avec un zèle ardent un trésor de lumière.

MISAEL

Ce que vous avez fait en faveur d'Israël,

Jette sur votre nom un éclat immortel.

ACHIOR

Si vous mettez si haut le zèle qui m'enflamme,

310   Admirez encor plus le zèle d'une femme :

Judith va triompher de tous nos ennemis.

MISAEL

Judith ? et quel secours...

ACHIOR

Judith nous l'a promis.

MISAEL

Sur la foi de Judith, sur cet espoir frivole.

Quel gage , quel garant...

ACHIOR

Sa vertu, sa parole.

315   En faut-il davantage ? Ici tout retentit

Du miracle étonnant qu'on attend de Judith.

Quel trouble, Misaël...

MISAEL

Ah ! Si j'ose vous croire,

Achior, je suis presque affligé de sa gloire.

ACHIOR

Haïssez-vous Judith avec tant de fureur ?

320   J'ai par des bruits confus appris votre malheur :

Le refus de Judith est un affront sensible ;

Mais d'un pareil refus l'excuse était plausible.

Consacrée au Seigneur, pouvait-elle...

MISAEL

Écoutez.

Le Ciel pourvut Judith de toutes les beautés,

325   Manassés eut pour elle une tendresse extrême ;

Il l'aima constamment, et je l'aimai de même.

Manassés fut aimé : pour choisir entre nous,

Judith avait des yeux, elle en fit son époux.

Il meurt, laisse Judith sans enfants, jeune et belle.

330   Ma tendresse revient et l'espoir la rappelle,

Parent de Manassés, né dans un même rang,

Je dois remplir sa place et relever son sang :

Tout flatte mes désirs, et par la loi commune

Je devais épouser sa veuve et sa fortune.

335   Déjà d'un si beau sort un chacun m'applaudit ;

Et mes plus fiers Rivaux m'abandonnent Judith.

Plein d'amour et d'espoir je triomphe dans l'âme ;

Mais Judith est toujours insensible à ma flamme ;

Rien ne l'a pu fléchir ; la mort de son époux

340   Ne lui permettant pas de voir rien parmi nous,

Qui puisse réparer la perte qu'elle a faite,

Elle se fait chez elle une austère retraite ;

Et moi désespéré, loin du monde et du bruit...

ACHIOR

J'ai plaint le triste état où vous êtes réduit,

345   Et ma tendre amitié justement indignée,

Loin des yeux de Judith ne l'a point épargnée ;

Mais dès qu'elle a paru, joignant à ses beautés

Des discours tout remplis de saintes vérités ;

C'est avec d'autres yeux que je l'ai regardée :

350   J'ai pris de son mérite une trop haute idée,

Pour croire son orgueil injuste et criminel,

Quand elle se refuse aux soupirs d'un mortel.

MISAEL

Achior, rien ne peut consoler ma tendresse ;

La perte que je fais me revenant sans cesse...

ACHIOR

355   Mais enfin, c'est trop loin pousser votre douleur

Quand chacun doit ici faire agir sa valeur,

Dans un honteux repos la vôtre ensevelie,

Se refuse au secours qu'on doit à Bétulie.

MISAEL

Dans l'état où je suis, Achior, je me vois

360   Si plein de ma douleur, si peu maître de moi...

SCÈNE II.
Abra, Achior, Misaël.

ABRA

Ah Misaël !

MISAEL

Parlez, qu'avez vous à nous dire ?

ABRA

Pour parler sans témoins, faites...

ACHIOR

Je me retire.

MISAEL

Ne vous éloignez pas.

SCÈNE III.
Abra, Misaël.

MISAEL

Quel est ce désespoir ?

ABRA

Vous pourrai-je exprimer ce que je viens de voir ?

365   Voyez en quel état je m'offre à votre vue,

Toujours près de Judith modeste et retenue,

Par son ordre j'ai pris ces riches vêtements ,

Jugez par là, jugez quels sont ses sentiments.

Est-ce une illusion dont l'honneur m'épouvante ?

MISAEL

370   Ne laissez plus mon âme incertaine et tremblante.

ABRA

Cette sage Judith, et sur qui l'Éternel

Semblait se reposer du salut d'Israël,

Passant subitement dans un désordre extrême...

Non ce n'est plus Judith, ce n'est plus elle-même.

MISAEL

375   Que me voulez-vous dire ? achevez promptement.

ABRA

Hélas ! le croirez-vous ? quel affreux changement !

Vous savez que Judith du monde séparée,

Et que d'un feu si beau vous avez honorée,

Repoussait vos soupirs par son austérité,

380   Opposait à l'orgueil qu'inspire la beauté

Aux flatteuses douceurs, aux vanités du monde

De ses abaissements l'humilité profonde.

Vous savez qu'étant riche en habits précieux,

En tous ces ornements qui fascinent les yeux,

385   Elle ne s'en servait, qu'afin de satisfaire

Un époux à qui seul elle avait soin de plaire.

Cependant aujourd'hui cette même Judith

Je l'ai vue... Ah ! j'en meurs de honte et de dépit,

S'empresser à chercher quelques grâces nouvelles

390   Qui pussent augmenter ses beautés naturelles ;

Et pour mieux disposer ses ornements mondains,

Appeler le secours de nos yeux, de nos mains.

Je l'ai vue à ses yeux timides et modestes,

Demander des regards plus hardis, plus funestes,

395   Des regards dont l'éclat alarme la pudeur,

Et porte le désordre et le feu dans le coeur.

MISAEL, transporté de joie.

Qu'entends-je ? quoi Judith modeste, humiliée,

Relevant sa beauté qu'elle avait oubliée

Par de nouveaux attraits se plaît à l'augmenter !

400   Abra, s'il est ainsi, puis-je pas me flatter

Quand je la vois sortir d'une retraite austère,

Et reprendre les soins et la gloire de plaire,

Qu'elle revient au monde y choisir un Epoux.

ABRA

Je l'ai crû, Misaël, et j'ai parlé pour vous.

MISAEL

405   Je puis donc espérer...

ABRA

  Hé quelle est ta pensée ?

M'a-t-elle dit, croirai-je une ardeur insensée ?

Le salut des Hébreux occupe tout mon coeur.

MISAEL

Je comprends son dessein et je vois mon erreur ;

Je vois bien que sachant le pouvoir de ses charmes,

410   Elle veut obtenir le succès de nos armes,

Exciter de nos Juifs le courage et les bras,

En s'offrant elle-même avec tous ses appas.

Il n'est point de mortels qui n'expose sa tête,

Si la belle Judith doit être sa conquête ;

415   Et comme pour ce prix tout doit être tenté,

Holoferne en son Camp n'est pas en sûreté.

J'oserai tout pour perdre un Tyran infidèle :

Si c'est là son dessein que ne s'explique-t-elle ?

ABRA

Elle a d'autres desseins qu'elle n'explique pas.

420   Imitez le grand Prêtre, imitez Ozias :

Tous deux d'un grand projet qui semble téméraire,

Adorent le secret, respectent le mystère.

MISAEL

Tous ces empressements qu'elle a pour sa beauté

Témoins de son désordre et de sa vanité,

425   Jettent dans mon esprit une jalouse rage.

ABRA

Ne poussez pas si loin un soupçon qui l'outrage ;

Pour juger de Judith, jugez-en comme moi ;

Son changement me comble et de trouble et d'effroi.

Loin d'elle vous voyez avec quelle colère

430   Je condamne à vos yeux ce qu'elle vient de faire ;

Mais dès que je l'approche, une vive splendeur

Un trait éblouissant de gloire et de grandeur

D'un projet étonnant me donne une autre idée.

Et si d'un noir soupçon votre âme est possédée,

435   Dès que vous la verrez, condamnant votre erreur...

MISAEL

Ah ! Plutôt vous verrez redoubler ma fureur ;

Et loin de m'éblouir par cette vaine pompe,

Par ce brillant dehors qui vous charme et vous trompe,

De mon juste dépit tout mon coeur occupé...

SCÈNE IV.
Judith, Misaël, Abra.

MISAEL, continue.

440   Je la vois. De quel trait son abord m'a frappé !

Vous me le disiez bien que ce n'est que loin d'elle...

Non, Abra, ce n'est point une beauté mortelle.

Permettez.

JUDITH

Levez-vous, Misaël.

MISAEL

Laissez-moi

À ces divins appas rendre ce que je dois.

445   C'est un présent du Ciel qu'en ces lieux il envoie

Pour remplir les Hébreux d'espérance et de joie.

Je ne puis soutenir cet amas de beautés.

JUDITH

Sous quels ornements fragiles, empruntés,

Me méconnaissez-vous ? Je suis toujours la même.

MISAEL

450   Si c'est cette Judith que j'aimais et que j'aime,

Par quel sort rigoureux de mon bonheur jaloux

N'ai-je pu succéder à son illustre époux ?

Ces grâces, ces attraits qu'en vous le Ciel assemble,

Ce qu'à peine je crois et que je vois ensemble ;

455   J'ai dû les obtenir, la coutume, la loi,

Le sang et l'amitié tout vous parlait pour moi.

JUDITH

Et pour dire encor plus, vertu, zèle, mérite,

Tout ce qu'on peut louer dans un Israélite,

Foi, constance, valeur, je les trouvais en vous :

460   Vous pourriez réparer la perte d'un époux,

Si d'un voeu solennel la chaîne inviolable

Ne m'avait déjà fait un époux adorable,

Un époux éternel et jaloux de ses droits.

MISAEL

Mais ce divin époux digne de votre choix,

465   Demande-t-il de vous cette riche parure

Qu'un art vain et profane ajoute à la nature ?

Quand un Peuple affligé vous regarde aujourd'hui,

Quand il voit tant d'éclat, quel spectacle pour lui ?

Dans ces jours de douleur qui font cesser nos fêtes

470   La superbe Judith va faire des conquêtes.

Que me répondrez-vous ?

JUDITH

Attendez, admirez

Sans rien approfondir, ce que vous ignorez.

Apprenez seulement, et ce mot doit suffire ;

Que si pour achever ce que le Ciel m'inspire

475   J'emploie à me parer ces trésors précieux,

Et ce que l'art de plaire a de plus curieux,

Je me laisse entraîner par un ordre suprême,

Et me fais un effort qui m'arrache à moi-même.

Ainsi pour achever un trop long entretien,

480   Ne me condamnez point, ne me reprochez rien :

Plaignez plutôt, plaignez la contrainte cruelle,

Le violent effort que Judith fait sur elle,

De passer d'un état modeste, humilié

À ce luxe pompeux que j'avais oublié,

485   De passer d'une vie obscure et pénitente

Aux pièges dangereux d'une vie éclatante,

D'une sainte retraite au grand jour qu'elle fuit,

Du repos au tumulte, et du silence au bruit.

MISAEL

Mais ne pourrai-je au moins, pour calmer mes alarmes,

490   Ne pourrai-je savoir où vous portez vos charmes ?

En quels lieux vous allez....

JUDITH

Au Camp des ennemis.

MISAEL

Dans le Camp d'Holoferne ? hé vous est-il permis

D'exposer un trésor si charmant et si rare

Aux brutales fureurs d'un ennemi barbare ?

495   Seule sans suite....

JUDITH

  Abra ne me quittera pas.

MISAEL

Présumez-vous si fort de vous, de vos appas ?

JUDITH

Présumez-vous si peu du Ciel qui me l'ordonne ?

MISAEL

Mais ne sentez-vous point toute l'horreur que donne

L'effroyable péril où vous vous exposez ?

500   Qu'allez-vous devenir, si vous vous abusez ?

Dans un camp ennemi, misérable, captive....

Si rien ne vous retient, souffrez que je vous suive.

JUDITH

Non, je vous le défends.

MISAEL

Cet important secret

Craint à ce que je vois un témoin indiscret ;

505   Le salut d'Israël doit être votre ouvrage :

Mais peut-être sans vous nous aurons l'avantage

D'obtenir par nos mains le succès glorieux

Que vous voulez devoir au pouvoir de vos yeux ;

Et si vous osez tout sur la foi de vos charmes,

510   J'ose tout espérer du secours de nos armes.

JUDITH

Vous vous perdez.

MISAEL

Qu'importe ?

JUDITH

Arrêtez.

MISAEL

Je ne puis.

Et n'écoute que moi dans l'état où je suis.

Vous espérez au camp une indigne victoire ?

J'y serai devant vous pour sauver votre gloire ;

515   Et pour vous épargner un triomphe odieux

Mon bras va prévenir le crime de vos yeux.

SCÈNE V.
Judith, Abra.

JUDITH

Quand pour aller au Camp l'ordre du Ciel me presse,

Misaël m'embarrasse et je crains ma faiblesse ;

Je cours exécuter un effort plus qu'humain :

520   Lâche pitié qui rends mon devoir incertain

Sors de mon coeur, cédons à la voix qui m'appelle,

Mettons-nous au dessus du sort d'une mortelle,

Allons. Mais où m'emporte une sainte ferveur ?

La pitié n'est jamais indigne d'un grand coeur.

525   Je vois tous les malheurs où Misaël s'expose ;

Misaël se va perdre, et j'en serai la cause.

Quelque ardeur que je doive au salut des Hébreux,

Donnons quelque moment au soin d'un malheureux.

Va chercher Achior, même soin le regarde,

530   Voyant à quels périls Misaël se hasarde,

Abra, n'en doute point, dans ce pressant besoin

Cet ami généreux...

ABRA

Achior n'est pas loin,

Je vais vous l'amener.

SCÈNE VI.

JUDITH, seule.

À quoi suis-je forcée,

Quand de tant d'autres soins j'ai l'âme embarrassée ?

535   Que l'état où je suis m'étonne et me confond,

Seigneur ! et qu'à mes yeux ce mystère est profond !

Quelles armes pour vaincre une fière puissance

Voulez-vous que Judith prête à votre vengeance ?

Vous la force du faible, et d'un coeur innocent

540   L'espoir le plus certain dans un pas si glissant,

Secourez une veuve à vos ordres fidèle,

Dont le zèle impuissant soutient votre querelle,

Ajoutez ce qui manque à ces traits empruntez

Que pour plaire au Tyran le monde m'a prêtez,

545   Faites qu'il trouve en moi tout ce qui rend aimable,

Et dans tous mes discours un charme inévitable :

Qu'il en goûte à longs traits la mortelle douceur,

Et que ses propres yeux soient un piège à son coeur.

Qu'aux deux bouts de la terre à jamais on publie

550   Qu'une femme elle seule a sauvé Bétulie,

Et qu'un peu de beauté fut le fatal écueil

Où le Tyran a vu briser tout son orgueil.

SCÈNE VII.
Judith, Abra, Misaël, Achior.

MISAEL

Achior m'a parlé, qu'en pouvez-vous attendre ?

À de lâches conseils le ferez-vous descendre ?

555   Notre amitié sur moi lui donne un plein pouvoir,

Mais loin de condamner mon juste désespoir,

Touché de mon malheur...

ACHIOR

Quand Misaël s'emporte

Quel frein peut retenir une douleur si forte ?

Quoique dans cet état trop digne de pitié

560   Il donne des terreurs à ma tendre amitié,

Ne nous opposons point au torrent qui l'entraîne.

Souffrons qu'un malheureux, pour soulager sa peine,

Aille dans les combats exhaler sa douleur,

Et qu'un beau désespoir seconde sa valeur.

JUDITH

565   De quel oeil voyez-vous ce que le Ciel m'inspire ?

Si sans vous, si sans lui, seule j'y puis suffire,

Pourquoi me viendra-t-il troubler par ses fureurs ?

Achior, vous avez de pareilles ardeurs ;

Votre nom fait du bruit, et je sais quelle audace

570   Dans le Camp d'Holoferne a fait votre disgrâce ;

Mais ne voyez-vous pas qu'en flattant Misaël

Votre zèle se trompe et devient criminel :

Ne vous abusez point dans son ardeur guerrière,

Sa jalouse fureur se montre toute entière.

575   Sur mon ajustement nouveau, mystérieux

Il forme des soupçons inquiets, curieux,

Il cherche avidement ce que j'ose entreprendre,

Et jusques dans le camp il est prêt de descendre.

Misaël, Achior parle en votre faveur,

580   Et je veux comme lui flatter votre douleur.

Vous brûlez de combattre, et je vous le pardonne ;

Mais ne traversez point ce que le Ciel m'ordonne,

Ou puisse sur vous seul le céleste courroux

Détourner tous les maux qu'il fait tomber sur nous.

585   Si ma menace est faible, et n'a rien qui vous touche,

Craignez le Dieu vivant qui parle par ma bouche.

SCÈNE VIII.
Achior, Misaël.

ACHIOR

Juste Ciel quels discours terribles, menaçants !

Vous en sentez la force autant que je la sens,

Misaël, je le vois par ce morne silence :

590   Tout ce que vous aviez d'ardeur, d'impatience

En écoutant Judith, glacé subitement

Vous laisse devant nous, sans voix, sans mouvement.

MISAEL

Ah ! que vous jugez mal de l'état de mon âme !

J'examine en secret l'adresse d'une femme,

595   J'admire de quel air son zèle audacieux

Oppose la menace aux soupçons curieux,

Aux mouvements jaloux qui m'agitent sans cesse ;

Mais j'admire encor plus avec quelle faiblesse

Vous vous laissez séduire à tout ce qu'elle dit.

600   Ce n'est plus la modeste et sincère Judith ;

Sa vertu sans fard, sa beauté naturelle,

C'est la fausse Judith, c'est Judith l'infidèle...

ACHIOR

Arrêtez, Misaël : votre jaloux dépit

Ose-t-il outrager la fameuse Judith ?

605   Respectez sa vertu, le Ciel la justifie

Par le hardi dessein que son choix lui confie.

Combattons, j'y consens, mais au moins gardez-vous

D'embarrasser Judith par vos transports jaloux ;

Ou plutôt pour savoir le parti qu'il faut prendre

610   Attendons le succès....

MISAEL

  Je ne saurais attendre ;

Je veux sans différer, je veux être éclairci ;

Judith hasarde tout, hasardons tout aussi.

Des plus vaillants Hébreux prenons ce qui nous reste,

De la soif, de la faim le ravage funeste

615   Nous laisse encor la fleur de nos meilleurs soldats.

Dès que j'aurai reçu les ordres d'Ozias

Je me livre aux transports dont mon âme est saisie,

Soit amour ou fureur, soit zèle ou jalousie.

ACTE III

SCÈNE PREMIÈRE.
Holoferne, Vagao.

HOLOFERNE

Que le Camp en murmure, il faut qu'on obéisse,

620   Je veux que Bétulie ou se rende, ou périsse.

La soif me venge assez de sa témérité :

Mais un succès si lent fait honte à ma fierté.

VAGAO

La victoire vous plaît prompte et précipitée :

Mais la sage valeur est-elle moins vantée ?

625   Ces rapides succès, Seigneur, ont peu d'appas

Quand ils sont achetés par le sang des soldats,

Et cette soif de vaincre ardente, impétueuse,

Après un long bonheur n'est pas toujours heureuse.

HOLOFERNE

Dois-je vaincre autrement pour remplir mon emploi ?

630   Le Roi que nous servons que dirait-il de moi,

Si Chef de son armée, et chargé de sa gloire

Je voulais ménager une faible victoire,

Attendre ici du temps que réduite aux abois

Une Ville sans nom, inconnue à nos Rois

635   Se rendît lentement par la soif qui la presse,

Et me fît triompher par sa seule faiblesse ?

Ce Roi, dont je dois prendre et l'esprit et le coeur,

Me pardonnerait-il cette indigne lenteur ?

VAGAO

Holoferne sans honte en Conquérant paisible

640   Peut forcer sans combattre un mont inaccessible

Hérissé de rochers, d'où les Bétuliens

S'élèvent fièrement sur les Assyriens.

Est-ce trop peu pour vous de réduire une Ville

Qui peut braver la force et la rendre inutile,

645   Et de savoir vous faire un triomphe certain

Qu'à peine on obtiendrait les armes à la main ?

HOLOFERNE

Vous voulez éblouir d'une belle apparence

Et mon ambition et mon impatience.

Je sers un Roi qui veut ardeur, activité,

650   Vainqueur rapide, heureux, il veut être imité.

Fier d'avoir su gagner une pleine victoire

Sur le Mède jaloux et rival de sa gloire,

Il veut au monde entier faire adorer ses lois.

Pour en faire avertir les Peuples et les Rois,

655   Ses ordres sont portez aux deux bouts de la Terre ;

Mais quoi-que menacez d'une cruelle guerre,

On vit Peuples et Rois sans présents, sans honneurs,

Renvoyer fièrement tous ses Ambassadeurs.

Vous souvient-il alors par quel serment terrible

660   Il jura de venger un affront si sensible,

Il m'ordonna de vaincre et sans perdre un moment

De sacrifier tout à son ressentiment.

Pressé par sa fureur, armé de sa puissance,

Je pars, sors de Ninive, et plein de confiance

665   Je marche à la victoire, et suis par tout vainqueur ;

Chaque moment grossit ce torrent de bonheur.

Au nom des Rois, qu'on vit si fiers, si téméraires

Je reçois des honneurs forcez ou volontaires ;

L'encens fume par tout, tout est semé de fleurs ;

670   L'air retentit de chants et d'éloges flatteurs ;

Tout m'applaudit, par tout joie et magnificence

Honorent mon triomphe, élèvent ma puissance.

Mais vous voyez ici tout d'un coup arrêtez

Les flots impétueux de mes prospérités,

675   Au pied de ces rochers dont l'accès difficile

D'un peuple désarmé fait le plus sûr asile,

Mon pouvoir retenu languit honteusement.

Qu'un assaut général sans perdre un seule moment

Ouvre un libre passage au cours de ma victoire :

680   De ce retardement je dois compte à ma gloire ;

Il est honteux pour moi que le Roi que je sers

Soit un seul jour plus tard maître de l'univers.

Pénétrons ces rochers, rien n'est inaccessible

Aux vifs et prompts efforts d'une armée invincible.

685   Mais quels cris m'ont frappé ?

SCÈNE II.
Un officier assyrien, Holoferne, etc.

OFFICIER

  Nos ennemis, Seigneur,

Ont fait une sortie avec tant de vigueur,

Que presqu'au haut du mont nos troupes avancées

Par leurs premiers efforts ont été renversées ;

Achior qui conduit un si hardi dessein

690   Animait ses soldats de la voix, de la main ;

Tout pliait, et déjà sa fureur insolente

Tournait comme ses yeux, ses pas vers votre tente ;

Un autre de leurs Chefs plus furieux encor,

Avec tant de succès secondait Achior,

695   Que la garde du camp ne resistoit qu'à peine.

Mais la victoire alors devenant incertaine,

Par de puissants secours sans cesse redoublez

Les Hébreux sont enfin par le nombre accablez.

Cependant Achior fier malgré sa défaite

700   Rassemble ce qui reste, et combat en retraite ;

Un gros de Juifs le joint, ardents, désespérés,

Par mille maux soufferts si fort défigurés,

Que nos soldats ont pris d'abord quelque épouvante :

Mais voyant leur ardeur peu durable, impuissante,

705   On poursuit...

HOLOFERNE

  Ton récit fait perdre trop de temps ;

Allons, allons hâter le succès que j'attends.

SCÈNE III.
Holoferne, un autre officier assyrien.

Un OFFICIER ASSYRIEN

Achior est défait, et sa troupe affaiblie

Après un long combat rentre dans Bétulie :

Mais voyant un des siens de la troupe écarté

710   Qui s'éloignait de nous d'un pas précipité,

Je l'observe de loin, sa course impatiente

Par un secret détour le mène à votre tente.

Poursuivi des soldats que j'avais près de moi,

Accablé par le nombre il se rend sans effroi ;

715   Son air ferme, intrépide, et sa mine hautaine,

Font voir qu'un grand projet...

HOLOFERNE

Commandez qu'on l'amène.

SCÈNE IV.
Holoferne, Misaël, des officiers, suite.

HOLOFERNE

Quel étrange dessein te conduit en ces lieux !

Quel secret attentat....

MISAEL

Un dessein glorieux.

Je voulais par ta mort affranchir une Ville

720   De la sainte Sion le principal asile.

Dans le dernier combat Achior avec moi

Nous avons tout osé pour aller jusqu'à toi.

Tu sais par quel malheur nous perdons la victoire ;

Et moi par un transport et de zèle et de gloire

725   Seul je cours t'immoler, mais un si beau dessein

À ma confusion attend une autre main.

Le Ciel, quand Israël, lui demande justice,

Se réserve lui-même un si grand sacrifice,

Ou peut-être a choisi pour un si noble emploi

730   Un Hébreu plus illustre et plus heureux que moi.

HOLOFERNE

J'admire ton audace, et je commence à croire

Qu'un siège qui semblait matière à peu de gloire,

Peut se compter sans honte au rang de mes Exploits :

Mais de ce Peuple fier, plus fier que tant de Rois

735   Qui viennent tous les jours me rendre leurs hommages.

Dis-moi quel est le sort, quels sont les avantages,

Dis-moi quel est l'espoir d'un peuple malheureux,

Mais parle en ami sincère et généreux.

MISAEL

J'atteste devant toi l'astre qui nous éclaire,

740   Tabernacle sacré d'un Dieu que je révère,

Que je ne dirai rien contre la verité ;

Non que j'affecte ici cette sincérité,

Pour racheter ma vie et mendier ta grâce ;

Quelque cruel que soit le coup qui me menace,

745   Je suis trop malheureux pour craindre ton courroux.

Sache donc que le Ciel irrité contre nous

Ayant mis dans tes mains sa gloire et son tonnerre,

Fait tomber sur les Juifs tous les maux de la guerre :

Mais la vertu des Juifs est capable de tout,

750   Et leur persévérance ira jusques au bout.

Malgré la soif, malgré la rigueur de tes armes,

Consternez, accablez de mortelles alarmes,

Nous voulons résister, sûrs à force de pleurs

De rendre enfin le Ciel sensible à nos malheurs,

755   Et d'attirer sur nous des sources abondantes.

Porte, porte plus loin tes armes triomphantes :

Le Ciel en protégeant la sainte Nation,

Livre le monde impie à ton ambition.

On t'a vu par l'effort d'une noble furie

760   Chez cent Peuples soumis briser l'idolâtrie ;

On t'a vu foudroyer par tes puissantes mains

Des chimériques Dieux les simulacres vains,

Réduire leurs Autels et leurs Temples en poudre,

Embraser tous leurs bois si dignes de la foudre,

765   Ces infâmes réduits, et dont l'obscurité

Des forfaits les plus noirs cachaient l'impiété.

Tu devais au vrai Dieu faire ce sacrifice :

Mais bien loin de servir sa gloire et sa justice,

On dit que l'on a vu ton bras victorieux

770   Renverser les Autels, exterminer les Dieux,

Qu'a dessein seulement de déclarer ton Maître

Le seul Dieu de la terre, et le seul digne de l'être.

HOLOFERNE

As tu pu l'ignorer ? ce vainqueur glorieux

Réunit en lui seul tous les Rois, tous les Dieux ;

775   Que si tu n'entends pas la voix de son armée,

La voix des Nations et de la Renommée,

C'est moi qui parle, et moi je t'apprends aujourd'hui

Qu'il n'est plus d'autre roi, plus d'autre Dieu que lui.

MISAEL

Plus d'autre Dieu que lui : quel blasphème exécrable !

780   Abuse-t-on ainsi de ce nom adorable ?

Apprends que ce grand nom dit un être éternel,

Et qu'il n'est d'autre Dieu que le Dieu d'Israël.

HOLOFERNE

Ne crois pas m'éblouir par cette grande idée

Que tu nous veux donner du Dieu de la Judée.

785   Par pitié je fais grâce à ce zèle emporté.

Plus tu m'oses braver, plus ton impunité

Te fera voir combien je méprise ta haine,

Et combien ta menace est inutile et vaine,

Quand tu crois que ton Dieu peut armer contre moi

790   Quelque Hébreu plus à craindre et plus heureux que toi.

SCÈNE V.
Un officier assyrien, Holoferne, Misaël, l'officier assyrien.

L'OFFICIER ASSYRIEN

Un prodige étonnant vient de frapper ma vue.

Une femme, Seigneur, superbement vêtue

S'enfuit de Bétulie, et vient à vos genoux

Par de profonds respects fléchir votre courroux.

HOLOFERNE

795   Qu'on la fasse venir.

L'OFFICIER

  Seigneur, je l'ai laissée

Qui marchait au milieu d'une foule empressée.

Si-tôt qu'elle a paru, le Camp de toutes parts

Vers elle seule a fait aller tous ses regards :

Mais en nous attirant par un charme invincible,

800   Je ne sais quel éclat majestueux, terrible,

Mêle un respect timide au plaisir de la voir.

Chaque soldat oublie, ou suspend son devoir ;

Et plein d'une merveille étonnante et nouvelle,

Croit que la beauté même, en habit de mortelle,

805   Avec tous ses appas vient se donner à vous.

MISAEL

C'est Judith ; cache-toi, mon désespoir jaloux.

HOLOFERNE

Qu'on aille satisfaire à mon impatience,

Je brûle de la voir.

MISAEL

Que je crains sa présence !

SCÈNE VI.
Holoferne, Judith, Misaël, Abra, suite.

HOLOFERNE

Quel surprenant éclat vient de frapper mes yeux,

810   Et porte dans mon coeur un charme impérieux ?

Je vois dans tous ses traits tout l'air d'une Immortelle,

Et toute ma grandeur disparaît devant elle.

JUDITH, à part.

Pour flatter son orgueil, affectons tant d'effroi,

Un respect si profond.... Je tremble, soutiens-moi.

815   Ah ! Que de majesté ! Tant de grandeur m'accable.

HOLOFERNE

Quel objet est ici pour vous si redoutable ?

Reprenez vos esprits, et commencez à voir

Que vos yeux sont ici plus craints que mon pouvoir.

Vous êtes en ces lieux souveraine maîtresse.

JUDITH

820   Quelle flatteuse voix rassure ma faiblesse,

Et me rend tout à coup l'usage de mes sens ?

Mais en ouvrant les yeux, que de troubles puissants

Reviennent quand j'approche un trône si terrible,

Qui du trône éternel est l'image sensible !

825   Seigneur, pour me sauver de ton juste courroux,

Je sors de Bétulie, et viens à tes genoux.

HOLOFERNE

Vous aux pieds d'Holoferne humblement prosternée,

Vous que de tant d'appas le Ciel a couronnée ?

JUDITH

Vive et règne à jamais ton Roi vainqueur des Rois,

830   Que tous ses ennemis soient soumis à ses lois,

Et que par le secours du bras que tu lui prêtes

Il porte encor plus loin son nom et ses conquêtes.

Quand la terre s'étonne et se tait devant toi,

Peux-tu pour m'écouter descendre jusqu'à moi ?

835   On connaît ta sagesse, on vante ta conduite.

Sur un nom si fameux j'ai hasardé ma fuite ;

J'ai dû présumer tout d'un coeur comme le tien,

Dans ton Camp, dans tes fers la vertu ne craint rien.

J'aime mieux être ici captive, misérable,

840   Qu'être en proie aux malheurs d'une Ville coupable,

Que le Ciel irrité ne veut plus secourir,

Et que ses jugements condamnent à périr.

En vain je leur fais voir la force de tes armes,

On ne veut écouter mes conseils ni mes larmes ;

845   Ils persistent toujours dans l'horrible dessein

De souffrir jusqu'au bout et la soif et la faim.

Ils sont si transportez de cette aveugle rage,

Que sans se rebuter de l'horreur du breuvage,

Ils veulent avaler le sang des animaux ;

850   Même pour ajouter le crime à tant de maux,

On les voit d'une ardeur sacrilège, intrépide,

Se jeter sur l'autel, et d'une bouche avide

Dévorer les présents que nul impunément

Ne peut jamais toucher de la main seulement.

855   Sur tant d'impiété, sur tant d'impatience,

Le Ciel se lasse enfin d'écouter sa clémence,

Les livre entre tes mains, et bien loin aujourd'hui

D'aimer un peuple ingrat et de veiller sur lui,

Il veut exterminer cette race rebelle.

860   Profite d'un avis important et fidèle.

MISAEL, à part.

Judith flatte Holoferne, et par de faux avis.

HOLOFERNE, à part.

Tu vois si tes conseils doivent être suivis.

JUDITH

Misaël en ces lieux ! j'ai prévu sa disgrâce.

HOLOFERNE

On vient de l'arrêter ; J'ai loué son audace,

865   Quand il m'a dit tout haut qu'il venait m'immoler :

Mais quand je lui permets de vivre et de parler,

Ce lâche à l'attentat ajoute l'imposture.

MISAEL, à Judith.

C'est vous qui m'attirez cette mortelle injure.

Par un discours trompeur vous démentez le mien,

870   Achevez mes malheurs et ne ménagez rien,

J'ai voulu par sa mort délivrer Bétulie,

J'ai tenté cet effort au péril de ma vie,

Et j'ai même écouté ce généreux courroux

Par d'autres intérêts qui ne sont que pour vous.

JUDITH

875   Qui ne sont que pour moi ! Suis-je votre complice ?

Et puis-je souhaiter qu'Holoferne périsse,

Quand je viens à ses pieds implorer sa faveur ?

MISAEL

Judith le reconnaît déjà pour son vainqueur !

Ô ! Honte d'Israël ! vous serez satisfaite ;

880   On ne laissera point votre gloire imparfaite.

Holoferne ébloui par un charme trompeur.

HOLOFERNE

Je suis las d'écouter un traître, un imposteur.

MISAEL, à Judith.

Quels noms pour Misaël ! quelle horrible injustice !

Jouissez de ma peine et de votre artifice.

JUDITH, à part.

885   Je fais tous ses malheurs. Dure nécessité !

MISAEL

Si tu ne me crois pas digne d'être écouté,

Par une prompte mort...

HOLOFERNE

Oui, tu mourras, parjure,

Moins pour ton attentât que pour ton imposture.

Qu'on aille l'immoler à mon juste courroux.

JUDITH

890   Non, il cherche à mourir : ce supplice est trop doux.

Il faut que dans les fers il gémisse, il soupire,

En voyant sur les Juifs étendre ton Empire.

Qu'il vive, et qu'apprenant ta gloire et ton bonheur,

Il en meure cent fois de rage et de douleur.

HOLOFERNE

895   Hé bien, que la prison commence son supplice.

SCÈNE VII.
Judith, Holoferne.

JUDITH

Dès que l'ordre du Ciel pour te faire justice

Voudra que je te mène au trône des Hébreux,

Je te ferai marcher triomphant devant eux.

Je te les livrerai sans armes, sans défense,

900   Tous tremblants de respect et tous en ta présence

Frappez d'une muette et divine terreur

Viendront à tes genoux adorer leur vainqueur.

Nul cri séditieux, nul murmure inutile

Ne troublera la paix d'un triomphe tranquille.

HOLOFERNE

905   Ah ! c'est trop me flatter; cependant je vous crois,

Quoique vous promettiez, je l'attends malgré moi ;

Votre vertu me force à croire ce miracle,

Et donne à vos discours tout le poids d'un Oracle.

J'allais tout hasarder, et malgré nos soldats

910   J'allais dans cent périls précipiter mes pas,

Et m'ouvrir sur ces monts une sanglante voie ;

Et vous, par le secours du Dieu qui vous envoie

Vous m'offrez sans combattre un triomphe certain.

Ah, si c'est votre Dieu qui vous prête sa main,

915   Lui seul sera le mien, et déjà je commence

De le sentir en vous, d'adorer sa puissance.

Ses plus beaux traits qu'en vous sa main a retracez

M'inspirent des transports...

JUDITH

C'est assez, c'est assez.

Tout flatte mes souhaits ; je vois dans ce langage

920   Des promesses du Ciel l'assurance et le gage.

Je vais le consulter pour apprendre quel temps,

Quel secours il destine au succès que j'attends.

HOLOFERNE

Allez le consulter et hâter ma victoire,

Et j'avouerai tout haut, pour payer tant de gloire,

925   Que vainqueur tant de fois, un nom si grand, si doux,

Me fera plus d'honneur si je le tiens de vous.

SCÈNE VIII.
Judith, Abra.

ABRA

Holoferne déjà se dispose à se rendre ;

Vous allez triompher.

JUDITH

Hé, que puis-je prétendre

D'un triomphe honteux dont j'ai lieu de trembler ?

930   Si j'ai vu le Tyran s'attendrir, se troubler,

Vois-tu pas quel scrupule empoisonne ma joie ?

Tu vois pour le succès ce qu'il faut que j'emploie,

Quels ornements, quels soins, quel langage flatteur.

Quel chemin ai-je pris pour entrer dans son coeur ?

935   Et pour y faire naître un amour exécrable ?

Quel emploi pour Judith ! Quelle honte m'accable !

Misaël est ici, pour comble de douleur,

De tout ce que je fais le triste spectateur :

J'aigris son désespoir par un lâche artifice ;

940   Je rachète sa mort par un autre supplice ;

J'exerce contre lui la dernière rigueur ;

Et quand de toute part je lui perce le coeur,

Je travaille à gagner un Tyran que j'abhorre :

Et vous y consentez, puissant Dieu que j'adore.

945   Mais pourquoi ces remords et ces scrupules vains ?

J'ai fléchi le plus grand, le plus fier des humains.

Goûtons le doux espoir d'une pleine victoire.

(Malheureuse Judith) quelle ivresse de gloire,

Quel orgueil insensé te fascine les yeux ?

950   Quoique l'espoir de vaincre un Tyran odieux

Soit un motif illustre, et que le Ciel l'ordonne,

Détestons à jamais l'amour que je lui donne.

Que de troubles cruels s'élèvent dans mon coeur ?

De tout ce que prévoit la timide pudeur

955   J'ai peine à soutenir l'épouvantable idée.

Hélas ! que dira-t-on du Dieu de la Judée ;

Si par un artifice infâme et criminel

Il faut perdre Holoferne, et sauver Israël ?

Pour le faire périr, pour en purger la terre,

960   Le Ciel, le juste Ciel n'a-t-il pas son tonnerre ?

Allons hors de ce Camp dont l'air est infecté,

Où tout est corrompu par son impiété,

Allons prier le Ciel que sans blesser sa gloire

Il me fasse achever cette affreuse victoire.

ACTE IV

SCÈNE PREMIERE.
Holoferne, Vagao.

HOLOFERNE

965   Que nul n'entre en ces lieux. Toi ; demeure avec moi.

Je cache mon désordre à tous autre qu'à toi.

Jamais trouble pareil n'est entré dans mon âme.

Occupé, pénétré des charmes d'une Femme,

Je n'entends, je ne sens que ce qu'elle me dit ;

970   Je crois la voir par tout, tout est plein de Judith.

Cette image en tout temps m'obsède et m'environne,

Un charme surprenant qui sort de sa personne

A jusques dans mon coeur, jusques dans ma raison

Fait passer tout d'un coup un funeste poison.

975   Quand je vois de quel coup ma gloire est menacée,

Et de quel air Judith règne dans ma pensée,

Indigné contre un mal que je ne puis souffrir,

Je suis presque tenté de la faire périr.

Prenons nos sûretés contre cette Captive,

980   Qu'est-ce qu'une beauté suspecte et fugitive ?

Sacrifions sa vie au repos de nos jours.

VAGAO

Voulez-vous recourir à ce sanglant secours ?

Votre amour a-t-il pu vous ôter la mémoire ?

Judith vous a promis une grande victoire,

985   Et sans qu'il vous en coûte un séul de vos soldats.

HOLOFERNE

Mais sais-tu jusqu'où va ce fatal embarras ?

Je vois bien qu'il te faut ouvrir toute mon âme,

Et te faire trembler des fureurs de ma flamme.

Pour dégager mon coeur d'un amour insensé,

990   J'embrasse tous les temps, l'avenir, le passé ;

Je rappelle les noms des Nations soumises,

Des Princes subjuguez, des Provinces conquises ;

Je tâche à m'occuper de mille soins divers

Qu'exige la grandeur du maître que je sers ;

995   Et tout ce que m'impose un devoir nécessaire,

Ce que j'ai déjà fait, ce qui me reste à faire,

L'embarras de régler à chacun son emploi,

D'écouter tant de voeux qui s'adressent à moi,

Toute l'attention assidue et profonde

1000   Que je dois au projet de conquérir le monde ;

Tout cela ne saurait bannir de mon esprit,

Éloigner un moment l'image de Judith.

VAGAO

Et pourquoi l'éloigner, cette image si chère,

Et contre tant d'appas armer votre colère ?

1005   Maître de la beauté dont vous êtes charmé,

Aimez, Seigneur, parlez, et vous serez aimé.

HOLOFERNE

Si pour plaire à Judith il faut que je m'explique,

Apprends jusques où va son pouvoir tyrannique.

Pressé de la plus forte et violente ardeur

1010   Que l'amour ait jamais fait naître dans un coeur,

J'ai voulu me livrer à toute la licence

Que donne à mes transports la suprême puissance ;

Mais je ne sais quel trouble a glacé mes désirs,

Et m'a presque interdit l'usage des soupirs.

1015   Jusqu'ici j'ignorais ce qu'on souffre à se taire,

Quand j'aimais je parlais, et j'étais sûr de plaire ;

Mais en voyant Judith, frappé d'un trait perçant,

Accablé d'un respect timide, embarrassant,

Et que jamais mon coeur n'a senti qu'auprès d'elle,

1020   À peine de ma flamme une faible étincelle,

Telle que je la sens, s'est montrée à ses yeux ;

Elle impose un respect que je refuse aux Dieux.

Le Ciel ou les Enfers par un charme sensible

Donnent à ses appas une force invincible.

1025   Je n'ose l'approcher, la gloire et la pudeur

Qui règnent sur son front, donnent de la terreur ;

Et cependant tout plein d'amour, d'impatience,

Je brûle de la voir pour rompre le silence.

Elle ne parait point, que fait-elle ? en quel lieu...

VAGAO

1030   Loin du monde et du bruit elle implore ce Dieu

Qui lui promet pour vous... La voici qui s'avance.

HOLOFERNE

À peine mes regards soutiennent sa présence.

SCÈNE II.
Holoferne, Vagao, Abra.

HOLOFERNE

En sortant de prier le Dieu que vous servez,

Par un nouvel éclat vos attraits relevez,

1035   Dans mes sens étonnez font couler une glace

Qui m'ôte la parole et retient mon audace.

Quoiqu'au nom d'Holoferne on puisse tout risquer,

Je ne sais de quel air je pourrai m'expliquer.

On m'a vu hautement, sans art et sans prières,

1040   Expliquer mes soupirs aux Reines les plus fières ;

Je tremble devant vous, et si mon faible coeur

Avait pu retenir cette fatale ardeur,

Qui veut paraître au jour en dépit de moi-même

Judith aurait long temps ignoré que je l'aime.

JUDITH

1045   Où me vois-je réduite ?

HOLOFERNE

  À de pareils discours

Les modestes beautés s'alarmèrent toujours.

JUDITH, bas.

À quoi m'expose, hélas ! notre grande entreprise ?

J'en frissonne d'horreur.

HOLOFERNE

Je vois votre surprise :

Mais elle va si loin, votre désordre est tel

1050   Que vous semblez vous faire un déplaisir mortel

De ce qui vous élève à la gloire suprême.

Songez, quand je vous dis qu'Holoferne vous aime,

Que ce mot vous promet les trésors, les honneurs

Qui peuvent assouvir la soif des plus grands coeurs.

1055   Des rois et des héros les flammes sont trop belles

Pour faire quelque injure à des beautés mortelles ;

Rien ne peut de leur part offenser la vertu.

Que d'un scrupule vain votre coeur combattu

Ne se refuse pas cette grande victoire,

1060   Et sachez, pour jouir de toute votre gloire,

Que l'aveu que je fais met un Prince à vos pieds

Qui voit à ses genoux cent Rois humiliez ;

Il se fait tant d'honneur d'être votre conquête,

Qu'il veut que dès ce soir un grand festin s'apprête,

1065   Où devant tout le camp on vous voit aujourd'hui

Au milieu de nos chefs assise auprès de lui.

Lui refuserez-vous, Madame, cette grâce ?

JUDITH

Hé qu'est-ce que Judith pour avoir cette audace ?

Peut-elle refuser un si rare bonheur ?

1070   Je veux tout ce que veut mon Maître et mon Vainqueur.

HOLOFERNE

Mais quand vous me flattez par un si doux langage,

Je vois sur votre front quelque sombre nuage

Qui fait voir, à travers ce dehors éclatant,

Que votre coeur se trouble, et qu'il n'est pas content.

1075   Judith n'a-t-elle pas tout ce qu'elle souhaite ?

Vous forcez un vainqueur d'avouer sa défaite,

Et lui donnant des fers qui lui sont précieux,

Vous trouvez pleinement grâce devant ses yeux ;

Mais pour vous en donner une marque éternelle,

1080   Je veux qu'en votre nom une fête nouvelle

De ce qu'il sent pour vous instruise l'univers.

JUDITH

Je connais tout le prix de tant d'honneurs offerts :

Mais demain j'ose attendre une plus grande gloire,

Et quand j'aurai pour vous obtenu la victoire,

1085   Ce jour sera pour moi le plus beau de mes jours.

HOLOFERNE

Quoi, tout ce que j'attends de votre seul secours,

Le succès étonnant d'une illustre entreprise,

Cette prompte victoire à mes armes promise,

Doit être pour Judith le comble du bonheur !

1090   Après tant de bontés il n'est rang ni grandeur

Qu'on n'obtienne pour vous dans la cour d'Assyrie.

Même si vous voulez régner dans Bétulie,

Je mettrai dans vos mains le Sceptre d'Israël ;

Et pour y joindre encore un éclat immortel,

1095   Ayant brisé les Dieux adorez sur la terre,

Et voulant à jamais leur déclarer la guerre,

Pour placer dignement un nom si glorieux,

Vous seule et votre Dieu vous serez tous mes Dieux.

JUDITH

Ah Seigneur ! c'en est trop, tant de gloire m'accable.

HOLOFERNE

1100   Pour vous faire un destin plus grand, plus honorable,

Je veux vous épouser.

JUDITH

M'épouser !

HOLOFERNE

Avez-vous

Tant d'horreur pour un noeud si précieux, si doux ?

JUDITH

Tant d'honneur m'épouvante.

HOLOFERNE

Ah ! Faites que je voie

Que vous le recevez avecque plus de joie,

1105   Ou craignez qu'un amant que vous désespérez...

JUDITH

J'accepte avec transport l'honneur que vous m'offrez,

Et le coeur plein de joie et de reconnaissance,

Quand vous poussez si loin votre magnificence

J'ose même en faveur d'un enfant d'Israël...

HOLOFERNE

1110   Ne me demandez point grâce pour Misaël,

Il a fait à Judith une mortelle injure.

Verra-t-on impunie une lâche imposture ?

Laissez pour votre gloire agir tout mon courroux.

JUDITH

Judith s'est trop flattée, et croyait près de vous,

1115   Quand pour un malheureux elle vous sollicite,

Que son humble prière aurait plus de mérite.

Vos bontés m'ont trompée, et mon crédule espoir...

HOLOFERNE

Ah, mon amour sur moi vous donne un plein pouvoir.

Que Misaël soit libre, et que l'ingrat apprenne

1120   Quand vous parlez pour lui, quand vous rompez sa chaîne,

Et que j'attends de vous un triomphe certain,

Que l'un et l'autre enfin tient tout de votre main.

Je vous laisse ; le Camp demande ma présence ;

Mais s'il faut vous quitter, ma juste impatience

1125   Me rendra promptement cet entretien si doux

Que mon devoir m'arrache en m'éloignant de vous.

SCÈNE III.
Judith, Abra.

ABRA

Que de biens apparents flattent votre espérance !

JUDITH

Dis plutôt, que de maux accablent ma constance !

Que je prévois d'horreurs dans l'état où je suis !

ABRA

1130   Vos regards égarez m'expliquaient vos ennuis,

Tandis que le Tyran vous parlait de sa flamme.

JUDITH

Que de transports divers ont déchiré mon âme !

Je voulais, et craignais l'aveu de son amour,

Et j'attends en tremblants la fin de ce grand jour.

1135   Où suis-je ? où me conduit cette étrange aventure ?

Je marche sans clarté dans une route obscure,

Moi, je l'épouserais, le tyran d'Israël,

Amant faible et soumis, mais ennemi cruel ?

Ah ! s'il faut à ce prix acheter la victoire...

ABRA

1140   Ah ! De plus grands périls menacent votre gloire.

Craignez, dans un tyran qui soupire pour vous,

Un insolent vainqueur, et non pas un époux.

JUDITH

Je crains tout ; cache moi cet affreux précipice.

La voix du Ciel m'appelle, il faut que j'obéisse.

ABRA

1145   Mais ne voyez-vous pas de quels noms odieux

Vous chargera bientôt un camp séditieux ?

Il court déjà des bruits qui doivent vous confondre,

Tout parle contre vous, qu'avez-vous à répondre,

À ces bruits outrageants qui me comblent d'effroi.

JUDITH

1150   Ne crains rien, l'Éternel leur répondra pour moi.

Je sens ce qu'un grand coeur souffre de violence

De voir par des soupçons souiller son innocence.

On me reprochera la folle vanité,

Toute l'ambition qu'inspire la beauté.

1155   L'horreur d'un tel reproche et de tant d'injustice,

S'oppose puissamment à ce grand sacrifice :

Mais le feu que mon zèle allume dans mon sein

Dévore tout obstacle et tout respect humain.

Que l'honneur du Très-haut l'emporte sur tout autre,

1160   Ayons part à sa gloire en lui donnant la nôtre ;

Tombent, tombent sur moi, j'y consens à ce prix,

Mille confusions, l'opprobre et le mépris.

ABRA

Cependant Misaël trouve une ample matière

À pousser contre vous sa fureur toute entière.

1165   Il ne voit rien en vous, s'il n'en croît que ses yeux,

Qui ne soit criminel, effroyable, odieux.

JUDITH

Aux yeux de Misaël rien ne me justifie ;

Tout me couvre à ses yeux d'horreur, d'ignominie,

Je fais tous ses transports, ses périls, son erreur ;

1170   Libre par mon secours, il va dans sa fureur

De tout ce qu'il a vu, de ce qu'il ose croire,

Faire aux Bétuliens l'image la plus noire.

ABRA

Il paraît.

JUDITH

Ah ! Quel est le trouble où je le vois !

SCÈNE IV.
Misaël, Judith, Abra.

MISAEL

Je vis et je respire encore malgré moi.

1175   Vous changez mon supplice au gré de votre haine,

Vous m'avez mis aux fers, et vous brisez ma chaîne.

Cruelle, il vous est doux d'aigrir mon désespoir ;

Votre bienfait m'apprend quel est votre pouvoir,

Et me découvre enfin cet important mystère,

1180   Ce secret étonnant que vous me vouliez taire.

Votre beauté triomphe ; Holoferne est à vous,

Et quelque nom qu'il prenne ou d'amant ou d'époux,

Vous cédez aux appas d'un Vainqueur qui vous aime.

Un conquérant paré de la grandeur suprême,

1185   Environné de gloire a tenté votre coeur.

JUDITH

Quoi, voulez-vous toujours plein de votre douleur,

Juger de mes desseins par la seule apparence ?

Ah ! s'il m'était permis de rompre le silence...

MISAEL

Hé ! que me diriez vous qui pût vous excuser ?

1190   Au Camp des ennemis venir vous exposer ;

À flatter un Tyran indignement descendre ;

Allumer un amour qui peut tout entreprendre ;

Sur vous seule assembler ce que l'art imposteur

A de plus sûr pour plaire et s'emparer d'un coeur ?

1195   Ne rougissez-vous point de l'indigne artifice...

JUDITH

Hé ! pourquoi, Misaël, faut-il que j'en rougisse ?

Si par de tels discours Holoferne trompé,

Des soins de son amour paraît plus occupé,

Que des soins de son Camp et de ceux de sa gloire ?

1200   N'est-ce rien que d'avoir arrêté sa victoire,

Et d'avoir trouvé l'art d'enchaîner sa valeur ?

MISAEL

Mais osez-vous si loin pousser cet art flatteur,

Jusqu'à vouloir risquer l'honneur, et l'innocence,

Dans un festin profane où règne la licence,

1205   Où le dérèglement devient souvent fureur,

Et fait évanouir la honte et la pudeur ?

Quand Judith se verra sous une riche tente

Du chef Assyrien maîtresse et triomphante,

Au milieu des honneurs, des concerts, des plaisirs,

1210   L'objet de mille voeux et de mille soupirs,

Le spectacle et l'amour de toute l'assemblée,

N'en sera-t-elle point éblouie et troublée ?

JUDITH

Quand on forme un dessein aussi grand que le mien,

Sous les ordres du Ciel on n'appréhende rien ;

1215   On se met au dessus de l'humaine faiblesse.

MISAEL

Dans les moindres périls j'ai vu votre sagesse

Trembler, et dans le fond d'un séjour écarté,

Loin des yeux des mortels chercher sa sûreté.

Cette vertu modeste et qui fut si timide,

1220   Est devenue enfin orgueilleuse, intrépide.

JUDITH

Avec un peu de temps vous en jugerez mieux.

MISAEL

Faudra-t-il démentir ma raison et mes yeux ?

SCÈNE V.
Vagao, Judith, Misaël.

VAGAO

Madame, on vous attend, tout est prêt, tout vous presse,

La pompe du festin, la commune allégresse,

1225   Le superbe appareil du Camp et de la Cour,

Tout ce qui doit enfin honorer ce grand jour.

Holoferne sur tout impatient d'attendre...

JUDITH

Je vous suis.

SCÈNE VI.
Misaël, Judith, Abra.

MISAEL

À cet ordre il est temps de se rendre,

Vous balancez. Allez étaler promptement

1230   A cette table impie un objet si charmant ;

Et moi, je vous verrai dans cette grande fête,

Triompher lâchement d'une indigne conquête.

JUDITH

Non, non, épargnez vous ce spectacle odieux.

MISAEL

Quelque ennui, quelque horreur qu'il en coûte à mes yeux,

1235   Je veux développer cet étrange mystère.

JUDITH

Ah ! c'est trop écouter un soupçon téméraire,

Allez dire aux Hébreux que je touche au moment...

MISAEL

Moi, que j'aille aux Hébreux vanter impudemment

Ce projet criminel, cette infâme victoire,

1240   Dont on doit à jamais détester la mémoire ?

Moi, que j'aille pour vous trahir la vérité,

Et vous faire jouir de ma crédulité !

J'irai par un récit horrible, mais fidèle,

Allumer contre vous une haine mortelle.

JUDITH

1245   Votre fureur s'augmente, et je plains votre erreur ;

On m'attend et j'y cours avec trop de lenteur.

MISAEL

Allez, je vous suivrai, j'ai même impatience.

JUDITH

Voyez tout. Loin de craindre ici votre présence,

J'aime à vous voir toujours curieux et jaloux ;

1250   Ma gloire avait besoin d'un témoin comme vous.

SCÈNE VII.

MISAEL, seul.

Me trompai-je ? Judith serait-elle innocente ?

Je commence à douter, sa fierté m'épouvante.

Allons nous éclaircir. Puisse le Dieu vengeur

Confondre mes soupçons, et punir mon erreur.

ACTE V

SCÈNE PREMIÈRE.
Ozias, un Bétulien.

UN BETULIEN

1255   À peine on voit briller la lumière naissante,

Qu'impatient, et l'âme incertaine et tremblante,

Je cours auprès de vous, et viens me rassurer

Sur tout ce que Judith nous fait espérer.

Misaël va troubler ce qu'elle ose entreprendre ;

1260   De ses jaloux soupçons ne pouvant se défendre

Il la suit, et se livre aux mains des ennemis.

L'espoir de leur retour ne nous est plus permis.

Rien depuis leur départ, nul avis favorable,

Nul espoir ne console un peuple misérable.

1265   Le Ciel nous abandonne.

OZIAS

  Hé, quel est ce discours ?

Entendrai-je gémir et murmurer toujours ?

Quand on croit de nos maux la mesure comblée ;

Espérons...

SCÈNE II.
Ozias, Achior, un Bétulien.

OZIAS, continue.

Achior l'âme toute troublée...

ACHIOR

Hélas, le croirez-vous ? l'infidèle Judith...

1270   Ozias, écoutez cet étrange récit.

Un déserteur du camp, et mon ami fidèle,

Est venu m'annoncer cette affreuse nouvelle.

Il m'a dit que Judith ayant par sa beauté

Désarmé le tyran, et vaincu sa fierté,

1275   Lui promet sur les Juifs une entière puissance,

Et que pour les punir de leur impatience

Elle les livrerait au pouvoir du vainqueur.

Holoferne charmé d'un si rare bonheur,

Avec tout l'appareil de la plus belle fête,

1280   Célèbre dans son camp l'espoir de sa conquête.

Judith le doit conduire au pied de nos remparts,

Et sitôt qu'on verra flotter ses étendards,

Le peuple, sans tenter un effort inutile,

Recevra le vainqueur dans le sein de sa Ville.

1285   Les ennemis instruits et charmez de ce bruit,

Ont fait par mille feux un grand jour dans la nuit,

Et l'on entend par tout la triomphante joie,

Les cris victorieux que le camp nous envoie.

OZIAS

Achior, osez-vous porter par ce récit

1290   Une atteinte mortelle à l'honneur de Judith ?

ACHIOR

Je le tiens d'une bouche sincère et fidèle.

OZIAS

Qui pourrait vous comprendre, ô Sagesse éternelle ?

ACHIOR

J'ai douté comme vous, mais je vois Misaël :

Son désordre...

SCÈNE III.
Misaël, Ozia, Achior, un Bétulien.

MISAEL

Frappé d'un désespoir mortel,

1295   Livrant à la douleur mon âme toute entière,

J'ai marché dans la nuit sans guide et sans lumière,

Et m'égarant sans cesse, après un long détour,

Le jour naissant à peine a pu voir mon retour.

Je reviens, le Tyran malgré moi me fait grâce,

1300   Hélas ! que ne m'a-t-il puni de mon audace !

Je voulais l'immoler à mon jaloux dépit,

Et prévenir ainsi la honte de Judith.

Surpris par ses soldats, las et honteux de vivre,

Je m'accuse, à la mort mon désespoir me livre ;

1305   Je presse contre moi le tyran irrité :

Mais Judith de mon crime obtient l'impunité,

Et sa pitié cruelle, en me laissant la vie,

M'a rendu le témoin de son ignominie.

Ah, qu'une prompte mort m'eut épargné d'horreurs !

OZIAS

1310   Expliquez-vous enfin ; quels sont ces grands malheurs ?

MISAEL

Judith sur Holoferne emportait la victoire ;

Je l'ai vue en partant s'en promettre la gloire ;

Son orgueil l'a perdue, et je l'avais prédit ;

Holoferne a son tour triomphe de Judith.

1315   Je ne vous dirai point par quelle complaisance

Elle a su du Tyran gagner la confiance ;

Par quels discours trompeurs secondant sa beauté,

Pour le mieux captiver sa bouche l'a flatté.

Si voulant le séduire, elle a mis en usage

1320   Tout ce qui peut toucher le coeur le plus sauvage,

Elle a pris quelque soin de se justifier :

Ma raison l'oubliait, et voulait l'oublier.

À tout ce qui pouvait servir à la défendre

Ma faiblesse cherchait à se laisser surprendre.

1325   Même dans le festin où la joie en fureur

Pouvait faire oublier et sagesse et pudeur,

Sa conduite endormait un peu ma défiance,

Sur tout quand Holoferne avec trop de licence

Faisant voler vers elle et regards et désirs ;

1330   Elle sans écouter ni regards ni soupirs,

Négligeait sagement ces ardeurs empressées,

Et tournait vers le Ciel ses yeux et ses pensées.

Mais si tous mes soupçons avaient pu s'abuser,

Ce que je viens de voir ne saurait s'excuser.

OZIAS

1335   Misaël, se peut-il que Judith criminelle...

Mais ne nous laissez point dans l'attente cruelle...

MISAEL

Que d'horreurs ! Quand je vois ce qui suit le festin,

Holoferne accablé par la vapeur du vin

Cherche à se reposer ; là chacun se retire.

1340   Judith pouvait sortir, Judith, le puis-je dire ?

Demeure, et moi cédant à l'ordre souverain,

Je sors la honte au front, la rage dans le sein ;

J'abandonne le camp, qui se donnait en proie,

Pour honorer la fête, aux transports de sa joie.

1345   C'est ainsi que Judith pour remplir nos souhaits

Obtiendra d'Holoferne une odieuse paix.

Dure à jamais la guerre, et qu'Israël périsse

S'il faut le délivrer par un tel sacrifice.

OZIAS

Il faut donc, Misaël, croire sur ce récit

1350   Que tout ce grand projet qu'avait formé Judith,

Ne sert qu'à nous donner une paix plus funeste,

Que tout ce qu'a d'affreux la colère céleste.

Ah ! Plutôt démentez le rapport de vos yeux,

Et lors qu'en nous faisant ce récit odieux,

1355   Vous faites à Judith une offense mortelle,

Croyez que c'est l'erreur d'un soupçon infidèle

Et d'un jaloux dépit la vaine illusion.

MISAEL

Plût au Ciel qu'il fallût à ma confusion

Donner à mes soupçons cette horrible aventure,

1360   Et verser tout mon sang pour laver cette injure.

Que ne puis-je douter de tout ce que j'ai dit !

Mais j'aperçois Abra.

SCÈNE IV.
Misaël, Abra, Ozias.

MISAEL, continue.

Quoi seule, et sans Judith ?

ABRA

Judith est de retour, vous l'allez voir paraître :

Mais sachant le respect qu'elle doit au Grand Prêtre,

1365   Elle a crû qu'il fallait, revenant en ces lieux,

L'instruire le premier d'un secret glorieux ;

Et c'est vous, Ozias, à qui Judith m'envoie

Annoncer son retour, et hâter votre joie.

OZIAS

Hé, que me direz-vous, si j'en crois Misaël ?

1370   Est-ce ainsi que Judith veut sauver Israël ?

MISAEL

Osez-vous nous vanter une infâme victoire ?

Étais-je au camp sans yeux, suis-je ici sans mémoire ?

Au sortir d'un festin plein de dérèglement,

Judith demeura libre auprès de son Amant,

1375   Vous avez pu tout voir, et n'étant pas loin d'elle,

Vous vîtes concerter cette paix infidèle.

Quand Israël instruit d'un si honteux traité

Apprendra de quel prix Judith l'a racheté,

Elle va devenir sous cette affreuse idée

1380   L'opprobre et le mépris de toute la Judée.

ABRA

Quoi, toujours l'outrager ? ah c'est trop s'emporter.

Quand je parle en son nom, vous devez m'écouter.

J'avouerai que Judith m'a fait trembler moi-même,

En me peignant l'horreur de ce péril extrême.

1385   Elle avait tout à craindre au milieu des plaisirs

D'un Tyran emporté par d'injustes désirs ;

Mais le Ciel a voulu faire de sa faiblesse

Un chef-d'oeuvre étonnant de force et de sagesse.

Cette immortelle main que l'homme ne voit pas

1390   Écartait les périls et conduisait ses pas.

Ce qui suivit la fête excita votre plainte ;

Judith vît votre trouble, et vous vîtes sa crainte.

Seule avec Holoferne et tremblante d'effroi,

Judith à tous moments tournait les yeux sur moi.

1395   Quoique l'occasion dût flatter son attente,

Je la vis balancer, et sa foi chancelante

La laissant sans courage et presque sans espoir,

Condamnait l'entreprise, et tentait son devoir

Mais ce devoir enfin s'opposant à sa fuite,

1400   Judith demeure, et vous, sans attendre la suite...

MISAEL

Pouvais-je demeurer transporté de fureur ?

ABRA

Écoutez ce qui reste, et voyez votre erreur.

Holoferne au sommeil s'étant laissé surprendre,

Donne à Judith l'audace et le temps d'entreprendre.

1405   Son sommeil nous offrant l'image de sa mort,

Puisse, dis-je aussitôt par un soudain transport,

Puisse, pour avancer sa perte toute entière,

Un sommeil éternel lui fermer la paupière.

Mais pour ce dernier coup que Judith doit porter,

1410   Quelles armes le Ciel lui voudra-t-il prêter ?

Là le fer d'Holoferne à ses yeux se présente.

Elle le prend d'abord, mais d'une main tremblante.

Cette horreur que l'on sent pour les assassinats,

Lui glace le courage, et lui retient le bras.

1415   Pour surmonter sa crainte et rassurer son âme,

Vers le Ciel elle lance un regard tout de flamme :

Ses voeux sont exaucez : et le Ciel dans son coeur

Verse subitement une sainte fureur ;

Ses yeux brillent d'un feu plus vif que de coutume

1420   Et d'un éclat plus fier son visage s'allume.

Holoferne endormi se livrant au trépas,

Judith sans balancer sur lui lève le bras,

Et prenant ses cheveux d'une main assurée,

Le frappe, et de son corps la teste est séparée.

1425   Quoi, vous doutez encor de cette vérité !

Que je confonde enfin votre incrédulité.

SCÈNE V.
Abra, Misaël, Ozias, un Bétulien.

UN BETULIEN

Un succès glorieux a rempli notre attente.

La tête d'Holoferne encor toute sanglante,

Par l'ordre de Judith, sur le haut des remparts,

1430   Offre un spectacle affreux qui charme nos regards.

MISAEL

Qu'entends-je ?

ACHIOR

Juste Ciel !

ABRA

Que pouvez-vous répondre ?

OZIAS

C'est ainsi que le Ciel se plaît à nous confondre.

MISAEL

Ah, jalouse fureur, dans quel aveuglement

Plonges-tu la raison d'un malheureux Amant !

OZIAS

1435   Allons chercher Judith, la voici qui s'avance.

MISAEL

Pourras-tu Misaël soutenir sa présence ?

SCÈNE VI.
Judith, Ozias, Misaël, Achior.

JUDITH

Ozias, c'en est fait, Israël est vainqueur.

Abra vous a sans doute annoncé ce bonheur.

OZIAS

Son récit a calmé des soupçons effroyables.

JUDITH

1440   L'apparence a rendu ces soupçons excusables,

N'en parlons plus. Songez qu'Holoferne immolé

Livre aux Bétuliens tout le camp désolé.

Le jour a révélé la perte qu'il a faite.

Vous, Ozias, allez achever sa défaite.

À Achior

1445   Vous, suivez Ozias.

ACHIOR

  J'y cours avec ardeur.

Allons par mille morts expier notre erreur.

SCÈNE VII.
Judith, Abra, Misaël.

MISAEL

Qu'ordonnez-vous de moi dont la jalouse rage

Fait à la vertu même un si sanglant outrage ?

Moi, soupçonner Judith, elle à qui l'Éternel

1450   A voulu confier la gloire d'Israël ?

Quelle était mon erreur ! quel assez grand supplice

De mes emportements vous peut faire justice !

JUDITH

Qu'avec tous nos malheurs, dans un profond oubli,

Ce que vous avez fait demeure enseveli.

1455   Vos soupçons m'offensaient, perdons-en la mémoire,

Et revoyez Judith avec toute sa gloire.

Si malgré le penchant que j'eus toujours pour vous,

J'ai pu vous préférer un immortel époux ;

Un choix si glorieux n'est pas sans récompense.

1460   Voyez quel est le fruit de cette préférence,

Et prenez part vous-même à ce rare bonheur.

Une femme a défait un superbe vainqueur,

Nos malheurs sont finis, Bétulie est sauvée,

La tête du Tyran sur nos murs élevée

1465   Instruira l'univers qu'Holoferne n'est plus.

MISAEL

Ainsi vous triomphez, et moi, triste et confus,

En horreur aux Hébreux, à Judith, à moi-même,

Je vivrai malheureux, privé de ce que j'aime,

Et coupable envers vous, pour comble de douleur,

1470   D'un crime qui me rend digne de mon malheur.

JUDITH

Écoutez, et voyez ce qui suit ma victoire.

Vous ne me verrez point fière de tant de gloire

Retenir cette pompe, et m'offrir aux honneurs,

Aux applaudissements qu'on prodigue aux vainqueurs.

1475   Je vais me dépouiller d'une parure vaine,

Ornements empruntez à la grandeur humaine,

Heureuse d'avoir fait, aux yeux du Tout-puissant,

D'un art si dangereux un usage innocent.

Vous fûtes le témoin de ma peine secrète,

1480   Grand Dieu, quand je laissai la cendre et la retraite.

Pour vous je les quittai, je les reprends pour vous,

Et me rends toute entière à mon divin époux.

MISAEL

Que de gloire ! Judith triomphe par ses charmes,

Et retourne aussitôt à la retraite, aux larmes.

1485   Je la perds pour jamais ; mais malgré mon malheur

La vertu de Judith console ma douleur.

 


Fin du texte

 


Achevé d'imprimer pour la première fois le 23. Avril 1695.

 


 

Introduction  | Nouveautes du site  | Contact  | © 2007-2013 Théâtre Classique|

Début
1.11.21.31.41.5
1.62.12.22.32.4
2.52.62.72.83.1
3.23.33.43.53.6
3.73.84.14.24.3
4.44.54.64.75.1
5.25.35.45.55.6
5.7
Fin du texte