L'AMANT COCHEMARD

PARADE EN VERS.

Théâtre des Boulevards ou receuil des Parades. Tome second.

M. DCC. LVI.

de Thomas-Simon GUEULLETTE

À MAHON, de l'Imprimerie GILLES LANGLOIS, à l'Enseigne de l'Eglise.


Publié par Paul Fièvre © Théâtre classique - Version du texte du 26/06/2017 à 22:42:39.


ACTEURS

LÉANDRE.

ISABELLE.

GILLES.

ARLEQUIN.

UNE SOEUR GRISE.

.


SCÈNE PREMIÈRE.
Isabelle, Arlequin.

ISABELLE.

Arlequin z'il est vrai, gna pas t'à tortiller,

Je prétends voir Liandre, à gogo lui parier.

ARLEQUIN.

Ly parler da ! L'autr' jour vous ly parliez, la peste !

J' n'entendais pas les mots, je voyais ben le geste.

Il fait quelques gestes déshonnêtes.

ISABELLE.

5   Badin va m'el chercher.

ARLEQUIN.

  Vous l'aurez pal bon bout

Monsieu Gilles est mon maîte, et si j'vous sers en tout.

Lorsqu'aux enfants trouvés t'il fit de vous emplette,

Vous étiez mèt-avis encore à la bavette.

ISABELLE.

Je n'avais pas t'onze ans,

ARLEQUIN.

Queu drol' d'Amant c'est-là !

10   Il aime, il est jaloux, puis l'en demeure-là ;

Pour vous magner la main il prendrait des pincettes ;

Dame à le voir si sage à l'endroit des fillettes.

Si l'on dit qu'il est fou, on ment.

ISABELLE.

Lui fou ! Jamais

Mais Liandre, il est vrai...

ARLEQUIN.

Bientôt vous le verres,

15   Y devrait être ici, t'il sait que Monsieu Gilles

N'est pas tà la maison, d'autant qu'il est en ville ;

Serait-il pas poltron ?

ISABELLE.

Arlequin, quelle erreur.'

Lìandre ose m'aimer, va croi qu'il a du coeur.

Sais-tu queul fort heureux m'en fit fair la conquête?

20   Par hasard il pissait un jour sous ma fenête,

Je ne sais quoi me dit, ah queu ravissement !

Que Liandre était fait pour moi précisément...

Il est vrai qu'il est fait tout comme un' arbalète.

ARLEQUIN, apercevant Léandre qui passe la tête hors de la coulisse.

Quand on parle du loup...

ISABELLE.

J'en vois déjà la tête.

SCÈNE II.
Isabelle, Arlequin, Léandre.

LÉANDRE, paraissant à demi.

25   Mamesel, entrerai-je ?

ISABELLE.

  He, oui, dépêchons-nous.

LÉANDRE.

Mais...

ISABELLE.

Entrez tout-à-fait, ou bien retirez-vous.

Mais vla qu'est fort plaisant, Liandre une moustache !

LÉANDRE.

Charmante Zizabelle, il est vrai que j'men cache,

Afin qu'ignorant tout, Gilles n'apprenne rien,

30   J'ai pris l'habit d'un Turc pour être Zarménien.

ISABELLE.

La moustache sied bien.

ARLEQUIN.

Diantre ! On heurte à la porte !

ISABELLE.

C'est Gilles.

LÉANDRE, effrayé.

Est-il armé?

ISABELLE.

Que cent diable l'emporte.

ARLEQUIN, regardant Léandre.

Comme il a la venette ! Hé n'appréhendez rien.  [ 1 Venette : Terme bas et populaire. Peur, inquiétude, alarme. [F]]

Ouvrons, êtes-vous pas z'un Marchand Zarmenien?

SCÈNE III.
Isabelle, Léandre, ArlEquin, Gilles armé de Maître Gêrome.

GILLES.

35   Qu'eu magnere est ce donc ça ? On me laisse en la rue.

Mais à qui en veut stici.

LÉANDRE.

Monsieur je vous salue y

Je fuis z'un étranger qui n'est pas du pays.

GILLES.

Un homme cy end'dans ! Pardienn' j'en suis d'avis.

ARLEQUIN.

Monsieur est un marchand... y faut que je vous dise

40   Qui vient a Mameselle offrir sa marchandise.

ISABELLE.

Arlequin dit bien vrai, zil me l'offre à crédit,

Ce qu'il montre est fort beau, zil en trouve le débit.

GILLES, battant Léandre.

Sa marchandise, oui ; pan, la voilà payée.

Hérite mon garçon.

LÉANDRE.

Si c'était zune épée,

45   Je me revancherais ; mais ce n'est qu'un bâton.

SCÈNE IV.
Gilles, Isabelle, Arlequin.

ISABELLE.

Monsieur Gilles est poli deu même qu'un cochon,

Y traite bien les gens.

GILLES.

Vous n'avez rien qu'à dire,

Si vous voulez plus loin, j'ìrons le reconduire.

ISABELLE.

Un Marchand vient céan-t'avec civilité,

50   Et ne reçoit de vous que malhonnêteté,

Trente coups de bâton.

GILLES.

Je n'ai pas la main gourde.  [ 2 Gourd : Se dit figurément et proverbialement contre ceux qui son avides de prendre ou d'aller pour gagner quelque chose. [F]]

ISABELLE.

Malappris.

ARLEQUIN.

Paix. Morguoi z'il me vient une bourde,  [ 3 Bourde : Mensonge dont on se sert pour s'excuser, ou pour se divertir de la crédulité des autres. [F]]

Allez vous mettre au lit.

ISABELLE.

Volontiers.

GILLES.

Oh ma foi,

Montrant son bâton.

Gérome est un Docteur qui range tout cheux moi.

SCÈNE V.
Gilles, Arlequin.

GILLES.

55   Parle-moi, Zarlequin, ne m'es-tu pas fidèle ?

ARLEQUIN.

Ah ah!

GILLES.

Il en convient, je m'assie à ton zèle,

Dis moi, sais-tu d'où vient, ou par queule raison

Isabelle a toujours queuqu'drille en la maison ?

Al-songe, n'est-ce pas au tracas du ménage ?

ARLEQUIN.

60   Oui, Monsieur, elle en est friande.

GILLES.

J'en enrage.

ARLEQUIN.

Il vous faut une femme, à demeure cheux nous,

Vous l'aimez ? Que ne la...

GILLES.

Quoi !

ARLEQUIN.

Quen'la prenez-vous ?

GILLES.

Jaroonbille, il est vrai que j'aime ste fillette ;

Mais queuq'sorcier....

ARLEQUIN.

Plait-il ?

GILLES.

M'a noué l'éguillette.  [ 4 Eguillettes : C'est le nom qu'on donne à de menues cordes qui servent à divers usages. [F]]

ARLEQUIN.

65   Monsieur, n'eum' touchez pas.

GILLES.

  Quand je l'épouserais;

Tu vois bien, en un mot, queu posture je ferais

Plutôt de mariage, y faut que j'la dégoûte,

Saurais-tu queuque secret?

ARLEQUIN.

Un secret ? Je m'en doute,

Je connais une femme, et c'est Madam' Jacmard,

70   Aux fill'alle vous sait donner un cochemard.  [ 5 Cochemard : Cauchemar. Nom ue donne le peuple à une certain maladie qui survient principalement à des personnes qui dorment, qui sont cochées sur le dos, et qui ont l'estomac rempli d'aliments pesants et de digestion difficile. Il leur semble qu'ils ont une gros poids sur la poitrine, dont ils vont être accablés. [F]]

GILLES.

Un cochemard !

ARLEQUIN.

Al sait fi bien son personnage,

Qu'une fille bientôt croit com' ça quel mariage

N'est que le cochemard, et n'en veut plus tâter;

GILLES.

Va tôt me la chercher.

ARLEQUIN.

Je cours vous contenter.

SCÈNE VI.

GILLES fiai. .

75   Queux tracas! Quas-tu Gil ? Véritablement qu'ai-je ?

Mais comment un sorcier fait-il un sortilège ?

Pour feu ma défunt' femm' j'étais pis qu'un matou,

Le train du Charpentier, toujours la cheville au trou ;

Mon rossignol fait comme eul chien d'Jean de Nivelle.

80   Vla sitôt que je veux rebouiser Isabelle ;  [ 6 Rebouiser : Terme de chapellerie. Nettoyer et lustrer un chapeau à l'eau simple. [L]]

On l'appelle, il s'enfuit... Ah vla Madam' Jacmard !

SCÈNE VII.
Gilles, Léandre déguisé en femme, Arlequin.

GILLES.

C'est donc vous qui donnez aux fill'un fier cochemard,

ARLEQUIN.

Oh dame elle y va dru.

LÉANDRE.

Monsieur dedans la ville,

En cas d'çá je prétends être la plus habile,

85   J'entreprends z'une fille, et cocharde si bien,

Que de se marier, ne lui est plus de rien.

GILLES.

J'ai céans une fille qu'il faut qu'on cochemarde,

Tenez, j'ai des écus.

LÉANDRE.

Monsieur, j'ny prends pas garde,

J'travaille à mon plaisir.

GILLES.

Vous voyez bien ici

90   La chambre d'Isabelle, al dort sul pied du lit,

Mais je vous conduirai.

ARLEQUIN.

Non pas, car Zisabelle>

Si vous la reluquez, croira qu'on se gauss' d'elle.  [ 7 Reluquer : Terme familier. Lorgner curieusement du coin de l'oeil. [L]]

Et via qu'el cochmard cahin-caha.

GILLES.

Pardienne il a raison, je vous attendrai-là.

LÉANDRE, s'en allant.

95   Je suis votre servante.

ARLEQUIN.

  Allez qu'on me la cogne.  [ 8 Cogner : Cogner quelq'un, le frapper avec quelque chose. [L]]

SCÈNE VIII.
Gilles, Arlequin.

GILLES.

Il m'est avis qu'elle a le coeur à la besogne.

ARLEQUIN.

Laissez-leur tout le temps, vous verrez un bon tour,

L'un portant l'autre, là quatre heures chaque jour,

Le goût lui passera de se mettre en ménage,

100   Et vous pourrez après la prendre en mariage.

GILLES.

Si Madame Jacmard y met bien la façon.

ARLEQUIN.

Laissez faire Liandre, oh queux maître garçon !

GILLES.

Liandre ! Mon gourdin, mon gourdin.

ARLEQUIN.

Je déniche.

SCÈNE IX.

GILLES.

Ah coquin d'Arlequin, c'est ainsi qu'on me triche !

105   Ils ont fermé la porte. Ah les maudites gens !

Hélas ! Je suis dehors, et Léandre est dedans,

Ouvrez, ouvres-moi donc... Il faut que je l'assomme,

Criant au travers de la porte.

Isabel' ce n'est point zun femm, c'est un homme,

Un homm', comment un homm' ! Je suis fou, car je crois,

110   Qu'elle le doit savoir à présent mieux que moi.

J'enrage, ouvrirez-vous ?

SCÈNE X.
Gilles, Léandre, Isabelle.

LÉANDRE, ouvrant la porte, tenant un bâton d'une main, et Isabelle de l'autre.

Pourquoi chercher querelle ?

Je me viens, il est vrai, fiancer à Mameselle.

Je m'appelle Liandre, he bien zon s'épousra.

GILLES.

Qu'eu Diabeu de coch'mard !

SCÈNE DERNIÈRE.
Gilles, Léandre, Isabelle, Une Soeur Grise, Arlequin.

LA SOEUR GRISE.

Monsieur Gilles est-il là ?

ARLEQUIN.

115   Oui.

LA SOEUR.

  Des enfants trouvés je suis la soeur portière ;

Et je viens lui donner un avis salutaire.

Mon doux Jésus, qu'elle est grandie !

ISABELLE.

Expliquez-vous.

LA SOEUR.

Cette fille, Monsieur, vous la prîtes ct'e^ nous,

Il y a bien dix ans.

GILLES.

Je fis un bon voyage.

LA SOEUR.

120   Nous ignorions alors quel est son parentage,

Cet écrit retrouvé peut découvrir son sort,

Et pourra bien causer quelque joyeux transport.

ISABELLE.

Vous me fichez malheur, pourquoi tant de mystère ?

De qui vient cet écrit ?

LA SOEUR.

Il vient de votre mère,

125   Et contient en un mot un merveilleux secret.

GILLES.

La peste !

LÉANDRE.

Diable !

ISABELLE.

Ciel !

LA SOEUR.

Écoutez ce billet.

» J'exposons not' enfant par faute de richesse,;

C'est une fille, un jour nous la réclamerons,

Elle naquit aveuq' un mulet sur la fesse,

130   À cette marque-là jeu la reconnaîtrons. »

GILLES.

Un mulet ! De sa mère, hélas ! C'est une envie,

Aurais-tu ce mulet !

LÉANDRE.

Je vous le certifie»

ISABELLE.

Monsieur en est croyable.

GILLES.

Oui, je m'en ressouviens,

Sa pauvr' mère écrivit ste lettre de la main,

135   Lorsque je l'exposam' à la Salpétrière.

Tu serais mon enfant !

ISABELLE.

Monsieur Gilles est mon père.

Ici Arlequin et la Soeur Grise pleurent de tendresse. Lazzis.

LÉANDRE.

Monsieur j'en suis bien aise, et vous fais compliment.

À Isabelle.

Je vous le faits encor plus agriablement.

GILLES.

J'eusse fait un insecq, queu bonheur ! Mon bon Ange,

140   Me nouit l'aiguillet'.

ISABELLE.

  Queul évenment étrange !

GILLES.

Liandre, elle est à vous. Allons aux Porcherons,  [ 9 Porcherons : Ancien quartier de Paris qui était rempli de cabarets ; c'est un carrefour formé à la rencontre des rues du Faubourg Montmartre et de Saint-Lazare. [L]]

Je serons tous contents, je nous y soûlerons.

 


Notes

[1] Venette : Terme bas et populaire. Peur, inquiétude, alarme. [F]

[2] Gourd : Se dit figurément et proverbialement contre ceux qui son avides de prendre ou d'aller pour gagner quelque chose. [F]

[3] Bourde : Mensonge dont on se sert pour s'excuser, ou pour se divertir de la crédulité des autres. [F]

[4] Eguillettes : C'est le nom qu'on donne à de menues cordes qui servent à divers usages. [F]

[5] Cochemard : Cauchemar. Nom ue donne le peuple à une certain maladie qui survient principalement à des personnes qui dorment, qui sont cochées sur le dos, et qui ont l'estomac rempli d'aliments pesants et de digestion difficile. Il leur semble qu'ils ont une gros poids sur la poitrine, dont ils vont être accablés. [F]

[6] Rebouiser : Terme de chapellerie. Nettoyer et lustrer un chapeau à l'eau simple. [L]

[7] Reluquer : Terme familier. Lorgner curieusement du coin de l'oeil. [L]

[8] Cogner : Cogner quelq'un, le frapper avec quelque chose. [L]

[9] Porcherons : Ancien quartier de Paris qui était rempli de cabarets ; c'est un carrefour formé à la rencontre des rues du Faubourg Montmartre et de Saint-Lazare. [L]

 Version PDF 

 Version TXT 

 Répliques par acte

 Caractères par acte

 Répliques par scène

 Vers par acte

 Vers par scène

 Vocabulaire du texte

 Primo-locuteur

 Didascalies