Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: validity error : xml:id : attribute value 1 is not an NCName in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: <div1 type="acte" n="1" xml:id="1"><head>ACTE I</head> in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: ^ in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: validity error : xml:id : attribute value 1 is not an NCName in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: <div2 type="scene" xml:id="1"><head>SCÈNE I. Valère, Élise.</head> in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: ^ in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: element div2: validity error : ID 1 already defined in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: <div2 type="scene" xml:id="1"><head>SCÈNE I. Valère, Élise.</head> in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: ^ in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: validity error : xml:id : attribute value 2 is not an NCName in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: <div2 type="scene" xml:id="2"><head>SCÈNE II. Cléante, Élise.</head> in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: ^ in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: validity error : xml:id : attribute value 3 is not an NCName in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: <div2 type="scene" xml:id="3"><head>SCÈNE III. Harpagon, La Flèche.</head> in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: ^ in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: validity error : xml:id : attribute value 4 is not an NCName in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: <div2 type="scene" xml:id="4"><head>SCÈNE IV. Élise, Cléante, Harpagon.</head in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: ^ in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: validity error : xml:id : attribute value 5 is not an NCName in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: <div2 type="scene" xml:id="5"><head>SCÈNE V. Valère, Harpagon, Élise.</head> in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: ^ in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: validity error : xml:id : attribute value 2 is not an NCName in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: <div1 type="acte" xml:id="2"><head>ACTE II</head> in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: ^ in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: element div1: validity error : ID 2 already defined in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: <div1 type="acte" xml:id="2"><head>ACTE II</head> in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: ^ in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: validity error : xml:id : attribute value 1 is not an NCName in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: <div2 type="scene" xml:id="1"><head>SCÈNE I. Cléante, La Flèche.</head> in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: ^ in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: element div2: validity error : ID 1 already defined in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: <div2 type="scene" xml:id="1"><head>SCÈNE I. Cléante, La Flèche.</head> in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: ^ in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: validity error : xml:id : attribute value 2 is not an NCName in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: <div2 type="scene" xml:id="2"><head>SCÈNE II. Maître Simon, Harpagon, Cléante in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: ^ in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: element div2: validity error : ID 2 already defined in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: <div2 type="scene" xml:id="2"><head>SCÈNE II. Maître Simon, Harpagon, Cléante in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: ^ in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: validity error : xml:id : attribute value 3 is not an NCName in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: <div2 type="scene" xml:id="3"><head>SCÈNE III. Frosine, Harpagon.</head> in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: ^ in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: element div2: validity error : ID 3 already defined in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: <div2 type="scene" xml:id="3"><head>SCÈNE III. Frosine, Harpagon.</head> in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: ^ in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: validity error : xml:id : attribute value 4 is not an NCName in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: <div2 type="scene" xml:id="4"><head>SCÈNE IV. La Flèche, Frosine.</head> in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: ^ in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: element div2: validity error : ID 4 already defined in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: <div2 type="scene" xml:id="4"><head>SCÈNE IV. La Flèche, Frosine.</head> in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: ^ in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: validity error : xml:id : attribute value 5 is not an NCName in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: <div2 type="scene" xml:id="5"><head>SCÈNE V. Harpagon, Frosine.</head> in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: ^ in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: element div2: validity error : ID 5 already defined in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: <div2 type="scene" xml:id="5"><head>SCÈNE V. Harpagon, Frosine.</head> in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: ^ in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: validity error : xml:id : attribute value 3 is not an NCName in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: <div1 type="acte" xml:id="3"><head>ACTE III </head> in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: ^ in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: element div1: validity error : ID 3 already defined in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: <div1 type="acte" xml:id="3"><head>ACTE III </head> in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: ^ in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: validity error : xml:id : attribute value 1 is not an NCName in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: <div2 type="scene" xml:id="1"><head>SCÈNE I. Harpagon, Cléante, Élise, Valèr in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: ^ in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: element div2: validity error : ID 1 already defined in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: <div2 type="scene" xml:id="1"><head>SCÈNE I. Harpagon, Cléante, Élise, Valèr in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: ^ in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: validity error : xml:id : attribute value 2 is not an NCName in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: <div2 type="scene" xml:id="2"><head>SCÈNE II. Maître Jacques, Valère.</head> in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: ^ in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: element div2: validity error : ID 2 already defined in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: <div2 type="scene" xml:id="2"><head>SCÈNE II. Maître Jacques, Valère.</head> in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: ^ in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: validity error : xml:id : attribute value 3 is not an NCName in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: <div2 type="scene" xml:id="3"><head>SCÈNE III. Frosine, Mariane, Maître Jacque in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: ^ in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: element div2: validity error : ID 3 already defined in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: <div2 type="scene" xml:id="3"><head>SCÈNE III. Frosine, Mariane, Maître Jacque in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: ^ in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: validity error : xml:id : attribute value 4 is not an NCName in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: <div2 type="scene" xml:id="4"><head>SCÈNE IV. Mariane, Frosine.</head> in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: ^ in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: element div2: validity error : ID 4 already defined in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: <div2 type="scene" xml:id="4"><head>SCÈNE IV. Mariane, Frosine.</head> in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: ^ in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: validity error : xml:id : attribute value 5 is not an NCName in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: <div2 type="scene" xml:id="5"><head>SCÈNE V. Harpagon, Frosine, Mariane.</head> in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: ^ in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: element div2: validity error : ID 5 already defined in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: <div2 type="scene" xml:id="5"><head>SCÈNE V. Harpagon, Frosine, Mariane.</head> in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: ^ in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: validity error : xml:id : attribute value 6 is not an NCName in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: <div2 type="scene" xml:id="6"><head>SCÈNE VI. Élise, Harpagon, Mariane, Frosin in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: ^ in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: validity error : xml:id : attribute value 7 is not an NCName in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: <div2 type="scene" xml:id="7"><head>SCÈNE VII. Cléante, Harpagon, Élise, Mari in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: ^ in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: validity error : xml:id : attribute value 8 is not an NCName in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: <div2 type="scene" xml:id="8"><head>SCÈNE VIII. Harpagon, Mariane, Frosine, Cl in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: ^ in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: validity error : xml:id : attribute value 9 is not an NCName in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: <div2 type="scene" xml:id="9"><head>SCÈNE IX. Harpagon, Mariane, Cléante, Éli in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: ^ in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: validity error : xml:id : attribute value 4 is not an NCName in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: <div1 type="acte" xml:id="4"><head>ACTE IV</head> in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: ^ in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: element div1: validity error : ID 4 already defined in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: <div1 type="acte" xml:id="4"><head>ACTE IV</head> in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: ^ in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: validity error : xml:id : attribute value 1 is not an NCName in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: <div2 type="scene" xml:id="1"><head>SCÈNE I. Cléante, Mariane, Élise, Frosine in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: ^ in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: element div2: validity error : ID 1 already defined in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: <div2 type="scene" xml:id="1"><head>SCÈNE I. Cléante, Mariane, Élise, Frosine in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: ^ in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: validity error : xml:id : attribute value 2 is not an NCName in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: <div2 type="scene" xml:id="2"><head>SCÈNE II. Harpagon, Cléante, Mariane, Éli in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: ^ in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: element div2: validity error : ID 2 already defined in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: <div2 type="scene" xml:id="2"><head>SCÈNE II. Harpagon, Cléante, Mariane, Éli in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: ^ in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: validity error : xml:id : attribute value 3 is not an NCName in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: <div2 type="scene" xml:id="3"><head>SCÈNE III. Harpagon, Cléante.</head> in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: ^ in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: element div2: validity error : ID 3 already defined in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: <div2 type="scene" xml:id="3"><head>SCÈNE III. Harpagon, Cléante.</head> in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: ^ in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: validity error : xml:id : attribute value 4 is not an NCName in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: <div2 type="scene" xml:id="4"><head>SCÈNE IV. Maître Jacques, Harpagon, Cléan in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: ^ in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: element div2: validity error : ID 4 already defined in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: <div2 type="scene" xml:id="4"><head>SCÈNE IV. Maître Jacques, Harpagon, Cléan in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: ^ in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: validity error : xml:id : attribute value 5 is not an NCName in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: <div2 type="scene" xml:id="5"><head>SCÈNE V. Cléante, Harpagon.</head> in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: ^ in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: element div2: validity error : ID 5 already defined in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: <div2 type="scene" xml:id="5"><head>SCÈNE V. Cléante, Harpagon.</head> in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: ^ in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: validity error : xml:id : attribute value 6 is not an NCName in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: <div2 type="scene" xml:id="6"><head>SCÈNE VI. La Flèche, Cléante.</head> in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: ^ in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: element div2: validity error : ID 6 already defined in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: <div2 type="scene" xml:id="6"><head>SCÈNE VI. La Flèche, Cléante.</head> in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: ^ in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: validity error : xml:id : attribute value 7 is not an NCName in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: <div2 type="scene" xml:id="7"><head>SCÈNE VII.</head> in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: ^ in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: element div2: validity error : ID 7 already defined in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: <div2 type="scene" xml:id="7"><head>SCÈNE VII.</head> in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: ^ in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: validity error : xml:id : attribute value 5 is not an NCName in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: <div1 type="acte" xml:id="5"><head>ACTE V</head> in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: ^ in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: element div1: validity error : ID 5 already defined in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: <div1 type="acte" xml:id="5"><head>ACTE V</head> in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: ^ in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: validity error : xml:id : attribute value 1 is not an NCName in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: <div2 type="scene" xml:id="1"><head>SCÈNE I. Harpagon, Le Commissaire, son Cler in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: ^ in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: element div2: validity error : ID 1 already defined in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: <div2 type="scene" xml:id="1"><head>SCÈNE I. Harpagon, Le Commissaire, son Cler in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: ^ in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: validity error : xml:id : attribute value 2 is not an NCName in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: <div2 type="scene" xml:id="2"><head>SCÈNE II. Maître Jacques, Harpagon, Le Com in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: ^ in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: element div2: validity error : ID 2 already defined in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: <div2 type="scene" xml:id="2"><head>SCÈNE II. Maître Jacques, Harpagon, Le Com in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: ^ in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: validity error : xml:id : attribute value 3 is not an NCName in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: <div2 type="scene" xml:id="3"><head>SCÈNE III. Valère, Harpagon, le Commissair in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: ^ in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: element div2: validity error : ID 3 already defined in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: <div2 type="scene" xml:id="3"><head>SCÈNE III. Valère, Harpagon, le Commissair in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: ^ in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: validity error : xml:id : attribute value 4 is not an NCName in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: <div2 type="scene" xml:id="4"><head>SCÈNE IV. Élise, Mariane, Frosine, Harpago in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: ^ in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: element div2: validity error : ID 4 already defined in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: <div2 type="scene" xml:id="4"><head>SCÈNE IV. Élise, Mariane, Frosine, Harpago in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: ^ in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: validity error : xml:id : attribute value 5 is not an NCName in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: <div2 type="scene" xml:id="5"><head>SCÈNE V. Anselme, Harpagon, Élise, Mariane in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: ^ in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: element div2: validity error : ID 5 already defined in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: <div2 type="scene" xml:id="5"><head>SCÈNE V. Anselme, Harpagon, Élise, Mariane in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: ^ in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: validity error : xml:id : attribute value 6 is not an NCName in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: <div2 type="scene" xml:id="6"><head>SCÈNE VI. Cléante, Valère, Mariane, Élis in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: ^ in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: element div2: validity error : ID 6 already defined in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: <div2 type="scene" xml:id="6"><head>SCÈNE VI. Cléante, Valère, Mariane, Élis in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: ^ in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 44
Théâtre Classique : édition de LAVARE (MOLIERE)

LAVARE

COMDIE

M. DC. LXIX. AVEC PRIVILGE DU ROI.

par J.B.P. MOLIRE

Paris, Chez JEAN RIBOU, au Palais, vis vis la Porte de lglise de la Sainte-Chapelle, limage S. Louis.

Reprsente pour la premire fois Paris sur le Thtre du Palais-Royal le 9e du mois de septembre 1668 par la Troupe du Roi.

Version du texte du 30/12/2013 14:38:42.

Personnages

HARPAGON, pre de Clante et dlise, et amoureux de Mariane.

CLANTE, fils dHarpagon, amant de Mariane.

LISE, fille dHarpagon, amante de Valre.

VALRE, fils dAnselme, et amant dlise.

MARIANE, amante de Clante, et aime dHarpagon.

ANSELME, pre de Valre et de Mariane.

FROSINE, femme dintrigue.

MAITRE SIMON, courtier.

MAITRE JACQUES, cuisinier et cocher dHarpagon.

LA FLCHE, valet de Clante.

DAME CLAUDE, servante dHarpagon.

BRINDAVOINE, laquais dHarpagon.

LA MERLUCHE, laquais dHarpagon.

LE COMMISSAIRE.

LE CLERC.

La scne est Paris.

ACTE I

SCNE I.
Valre, lise.

VALRE.

H quoi ? Charmante lise, vous devenez mlancolique, aprs les obligeantes assurances que vous avez eu la bont de me donner de votre foi ? Je vous vois soupirer, hlas ! Au milieu de ma joie ! Est-ce du regret, dites-moi, de mavoir fait heureux, et vous repentez-vous de cet engagement o mes feux ont pu vous contraindre ?     [2]

LISE.

Non, Valre, je ne puis pas me repentir de tout ce que je fais pour vous. Je my sens entraner par une trop douce puissance, et je nai pas mme la force de souhaiter que les choses ne fussent pas. Mais, vous dire vrai, le succs me donne de linquitude ; et je crains fort de vous aimer un peu plus que je ne devrais.

VALRE.

H ! Que pouvez-vous craindre, lise, dans les bonts que vous avez pour moi ?

LISE.

Hlas ! Cent choses la fois : lemportement dun pre, les reproches dune famille, les censures du monde ; mais plus que tout, Valre, le changement de votre coeur, et cette froideur criminelle dont ceux de votre sexe payent le plus souvent les tmoignages trop ardents dune innocente amour.

VALRE.

Ah ! Ne me faites pas ce tort, de juger de moi par les autres. Souponnez-moi de tout, lise, plutt que de manquer ce que je vous dois : je vous aime trop pour cela, et mon amour pour vous durera autant que ma vie.

LISE.

Ah ! Valre, chacun tient les mmes discours. Tous les hommes sont semblables par les paroles ; et ce nest que les actions qui les dcouvrent diffrents.

VALRE.

Puisque les seules actions font connatre ce que nous sommes, attendez donc au moins juger de mon coeur par elles, et ne me cherchez point des crimes dans les injustes craintes dune fcheuse prvoyance. Ne massassinez point, je vous prie, par les sensibles coups dun soupon outrageux, et donnez-moi le temps de vous convaincre, par mille et mille preuves, de lhonntet de mes feux.

LISE.

Hlas ! Quavec facilit on se laisse persuader par les personnes que lon aime ! Oui, Valre, je tiens votre coeur incapable de mabuser. Je crois que vous maimez dun vritable amour, et que vous me serez fidle ; je nen veux point du tout douter, et je retranche mon chagrin aux apprhensions du blme quon pourra me donner.

VALRE.

Mais pourquoi cette inquitude ?

LISE.

Je naurais rien craindre, si tout le monde vous voyait des yeux dont je vous vois, et je trouve en votre personne de quoi avoir raison aux choses que je fais pour vous. Mon coeur, pour sa dfense, a tout votre mrite, appuy du secours dune reconnaissance o le Ciel mengage envers vous. Je me reprsente toute heure ce pril tonnant qui commena de nous offrir aux regards lun de lautre ; cette gnrosit surprenante qui vous fit risquer votre vie, pour drober la mienne la fureur des ondes ; ces soins pleins de tendresse que vous me ftes clater aprs mavoir tire de leau, et les hommages assidus de cet ardent amour que ni le temps ni les difficults nont rebut, et qui, vous faisant ngliger et parents et patrie, arrte vos pas en ces lieux, y tient en ma faveur votre fortune dguise, et vous a rduit, pour me voir, vous revtir de lemploi de domestique de mon pre. Tout cela fait chez moi sans doute un merveilleux effet ; et cen est assez mes yeux pour me justifier lengagement o jai pu consentir ; mais ce nest pas assez peut-tre pour le justifier aux autres, et je ne suis pas sre quon entre dans mes sentiments.

VALRE.

De tout ce que vous avez dit, ce nest que par mon seul amour que je prtends auprs de vous mriter quelque chose ; et quant aux scrupules que vous avez, votre pre lui-mme ne prend que trop de soin de vous justifier tout le monde ; et lexcs de son avarice, et la manire austre dont il vit avec ses enfants pourraient autoriser des choses plus tranges. Pardonnez-moi, charmante lise, si jen parle ainsi devant vous. Vous savez que sur ce chapitre on nen peut pas dire de bien. Mais enfin, si je puis, comme je lespre, retrouver mes parents, nous naurons pas beaucoup de peine nous le rendre favorable. Jen attends des nouvelles avec impatience, et jen irai chercher moi-mme, si elles tardent venir.

LISE.

Ah ! Valre, ne bougez dici, je vous prie ; et songez seulement vous bien mettre dans lesprit de mon pre.

VALRE.

Vous voyez comme je my prends, et les adroites complaisances quil ma fallu mettre en usage pour mintroduire son service ; sous quel masque de sympathie et de rapports de sentiments je me dguise pour lui plaire, et quel personnage je joue tous les jours avec lui, afin dacqurir sa tendresse. Jy fais des progrs admirables ; et jprouve que pour gagner les hommes, il nest point de meilleure voie que de se parer leurs yeux de leurs inclinations, que de donner dans leurs maximes, encenser leurs dfauts, et applaudir ce quils font. On na que faire davoir peur de trop charger la complaisance ; et la manire dont on les joue a beau tre visible, les plus fins toujours sont de grandes dupes du ct de la flatterie ; et il ny a rien de si impertinent et de si ridicule quon ne fasse avaler lorsquon lassaisonne en louange. La sincrit souffre un peu au mtier que je fais ; mais quand on a besoin des hommes, il faut bien sajuster eux ; et puisquon ne saurait les gagner que par l, ce nest pas la faute de ceux qui flattent, mais de ceux qui veulent tre flatts.     [3]

LISE.

Mais que ne tchez-vous aussi gagner lappui de mon frre, en cas que la servante savist de rvler notre secret ?

VALRE.

On ne peut pas mnager lun et lautre ; et lesprit du pre et celui du fils sont des choses si opposes, quil est difficile daccommoder ces deux confidences ensemble. Mais vous, de votre part, agissez auprs de votre frre, et servez-vous de lamiti qui est entre vous deux pour le jeter dans nos intrts. Il vient, je me retire. Prenez ce temps pour lui parler ; et ne lui dcouvrez de notre affaire que ce que vous jugerez propos.

LISE.

Je ne sais si jaurai la force de lui faire cette confidence.

SCNE II.
Clante, lise.

CLANTE.

Je suis bien aise de vous trouver seule, ma soeur ; et je brlais de vous parler, pour mouvrir vous dun secret.

LISE.

Me voil prte vous our, mon frre. Quavez-vous me dire ?

CLANTE.

Bien des choses, ma soeur, enveloppes dans un mot : jaime.

LISE.

Vous aimez ?

CLANTE.

Oui, jaime. Mais avant que daller plus loin, je sais que je dpends dun pre, et que le nom de fils me soumet ses volonts ; que nous ne devons point engager notre foi sans le consentement de ceux dont nous tenons le jour ; que le Ciel les a fait les matres de nos voeux, et quil nous est enjoint de nen disposer que par leur conduite ; que ntant prvenus daucune folle ardeur, ils sont en tat de se tromper bien moins que nous, et de voir beaucoup mieux ce qui nous est propre ; quil en faut plutt croire les lumires de leur prudence que laveuglement de notre passion ; et que lemportement de la jeunesse nous entrane le plus souvent dans des prcipices fcheux. Je vous dis tout cela, ma soeur, afin que vous ne vous donniez pas la peine de me le dire ; car enfin mon amour ne veut rien couter, et je vous prie de ne me point faire de remontrances.

LISE.

Vous tes-vous engag, mon frre, avec celle que vous aimez ?

CLANTE.

Non, mais jy suis rsolu ; et je vous conjure encore une fois de ne me point apporter de raisons pour men dissuader.

LISE.

Suis-je, mon frre, une si trange personne ?

CLANTE.

Non, ma soeur ; mais vous naimez pas : vous ignorez la douce violence quun tendre amour fait sur nos coeurs, et japprhende votre sagesse.

LISE.

Hlas ! Mon frre, ne parlons point de ma sagesse. Il nest personne qui nen manque, du moins une fois en sa vie ! Et si je vous ouvre mon coeur, peut-tre serai-je vos yeux bien moins sage que vous.

CLANTE.

Ah ! Plut au Ciel que votre me, comme la mienne.

LISE.

Finissons auparavant votre affaire, et me dites qui est celle que vous aimez.

CLANTE.

Une jeune personne qui loge depuis peu en ces quartiers, et qui semble tre faite pour donner de lamour tous ceux qui la voient. La nature, ma soeur, na rien form de plus aimable ; et je me sentis transport ds le moment que je la vis. Elle se nomme Mariane, et vit sous la conduite dune bonne femme de mre, qui est presque toujours malade, et pour qui cette aimable fille a des sentiments damiti qui ne sont pas imaginables. Elle la sert, la plaint, et la console avec une tendresse qui vous toucherait lme. Elle se prend dun air le plus charmant du monde aux choses quelle fait, et lon voit briller mille grces en toutes ses actions : une douceur pleine dattraits, une bont toute engageante, une honntet adorable, une. Ah ! ma soeur, je voudrais que vous leussiez vue.

LISE.

Jen vois beaucoup, mon frre, dans les choses que vous me dites ; et pour comprendre ce quelle est, il me suffit que vous laimez.

CLANTE.

Jai dcouvert sous main quelles ne sont pas fort accommodes, et que leur discrte conduite a de la peine tendre tous leurs besoins le bien quelles peuvent avoir. Figurez-vous, ma soeur, quelle joie ce peut tre que de relever la fortune dune personne que lon aime ; que de donner adroitement quelques petits secours aux modestes ncessits dune vertueuse famille ; et concevez quel dplaisir ce mest de voir que, par lavarice dun pre, je sois dans limpuissance de goter cette joie, et de faire clater cette belle aucun tmoignage de mon amour.

LISE.

Oui, je conois assez, mon frre, quel doit tre votre chagrin.

CLANTE.

Ah ! Ma soeur, il est plus grand quon ne peut croire. Car enfin peut-on rien voir de plus cruel que cette rigoureuse pargne quon exerce sur nous, que cette scheresse trange o lon nous fait languir ? Et que nous servira davoir du bien, sil ne nous vient que dans le temps que nous ne serons plus dans le bel ge den jouir, et si pour mentretenir mme, il faut que maintenant je mengage de tous cts, si je suis rduit avec vous chercher tous les jours le secours des marchands, pour avoir moyen de porter des habits raisonnables ? Enfin jai voulu vous parler, pour maider sonder mon pre sur les sentiments o je suis ; et si je ly trouve contraire, jai rsolu daller en dautres lieux, avec cette aimable personne, jouir de la fortune que le Ciel voudra nous offrir. Je fais chercher partout pour ce dessein de largent emprunter ; et si vos affaires, ma soeur, sont semblables aux miennes, et quil faille que notre pre soppose nos dsirs, nous le quitterons l tous deux et nous affranchirons de cette tyrannie o nous tient depuis si longtemps son avarice insupportable.

LISE.

Il est bien vrai que, tous les jours, il nous donne de plus en plus sujet de regretter la mort de notre mre, et que.

CLANTE.

Jentends sa voix. loignons-nous un peu, pour nous achever notre confidence ; et nous joindrons aprs nos forces pour venir attaquer la duret de son humeur.

SCNE III.
Harpagon, La Flche.

HARPAGON.

Hors dici tout lheure, et quon ne rplique pas. Allons, que lon dtale de chez moi, matre jur filou, vrai gibier de potence.

LA FLCHE.

Je nai jamais rien vu de si mchant que ce maudit vieillard et je pense, sauf correction, quil a le diable au corps.

HARPAGON.

Tu murmures entre tes dents.

LA FLCHE.

Pourquoi me chassez-vous ?

HARPAGON.

Cest bien toi, pendard, me demander des raisons ; sors vite, que je ne tassomme.

LA FLCHE.

Quest-ce que je vous ai fait ?

HARPAGON.

Tu mas fait que je veux que tu sortes.

LA FLCHE.

Mon matre, votre fils, ma donn ordre de lattendre.

HARPAGON.

Va-ten lattendre dans la rue, et ne sois point dans ma maison plant tout droit comme un piquet, observer ce qui se passe, et faire ton profit de tout. Je ne veux point avoir sans cesse devant moi un espion de mes affaires, un tratre, dont les yeux maudits assigent toutes mes actions, dvorent ce que je possde, et furtent de tous cts pour voir sil ny a rien voler.     [4]

LA FLCHE.

Comment diantre voulez-vous quon fasse pour vous voler ? tes-vous un homme volable, quand vous renfermez toutes choses, et faites sentinelle jour et nuit ?

HARPAGON.

Je veux renfermer ce que bon me semble, et faire sentinelle comme il me plat. Ne voil pas de mes mouchards, qui prennent garde ce quon fait ? Je tremble quil nait souponn quelque chose de mon argent. Ne serais-tu point homme aller faire courir le bruit que jai chez moi de largent cach ?

LA FLCHE.

Vous avez de largent cach ?

HARPAGON.

Non, coquin, je ne dis pas cela.

part.

Jenrage.

Haut.

Je demande si malicieusement tu nirais point faire courir le bruit que jen ai.

LA FLCHE.

H ! Que nous importe que vous en ayez ou que vous nen ayez pas, si cest pour nous la mme chose ?

HARPAGON.

Tu fais le raisonneur. Je te baillerai de ce raisonnement-ci par les oreilles.     [5]

Il lve la main pour lui donner un soufflet.

Sors dici, encore une fois.

LA FLCHE.

H bien ! Je sors.

HARPAGON.

Attends. Ne memportes-tu rien ?

LA FLCHE.

Que vous emporterais-je ?

HARPAGON.

Viens a, que je voie. Montre-moi tes mains.

LA FLCHE.

Les voil.

HARPAGON.

Les autres

LA FLCHE.

Les autres ?

HARPAGON.

Oui.

LA FLCHE.

Les voil.

HARPAGON.

Nas-tu rien mis ici dedans ?

LA FLCHE.

Voyez vous-mme.

Il tte le bas de ses chausses.

Ces grands hauts-de-chausses sont propres devenir les receleurs des choses quon drobe ; et je voudrais quon en et fait pendre quelquun.     [6]

LA FLCHE.

Ah ! Quun homme comme cela mriterait bien ce quil craint ! Et que jaurais de joie le voler !

HARPAGON.

Euh ?

LA FLCHE.

Quoi ?

HARPAGON.

Quest-ce que tu parles de voler ?

LA FLCHE.

Je dis que vous fouillez bien partout, pour voir si je vous ai vol.

HARPAGON.

Cest ce que je veux faire.

Il fouille dans les poches de La Flche.

LA FLCHE.

La peste soit de lavarice et des avaricieux !

HARPAGON.

Comment ? Que dis-tu ?

LA FLCHE.

Ce que je dis ?

HARPAGON.

Oui : quest-ce que tu dis davarice et davaricieux !

LA FLCHE.

Je dis que la peste soit de lavarice et des avaricieux.

HARPAGON.

De qui veux-tu parler ?

LA FLCHE.

Des avaricieux.

HARPAGON.

Et qui sont-ils ces avaricieux ?

LA FLCHE.

Des vilains et des ladres.     [7]

HARPAGON.

Mais qui est-ce que tu entends par l ?

LA FLCHE.

De quoi vous mettez-vous en peine ?

HARPAGON.

Je me mets en peine de ce quil faut.

LA FLCHE.

Est-ce que vous croyez que je veux parler de vous ?

HARPAGON.

Je crois ce que je crois ; mais je veux que tu me dises qui tu parles quand tu dis cela.

LA FLCHE.

Je parle. Je parle mon bonnet.

HARPAGON.

Et moi, je pourrais bien parler ta barrette.     [8]

LA FLCHE.

Mempcherez-vous de maudire les avaricieux ?

HARPAGON.

Non ; mais je tempcherai de jaser, et dtre insolent. Tais-toi.     [9]

LA FLCHE.

Je ne nomme personne.

HARPAGON.

Je te rosserai, si tu parles.     [10]

LA FLCHE.

Qui se sent morveux, quil se mouche.

HARPAGON.

Te tairas-tu ?

LA FLCHE.

Oui, malgr moi.

HARPAGON.

Ha ! ha !

La Flche, lui montrant une des poches de son justaucorps.

LA FLCHE.

Tenez, voil encore une poche ; tes-vous satisfait ?

HARPAGON.

Allons, rends-le-moi sans te fouiller.

LA FLCHE.

Quoi ?

HARPAGON.

Ce que tu mas pris.

LA FLCHE.

Je ne vous ai rien pris du tout.

HARPAGON.

Assurment ?

LA FLCHE.

Assurment.

HARPAGON.

Adieu : va-ten tous les diables.

LA FLCHE.

Me voil fort bien congdi.

HARPAGON.

Je te le mets sur ta conscience, au moins. Voil un pendard de valet qui mincommode fort, et je ne me plais point voir ce chien de boiteux-l.     [11]

SCNE IV.
lise, Clante, Harpagon.

HARPAGON.

Certes, ce nest pas une petite peine que de garder chez soi une grande somme dargent ; et bienheureux qui a tout son fait bien plac, et ne conserve seulement que ce quil faut pour sa dpense. On nest pas peu embarrass inventer dans toute une maison une cache fidle : car pour moi, les coffres-forts me sont suspects, et je ne veux jamais my fier ; je les tiens justement une franche amorce voleurs, et cest toujours la premire chose que lon va attaquer. Cependant je ne sais si jaurai bien fait davoir enterr dans mon jardin dix mille cus quon me rendit hier. Dix mille cus en or chez soi est une somme assez.

Ici le frre et la soeur paraissent sentretenant bas.

Ciel ! Je me serai trahi moi-mme : la chaleur maura emport, et je crois que jai parl haut en raisonnant tout seul. Quest-ce ?

CLANTE.

Rien, mon pre.

HARPAGON.

Y a-t-il longtemps que vous tes l ?

LISE.

Nous ne venons que darriver.

HARPAGON.

Vous avez entendu.

CLANTE.

Quoi, mon pre ?

HARPAGON.

L.

LISE.

Quoi ?

HARPAGON.

Ce que je viens de dire.

CLANTE.

Non.

HARPAGON.

Si fait, si fait.

LISE.

Pardonnez-moi.

HARPAGON.

Je vois bien que vous en avez ou quelques mots. Cest que je mentretenais en moi-mme de la peine quil y a aujourdhui trouver de largent, et je disais quil est bienheureux qui peut avoir dix mille cus chez soi.

CLANTE.

Nous feignions vous aborder, de peur de vous interrompre.

HARPAGON.

Je suis bien aise de vous dire cela, afin que vous nalliez pas prendre les choses de travers et vous imaginer que je dise que cest moi qui ai dix mille cus.

CLANTE.

Nous nentrons point dans vos affaires.

HARPAGON.

Plt Dieu que je les eusse, dix mille cus !

CLANTE.

Je ne crois pas.

HARPAGON.

Ce serait une bonne affaire pour moi.

LISE.

Ce sont des choses.

HARPAGON.

Jen aurais bon besoin.

CLANTE.

Je pense que.

HARPAGON.

Cela maccommoderait fort.

LISE.

Vous tes.

HARPAGON.

Et je ne me plaindrais pas, comme je fais, que le temps est misrable.

CLANTE.

Mon Dieu ! Mon pre, vous navez pas lieu de vous plaindre, et lon sait que vous avez assez de bien.

HARPAGON.

Comment ? Jai assez de bien ! Ceux qui le disent en ont menti. Il ny a rien de plus faux ; et ce sont des coquins qui font courir tous ces bruits-l.     [12]

LISE.

Ne vous mettez point en colre.

HARPAGON.

Cela est trange, que mes propres enfants me trahissent et deviennent mes ennemis !

CLANTE.

Est-ce tre votre ennemi, que de dire que vous avez du bien !

HARPAGON.

Oui : de pareils discours et les dpenses que vous faites seront cause quun de ces jours on me viendra chez moi couper la gorge, dans la pense que je suis tout cousu de pistoles.

CLANTE.

Quelle grande dpense est-ce que je fais ?

HARPAGON.

Quelle ? Est-il rien de plus scandaleux que ce somptueux quipage que vous promenez par la ville ? Je querellais hier votre soeur ; mais cest encore pis. Voil qui crie vengeance au Ciel ; et vous prendre depuis les pieds jusqu la tte, il y aurait l de quoi faire une bonne constitution. Je vous lai dit vingt fois, mon fils, toutes vos manires me dplaisent fort : vous donnez furieusement dans le marquis ; et pour aller ainsi vtu, il faut bien que vous me drobiez.     [13]

CLANTE.

H ! Comment vous drober ?

HARPAGON.

Que sais-je ? O pouvez-vous donc prendre de quoi entretenir ltat que vous portez ?

CLANTE.

Moi, mon pre ? Cest que je joue ; et comme je suis fort heureux, je mets sur moi tout largent que je gagne.

HARPAGON.

Cest fort mal fait. Si vous tes heureux au jeu, vous en devriez profiter, et mettre lhonnte intrt largent que vous gagnez afin de le trouver un jour. Je voudrais bien savoir, sans parler du reste, quoi servent tous ces rubans dont vous voil lard depuis les pieds jusqu la tte, et si une demi-douzaine daiguillettes ne suffit pas pour attacher un haut-de-chausses ? Il est bien ncessaire demployer de largent des perruques, lorsque lon peut porter des cheveux de son cru, qui ne cotent rien. Je vais gager quen perruques et rubans, il y a du moins vingt pistoles ; et vingt pistoles rapportent par anne dix-huit livres six sols huit deniers, ne les placer quau denier douze.     [14]

CLANTE.

Vous avez raison.

HARPAGON.

Laissons cela, et parlons dautre affaire. Euh ? Je crois quils se font signe lun lautre de me voler ma bourse. Que veulent dire ces gestes-l ?

LISE.

Nous marchandons, mon frre et moi, qui parlera le premier ; et nous avons tous deux quelque chose vous dire.

HARPAGON.

Et moi, jai quelque chose aussi vous dire tous deux.

CLANTE.

Cest de mariage, mon pre, que nous dsirons vous parler.

HARPAGON.

Et cest de mariage aussi que je veux vous entretenir.

LISE.

Ah ! Mon pre !

HARPAGON.

Pourquoi ce cri ? Est-ce le mot, ma fille, ou la chose, qui vous fait peur ?

CLANTE.

Le mariage peut nous faire peur tous deux, de la faon que vous pouvez lentendre ; et nous craignons que nos sentiments ne soient pas daccord avec votre choix.

HARPAGON.

Un peu de patience. Ne vous alarmez point. Je sais ce quil faut tous deux ; et vous naurez ni lun ni lautre aucun lieu de vous plaindre de tout ce que je prtends faire. Et pour commencer par un bout : avez-vous vu, dites-moi, une jeune personne appele Mariane, qui ne loge pas loin dici ?

CLANTE.

Oui, mon pre.

HARPAGON.

Et vous ?

LISE.

Jen ai ou parler.

HARPAGON.

Comment, mon fils, trouvez-vous cette fille ?

CLANTE.

Une fort charmante personne.

HARPAGON.

Sa physionomie ?

CLANTE.

Toute honnte, et pleine desprit.

HARPAGON.

Son air et sa manire ?

CLANTE.

Admirables, sans doute.

HARPAGON.

Ne croyez-vous pas quune fille comme cela mriterait assez que lon songet elle ?

CLANTE.

Oui, mon pre.

HARPAGON.

Que ce serait un parti souhaitable ?

CLANTE.

Trs souhaitable.

HARPAGON.

Quelle a toute la mine de faire un bon mnage ?

CLANTE.

Sans doute.

HARPAGON.

Et quun mari aurait satisfaction avec elle ?

CLANTE.

Assurment.

HARPAGON.

Il y a une petite difficult : cest que jai peur quil ny ait pas avec elle tout le bien quon pourrait prtendre.

CLANTE.

Ah ! Mon pre, le bien nest pas considrable, lorsquil est question dpouser une honnte personne.

HARPAGON.

Pardonnez-moi, pardonnez-moi. Mais ce quil y a dire, cest que si lon ny trouve pas tout le bien quon souhaite, on peut tcher de regagner cela sur autre chose.

CLANTE.

Cela sentend.

HARPAGON.

Enfin je suis bien aise de vous voir dans mes sentiments ; car son maintien honnte et sa douceur mont gagn lme, et je suis rsolu de lpouser, pourvu que jy trouve quelque bien.     [15]

CLANTE.

Euh ?

HARPAGON.

Comment ?

CLANTE.

Vous tes rsolu, dites-vous ?.

HARPAGON.

Dpouser Mariane.

CLANTE.

Qui, vous ? Vous ?

HARPAGON.

Oui, moi, moi, moi. Que veut dire cela ?

CLANTE.

Il ma pris tout coup un blouissement, et je me retire dici.

HARPAGON.

Cela ne sera rien. Allez vite boire dans la cuisine un grand verre deau claire. Voil de mes damoiseaux flouets, qui nont non plus de vigueur que des poules. Cest l, ma fille, ce que jai rsolu pour moi. Quant ton frre, je lui destine une certaine veuve dont ce matin on mest venu parler ; et pour toi, je te donne au seigneur Anselme.     [16]

LISE.

Au seigneur Anselme ?

HARPAGON.

Oui, un homme mr, prudent et sage, qui na pas plus de cinquante ans, et dont on vante les grands biens.

LISE.

Elle fait une rvrence.

Je ne veux point me marier, mon pre, sil vous plat.

HARPAGON.

Il contrefait la rvrence.

Et moi, ma petite fille, ma mie, je veux que vous vous mariiez, sil vous plat.

LISE.

Je vous demande pardon, mon pre.

HARPAGON.

Je vous demande pardon, ma fille.

LISE.

Je suis trs humble servante au seigneur Anselme ; mais avec votre permission, je ne lpouserai point.

HARPAGON.

Je suis votre trs humble valet ; mais, avec votre permission, vous lpouserez ds ce soir.

LISE.

Ds ce soir ?

HARPAGON.

Ds ce soir.

LISE.

Cela ne sera pas, mon pre.

HARPAGON.

Cela sera, ma fille.

LISE.

Non.

HARPAGON.

Si.

LISE.

Non, vous dis-je.

HARPAGON.

Si, vous dis-je.

LISE.

Cest une chose o vous ne me rduirez point.     [17]

HARPAGON.

Cest une chose o je te rduirai.

LISE.

Je me tuerai plutt que dpouser un tel mari.

HARPAGON.

Tu ne te tueras point, et tu lpouseras. Mais voyez quelle audace ! A-t-on jamais vu une fille parler de la sorte son pre ?

LISE.

Mais a-t-on jamais vu un pre marier sa fille de la sorte ?

HARPAGON.

Cest un parti o il ny a rien redire ; et je gage que tout le monde approuvera mon choix.

LISE.

Et moi, je gage quil ne saurait tre approuv daucune personne raisonnable.

HARPAGON.

Voil Valre : veux-tu quentre nous deux nous le fassions juge de cette affaire ?

LISE.

Jy consens.

HARPAGON.

Te rendras-tu son jugement ?

LISE.

Oui, jen passerai par ce quil dira.

HARPAGON.

Voil qui est fait.

SCNE V.
Valre, Harpagon, lise.

HARPAGON.

Ici, Valre. Nous tavons lu pour nous dire qui a raison, de ma fille ou de moi.

VALRE.

Cest vous, Monsieur, sans contredit.

HARPAGON.

Sais-tu bien de quoi nous parlons ?

VALRE.

Non, mais vous ne sauriez avoir tort, et vous tes toute raison.

HARPAGON.

Je veux ce soir lui donner pour poux un homme aussi riche que sage ; et la coquine me dit au nez quelle se moque de le prendre. Que dis-tu de cela ?

VALRE.

Ce que jen dis ?

HARPAGON.

Oui.

VALRE.

Eh, eh.

HARPAGON.

Quoi ?

VALRE.

Je dis que dans le fond je suis de votre sentiment ; et vous ne pouvez pas que vous nayez raison. Mais aussi na-t-elle pas tort tout fait, et.

HARPAGON.

Comment ? Le seigneur Anselme est un parti considrable, cest un gentilhomme qui est noble, doux, pos, sage, et fort accommod, et auquel il ne reste aucun enfant de son premier mariage. Saurait-elle mieux rencontrer ?

VALRE.

Cela est vrai. Mais elle pourrait vous dire que cest un peu prcipiter les choses, et quil faudrait au moins quelque temps pour voir si son inclination pourra saccommoder avec.

HARPAGON.

Cest une occasion quil faut prendre vite aux cheveux. Je trouve ici un avantage quailleurs je ne trouverais pas, et il sengage la prendre sans dot.

VALRE.

Sans dot ?

HARPAGON.

Oui.

VALRE.

Ah ! Je ne dis plus rien. Voyez-vous ? Voil une raison tout fait convaincante ; il se faut rendre cela.

HARPAGON.

Cest pour moi une pargne considrable.

VALRE.

Assurment, cela ne reoit point de contradiction. Il est vrai que votre fille vous peut reprsenter que le mariage est une plus grande affaire quon ne peut croire ; quil y va dtre heureux ou malheureux toute sa vie ; et quun engagement qui doit durer jusqu la mort ne se doit jamais faire quavec de grandes prcautions.

HARPAGON.

Sans dot.

VALRE.

Vous avez raison : voil qui dcide tout, cela sentend. Il y a des gens qui pourraient vous dire quen de telles occasions linclination dune fille est une chose sans doute o lon doit avoir de lgard ; et que cette grande ingalit dge, dhumeur et de sentiments, rend un mariage sujet des accidents trs fcheux.

HARPAGON.

Sans dot.

VALRE.

Ah ! Il ny a pas de rplique cela : on le sait bien ; qui diantre peut aller l contre ? Ce nest pas quil ny ait quantit de pres qui aimeraient mieux mnager la satisfaction de leurs filles que largent quils pourraient donner ; qui ne les voudraient point sacrifier lintrt, et chercheraient plus que toute autre chose mettre dans un mariage cette douce conformit qui sans cesse y maintient lhonneur, la tranquillit et la joie, et que.

HARPAGON.

Sans dot.     [18]

VALRE.

Il est vrai : cela ferme la bouche tout, sans dot. Le moyen de rsister une raison comme celle-l ?

HARPAGON.

Il regarde vers le jardin.

Ouais ! Il me semble que jentends un chien qui aboie. Nest-ce point quon en voudrait mon argent ? Ne bougez, je reviens tout lheure.

LISE.

Vous moquez-vous, Valre, de lui parler comme vous faites ?

VALRE.

Cest pour ne point laigrir, et pour en venir mieux bout. Heurter de front ses sentiments est le moyen de tout gter ; et il y a de certains esprits quil ne faut prendre quen biaisant, des tempraments ennemis de toute rsistance, des naturels rtifs, que la vrit fait cabrer, qui toujours se raidissent contre le droit chemin de la raison, et quon ne mne quen tournant o lon veut les conduire. Faites semblant de consentir ce quil veut, vous en viendrez mieux vos fins, et.

LISE.

Mais ce mariage, Valre ?

VALRE.

On cherchera des biais pour le rompre.

LISE.

Mais quelle invention trouver, sil se doit conclure ce soir ?

VALRE.

Il faut demander un dlai, et feindre quelque maladie.

LISE.

Mais on dcouvrira la feinte, si lon appelle des mdecins.

VALRE.

Vous moquez-vous ? Y connaissent-ils quelque chose ? Allez, allez, vous pourrez avec eux avoir quel mal il vous plaira, ils vous trouveront des raisons pour vous dire do cela vient.

HARPAGON.

Ce nest rien, Dieu merci.

VALRE.

Enfin notre dernier recours, cest que la fuite nous peut mettre couvert de tout ; et si votre amour, belle lise, est capable dune fermet.

Il aperoit Harpagon.

Oui, il faut quune fille obisse son pre. Il ne faut point quelle regarde comme un mari est fait, et lorsque la grande raison de sans dot sy rencontre, elle doit tre prte prendre tout ce quon lui donne.

HARPAGON.

Bon. Voil bien parl, cela.

VALRE.

Monsieur, je vous demande pardon si je memporte un peu et prends la hardiesse de lui parler comme je fais.

HARPAGON.

Comment ? Jen suis ravi, et je veux que tu prennes sur elle un pouvoir absolu. Oui, tu as beau fuir. Je lui donne lautorit que le Ciel me donne sur toi, et jentends que tu fasses tout ce quil te dira.

VALRE.

Aprs cela, rsistez mes remontrances. Monsieur, je vais la suivre, pour lui continuer les leons que je lui faisais.

HARPAGON.

Oui, tu mobligeras. Certes.

VALRE.

Il est bon de lui tenir un peu la bride haute.

HARPAGON.

Cela est vrai. Il faut.

VALRE.

Ne vous mettez pas en peine. Je crois que jen viendrai bout.

HARPAGON.

Fais, fais. Je men vais faire un petit tour en ville, et reviens tout lheure.

VALRE.

Oui, largent est plus prcieux que toutes les choses du monde, et vous devez rendre grces au Ciel de lhonnte homme de pre quil vous a donn. Il sait ce que cest que de vivre. Lorsquon soffre de prendre une fille sans dot, on ne doit point regarder plus avant. Tout est renferm l dedans, et sans dot tient lieu de beaut, de jeunesse, de naissance, dhonneur, de sagesse et de probit.

HARPAGON.

Ah ! Le brave garon ! Voil parl comme un oracle. Heureux qui peut avoir un domestique de la sorte !

ACTE II

SCNE I.
Clante, La Flche.

CLANTE.

Ah ! Tratre que tu es, o tes-tu donc all fourrer ? Ne tavais-je pas donn ordre.

LA FLCHE.

Oui, Monsieur, et je mtais rendu ici pour vous attendre de pied ferme ; mais Monsieur votre pre, le plus malgracieux des hommes, ma chass dehors malgr moi, et jai couru risque dtre battu.

CLANTE.

Comment va notre affaire ? Les choses pressent plus que jamais ; et depuis que je ne tai vu, jai dcouvert que mon pre est mon rival.

LA FLCHE.

Votre pre amoureux ?

CLANTE.

Oui ; et jai eu toutes les peines du monde lui cacher le trouble o cette nouvelle ma mis.

LA FLCHE.

Lui se mler daimer ! De quoi diable savise-t-il ? Se moque-t-il du monde ? Et lamour a-t-il t fait pour des gens btis comme lui ?

CLANTE.

Il a fallu, pour mes pchs, que cette passion lui soit venue en tte.

LA FLCHE.

Mais par quelle raison lui faire un mystre de votre amour ?

CLANTE.

Pour lui donner moins de soupon, et me conserver au besoin des ouvertures plus aises pour dtourner ce mariage. Quelle rponse ta-t-on faite ?

LA FLCHE.

Ma foi ! Monsieur, ceux qui empruntent sont bien malheureux ; et il faut essuyer dtranges choses lorsquon en est rduit passer, comme vous, par les mains des fesse-mathieux.

CLANTE.

Laffaire ne se fera point ?

LA FLCHE.

Pardonnez-moi. Notre matre Simon, le courtier quon nous a donn, homme agissant et plein de zle, dit quil a fait rage pour vous ; et il assure que votre seule physionomie lui a gagn le coeur.

CLANTE.

Jaurai les quinze mille francs que je demande ?

LA FLCHE.

Oui ; mais quelques petites conditions, quil faudra que vous acceptiez, si vous avez dessein que les choses se fassent.

CLANTE.

Ta-t-il fait parler celui qui doit prter largent ?

LA FLCHE.

Ah ! Vraiment, cela ne va pas de la sorte. Il apporte encore plus de soin se cacher que vous, et ce sont des mystres bien plus grands que vous ne pensez. On ne veut point du tout dire son nom, et lon doit aujourdhui laboucher avec vous, dans une maison emprunte, pour tre instruit, par votre bouche, de votre bien et de votre famille ; et je ne doute point que le seul nom de votre pre ne rende les choses faciles.

CLANTE.

Et principalement notre mre tant morte, dont on ne peut mter le bien.

LA FLCHE.

Voici quelques articles quil a dicts lui-mme notre entremetteur, pour vous tre montrs, avant que de rien faire : Suppos que le prteur voie toutes ses srets, et que lemprunteur soit majeur, et dune famille o le bien soit ample, solide, assur, clair, et net de tout embarras, on fera une bonne et exacte obligation par-devant un notaire, le plus honnte homme quil se pourra, et qui, pour cet effet, sera choisi par le prteur, auquel il importe le plus que lacte soit dment dress.

CLANTE.

Il ny a rien dire cela.

LA FLCHE.

Le prteur, pour ne charger sa conscience daucun scrupule, prtend ne donner son argent quau denier dix-huit.

CLANTE.

Au denier dix-huit ? Parbleu ! Voil qui est honnte. Il ny a pas lieu de se plaindre.

LA FLCHE.

Cela est vrai. Mais comme ledit prteur na pas chez lui la somme dont il est question, et que pour faire plaisir lemprunteur, il est contraint lui-mme de lemprunter dun autre, sur le pied du denier cinq, il conviendra que ledit premier emprunteur paye cet intrt, sans prjudice du reste, attendu que ce nest que pour lobliger que ledit prteur sengage cet emprunt.

CLANTE.

Comment diable ! Quel Juif, quel Arabe est-ce l ? Cest plus quau denier quatre.

LA FLCHE.

Il est vrai ; cest ce que jai dit. Vous avez voir l-dessus.

CLANTE.

Que veux-tu que je voie ? Jai besoin dargent ; et il faut bien que je consente tout.

LA FLCHE.

Cest la rponse que jai faite.

CLANTE.

Il y a encore quelque chose ?

LA FLCHE.

Ce nest plus quun petit article. Des quinze mille francs quon demande, le prteur ne pourra compter en argent que douze mille livres, et pour les mille cus restants, il faudra que lemprunteur prenne les hardes, nippes, et bijoux dont sensuit le mmoire, et que ledit prteur a mis, de bonne foi, au plus modique prix quil lui a t possible.

CLANTE.

Que veut dire cela ?

LA FLCHE.

coutez le mmoire. Premirement, un lit de quatre pieds, bandes de points de Hongrie, appliqus fort proprement sur un drap de couleur dolive, avec six chaises et la courte-pointe de mme ; le tout bien conditionn, et doubl dun petit taffetas changeant rouge et bleu. Plus, un pavillon queue, dune bonne serge dAumale rose-sche, avec le mollet et les franges de soie.

CLANTE.

Que veut-il que je fasse de cela ?

LA FLCHE.

Attendez. Plus, une tenture de tapisserie des amours de Gombaut et de Mace. Plus, une grande table de bois de noyer, douze colonnes ou piliers tourns, qui se tire par les deux bouts, et garnie par le dessous de ses six escabelles.     [20]

CLANTE.

Quai-je affaire, morbleu.

LA FLCHE.

Donnez-vous patience. Plus, trois gros mousquets tout garnis de nacre de perles, avec les trois fourchettes assortissantes. Plus, un fourneau de briques, avec deux cornues, et trois rcipients, fort utiles ceux qui sont curieux de distiller.     [22]

CLANTE.

Jenrage.

LA FLCHE.

Doucement. Plus, un luth de Bologne, garni de toutes ses cordes, ou peu sen faut. Plus, un trou-madame, et un damier, avec un jeu de loie renouvel des Grecs, fort propres passer le temps lorsque lon na que faire. Plus, une peau de lzard, de trois pieds et demi, remplie de foin, curiosit agrable pour pendre au plancher dune chambre. Le tout, ci-dessus mentionn, valant loyalement plus de quatre mille cinq cents livres, et rabaiss la valeur de mille cus, par la discrtion du prteur.     [24]

CLANTE.

Que la peste ltouffe avec sa discrtion, le tratre, le bourreau quil est ! A-t-on jamais parl dune usure semblable ? Et nest-il pas content du furieux intrt quil exige, sans vouloir encore mobliger prendre, pour trois mille livres, les vieux rogatons quil ramasse ? Je naurai pas deux cents cus de tout cela ; et cependant il faut bien me rsoudre consentir ce quil veut, car il est en tat de me faire tout accepter, et il me tient, le sclrat, le poignard sur la gorge.     [26]

LA FLCHE.

Je vous vois, Monsieur, ne vous en dplaise, dans le grand chemin justement que tenait Panurge pour se ruiner, prenant argent davance, achetant cher, vendant bon march, et mangeant son bl en herbe.     [27]

CLANTE.

Que veux-tu que jy fasse ? Voil o les jeunes gens sont rduits par la maudite avarice des pres ; et on stonne aprs cela que les fils souhaitent quils meurent.

LA FLCHE.

Il faut avouer que le vtre animerait contre sa vilanie le plus pos homme du monde. Je nai pas, Dieu merci, les inclinations fort patibulaires ; et parmi mes confrres que je vois se mler de beaucoup de petits commerces, je sais tirer adroitement mon pingle du jeu, et me dmler prudemment de toutes les galanteries qui sentent tant soit peu lchelle ; mais, vous dire vrai, il me donnerait, par ses procds, des tentations de le voler ; et je croirais, en le volant, faire une action mritoire.     [29]

CLANTE.

Donne-moi un peu ce mmoire, que je le voie encore.

SCNE II.
Matre Simon, Harpagon, Clante, La Flche;

MAITRE SIMON.

Oui, Monsieur, cest un jeune homme qui a besoin dargent. Ses affaires le pressent den trouver, et il en passera par tout ce que vous en prescrirez.

HARPAGON.

Mais croyez-vous, matre Simon, quil ny ait rien pricliter ? Et savez-vous le nom, les biens et la famille de celui pour qui vous parlez ?

MAITRE SIMON.

Non, je ne puis pas bien vous en instruire fond, et ce nest que par aventure que lon ma adress lui ; mais vous serez de toutes choses clairci par lui-mme ; et son homme ma assur que vous serez content, quand vous le connatrez. Tout ce que je saurois vous dire, cest que sa famille est fort riche, quil na plus de mre dj, et quil sobligera, si vous voulez, que son pre mourra avant quil soit huit mois.

HARPAGON.

Cest quelque chose que cela. La charit, matre Simon, nous oblige faire plaisir aux personnes, lorsque nous le pouvons.

MAITRE SIMON.

Cela sentend.

LA FLCHE.

Que veut dire ceci ? Notre matre Simon qui parle votre pre.

CLANTE.

Lui aurait-on appris qui je suis ? Et serais-tu pour nous trahir ?

MAITRE SIMON.

Ah ! Ah ! Vous tes bien presss ! Qui vous a dit que ctoit cans ? Ce nest pas moi, Monsieur, au moins, qui leur ai dcouvert votre nom et votre logis ; mais, mon avis, il ny a pas grand mal cela. Ce sont des personnes discrtes, et vous pouvez ici vous expliquer ensemble.

HARPAGON.

Comment ?

MAITRE SIMON.

Monsieur est la personne qui veut vous emprunter les quinze mille livres dont je vous ai parl.

HARPAGON.

Comment, pendard ? Cest toi qui tabandonnes ces coupables extrmits ?

CLANTE.

Comment, mon pre ? Cest vous qui vous portez ces honteuses actions ?

HARPAGON.

Cest toi qui te veux ruiner par des emprunts si condamnables ?

CLANTE.

Cest vous qui cherchez vous enrichir par des usures si criminelles ?

HARPAGON.

Oses-tu bien, aprs cela, paratre devant moi !

CLANTE.

Osez-vous bien, aprs cela, vous prsenter aux yeux du monde ?

HARPAGON.

Nas-tu point de honte, dis-moi, den venir ces dbauches-l ? De te prcipiter dans des dpenses effroyables ? Et de faire une honteuse dissipation du bien que tes parents tont amass avec tant de sueurs ?

CLANTE.

Ne rougissez-vous point de dshonorer votre condition par les commerces que vous faites ? De sacrifier gloire et rputation au desir insatiable dentasser cu sur cu, et de renchrir, en fait dintrts, sur les plus infmes subtilits quaient jamais inventes les plus clbres usuriers ?

HARPAGON.

Ote-toi de mes yeux, coquin ! te-toi de mes yeux !

CLANTE.

Qui est plus criminel, votre avis, ou celui qui achte un argent dont il a besoin, ou bien celui qui vole un argent dont il na que faire ?

HARPAGON.

Retire-toi, te dis-je, et ne mchauffe pas les oreilles. Je ne suis pas fch de cette aventure ; et ce mest un avis de tenir loeil, plus que jamais, sur toutes ses actions.

SCNE III.
Frosine, Harpagon.

FROSINE.

Monsieur.

HARPAGON.

Attendez un moment ; je vais revenir vous parler. Il est propos que je fasse un petit tour mon argent.

SCNE IV.
La Flche, Frosine.

LA FLCHE.

Laventure est tout fait drle. Il faut bien quil ait quelque part un ample magasin de hardes ; car nous navons rien reconnu au mmoire que nous avons.

FROSINE.

H ! Cest toi, mon pauvre La Flche ? Do vient cette rencontre ?

LA FLCHE.

Ah ! Ah ! Cest toi, Frosine. Que viens-tu faire ici ?

FROSINE.

Ce que je fais partout ailleurs : mentremettre daffaires, me rendre serviable aux gens, et profiter du mieux quil mest possible des petits talents que je puis avoir. Tu sais que dans ce monde il faut vivre dadresse, et quaux personnes comme moi le Ciel na donn dautres rentes que lintrigue et que lindustrie.

LA FLCHE.

As-tu quelque ngoce avec le patron du logis ?

FROSINE.

Oui, je traite pour lui quelque petite affaire, dont jespre une rcompense.

LA FLCHE.

De lui ? Ah, ma foi ! Tu seras bien fine si tu en tires quelque chose ; et je te donne avis que largent cans est fort cher.

FROSINE.

Il y a de certains services qui touchent merveilleusement.

LA FLCHE.

Je suis votre valet, et tu ne connais pas encore le seigneur Harpagon. Le seigneur Harpagon est de tous les humains lhumain le moins humain, le mortel de tous les mortels le plus dur et le plus serr. Il nest point de service qui pousse sa reconnaissance jusqu lui faire ouvrir les mains. De la louange, de lestime, de la bienveillance en paroles et de lamiti tant quil vous plaira ; mais de largent, point daffaires. Il nest rien de plus sec et de plus aride que ses bonnes grces et ses caresses ; et donner est un mot pour qui il a tant daversion, quil ne dit jamais : Je vous donne, mais : Je vous prte le bonjour.

FROSINE.

Mon Dieu ! Je sais lart de traire les hommes, jai le secret de mouvrir leur tendresse, de chatouiller leurs coeurs, de trouver les endroits par o ils sont sensibles.

LA FLCHE.

Bagatelles ici. Je te dfie dattendrir, du ct de largent, lhomme dont il est question. Il est Turc l-dessus, mais dune turquerie dsesprer tout le monde ; et lon pourroit crever, quil nen branlerait pas. En un mot, il aime largent, plus que rputation, quhonneur et que vertu ; et la vue dun demandeur lui donne des convulsions. Cest le frapper par son endroit mortel, cest lui percer le coeur, cest lui arracher les entrailles ; et si. Mais il revient ; je me retire.

SCNE V.
Harpagon, Frosine.

HARPAGON.

Tout va comme il faut. H bien ! Quest-ce, Frosine ?

FROSINE.

Ah ! Mon Dieu ! Que vous vous portez bien ! Et que vous avez l un vrai visage de sant !

HARPAGON.

Qui, moi ?

FROSINE.

Jamais je ne vous vis un teint si frais et si gaillard.

HARPAGON.

Tout de bon ?

FROSINE.

Comment ? Vous navez de votre vie t si jeune que vous tes ; et je vois des gens de vingt-cinq ans qui sont plus vieux que vous.

HARPAGON.

Cependant, Frosine, jen ai soixante bien compts.

FROSINE.

H bien ! Quest-ce que cela, soixante ans ? Voil bien de quoi ! Cest la fleur de lge cela, et vous entrez maintenant dans la belle saison de lhomme.

HARPAGON.

Il est vrai ; mais vingt annes de moins pourtant ne me feraient point de mal, que je crois.

FROSINE.

Vous moquez-vous ? Vous navez pas besoin de cela, et vous tes dune pte vivre jusques cent ans.

HARPAGON.

Tu le crois !

FROSINE.

Assurment. Vous en avez toutes les marques. Tenez-vous un peu. Oh ! Que voil bien l, entre vos deux yeux, un signe de longue vie !

HARPAGON.

Tu te connais cela ?

FROSINE.

Sans doute. Montrez-moi votre main. Ah ! Mon Dieu ! Quelle ligne de vie !

HARPAGON.

Comment ?

FROSINE.

Ne voyez-vous pas jusquo va cette ligne-l ?

HARPAGON.

H bien ! Quest-ce que cela veut dire ?

FROSINE.

Par ma foi ! Je disais cent ans ; mais vous passerez les six-vingts.

HARPAGON.

Est-il possible ?

FROSINE.

Il faudra vous assommer, vous dis-je ; et vous mettrez en terre et vos enfants, et les enfants de vos enfants.

HARPAGON.

Tant mieux. Comment va notre affaire ?

FROSINE.

Faut-il le demander ? Et me voit-on mler de rien dont je ne vienne bout ? Jai surtout pour les mariages un talent merveilleux ; il nest point de partis au monde que je ne trouve en peu de temps le moyen daccoupler ; et je crois, si je me ltais mis en tte, que je marierais le Grand Turc avec la Rpublique de Venise. Il ny avait pas sans doute de si grandes difficults cette affaire-ci. Comme jai commerce chez elles, je les ai fond lune et lautre entretenues de vous, et jai dit la mre le dessein que vous aviez conu pour Mariane, la voir passer dans la rue, et prendre lair sa fentre.

HARPAGON.

Qui a fait rponse.

FROSINE.

Elle a reu la proposition avec joie ; et quand je lui ai tmoign que vous souhaitiez fort que sa fille assistt ce soir au contrat de mariage qui se doit faire de la vtre, elle y a consenti sans peine, et me la confie pour cela.

HARPAGON.

Cest que je suis oblig, Frosine, de donner souper au seigneur Anselme ; et je serais bien aise quelle soit du rgale.

FROSINE.

Vous avez raison. Elle doit aprs dn rendre visite votre fille, do elle fait son compte daller faire un tour la foire, pour venir ensuite au soup.

HARPAGON.

H bien ! Elles iront ensemble dans mon carrosse, que je leur prterai.

FROSINE.

Voil justement son affaire.

HARPAGON.

Mais, Frosine, as-tu entretenu la mre touchant le bien quelle peut donner sa fille ? Lui as-tu dit quil falloit quelle saidt un peu, quelle ft quelque effort, quelle se saignt pour une occasion comme celle-ci ? Car encore npouse-t-on point une fille, sans quelle apporte quelque chose.

FROSINE.

Comment ? Cest une fille qui vous apportera douze mille livres de rente.

HARPAGON.

Douze mille livres de rente !

FROSINE.

Oui. Premirement, elle est nourrie et leve dans une grande pargne de bouche ; cest une fille accoutume vivre de salade, de lait, de fromage et de pommes, et laquelle par consquent il ne faudra ni table bien servie, ni consomms exquis, ni orges monds perptuels, ni les autres dlicatesses quil faudrait pour une autre femme ; et cela ne va pas si peu de chose, quil ne monte bien, tous les ans, trois mille francs pour le moins. Outre cela, elle nest curieuse que dune propret fort simple, et naime point les superbes habits, ni les riches bijoux, ni les meubles somptueux, o donnent ses pareilles avec tant de chaleur ; et cet article-l vaut plus de quatre mille livres par an. De plus, elle a une aversion horrible pour le jeu, ce qui nest pas commun aux femmes daujourdhui ; et jen sais une de nos quartiers qui a perdu, trente-et-quarante, vingt mille francs cette anne. Mais nen prenons rien que le quart. Cinq mille francs au jeu par an, et quatre mille francs en habits et bijoux, cela fait neuf mille livres ; et mille cus que nous mettons pour la nourriture, ne voil-t-il pas par anne vos douze mille francs bien compts ?

HARPAGON.

Oui, cela nest pas mal ; mais ce compte-l nest rien de rel.

FROSINE.

Pardonnez-moi. Nest-ce pas quelque chose de rel, que de vous apporter en mariage une grande sobrit, lhritage dun grand amour de simplicit de parure, et lacquisition dun grand fonds de haine pour le jeu ?

HARPAGON.

Cest une raillerie, que de vouloir me constituer son dot de toutes les dpenses quelle ne fera point. Je nirai pas donner quittance de ce que je ne reois pas ; et il faut bien que je touche quelque chose.

FROSINE.

Mon Dieu ! Vous toucherez assez ; et elles mont parl dun certain pays o elles ont du bien dont vous serez le matre.

HARPAGON.

Il faudra voir cela. Mais, Frosine, il y encore une chose qui minquite. La fille est jeune, comme tu vois ; et les jeunes gens dordinaire naiment que leurs semblables, ne cherchent que leur compagnie. Jai peur quun homme de mon ge ne soit pas de son got ; et que cela ne vienne produire chez moi certains petits dsordres qui ne maccommoderoient pas.

FROSINE.

Ah ! Que vous la connoissez mal ! Cest encore une particularit que javais vous dire. Elle a une aversion pouvantable pour tous les jeunes gens, et na de lamour que pour les vieillards.

HARPAGON.

Elle ?

FROSINE.

Oui, elle. Je voudrais que vous leussiez entendu parler l-dessus. Elle ne peut souffrir du tout la vue dun jeune homme ; mais elle nest point plus ravie, dit-elle, que lorsquelle peut voir un beau vieillard avec une barbe majestueuse. Les plus vieux sont pour elle les plus charmants, et je vous avertis de naller pas vous faire plus jeune que vous tes. Elle veut tout au moins quon soit sexagnaire ; et il ny a pas quatre mois encore, qutant prte dtre marie, elle rompit tout net le mariage, sur ce que son amant fit voir quil navait que cinquante-six ans, et quil ne prit point de lunettes pour signer le contrat.

HARPAGON.

Sur cela seulement ?

FROSINE.

Oui. Elle dit que ce nest pas contentement pour elle que cinquante-six ans ; et surtout, elle est pour les nez qui portent des lunettes.

HARPAGON.

Certes, tu me dis l une chose toute nouvelle.

FROSINE.

Cela va plus loin quon ne vous peut dire. On lui voit dans sa chambre quelques tableaux et quelques estampes ; mais que pensez-vous que ce soit ? Des Adonis ? Des Cphales ? Des Pris ? Et des Apollons ? Non : de beaux portraits de Saturne, du roi Priam, du vieux Nestor, et du bon pre Anchise sur les paules de son fils.     [30]

HARPAGON.

Cela est admirable ! Voil ce que je naurais jamais pens ; et je suis bien aise dapprendre quelle est de cette humeur. En effet, si javais t femme, je naurais point aim les jeunes hommes.

FROSINE.

Je le crois bien. Voil de belles drogues que des jeunes gens, pour les aimer ! Ce sont de beaux morveux, de beaux godelureaux, pour donner envie de leur peau ; et je voudrais bien savoir quel ragot il y a eux.

HARPAGON.

Pour moi, je ny en comprends point ; et je ne sais pas comment il y a des femmes qui les aiment tant.

FROSINE.

Il faut tre folle fieffe. Trouver la jeunesse aimable ! Est-ce avoir le sens commun ? Sont-ce des hommes que de jeunes blondins ? Et peut-on sattacher ces animaux-l ?

HARPAGON.

Cest ce que je dis tous les jours : avec leur ton de poule laite, et leurs trois petits brins de barbe relevs en barbe de chat, leurs perruques dtoupes, leurs hauts-de-chausses tout tombants, et leurs estomacs dbraills.

FROSINE.

Eh ! Cela est bien bti, auprs dune personne comme vous. Voil un homme cela. Il y a l de quoi satisfaire la vue ; et cest ainsi quil faut tre fait, et vtu, pour donner de lamour.

HARPAGON.

Tu me trouves bien ?

FROSINE.

Comment ? Vous tes ravir, et votre figure est peindre. Tournez-vous un peu, sil vous plat. Il ne se peut pas mieux. Que je vous voie marcher. Voil un corps taill, libre, et dgag comme il faut, et qui ne marque aucune incommodit.

HARPAGON.

Je nen ai pas de grandes, Dieu merci. Il ny a que ma fluxion, qui me prend de temps en temps.

FROSINE.

Cela nest rien. Votre fluxion ne vous sied point mal, et vous avez grce tousser.

HARPAGON.

Dis-moi un peu : Mariane ne ma-t-elle point encore vu ? Na-t-elle point pris garde moi en passant ?

FROSINE.

Non ; mais nous nous sommes fort entretenues de vous. Je lui ai fait un portrait de votre personne ; et je nai pas manqu de lui vanter votre mrite, et lavantage que ce lui serait davoir un mari comme vous.

HARPAGON.

Tu as bien fait, et je ten remercie.

FROSINE.

Jaurais, Monsieur, une petite prire vous faire.

Il prend un air svre.

Jai un procs que je suis sur le point de perdre, faute dun peu dargent ; et vous pourriez facilement me procurer le gain de ce procs, si vous aviez quelque bont pour moi.

Il reprend un air gai.

Vous ne sauriez croire le plaisir quelle aura de vous voir. Ah ! Que vous lui plairez ! Et que votre fraise lantique fera sur son esprit un effet admirable ! Mais surtout elle sera charme de votre haut-de-chausses, attach au pourpoint avec des aiguillettes ; cest pour la rendre folle de vous ; et un amant aiguillett sera pour elle un ragot merveilleux.

HARPAGON.

Certes, tu me ravis de me dire cela.

FROSINE.

Il reprend son visage svre.

En vrit, Monsieur, ce procs mest dune consquence tout fait grande. Je suis ruine, si je le perds ; et quelque petite assistance me rtablirait mes affaires.

Il reprend un air gai.

Je voudrais que vous eussiez vu le ravissement o elle tait mentendre parler de vous. La joie clatait dans ses yeux, au rcit de vos qualits ; et je lai mise enfin dans une impatience extrme de voir ce mariage entirement conclu.

HARPAGON.

Tu mas fait grand plaisir, Frosine ; et je ten ai, je te lavoue, toutes les obligations du monde.

FROSINE.

Il reprend son air srieux.

Je vous prie, Monsieur, de me donner le petit secours que je vous demande. Cela me remettra sur pied, et je vous en serai ternellement oblige.

HARPAGON.

Adieu. Je vais achever mes dpches.

FROSINE.

Je vous assure, Monsieur, que vous ne sauriez jamais me soulager dans un plus grand besoin.

HARPAGON.

Je mettrai ordre que mon carrosse soit tout prt pour vous mener la foire.

FROSINE.

Je ne vous importunerais pas, si je ne my voyais force par la ncessit.

HARPAGON.

Et jaurai soin quon soupe de bonne heure, pour ne vous point faire malades.

FROSINE.

Ne me refusez pas la grce dont je vous sollicite. Vous ne sauriez croire, Monsieur, le plaisir que.

HARPAGON.

Je men vais. Voil quon mappelle. Jusqu tantt.

FROSINE.

Que la fivre te serre, chien de vilain tous les diables ! Le ladre a t ferme toutes mes attaques ; mais il ne me faut pas pourtant quitter la ngociation ; et jai lautre ct, en tout cas, do je suis assure de tirer bonne rcompense.

ACTE III

SCNE I.
Harpagon, Clante, lise, Valre, Dame Claude, Matre Jacques, Brindavoine, La Merluche.

HARPAGON.

Allons, venez tous, que je vous distribue mes ordres pour tantt et rgle chacun son emploi. Approchez, dame Claude. Commenons par vous.

Elle tient un balai.

Bon, vous voil les armes la main. Je vous commets au soin de nettoyer partout ; et surtout prenez garde de ne point frotter les meubles trop fort, de peur de les user. Outre cela, je vous constitue, pendant le soup, au gouvernement des bouteilles ; et sil sen carte quelquune et quil se casse quelque chose, je men prendrai vous, et le rabattrai sur vos gages.

MAITRE JACQUES.

Chtiment politique.

HARPAGON.

Allez. Vous, Brindavoine, et vous, la Merluche, je vous tablis dans la charge de rincer les verres, et de donner boire, mais seulement lorsque lon aura soif, et non pas selon la coutume de certains impertinents de laquais, qui viennent provoquer les gens, et les faire aviser de boire lorsquon ny songe pas. Attendez quon vous en demande plus dune fois, et vous ressouvenez de porter toujours beaucoup deau.

MAITRE JACQUES.

Oui : le vin pur monte la tte.

LA MERLUCHE.

Quitterons-nous nos siquenilles, Monsieur ?

HARPAGON.

Oui, quand vous verrez venir les personnes ; et gardez bien de gter vos habits.

BRINDAVOINE.

Vous savez bien, Monsieur, quun des devants de mon pourpoint est couvert dune grande tache de lhuile de la lampe.

LA MERLUCHE.

Et moi, Monsieur, que jai mon haut-de-chausses tout trou par derrire, et quon me voit, rvrence parler.

HARPAGON.

Paix. Rangez cela adroitement du ct de la muraille, et prsentez toujours le devant au monde.

Harpagon met son chapeau au-devant de son pourpoint, pour montrer Brindavoine comment il doit faire pour cacher la tache dhuile.

Et vous, tenez toujours votre chapeau ainsi, lorsque vous servirez. Pour vous, ma fille, vous aurez loeil sur ce que lon desservira, et prendrez garde quil ne sen fasse aucun dgt. Cela sied bien aux filles. Mais cependant prparez-vous bien recevoir ma matresse, qui vous doit venir visiter et vous mener avec elle la foire. Entendez-vous ce que je vous dis ?

LISE.

Oui, mon pre.

HARPAGON.

Et vous, mon fils le Damoiseau, qui jai la bont de pardonner lhistoire de tantt, ne vous allez pas aviser non plus de lui faire mauvais visage.

CLANTE.

Moi, mon pre, mauvais visage ? Et par quelle raison ?

HARPAGON.

Mon Dieu ! Nous savons le train des enfants dont les pres se remarient, et de quel oeil ils ont coutume de regarder ce quon appelle belle-mre. Mais si vous souhaitez que je perde le souvenir de votre dernire fredaine, je vous recommande surtout de rgaler dun bon visage cette personne-l, et de lui faire enfin tout le meilleur accueil quil vous sera possible.

CLANTE.

A vous dire le vrai, mon pre, je ne puis pas vous promettre dtre bien aise quelle devienne ma belle-mre : je mentirais, si je vous le disais ; mais pour ce qui est de la bien recevoir, et de lui faire bon visage, je vous promets de vous obir ponctuellement sur ce chapitre.

HARPAGON.

Prenez-y garde au moins.

CLANTE.

Vous verrez que vous naurez pas sujet de vous en plaindre.

HARPAGON.

Vous ferez sagement. Valre, aide-moi ceci. Ho , matre Jacques, approchez-vous, je vous ai gard pour le dernier.

MAITRE JACQUES.

Est-ce votre cocher, Monsieur, ou bien votre cuisinier, que vous voulez parler ? Car je suis lun et lautre.

HARPAGON.

Cest tous les deux.

MAITRE JACQUES.

Mais qui des deux le premier ?

HARPAGON.

Au cuisinier.

MAITRE JACQUES.

Attendez donc, sil vous plat.

Il te sa casaque de cocher, et parot vtu en cuisinier.

HARPAGON.

Quelle diantre de crmonie est-ce l ?

MAITRE JACQUES.

Vous navez qu parler.

HARPAGON.

Je me suis engag, matre Jacques, donner ce soir souper.

MAITRE JACQUES.

Grande merveille !

HARPAGON.

Dis-moi un peu, nous feras-tu bonne chre ?

MAITRE JACQUES.

Oui, si vous me donnez bien de largent.

HARPAGON.

Que diable, toujours de largent ! Il semble quils naient autre chose dire : "De largent, de largent, de largent." Ah ! Ils nont que ce mot la bouche : "De largent." Toujours parler dargent. Voil leur pe de chevet, de largent.

VALRE.

Je nai jamais vu de rponse plus impertinente que celle-l. Voil une belle merveille que de faire bonne chre avec bien de largent : cest une chose la plus aise du monde, et il ny a si pauvre esprit qui nen ft bien autant ; mais pour agir en habile homme, il faut parler de faire bonne chre avec peu dargent.

MAITRE JACQUES.

Bonne chre avec peu dargent !

VALRE.

Oui.

MAITRE JACQUES.

Par ma foi, Monsieur lintendant, vous nous obligerez de nous faire voir ce secret, et de prendre mon office de cuisinier : aussi bien vous mlez-vous cans dtre le factoton.

HARPAGON.

Taisez-vous. Quest-ce quil nous faudra ?

MAITRE JACQUES.

Voil Monsieur votre intendant, qui vous fera bonne chre pour peu dargent.

HARPAGON.

Haye ! Je veux que tu me rpondes.

MAITRE JACQUES.

Combien serez-vous de gens table ?

HARPAGON.

Nous serons huit ou dix ; mais il ne faut prendre que huit ; quand il y a manger pour huit, il y en a bien pour dix.

VALRE.

Cela sentend.

MAITRE JACQUES.

H bien ! Il faudra quatre grands potages, et cinq assiettes. Potages. Entres.

HARPAGON.

Que diable ! Voil pour traiter toute une ville entire.

MAITRE JACQUES.

Rt.

Harpagon, en lui mettant la main sur la bouche.

Ah ! Tratre, tu manges tout mon bien.

MAITRE JACQUES.

Entremets.

HARPAGON.

Encore ?

VALRE.

Est-ce que vous avez envie de faire crever tout le monde ? Et Monsieur a-t-il invit des gens pour les assassiner force de mangeaille ? Allez-vous-en lire un peu les prceptes de la sant, et demander aux mdecins sil y a rien de plus prjudiciable lhomme que de manger avec excs.

HARPAGON.

Il a raison.

VALRE.

Apprenez, matre Jacques, vous et vos pareils, que cest un coupe-gorge quune table remplie de trop de viandes ; que pour se bien montrer ami de ceux que lon invite, il faut que la frugalit rgne dans les repas quon donne ; et que, suivant le dire dun ancien, il faut manger pour vivre, et non pas vivre pour manger.

HARPAGON.

Ah ! Que cela est bien dit ! Approche, que je tembrasse pour ce mot. Voil la plus belle sentence que jaie entendue de ma vie. Il faut vivre pour manger, et non pas manger pour vivre. Non, ce nest pas cela. Comment est-ce que tu dis ?

VALRE.

Quil faut manger pour vivre, et non pas vivre pour manger.

HARPAGON.

Oui. Entends-tu ? Qui est le grand homme qui a dit cela ?

VALRE.

Je ne me souviens pas maintenant de son nom.

HARPAGON.

Souviens-toi de mcrire ces mots : je les veux faire graver en lettres dor sur la chemine de ma salle.

VALRE.

Je ny manquerai pas. Et pour votre soup, vous navez qu me laisser faire : je rglerai tout cela comme il faut.

HARPAGON.

Fais donc.

MAITRE JACQUES.

Tant mieux : jen aurai moins de peine.

HARPAGON.

Il faudra de ces choses dont on ne mange gure, et qui rassasient dabord : quelque bon haricot bien gras, avec quelque pt en pot bien garni de marrons.

VALRE.

Reposez-vous sur moi.

HARPAGON.

Maintenant, matre Jacques, il faut nettoyer mon carrosse.

MAITRE JACQUES.

Attendez. Ceci sadresse au cocher.

Il remet sa casaque.

Vous dites.

HARPAGON.

Quil faut nettoyer mon carrosse, et tenir mes chevaux tous prts pour conduire la foire.

MAITRE JACQUES.

Vos chevaux, Monsieur ? Ma foi, ils ne sont point du tout en tat de marcher. Je ne vous dirai point quils sont sur la litire, les pauvres btes nen ont point, et ce seroit fort mal parler ; mais vous leur faites observer des jenes si austres, que ce ne sont plus rien que des ides ou des fantmes, des faons de chevaux.

HARPAGON.

Les voil bien malades : ils ne font rien.

MAITRE JACQUES.

Et pour ne faire rien, Monsieur, est-ce quil ne faut rien manger ? Il leur vaudrait bien mieux, les pauvres animaux ; de travailler beaucoup, de manger de mme. Cela me fend le coeur, de les voir ainsi extnus ; car enfin jai une tendresse pour mes chevaux, quil me semble que cest moi-mme quand je les vois ptir ; je mte tous les jours pour eux les choses de la bouche ; et cest tre, Monsieur, dun naturel trop dur, que de navoir nulle piti de son prochain.

HARPAGON.

Le travail ne sera pas grand, daller jusqu la foire.

MAITRE JACQUES.

Non, Monsieur, je nai pas le courage de les mener, et je ferais conscience de leur donner des coups de fouet, en ltat o ils sont. Comment voudriez-vous quils tranassent un carrosse, quils ne peuvent pas se traner eux-mmes ?

VALRE.

Monsieur, jobligerai le voisin le Picard se charger de les conduire ; aussi bien nous fera-t-il ici besoin pour apprter le soup.

MAITRE JACQUES.

Soit : jaime mieux encore quils meurent sous la main dun autre que sous la mienne.

VALRE.

Matre Jacques fait bien le raisonnable.

MAITRE JACQUES.

Monsieur lintendant fait bien le ncessaire.     [31]

HARPAGON.

Paix !

MAITRE JACQUES.

Monsieur, je ne saurois souffrir les flatteurs ; et je vois que ce quil en fait, que ses contrles perptuels sur le pain et le vin, le bois, le sel, et la chandelle, ne sont rien que pour vous gratter et vous faire sa cour. Jenrage de cela, et je suis fch tous les jours dentendre ce quon dit de vous ; car enfin je me sens pour vous de la tendresse, en dpit que jen aie ; et aprs mes chevaux, vous tes la personne que jaime le plus.

HARPAGON.

Pourrais-je savoir de vous, matre Jacques, ce que lon dit de moi ?

MAITRE JACQUES.

Oui, Monsieur, si jtais assur que cela ne vous facht point.

HARPAGON.

Non, en aucune faon.

MAITRE JACQUES.

Pardonnez-moi : je sais fort bien que je vous mettrais en colre.

HARPAGON.

Point du tout : au contraire, cest me faire plaisir, et je suis bien aise dapprendre comme on parle de moi.

MAITRE JACQUES.

Monsieur, puisque vous le voulez, je vous dirai franchement quon se moque partout de vous ; quon nous jette de tous cts cent brocards votre sujet ; et que lon nest point plus ravi que de vous tenir au cul et aux chausses, et de faire sans cesse des contes de votre lsine. Lun dit que vous faites imprimer des almanachs particuliers, o vous faites doubler les quatre-temps et les vigiles, afin de profiter des jenes o vous obligez votre monde. Lautre, que vous avez toujours une querelle toute prte faire vos valets dans le temps des trennes, ou de leur sortie davec vous, pour vous trouver une raison de ne leur donner rien. Celui-l conte quune fois vous ftes assigner le chat dun de vos voisins, pour vous avoir mang un reste dun gigot de mouton. Celui-ci, que lon vous surprit une nuit, en venant drober vous-mme lavoine de vos chevaux ; et que votre cocher, qui tait celui davant moi, vous donna dans lobscurit je ne sais combien de coups de bton, dont vous ne voultes rien dire. Enfin voulez-vous que je vous dise ? On ne saurait aller nulle part o lon ne vous entende accommoder de toutes pices ; vous tes la fable et la rise de tout le monde ; et jamais on ne parle de vous, que sous les noms davare, de ladre, de vilain et de fesse-mathieu.

HARPAGON, en le battant.

Vous tes un sot, un maraud, un coquin, et un impudent.

MAITRE JACQUES.

H bien ! Ne lavais-je pas devin ? Vous ne mavez pas voulu croire : je vous lavais bien dit que je vous fcherais de vous dire la vrit.

HARPAGON.

Apprenez parler.

SCNE II.
Matre Jacques, Valre.

VALRE.

ce que je puis voir, matre Jacques, on paye mal votre franchise.

MAITRE JACQUES.

Morbleu ! Monsieur le nouveau venu, qui faites lhomme dimportance, ce nest pas votre affaire. Riez de vos coups de bton quand on vous en donnera, et ne venez point rire des miens.

VALRE.

Ah ! Monsieur matre Jacques, ne vous fchez pas, je vous prie.

MAITRE JACQUES.

Il file doux. Je veux faire le brave et sil est assez sot pour me craindre, le frotter quelque peu. Savez-vous bien, Monsieur le rieur, que je ne ris pas, moi ? Et que si vous mchauffez la tte, je vous ferai rire dune autre sorte ?

Matre Jacques pousse Valre jusques au bout du thtre, en le menaant.

VALRE.

Eh ! Doucement.

MAITRE JACQUES.

Comment, doucement ? Il ne me plat pas, moi.

VALRE.

De grce.

MAITRE JACQUES.

Vous tes un impertinent.

VALRE.

Monsieur matre Jacques.

MAITRE JACQUES.

Il ny a point de Monsieur matre Jacques pour un double. Si je prends un bton, je vous rosserai dimportance.

VALRE.

Comment, un bton ?

Valre le fait reculer autant quil la fait.

MAITRE JACQUES.

Eh ! Je ne parle pas de cela.

VALRE.

Savez-vous bien, Monsieur le fat, que je suis homme vous rosser vous-mme ?

MAITRE JACQUES.

Je nen doute pas.

VALRE.

Que vous ntes, pour tout potage, quun faquin de cuisinier ?

MAITRE JACQUES.

Je le sais bien.

VALRE.

Et que vous ne me connaissez pas encore.

MAITRE JACQUES.

Pardonnez-moi.

VALRE.

Vous me rosserez, dites-vous ?

MAITRE JACQUES.

Je le disais en raillant.

VALRE.

Et moi, je ne prends point de got votre raillerie.

Il lui donne des coups de bton.

Apprenez que vous tes un mauvais railleur.

MAITRE JACQUES.

Peste soit la sincrit ! Cest un mauvais mtier. Dsormais jy renonce, et je ne veux plus dire vrai. Passe encore pour mon matre ; il a quelque droit de me battre ; mais pour ce Monsieur lintendant, je men vengerai si je puis.

SCNE III.
Frosine, Mariane, Matre Jacques.

FROSINE.

Savez-vous, matre Jacques, si votre matre est au logis ?

MAITRE JACQUES.

Oui vraiment il y est, je ne le sais que trop.

FROSINE.

Dites-lui, je vous prie, que nous sommes ici.

SCNE IV.
Mariane, Frosine.

MARIANE.

Ah ! Que je suis, Frosine, dans un trange tat ! Et sil faut dire ce que je sens, que japprhende cette vue !

FROSINE.

Mais pourquoi, et quelle est votre inquitude ?

MARIANE.

Hlas ! Me le demandez-vous ? Et ne vous figurez-vous point les alarmes dune personne toute prte voir le supplice o lon veut lattacher ?

FROSINE.

Je vois bien que, pour mourir agrablement, Harpagon nest pas le supplice que vous voudriez embrasser ; et je connais votre mine que le jeune blondin dont vous mavez parl vous revient un peu dans lesprit.

MARIANE.

Oui, cest une chose, Frosine, dont je ne veux pas me dfendre ; et les visites respectueuses quil a rendues chez nous ont fait, je vous lavoue, quelque effet dans mon me.

FROSINE.

Mais avez-vous su quel il est ?

MARIANE.

Non, je ne sais point quel il est ; mais je sais quil est fait dun air se faire aimer ; que si lon pouvait mettre les choses mon choix, je le prendrais plutt quun autre ; et quil ne contribue pas peu me faire trouver un tourment effroyable dans lpoux quon veut me donner.

FROSINE.

Mon Dieu ! Tous ces blondins sont agrables, et dbitent fort bien leur fait ; mais la plupart sont gueux comme des rats ; et il vaut mieux pour vous de prendre un vieux mari qui vous donne beaucoup de bien. Je vous avoue que les sens ne trouvent pas si bien leur compte du ct que je dis, et quil y a quelques petits dgots essuyer avec un tel poux ; mais cela nest pas pour durer, et sa mort, croyez-moi, vous mettra bientt en tat den prendre un plus aimable, qui rparera toutes choses.

MARIANE.

Mon Dieu ! Frosine, cest une trange affaire, lorsque, pour tre heureuse, il faut souhaiter ou attendre le trpas de quelquun, et la mort ne suit pas tous les projets que nous faisons.

FROSINE.

Vous moquez-vous ? Vous ne lpousez quaux conditions de vous laisser veuve bientt ; et ce doit tre l un des articles du contrat. Il serait bien impertinent de ne pas mourir dans trois mois. Le voici en propre personne.

MARIANE.

Ah ! Frosine, quelle figure !

SCNE V.
Harpagon, Frosine, Mariane.

HARPAGON.

Ne vous offensez pas, ma belle, si je viens vous avec des lunettes. Je sais que vos appas frappent assez les yeux, sont assez visibles deux-mmes, et quil nest pas besoin de lunettes pour les apercevoir ; mais enfin cest avec des lunettes quon observe les astres ; et je maintiens et garantis que vous tes un astre, mais un astre le plus bel astre qui soit dans le pays des astres. Frosine, elle ne rpond mot, et ne tmoigne, ce me semble, aucune joie de me voir.

FROSINE.

Cest quelle est encore toute surprise ; et puis les filles ont toujours honte tmoigner dabord ce quelles ont dans lme.

HARPAGON.

Tu as raison. Voil, belle mignonne, ma fille qui vient vous saluer.

SCNE VI.
lise, Harpagon, Mariane, Frosine.

MARIANE.

Je macquitte bien tard, Madame, dune telle visite.

LISE.

Vous avez fait, Madame, ce que je devais faire, et ctait moi de vous prvenir.

HARPAGON.

Vous voyez quelle est grande ; mais mauvaise herbe crot toujours.

MARIANE, bas Frosine.

Oh ! Lhomme dplaisant !

HARPAGON.

Que dit la belle ?

FROSINE.

Quelle vous trouve admirable.

HARPAGON.

Cest trop dhonneur que vous me faites, adorable mignonne.

MARIANE, part.

Quel animal !

HARPAGON.

Je vous suis trop oblig de ces sentiments.

MARIANE, part.

Je ny puis plus tenir.

HARPAGON.

Voici mon fils aussi qui vous vient faire la rvrence.

MARIANE, part, Frosine.

Ah ! Frosine, quelle rencontre ! Cest justement celui dont je tai parl.

FROSINE, Mariane.

Laventure est merveilleuse.

HARPAGON.

Je vois que vous vous tonnez de me voir de si grands enfants, mais je serai bientt dfait et de lun et de lautre.

SCNE VII.
Clante, Harpagon, lise, Mariane, Frosine.

CLANTE.

Madame, vous dire le vrai, cest ici une aventure o sans doute je ne mattendais pas ; et mon pre ne ma pas peu surpris lorsquil ma dit tantt le dessein quil avait form.

MARIANE.

Je puis dire la mme chose. Cest une rencontre imprvue qui ma surprise autant que vous ; et je ntais point prpare une pareille aventure.

CLANTE.

Il est vrai que mon pre, Madame, ne peut pas faire un plus beau choix, et que ce mest une sensible joie que lhonneur de vous voir ; mais avec tout cela, je ne vous assurerai point que je me rjouis du dessein o vous pourriez tre de devenir ma belle-mre. Le compliment, je vous lavoue, est trop difficile pour moi ; et cest un titre, sil vous plat, que je ne vous souhaite point. Ce discours paratra brutal aux yeux de quelques-uns ; mais je suis assur que vous serez personne le prendre comme il faudra ; que cest un mariage, Madame, o vous vous imaginez bien que je dois avoir de la rpugnance ; que vous nignorez pas, sachant ce que je suis, comme il choque mes intrts ; et que vous voulez bien enfin que je vous dise, avec la permission de mon pre, que si les choses dpendaient de moi, cet hymen ne se ferait point.

HARPAGON.

Voil un compliment bien impertinent : quelle belle confession lui faire !

MARIANE.

Et moi, pour vous rpondre, jai vous dire que les choses sont fort gales ; et que si vous auriez de la rpugnance me voir votre belle-mre, je nen aurais pas moins sans doute vous voir mon beau-fils. Ne croyez pas, je vous prie, que ce soit moi qui cherche vous donner cette inquitude. Je serais fort fche de vous causer du dplaisir ; et si je ne my vois force par une puissance absolue, je vous donne ma parole que je ne consentirai point au mariage qui vous chagrine.

HARPAGON.

Elle a raison ; sot compliment il faut une rponse de mme. Je vous demande pardon, ma belle, de limpertinence de mon fils. Cest un jeune sot, qui ne sait pas encore la consquence des paroles quil dit.

MARIANE.

Je vous promets que ce quil ma dit ne ma point du tout offense ; au contraire, il ma fait plaisir de mexpliquer ainsi ses vritables sentiments. Jaime de lui un aveu de la sorte ; et, sil avait parl dautre faon, je len estimerais bien moins.

HARPAGON.

Cest beaucoup de bont vous de vouloir ainsi excuser ses fautes. Le temps le rendra plus sage, et vous verrez quil changera de sentiments.

CLANTE.

Non, mon pre, je ne suis point capable den changer, et je prie instamment Madame de le croire.

HARPAGON.

Mais voyez quelle extravagance ! Il continue encore plus fort.

CLANTE.

Voulez-vous que je trahisse mon coeur ?

HARPAGON.

Encore ? Avez-vous envie de changer de discours ?

CLANTE.

H bien ! Puisque vous voulez que je parle dautre faon, souffrez, Madame, que je me mette ici la place de mon pre, et que je vous avoue que je nai rien vu dans le monde de si charmant que vous ; que je ne conois rien dgal au bonheur de vous plaire, et que le titre de votre poux est une gloire, une flicit que je prfrerais aux destines des plus grands princes de la terre. Oui, Madame, le bonheur de vous possder est mes regards la plus belle de toutes les fortunes ; cest o jattache toute mon ambition ; il ny a rien que je ne sois capable de faire pour une conqute si prcieuse, et les obstacles les plus puissants.

HARPAGON.

Doucement, mon fils, sil vous plat.

CLANTE.

Cest un compliment que je fais pour vous Madame.

HARPAGON.

Mon Dieu ! Jai une langue pour mexpliquer moi-mme, et je nai pas besoin dun procureur comme vous. Allons, donnez des siges.

FROSINE.

Non ; il vaut mieux que de ce pas nous allions la foire, afin den revenir plus tt, et davoir tout le temps ensuite de vous entretenir.

HARPAGON.

Quon mette donc les chevaux au carrosse. Je vous prie de mexcuser, ma belle, si je nai pas song vous donner un peu de collation avant que de partir.

CLANTE.

Jy ai pourvu, mon pre, et jai fait apporter ici quelques bassins doranges de la Chine, de citrons doux et de confitures, que jai envoy qurir de votre part.

HARPAGON, bas Valre.

Valre !

VALRE, Harpagon.

Il a perdu le sens.

CLANTE.

Est-ce que vous trouvez, mon pre, que ce ne soit pas assez ? Madame aura la bont dexcuser cela, sil lui plat.

MARIANE.

Cest une chose qui ntait pas ncessaire.

CLANTE.

Avez-vous jamais vu, Madame, un diamant plus vif que celui que vous voyez que mon pre a au doigt ?

MARIANE.

Il est vrai quil brille beaucoup.

CLANTE.

Il lte du doigt de son pre et le donne Mariane.

Il faut que vous le voyiez de prs.

MARIANE.

Il est fort beau sans doute, et jette quantit de feux.

CLANTE.

Il se met au-devant de Mariane, qui le veut rendre.

Nenni, Madame : il est en de trop belles mains. Cest un prsent que mon pre vous a fait.

HARPAGON.

Moi ?

CLANTE.

Nest-il pas vrai, mon pre, que vous voulez que Madame le garde pour lamour de vous ?

HARPAGON, part, son fils.

Comment ?

CLANTE.

Belle demande ! Il me fait signe de vous le faire accepter.

MARIANE.

Je ne veux point.

CLANTE.

Vous moquez-vous ? Il na garde de le reprendre.

HARPAGON, part.

Jenrage !

MARIANE.

Ce serait.

CLANTE, en empchant toujours Mariane de rendre la bague.

Non, vous dis-je, cest loffenser.

MARIANE.

De grce.

CLANTE.

Point du tout.

HARPAGON, part.

Peste soit.

CLANTE.

Le voil qui se scandalise de votre refus.

HARPAGON, bas son fils.

Ah ! tratre !

CLANTE.

Vous voyez quil se dsespre.

HARPAGON, bas, son fils, en le menaant.

Bourreau que tu es !

CLANTE.

Mon pre, ce nest pas ma faute. Je fais ce que je puis pour lobliger la garder ; mais elle est obstine.

HARPAGON, bas, son fils, avec emportement.

Pendard !

CLANTE.

Vous tes cause, Madame, que mon pre me querelle.

HARPAGON, bas, son fils, avec les mmes grimaces.

Le coquin !

CLANTE.

Vous le ferez tomber malade. De grce, Madame, ne rsistez point davantage.

FROSINE.

Mon Dieu ! Que de faons ! Gardez la bague, puisque Monsieur le veut.

MARIANE.

Pour ne vous point mettre en colre, je la garde maintenant ; et je prendrai un autre temps pour vous la rendre.

SCNE VIII.
Harpagon, Mariane, Frosine, Clante, Brindavoine, lise.

BRINDAVOINE.

Monsieur, il y a l un homme qui veut vous parler.

HARPAGON.

Dis-lui que je suis empch, et quil revienne une autre fois.

BRINDAVOINE.

Il dit quil vous apporte de largent.

HARPAGON.

Je vous demande pardon. Je reviens tout lheure.

SCNE IX.
Harpagon, Mariane, Clante, lise, Frosine, La Merluche.

LA MERLUCHE.

Il vient en courant, et fait tomber Harpagon.

Monsieur.

HARPAGON.

Ah ! Je suis mort.

CLANTE.

Quest-ce, mon pre ? Vous tes-vous fait mal ?

HARPAGON.

Le tratre assurment a reu de largent de mes dbiteurs, pour me faire rompre le cou.

VALRE.

Cela ne sera rien.

LA MERLUCHE.

Monsieur, je vous demande pardon, je croyais bien faire daccourir vite.

HARPAGON.

Que viens-tu faire ici, bourreau ?

LA MERLUCHE.

Vous dire que vos deux chevaux sont dferrs.

HARPAGON.

Quon les mne promptement chez le marchal.

CLANTE.

En attendant quils soient ferrs, je vais faire pour vous, mon pre, les honneurs de votre logis, et conduire Madame dans le jardin, o je ferai porter la collation.

HARPAGON.

Valre, aie un peu loeil tout cela ; et prends soin, je te prie, de men sauver le plus que tu pourras, pour le renvoyer au marchand.

VALRE.

Cest assez.

HARPAGON.

fils impertinent, as-tu envie de me ruiner ?

ACTE IV

SCNE I.
Clante, Mariane, lise, Frosine.

CLANTE.

Rentrons ici, nous serons beaucoup mieux. Il ny a plus autour de nous personne de suspect, et nous pouvons parler librement.

LISE.

Oui, Madame, mon frre ma fait confidence de la passion quil a pour vous. Je sais les chagrins et les dplaisirs que sont capables de causer de pareilles traverses ; et cest ; je vous assure avec une tendresse extrme que je mintresse votre aventure.

MARIANE.

Cest une douce consolation que de voir dans ses intrts une personne comme vous ; et je vous conjure, Madame, de me garder toujours cette gnreuse amiti, si capable de madoucir les cruauts de la fortune.

FROSINE.

Vous tes, par ma foi ! De malheureuses gens lun et lautre, de ne mavoir point, avant tout ceci, avertie de votre affaire. Je vous aurais sans doute dtourn cette inquitude, et naurais point amen les choses o lon voit quelles sont.

CLANTE.

Que veux-tu ? Cest ma mauvaise destine qui la voulu ainsi. Mais, belle Mariane, quelles rsolutions sont les vtres ?

MARIANE.

Hlas ! Suis-je en pouvoir de faire des rsolutions ? Et dans la dpendance o je me vois, puis-je former que des souhaits ?

CLANTE.

Point dautre appui pour moi dans votre coeur que de simples souhaits ? Point de piti officieuse ? Point de secourable bont ? Point daffection agissante ?

MARIANE.

Que saurais-je vous dire ? Mettez-vous en ma place, et voyez ce que je puis faire. Avisez, ordonnez vous-mme : je men remets vous, et je vous crois trop raisonnable pour vouloir exiger de moi que ce qui peut mtre permis par lhonneur et la biensance.

CLANTE.

Hlas ! O me rduisez-vous, que de me renvoyer ce que voudront me permettre les fcheux sentiments dun rigoureux honneur et dune scrupuleuse biensance.

MARIANE.

Mais que voulez-vous que je fasse ? Quand je pourrais passer sur quantit dgards o notre sexe est oblig, jai de la considration pour ma mre. Elle ma toujours leve avec une tendresse extrme, et je ne saurais me rsoudre lui donner du dplaisir. Faites, agissez auprs delle, employez tous vos soins gagner son esprit : vous pouvez faire et dire tout ce que vous voudrez, je vous en donne la licence, et sil ne tient qu me dclarer en votre faveur, je veux bien consentir lui faire un aveu moi-mme de tout ce que je sens pour vous.

CLANTE.

Frosine, ma pauvre Frosine, voudrais-tu nous servir ?

FROSINE.

Par ma foi ! Faut-il demander ? Je le voudrais de tout mon coeur. Vous savez que de mon naturel je suis assez humaine ; le Ciel ne ma point fait lme de bronze, et je nai que trop de tendresse rendre de petits services, quand je vois des gens qui sentre-aiment en tout bien et en tout honneur. Que pourrions-nous faire ceci ?

CLANTE.

Songe un peu, je te prie.

MARIANE.

Ouvre-nous des lumires.

LISE.

Trouve quelque invention pour rompre ce que tu as fait.

FROSINE.

Ceci est assez difficile. Pour votre mre, elle nest pas tout fait draisonnable, et peut-tre pourrait-on la gagner, et la rsoudre transporter au fils le don quelle veut faire au pre. Mais le mal que jy trouve, cest que votre pre est votre pre.

CLANTE.

Cela sentend.

FROSINE.

Je veux dire quil conservera du dpit, si lon montre quon le refuse ; et quil ne sera point dhumeur ensuite donner son consentement votre mariage. Il faudrait, pour bien faire, que le refus vnt de lui-mme, et tcher par quelque moyen de le dgoter de votre personne.

CLANTE.

Tu as raison.

FROSINE.

Oui, jai raison ; je le sais bien. Cest l ce quil faudrait ; mais le diantre est den pouvoir trouver les moyens. Attendez : si nous avions quelque femme un peu sur lge, qui ft de mon talent, et jout assez bien pour contrefaire une dame de qualit, par le moyen dun train fait la hte, et dun bizarre nom de marquise, ou de vicomtesse, que nous supposerions de la basse Bretagne, jaurais assez dadresse pour faire accroire votre pre que ce serait une personne riche, outre ses maisons, de cent mille cus en argent comptant ; quelle serait perdument amoureuse de lui, et souhaiterait de se voir sa femme, jusqu lui donner tout son bien par contrat de mariage ; et je ne doute point quil ne prtt loreille la proposition ; car enfin il vous aime fort, je le sais ; mais il aime un peu plus largent ; et quand, bloui de ce leurre, il aurait une fois consenti ce qui vous touche, il importerait peu ensuite quil se dsabust, en venant vouloir voir clair aux effets de notre marquise.

CLANTE.

Tout cela est fort bien pens.

FROSINE.

Laissez-moi faire. Je viens de me ressouvenir dune de mes amies, qui sera notre fait.

CLANTE.

Sois assure, Frosine, de ma reconnoissance, si tu viens bout de la chose. Mais, charmante Mariane, commenons, je vous prie, par gagner votre mre ; cest toujours beaucoup faire que de rompre ce mariage. Faites-y de votre part, je vous en conjure, tous les efforts quil vous sera possible ; servez-vous de tout le pouvoir que vous donne sur elle cette amiti quelle a pour vous ; dployez sans rserve les grces loquentes, les charmes tout-puissants que le Ciel a placs dans vos yeux et dans votre bouche ; et noubliez rien, sil vous plat, de ces tendres paroles, de ces douces prires, et de ces caresses touchantes qui je suis persuad quon ne saurait rien refuser.

MARIANE.

Jy ferai tout ce que je puis, et noublierai aucune chose.

SCNE II.
Harpagon, Clante, Mariane, lise, Frosine.

HARPAGON.

Ouais ! Mon fils baise la main de sa prtendue belle-mre, et sa prtendue belle-mre ne sen dfend pas fort. Y aurait-il quelque mystre l-dessous ?

LISE.

Voil mon pre.

HARPAGON.

Le carrosse est tout prt. Vous pouvez partir quand il vous plaira.

CLANTE.

Puisque vous ny allez pas, mon pre, je men vais les conduire.

HARPAGON.

Non, demeurez. Elles iront bien toutes seules ; et jai besoin de vous.

SCNE III.
Harpagon, Clante.

HARPAGON.

, intrt de belle-mre part, que te semble toi de cette personne ?

CLANTE.

Ce qui men semble ?

HARPAGON.

Oui, de son air, de sa taille, de sa beaut, de son esprit ?

CLANTE.

La, la.

HARPAGON.

Mais encore ?

CLANTE.

vous en parler franchement, je ne lai pas trouve ici ce que je lavais crue. Son air est de franche coquette ; sa taille est assez gauche, sa beaut trs mdiocre, et son esprit des plus communs. Ne croyez pas que ce soit, mon pre, pour vous en dgoter ; car belle-mre pour belle-mre, jaime autant celle-l quune autre.

HARPAGON.

Tu lui disais tantt pourtant.

CLANTE.

Je lui ai dit quelques douceurs en votre nom, mais ctait pour vous plaire.

HARPAGON.

Si bien donc que tu naurais pas dinclination pour elle ?

CLANTE.

Moi ? Point du tout.

HARPAGON.

Jen suis fch ; car cela rompt une pense qui mtait venue dans lesprit. Jai fait, en la voyant ici, rflexion sur mon ge ; et jai song quon pourra trouver redire de me voir marier une si jeune personne. Cette considration men faisait quitter le dessein ; et comme je lai fait demander, et que je suis pour elle engag de parole, je te laurais donne, sans laversion que tu tmoignes.

CLANTE.

moi ?

HARPAGON.

toi.

CLANTE.

En mariage ?

HARPAGON.

En mariage.

CLANTE.

coutez : il est vrai quelle nest pas fort mon got ; mais pour vous faire plaisir, mon pre, je me rsoudrai lpouser, si vous voulez.

HARPAGON.

Moi ? Je suis plus raisonnable que tu ne penses : je ne veux point forcer ton inclination.

CLANTE.

Pardonnez-moi, je me ferai cet effort pour lamour de vous.

HARPAGON.

Non, non ; un mariage ne saurait tre heureux o linclination nest pas.

CLANTE.

Cest une chose, mon pre, qui peut-tre viendra ensuite ; et lon dit que lamour est souvent un fruit du mariage.

HARPAGON.

Non : du ct de lhomme, on ne doit point risquer laffaire, et ce sont des suites fcheuses, o je nai garde de me commettre. Si tu avais senti quelque inclination pour elle, la bonne heure : je te laurais fait pouser, au lieu de moi ; mais cela ntant pas, je suivrai mon premier dessein, et je lpouserai moi-mme.

CLANTE.

H bien ! Mon pre, puisque les choses sont ainsi, il faut vous dcouvrir mon coeur, il faut vous rvler notre secret. La vrit est que je laime, depuis un jour que je la vis dans une promenade ; que mon dessein toit tantt de vous la demander pour femme ; et que rien ne ma retenu que la dclaration de vos sentiments, et la crainte de vous dplaire.

HARPAGON.

Lui avez-vous rendu visite ?

CLANTE.

Oui, mon pre.

HARPAGON.

Beaucoup de fois ?

CLANTE.

Assez, pour le temps quil y a.

HARPAGON.

Vous a-t-on bien reu ?

CLANTE.

Fort bien, mais sans savoir qui jtais ; et cest ce qui a fait tantt la surprise de Mariane.

HARPAGON.

Lui avez-vous dclar votre passion, et le dessein o vous tiez de lpouser ?

CLANTE.

Sans doute ; et mme jen avais fait sa mre quelque peu douverture.

HARPAGON.

A-t-elle cout, pour sa fille, votre proposition ?

CLANTE.

Oui, fort civilement.

HARPAGON.

Et la fille correspond-elle fort votre amour ?

CLANTE.

Si jen dois croire les apparences, je me persuade, mon pre, quelle a quelque bont pour moi.

HARPAGON.

Je suis bien aise davoir appris un tel secret ; et voil justement ce que je demandoais. Oh sus ! Mon fils, savez-vous ce quil y a ? Cest quil faut songer, sil vous plat, vous dfaire de votre amour ; cesser toutes vos poursuites auprs dune personne que je prtends pour moi ; et vous marier dans peu avec celle quon vous destine.

CLANTE.

Oui, mon pre, cest ainsi que vous me jouez ! H bien ! Puisque les choses en sont venues l, je vous dclare, moi, que je ne quitterai point la passion que jai pour Mariane, quil ny a point dextrmit o je ne mabandonne pour vous disputer sa conqute, et que si vous avez pour vous le consentement dune mre, jaurai dautres secours peut-tre qui combattront pour moi.

HARPAGON.

Comment, pendard ? Tu as laudace daller sur mes brises ?     [32]

CLANTE.

Cest vous qui allez sur les miennes ; et je suis le premier en date.

HARPAGON.

Ne suis-je pas ton pre ? Et ne me dois-tu pas respect !

CLANTE.

Ce ne sont point ici des choses o les enfants saient obligs de dfrer aux pres ; et lamour ne connat personne.

HARPAGON.

Je te ferai bien me connatre, avec de bons coups de bton.

CLANTE.

Toutes vos menaces ne font rien.

HARPAGON.

Tu renonceras Mariane.

CLANTE.

Point du tout.

HARPAGON.

Donnez-moi un bton tout lheure.

SCNE IV.
Matre Jacques, Harpagon, Clante.

MAITRE JACQUES.

Eh, eh, eh, Messieurs, quest-ce ci ? quoi songez-vous ?

CLANTE.

Je me moque de cela.

MAITRE JACQUES.

Ah ! Monsieur, doucement.

HARPAGON.

Me parler avec cette impudence !

MAITRE JACQUES.

Ah ! Monsieur, de grce.

CLANTE.

Je nen dmordrai point.

MAITRE JACQUES.

H quoi ? votre pre ?

HARPAGON.

Laisse-moi faire.

MAITRE JACQUES.

H quoi ? votre fils ? Encore passe pour moi.

HARPAGON.

Je te veux faire toi-mme, matre Jacques, juge de cette affaire, pour montrer comme jai raison.

MAITRE JACQUES.

Jy consens. loignez-vous un peu.

HARPAGON.

Jaime une fille, que je veux pouser ; et le pendard a linsolence de laimer avec moi, et dy prtendre malgr mes ordres.

MAITRE JACQUES.

Ah ! Il a tort.

HARPAGON.

Nest-ce pas une chose pouvantable, quun fils qui veut entrer en concurrence avec son pre ? Et ne doit-il pas, par respect, sabstenir de toucher mes inclinations ?

MAITRE JACQUES.

Vous avez raison. Laissez-moi lui parler, et demeurez l.

Il vient trouver Clante lautre bout du thtre.

CLANTE.

H bien ! Oui, puisquil veut te choisir pour juge, je ny recule point ; il ne mimporte qui ce soit ; et je veux bien aussi me rapporter toi, matre Jacques, de notre diffrend.

MAITRE JACQUES.

Cest beaucoup dhonneur que vous me faites.

CLANTE.

Je suis pris dune jeune personne qui rpond mes voeux, et reoit tendrement les offres de ma foi ; et mon pre savise de venir troubler notre amour par la demande quil en fait faire.

MAITRE JACQUES.

Il a tort assurment.

CLANTE.

Na-t-il point de honte, son ge, de songer se marier ? Lui sied-il bien dtre encore amoureux ? Et ne devrait-il pas laisser cette occupation aux jeunes gens ?

MAITRE JACQUES.

Vous avez raison, il se moque. Laissez-moi lui dire deux mots.

Il revient Harpagon.

H bien ! Votre fils nest pas si trange que vous le dites, et il se met la raison. Il dit quil sait le respect quil vous doit, quil ne sest emport que dans la premire chaleur, et quil ne fera point refus de se soumettre ce quil vous plaira, pourvu que vous vouliez le traiter mieux que vous ne faites, et lui donner quelque personne en mariage dont il ait lieu dtre content.

HARPAGON.

Ah ! Dis-lui, matre Jacques, que moyennant cela, il pourra esprer toutes choses de moi ; et que, hors Mariane, je lui laisse la libert de choisir celle quil voudra.

MAITRE JACQUES.

Il va au fils.

Laissez-moi faire. H bien ! Votre pre nest pas si draisonnable que vous le faites ; et il ma tmoign que ce sont vos emportements qui lont mis en colre ; quil nen veut seulement qu votre manire dagir, et quil sera fort dispos vous accorder ce que vous souhaitez, pourvu que vous vouliez vous y prendre par la douceur, et lui rendre les dfrences, les respects, et les soumissions quun fils doit son pre.

CLANTE.

Ah ! Matre Jacques, tu lui peux assurer que, sil maccorde Mariane, il me verra toujours le plus soumis de tous les hommes ; et que jamais je ne ferai aucune chose que par ses volonts.

MAITRE JACQUES.

Cela est fait. Il consent ce que vous dites.

HARPAGON.

Voil qui va le mieux du monde.

MAITRE JACQUES.

Tout est conclu. Il est content de vos promesses.

CLANTE.

Le Ciel en soit lou !

MAITRE JACQUES.

Messieurs, vous navez qu parler ensemble : vous voil daccord maintenant ; et vous alliez vous quereller, faute de vous entendre.

CLANTE.

Mon pauvre matre Jacques, je te serai oblig toute ma vie.

MAITRE JACQUES.

Il ny a pas de quoi, Monsieur.

HARPAGON.

Tu ma fait plaisir, matre Jacques, et cela mrite une rcompense. Va, je men souviendrai, je tassure.

Il tire son mouchoir de sa poche, ce qui fait croire matre Jacques quil va lui donner quelque chose.

MAITRE JACQUES.

Je vous baise les mains.

SCNE V.
Clante, Harpagon.

CLANTE.

Je vous demande pardon, mon pre, de lemportement que jai fait paratre.

HARPAGON.

Cela nest rien.

CLANTE.

Je vous assure que jen ai tous les regrets du monde.

HARPAGON.

Et moi, jai toutes les joies du monde de te voir raisonnable.

CLANTE.

Quelle bont vous doublier si vite ma faute !

HARPAGON.

On oublie aisment les fautes des enfants, lorsquils rentrent dans leur devoir.

CLANTE.

Quoi ? Ne garder aucun ressentiment de toutes mes extravagances ?

HARPAGON.

Cest une chose o tu mobliges par la soumission et le respect o tu te ranges.

CLANTE.

Je vous promets, mon pre, que, jusques au tombeau, je conserverai dans mon coeur le souvenir de vos bonts.

HARPAGON.

Et moi, je te promets quil ny aura aucune chose que de moi tu nobtiennes.

CLANTE.

Ah ! Mon pre, je ne vous demande plus rien ; et cest mavoir assez donn que de me donner Mariane.

HARPAGON.

Comment ?

CLANTE.

Je dis, mon pre, que je suis trop content de vous, et que je trouve toutes choses dans la bont que vous avez de maccorder Mariane.

HARPAGON.

Qui est-ce qui parle de taccorder Mariane ?

CLANTE.

Vous, mon pre.

HARPAGON.

Moi !

CLANTE.

Sans doute.

HARPAGON.

Comment ? Cest toi qui as promis dy renoncer.

CLANTE.

Moi, y renoncer ?

HARPAGON.

Oui.

CLANTE.

Point du tout.

HARPAGON.

Tu ne tes pas dparti dy prtendre ?

CLANTE.

Au contraire, jy suis port plus que jamais.

HARPAGON.

Quoi ? Pendard, derechef ?

CLANTE.

Rien ne me peut changer.

HARPAGON.

Laisse-moi faire, tratre.

CLANTE.

Faites tout ce quil vous plaira.

HARPAGON.

Je te dfends de me jamais voir.

CLANTE.

la bonne heure.

HARPAGON.

Je tabandonne.

CLANTE.

Abandonnez.

HARPAGON.

Je te renonce pour mon fils.

CLANTE.

Soit.

HARPAGON.

Je te dshrite.

CLANTE.

Tout ce que vous voudrez.

HARPAGON.

Et je te donne ma maldiction.

CLANTE.

Je nai que faire de vos dons.

SCNE VI.
La Flche, Clante.

LA FLCHE, sortant du jardin, avec une cassette.

Ah ! Monsieur, que je vous trouve propos ! Suivez-moi vite.

CLANTE.

Quy a-t-il ?

LA FLCHE.

Suivez-moi, vous dis-je : nous sommes bien.

CLANTE.

Comment ?

LA FLCHE.

Voici votre affaire.

CLANTE.

Quoi ?

LA FLCHE.

Jai guign ceci tout le jour.

CLANTE.

Quest-ce que cest ?

LA FLCHE.

Le trsor de votre pre, que jai attrap.

CLANTE.

Comment as-tu fait ?

LA FLCHE.

Vous saurez tout. Sauvons-nous, je lentends crier.

SCNE VII.

HARPAGON.

Il crie au voleur ds le jardin, et vient sans chapeau.

Au voleur ! Au voleur ! lassassin ! Au meurtrier ! Justice, juste Ciel ! Je suis perdu, je suis assassin, on ma coup la gorge, on ma drob mon argent. Qui peut-ce tre ? Quest-il devenu ? O est-il ? O se cache-t-il ? Que ferai-je pour le trouver ? O courir ? O ne pas courir ? Nest-il point l ? Nest-il point ici ? Qui est-ce ? Arrte. Rends-moi mon argent, coquin.

Il se prend lui-mme le bras.

Ah ! Cest moi. Mon esprit est troubl, et jignore o je suis, qui je suis, et ce que je fais. Hlas ! Mon pauvre argent, mon pauvre argent, mon cher ami ! On ma priv de toi ; et puisque tu mes enlev, jai perdu mon support, ma consolation, ma joie ; tout est fini pour moi, et je nai plus que faire au monde : sans toi, il mest impossible de vivre. Cen est fait, je nen puis plus ; je me meurs, je suis mort, je suis enterr. Ny a-t-il personne qui veuille me ressusciter, en me rendant mon cher argent, ou en mapprenant qui la pris ? Euh ? Que dites-vous ? Ce nest personne. Il faut, qui que ce soit qui ait fait le coup, quavec beaucoup de soin on ait pi lheure ; et lon a choisi justement le temps que je parlais mon tratre de fils. Sortons. Je veux aller qurir la justice, et faire donner la question toute la maison : servantes, valets, fils, fille, et moi aussi. Que de gens assembls ! Je ne jette mes regards sur personne qui ne me donne des soupons, et tout me semble mon voleur. Eh ! De quoi est-ce quon parle l ? De celui qui ma drob ? Quel bruit fait-on l haut ? Est-ce mon voleur qui y est ? De grce, si lon sait des nouvelles de mon voleur, je supplie que lon men dise. Nest-il point cach l parmi vous ? Ils me regardent tous, et se mettent rire. Vous verrez quils ont part sans doute au vol que lon ma fait. Allons vite, des commissaires, des archers, des prvts, des juges, des gnes, des potences et des bourreaux. Je veux faire pendre tout le monde ; et si je ne retrouve mon argent, je me pendrai moi-mme aprs.

ACTE V

SCNE I.
Harpagon, Le Commissaire, son Clerc.

LE COMMISSAIRE.

Laissez-moi faire : je sais mon mtier, Dieu merci. Ce nest pas daujourdhui que je me mle de dcouvrir des vols ; et je voudrais avoir autant de sacs de mille francs que jai fait pendre de personnes.

HARPAGON.

Tous les magistrats sont intresss prendre cette affaire en main ; et si lon ne me fait retrouver mon argent, je demanderai justice de la justice.

LE COMMISSAIRE.

Il faut faire toutes les poursuites requises. Vous dites quil y avait dans cette cassette. ?

HARPAGON.

Dix mille cus bien compts.

LE COMMISSAIRE.

Dix mille cus !

HARPAGON.

Dix mille cus.

LE COMMISSAIRE.

Le vol est considrable.

HARPAGON.

Il ny a point de supplice assez grand pour lnormit de ce crime ; et sil demeure impuni, les choses les plus sacres ne sont plus en sret.

LE COMMISSAIRE.

En quelles espces tait cette somme ?

HARPAGON.

En bons louis dor et pistoles bien trbuchantes.     [34]

LE COMMISSAIRE.

Qui souponnez-vous de ce vol ?

HARPAGON.

Tout le monde ; et je veux que vous arrtiez prisonniers la ville et les faubourgs.

LE COMMISSAIRE.

Il faut, si vous men croyez, neffaroucher personne, et tcher doucement dattraper quelques preuves, afin de procder aprs par la rigueur au recouvrement des deniers qui vous ont t pris.

SCNE II.
Matre Jacques, Harpagon, Le Commissaire, son Clerc.

MAITRE JACQUES, au bout du thtre, en se retournant du ct dont il sort..

Je men vais revenir. Quon me lgorge tout lheure ; quon me lui fasse griller les pieds, quon me le mette dans leau bouillante, et quon me le pende au plancher.

HARPAGON.

Qui ? Celui qui ma drob ?

MAITRE JACQUES.

Je parle dun cochon de lait que votre intendant me vient denvoyer, et je veux vous laccommoder ma fantaisie.

HARPAGON.

Il nest pas question de cela ; et voil Monsieur, qui il faut parler dautre chose.

LE COMMISSAIRE.

Ne vous pouvantez point. Je suis homme ne vous point scandaliser, et les choses iront dans la douceur.

MAITRE JACQUES.

Monsieur est de votre soup ?

LE COMMISSAIRE.

Il faut ici, mon cher ami, ne rien cacher votre matre.

MAITRE JACQUES.

Ma foi ! Monsieur, je montrerai tout ce que je sais faire, et je vous traiterai du mieux quil me sera possible.

HARPAGON.

Ce nest pas l laffaire.

MAITRE JACQUES.

Si je ne vous fais pas aussi bonne chre que je voudrais, cest la faute de Monsieur notre intendant, qui ma rogn les ailes avec les ciseaux de son conomie.

HARPAGON.

Tratre, il sagit dautre chose que de souper ; et je veux que tu me dises des nouvelles de largent quon ma pris.

MAITRE JACQUES.

On vous a pris de largent ?

HARPAGON.

Oui, coquin ; et je men vais te pendre, si tu ne me le rends.

LE COMMISSAIRE.

Mon Dieu ! Ne le maltraitez point. Je vois sa mine quil est honnte homme, et que sans se faire mettre en prison, il vous dcouvrira ce que vous voulez savoir. Oui, mon ami, si vous nous confessez la chose, il ne vous sera fait aucun mal, et vous serez rcompens comme il faut par votre matre. On lui a pris aujourdhui son argent, et il nest pas que vous ne sachiez quelques nouvelles de cette affaire.

MAITRE JACQUES, part.

Voici justement ce quil me faut pour me venger de notre intendant : depuis quil est entr cans, il est le favori, on ncoute que ses conseils, et jai aussi sur le coeur les coups de bton de tantt.

HARPAGON.

Quas-tu ruminer ?

LE COMMISSAIRE.

Laissez-le faire : il se prpare vous contenter, et je vous ai bien dit quil tait honnte homme.

MAITRE JACQUES.

Monsieur, si vous voulez que je vous dise les choses, je crois que cest Monsieur votre cher intendant qui a fait le coup.

HARPAGON.

Valre ?

MAITRE JACQUES.

Oui.

HARPAGON.

Lui, qui me parat si fidle ?

MAITRE JACQUES.

Lui-mme. Je crois que cest lui qui vous a drob.

HARPAGON.

Et sur quoi le crois-tu ?

MAITRE JACQUES.

Sur quoi ?

HARPAGON.

Oui.

MAITRE JACQUES.

Je le crois. sur ce que je le crois.

LE COMMISSAIRE.

Mais il est ncessaire de dire les indices que vous avez.

HARPAGON.

Las-tu vu rder autour du lieu o javais mis mon argent ?

MAITRE JACQUES.

Oui, vraiment. O tait-il votre argent ?

HARPAGON.

Dans le jardin.

MAITRE JACQUES.

Justement : je lai vu rder dans le jardin. Et dans quoi est-ce que cet argent tait ?

HARPAGON.

Dans une cassette.

MAITRE JACQUES.

Voil laffaire : je lui ai vu une cassette.

HARPAGON.

Et cette cassette, comment est-elle faite ? Je verrai bien si cest la mienne.

MAITRE JACQUES.

Comment elle est faite ?

HARPAGON.

Oui.

MAITRE JACQUES.

Elle est faite. elle est faite comme une cassette.

LE COMMISSAIRE.

Cela sentend. Mais dpeignez-la un peu, pour voir.

MAITRE JACQUES.

Cest une grande cassette.

HARPAGON.

Celle quon ma vole est petite.

MAITRE JACQUES.

Eh ! Oui, elle est petite, si on le veut prendre par l ; mais je lappelle grande pour ce quelle contient.

LE COMMISSAIRE.

Et de quelle couleur est-elle ?

MAITRE JACQUES.

De quelle couleur ?

LE COMMISSAIRE.

Oui.

MAITRE JACQUES.

Elle est de couleur. L, dune certaine couleur. Ne sauriez-vous maider dire ?

HARPAGON.

Euh ?

MAITRE JACQUES.

Nest-elle pas rouge ?

HARPAGON.

Non, grise.

MAITRE JACQUES.

Eh ! Oui, gris-rouge : cest ce que je voulais dire.

HARPAGON.

Il ny a point de doute : cest elle assurment. crivez, Monsieur, crivez sa dposition. Ciel ! qui dsormais se fier ? Il ne faut plus jurer de rien ; et je crois aprs cela que je suis homme me voler moi-mme.

MAITRE JACQUES.

Monsieur, le voici qui revient. Ne lui allez pas dire au moins que cest moi qui vous ai dcouvert cela.

SCNE III.
Valre, Harpagon, le Commissaire, Son Clerc, Matre Jacques.

HARPAGON.

Approche : viens confesser laction la plus noire, lattentat le plus horrible qui jamais ait t commis.

VALRE.

Que voulez-vous, Monsieur ?

HARPAGON.

Comment, tratre, tu ne rougis pas de ton crime ?

VALRE.

De quel crime voulez-vous donc parler ?

HARPAGON.

De quel crime je veux parler, infme ! Comme si tu ne savois pas ce que je veux dire. Cest en vain que tu prtendrais de le dguiser : laffaire est dcouverte, et lon vient de mapprendre tout. Comment abuser ainsi de ma bont, et sintroduire exprs chez moi pour me trahir ? Pour me jouer un tour de cette nature ?

VALRE.

Monsieur, puisquon vous a dcouvert tout, je ne veux point chercher de dtours et vous nier la chose.

MAITRE JACQUES.

Oh ! Oh ! Aurois-je devin sans y penser ?

VALRE.

Ctait mon dessein de vous en parler, et je voulais attendre pour cela des conjonctures favorables ; mais puisquil est ainsi, je vous conjure de ne vous point fcher, et de vouloir bien entendre mes raisons.

HARPAGON.

Et quelles belles raisons peux-tu me donner, voleur infme ?

VALRE.

Ah ! Monsieur, je nai pas mrit ces noms. Il est vrai que jai commis une offense envers vous ; mais, aprs tout, ma faute est pardonnable.

HARPAGON.

Comment, pardonnable ? Un guet-apens ? Un assassinat de la sorte ?

VALRE.

De grce, ne vous mettez point en colre. Quand vous maurez ou, vous verrez que le mal nest pas si grand que vous le faites.

HARPAGON.

Le mal nest pas si grand que je le fais ! Quoi ? Mon sang, mes entrailles, pendard ?

VALRE.

Votre sang, Monsieur, nest pas tomb dans de mauvaises mains. Je suis dune condition ne lui point faire de tort, et il ny a rien en tout ceci que je ne puisse bien rparer.

HARPAGON.

Cest bien mon intention, et que tu me restitues ce que tu mas ravi.

VALRE.

Votre honneur, Monsieur, sera pleinement satisfait.

HARPAGON.

Il nest pas question dhonneur l dedans. Mais, dis-moi, qui ta port cette action ?

VALRE.

Hlas ! Me le demandez-vous ?

HARPAGON.

Oui, vraiment, je te le demande.

VALRE.

Un dieu qui porte les excuses de tout ce quil fait faire : lamour.

HARPAGON.

Lamour ?

VALRE.

Oui.

HARPAGON.

Bel amour, bel amour, ma foi ! Lamour de mes louis dor.

VALRE.

Non, Monsieur, ce ne sont point vos richesses qui mont tent ; ce nest pas cela qui ma bloui, et je proteste de ne prtendre rien tous vos biens, pourvu que vous me laissiez celui que jai.

HARPAGON.

Non ferai, de par tous les diables ! Je ne te le laisserai pas. Mais voyez quelle insolence de vouloir retenir le vol quil ma fait !

VALRE.

Appelez-vous cela un vol ?

HARPAGON.

Si je lappelle un vol ? Un trsor comme celui-l !

VALRE.

Cest un trsor, il est vrai, et le plus prcieux que vous ayez sans doute ; mais ce ne sera pas le perdre que de me le laisser. Je vous le demande genoux, ce trsor plein de charmes ; et pour bien faire, il faut que vous me laccordiez.

HARPAGON.

Je nen ferai rien. Quest-ce dire cela ?

VALRE.

Nous nous sommes promis une foi mutuelle, et avons fait serment de ne nous point abandonner.

HARPAGON.

Le serment est admirable, et la promesse plaisante !

VALRE.

Oui, nous nous sommes engags dtre lun lautre jamais.

HARPAGON.

Je vous empcherai bien, je vous assure.

VALRE.

Rien que la mort ne nous peut sparer.

HARPAGON.

Cest tre bien endiabl aprs mon argent.

VALRE.

Je vous ai dj dit, Monsieur, que ce ntait point lintrt qui mavait pouss faire ce que jai fait. Mon coeur na point agi par les ressorts que vous pensez, et un motif plus noble ma inspir cette rsolution.

HARPAGON.

Vous verrez que cest par charit chrtienne quil veut avoir mon bien ; mais jy donnerai bon ordre ; et la justice, pendard effront, me va faire raison de tout.

VALRE.

Vous en userez comme vous voudrez, et me voil prt souffrir toutes les violences quil vous plaira ; mais je vous prie de croire, au moins, que, sil y a du mal, ce nest que moi quil en faut accuser, et que votre fille en tout ceci nest aucunement coupable.

HARPAGON.

Je le crois bien, vraiment ; il serait fort trange que ma fille et tremp dans ce crime. Mais je veux ravoir mon affaire, et que tu me confesses en quel endroit tu me las enleve.

VALRE.

Moi ? Je ne lai point enleve, et elle est encore chez vous.

HARPAGON.

ma chre cassette ! Elle nest point sortie de ma maison ?

VALRE.

Non, Monsieur

HARPAGON.

H ! Dis-moi donc un peu : tu ny as point touch ?

VALRE.

Moi, y toucher ? Ah ! Vous lui faites tort, aussi bien qu moi ; et cest dune ardeur toute pure et respectueuse que jai brl pour elle.

HARPAGON.

Brl pour ma cassette !

VALRE.

Jaimerais mieux mourir que de lui avoir fait paratre aucune pense offensante : elle est trop sage et trop honnte pour cela.

HARPAGON.

Ma cassette trop honnte !

VALRE.

Tous mes dsirs se sont borns jouir de sa vue ; et rien de criminel na profan la passion que ses beaux yeux mont inspire.

HARPAGON.

Les beaux yeux de ma cassette ! Il parle delle comme un amant dune matresse.

VALRE.

Dame Claude, Monsieur, sait la vrit de cette aventure, et elle vous peut rendre tmoignage.

HARPAGON.

Quoi ? Ma servante est complice de laffaire ?

VALRE.

Oui, Monsieur, elle a t tmoin de notre engagement ; et cest aprs avoir connu lhonntet de ma flamme, quelle ma aid persuader votre fille de me donner sa foi, et recevoir la mienne.

HARPAGON.

Eh ? Est-ce que la peur de la justice le fait extravaguer ? Que nous brouilles-tu ici de ma fille ?

VALRE.

Je dis, Monsieur, que jai eu toutes les peines du monde faire consentir sa pudeur ce que voulait mon amour.

HARPAGON.

La pudeur de qui ?

VALRE.

De votre fille ; et cest seulement depuis hier quelle a pu se rsoudre nous signer mutuellement une promesse de mariage.

HARPAGON.

Ma fille ta sign une promesse de mariage !

VALRE.

Oui, Monsieur, comme de ma part je lui en ai sign une.

HARPAGON.

Ciel ! Autre disgrce !

MAITRE JACQUES.

crivez, Monsieur, crivez.

HARPAGON.

Rengrgement de mal ! Surcrot de dsespoir ! Allons, Monsieur, faites le d de votre charge, et dressez-lui-moi son procs, comme larron, et comme suborneur.

VALRE.

Ce sont des noms qui ne me sont point ds ; et quand on saura qui je suis.

SCNE IV.
lise, Mariane, Frosine, Harpagon, Valre, Matre Jacques, Le Commissaire, son Clerc.

HARPAGON.

Ah ! Fille sclrate ! Fille indigne dun pre comme moi ! Cest ainsi que tu pratiques les leons que je tai donnes ? Tu te laisses prendre damour pour un voleur infme, et tu lui engages ta foi sans mon consentement ? Mais vous serez tromps lun et lautre. Quatre bonnes murailles me rpondront de ta conduite ; et une bonne potence me fera raison de ton audace.

VALRE.

Ce ne sera point votre passion qui jugera laffaire ; et lon mcoutera, au moins, avant que de me condamner.

HARPAGON.

Je me suis abus de dire une potence, et tu seras rou tout vif.

LISE, genoux devant son pre.

Ah ! Mon pre, prenez des sentiments un peu plus humains, je vous prie, et nallez point pousser les choses dans les dernires violences du pouvoir paternel. Ne vous laissez point entraner aux premiers mouvements de votre passion, et donnez-vous le temps de considrer ce que vous voulez faire. Prenez la peine de mieux voir celui dont vous vous offensez : il est tout autre que vos yeux ne le jugent ; et vous trouverez moins trange que je me sois donne lui, lorsque vous saurez que sans lui vous ne mauriez plus il y a longtemps. Oui, mon pre, cest celui qui me sauva de ce grand pril que vous savez que je courus dans leau, et qui vous devez la vie de cette mme fille dont.

HARPAGON.

Tout cela nest rien ; et il valait bien mieux pour moi quil te laisst noyer que de faire ce quil a fait.

LISE.

Mon pre, je vous conjure, par lamour paternel, de me.

HARPAGON.

Non, non, je ne veux rien entendre ; et il faut que la justice fasse son devoir.

MAITRE JACQUES.

Tu me payeras mes coups de bton.

FROSINE.

Voici un trange embarras.

SCNE V.
Anselme, Harpagon, lise, Mariane, Frosine, Valre, Matre Jacques, le Commissaire, Son Clerc.

ANSELME.

Quest-ce, seigneur Harpagon ? Je vous vois tout mu.

HARPAGON.

Ah ! Seigneur Anselme, vous me voyez le plus infortun de tous les hommes ; et voici bien du trouble et du dsordre au contrat que vous venez faire ? On massassine dans le bien, on massassine dans lhonneur ; et voil un tratre, un sclrat, qui a viol tous les droits les plus saints, qui sest coul chez moi sous le titre de domestique, pour me drober mon argent et pour me suborner ma fille.

VALRE.

Qui songe votre argent, dont vous me faites un galimatias ?

HARPAGON.

Oui, ils se sont donn lun et lautre une promesse de mariage. Cet affront vous regarde, seigneur Anselme, et cest vous qui devez vous rendre partie contre lui, et faire toutes les poursuites de la justice, pour vous venger de son insolence.

ANSELME.

Ce nest pas mon dessein de me faire pouser par force, et de rien prtendre un coeur qui se seroit donn ; mais pour vos intrts, je suis prt les embrasser ainsi que les miens propres.

HARPAGON.

Voil Monsieur qui est un honnte commissaire, qui noubliera rien, ce quil ma dit, de la fonction de son office. Chargez-le comme il faut, Monsieur, et rendez les choses bien criminelles.

VALRE.

Je ne vois pas quel crime on me peut faire de la passion que jai pour votre fille ; et le supplice o vous croyez que je puisse tre condamn pour notre engagement, lorsquon saura ce que je suis.

HARPAGON.

Je me moque de tous ces contes ; et le monde aujourdhui nest plein que de ces larrons de noblesse, que de ces imposteurs, qui tirent avantage de leur obscurit, et shabillent insolemment du premier nom illustre quils savisent de prendre.

VALRE.

Sachez que jai le coeur trop bon pour me parer de quelque chose qui ne soit point moi, et que tout Naples peut rendre tmoignage de ma naissance.

ANSELME.

Tout beau ! Prenez garde ce que vous allez dire. Vous risquez ici plus que vous ne pensez ; et vous parlez devant un homme qui tout Naples est connu, et qui peut aisment voir clair dans lhistoire que vous ferez.

VALRE, en mettant firement son chapeau.

Je ne suis point homme rien craindre, et si Naples vous est connu, vous savez qui tait Dom Thomas dAlburcy.

ANSELME.

Sans doute, je le sais ; et peu de gens lont connu mieux que moi.

HARPAGON.

Je ne me soucie ni de Dom Thomas ni de Dom Martin.

ANSELME.

De grce, laissez-le parler, nous verrons ce quil en veut dire.

VALRE.

Je veux dire que cest lui qui ma donn le jour.

ANSELME.

Lui ?

VALRE.

Oui.

ANSELME.

Allez ; vous vous moquez. Cherchez quelque autre histoire, qui vous puisse mieux russir, et ne prtendez pas vous sauver sous cette imposture.

VALRE.

Songez mieux parler. Ce nest point une imposture ; et je navance rien quil ne me soit ais de justifier.

ANSELME.

Quoi ? Vous osez vous dire fils de Dom Thomas dAlburcy ?

VALRE.

Oui, je lose ; et je suis prt de soutenir cette vrit contre qui que ce soit.

ANSELME.

Laudace est merveilleuse. Apprenez, pour vous confondre, quil y a seize ans pour le moins que lhomme dont vous nous parlez prit sur mer avec ses enfants et sa femme, en voulant drober leur vie aux cruelles perscutions qui ont accompagn les dsordres de Naples, et qui en firent exiler plusieurs nobles familles.

VALRE.

Oui ; mais apprenez, pour vous confondre, vous, que son fils, g de sept ans, avec un domestique, fut sauv de ce naufrage par un vaisseau espagnol, et que ce fils sauv est celui qui vous parle ; apprenez que le capitaine de ce vaisseau, touch de ma fortune, prit amiti pour moi ; quil me fit lever comme son propre fils, et que les armes furent mon emploi ds que je men trouvai capable ; que jai su depuis peu que mon pre ntait point mort, comme je lavais toujours cru ; que passant ici pour laller chercher, une aventure, par le Ciel concerte, me fit voir la charmante lise ; que cette vue me rendit esclave de ses beauts ; et que la violence de mon amour, et les svrits de son pre, me firent prendre la rsolution de mintroduire dans son logis, et denvoyer un autre la qute de mes parents.

ANSELME.

Mais quels tmoignages encore, autres que vos paroles, nous peuvent assurer que ce ne soit point une fable que vous ayez btie sur une vrit ?

VALRE.

Le capitaine espagnol ; un cachet de rubis qui tait mon pre ; un bracelet dagate que ma mre mavait mis au bras ; le vieux Pedro, ce domestique qui se sauva avec moi du naufrage.

MARIANE.

Hlas ! vos paroles je puis ici rpondre, moi, que vous nimposez point ; et tout ce que vous dites me fait connatre clairement que vous tes mon frre.

VALRE.

Vous ma soeur ?

MARIANE.

Oui. Mon coeur sest mu ds le moment que vous avez ouvert la bouche ; et notre mre, que vous allez ravir, ma mille fois entretenue des disgrces de notre famille. Le Ciel ne nous fit point aussi prir dans ce triste naufrage ; mais il ne nous sauva la vie que par la perte de notre libert ; et ce furent des corsaires qui nous recueillirent, ma mre et moi, sur un dbris de notre vaisseau. Aprs dix ans desclavage, une heureuse fortune nous rendit notre libert, et nous retournmes dans Naples, o nous trouvmes tout notre bien vendu, sans y pouvoir trouver des nouvelles de notre pre. Nous passmes Gnes, o ma mre alla ramasser quelques malheureux restes dune succession quon avait dchire ; et de l, fuyant la barbare injustice de ses parents, elle vint en ces lieux, o elle na presque vcu que dune vie languissante.

ANSELME.

Ciel ! Quels sont les traits de ta puissance ! Et que tu fais bien voir quil nappartient qu toi de faire des miracles ! Embrassez-moi, mes enfants, et mlez tous deux vos transports ceux de votre pre.

VALRE.

Vous tes notre pre ?

MARIANE.

Cest vous que ma mre a tant pleur ?

ANSELME.

Oui, ma fille, oui, mon fils, je suis Dom Thomas dAlburcy, que le Ciel garantit des ondes avec tout largent quil portait, et qui vous ayant tous crus morts durant plus de seize ans, se prparait, aprs de longs voyages, chercher dans lhymen dune douce et sage personne la consolation de quelque nouvelle famille. Le peu de sret que jai vu pour ma vie retourner Naples, ma fait y renoncer pour toujours ; et ayant su trouver moyen dy faire vendre ce que javais, je me suis habitu ici, o, sous le nom dAnselme, jai voulu mloigner les chagrins de cet autre nom qui ma caus tant de traverses.

HARPAGON.

Cest l votre fils ?

ANSELME.

Oui.

HARPAGON.

Je vous prends partie, pour me payer dix mille cus quil ma vols.

ANSELME.

Lui, vous avoir vol ?

HARPAGON.

Lui-mme.

VALRE.

Qui vous dit cela ?

HARPAGON.

Matre Jacques.

VALRE.

Cest toi qui le dis ?

MAITRE JACQUES.

Vous voyez que je ne dis rien.

HARPAGON.

Oui : voil Monsieur le Commissaire qui a reu sa dposition.

VALRE.

Pouvez-vous me croire capable dune action si lche ?

HARPAGON.

Capable ou non capable, je veux ravoir mon argent.

SCNE VI.
Clante, Valre, Mariane, lise, Frosine, Harpagon, Anselme, Matre Jacques, La Flche, Le commissaire, son Clerc.

CLANTE.

Ne vous tourmentez point, mon pre, et naccusez personne. Jai dcouvert des nouvelles de votre affaire, et je viens ici pour vous dire que, si vous voulez vous rsoudre me laisser pouser Mariane, votre argent vous sera rendu.

HARPAGON.

O est-il ?

CLANTE.

Ne vous en mettez point en peine : il est en lieu dont je rponds, et tout ne dpend que de moi. Cest vous de me dire quoi vous vous dterminez ; et vous pouvez choisir, ou de me donner Mariane ; ou de perdre votre cassette.

HARPAGON.

Nen a-t-on rien t ?

CLANTE.

Rien du tout. Voyez si cest votre dessein de souscrire ce mariage, et de joindre votre consentement celui de sa mre, qui lui laisse la libert de faire un choix entre nous deux.

MARIANE.

Mais vous ne savez pas que ce nest pas assez que ce consentement, et que le Ciel, avec un frre que vous voyez, vient de me rendre un pre dont vous avez mobtenir.

ANSELME.

Le Ciel, mes enfants, ne me redonne point vous pour tre contraire vos voeux. Seigneur Harpagon, vous jugez bien que le choix dune jeune personne tombera sur le fils plutt que sur le pre. Allons, ne vous faites point dire ce quil nest pas ncessaire dentendre, et consentez ainsi que moi ce double hymne.

HARPAGON.

Il faut, pour me donner conseil, que je voie ma cassette.

CLANTE.

Vous la verrez saine et entire.

HARPAGON.

Je nai point dargent donner en mariage mes enfants.

ANSELME.

H bien ! Jen ai pour eux ; que cela ne vous inquite point.

HARPAGON.

Vous obligerez-vous faire tous les frais de ces deux mariages ?

ANSELME.

Oui, je my oblige ; tes-vous satisfait ?

HARPAGON.

Oui, pourvu que pour les noces vous me fassiez faire un habit.

ANSELME.

Daccord. Allons jouir de lallgresse que cet heureux jour nous prsente.

LE COMMISSAIRE.

Hol ! Messieurs, hol ! Tout doucement, sil vous plat : qui me payera mes critures ?

HARPAGON.

Nous navons que faire de vos critures.

LE COMMISSAIRE.

Oui ! Mais je ne prtends pas, moi, les avoir faites pour rien.

HARPAGON.

Pour votre paiement, voil un homme que je vous donne pendre.

MAITRE JACQUES.

Hlas ! Comment faut-il donc faire ? On me donne des coups de bton pour dire vrai, et on me veut pendre pour mentir.

ANSELME.

Seigneur Harpagon, il faut lui pardonner cette imposture.

HARPAGON.

Vous payerez donc le Commissaire ?

ANSELME.

Soit. Allons vite faire part de notre joie votre mre.

HARPAGON.

Et moi, voir ma chre cassette.

 


Fin du texte

 


Extrait du privilge du Roi

Par grce et privilge du Roi, donn Paris de dernier jour de septembre 1668. Sign par le roi en son conseil, GUITONNEAU. Il est permis au Sieur Molire, de faire imprimer, vendre et dbiter une comdie par lui compose, intitule, L'AVARE, pendant sept annes ; et dfenses sont faites tous autres, de limprimer, ni vendre d'autre impression, que de celle de lexposant, et de ceux qui auront droit de lui, peine de trois mille livres d'amende, confiscation des exemplaires contrefaits, et de tous dpens, dommages et intrts, comme il est port plus amplement par lesdites lettres.

Registr sur le livre de la communaut, suivant larrt de la Cour.

Sign A. SOUBRON, syndic.

Ledit Sieur de Molire cd et transport son droit de privilge Jean Ribou, marchand libraire Paris, pour en jouir suivant laccord fait entre eux.

Achev d'imprimer pour la premire fois le 18 fvrier 1669.

 


[1] Foi : est la crance (croyance) qu'on donne aux paroles des hommes. (...) Signifie encore serment, parole qu'on donne de faire quelque chose, et qu'on se promet d'excuter. [F]

[2] Feux : vifs sentiments amoureux.

[3] Inclination : Se dit figurment en choses spirituelles des affections de lme ; de lhumeur de la pente, de la disposition naturelle faire quelque chose. [F]

[4] Fureter : se dit ordinairement au figur, pour dire : aller chercher dans les lieux les plus secrets ce quil y a de beau, de rare, de curieux. [F]

[5] Bailler : donner, mettre en main. [F]

[6] Haut de chausses : en fait dhabit, on appelle haut-de-chausse la partie de lhabillement de lhommequi est depuis la ceinture jusquaux genoux (.). [F]

[7] Ladre : malade, atteint, infest par la lpre. Se dit figurment en morale, avare, vilain, malpropre. [F]

[8] Barrette : bonnet dont on use en Italie. Cest le bonnet quon donne au docteurs. [F]

[9] Jaser : parler beaucoup et sans ncessit de choses frivoles. Signifie aussi, parler indiscrtement rvler un secret, une chose cache. [F]

[10] Rosser : terme populaire. Bastonner rudement quelquun, le traiter en rosse ; et se dit pas extension de toutes sortes de mauvais traitements. [F]

[11] Pendard : qui a commis des actions qui mrite la corde [pendaison], la potence. [F]

[12] Coquin : terme injurieux quon dit toutes sortes de petites gens qui mnent une vie libertine, friponne, fainante qui nont aucun sentiment dhonntet.

[13] Donner dans le Marquis : se vtir lgamment grand frais avec le souci de se faire remarquer.

[14] Aiguillettes : cordon ou tissu serr par les deux bouts, qui sert attacher quelque chose une autre. On attache le haut-de-chausse avec une aiguillette, un ferret daiguillette. [F]

[15] tre bien aise : tre content, satisfait.

[16] Flouet : corps dlicat, de mauvaise constitution, et peu robuste. Quelques-uns disent fluet. [F]

[17] Rduire : signifie aussi dompter, vaincre, subjuguer. [F]

[18] Dot : somme de deniers assigns une fille, quand on la pourvoit, soit par mariage, soit par entre en religion. [F]

[19] On peut voir une tapisserie sur "Gombaut et Mace" au Muse des Beaux-Art de Saint-L datant du XVIme sicle. Gombaut et Mace sont les hros dun roman du XVIme sicle.

[20] Escabelle : (escabeau) petit sige de bois qui est carr, dont on se servait autrefois pour sasseoir table, qui nest ni couvert, ni rebourr, et qui na ni bras ni dossier. [F]

[21] Mousquet : arme feu quon porte que lpaule, qui sert la guerre, qui prend feu avec une mche. [F] Le mousquetaire est le soldat qui porte un mousquet oppos au piquiers qui portent une pique.

[22] Fourchette : en termes de guerre, est un bton ferr dun fer fourchu qui servait autrefois tirer un mousquet, afin de soutenir une partie de sa pesanteur, et de la faire porter plus juste. [F]

[23] Luth : instrument de musique mont de cordes de boyau, qui navait autrefois que six rangs de cordes. [F]

[24] Trou-madame : est un jeu o on laisse couler des boules dans des trous, ou rigoles marques diversement pour la perte ou pour le gain. [F]

[25] Usure : intrt, profit illicite quon tire dune somme dargent contre les lois. [F]

[26] Rogaton : se dit aussi des bribes et autres choses qutes. Les besaces des questeurs sont pleines de rogatons. [F]

[27] Panurge : personnage de Rabelais (Tiers Livre), pasteur qui perdit tout son troupeau pour se venger dun crancier.

[28] Vilanie : ou vilnie. Ordure, salet. [F]

[29] Patibulaire : Qui appartient au gibet. [F]

[30] Adonis et Apollon sont des personnages de la myhtologie grecque rputs beaux. Cphale, autre personnage, mari de Procris. Pris, personnage de lIlliade, prince de Troie qui enleva Hlne. Ces quatre portent le thme de la jeunesse, de la beaut et de lamour. Saturne, Priam, Nestor, Anchise symbolisent la vieillesse.

[31] Ncessaire : Le "ncessaire" est la personne qui fait lempresser sans quon le lui demande.

[32] Brises : Terme de chasse (.). On peut figurment, "Marcher sur les brises", pour dire, suivre ses traces, imiter son exemple. On le dit aussi de ceux qui entreprennent le mme dessein, qui crivent sur le mme sujet, quoi quils le traitent diversement. [F]

[33] Pistole : Monnaie dor trangre battue en Espagne, et en quelques endroits dItalie. La pistole est maintenant [XVIIme] dune valeur de onze livres, et du poids des louis, et au mme titre et rmde. On dit quun homme a bien des pistoles pour dire quil est riche.

[34] Louis : pice de monnaie de France quon a commenc fabriqu sous le rgne de Louis XIII, et qui a eu grand cours sous le rgne de Louis XIV. Il y a eu des louis dor qui ont valu dabord dix livres puis onze et enfin jusqu douze (.) [F]

 

Introduction  | Nouveautes du site  | Contact  | © 2007-2013 Thtre Classique|

Dbut
1.1.1.1.1.
.....
.....
.....
.....
.....
..
Fin du texte