SAPOR

TRAGÉDIE

1704

par Régnard

Version du texte du 16/06/2014 à 19:33:39.

PERSONNAGES

AURÉLIEN, empereur romain.

ZÉNOBIE, reine d'Orient.

ISMÈNE, fille de Zénobie.

SAPOR, Fils du roi de Perse, promis à Ismène.

SABINUS, tribun de l'armée d'Aurélien.

FINETTE, suivante d'Araminte.

FIRMIN, confident de l'empereur.

THÉONE, confident de Zénobie.

GARDES.

La scène est à Palmyre, ville de Syrie, conquise par Aurélien.

ACTE I

SCÈNE I.
Zénobie, Théone.

ZÉNOBIE.

Enfin nous la voyons cette grande journée     [1]

Qui de tout l'Orient règle la destinée ;

Nous la voyons, Théone, et nos bras désarmés

Rougissent sous les fers dont ils sont opprimés.

5   Nos honneurs sont détruits : cette grandeur suprême,

Ces armes, ces soldats, ces rois, ce diadème,

Cet éclat triomphant qui brillait dans ma cour,

Tout s'est évanoui dans l'espace d'un jour.

Ton âme, en ce moment, d'étonnement saisie,

10   Reconnaît-elle encor la fière Zénobie,

Qui, vengeant un époux et deux fils par ses mains,

Fit pâlir le sénat, et frémir les Romains ;

Et, faisant de leur camp un champ de funérailles,

Les fit souvent pleurer du gain de leurs batailles ?

15   Hélas ! Ce temps n'est plus, Théone ; et nos malheurs

L'emportent, en un jour, sur toutes nos grandeurs.

Il ne me reste rien de ma gloire passée

Que le dur souvenir d'une pompe effacée ;

Et cet amer retour, ce revers que je sens,

20   De mes honneurs passés me fait des maux présents.

THÉONE.

En quelque état, madame, où le sort vous entraîne,

Vous portez en tous lieux l'auguste nom de reine :

On respecte toujours le mérite abattu ;

Le malheur sert en vous de lustre à la vertu.

25   Fille et veuve de rois...

ZÉNOBIE.

  Et c'est ce qui m'outrage :

À ces titres pompeux tu vois croître ma rage ;

Je sens des mouvements de haine et de fureur,

Qui me rendent mon rang et le jour en horreur.

Je pourrais, écoutant un transport légitime,

30   M'arracher aux horreurs dont je suis la victime.

On n'est point malheureux, lorsque l'on peut mourir.

Il est mille chemins que je pourrais m'ouvrir ;

Elle montre un poignard caché sous sa robe.

Ce fer toujours caché, le seul bien qui me reste,

En tout temps, en tout lieu, m'offre un secours funeste ;

35   Et je puis, insultant le sort et ses revers,

Dérober aux Romains la gloire de mes fers.

Mais, hélas ! Tu le sais, je suis mère ; et ma fille,

Débris infortuné d'une triste famille,

M'attache encore au jour par des nouds que le sang

40   Et l'amour paternel ont formés dans mon flanc.

Ismène, quel que soit l'excès de sa misère,

Ismène encor peut-être a besoin de sa mère ;

Et pour survivre aux maux que l'on me voit souffrir

Il faut plus de vertu cent fois que pour mourir.

45   Que te dirai-je enfin ? L'ardeur de la vengeance

Entretient les lueurs d'une faible espérance.

Le généreux Zabas aux Romains échappé,

Dans nos communs malheurs Sapor enveloppé,

Tout flatte les transports de mon âme inquiète.

50   La Perse va bientôt, apprenant ma défaite,

Pour arracher son prince à d'odieuses mains,

De soldats aguerris couvrir les champs romains.

Tu sais bien que Sapor, digne sang d'Artaxerce,

Est second fils du roi qui règne dans la Perse ;

55   Que son père voulut, pour cimenter la paix,

Avec les nouds du sang nous unir à jamais,

Afin que, plus à craindre en rassemblant nos haines,

Nous n'eussions d'ennemis que les aigles romaines.

Il proposa d'unir ma fille avec son fils :

60   Ma gloire le voulait, l'État y consentit ;

Et, destinant dès lors un héritier au trône,

Je promis à Sapor ma fille et ma couronne :

Je l'adoptai pour fils ; et le roi, dès ce jour,

Envoya, jeune encor, ce prince dans ma cour.

65   Nourri depuis ce temps dans le métier des armes,

Il voit à tout moment croître Ismène et ses charmes ;

Et ce jeune guerrier, charmé de ses appas,

A fait naître l'amour au milieu des combats.

Je vis avec plaisir cette naissante flamme,

70   Qui, confirmant mon choix, s'emparait de leur âme ;

Et je devais bientôt, par un hymen heureux,

Affermir mon empire, et couronner leurs feux :

Mais du ciel irrité la suprême puissance

De ces cours amoureux détruit l'intelligence.

75   Sapor voit sans espoir enchaîner dans ce jour

Son bras par la victoire, et son cour par l'amour.

THÉONE.

Madame, espérez tout d'un retour favorable ;

Le destin, quel qu'il soit, ne peut être durable :

De cette même main qui verse les malheurs,

80   Le ciel, quand il lui plaît, vient essuyer les pleurs ;

À vos plaintes enfin il faudra qu'il se rende :

Attendez tout de lui.

ZÉNOBIE.

Que veux-tu que j'attende

De ces injustes dieux, de la vertu jaloux,

Qui n'ont pu préserver mes fils ni mon époux,

85   Et qui, m'abandonnant en prenant leur défense,

N'ont pas justifié l'ardeur de ma vengeance ?

Que veux-tu que j'attende ? Hélas ! Parle, dis-moi,

Ne suis-je pas plus prompte à me flatter que toi ?

J'irai (voilà le sort où je suis destinée),

90   J'irai, traînant ma honte, à ce char enchaînée,

Au milieu des faisceaux, parmi les étendards,

De l'orgueilleux Romain rassembler les regards !

Spectacle d'infamie, esclave confondue,

Des rayons du soleil je soutiendrai la vue !

95   J'entends déjà les cris d'un peuple injurieux,

Qui va m'anéantir de la voix et des yeux.

« Est-ce là, dira-t-il, la fière Zénobie,

Qui devait sous ses lois tenir Rome asservie ?

Voilà par quel triomphe elle vient se venger,

100   Et les fers qu'aux Romains elle avait fait forger ! »

Et, tandis que mon cour dans les douleurs se noie,

Je me verrai l'objet de la publique joie !

Des vainqueurs insultée, aux vaincus en horreur,

Sur moi tout l'univers confondra sa fureur !

105   Ah ! J'en frémis déjà ; ma vertu terrassée

Succombe sous le poids d'une telle pensée.

Non, je ne verrai point ces détestables jours :

Que plutôt... Mais rompons d'inutiles discours :

Écoutons des transports dignes de mon courage ;

110   Mettons le fer, le feu, le poison en usage,

D'autres moyens encor. Toi, sans perdre de temps,

Va, cours à Sabinus, dis-lui que je l'attends.

SCÈNE II.

ZÉNOBIE, seule.

Impatients transports, enfants de ma vengeance,

Qui jetez dans mon cour un rayon d'espérance,

115   Que je me plais d'entendre, au gré de ma fureur,

Murmurer votre voix dans le fond de mon cour !

Mais vous me flattez trop, et mon âme égarée

Ne suit que la fureur dont elle est enivrée.

Malheureuse princesse ! Où vas-tu t'emporter ?

120   De quel espoir trompeur te laisses-tu flatter ?

Ce que tu n'as pu faire, et tant de rois ensemble,

Avec tous les soldats que l'Orient rassemble,

Quand ton bras s'étendait sur cent peuples divers,

Tu veux donc l'entreprendre, et seule, et dans les fers !

125   Quels secours attends-tu d'une haine impuissante ?

La couronne longtemps sur ton front fut flottante :

Tu n'as pu l'empêcher de tomber en éclats ;

Tu n'as pu conserver un seul de tant d'États,

Et tu veux d'un vainqueur mettre le trône en poudre !

130   Ton bras sur ses lauriers veut allumer la foudre !

Au milieu de son camp, dans le sein de sa cour,

Tu veux que Sabinus... Ah ! Fuyez sans retour,

Impuissants mouvements de honte et de colère !

Le ciel dans mes malheurs ne veut pas que j'espère.

135   Quand je l'implorerais, ce ne serait qu'en vain ;

À mes voux, à mes cris il est toujours d'airain.

Mais pourquoi de ses traits voudrais-je encor me plaindre ?

Trop contente en effet de ne pouvoir plus craindre,

Je ne t'accuse point, ô ciel, de tes rigueurs ;

140   Tu m'as rendue heureuse à force de malheurs ;

Quel que soit le courroux dont tu m'as poursuivie,

En me persécutant, ta fureur m'a servie ;

Et, pour fruit de tes coups, sans nombre confondus,

Je me trouve en état de n'en redouter plus.

145   Mais quoi ! Laissant en cris exhaler ma vengeance,

N'aurai-je désormais que les pleurs pour défense ?

Non, non : s'il faut tomber, que le poids de mes fers

Entraîne, s'il se peut, et Rome, et l'univers ;

Le dessein en est pris.

SCÈNE III.
Zénobie, Théone.

ZÉNOBIE.

Ah ! Reviens donc, Théone,

150   Calmer l'impatience où mon cour s'abandonne.

Que t'a dit Sabinus ? Viendra-t-il dans ces lieux ?

Le verrai-je ?

THÉONE.

Bientôt il se montre à vos yeux :

Dans ce même palais je l'ai trouvé, madame ;

Votre ordre et votre nom ont porté dans son âme

155   Un plaisir dont soudain ses yeux ont éclaté.

Mais pardonnez, madame, à ma témérité,

Si, suivant trop peut-être un transport de tendresse,

Je cherche à m'informer du trouble qui vous presse.

Aujourd'hui, plus sensible à vos cruels malheurs,

160   Le temps ne fait en vous qu'irriter les douleurs ;

De vos cris plus fréquents ces voûtes retentissent ;

De pleurs renouvelés vos beaux yeux s'obscurcissent ;

Tout me fait craindre encor quelques malheurs nouveaux.

ZÉNOBIE.

Tu ne rends pas justice à l'excès de mes maux,

165   Si tu crois que du ciel l'injuste barbarie

De ses traits courroucés puisse attaquer ma vie ;

Et tu ne connais pas l'excès de mes malheurs,

Si tu crois l'avenir bon à sécher mes pleurs.

Sur les ailes du temps la tristesse ordinaire

170   S'évanouit souvent, et devient plus légère :

Mais mes maux ne sont pas de ceux qu'il peut guérir ;

Chaque jour, chaque instant ne sert qu'à les aigrir.

Crois-tu donc qu'oubliant la gloire où j'étais née,

À ces cruels destins je me tienne enchaînée ?

175   Et que cent fois le jour, par des chemins divers,

Je ne songe en secret qu'à m'échapper des fers ?

Que dis-je ? Est-ce le terme où mon courage aspire ?

Non, ce n'est pas assez de me rendre à l'empire ;

Trop de honte en un jour a fait rougir mon front :

180   Théone, il faut du sang pour laver mon affront :

Si je n'en puis tirer par la force des armes,

On m'aime ; espérons tout du pouvoir de mes charmes.

Tu sais qu'après un siège aussi long que fâcheux,

Lasse de fatiguer le ciel de tant de voux,

185   Et d'opposer ces murs pour toute ma défense,

Sans force, sans secours, même sans espérance,

Mes plus vaillants soldats par le fer immolés,

Les remparts de Palmyre aux sillons égalés,

Je fus contrainte enfin, sans bruit, presque sans suite,

190   Dans l'ombre de la nuit d'envelopper ma fuite,

Et d'aller, m'arrachant au bras de mon vainqueur,

Du Perse à mon secours exciter la lenteur.

Déjà, tu le sais bien, ma troupe fugitive

De l'Euphrate voisin touchait presque la rive ;

195   Déjà je me croyais échappée aux Romains,

Quand Sabinus, conduit par de plus courts chemins,

De six mille chevaux qui bordaient le rivage,

Au milieu de la nuit me ferma le passage.,

Je ne te dirai point de quel déluge alors

200   Le fleuve vit rougir et ses flots et ses bords ;

Tu sauras seulement que, dans nos mains sanglantes,

Le désespoir rendit nos armes plus tranchantes.

L'astre qui nous luisait de tant de sang pâlit,

Et le jour eut horreur des crimes de la nuit.

205   Mais que peut la valeur quand le nombre est extrême ?

Je cédai sans me rendre ; et Sabinus lui-même,

En m'imposant des fers, adora mes appas,

Et mes yeux en ce jour surent venger mon bras.

Il m'aime ; et, dans l'ardeur du courroux qui m'entraîne,

210   Son amour peut servir d'instrument à ma haine :

Il souffre impatiemment que Firmin aujourd'hui

De bienfaits et d'honneurs soit plus comblé que lui ;

Ce favori nouveau l'aigrit et l'importune :

Unissons nos dédains, notre cause est commune ;

215   Je me flatte, et mon cour...

SCÈNE IV.
Sabinus, Zénobie, Théone.

THÉONE.

  Madame, le voici.

ZÉNOBIE.

Va, laisse-nous, Théone, un moment seuls ici.

SCÈNE V.
Zénobie, Sabinus.

SABINUS.

Madame, près de vous, par votre ordre on m'appelle :

Quel excès de bonheur, quelle heureuse nouvelle,

Si mes soins empressés pouvaient faire, en un jour,

220   Expirer votre haine, et naître votre amour !

ZÉNOBIE.

À quelque emportement que m'ait poussé la haine,

Je n'ai haï dans vous qu'un fils d'une romaine ;

Dans la commune horreur vous étiez confondu ;

J'ai toujours cependant reconnu la vertu :

225   Mais plus dans un Romain je la voyais paraître,

Plus je sentais ma haine en mon âme s'accroître ;

Et cette vertu même était crime à mes yeux,

Lorsque je la trouvais dans un sang odieux.

Je la garde aux Romains, cette haine infinie :

230   Voilà tout ce qui reste encor de Zénobie ;

C'est un bien qu'à mon cour on n'ôtera jamais.

Mais, sans examiner si j'aime ou si je hais,

Vous, Prince, expliquez-vous. M'aimez-vous ?

SABINUS.

Ah, Madame ?

Que du ciel en courroux la foudroyante flamme,

235   Que l'enfer sous mes pas s'ouvrant...

ZÉNOBIE.

  Je vous entends.

Ce n'est point en discours qu'il faut perdre le temps,

Un cour comme le mien hait ces secours frivoles ;

Je prétends qu'un amant, sans l'aide des paroles,

À travers des dangers courant se faire jour,

240   Au bruit de ses exploits m'apprenne son amour.

SABINUS.

C'est par mon bras aussi que je prétends, madame,

Avec des traits de sang peindre à vos yeux ma flamme.

Déterminez. Faut-il, en vous tirant des fers,

Vous replacer au trône aux yeux de l'univers ?

245   Faut-il, sous vos drapeaux, aux deux bouts de la terre,

Rallumer le flambeau d'une cruelle guerre,

Semer par tout le camp la discorde et l'horreur ?

L'amour fera pour vous l'effet de la fureur ;

Et, contre le Romain armant le Romain même...

250   Madame, à ces transports connaîtrez-vous si j'aime ?

ZÉNOBIE.

Depuis cinq ans et plus, l'Orient sous mes lois,

D'une cruelle guerre a soutenu le poids.

Le sort serait douteux ; ma rapide vengeance

Offre un plus prompt secours à mon impatience :

255   Pour servir votre amour, et mériter mon cour,

Il faut que votre bras immole à ma fureur...

SABINUS.

Prononcez.

ZÉNOBIE.

Aux transports de cet ardent courage,

Je le crois déjà mort l'ennemi qui m'outrage.

SABINUS.

N'en doutez point, madame ; il mourra de mes coups.

ZÉNOBIE.

260   La victime, du moins, sera digne de vous.

S'il était à mes yeux une plus noble tête,

On me verrait sur elle exciter la tempête :

Mais, depuis mes malheurs, il ne s'offre plus rien

Qui paraisse au-dessus du nom d'Aurélien ;

265   C'est lui qu'il faut percer. Quoi ! Ce grand cour balance !

Vous ne répondez rien ! Que m'apprend ce silence ?

Parlez.

SABINUS.

Madame, hélas ! Le crime...

ZÉNOBIE.

Finissez...

SABINUS.

L'empereur...

ZÉNOBIE.

Quoi !

SABINUS.

Les dieux... Ah ! Vous me haïssez

Plus que tous les Romains, plus que l'empereur même.

ZÉNOBIE.

270   Et qui vous fait juger de cette horreur extrême ?

Est-ce donc vous haïr que de mettre en vos mains

Le succès important de mes hardis desseins ?

Qu'importe que l'amour ou la haine m'inspire ?

N'est-ce pas vous ouvrir un chemin à l'empire ?

275   Qu'espérez-vous encor ? Quand on y peut monter,

Est-il quelque moyen qu'on ne doive tenter ?

Vous n'aurez pas plus tôt embrassé ma vengeance,

Que l'Orient, en vous respectant ma puissance,

Incertain, sous le joug viendra de toutes parts

280   Se ranger en un jour près de vos étendards ;

Vous verrez près de vous les brigands de Syrie,

Ce qu'arme de soldats l'une et l'autre Arabie,

La Perse, sous vos lois dressant ses pavillons,

De ses meilleurs soldats grossir vos bataillons :

285   Les habitants épars des sommets de Nyphate,

Ceux qu'arrose le Tigre, et qui boivent l'Euphrate ;

Tous ces peuples armés sauront dessous vos lois

Contre tout l'univers justifier vos droits.

La fortune en ce jour au trône vous appelle,

290   Jamais l'occasion ne peut être plus belle :

La discorde partout déchire les Romains ;

L'Italie est en proie aux fureurs des Germains ;

Titricus en Espagne, aidé de Victorie,

A d'un joug importun fini la barbarie ;

295   Et Firmus, ralliant les mécontents épars,

Fait sur les bords du Nil flotter ses étendards.

Vous ne répondez rien ! Qu'ai-je encore à vous dire ?

Vous êtes insensible aux honneurs d'un empire,

Aussi bien qu'à ma voix, qui ne vous touche pas.

300   Si le trône du monde a pour vous peu d'appas,

Hélas ! Puis-je espérer que quelques faibles charmes,

Inutiles secours, vaines et faibles armes,

Seront de quelque prix, exposés à vos yeux ?

Que les coups redoublés d'un sort injurieux,

305   Que les cruels malheurs dont je suis la victime... ?

SABINUS.

Ne peut-on vous venger, hélas ! Que par un crime ?

ZÉNOBIE.

Non, ce n'est pas le crime, ingrat qui te fait peur ;

La crainte de la mort saisit ton lâche cour.

As-tu frémi toujours à cette voix austère

310   Que fait entendre au cour une vertu sévère ?

As-tu fait autrefois de semblables efforts

Pour dérober ton cour aux horreurs d'un remords ?

C'est donc une vertu de m'arracher au trône,

D'enlever sur ma tète une juste couronne,

315   De mettre dans mes mains, pour un sceptre, des fers,

Et d'un sang innocent inonder l'univers ?

À de telles vertus ton âme est tout ouverte :

Mais, quand il faut saisir l'occasion offerte

Pour purger l'univers d'un tyran odieux,

320   Et venger en un jour les hommes et les dieux ;

Qu'il faut briser les fers d'une reine innocente,

Et rendre la vertu du vice triomphante :

Voilà, voilà le crime, et les lâches forfaits

Que ton cour innocent ne tentera jamais !

325   Va, lâche, mériter les feux d'une Romaine ;

Je crains plus ton amour que je ne fais ta haine ;

Je rougis que mes yeux en ce jour aient blessé

Un cour que cette main devrait avoir percé.

Va, cours à l'empereur conter ma perfidie ;

330   Dis-lui les attentats que conçoit Zénobie :

Mais hâte-toi ; peut-être avant la fin du jour

Le désespoir m'aura vengé de ton amour.

SCÈNE VI.

SABINUS, seul.

Dieux ! Qu'est-ce que j'entends, et quelle est ma disgrâce !

À quoi m'engage-t-on ? Que veut-on que je fasse ?

335   Moi, j'irai mériter, par un lâche attentat,

Les titres d'assassin, de perfide, d'ingrat !

Quoi ! L'on verra ma main, jusqu'alors innocente,

Du sein d'un empereur sortir toute fumante !

D'un prince qui pour moi prodiguant ses faveurs...

340   Non, je ne puis penser à de telles horreurs ;

Tout mon sang en frémit. Trop cruelle princesse,

Faut-il par des fureurs vous prouver ma tendresse ?

Si, pour se faire aimer, il n'est que ce chemin,

Laissez du moins au meurtre accoutumer ma main ;

345   Laissez-moi m'essayer sur de moindres victimes,

Et ne commençons point par le plus noir des crimes.

ACTE II

SCÈNE I.
Aurélien, Sabinus.

SABINUS.

Quoi ! Seigneur, quand le ciel, secondant vos guerriers,

Lui-même au champ de Mars cultive vos lauriers,

Au milieu des malheurs que sa main vous envoie,

350   Votre cour abattu se refuse à la joie !

Vous seul, d'un noir chagrin partout environné,

Plus qu'aucun des vaincus paraissez consterné !

Tout rit à vos désirs, dans vos mains Zénobie

Vous répond du destin du reste de l'Asie ;

355   Et César maintenant peut nous dire, à son choix,

Combien, pour son triomphe, il destine de rois.

AURÉLIEN.

Cher ami, ce grand jour éclairera ma honte ;

Et, parmi tant de rois, je crains qu'on ne me compte.

SABINUS.

Seigneur, que craignez-vous ? Quelle vaine terreur

360   Vous dérobe à vous-même, et saisit votre cour ?

Depuis que l'Orient est joint à votre empire,

Est-il quelque conquête où votre bras aspire ?

Le soleil, trop content d'éclairer vos États,

Ne s'y lasse jamais, et ne s'y couche pas :

365   Vous commandez, seigneur, du couchant à l'aurore,

Le Scythe vous révère, aussi bien que le Maure :

Le Tage avec le Rhin s'incline devant vous,

Et d'un juste tribut honore vos genoux.

D'où naît dans votre cour l'ennui qui vous traverse ?     [2]

370   De quelques mouvements soupçonnez-vous la Perse ?

Et, tenant dans vos fers Zénobie et Sapor,

Est-il quelque ennemi que vous craigniez encor ?

AURÉLIEN.

Non, non, je ne crains plus d'ennemis que moi-même :

Cher Sabinus, enfin, te le dirai-je ? J'aime.

SABINUS.

375   Vous aimez ! Vous, seigneur, à l'amour immolé !

AURÉLIEN.

Jamais de plus de feux un cour ne fut brûlé ;

Et jamais empereur, suivi de la victoire,

Ne se vit plus à plaindre au comble de la gloire.

Pour garantir mon cour d'un funeste poison,

380   J'appelle à mon secours ma fierté, ma raison ;

J'oppose à mon amour mon rang et ma naissance,

Le sénat, la vertu, vingt ans d'indifférence :

Hélas ! Tout me trahit et me quitte en un jour ;

Fierté, raison, vertu, tout me livre à l'amour.

385   Oui, je te l'avouerai, depuis cette journée

Que le ciel par malheur rendit trop fortunée,

Où ton bras triomphant ramena dans ces lieux

Une princesse, hélas ! trop charmante à mes yeux,

Je ne me connais plus, ma grandeur m'importune ;

390   Je condamne les dieux, j'accuse la fortune ;

J'erre dans ce palais, inquiet, incertain ;

Je fuis, mais vainement, j'ai le trait dans le sein.

À tout moment, l'objet dont mon âme est blessée

Est présent à mes yeux, et flatte ma pensée ;

395   En vain de cet objet je tâche à m'écarter ;

Je veux me fuir moi-même, et ne puis m'éviter.

Que ne la laissais-tu, la princesse orgueilleuse,

Porter aux ennemis sa beauté dangereuse ?

Pourquoi l'arrêtais-tu sur le point d'échapper ?

400   Pour me servir, hélas ! N'osais-tu me tromper ?

Ne présumais-tu pas, en voyant tant de charmes,

Que la victoire un jour me coûterait des larmes ?

Et ton bras pouvait-il, la mettant dans mes mains,

Jamais faire un présent plus funeste aux Romains ?

SABINUS.

405   Dieux ! Qu'est-ce que j'entends ? Quelle foudre imprévue !

Mon âme à ce revers s'était-elle attendue ?

Quoi ! Sur une captive attachant vos regards,

Vous pourriez démentir la fierté des Césars !

AURÉLIEN.

Ah, cruel ! Qu'as-tu fait ?

SABINUS.

Ce que je devais faire,

410   Ce qu'au bien de l'État il était nécessaire ;

Et l'Orient, soumis à vos lois pour jamais,

Assure à tout l'empire une éternelle paix.

AURÉLIEN.

Et que m'importe, hélas ! Du repos de la terre ?

Que me sert d'étouffer le flambeau de la guerre,

415   Si j'allume en mon sein des feux plus violents,

Et dérobe à mon cour le repos que je sens ?

Tout l'Orient conquis, l'Afrique avec l'Asie,

Ne me rendront jamais ma liberté ravie ;

Et l'univers entier est pour un empereur

420   Trop cher, quand il le doit acheter de son cour.

J'aime cependant, j'aime ; et, malgré moi, mon âme

Est en proie aux fureurs de sa nouvelle flamme :

Ce feu trop retenu ne peut plus se celer,

Et je ne puis, enfin, et me taire et brûler.

425   Rome, dans ce moment, et l'armée, attentives,

Attendent quel sera le destin des captives ;

Ce jour le prescrira : je destine au soleil

D'un sacrifice heureux le pompeux appareil.

J'attends tout de tes soins ; va, que le camp s'apprête

430   À célébrer l'éclat d'une si grande fête.

Pour rendre à l'univers ce jour encor plus beau,

L'hymen en ma faveur brûlera son flambeau.

Ismène, dans ces lieux par mon ordre conduite,

Va bientôt de son sort par ma bouche être instruite ;

435   Je l'attends. Mais on vient ; ma gloire et mon amour

Se reposent sur toi de l'éclat de ce jour.

SCÈNE II.
Aurélien, Firmin.

AURÉLIEN.

Hé bien, Firmin ! Hé bien ! Verrai-je la princesse ?

Viendra-t-elle en ces lieux ?

FIRMIN.

Seigneur, elle s'empresse

À remplir vos désirs, et bientôt, sur mes pas,

440   Ismène à vos regards viendra s'offrir.

AURÉLIEN.

Hélas !

FIRMIN.

Vous soupirez, seigneur, et votre âme abattue

Semble, dans ce moment, redouter cette vue.

Vous tremblez !

AURÉLIEN.

Je rougis du trouble où tu me vois.

Toute ma fierté cède au feu que je conçois ;

445   Et l'amour, me forçant à rompre le silence,

Par ce honteux aveu commence sa vengeance.

Firmin, je fais venir Ismène dans ces lieux

Pour soumettre mon cour au pouvoir de ses yeux,

Lui dire qu'un hymen à mes jours nécessaire

450   Doit nous joindre aujourd'hui.

FIRMIN.

  Seigneur, qu'allez-vous faire ?

Vous savez quel empire est commis à vos soins.

AURÉLIEN.

Je serais plus heureux, si je le savais moins.

FIRMIN.

Je tremble des malheurs que le ciel vous apprête :

À combien de fureurs offrez-vous votre tête !

455   Je vois déjà, seigneur, vos chefs et vos soldats,

D'un prétexte apparent couvrant leurs attentats,

Et se nommant tout haut vengeurs de la patrie,

Obéir en secret à leur propre furie.

La haine des Romains, ardents à se venger,

460   Ne souffre point au trône aucun sang étranger :

Cent massacres fameux en ont teint notre histoire.

Vous aurez beau, seigneur, opposer votre gloire,

Des moissons de lauriers, votre rang, vos vertus,

Des rois chargés de fers, des tyrans abattus :

465   En vain de ces remparts vous voudrez vous défendre,

Quand la liberté parle, on ne veut rien entendre.

Le Romain, attentif à ses premiers destins,

Ne verra plus en vous que le sang des Tarquins ;

Et cet affront rendant ses fureurs légitimes,

470   De toutes vos vertus il vous fera des crimes.

AURÉLIEN.

Ainsi que toi, Firmin, je prévois les malheurs

Où d'un aveugle amour m'exposent les erreurs :

Mais je verrais la foudre à partir toute prête

S'allumer dans les cieux et menacer ma tête,

475   La foudre et ses éclats ne pourraient m'alarmer :

Le sort en est jeté, j'aime, et je veux aimer.

Que le sénat, jaloux de cet hymen, murmure,

Qu'il arme l'univers pour venger cette injure,

Contre tout l'univers je soutiendrai mes droits,

480   Et saurai me soustraire au caprice des lois :

Je maintiendrai sans lui l'honneur du diadème ;

On me l'a confié, j'en rends compte à moi-même :

Qu'on s'en rapporte à moi ; la gloire des Romains

Ne peut être remise en de meilleures mains.

485   Depuis que j'ai reçu les rênes de l'empire,

Aux lois de mon devoir j'ai pris soin de souscrire ;

Et dans ce dur chemin où j'ai su m'avancer,

Ce n'est pas s'égarer que de s'y délasser.

FIRMIN.

Oui, seigneur, jamais Rome, en un jour de victoire,

490   De traits plus glorieux ne marqua son histoire ;

L'éclat dont aujourd'hui le sénat est frappé,

N'est que de votre gloire un rayon échappé :

Mais vous devez encore arracher à l'envie

Les traits dont elle peut attaquer votre vie,

495   Ne pas vous en remettre à nos neveux déchus

À peser vos erreurs avecque vos vertus.

Du chemin de la gloire on ne saurait descendre

Que la trace n'en soit difficile à reprendre :

En vain par mille exploits on a su s'avancer,

500   Pour un égarement il faut recommencer.

Il ne sied qu'au cour faible, aux hommes ordinaires,

À se lasser bientôt dans ces routes austères,

Et se flatter encor, fiers et présomptueux,

Qu'un seul jour de vertu peut faire un vertueux.

505   Ah ! Qu'il est beau, seigneur, au vainqueur de la terre,

Qui déchaîne à son gré le démon de la guerre,

Qui tient tout sous ses lois, de borner son pouvoir

Au terme généreux prescrit par son devoir ;

De laisser sa vertu seule dans la balance

510   L'emporter sur le poids de toute sa puissance !

AURÉLIEN.

Tous tes conseils, Firmin, ne sont plus de saison,

Et mes sens égarés ont séduit ma raison ;

Une secrète voix, qui ne saurait se taire,

Me prescrit mieux que toi ce que je devrais faire,

515   Et contre cet amour m'aurait fait révolter,

Si mon cour un moment avait pu l'écouter.

Que fais-je cependant dont ma gloire s'offense ?

Me voit-on de l'empire oublier la défense ?

Quels tyrans sont en paix ? Quels Romains sont proscrits ?

520   Mes arrêts au sénat de sang sont-ils écrits ?

L'univers me voit-il, couvert d'ignominie,

Traîner dans le repos une indolente vie ?

Pour fruit de mes travaux, pour prix de mes exploits,

Je ne veux qu'être un jour arbitre de mon choix.

525   Suis-je donc du sénat ou le maître ou l'esclave ? '

Attendrai-je à la fin qu'il m'insulte et me brave,

Qu'il décide mon sort ? Firmin, n'en parlons plus,

L'amour est mon vainqueur ; tes soins sont superflus.

Mais on vient. Que je sens de trouble dans mon âme !

SCÈNE III.
Aurélien, Ismène, Firmin, Théone.

AURÉLIEN.

530   Souffrez qu'à vos regards je m'offre ici, madame,

Non plus comme autrefois, que l'horreur et l'effroi

Marquaient partout mes pas et volaient devant moi :

Je viens, plein des transports d'une flamme indiscrète,

D'un cour qui vous adore avouer la défaite,

535   Me mettre dans vos fers, et dire, à vos genoux,

Qu'il n'est plus dans ces lieux d'autre vainqueur que vous.

ISMÈNE.

Seigneur, un tel discours a de quoi me surprendre ;

J'en demeure interdite, et ne le puis comprendre.

Je n'ai pas oublié qu'un funeste revers,

540   Après de vains efforts, m'a mise dans vos fers :

Rebut de la fortune, esclave infortunée,

Je sais à quels malheurs le sort m'a condamnée ;

Et le plus grand de tous, sans espoir, sans secours,

C'est de n'avoir encor vécu que peu de jours.

545   Puis-je au milieu des fers conserver quelques charmes ?

Tout le feu de mes yeux s'est éteint dans mes larmes ;

Et je les punirais, si leur coupable ardeur

Avait, en vous touchant, si mal servi mon cour.

AURÉLIEN.

Madame, je sais bien qu'un soupir dans ma bouche

550   Allume votre haine, et vous rend plus farouche ;

Que vous changez le nom d'empereur, de vainqueur,

En celui de tyran et de persécuteur :

Mais enfin, si jamais dans une âme hautaine,

Par un effort d'amour on peut vaincre la haine,

555   Malgré tous vos dédains, je suis sûr d'être heureux.

Madame, on n'a jamais ressenti tant de feux ;

Et, quel que soit l'excès de votre horreur extrême,

Votre cour me hait moins que le mien ne vous aime.

Si c'est assez pour vous qu'un empire romain,

560   Je vous l'offre en ce jour, madame, avec ma main.

ISMÈNE.

À moi, seigneur ! À moi ! Songez...

AURÉLIEN.

À vous, madame.

Quel don plus précieux vous prouverait ma flamme ?

Un empereur, bientôt maître de l'univers,

Serait-il un captif indigne de vos fers ?

ISMÈNE.

565   Je l'avouerai, seigneur, une telle victoire

N'éblouit point mes yeux par l'éclat de sa gloire,

Et je dois renoncer sans peine à la grandeur

Qu'il faudrait acheter aux dépens de mon cour.

Il ne m'est plus permis d'accepter de couronne,

570   Si Sapor, plus heureux, à mon front ne la donne ;

Et même le présent de l'empire romain

M'est odieux, seigneur, offert d'une autre main.

AURÉLIEN.

Que m'apprenez-vous donc ? Et que m'osez-vous dire ?

Sapor ?... Si de sa main vous attendez l'empire,

575   Vos voux avec les siens vers le ciel adressés

Ne seront pas encor dans ce jour exaucés.

Je crois peu que l'état où le ciel l'abandonne

Soit le plus court chemin pour arriver au trône :

Je pourrais me tromper ; et, pour sortir des fers,

580   Peut-être que Sapor a cent chemins ouverts.

Mais, sans trop pénétrer, peut-on savoir, madame,

Par quel heureux secret il a touché votre âme ?

Car enfin vous l'aimez.

ISMÈNE.

Seigneur, jusqu'à ce jour

Mon cour ignore encor ce que c'est que l'amour.

585   J'avouerai seulement qu'en ma plus tendre enfance,

Quand mes jours plus sereins coulaient dans l'innocence

Une mère, avant moi, formant ces nouds si doux,

Me choisit, de sa main, ce prince pour époux.

Depuis ce temps, hélas ! Source d'inquiétude,

590   Je me fais de le voir une douce habitude ;

Chaque jour, chaque instant vient irriter l'ardeur

Qui, flattant mes désirs, s'empare de mon cour.

Quand je le vois, seigneur, une furtive joie

Dans nies yeux indiscrets malgré moi se déploie ;

595   Mon cour, en ce moment, de plaisir pénétré,

Vole au-devant de lui, dans mon sein trop serré :

Quand je ne le vois plus, une langueur secrète

Entretient les ennuis d'une flamme inquiète ;

Et, séduite souvent d'un souvenir flatteur,

600   Je le cherche et lui parle en secret dans mon cour.

Mes yeux ne s'ouvrent plus que pour voir ses alarmes,

Que pour le regarder, ou pour verser des larmes :

Plus sensible à ses maux que je ne suis aux miens,

Mes fers sont à mon bras moins pesants que les siens ;

605   Je le plains plus cent fois qu'il ne se plaint lui-même.

Ah ! Si l'on aime ainsi, j'avouerai que je l'aime.

AURÉLIEN.

N'en doutez point, madame, à ces signes secrets

On reconnaît assez l'amour et ses effets ;

Par de plus doux transports il ne saurait paraître.

ISMÈNE.

610   J'ai donc senti l'amour, seigneur, sans le connaître :

À ce tendre penchant mon .cour accoutumé

De sa naissante ardeur ne s'est point alarmé.

Trouvant dans mon amour mon devoir même à suivre,

J'ai commencé d'aimer en commençant à vivre ;

615   Et, le temps confirmant mes feux de jour en jour,

Sapor n'a plus tenu mon cour que de l'amour.

Je ferais plus encor ? Je donnerais ma vie

Pour lui rendre un moment sa liberté ravie.

Oui, prince, je te l'offre, et je meurs à tes yeux ;

620   Puisse ma mort calmer la colère des dieux !

Trop contente, en mourant, de te le pouvoir dire :

Ayant vécu pour toi, c'est pour toi que j'expire.

Mais ma raison s'égare, et je me sens troubler.

Seigneur, en ce moment, je croyais lui parler.

AURÉLIEN.

625   À ces égarements, à ces transports, madame,

Vous m'instruisez assez des ardeurs de votre âme ;

Mais apprenez aussi qu'un empereur romain

N'est point accoutumé de soupirer en vain ;

Qu'un amant, couronné de plus d'un diadème,

630   Prétend être entendu quand il a dit qu'il aime.

Pour ne devoir qu'à vous le don de votre cour,

J'oubliais tous les noms de maître, de vainqueur ;

Et, m'abandonnant trop aux transports de mon âme,

Je ne me suis paré que de ma seule flamme.

635   Mais, madame, un moment songez ce que je puis,

Qui vous êtes, quel est Sapor, et qui je suis ;

Songez que de nommer un rival qui m'offense

C'est presque de sa mort prononcer la sentence :

Je vous laisse y penser.

SCÈNE IV.
Ismène, Théone.

ISMÈNE.

Théone, qu'ai-je dit ?

640   Quel trouble en ce moment vient saisir mon esprit ?

Quel aveu, quel discours est sorti de ma bouche !

N'as-tu pas remarqué cet air sombre et farouche,

Ces regards incertains, où j'ai lu la fureur

Et les jaloux transports qui déchirent son cour ?

645   Il mourra donc, Théone ! Et parce que je l'aime,

Il faudra que ma main l'assassine elle-même !

C'était peu qu'en ces lieux, conduit par son amour,

Il eût abandonné les grandeurs de sa cour ;

Que, prodiguant pour moi son sang avec sa vie,

650   Son bras de fers honteux sentît la barbarie ;

Je n'avais pas encore assez rempli son sort,

Et j'étais réservée à lui donner la mort.

Hélas ! Tout me trahit ; et toi-même, cruelle !

Voilà, voilà l'effet de ta main criminelle :

655   C'est toi qui, ce matin, par des soins imprudents

As voulu me parer de ces vains ornements ;

C'est toi qui, par ces nouds, dont l'appareil m'offense,

De mes cheveux épars as dompté la licence ;

C'est ce zèle indiscret, que je n'approuvais pas,

660   Qui rallume l'éclat de mes faibles appas.

Ah, que tes soins cruels me vont coûter de larmes !

THÉONE.

Madame, quelque temps suspendez vos alarmes ;

Le ciel, en ce moment touché de vos malheurs,

Se prépare à tarir la source de vos pleurs ;

665   Il vous ouvre un chemin pour monter à l'empire :

Il ne tient plus qu'à vous.

ISMÈNE.

Ah ! Que m'oses-tu dire,

Cruelle ? Et jusque-là tu peux donc me haïr ?

Ta bouche, avec ta main, s'emploie à me trahir.

J'irais, du vain éclat d'un empire éblouie,

670   Aux yeux de l'univers montrer ma perfidie !

Et, pour un faux brillant, je vendrais en un jour

Fierté, haine, parents, gloire, vengeance, amour !

Moi, j'irais, me couvrant d'une honte éternelle,

Justifier les noms d'ingrate, d'infidèle !

675   Ah ! Périsse en mon cour ce dessein odieux !

Je tremble, je frémis. Que plutôt à tes yeux...

Mais allons l'informer de tout ce qui se passe ;

Tâchons de détourner le coup qui le menace ;

À ses mortels ennuis je vais mêler mes pleurs.

680   Dieux ! Devrait-il s'attendre encore à ces malheurs ?

ACTE III

SCÈNE I.
Sapor, Ismène.

SAPOR.

Est-il vrai ? Le croirai-je, adorable princesse ?

Quoi ! Votre cour encor dans mon sort s'intéresse !

Trahi de tous côtés, vaincu de toutes parts,

Je puis, sans vous blesser, m'offrir à vos regards !

685   Vous me voyez sans peine ; et ces yeux pleins de charmes

Daignent pour moi s'ouvrir et répandre des larmes !

Pour moi vous préférez la honte de vos fers

Aux honneurs éclatants de cent sceptres offerts !

Un mot changeait l'état de votre destinée ;

690   Vous remontiez au trône auquel vous étiez née ;

Et le ciel aujourd'hui, par un juste retour,

Vengeait les coups du sort par les coups de l'amour.

Cependant, plus sensible au feu qui vous inspire,

Vous abandonnez tout, gloire, grandeurs, empire,

695   Pour qui ? Pour un captif accablé de malheurs,

Qui ne peut désormais vous offrir que des pleurs,

D'un trône abandonné frivole récompense ;

Et, pour comble d'ennui (j'en rougis quand j'y pense),

Ce prince aimé de vous, que vous favorisez,

700   Ne vous rendra jamais ce que vous refusez.

ISMÈNE.

Ah, prince ! Dès longtemps par le sort poursuivie,

J'ai prévu les malheurs qui menaçaient ma vie,

Et j'ai toujours bien cru qu'il fallait m'exercer

Au mépris des grandeurs où j'allais renoncer.

705   Je m'en suis déjà fait une longue habitude ;

Mais mon cour à changer n'a point mis son étude,

Et je n'ai jamais cru devoir l'accoutumer

Au malheur imprévu de ne vous point aimer.

Peut-être à mon amour me laissai-je séduire :

710   Mais, à quelque grandeur où m'élève l'empire,

Le don de votre cour, cher prince, est, à mes yeux,

Un présent mille fois encor plus précieux.

SAPOR.

Songez-vous qui je suis ? Ah, princesse charmante !

Mon âme en ce moment sur mes lèvres errante,

715   Pour s'échapper de moi n'attend plus qu'un soupir !

C'est trop pour un mortel ressentir de plaisir :

Arrêtez ces torrents où mon âme se noie,

Et Sapor n'est pas fait pour expirer de joie.

ISMÈNE.

Hélas ! Que ces plaisirs vous coûteront de pleurs !

720   Mon amour est pour vous le dernier des malheurs ;

Craignez que l'empereur...

SAPOR.

Hé ! Que pourrais-je craindre ?

Est-il quelque revers dont je puisse me plaindre ?

Hélas ! Quand une fois on a vu vos appas,

Il n'est plus d'autre mal que de ne vous voir pas,

725   Plus de bien que d'avoir un cour tendre, et capable

De vous aimer autant que vous êtes aimable.

ISMÈNE.

Hélas ! Pour tant d'ardeur, pour prix de tant d'amour,

Que fais-je ? Je conspire à vous ravir le jour ;

D'un dangereux rival j'aigris la jalousie,

730   J'allume ses transports, j'excite sa furie :

Irrité d'un refus qu'il croit injurieux,

Il vengera sur vous le crime de mes yeux.

D'une secrète horreur mon âme prévenue,

Ne jouit qu'en tremblant du bien de votre vue :

735   Je crains pour moi, pour vous ; et lorsque je vous vois,

Je crois toujours vous voir pour la dernière fois.

SAPOR.

Pour la dernière fois ! Trop de bonté, madame,

Vous presse à partager les ennuis de mon âme.

Un prince qui n'a pu détourner vos malheurs

740   Mérite-t-il encor de causer vos frayeurs ?

L'univers me verra, victime toujours prête,

Attendre les couteaux suspendus sur ma tête :

Un mot de votre bouche, un regard de vos yeux,

Réparent pour toujours un sort injurieux ;

745   Et l'on oublie assez son injustice extrême,

Lorsque l'on se souvient seulement qu'on vous aime.

ISMÈNE.

Pour détourner les maux prêts à vous opprimer,

Souvenez-vous, hélas ! De ne me plus aimer.

SAPOR.

Moi, ne vous plus aimer ! Ma tendresse offensée

750   Ne soutient point l'horreur d'une telle pensée.

Moi, ne vous plus aimer ! Et quel affreux démon

Verserait dans mon cour ce funeste poison ?

Pourrais-je imaginer un revers plus funeste ?

Je vous aime, et c'est là le seul bien qui me reste.

755   Hélas ! J'ai tout perdu ; prêt à perdre le jour,

Permettez-moi du moins de garder mon amour.

Mon cour, en vous faisant un ardent sacrifice,

Du destin courroucé peut braver la malice :

Pénétré de vos feux, c'est vous qui m'animez,

760   Et je ne vis enfin qu'autant que vous m'aimez :

Heureux, s'il m'est permis, en dépit de l'envie,

De finir à vos pieds ma déplorable vie !

ISMÈNE.

Hélas ! Qu'avez-vous fait ?

SCÈNE II.
Aurélien, Sapor, Ismène, Firmin, Théone.

ISMÈNE.

J'aperçois l'empereur.

Ciel, détourne les maux que présage mon cour !

AURÉLIEN.

765   Je vois avec chagrin qu'en ces lieux ma présence

De vos ardents transports calme la violence ;

Si j'avais cru troubler des entretiens si doux,

Je me serais gardé de m'offrir devant vous.

Si j'en crois mes regards, dans l'excès de ce zèle,

770   Vous lui juriez, madame, une amour éternelle ;

Et, plein du même feu, je crois qu'à votre tour,

Prince, vous lui juriez une éternelle amour,

SAPOR.

Vos yeux, en ce moment, n'ont point su vous séduire ;

Tout ce que sa beauté me permet de lui dire,

775   Ce que pense un amant de ses feux pénétré,

Ma bouche lui disait, quand vous êtes entré.

AURÉLIEN.

Mais vous ne deviez pas, prince, si tôt suspendre

Le cours impétueux d'un entretien si tendre ;

J'aurais été témoin de vos ardents discours.

SAPOR.

780   Si j'en crois votre bouche, elle use de détours.

AURÉLIEN.

Je n'en ai pas besoin ; je sais ce que peut dire

L'amour le plus puissant, quand le malheur l'inspire :

Mais, prince, je ne sais si vous êtes instruit

Quel dangereux rival vous traverse et vous nuit.

785   Vous a-t-on fait savoir qu'il fallait dans votre âme

Étouffer les ardeurs d'une indiscrète flamme ;

Que l'empire d'un cour que le sort m'a donné

Est un bien qu'en secret je me suis destiné ;

Qu'aucun autre que moi ne doit plus y prétendre ?

SAPOR.

790   Oui, prince, je le sais ; on vient de me l'apprendre :

Mais j'ignorais encor que le sort des combats

Pût disposer d'un cour, ainsi qu'il fait d'un bras ;

Et que les mêmes fers dont on charge une tête

Dussent toujours d'une âme assurer la conquête.

795   Il est vrai qu'en tout temps un puissant empereur

À travers cent rivaux se fait jour dans un cour :

Tout fléchit devant lui, tout cède, tout fait place ;

C'est pour une mortelle encore trop de grâce

De recueillir l'honneur d'un sévère regard

800   Que sa bonté sur elle a jeté par hasard.

Mais il est certains cours, si j'ose ici le dire,

Qu'on n'éblouirait pas de l'offre d'un empire,

Et qui, dès leur naissance au trône accoutumés,

Même à des empereurs pourraient être fermés.

AURÉLIEN.

805   S'il s'en trouvait quelqu'un, une juste puissance

M'assurerait toujours de son obéissance :

Un pouvoir redoutable entraîne à soi l'amour.

SAPOR.

C'est ainsi qu'on emporte un cour en cette cour ?

AURÉLIEN.

D'une esclave orgueilleuse on sait tirer vengeance ;

810   Et l'on y sait, de plus, réprimer l'insolence.

SAPOR.

Insultez, triomphez : peut-être en d'autres temps

Vous m'eussiez épargné ces discours insultants ;

Avant qu'aux champs fumants d'Émesse et de Larisse

Le ciel de mes malheurs se fut rendu complice,

815   Lorsque vos bataillons étonnés n'osaient pas

Soutenir les éclairs du fer de mes soldats,

Incertains du succès que nous devions attendre,

Ces mots dans votre bouche auraient pu se suspendre ;

Ce temps, dont vous pourriez encor vous souvenir,

820   Peut-être malgré vous pourrait-il revenir.

AURÉLIEN.

En tout temps, en tous lieux, en me voyant paraître,

Prince, vous avez dû respecter votre maître ;

Et, d'un mot ? Je vous puis empêcher de revoir

Ce temps qui vainement flatte encor votre espoir.

SAPOR.

825   Le coup devrait avoir prévenu la menace.

AURÉLIEN.

Le coup devrait avoir humilié l'audace

D'un esclave orgueilleux.

SAPOR.

Dites mieux, d'un rival.

AURÉLIEN.

L'un et l'autre en ce jour mérite un sort égal,

Et tous deux à mes yeux ne sont que trop coupables.

SAPOR.

830   Peut-être d'autres yeux me sont plus favorables.

AURÉLIEN.

Redoutez leur faveur.

SAPOR.

Je crains plus leur courroux.

AURÉLIEN.

Je vous trouve bien vain.

SAPOR.

Mais du moins peu jaloux.

AURÉLIEN.

Prince, si vous l'étiez, vous seriez moins à plaindre.

SAPOR.

D'un rival tel que vous je sais ce qu'on doit craindre ?

835   Et je demanderais, pour être satisfait,

D'être aimé seulement autant que l'on vous hait.

Il sort.

ISMÈNE, à Sapor, qui sort.

Prince, que dites-vous ?

SCÈNE III.
Aurélien, Ismène, Firmin, Théone.

AURÉLIEN.

Ah ! C'est trop de licence ;

C'est trop par des raisons fatiguer ma constance :

Laissons de mon courroux ralentir les éclats.

840   Autant que l'on me hait !...

ISMÈNE.

  Ah ! Ne le croyez pas.

AURÉLIEN.

Je ne le crois que trop : mais si l'on me dédaigne,

Par de plus sûrs moyens j'obtiendrai qu'on me craigne.

Redoutez les transports d'un aveugle courroux ;

Tremblez pour lui, madame, et peut-être pour vous.

845   L'un et l'autre à mes yeux est déjà trop coupable,

Lui de vous trop aimer, vous d'être trop aimable.

Je ne vois en Sapor qu'un criminel d'État ;

Tout demande sa mort, l'armée et le sénat :

Ce n'est plus un rival que mon courroux opprime,

850   Je dois à l'univers cette grande victime,

Et je rends grâce au ciel de pouvoir, en un jour,

Satisfaire ma gloire, et venger mon amour.

ISMÈNE.

Non, le ciel ne veut point une telle injustice :

S'il vous demande encore un nouveau sacrifice,

855   Qui retient votre bras ? Frappez, qu'attendez-vous ?

Voilà le cour qui doit expirer de vos coups.

AURÉLIEN.

Déjà Sapor devrait être réduit en poudre ;

Mais je veux quelque temps suspendre encor la foudre :

Je fais plus, je vous fais arbitre de son sort ;

860   Vous tenez dans vos mains et sa vie et sa mort :

Allez le voir, madame, et lui faites entendre

Qu'aux droits de votre cour il ne doit plus prétendre,

Que vos feux à jamais pour lui sont consumés,

Et qu'enfin aujourd'hui c'est moi que vous aimez.

ISMÈNE.

865   Il mourra donc, grands dieux ! Quoi ! Ma bouche perfide

Pourra lui proférer ce discours parricide !

Et, quand je le pourrais, ah ! Ne serait-ce pas,

Loin de sauver ses jours, avancer son trépas ?

Puisque vous et les dieux voulez cette victime,

870   Vous l'avez commencé, finissez votre crime :

Si la mort est l'objet de vos lâches desseins,

Qu'il meure par vos coups, et non pas par les miens.

AURÉLIEN.

Enfin par la pitié ma haine retenue

Peut avoir désormais toute son étendue.

875   Vous le voulez, madame ; et je vous ferais tort,

Si je m'intéressais plus que vous à son sort.

Je puis donner l'essor à ma juste vengeance ;

Armons-nous, punissons un rival qui m'offense ;

Qu'il meure. En le voyant sans vie à vos genoux,

880   Madame, en ce moment n'en accusez que vous.

Il va pour sortir.

ISMÈNE, l'arrêtant.

Ah, seigneur ! Arrêtez ; je suis prête à tout faire :

J'immolerai l'amour et l'amant, pour vous plaire ;

Je vais lui prononcer l'arrêt de son .trépas ;

J'y cours ; je lui dirai que je ne l'aime pas.

885   Que je ne l'aime pas ! Eh ! Le pourra-t-il croire ?

Peut-être dans mes yeux il lira le contraire.

Mais n'importe ; ma bouche, arrêtant leurs effets,

Lui dira, s'il le faut encor, que je le hais.

Que ne ferais-je point pour lui sauver la vie !

AURÉLIEN.

890   Ne vous figurez pas que mon âme éblouie

Parmi ces sentiments n'aille se faire jour ;

À travers cette haine on verra votre amour.

C'est pour moi, je l'avoue, une faible victoire ;

Je sais d'un tel discours ce que j'en devrai croire ;

895   Dans cet aveu contraint, source de votre ennui,

Votre bouche est pour moi, votre cour est pour lui.

Mais enfin je vaincrai l'orgueil d'un téméraire ;

Et, puisque vous m'ôtez tout espoir de vous plaire,

Je le dirai, cruelle, il m'est presque aussi doux

900   D'être haï de lui, que d'être aimé de vous.

SCÈNE IV.
Zénobie, Aurélien, Ismène, Firmin, Théone.

ZÉNOBIE, à Aurélien.

Il se répand un bruit que je ne crois qu'à peine ;

On dit que dans ce jour vous épousez Ismène :

Ce bruit de bouche en bouche est jusqu'à moi venu,

Et dans tout ce palais se trouve répandu.

905   D'un doute qui m'outrage éclaircissez mon âme,

Épousez-vous Ismène.

AURÉLIEN.

Oui, dès ce jour, madame.

ZÉNOBIE.

Et ma fille pourrait jusque-là s'oublier ?

AURÉLIEN.

Elle veut bien plutôt noblement s'allier.

ZÉNOBIE.

Elle y consentirait ! Non, je ne le puis croire ;

910   Ma fille n'ira point, insensible à sa gloire,

Immoler sa vengeance, et, vous donnant la main,

Vendre le sang d'un père à son lâche assassin.

À Ismène.

Monterait-elle au trône où le corps de son père

Fait le premier degré ? Que prétend-elle faire ?

915   Depuis quand, en quel lieu, comment, et par quels droits

Est-elle devenue arbitre de son choix ?

Sapor y consent-il ? M'avez-vous consultée ?

La voix de mon époux, l'avez-vous écoutée,

Cette plaintive voix qui suit partout mes pas,

920   Et vous reproche un sang que vous ne vengez pas ?

ISMÈNE.

Et vous aussi, Madame ? Hélas ! C'est trop de peines.

ZÉNOBIE.

Non, ce n'est point mon sang qui coule dans tes veines ;

Je ne t'ai point portée, ingrate, dans ce sein,

Et tu n'as, en naissant, sucé qu'un lait romain.

925   Sont-ce là ces transports de haine et de vengeance

Dont j'ai toujours pris soin de nourrir ton enfance ?

Est-ce moi qui t'appris à trahir en un jour

Les intérêts du sang, et les droits de l'amour ?

Réponds-moi ; parle.

ISMÈNE.

Hélas !

ZÉNOBIE.

Insensible ! Inhumaine !

930   Tu soupires ! Voilà les transports de ta haine,

Fille indigne d'un nom que tu ne peux porter !

AURÉLIEN.

Madame, jusqu'à quand voulez-vous m'insulter ?

N'avez-vous pas assez lassé ma patience ?

Dois-je encor porter loin l'excès de ma constance ?

935   Mais parmi ces discours, dont je dois être las,

Vous m'instruisez, madame ; et je ne savais pas

Qu'en répandant sur vous un rayon de ma gloire,

Je misse à votre front une tache si noire ;

Et qu'un sceptre romain, par ma main présenté,

940   Fût un crime pour vous à la postérité :

S'il faut même le dire, avec un oil sévère

Ma fierté dès longtemps avait vu le contraire ;

Et, soigneux de mon nom, j'ai craint jusqu'à ce jour

D'intéresser ma gloire en ce fatal amour.

945   Mais, madame, aujourd'hui plus sensible à ma flamme,

L'amour, de son côté, vient entraîner mon âme.

Je n'examine point ici qui de nous deux

Hasarde plus sa gloire un jour chez nos neveux :

Quoi qu'il en soit enfin, quoi qu'on en puisse dire,

950   Je le veux, je l'ordonne, et cela doit suffire ;

Dussé-je me couvrir d'un affront éternel,

Je conduis dans ce jour votre fille à l'autel.

À Ismène.

Vous, madame, arrêtez l'effet de ma puissance ;

Mon amour est encor plus fort que ma vengeance.

955   Tenez votre promesse : ici tout m'obéit ;

Ces murs me rediront ce que vous aurez dit.

SCÈNE V.
Zénobie, Ismène, Théone.

ZÉNOBIE.

Enfin voila l'abîme où j'étais attendue !

Dieux cruels, voyez-moi, suis-je assez confondue ?

Je verrai donc ma fille, amenée aux autels,

960   Avouer sa faiblesse aux pieds des immortels !

Mes yeux seront témoins...

ISMÈNE.

Ah ! De grâce, madame,

De reproches affreux n'accablez point mon âme ;

Victime infortunée, un destin malheureux,

M'entraînant à l'autel, triomphe de mes voux :

965   Plaignez plutôt mon sort ; pour sauver ce que j'aime,

J'immole mon amour, je m'immole moi-même ;

Sans ce dur sacrifice et cet hymen, hélas !

Ce jour est pour Sapor celui de son trépas.

ZÉNOBIE.

Le jour de son trépas ! Dieux ! Quelle tyrannie !

ISMÈNE.

970   Au dépens de l'amour, il faut sauver sa vie.

ZÉNOBIE.

Le barbare !

ISMÈNE.

Ah, madame ! Arrêtons son courroux.

ZÉNOBIE.

Ah ! Périssons, ma fille, et Sapor avec nous.

D'un indigne attentat sauvons notre mémoire ;

Nous ne vivons déjà que trop pour notre gloire.

975   Tout est ici soumis à la loi du trépas :

Nous vivons pour mourir, mais nous ne naissons pas

Avec un cour exempt et de tache et d'offense,

Pour en trahir jamais la sévère innocence :

C'est pour tous les mortels un dépôt précieux

980   Qu'ils doivent rendre tel qu'ils l'ont reçu des dieux,

ISMÈNE.

Quels combats !

SCÈNE VI.
Zénobie, Sabinus, Ismène, Théone.

SABINUS, à Zénobie.

Je vous cherche, et ma flamme outragée

Vous promet tout, madame ; oui, vous serez vengée ;

Un mouvement secret dans le fond de mon cour

Accuse ma faiblesse et blâme ma lenteur :

985   Je venge mes délais par mon impatience ;

Vos beaux yeux dans mon cour excitent la vengeance ;

Ce cour d'aucun remords ne se sent combattu ;

Et vous servir, madame, est servir la vertu.

ZÉNOBIE.

Quel changement soudain ! Qui cause dans votre âme

990   Ce retour dans mon cour ?...

SABINUS.

  L'ignorez-vous, madame ?

On vous aime, on me tue aujourd'hui dans ces lieux.

J'en frémis ; l'empereur vous épouse à mes yeux ;

Lui-même il m'a chargé de l'éclat de la fête.

Détournons les éclats de ce coup sur sa tête ;

995   Prévenons ses desseins, détruisons ses projets ;

Changeons, par un seul coup, ses lauriers en cyprès ;

Que les flambeaux ardents de cet hymen célèbre

Éclairent les moments de sa pompe funèbre ;

Qu'il périsse à vos yeux.

ZÉNOBIE.

Prince, je vous entends ;

1000   Ce soin de me venger, ces nobles sentiments,

Ces transports, ces fureurs dont votre âme est saisie,

Je les dois à l'amour moins qu'à la jalousie.

SABINUS.

Et qu'importe, madame, à qui vous les deviez,

Pourvu que le tyran tombe mort à vos pieds ?

1005   Ce généreux courroux, confondu dans mon âme

Avec l'emportement de l'ardeur qui m'enflamme,

Ne vous marque que trop l'amour que j'ai pour vous :

Mon cour est amoureux autant qu'il est jaloux.

ZÉNOBIE.

Il faut vous détromper ; l'éclat de cette fête,

1010   L'hymen que dans ces lieux par votre ordre on apprête,

Ces flambeaux dont votre âme a conçu tant d'effroi

Tout ce que vous voyez, ne se fait pas pour moi.

SABINUS.

Ne se fait pas pour vous ! Et pour qui donc, madame ?

Quel autre objet ici peut exciter sa flamme ?

ZÉNOBIE.

1015   Voilà l'objet fatal, et les coupables yeux

Où l'empereur a pris cet amour odieux,

Amour, plus que mes fers, dangereux à ma gloire.

SABINUS.

Vous voulez m'abuser ; non, je ne puis vous croire :

Je vous écoute moins que mes transports jaloux ;

1020   Et qui vous voit, enfin, ne peut aimer que vous.

Quoi qu'il en soit, madame, il faut vous satisfaire ;

Le dessein en est pris, rien ne m'en peut distraire.

Déjà par tout le camp mes fidèles soldats

Sont, au premier signal, prêts à suivre mes pas.

1025   Le bruit de cet hymen, qui vient de se répandre,

Me fait trouver des cours prompts à tout entreprendre :

Sévère, Albin, Plautus, pleins d'une noble ardeur,

Des moments retardés accusent la lenteur.

Allons, madame, allons, volons à la vengeance.

1030   Déjà plein des transports de mon impatience,

J'ai couru chez Sapor en venant dans ces lieux ;

Le succès du complot est écrit dans ses yeux.

Je vais tout préparer pour ce grand sacrifice,

Et contraindre le ciel à nous être propice.

ZÉNOBIE.

1035   Ah ! Suivez les transports dont vous êtes épris,

Et songez que mon cour en doit être le prix.

ACTE IV

SCÈNE I.
Ismène, Théone.

ISMÈNE.

Où vais-je ? Où suis-je ? Hélas ! Où courons-nous, Théone ?

Ma raison me trahit, ma vertu m'abandonne ;

Mon cour est dévoré des plus cruels ennuis ;

1040   Je cours dans ce palais sans savoir où je suis ;

Je crains d'y rencontrer un malheureux que j'aime ;

Je me dérobe au jour ; je me cache à moi-même ;

Je me fuis, mais en vain ; et tout ce que je vois

Me reproche mon crime et s'arme contre moi.

1045   De quel front, de Sapor soutiendrai-je la vue,

Si, de ma trahison déjà trop confondue,

Je n'ose regarder ce palais odieux,

Où le sang de mon père est fumant à mes yeux ?

Dieux ! Que deviendra-t-il, quand ma bouche cruelle

1050   Lui marquera l'état de mon cour infidèle ;

Quand il m'entendra dire, interdit et confus,

« Prince, je vous aimais, je ne vous aime plus ;

« Je ne suis plus à vous ; à l'autel entraînée,

Avec votre rival j'unis ma destinée ;

1055   Cet hymen se célèbre à vos yeux dans ce jour,

Et je vais vous trahir par un effort d'amour ? »

Ah ! Plutôt que lui faire un aveu si terrible,

Fuyons, fuyons, Théone, au sein d'un antre horrible ;

Cachons-nous dans l'horreur des plus sauvages lieux ;

1060   Renonçons pour jamais à la clarté des cieux.

Viens, Théone, suis-moi. Mais quelle erreur m'emporte !

Ne me souvient-il plus de ces fers que je porte ?

Où puis-je aller, grands dieux ! Quels chemins sont ouverts ?

Hélas ! Je ne peux plus me cacher qu'aux enfers.

THÉONE.

1065   Madame, à quelques maux que le destin me livre,     [3]

Ordonnez de mon sort, je suis prête à vous suivre :

Prompte à briser mes fers, je marche sur vos pas,

Sous un climat brûlant, ou sous de froids climats ;

Soit qu'en ce jour fatal votre ombre fugitive

1070   Descende pour jamais sur la funeste rive,

J'irai...

ISMÈNE.

Non, demeurons. En quel affreux séjour

Ne porterais-je pas ma honte et mon amour,

Après avoir conçu le dessein téméraire

D'épouser en ce jour l'assassin de mon père ?

1075   Il suffit que mon crime étonne l'univers,

Sans en aller si tôt infecter les enfers.

THÉONE.

Madame, jusqu'ici votre innocente vie

D'aucune tache encor ne se trouve ternie ;

Et frustrant l'empereur du don de votre main,

1080   Qui peut vous reprocher...

ISMÈNE.

  Quel horrible dessein !

Voilà de tes conseils l'ordinaire injustice.

Et que t'a fait Sapor pour vouloir qu'il périsse ?

Que t'ai-je fait, grands dieux ! Par quel affreux courroux

Veux-tu que contre lui je tourne encor mes coups ?

1085   C'est donc peu contre lui que la rage et l'envie ;

L'amour, pour l'opprimer, se met de la partie.

SCÈNE II.
Sapor, Ismène, Théone.

ISMÈNE.

Mais, dieux ! Je l'aperçois ; il tourne ici ses pas.

Dans le trouble où je suis ne m'abandonne pas.

SAPOR.

Enfin le ciel, madame, à mes voux moins contraire,

1090   Luit d'un rayon plus pur ; il permet que j'espère,

Il va m'ouvrir bientôt, en signalant mes coups,

Le moyen de mourir ou de vivre pour vous.

Sabinus, dans l'armée excitant sa puissance,

Des Romains courroucés irrite la vengeance ;

1095   Tout le camp mutiné s'arme en notre faveur,

Et mon cour tout entier se livre à la fureur.

Mais que vois-je, grands dieux ! Et quel sombre nuage

Vient obscurcir l'éclat de votre beau visage !

Quel changement ! Pourquoi détournez-vous vos yeux ?

1100   Depuis quel temps vous suis-je un objet odieux ?

C'est Sapor qui vous parle. Ah ! Ma chère princesse,

Jetez les yeux sur moi. Quel sombre ennui vous presse ?

Vous ne me dites rien ? Ciel ! Que je sens d'effroi !

Serais-je donc trahi ? Par qui ? Comment ? Pourquoi ?

1105   L'aurais-je pu penser ? Quel amour ! Quelle glace !

Est-ce ainsi que vos yeux enflamment mon audace,

Ces yeux où je venais prendre toute l'ardeur

Qui devait animer et mon bras et mon cour !

Je vais vous arracher...

ISMÈNE.

Hélas ! Qu'allez-vous faire ?

SAPOR.

1110   Pour vous dans les hasards je cours en téméraire ;

Je me livre au destin ; quel que soit le danger,

Sur les pas de la mort je vole vous venger.

Mon courage inquiet depuis longtemps murmure

De n'avoir du destin pu réparer l'injure ;

1115   Et je suis criminel aux yeux de l'univers,

De vous avoir laissée un moment dans les fers.

Cet univers saura que ce temps, ce silence,

Servaient à méditer une illustre vengeance,

Et que, tout malheureux et tout abandonné,

1120   J'étais digne du cour que vous m'avez donné.

ISMÈNE.

Hélas !

SAPOR.

Vous soupirez, je vois couler vos larmes.

Et pourquoi verse-t-on du sang avec ces armes ?

Cédons à la fureur.

ISMÈNE.

Tournez vos premiers coups

Contre ce cour ingrat qui ne peut être à vous.

SAPOR.

1125   Qui ne peut être à moi ! Ciel ! Que viens-je d'entendre ?

Quelle secrète horreur dans moi va se répandre !

L'ai-je bien entendu, grands dieux ! J'en doute encor.

Est-ce Ismène qui parle, ou bien suis-je Sapor ?

Qui ne peut être à moi ! C'en est donc fait, madame ?

1130   L'amour, ce tendre amour, est banni de votre âme ;

Vos sens d'une autre ardeur sont enfin prévenus ;

Vous m'aimiez autrefois, et vous ne m'aimez plus.

Ne craignez point ici que ma bouche rebelle

Vous accable des noms d'ingrate, d'infidèle,

1135   Vous fasse souvenir des serments et des pleurs

Dont il vous plut jadis irriter mes ardeurs :

Non, pour vous reprocher votre injustice extrême,

Je ne veux exciter contre vous que vous-même ;

Au lieu de condamner votre esprit inconstant,

1140   Je vous pardonne tout, si j'en puis faire autant.

Vous me quittez, madame, et je me rends justice,

De mes cruels malheurs je suis le seul complice ;

Indigne de vous plaire et de vous posséder,

Méritais-je ce cour que je n'ai pu garder ?

1145   Devais-je me flatter, puisqu'il faut vous le dire,

Que, toujours insensible aux charmes d'un empire,'

Votre amour s'irritant au milieu des malheurs,

Vous oublieriez pour moi le trône et ses grandeurs ?

Espérais-je en effet que, malgré mille obstacles,

1150   Le ciel en ma faveur prodiguât des miracles ?

Croyais-je que toujours... Ah ! Trop longtemps déçu,

Malheureux que je suis ! Je ne l'ai que trop cru ;

Je me suis trop flatté d'une fausse promesse,

Et du charme imposteur d'une feinte tendresse ;

1155   Ma raison prévenue, et mon cour enchanté...

Non, je n'étais point fait pour tant de cruauté.

ISMÈNE.

Étais-je faite aussi pour être si cruelle ?

SAPOR.

Vous étiez faite, hélas ! Pour n'être pas fidèle :

Vous m'avez abusé d'un espoir trop flatteur ;

1160   Je me croyais aimé, j'adorais mon erreur :

Ne pouviez-vous encor quelque temps vous contraindre ?

ISMÈNE.

Hélas ! Connaissez mieux en quel temps je veux feindre.

SAPOR.

Je ne veux rien connaître ; assuré de mon sort,

Mes voux les plus ardents m'entraînent à la mort ;

1165   J'y vais avec plaisir : il faut du sang, madame,

Pour achever d'éteindre une importune flamine ;

J'y cours...

ISMÈNE.

Que dites-vous ? Ah ! Quelle aveugle erreur

Vous fait chercher la mort avec tant de fureur ?

Vivez : si vous mourez, il faut que je vous suive.

SAPOR.

1170   Hé ! Pourquoi voulez-vous maintenant que je vive ?

Abandonné, trahi, désespéré, vaincu,

Madame, en cet état j'ai déjà trop vécu.

ISMÈNE.

Quel trouble me saisit ! Je tremble, je frissonne.

Ah, Théone ! Fuyons. La force m'abandonne.

1175   Fuyons...

SAPOR.

  Vous me fuyez dans ce moment fatal ;

Vous courez vous jeter dans les bras d'un rival !

Est-ce ainsi qu'autrefois, sensible à mes alarmes,

Vous me voyiez courir dans les périls des armes,

Lorsque, nous séparant par de tendres adieux,

1180   Vous me suiviez longtemps et du cour et des yeux ?

Me fuyiez-vous ainsi, quand ma main fortunée

Tenait à mes drapeaux la victoire enchaînée ;

Quand, revenant vainqueur, j'étalais à vos pieds

Le débris de l'orgueil des rois humiliés,

1185   Des javelots brisés, des aigles menaçantes,

Du sang des ennemis encore dégoûtantes,

Des faisceaux arrachés, mille et mille étendards,

Dignes fruits d'un héros, cueillis au champ de Mars ?

Tout couvert de lauriers, et tout brillant de gloire,

1190   Je ne me réservais, pour prix de la victoire,

Que le plaisir charmant de vous la raconter,

Et vous, madame, et vous, celui de l'écouter.

Pour qui donc ai-je mis tant de villes en cendre ?

Pour qui coulait le sang que l'on m'a vu répandre ?

1195   Vous ne l'ignorez pas, j'allais de vos parents

Apaiser, par mon sang, les mânes murmurants.

Ce n'était pas assez qu'aux plaines de Larisse

Mon bras leur eût offert un sanglant sacrifice,

Et que vous eussiez vu leurs sillons désolés

1200   Blanchir des ossements dont ils étaient comblés :

C'était peu que, traînant les horreurs de la guerre,

De vastes flots de sang j'eusse inondé la terre ;

Il me fallait encor, par de plus grands travaux,

Changer l'ordre du ciel, faire rougir les eaux,

1205   Leur apprendre à couler par des routes nouvelles.

Vous le savez, vos yeux sont des témoins fidèles :

L'Oronte a vu deux fois ses flots précipités,

De cadavres romains dans leur cours arrêtés,

Remonter vers leur source, et cherchant un passage,

1210   S'égarer dans les champs voisins de son rivage.

Quel fruit de mes travaux, grands dieux ! N'en parlons plus ;

Mes regrets aussi bien seraient-ils superflus.

Ô ciel ! Tu me devais un destin moins barbare.

Mais calmons la fureur qui de mon cour s'empare.

1215   Oui, madame, trahi, percé de mille traits,

Je sens que je vous aime encor plus que jamais.

ISMÈNE.

Vous m'aimeriez encor ! Non, je suis trop coupable.

SAPOR.

Pour ne me plus aimer, êtes-vous moins aimable ?

ISMÈNE.

Vengez-vous par la haine, armez votre courroux.

SAPOR.

1220   Pour me venger, hélas ! Quel chemin m'ouvrez-vous ?

ISMÈNE.

Je le dirai pourtant : du destin poursuivie,

Je devrais être plainte, et non être haïe.

Vous le saurez un jour.

SAPOR.

Ah ! Dans mon désespoir,

Votre bouche déjà m'en a trop fait savoir,

1225   Me m'apprenez plus rien : je n'ai rien à vous dire,

Je ne vous retiens plus, allez chercher l'empire ;

Tandis que d'autre part, en proie à ma fureur,

Je vais, pour me venger, chercher un empereur.

Qu'il me tarde de voir mon bras, de sang avide,

1230   Se perdre dans le sein du traître, du perfide !

Lorsque dans les combats je signalais mes coups,

Je n'étais qu'amoureux, je n'étais point jaloux ;

Par les coups de l'amour j'ai commencé ma vie,

Faisons sentir ici ceux de la jalousie ;

1235   Le champ nous est ouvert ; il faut s'y signaler.

Cruel, tu périras, et ton sang va couler !

ISMÈNE.

Ah, dieux ! Que dites-vous ?

SAPOR.

En vain votre tendresse,

Tremblante pour ses jours, dans son sort s'intéresse ;

Il mourra de mes coups, j'irai chercher son cour. '

1240   Mais, hélas ! Pardonnez à ma juste fureur,

Si, pressé du transport d'une jalouse rage,

Je ne respecte point votre divine image ;

Si je perce ce cour pour effacer des traits,

Ailleurs que dans le mien, infidèles, imparfaits,     [4]

1245   Et si, l'amour rendant ma fureur légitime,

J'immole, en me frappant, une double victime.

ISMÈNE.

Sortons d'ici, Théone, je me sens accablé ;

Je tremble, je chancelle, et je ne puis parler.

SCÈNE III.

SAPOR, seul.

Enfin dépouillons-nous d'une feinte apparence ;

1250   Déchirons maintenant ce voile de constance

Où ma faiblesse a su si longtemps se cacher ;

Il n'est plus de témoins pour nous la reprocher.

Ouvrons enfin la scène, exposons à la vue

Les sentiments secrets d'une âme toute nue.

1255   Éclatez, mes regrets trop longtemps retenus ;

Je vais mourir bientôt, je ne me plaindrai plus.

Voilà pour quel usage on me laissait la vie !

Ciel, tu me réservais à cette perfidie !

Hé bien ! Es-tu content ? La fortune et l'amour

1260   M'ont-ils assez joué l'une et l'autre à leur tour ?

Ô trop flatteur espoir, détruit dans sa naissance !

À quel point se réduit toute mon espérance !

Je vais mourir ; et pour comble d'horreur, hélas !

Ismène est infidèle et ne me plaindra pas.

1265   Je ne vous verrai plus, ingrate ! Encore aimable

Je ne vous verrai plus ! Quel mot épouvantable !

Je tremble, je frémis, je sens couler mes pleurs !

Ah ! Qui peut exciter ces indignes terreurs ?

Est-ce la mort, grands dieux ! Qui cause mes alarmes ?

1270   Est-ce l'amour trahi qui m'arrache des larmes ?

Je ne sais ; mais, hélas ! Renonce-t-on au jour,

Quand on ne peut encor renoncer à l'amour ?

Qui pourra vous aimer autant que je vous aime,

Quand, de vos cruautés mettant puni moi-même,

1275   Je serai descendu dans l'infernale horreur ?

Mais quel transport jaloux s'élève dans mon cour ?

Quoi ! L'on vous aimera (j'en frémis quand j'y pense),

Et je ne vivrai plus pour venger cette offense !

Ah ! De quels soins cruels viens-je ici m'affliger ?

1280   Ismène encor vivra, c'est trop pour me venger.

Elle a pu me trahir, l'ingrate ! Sera-t-elle

Pour un nouvel amant plus que pour moi fidèle ?

Non, je serai vengé dans le sein du trépas.

Mais, tandis que je vis, vengeons-nous par mon bras.

1285   Quel autre mieux que moi punirait cet outrage ?

Que l'amour dans mon cour se convertisse en rage :

D'un orgueilleux rival allons percer le flanc,

Et noyons son amour dans les flots de son sang.

Courons, qu'attendons-nous ? Qu'il périsse !...

SCÈNE IV.
Sapor, Zénobie.

SAPOR.

Ah ! Madame,

1290   Venez voir le désordre et l'horreur de mon âme ;

Venez, considérez l'état où l'on m'a mis :

Vous ne direz jamais quels sont mes ennemis.

Le jour m'est à présent une peine cruelle ;

Je suis trahi, madame ; Ismène est infidèle,

1295   Ismène, votre fille ! Et dans quel temps, grands dieu^ !

Lorsque je vais verser tout mon sang à ses yeux ;

Et que mon bras, armé pour se rendre justice,

Des destins ennemis va dompter la malice.

Ah ! Que ne suivait-elle encor quelques moments

1300   Le cours toujours trompeur de ses déguisements ?

Par pitié, pour le moins, que ne me laissait-elle

Dans l'erreur où j'étais de la croire fidèle ?

Que ne se faisait-elle encore un peu d'effort ?

Les dieux n'allaient-ils pas ordonner de ma mort ?

1305   J'aurais abandonné ma languissante vie

Avecque plus d'amour et moins d'ignominie.

ZÉNOBIE.

Prince, calmez l'excès de vos ressentiments ;

Le temps attend de vous d'autres comportements.

D'un tyrannique amour déplorable victime,

1310   Ma fille est malheureuse, et voilà tout son crime :

Son infidélité, dans ce jour malheureux,

Bien plus que sa constance, a fait briller ses feux. '

D'amour et de terreur son âme combattue

À de tendres frayeurs s'est la fin rendue ;

1315   Une loi trop cruelle arrachait un discours

Qu'elle ne prononçait que pour sauver vos jours.

Non que je veuille ici, trop pleine de tendresse,

Faire grâce à l'amour, et cacher sa faiblesse.

Si de meilleurs conseils avoient été suivis,

1320   Ma fille, vous et moi, nous serions tous péris,

Plutôt qu'un lâche aveu fût sorti de sa bouche ;

Mais enfin, plus sensible à l'ardeur qui la touche,

Ismène a consenti, dans ce funeste jour,

Pour sauver son amant, d'immoler son amour !

SAPOR.

1325   Ah ! Que me dites-vous ? Est-il bien vrai, madame ?

À ce flatteur espoir puis-je livrer mon âme ?

Quoi ! Malgré ses froideurs, Ismène, dans son cour,

Aurait désavoué ce discours imposteur ?

Ces sentiments trompeurs, arrachés par la feinte,

1330   N'étaient que des effets d'amour et de contrainte ?

Ah ! Pardonnez, Ismène, à mon aveuglement ;

Pardonnez aux transports d'un trop crédule amant ;

Je vous crois criminelle, et je suis seul coupable :

Vous ne serez jamais à mes yeux plus aimable,

1335   Maintenant que je sais le prix de vos combats,

Que quand vous me direz que vous ne m'aimez pas.

Mais peut-être, madame, une pitié secrète,

Plus que la vérité, dans mon malheur vous jette :

Car enfin deux amants, en cette extrémité,

1340   De la feinte aisément percent l'obscurité.

Hélas ! D'un seul soupir elle eût calmé l'orage,

Dissipé mes frayeurs, rassuré mon courage.

Eh ! Contrainte à tenir un discours odieux,

Son cour ne pouvait-il s'exprimer par ses yeux ?

ZÉNOBIE.

1345   Tout mentait dans Ismène ; et ses regards timides

Craignaient d'en trop apprendre à des témoins perfides :

On l'observait.

SAPOR.

Madame, ah ! Que m'apprenez-vous ?

On l'observait, grands dieux ! Ah ! Courons, hâtons-nous :

Nos projets sont détruits ; tout est perdu, madame.

1350   Hélas ! Dans les transports qui déchiraient mon âme,

Je n'aurai pu me taire ; on saura... j'aurai dit...

Je sens que dans mon cour l'espoir s'évanouit.

Tout est perdu, madame, et je vous ai trahie.

Quel malheur ! Quel revers ! Dieux ! Quelle est donc ma vie ?

1355   Tous mes moments ne sont qu'un éternel retour

De la crainte au dépit, de la rage à l'amour.

Allons, courons finir mes jours et ma misère.

Ciel, je ne serai plus l'objet de ta colère :

Il ne te reste plus contre moi qu'un seul trait ;

1360   Je l'attends : tonne, frappe, et je suis satisfait.

ZÉNOBIE.

Il n'est plus temps ici de se répandre en plaintes ;

Défendez votre cour contre ces vaines craintes ;

Que ce nouveau malheur, et peut-être incertain,

Ne serve qu'à hâter les coups de votre main.

1365   Dans mon appartement Sabinus va se rendre ;

De ses soins empressés nous devons tout attendre.

Nous avons des amis touchés de nos malheurs,

Et la pitié n'est pas éteinte en tous les cours.

Enflammé par l'amour, animé par la gloire,

1370   Prince, je crois vous voir voler à la victoire.

SAPOR.

Allons, madame, allons, le succès est certain,

Si je puis seulement avoir le fer en main.

ACTE V

SCÈNE I.
Zénobie, Ismène, Théone.

ZÉNOBIE.

Non, non, vous n'irez point : qu'il vienne ici, s'il ose,

Achever cet hymen que son cour se propose,

1375   Vous arracher des bras d'une mère en fureur.

Il est plus d'un chemin pour aller à son cour ;

Mon bras, mieux que vos yeux...

ISMÈNE.

L'ardeur de la vengeance

Est un faible secours contre tant de puissance.

Que pourront nos efforts ?

ZÉNOBIE.

Hé bien, cours à l'autel ;

1380   Va verser sur ton front un opprobre éternel ;

Mais, avant de partir, vois ces voûtes sanglantes,

Du meurtre de ton père encor toutes fumantes ;

Vois ce palais rempli du nom de tes aïeux :

Tout reproche ton crime à tes perfides yeux.

1385   Si de ces monuments exposés à ta vue,

Ton âme, en ce moment, n'est assez confondue,

S'il te faut des objets empruntés chez les morts

Pour aller dans ton cour exciter des remords,

Ombre de mon époux . . . . . . . . . . . . .

1390   . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

SCÈNE II.
Zénobie, Ismène, Sapor, Théone.

SAPOR.

Je cède enfin, madame, à mon impatience ;     []

Les moments sont trop lents, je cours à la vengeance.

Sabinus ne vient point, il faut l'aller chercher ;

C'est trop longtemps ici l'attendre et se cacher ;

1395   Il est temps maintenant que le ciel se déclare.

Quel que soit le trépas que le sort me prépare,

Je mourrai satisfait, si d'un coupable cour,

En versant tout mon sang, je puis laver l'erreur.

Dans le temps que pour moi votre tendresse éclate,

1400   Je vous crois infidèle, et je vous nomme ingrate :

Dans ce moment pourtant, vos yeux en sont témoins,

J'étais plus malheureux, je n'en aimais pas moins ;

Et, n'accusant que moi d'une fausse inconstance,

Je vous gardais toujours un reste d'innocence ;

1405   Non que par ces raisons je veuille m'excuser ;

Peut-être qu'un moment j'ai pu vous accuser ;

Et ce cruel moment, dont le retour m'accable,

À vos yeux pour toujours doit me rendre coupable.

Ah ! Périsse un soupçon né de mon désespoir,

1410   Et le crédule cour qui le peut concevoir !

Je vole l'en punir. Vous m'aimez, je vous aime ;

Rien ne peut mieux venger l'amour que l'amour même :

Je m'arrache à vos yeux, vous ne me reverrez

Que triomphant, ou mort.

ISMÈNE.

Ah, prince ! Demeurez ;

1415   Je tremble pour vos jours. Aux coups de la temp4te

Laissez-moi présenter une moins chère tête.

Si je vous exposais aux horreurs du danger,

Ce serait me punir bien plus que me venger ;

Et, quoique vos périls m'apportassent des charmes,

1420   Je serais mal payée encor de mes alarmes ;

D'autres me vengeront.

SAPOR.

Madame, à cet emploi

Que vous me refusez, qui destinez-vous ?

ISMÈNE.

Moi.

Dans les nobles transports du courroux qui m'anime,

Si je vais à l'autel, ce n'est plus en victime ;

1425   J'y cours pour immoler un tyran odieux ;

Et mon bras va venger le crime de mes yeux.

SAPOR.

Je renonce, à ce prix, madame, à la vengeance :

Vous allez à l'autel flatter son espérance ;

Ah ! Quand il y devrait expirer de vos coups,

1430   Mon cour de son bonheur serait encor jaloux.

Non, laissez-moi, madame, achever mon ouvrage :

Moi seul j'espère tout du feu de mon courage ;

Et, si je ne remets l'Orient sous vos lois,

Je dispense les dieux d'appuyer mes exploits.

SCÈNE III.
Aurélien, Zénobie, Ismène, Sapor, Théone, Firmin, Gardes.

ZÉNOBIE.

1435   Quel coup de foudre affreux ! Dieux ! Quel revers funeste !

ISMÈNE.

Ciel ! Conservez Sapor, j'abandonne le reste.

AURÉLIEN.

Non, prince, il n'est pas temps encore de partir,

Sabinus doit ici vous venir avertir :

Je viens vous en porter les dernières nouvelles ;

1440   Son supplice déjà sert d'exemple aux rebelles,

Et le vôtre bientôt instruira l'univers

Qu'il n'est que ce chemin pour sortir de mes fers.

Et vous, madame, et vous, l'objet de ma faiblesse,

Voilà donc de quel prix vous payez ma tendresse !

1445   À cet illustre emploi vous destiniez ses jours,

Quand vos larmes tantôt m'en demandaient le cours :

Ah ! C'est trop sous l'amour faire gémir la gloire.

SAPOR.

Par quel aveuglement aurais-tu donc pu croire

Que Sapor pût jamais former d'autre dessein

1450   Que de briser ses fers et te percer le sein ?

Je te le dis encor, pour assurer ta vie,

Il faut qu'auparavant la mienne soit ravie.

Quels que soient mes destins, libre ou chargé de fers,

Je prétends te haïr, même au fond des enfers.

1455   Que tardes-tu, barbare, à m'y faire descendre ?

Tes bourreaux sont-ils prêts ? Tu risques trop d'attendre :

Crains, tant que je respire, un coup mal arrêté.

AURÉLIEN.

Ainsi bientôt mes jours seront en sûreté.

SAPOR.

Le plus affreux trépas n'a rien dont je pâlisse.

ISMÈNE.

1460   Et vous pouvez, seigneur, commander qu'il périsse ?

Il n'est point criminel ; c'est moi qui dois périr.

SAPOR.

Pourquoi m'enviez-vous la gloire de mourir ?

Accordez à mes voux cette grâce, madame ;

C'est tout ce que j'attends pour le prix de ma flamme :

1465   Et mourant en ce jour, à vos yeux et pour vous,

Quel autre sort ailleurs pourrait m'être plus doux ?

Je triomphe : un rival à mon sort porte envie.

Tout le regret que j'ai d'abandonner la vie

Vient de t'y voir encor : c'est un crime pour moi

1470   D'en sortir sans punir un tyran tel que toi.

AURÉLIEN.

C'est trop d'un orgueilleux suspendre le supplice.

Tes jours sont à leur fin. Gardes, qu'on le saisisse.

Firmin, obéissez.

ISMÈNE.

Ah ! S'il meurt aujourd'hui,

Seigneur, ordonnez donc que je meure avec lui.

1475   Sapor... Mais il me quitte, hélas !

SAPOR.

  Vous soupirez !

Vous m'aimez, et je meurs ; je meurs, et vous pleurez.

Trop heureux en mourant de causer vos alarmes !

Et mon sang est cent fois trop payé de vos larmes.

Adieu, belle princesse, adieu.

SCÈNE IV.
Aurélien, Zénobie, Ismène, Théone, Suite.

ISMÈNE.

Quelle injustice

1480   Sapor, vous me quittez pour courir au supplice.

Arrête, cher amant, je vole sur tes pas,

M'unir à toi du moins dans le sein du trépas :

Tu ne mourras pas seul. Retirez-vous, perfides ;

Laissez-moi l'arracher à des mains parricides,

1485   Et vous offrir un cour que vous puissiez percer.

Traîtres, éloignez-vous. Mais je ne puis passer.

Ce n'est donc que pour moi qu'on devient pitoyable :

On punit l'innocent, on pardonne au coupable.

Ah ! Seigneur, suspendez un arrêt plein d'horreur :

1490   Ordonnez de ma main, disposez de mon cour.

Par ces sacrés genoux que je tiens, que j'embrasse,

Détournez sur moi seule un coup qui le menace ;

Au nom de ce qui fut le plus cher à vos yeux,

Au nom de notre hymen, seigneur, au nom des dieux !

ZÉNOBIE.

1495   Finissez un discours dont ma fierté murmure,

Ma fille : une faveur est pour nous une injure,

Lorsque notre ennemi la dispense à nos soins ;

Nous pourrions, vous et moi, l'en haïr un peu moins,

Et les jours de Sapor, quelque amour qui nous presse,

1500   Seraient trop achetés d'une telle faiblesse.

ISMÈNE.

Madame, en ce moment, peut-être ce héros

Rend les derniers soupirs sous le fer des bourreaux.

Ah, cruels ! De quel sang arrosez-vous la terre !

Barbares, redoutez les éclats du tonnerre ;

1505   Suspendez vos couteaux, désarmez vos fureurs.

Ah, seigneur ! Mais je vois vos secrètes horreurs.

Mon, vous rie voulez point que ce héros périsse ;

Votre cour désavoue une telle injustice :

Je le sais, je le vois. Ah ! Partez, courez tous,

1510   Allez vous opposer à ces indignes coups ;

L'empereur vous l'ordonne, allez, j'y cours moi-même.

Seigneur...

SCÈNE V.
Firmin, Aurélien, Zénobie, Ismène, Théone.

ISMÈNE.

Mais, dieux ! Firmin... . Mon horreur est extrême.

À Firmin.

Ah, barbare ! C'est vous dont les secours trop lents...

C'est vous... Sapor est mort. Ô ciel ! Il n'est plus temps !

1515   Hélas !

AURÉLIEN.

  Quelle raison près de moi te rappelle ?

Le camp a-t-il déjà vu le sang d'un rebelle ?

Sapor vit-il encor ? Quelqu'un m'a-t-il trahi ?

Explique-toi.

FIRMIN.

Seigneur, vous êtes obéi,

Et sa mort dans ces lieux est déjà répandue.

1520   Sapor s'était soustrait à peine à votre vue,

Que brûlant d'arriver au lieu de son trépas,

Son ardeur devant nous précipitait ses pas ;

Quand, bientôt parvenu sous ces pompeux portiques

Où des rois ses aïeux sont les bustes antiques :

1525   « Arrêtons-nous ici, dit-il ; c'est dans ces lieux,

Qu'à ces bustes chéris j'expose mes adieux.

Vous, héros, qui couverts d'une éternelle gloire,

M'avez vu, comme vous, suivi de la victoire ;

Offert à vos regards, il doit m'être bien doux

1530   De répandre le sang que j'ai reçu de vous,

Ne l'ayant pu verser dans le sein de la guerre. »

Aussitôt, d'un effort plus prompt que le tonnerre,

Nous le voyons saisi du fer d'un des soldats :

« Lâches, retirez-vous ; qu'on ne m'approche pas,

1535   Dit-il ; je veux ici vous épargner un crime,

Et porter seul des coups dignes de la victime ! »

À ces mots se taisant, d'une intrépide main

Il enfonce le fer promptement dans son sein ;

Il se perce, son sang par deux canaux bouillonne.

1540   Ce spectacle sanglant n'offre rien qui l'étonne ;

Il sent glisser en lui la mort, sans se troubler ;

Et lui seul, sans effroi, voit tout son sang couler :

Mais bientôt, d'un visage où la mort était peinte,

Le regard languissant, et la voix presque éteinte :

1545   « Je meurs, enfin, dit-il, et les dieux l'ont permis ;

Aurélien peut vivre, il n'a plus d'ennemis.

Vous, Ismène... » A ce mot, qu'à peine il a pu dire,

Ce prince s'affaiblit, chancelle, tombe, expire :

Je l'ai laissé, seigneur, sans forces, étendu

1550   Parmi les flots de sang qu'il avait répandu ;

Il ne vit plus enfin.

AURÉLIEN.

Le trépas d'un seul homme

Affermit pour jamais la puissance de Rome :

Je n'ai plus rien à craindre, enfin ; et, dans ce jour,

J'assure, d'un seul coup, mon trône et mon amour.

ISMÈNE.

1555   Il est mort ; et je vis ! Et je respire encore !

Et je te vois, cruel ! Tu m'aimes, je t'abhorre ?

Ce n'est qu'avec le fer que tu touches un cour,

Monstre que les enfers ont produit en fureur !

Éloigne-toi, barbare ; évite ma présence ;

1560   Crains que Sapor ne vive encore en ma vengeance :

J'aurais déjà puni tes lâches attentats,

Si de ton sang impur j'osais souiller mon bras :

Dans les frémissements de mon horreur extrême,

Je n'ose t'approcher pour te percer moi-même ;

1565   Je réserve ma main pour un plus noble emploi :

Lâche, voilà le coup que je gardois pour toi.

Elle se tue.

ZÉNOBIE.

Que vois-je ? Juste ciel !

AURÉLIEN.

Quel spectacle effroyable !

ZÉNOBIE.

L'aurais-je dû penser ! Quel coup épouvantable !

AURÉLIEN.

Ismène, hélas ! Ismène...

ISMÈNE.

Ah ! Ne m'approche pas ;

1570   J'irai, sans ton secours, dans la nuit du trépas :

Je te laisse, en mourant, un noble exemple à suivre.

J'aimais, j'aimais Sapor, je n'ai pu lui survivre :

Si tu m'aimes, suis-moi dans le séjour affreux ;

Viens m'y voir dans les bras de ton rival heureux.

1575   Mais que dis-je ? Grands dieux ! Égarée, éperdue...

Ah ! N'y suis point mes pas, n'y souille point ma vue ;

Si tu t'y présentais, je voudrais le quitter :

Barbare, je ne meurs qu'afin de t'éviter.

ZÉNOBIE.

Ma fille, vous mourez ! Ce coup est mon ouvrage.

1580   Ô mère infortunée ! Était-ce à cet usage

Que ce fer malheureux dans vos mains était mis ?

ISMÈNE.

Madame, je fais plus que je n'avais promis,

Je meurs.

AURÉLIEN.

Ô coup fatal !

ZÉNOBIE.

Ô ma fille !

THÉONE.

Elle expire !

Elle emporte Ismène.

SCÈNE VI.
Aurélien, Zénobie, Firmin.

ZÉNOBIE.

Oui, barbare, à tes yeux, je veux bien te le dire,

1585   C'est moi, c'est ma fureur qui lui mit dans la main

Ce poignard tout sanglant pour t'en percer le sein.

Elle est morte, et son bras a trahi son courage :

Mais je vis, et le mien achèvera l'ouvrage.

Tu m'as ravi, perfide, empire, enfants, époux ;

1590   Mais il me reste un bien, et plus cher et plus doux

Que ne furent jamais époux, enfants, empire :

C'est une horreur de toi que je ne saurais dire.

J'aime mieux voir ma fille, avançant son trépas,

Dans le sein de la mort, cruel ! Que dans tes bras.

Elle sort.

SCÈNE VII.

AURÉLIEN, seul.

1595   Je saurai prévenir les effets de sa haine ;

Je crains peu son courroux. Firmin, suivez la reine :

Qu'on la sarde. Je perds le fruit de mes exploits,

Si Rome ne la voit avec les autres rois ;

C'est le seul prix qui reste à marquer ma victoire.

1600   Un amour outragé rend l'éclat à ma gloire ;

Et l'honneur d'un triomphe offert à mon retour,

Me récompense assez des pertes de l'amour.

 


Notes

[1] Zénobie : reine de Palmyre, fille d'un prince arabe de la Mésopotamie, avait épousé en seconde noces Odénat, qu'elle accompagna dans ses expéditions contre Sapor. Après e meurtre d'Odénat, meurtre qu'on lui attribue, elle prit le titre de reine de L'Orient et agrandit ses États par la conquête : sa domination s'étendait de l'Euphrate à la Méditerranée et depuis les déserts dArabie jusqu'au centre d e l'Asie Mineure. Elle ne craignit pas de faire la guerre aux Romains (267-72). Galien tenta de la réduire, Aurélien fut plus heureux : remporta sur elle les victoire D4antioche et d'Emèse, l'assiégea dans Palmyre, la réduisit à cherche son salut dans la fuite, l'atteignit en route, et la fit porter en triomphe à Rome (273). [B]

[2] Traverser : signifie figurément en Morale, Faire obstacle, opposition, apporter de l'empêchement. [F]

[3] Ces vers sont conformes à l'édition de 1731. Voici les quatre vers que l'éditeur de 1820 rapporte d'après l'édition de 1731 qu'il a consultée ; il suffirait de cette seule citation pour apprécier le degré de confiance que mérite cette autre édition de 1731. Prompte à briser mes fers, je marche sur vos pas, Soit un climat brûlant, ou sous de froids climats, Soit que l'astre du jour votre ombre fugitive Descende pour jamais sur la funeste rive... (G. A. C.)

[4] Dans les éditions imprimées, infidèles est graphié infidels pour obtenir le bon nombre de pieds.

[5] On a cherché vainement dans les ouvrages manuscrits de M. Regnard ce qui manque en cet endroit ; et, ne l'ayant pu recouvrer, on a été obligé de laisser la scène telle qu'elle est. (Note de l'édition de 1731.)

PDF |TXT |