GERMANICUS

TRAGÉDIE.

M. DC. LXXXXIV.

Représentée, pour la première fois, à Paris, par les Comédiens du Roi, le 25 mai 1673 au Théâtre du Marais.

Version du texte du 23/12/2012 à 19:47:11.

AVIS.

Cette tragédie mit mal ensemble les deux premiers hommes de notre temps pour la Poésie : je parle du célèbre Monsieur de Corneille et de l'illustre Monsieur Racine, qui disputaient tout deux de mérite ; et qui ne trouvent personne qui en dispute avec eux. Mr. de Corneille parla si avantageusement de cet ouvrage à l'Académie qu'il lui échappa de dire qu'il ne lui manquait que le nom de Mr. Racine pour être achevé, dont Mr. Racine s'étant offensé ils en vinrent à des paroles piquantes ; et depuis ce moment-là ils ont toujours vécu, non pas sans estime l'un pour l'autre, cela était impossible, mais sans amitié. Je cite cet endroit avec plaisir, parce qu'il m'est extrêmement glorieux. Trouver Germanicus digne d'un aussi grand nom que celui de Mr. Racine, c'est en peu de mots en dire beaucoup de bien : Et que ce témoignage ait été rendu par un Homme aussi fameux que Mr. de Corneille, c'est le plus grand honneur que je pusse recevoir. Le Lecteur jugera, s'il lui plaît, qui des deux eut le plus de raison ; l'un de dire ce qu'il dit, ou l'autre de s'en offenser.

Présentation

Germanicus est resté dans l'histoire littéraire pour la petite polémique que cette tragédie suscita dans la République des Lettres et dont Boursault fait écho dans sa préface. Corneille, dont Boursault est un zélé admirateur, fit l'éloge de Germanicus en indiquant que Racine manque à la signature : les deux grands tragédiens se fâchèrent. Boursault se sentit flatter d'être l'objet d'un différent entre ces deux fameux auteurs et l'on peut savoir s'il ironise sur cette situation ou si, naïvement il s'en sent réellement grandit : les siècles le rejetterons dans l'ombre de ses deux illustres contemporains. Cette pièce fut la dernière jouée au Théâtre du Marais en mai 1673 avant la fusion avec la Troupe de Molière, les deux troupes rejoignirent l'Hôtel Guénégaud.

Le sujet de Germanicus est tiré de l'histoire romaine du Ier siècle. Cette histoire est une grande pourvoyeuse de sujets de tragédies : le pouvoir et l'amour s'y entremêlent à souhait et des historiens de cette époque ont laissé de nombreux écrits et pour ce sujet Tacite écrivit longuement dans ses Annales. Florence Maine dans son édition critique consultable sur le site crht.org attire à juste titre notre attention sur l'influence de Racine sur cette oeuvre et cite volontiers "Bérénice" comme élément de comparaison. Plus tard, il y eut une autre tragédie de "Germanicus" écrite de Jacques Pradon en 1694 et dont Racine se moqua, l'Abbé Pellegrin écrivit en 1726 la tragédie de "Tibère", à noter qu'en 1684, Jean Galbert de Campistron mit sur la scène une tragédie d'Arminius, héros germain comparable pour les Germains à Vercingétorix pour les Gaulois.

Le Général Tibère Drusus Nero se signala par de nombreuses victoires en Panonie et en Dalmatie. Comme souvent en pareil cas, Germanicus fut acclamé empereur par ses troupes ce qu'il refusa. L'empereur Tibère son oncle en prit malgré tout ombrage et l'envoya en Germanie. Là, ce général vainquit le germain Arminius, ce qui fut considéré comme une glorieuse revanche de la défaite de Varus : il acquit ensuite le surnom de Germanicus.

ACTEURS

GERMANICUS, neveu de Tibère.

DRUSUS, frère de Tibère.

AGRIPPINE, fille de M. Agrippa et petite-fille d'Auguste.

LIVIE, soeur de Germanicus.

PISON, chevalier romain.

FLAVIE, confidente d'Agripine.

ALBIN, confident de Germanicus.

FLAVIAN, confident de Pison.

La scène et à Rome, aux jardins de Lucule.

ACTE I

SCÈNE PREMIÈRE.
Livie, Agripine, Flavie.

LIVIE

Ma soeur... Mais je m'oublie, et je perds le respect,

Ce nom, qui m'était cher, vous doit être suspect,

Madame, et votre hymen, dont la pompe s'étale,

Me défend désormais de vous traiter d'égale.

5   Demain l'heureux Drusus doit être votre époux :

Fils du maître du Monde il n'était dû qu'à vous ;

Et j'ai blâmé le sort qui vous était contraire,

Jusqu'à vous abaisser à l'hymen de mon frère.

Je vous dirais pourtant, si j'osais aujourd'hui

10   Altérer votre joie en vous parlant de lui,

Qu'adoré du Sénat, comme l'était mon père,

Et par l'ordre d'Auguste adopté par Tibère ;    [1]

(Je laisse à part sa gloire, et ne la compte pas :)

Je croyais que Drusus fût un degré plus bas ;

15   Que cette adoption, pour peu qu'on s'en prévale,

Entre ces deux rivaux laissait quelque intervalle ;

Et qu'à rendre justice aux sublimes vertus,

Le premier des mortels était Germanicus.    [2]

Une erreur si grossière est enfin dissipée :

20   J'apprends par votre choix que je m'étais trompée,

Madame : Et je viens rendre au mérite éclatant,

Qui vous met au dessus du sort qui vous attend,

Tout ce qu'on peut devoir à l'épouse d'un homme,

Trouvé digne à vingt ans d'être Consul de Rome.

AGRIPPINE.

25   Madame, (puisqu'enfin vous m'ôtez la douceur

Que j'ai toujours trouvée à vous nommer ma soeur,)

Dans le trouble mortel dont mon âme est saisie

Je n'appréhendais rien de votre jalousie :

Vous avez du chagrin, et voulez l'exhaler :

30   C'est votre amour qui parle. Et le mien va parler.

J'aime Germanicus, Madame. Un mot si rude

N'est pas l'effet honteux d'une indigne habitude ;

Quoi que grand par lui-même, et fameux par son sang,

Ce mot n'échappe guère à celles de mon rang :

35   Mais pour rendre justice au héros qu'on m'arrache,

S'il m'est doux de l'aimer, il est beau qu'on le sache ;

Et que tout l'Univers justifie aujourd'hui,

Qu'il ne tient pas à moi, que je ne sois à lui.

À Drusus qui vous plut l'Empereur me destine :

40   Sa main vous eût charmée, et sa main m'assassine.

Non qu'il ne soit grand homme, et qu'il n'ait des vertus :

Quoi que fils de Tibère, on estime Drusus :

On l'a vu dans l'armée au sortir de l'enfance

Signaler sa valeur, et montrer sa prudence :

45   C'est un héros naissant, un coeur noble, élevé ;

Mais l'amant que je perds en est un achevé :

Rome n'a jamais vu, quoique l'envie en dise,

Homme plus glorieux, ni gloire mieux acquise.

Et pour son coup d'essai le Danube enchaîné,    [3]

50   Fait voir à quels exploits les Dieux l'ont destiné.

Je le perds ce héros, et mon âme charmée

À l'aimer tendrement s'était accoutumée.

Plut au Ciel que César vous laissât à Drusus !

LIVIE.

César me l'offrirait que je n'en voudrais plus,

55   Madame. Je l'aimai cet ingrat qui me quitte ;

Et pour fixer ses voeux j'eus trop peu de mérite.

Je cherche à le haïr, et me dois cet effort.

Car pour Tibère enfin je m'en plaindrais à tort :

De sa haine pour moi, j'attendais une preuve.

60   Il sait d'où je descends, et de qui je suis veuve.

De mon aïeul Antoine Auguste fut jaloux :

Tibère le parut de Caïus mon époux :    [4]

L'un qui pour Cléopâtre osa trop entreprendre,

À l'Empire du Monde avait droit de prétendre :

65   Et si l'autre eût vécu plus longtemps qu'il n'a fait,

J'étais Impératrice, et Tibère sujet.

Voila par quels motifs il me trouve importune.

Je l'ai vu de Caius, adorer la fortune ;

S'attacher à sa suite, et souvent prés de lui

70   Redouter ma puissance, ou briguer mon appui.

Ce cruel souvenir le chagrine et le gêne :

Plus je l'ai vu soumis, plus j'en attends de haine ;

Et depuis que le Monde obéit à ses lois

Il me rend les mépris qu'il reçut autrefois.

75   Mais pour Drusus...

AGRIPPINE.

  Madame, il va bientôt paraître :

En voyant tant d'appas son amour peut renaître :

Pour l'ôter de mes fers essayer leur pouvoir.

Je viens de le mander, et vous le pourrez voir.

Un seul remords...

LIVIE.

Adieu. Quoique l'ingrat m'oublie,

80   Ma haine est faible encor et mon coeur s'en défie :

Et je le veux, si je puis, le haïr assez bien

Pour le voir, le braver, et n'en redouter rien.

SCÈNE II.
Agripine, Drusus, Flavie.

FLAVIE, à Agripine.

Le prince vient.

AGRIPPINE.

Seigneur, ma main vous est promise,

Et je puis avec vous parler avec franchise.

85   M'aimez-vous?

DRUSUS.

  Ah Madame ! En ce fatal instant

Que mon sort serait beau si vous m'aimiez autant !

De quelque espoir flatteur que mon coeur s'entretienne,

Vous ne vous donnez pas quoi que je vous obtienne,

Mon hymen vous alarme, et vous vous trahissez ;

90   On vous force à me prendre, et vous obéissez,

Quoique l'heur d'être à vous rende ma gloire extrême,

Ce bien semble usurpé s'il ne vient de vous-même ;

Et parmi les amants il n'est rien si cruel

Que d'avoir de l'amour qui n'est pas mutuel.

AGRIPPINE.

95   Ah Seigneur !

DRUSUS.

  Poursuivez, sans que rien vous contraigne.

Je lis dans votre coeur, Germanicus y règne :

En vain à votre sort le mien doit être joint ;

Tant que vous l'aimerez vous ne m'aimerez point.

Bien qu'à votre vertu rien ne soit impossible,

100   Mon rival est aimable, et vous êtes sensible ;

Et de deux coeurs soumis qui vous rendront des soins,

Ce sera votre époux qui vous plaira le moins.

AGRIPPINE.

Je dois vous l'avouer, et le puis sans faiblesse :

J'ai pour Germanicus eu beaucoup de tendresse.

105   L'ordre exprès d'Agrippa, de qui je tiens le jour,

Contraignit mon devoir à souffrir son amour.

Au bruit qu'en sa faveur faisait la voix publique,

Pleine d'un si grand nom, j'obéis sans réplique.

Je vis Germanicus, c'est vous en dire assez ;

110   Rome lui rend justice, et vous le connaissez.

À ce premier aspect nos esprits se troublèrent ;

Aussi-bien que nos yeux nos coeurs se rencontrèrent ;

Et sur moi sa parole eut un si grand crédit,

Qu'ayant dit qu'il m'aimait je crus ce qu'il me dit.

115   Je vous avouerai plus, Seigneur : sa renommée

Avant que de le voir m'ayant déjà charmée,

Avec tant de mérite il ne fut pas haï ;

Et mon père jamais ne fut mieux obéi.

Accordez-moi, Seigneur, ce que j'ose prétendre :

120   J'ai pour vous une estime aussi juste que tendre :

Je n'ai point de regret d'avoir su vous charmer ;

Mais donnez-moi le temps d'apprendre à vous aimer.

Différez un hymen où l'on veut me contraindre :

J'ai des restes d'amour que je tâche d'éteindre ;

125   Et si Germanicus aigrit votre courroux

Laissez-le moi haïr avant que d'être à vous.

DRUSUS.

À le haïr, Madame, avez-vous quelque pente ?

AGRIPPINE.

Je ne vous promet pas que mon coeur y consente.

Quand il faut à la haine abandonner ses jours,

130   Le coeur à la raison n'obéit pas toujours.

Mais, Seigneur, si je puis, je vaincrai ma faiblesse ;

Je fuirai le héros que j'aime avec tendresse ;

Et je le haïrai, puisqu'on le veut ainsi,

De m'avoir voulu plaire, et d'avoir réussi.

135   Laissez-moi le loisir, Seigneur, l'amour l'ordonne,

De reprendre le coeur qu'il faut que je vous donne.

Un mois est peu de chose, il me suffit.

DRUSUS.

Hélas !

Un mois est peu de chose à vous qui n'aimez pas !

Mais, Madame, aux amants dont les flammes paraissent,

140   Plus un hymen est proche, et plus les désirs croissent.

Quelque fausse vertu qu'on oppose à leur cours,

S'ils ne sont à leur terme ils augmentent toujours :

Du bonheur qu'on attend l'âme est si possédée,

Qu'on s'en forme à soi-même une flatteuse idée :

145   On aspire sans cesse à ce jour glorieux ;

Et le dernier moment est le plus ennuyeux.

Quelque peine pourtant que votre ordre me cause,

Je m'en vais pour un mois différer toute chose :

À l'effort que je fais joignez-en un égal ;

150   Songez plus à m'aimer qu'à haïr mon rival.

Ne vous souvenez pas qu'il eut l'heur de vous plaire,

En pensant le haïr vous feriez le contraire.

C'est moi qui vous en prie : et peut-être entre nous,

Devez-vous quelque chose à qui fait tout pour vous.

SCÈNE III.
Agripine, Flavie.

FLAVIE.

155   À vos souhaits, Madame, il a daigné se rendre.

AGRIPPINE.

Il a fait plus pour moi que je n'osais attendre.

FLAVIE.

Lui tiendrez-vous parole, et pourrez-vous haïr...

AGRIPPINE.

L'Empereur le commande, il faut bien obéir.

FLAVIE.

Ce n'est pas là répondre, et quoi qu'on se propose

160   Pour haïr ce qu'on aime un mois est peu de chose :

Votre premier amant vit toujours sous vos lois.

AGRIPPINE.

Tu sais bien qu'à l'aimer je ne mis pas un mois.

Le terme est assez long pour avoir de la haine.

FLAVIE.

On hait mal-aisément ce qu'on aima sans peine :

165   Et si j'ose, après tout, m'expliquer sur ce point,

Vous ne le pouvez pas, et ne le voulez point.

Bientôt Germanicus doit triompher dans Rome :

Vous aspirez encor à voir un si grand homme ;

Et si j'en sais juger, pour le voir sans péril,

170   Votre coeur est trop tendre, et l'amour trop subtil.

Mandez-lui qu'à ses voeux l'Empereur vous arrache :

Il est au bord de l'Elbe où son emploi l'attache.    [5]

Là son bras redoutable aux plus vaillants Germains,

Du malheur de Varus a vengé les Romains.

175   Rien de plus glorieux n'embellit nos Histoires ;

Par les Combats qu'il donne on compte les Victoires.

Son retour sera prompt, l'Ennemi fuit ses pas.

Écrivez-lui, Madame, et ne l'attendez pas.

Ne vous exposez point à des peines mortelles.

180   Germanicus...

AGRIPPINE.

  Demain j'en aurai des nouvelles.

Pison, qui sert ma flamme en attend aujourd'hui.

J'ai beaucoup de sujet de me louer de lui.

Pison est sage, ardent, civil, soumis, fidèle :

Par les soins qu'il me rend il m'instruit de son zèle :

185   Avec un coeur sincère il me dit ce qu'il croit :

Ce qu'on m'écrit du Rhin, c'est lui qui le reçoit :

Il veut ce que je veux ; craint ce que j'appréhende ;

Et montre en ma faveur une bonté si grande,

Un respect si profond...

FLAVIE.

Madame, le voici.

AGRIPPINE.

190   De peur de le contraindre éloigne-toi d'ici.

Quand je l'aurai quitté je t'irai tout apprendre.

SCÈNE IV.
Agripine, Pison.

AGRIPPINE.

Que venez-vous de me dire, et qu'ai-je lieu d'attendre ?

Cher Pison.

PISON.

Cette lettre, où sont peints vos secrets,

Dés hier me fut rendue, et je l'apporte exprès.

195   Je serais criminel, sachant qui vous l'envoie,

Si j'avais plus longtemps différé votre joie.

De vos rares bontés ce serait abuser ;

Et mon plus grand plaisir est de vous en causer,

Madame.

AGRIPPINE.

Votre zèle a déjà su paraître.

PISON.

200   Il n'a pu jusqu'ici se bien faire connaître.

Ce zèle impétueux, s'il osait découvrir,

Aurait peine, peut-être, à se faire souffrir.

Mais à vous en parler les moments que j'emploie,

Sont autant de moments que j'ôte à votre joie :

205   Ne la différez point, contentez votre esprit ;

Et réglez vos desseins sur ce qu'on vous écrit.

AGRIPPINE, lit.

Ainsi que mon amour mon malheur est extrême ;

Tandis que dans ces lieux je signale ma foi

On dispose de ce que j'aime

210   En faveur d'un autre que moi.

L'effort que je me fis quand je quittai vos charmes,

Vous coûta des soupirs ; vous arracha des larmes ;

Le don de votre coeur suivit l'offre du mien :

Cependant prés de vous on cherche à me détruire ;

215   Ceux que mon sort afflige ont soin de me l'écrire ;

Et vous ne m'en écrivez rien.

Vous me verrez dans Rome aussitôt que ma lettre,

Disputer à Drusus ce qu'il vole à mes feux :

L'amour me joint à vous par de si puissants noeuds,

220   Que de votre secours j'ose tout me promettre.

Je sais que l'Empereur parlera contre moi :

Le soin de son Armée est commis à ma foi ;

Mais je laisse en ma place un plus grand Capitaine.

Il doit approuver mon retour ;

225   Et puisque j'ai servi sa haine,

Je puis bien servir mon amour.

GERMANICUS.

Agripine continue.

Il vient, Pison !

PISON.

Votre âme en paraît toute émue ;

Souhaitez-vous, Madame, ou craignez-vous sa vue ?

AGRIPPINE.

Je le veux voir.

PISON.

De grâce, examinez-vous bien.

AGRIPPINE.

230   Je le veux voir, vous dis-je, et par votre moyen.

PISON.

Eh, ne pourriez-vous point vous servir de quelque autre ?

AGRIPPINE.

Et quel zèle pour moi peut être égal au vôtre ?

De semblables secrets souffrent peu de témoins.

Vous les savez.

PISON.

Hélas ! Que n'en sais-je un peu moins.

235   À servir votre amour le plaisir que je goûte,

M'est un plaisir fatal par le prix qu'il me coûte.

Ce n'est pas que mon zèle ait jamais chancelé ;

À l'espoir de vous plaire, il s'est tout immolé ;

Loin de me repentir de vous avoir servie,

240   J'ai toujours même zèle, et toujours même envie ;

Et je meurs de regret de venir en ce lieu

Pour y prendre votre ordre, et pour vous dire adieu.

AGRIPPINE.

Ce discours me surprend, et j'ai peine à comprendre..

PISON.

Je me suis bien douté que j'allais vous surprendre.

245   Mais je sens dans mon coeur des transports si confus...

Si je m'expliquais mieux je vous surprendrais plus.

AGRIPPINE.

Et si vous m'estimiez, vous de qui je dispose,

D'un départ si soudain vous me diriez la cause.

Avez-vous des raisons pour quitter ce séjour ?

PISON.

250   Manque-t-on de raisons quand on a de l'amour ?

Une illustre beauté m'a su rendre sensible

AGRIPPINE.

Pour partir de ce lieu, le prétexte est plausible.

Mais vous estes secret, j'ignore vos amours.

PISON.

Et s'il se peut, Madame, ignorez-les toujours.

255   Aux succès de mes feux tant d'obstacles s'opposent,

Que j'en fais un secret aux beaux yeux qui les causent.

Mon amour jusqu'ici s'est si bien déguisé

Qu'aussi-bien que mon coeur je m'y suis abusé.

Quand je vis la Beauté, qui doit m'être contraire,

260   Je nommai bienveillance un désir de lui plaire :

Je me plus à la voir, et je connus ainsi

Qu'en lui voulant du bien je m'en voulais aussi.

Je crus donc que ce nom n'était plus légitime,

Et que ma bienveillance était lors pure estime :

265   Mais j'avais des transports et des troubles secrets,

Que pour l'estime seule on n'a presque jamais.

De l'audace d'aimer ne pouvant me défendre,

J'appelai cette estime une amitié fort tendre :

Mais j'entendais mon coeur qui me disait tout bas,

270   L'amitié rend tranquille, et je ne le suis pas.

Dans cette inquiétude où me plongeait ma flamme,

Je revis la Beauté, qui m'avait touché l'âme :

Mille appas différents paraissaient tour à tour ;

Et ma tendre amitié fut changée en amour.

275   Cet amour violent, quelque pur qu'il puisse être,

Je l'aurais étouffé si je l'avais vu naître ;

Mais sous tant de faux noms il déguisa le sien,

Qu'il régnait dans mon âme, et je n'en savais rien.

AGRIPPINE.

Si vous eussiez parlé rien n'était difficile :

280   Aux succès de vos feux je pouvais être utile :

Vous deviez à ma foi confier vos secrets.

PISON.

Hé quoi ! Mes yeux, Madame, ont-ils été muets ?

Ne vous ont-ils rien dit d'une ardeur si puissante ?

AGRIPPINE.

Au langage des yeux je ne suis pas savante :

285   Mais si votre destin en peut être plus doux,

Dites qui vous aimez, et je parle pour vous.

Pour hâter le succès d'une flamme si pure,

De vos rares vertus je ferai la peinture :

Nommez donc cet objet qui vous a pu charmer ;

290   Et je m'offre moi-même à vous en faire aimer.

J'avais peur d'être ingrate, et je me sens ravie

De pouvoir vous servir, vous qui m'avez servie ;

Ne vous obstinez point à vouloir vous trahir.

Parlez.

PISON.

Vous le voulez, et je vais obéir.

295   L'adorable Beauté qui captive mon âme,

Peut être comparée avecque vous, Madame :

Quand je vous aperçois, j'aperçois tous ses traits ;

Elle a vos mêmes yeux, et vos mêmes attraits ;

Entre vous deux, enfin, la ressemblance est telle,

300   Qu'étant auprès de vous je crois être auprès d'elle :

Vos appas et les siens lancent de mêmes coups ;

Et pour être aimé d'elle, il faut l'être de vous.

AGRIPPINE.

De moi, Pison ?

PISON.

De grâce ; achevez de m'entendre ;

Mais calmez ce courroux, ou daignez le suspendre ;

305   Et d'une âme tranquille, en ce malheureux jour,

Punissez mon audace, ou plaignez mon amour.

Je vous aime, Madame, et ce mot m'épouvante :

Si c'est être coupable, estes-vous innocente ?

J'obéis à mon sort, et ne m'en défends pas ;

310   Mais si j'ai de l'amour, vous avez des appas :

Cet amour que j'étale a dû peu vous surprendre ;

Si vous n'en donniez point, en aurais-je pu prendre ?

Et qui des deux, enfin, fait un crime plus grand,

Ou de l'oeil qui le donne, ou du coeur qui le prend ?

AGRIPPINE.

315   Ah ! Pison, si mes yeux ont osé vous séduire,

Puisque je l'ignorais deviez-vous m'en instruire ?

Et ne saviez-vous pas qu'en trahissant leur sort,

Avec le sang d'Auguste ils n'étaient pas d'accord ?

En tout autre que vous il serait punissable,

320   Cet amour qui m'outrage, et qui vous rend coupable :

Vous pouviez m'estimer, et me rendre des soins...

PISON.

Eh ! que n'ai-je pas fait pour aimer un peu moins ?

À l'aspect imprévu d'un mérite sublime,

On n'a pas le loisir d'arrêter à l'estime ;

325   Comme un coeur qui s'enflamme ose plus qu'il ne croit,

On se trouve à l'amour sans savoir qu'on y soit ;

La raison et les sens ont beau faire divorce ;

Quand les sens sont gagnez la raison est sans force :

Et si c'est vous trahir que d'avoir tant d'ardeur,

330   Le crime est de mon Astre, et non pas de mon coeur.

AGRIPPINE.

Si mes faibles appas, qu'offensent votre flamme,

Ont osé s'abaisser jusqu'à toucher votre âme,

Je veux bien consentir qu'envers moi, sur ce point,

Vous soyez peu coupable, ou ne le soyez point :

335   Mais envers votre Prince, outragé par ce crime,

Qui pour votre mérite a tant conçu d'estime,

Qui chérit tendrement un ami supposé,

Et qui croit si fidèle un rival déguisé ;

Quand de tant de bienfaits sa bonté vous accable,

340   Croyez-vous qu'envers lui vous soyez peu coupable ?

Et ne songez-vous point que vous seriez perdu,

Si quelqu'autre que moi vous avait entendu ?

PISON.

Si ma témérité, qu'un seul mot peut confondre,

À l'ardeur que je sens vous pressait de répondre ;

345   Si mon coeur prévenu, corrompant mon devoir,

Pour flatter mon erreur concevait quelqu'espoir ;

Le Prince que je sers, dont la haine est à craindre,

D'un ami si perfide aurait lieu de se plaindre ;

Et j'aurais du regret d'attirer ses mépris,

350   Par un crime, inutile à l'amour que j'ai pris.

Mais que n'ai-je pas fait en faveur de sa flamme ?

Je l'ai peint à vos yeux tel qu'il est dans mon âme ;

Et souvent à son feu sacrifiant le mien,

Je me suis voulu mal à vous vouloir du bien.

355   Pour vous le faire aimer j'ai tout mis en usage.

Il est vrai que mon coeur démentait mon langage,

Et de mon zèle extrême étant presque jaloux,

Quand je parlais pour lui, je soupirais pour vous :

Quoi que ma passion n'ose rien s'en promettre,

360   C'est un crime envers vous bien facile à commettre ;

Et pour tout dire, enfin, quand il serait plus noir,

C'est m'en punir assez que d'aimer sans espoir.

Laissez-moi me bannir. Mais de grâce, Madame,

Que ce soit de vos yeux, et non pas de votre âme :

365   Quoi qu'au sort d'un époux vous alliez vous unir,

Ne me bannissez pas de votre souvenir.

Laissez-moi me flatter de ce bon-heur extrême,

Que du moins, quelquefois vous direz en vous-même

En parlant de Pison, en songeant à ses feux,

370   Il fut moins criminel, qu'il ne fut malheureux.

Mon départ est douteux à vous voir davantage :

Adieu. Que cet adieu soit mon dernier hommage.

Je vais partir sur l'heure, et je jure, en partant,

Qu'aucun autre que moi n'aimera jamais tant.

375   Adieu, Madame.

AGRIPPINE.

  Ah ciel ! est-ce ainsi qu'on me laisse ?

PISON.

Pour votre intérêt propre épargnez ma faiblesse,

Madame. Jusqu'ici je n'ai rien mis au jour

Qui soit honteux pour vous, excepté mon amour :

Mais dans l'état funeste ou mon âme est réduite,

380   Du désordre où je suis j'appréhende la suite.

Vous voulez m'arrêter, et vos voeux sont les miens ;

Mais pour me retenir forgez-moi des liens.

Quoi qu'avoir des rivaux soit un sort déplorable,

Si je n'en avais qu'un je serais consolable :

385   Quand de votre main seule il serait possesseur,

Je dirais en moi-même il m'en reste le coeur.

Si du coeur au contraire il était le seul maître,

De sa main, me dirais-je, il ne peut jamais l'être ;

Et de chaque côté rencontrant des appas,

390   Je serais satisfait de ce qu'il n'aurait pas.

Mon tranquille destin n'aurait rien de funeste ;

Mais à quoi que j'aspire aucun bien ne me reste ;

Et de mes deux rivaux l'heur me rend alarmé,

Puisque l'un vous épouse, et que l'autre est aimé.

395   Au moins, pour m'arrêter, dites qu'on vous immole ;

Que le coeur où j'aspire est un bien qu'on vous vole ;

Que le fils de César en dispose aujourd'hui ;

Qu'il serait tout à moi, s'il n'était tout à lui ;

Et qu'enfin plus sensible à mon amour extrême...

AGRIPPINE.

400   Partez, Pison, partez, je vous chasse moi-même.

Vous m'étiez nécessaire, et vous le saviez bien :

J'attendais tout de vous, je n'en attends plus rien.

Adieu ; contentez-vous d'une estime usurpée,

Pour entrer dans mon âme elle est trop occupée.

405   Les illustres rivaux, dont vous estes jaloux,

La déchirent sans cesse, et c'est assez, sans vous.

En quelqu'autre climat que le Ciel vous appelle,

Je sais ce que pour moi vous avez eu de zèle :

Disposez du pouvoir que j'aurai dans ce lieu.

410   Je vous l'ordonne.

PISON.

Hélas ! Adieu, Madame.

AGRIPPINE.

  Adieu.

ACTE II

SCÈNE PREMIÈRE.
Agripine, Albin, Flavie.

AGRIPPINE.

Mon amour te retient, et mon devoir te chasse.

Obéis au devoir, retire-toi de grâce.

ALBIN.

Quoi ! Me chasser, Madame, avec un si grand soin.

Ô Ciel !

AGRIPPINE.

Germanicus ne doit pas être loin,

415   Je crains sa vue.

ALBIN.

  Hélas ! il suffit de le plaindre.

D'un Amant si soumis vous n'avez rien à craindre.

Quoique vous l'arrachiez à l'espoir d'être à vous,

D'une main qu'il adore il respecte les coups.

Mais ne l'aimez-vous plus ? Sa disgrâce imprévue...

AGRIPPINE.

420   Et ne t'ai-je pas dit, que je craignais sa vue ?

Dans la dure contrainte ou mes voeux sont forcés,

Dire que je le crains, c'est m'expliquer assez.

Va de mon infortune instruire ce grand homme.

Drusus, je te l'avoue, est retourné dans Rome :

425   Mais ce charmant Séjour, ce Palais somptueux

Que les soins de Luculle ont rendu si fameux ;

Cette Maison célèbre aux plaisirs destinée,

Où se doit achever mon funeste hyménée ;

Ces Jardins, admirez de tant de nations,

430   Par l'ordre de César sont remplis d'espions.

Et le moyen, Albin, qu'un si grand capitaine,

Qui dans tout l'univers se cacherait à peine ;

Le moyen qu'un héros dont les premiers exploits

Ont rangé le Danube, et le Rhin sous nos lois,

435   Et laissant des Germains les campagnes désertes,

Vengé nos légions, et réparé nos pertes,

Cherche à me voir, me voie, et ne se montre pas,

En des lieux où sa gloire a devancé ses pas ?

Dût-il n'être point vu, ma tendresse alarmée

440   Me le peindrait sans cesse avec sa Renommée :

Fidèle à sa valeur par tout elle le suit ;

Et pour ne la pas craindre elle fait trop de bruit.

Va rejoindre ce Prince, et dis lui qu'il m'oublie :

Avant que de m'aimer, il aimait Émilie,

445   Elle est jeune, elle est belle, et d'un sang glorieux ;

Paul-Émile, et Pompée ont été ses aïeux ;

Je le pris dans ses fers ; mon malheur l'y renvoie :

Un Amant tel que lui se retrouve avec joie :

Il aura peu de peine à rentrer dans son coeur.

450   Ce conseil, cher Albin, m'échappe avec douleur.

Jusqu'au jour qui m'arrache à qui j'eusse aimé d'être,

Quelques voeux que je pousse ils vont tous à ton maître :

C'est vers lui que je penche, et cent fois chaque jour,

Ce que j'ôte au devoir, je le donne à l'amour :

455   C'est trahir son rival ; mais Albin, en revanche,

Notre hymen achevé, c'est vers lui que je penche :

Et je fais à mon tour, pour lui rendre l'espoir,

Du débris de l'amour un hommage au devoir.

Va revoir ce héros, et dis lui qu'on m'immole ;

460   Mais s'il m'aime toujours que son coeur s'en console ;

Et que de mon exemple il se fasse une loi :

Je perds bien plus en lui qu'il ne peut perdre en moi.

Fais-lui voir que mon âme est dans un trouble extrême...

ALBIN.

Madame, il va paraître, il le verra lui-même.

465   Son amour vous l'amène , il marche sur mes pas.

AGRIPPINE.

Et que me dira-t-il que je ne sache pas ?

Pense-t-il qu'à ses yeux je captive mes larmes ?

Il m'est trop cher, Albin, pour le voir sans alarmes :

Je sens bien que mon feu n'est éteint qu'à moitié ;

470   Si j'entends qu'il se plaigne il me fera pitié ;

Ma raison de mes sens n'étant plus la maîtresse,

La pitié que j'aurai séduira ma tendresse ;

Et de cette tendresse où je crains le retour,

On a qu'un pas à faire, et l'on est à l'amour.

475   Qu'il me fuie.

ALBIN.

  À sa flamme épargnez ce supplice :

Exiler sa douleur, c'est en être complice.

Il ne s'oubliera point à votre auguste aspect :

Cet amant qui perd tout ne perd pas le respect.

Il vous aime, et vous perd : Sa gloire est sans seconde

480   S'il en coûte une larme aux plus beaux yeux du Monde :

Et si lors qu'on l'arrache à de si doux liens,

Vous poussez des soupirs qui rencontrent les siens,

Madame, encor un coup, permettez qu'il vous voie ;

Endormez sa douleur par une ombre de joie ;

485   À le voir autrefois vos beaux yeux se sont plus,

Vous l'aimiez.

AGRIPPINE.

Et crois-tu que je ne l'aime plus ?

ALBIN.

Voyez-le donc : ce bien est le seul qu'il implore,

Au nom d'un peu d'amour, s'il vous en reste encore ;

Et de peur de sa mort qui suivrait vos refus,

490   Au nom de la pitié, si vous ne l'aimez plus.

AGRIPPINE, à Flavie.

Le verrai-je ?

FLAVIE.

Du moins c'est trop être interdite :

De l'absence du Prince, il est bon qu'on profite.

Ou souffrez qu'il vous voit, ou donnez d'autres lois.

AGRIPPINE, à Albin.

Au moins ce sera donc pour la dernière fois.

ALBIN.

495   Oui, Madame.

AGRIPPINE.

  Qu'il vienne. Et si je lui fut chère,

Que pour prix de l'effort qu'il me contraint de faire,

Il ait soin de ma gloire, et ne l'expose pas.

Toi, qui m'est si fidèle, accompagne ses pas :

Amène ici ce Prince ; et de peur qu'on le voit,

500   Prends la plus sombre route, et la plus sûre voie.

Un Guerrier si fameux, dans un lieu si suspect,

Alarmerait Tibère, à qui je dois respect.

SCÈNE II.

AGRIPPINE, seule.

D'où me vient ce désordre, et pourquoi suis-je émue ?

Pourquoi ? Fuis pour jamais cette fatale vue :

505   D'un Amant qu'on doit perdre écouter les soupirs,

Loin d'éteindre ses feux, c'est croître ses désirs.

Je ne le veux point voir ; c'est en vain qu'il m'en presse :

Si j'ai quelque vertu, j'ai beaucoup de tendresse ;

Et de quoi qu'on se flatte entre de vrais amants,

510   La vertu la plus forte a de faibles moments.

Je révoque mon ordre, et ne veux point qu'il vienne.

Hola !

SCÈNE III.
Agripine, Pison.

AGRIPPINE.

Quelle surprise est égale à la mienne ?

C'est Pison !

PISON.

Oui, Madame : et malgré mon adieu,

J'interromps mon voyage, et reviens en ce lieu.

515   Si tantôt à vos yeux j'ai montré ma faiblesse,

Jusqu'à faire l'aveu d'un amour qui vous blesse,

Plus soumis à présent, j'y reviens à mon tour,

Étaler mon respect, et non plus mon amour.

Ce n'est pas que ma flamme obscurcit votre lustre,

520   Si le Ciel m'eut fait naître en un rang plus illustre :

Mais des droits de l'Amour aucun coeur n'est exempt ;

Et ce que sent un Prince un autre homme le sent ;

Soit qu'on naisse du Peuple, ou d'un sang qu'on renomme,

Pour aimer comme j'aime il suffit qu'on soit homme.

525   Ce n'est pas à son choix qu'on se laisse enflammer :

Nous naissons pour mourir, et vivons pour aimer :

Et de quoi qu'envers vous ma passion m'accuse,

La beauté de mon crime en doit faire l'excuse.

Cet amour de mon coeur est banni pour jamais.

AGRIPPINE.

530   Me le promettez-vous ?

PISON.

  Oui, je vous le promets.

Je suis guéri, Madame ; et vous allez connaître,

Qu'il serait mal-aisé de le pouvoir mieux être.

J'ai repris sur moi-même un empire absolu.

C'est assez qu'une fois mon amour ait déplu.

535   Je ne vous dirai plus, puisque tout m'est contraire,

Que mon sort est d'aimer, si le vôtre est de plaire :

Je ne vous dirai plus, qu'asservi par vos yeux,

Je regardais mes fers comme un bien précieux :

Je ne vous dirai plus, que l'amour qui m'enchaîne,

540   Me fait voir un supplice à l'hymen qui vous gêne :

Je ne vous dirai plus qu'épris de vos appas...

AGRIPPINE.

Vous ne le direz plus ! ne le dites-vous pas ?

PISON.

Dans le trouble inquiet, dont mon âme est atteinte,

J'avais presque oublié que ma flamme est éteinte :

545   Mon esprit dégagé reprenait ses liens ;

Et le feu de vos yeux rallumait tous les miens.

Suspendez leur pouvoir qui fait naître ma peine,

Pour apprendre en repos quel sujet me ramène :

Et, tandis qu'en ce lieu nous voila sans témoins,

550   Pour juger de mon zèle apprenez tous mes soins.

J'étais parti de Rome, et déjà l'âme émue,

Je voyais l'Aventin disparaître à ma vue,

Lorsqu'avec ce grand air, qui fait pâlir d'effroi,

J'ai vu Germanicus avancer prés de moi.

555   Malgré le désespoir où ma flamme est réduite,

Votre gloire en danger m'a fait blâmer ma fuite :

Le retour de ce Prince allait trop éclater ;

Vous l'allez voir paraître.

AGRIPPINE.

Et je veux l'éviter.

PISON.

Vous, Madame ?

AGRIPPINE.

Oui, Pison, c'est en vain que j'hésite :

560   Pour le voir sans alarme il a trop de mérite.

Quand de quelque vertu mon coeur serait armé,

Vous savez qu'à le vaincre il est accoutumé.

Ce n'est pas que ce coeur, si je l'en voulais croire,

Ne promette à mes voeux d'avoir soin de ma gloire :

565   Quoique Germanicus ait sur lui de pouvoir,

De l'espoir du triomphe il flatte mon devoir :

À ce devoir crédule il fait sans cesse entendre,

Qu'à ses lois, qu'il respecte, il est prêt de se rendre ;

Mais, s'il faut tout vous dire, il est si peu constant

570   Qu'à l'Amour aussitôt il en promet autant :

Et je crois, contre un coeur qui chancelle, et qui tremble,

Que l'amour et l'amant sont trop fort joints ensemble.

Par pitié pour ma gloire allez donc l'avertir

Qu'à le voir un moment je ne puis consentir.

575   Mais à moins d'être prompt vous perdez votre peine :

Il m'a fait prévenir, et je crois qu'on l'amène :

Albin, son confident vient de sortir d'ici.

Je vous l'apprends.

PISON.

Madame, il me l'a dit aussi.

C'est un homme discret, mais à quoi qu'il s'engage,

580   Votre gloire est d'un prix qu'il est bon qu'on ménage.

Je n'ai pu sans douleur, malgré tous vos dédains,

Voir un si grand dépôt en de si faibles mains.

Servez-vous de moi seul ; je vous sers avec joie :

Et je rends grâce au Ciel qui m'en offre une voie.

585   À fuir Germanicus votre vertu consent ;

Vous voulez qu'il l'apprenne, et votre ordre est pressant :

J'obéis sans réplique ; et de peur qu'on l'amène...

AGRIPPINE.

N'a-t-il point demandé si je le perds sans peine ?

PISON.

L'âme toute agitée, et le coeur plein d'ennui,

590   Il s'est enquis à moi, si vous songiez à lui ?

Si l'époux qu'on vous donne a pour vous tant de charmes ?

Et si vous le perdez sans verser quelques larmes ?

AGRIPPINE.

Qu'avez-vous dit ?

PISON.

J'ai dit qu'il vous eût été doux

De n'aimer que lui seul, comme il n'aime que vous :

595   Que son rare mérite est gravé dans votre âme ;

Et qu'un Prince absolu vous arrache à sa flamme.

AGRIPPINE.

Et qu'a-t-il répondu ?

PISON.

Ses soupirs à l'instant...

Mais, Madame, il viendra si vous m'arrêtez tant.

Ne vous exposez point à ce péril extrême :

600   Les moments durent peu quand on voit ce qu'on aime.

Si Drusus avec lui vous surprend sans témoins...

AGRIPPINE.

Ah ! Pison, je m'égare, et l'on s'égare à moins.

Allez lui dire... Ô Ciel ! le voici.

PISON.

Je vous laisse.

AGRIPPINE.

Demeurez. Vous, présent, j'aurai moins de faiblesse.

605   Si mon coeur se hasarde à rien faire de bas,

Ayez soin de ma gloire, et ne le souffrez pas.

Je promets, puisqu'en vain vous m'aimez l'un et l'autre,

De traiter son amour comme j'ai fait le vôtre :

Et m'aimant, sans espoir, il vous doit être doux

610   Qu'un héros, comme lui, soit traité comme vous.

SCÈNE IV.
Germanicus, Agripine, Pison, Albin, Flavie.

AGRIPPINE.

Enfin, Prince, votre âme a lieu d'être contente :

Vos illustres exploits ont rempli notre attente :

Si l'on doit d'un grand coeur attendre un grand effet,

On attendait de vous ce que vous avez fait.

615   Moi, qui pour vous, Seigneur, n'ai rien craint de funeste,

Apprenant vos Combats, je devinais le reste ;

Et souvent de ma joie étalant tout l'excès,

En voyant mon visage on lisait vos succès.

GERMANICUS.

Si de l'Elbe et du Rhin l'audace est confondue,

620   C'est à vous, plus qu'à moi, que la gloire en est due.

Je dois moins les exploits que j'ai faits en tous lieux

À l'effort de mon bras, qu'au pouvoir de vos yeux.

L'impatient désir de revoir tant de charmes

Animant ma valeur, favorisait mes armes :

625   Plus de mes Ennemis succombaient sous mes coups,

Plus je faisais de pas qui m'approchaient de vous :

Dans l'espoir de m'y rendre, et d'avoir cette joie,

Sur des corps expirants je frayais une voie ;

Et trouvais moins de gloire à les priver du jour

630   Immolez à l'État, qu'immolez à l'amour.

Je vous aime, et vous vois, mon bonheur est extrême...

AGRIPPINE.

Adieu, Prince.

GERMANICUS.

Me fuir !

AGRIPPINE.

Vous m'aimez ?

GERMANICUS.

Je vous aime.

Aucun autre sujet ne m'amène en ce lieu :

Vous aimer fait ma joie : Et vous, Madame ?

AGRIPPINE.

Adieu.

635   Je crains trop un combat dont l'issue est douteuse,

Seigneur.

GERMANICUS.

Et votre fuite, est-elle point honteuse ?

Après trois ans d'absence il m'eût été bien doux

De pouvoir plus longtemps demeurer prés de vous.

Je m'étais assuré d'une ardeur mutuelle :

640   Je croyais, comme vous, votre flamme immortelle ;

Et que votre beauté, qu'on enlève à ma foi,

Charmerait tout le monde, et ne serait qu'à moi.

Cependant...

AGRIPPINE.

Ah ! Seigneur, laissez-moi l'innocence :

Épargnez à ma gloire un soupçon qui l'offense :

645   À mon coeur tout à vous n'imputez rien de bas ;

Et si l'on vous trahit, ne m'en accusez pas.

Vous m'aimez, je vous fuis, et je le dois sans doute :

Mais vous ne savez pas quelle peine il m'en coûte :

Votre amour défiant en veut être éclairci.

À Flavie.

650   Empêchez que Drusus ne nous surprenne ici.

Vous me connaissez, Prince, ou devez me connaître :

Quoique sente mon coeur, mon devoir est le maître.

Quand par l'ordre d'un père il fallut vous aimer,

J'obéis avec joie, et me laissai charmer :

655   Aujourd'hui qu'à mes voeux on impose silence,

J'obéis avec peine, et me fais violence ;

Et loin d'être insensible à de si rudes coups,

Je m'arrache à moi-même en m'arrachant à vous.

En faveur de l'amour tout mon coeur se déclare :

660   À remplir mon devoir tout mon sang se prépare ;

Et ces deux opposez sont d'illustres tyrans,

Qui demandent de moi des efforts différents.

Si j'écoute mon sang, que le feu déshonore,

Mon devoir m'est trop cher pour vous aimer encore :

665   Si j'entends de l'amour les conseils absolus,

Je vous ai trop aimé, pour ne vous aimer plus :

Ma vertu qui chancelle, en cet état réduite,

Pour cacher sa faiblesse a recours à la fuite ;

Et de peur que l'amour n'ébranlât le devoir,

670   N'ose s'accoutumer au plaisir de vous voir.

GERMANICUS.

Et que sera, Madame, à ma douleur mortelle

L'inutile secours d'une pitié cruelle ?

Ces regrets si touchants ont pour moi peu d'appas ;

Rendez-moi votre amour, et ne me plaignez pas.

675   Me vouloir tant de bien, et ne m'en pouvoir faire,

C'est me faire un honneur qui m'est peu nécessaire.

Mon rival moins aimé vous épouse demain ;

Quand j'aurais votre coeur, il aura votre main ;

Devenu par l'hymen la moitié de vous-même

680   Vous ferez juste assez pour l'aimer, s'il vous aime ;

De ce qui peut vous plaire il fera ses plaisirs ;

Il vous rendra des soins ; préviendra vos désirs ;

Votre âme accoutumée à souffrir ses caresses,

Lui rendra soins pour soins ; tendresses pour tendresses ;

685   Et de tout son dépit votre coeur de retour,

Vous ferez par vertu ce qu'on fait par amour.

Dans les bras d'un époux, possesseur de vos charmes,

Qui de tant de plaisirs jouira sans alarmes,

D'un soupir favorable honorer ma douleur,

690   C'est plaindre mon destin, sans le rendre meilleur.

Si vous jetez les yeux sur mon affreux supplice,

Peut-être avouerez-vous qu'on me fait injustice,

Et me souhaiterez, comme à qui fait mes maux,

Une épouse adorable, et des plaisirs égaux :

695   Mais à votre vertu quelqu'effort qu'il en coûte,

Ces plaisirs souhaitez, valent-ils ceux qu'il goûte ?

Et de votre pitié le secours apparent,

Rend-il mon sort moins rude, et mon malheur moins grand ?

AGRIPPINE.

Je vois avec douleur celle d'un si grand homme ;

700   Mais que puis-je ?

PISON.

  Drusus va revenir de Rome.

De peur de vous trahir, je vous le dit tout haut.

AGRIPPINE, à Pison.

Croyez-vous qu'il revienne ?

PISON.

On l'attend.

AGRIPPINE.

Quoi ! Si tôt !

GERMANICUS.

Pour calmer un transport, qui me serait funeste,

Votre bonté, Madame, aura du temps de reste.

705   Sauvez-moi de moi-même, et sans plus m'alarmer...

AGRIPPINE.

Je vous l'ai déjà dit, que puis-je, enfin ?

GERMANICUS.

M'aimer.

AGRIPPINE.

Vous aimer ! Ah, Seigneur, qu'osez-vous me prescrire ?

Songez-y : des malheurs vous souhaitez le pire.

Vous garder ma tendresse, et l'oser mettre au jour,

710   C'est blesser ma vertu, sans flatter votre amour :

Car, enfin, quoi qu'aimé par l'aveu de mon père,

À l'époux que j'aurai je me dois toute entière ;

Et ne présumez pas qu'en un sort si cruel,

Il échappe à ma gloire un désir criminel.

715   Par amour l'un pour l'autre, amortissons nos flammes ;

Arrachons de nos coeurs ce qui trouble nos âmes ;

Ne nous souvenons plus de ces tendres discours,

Que nos yeux éloquents se faisaient tous les jours :

Effaçons avec soin de notre âme obsédée,

720   Tout ce qui de nos feux peut retracer l'idée ;

Et si l'heur de m'aimer fait vos plus doux souhaits,

Veuillez m'aimer assez pour ne m'aimer jamais.

Plus je suis avec vous, plus j'ai l'âme attendrie :

Ne me revoyez plus ; c'est moi qui vous en prie :

725   Accordez cette grâce à mes voeux empressez :

Des maux que je vous fais, c'est me punir assez.

Ramenez-moi, Pison. Adieu, Prince.

GERMANICUS.

Ah ! Madame !

À travers vos discours je pénètre en votre âme :

Au fils de l'Empereur votre coeur fait la cour ;

730   Et votre ambition va trahir mon amour.

Mon rival prés du trône, où j'ai droit de prétendre,

Fait que jusques à moi vous craignez de descendre.

Je ne murmure point, quel que soit votre arrêt :

Mon amour qui vous plût, à présent vous déplaît.

735   Hé bien, Madame, allez, perdez-en la mémoire ;

À l'appas qu'on vous offre immolez votre gloire :

Ne vous souvenez plus que l'amour que je plains,

Étant né de vos yeux, va mourir par vos mains.

Je sais bien que mon coeur, est indigne du vôtre ;

740   Mais, enfin, son rebut sera bon à quelque autre :

Et puisque de l'amour vous passez au mépris,

J'aurai soin de me rendre à qui vous m'avez pris.

La Princesse Émilie, indulgente à mon crime,

Apprenant mon remords, me rendra son estime :

745   Obligé pour vous plaire de lui manquer de foi,

Vous me coûtiez assez pour devoir être à moi.

Vos appas séducteurs corrompirent mon zèle ;

Pour me donner à vous, je fus ingrat pour elle ;

Et d'un prix assez grand c'est payer vos attraits,

750   Quand il en coûte un crime à qui n'en fit jamais.

AGRIPPINE.

Je n'attendais pas, Prince, en un si sort si contraire,

Un outrage si grand d'une bouche si chère :

Ce reproche est sensible ; et si vous m'aimiez bien,

À ma juste douleur vous n'ajouteriez rien.

755   Vous me connaissiez mal, si vous avez pu croire

Qu'à l'éclat d'un haut rang j'immolasse ma gloire :

Si le sort qui m'outrage eût voulu m'être doux,

Ma plus sensible joie eût été d'être à vous.

Le bonheur qui m'échappe, est un bonheur insigne,

760   Dont il faut que le Ciel ne me juge pas digne.

La Princesse Émilie, exorable à vos soins,

Aura plus de mérite, et vous coûtera moins.

À des fers qu'il fuyait, ramenez un rebelle :

Loin de faire des voeux contre vous, ou contre elle,

765   Je souhaite ardemment, vous ayant enflammé,

Qu'elle vous aime autant que je vous eusse aimé.

Et pour dernière marque et d'amour, et d'estime,

Si mes faibles appas vous coûtèrent un crime,

Pour mettre en sûreté vos sublimes vertus,

770   Désormais, par respect, je ne vous verrai plus.

À Pison.

Ramenez-moi.

SCÈNE V.
Flavie, Agripine, Germanicus, Pison, Albin.

FLAVIE.

Madame...

AGRIPPINE.

Ah ! Que viens-tu m'apprendre ?

FLAVIE.

Que le Fils de César dans ce lieu se va rendre.

Il arrive de Rome, et s'avance à grands pas.

AGRIPPINE.

Sortez donc vite, Prince, et ne me perdez pas.

775   Si Drusus... Ah ! Pison, il y va de ma gloire,

Vous cherchez à me plaire, et je cherche à le croire :

Pour conduire en secret ce Prince en d'autres lieux,

C'est sur vous seul, enfin, que je jette les yeux.

PISON.

Sur moi ! Madame ?

AGRIPPINE, à Germanicus.

Et vous, dans ce moment funeste,

780   Seigneur, si du passé le souvenir vous reste,

Par bonté, par justice, ou du moins par pitié,

De son Appartement acceptez la moitié.

À Pison.

Pour l'en faire sortir avec pleine assurance,

D'un moment favorable attendez la présence.

785   Si Drusus l'aperçoit, l'apparence me perd ;

Cependant tout mon crime est de l'avoir souffert.

Comme au meilleur ami que j'ai eu de ma vie,

C'est mon honneur, Pison, qu'ici je vous confie :

Et si j'ose avec vous m'expliquer à mon tour,

790   Vous n'êtes pas le seul que maltraite l'Amour.

ACTE III

SCÈNE PREMIÈRE.
Flavie, Pison.

FLAVIE.

Dans votre Appartement le Prince va se rendre ;

J'ai devancé ses pas pour venir vous l'apprendre.

Du secret qu'on lui cache il semble être éclairci ;

Quelqu'un peut avoir vu Germanicus ici.

795   Agripine du moins obstinée à le croire,

À vos soins obligeants recommande sa gloire.

Si le bien de lui plaire a pour vous des appas,

Dans un si grand péril ne l'abandonnez pas.

Quoi qu'au fils de César elle soit si fidèle,

800   L'apparence d'un crime est un crime pour elle ;

Et si l'on voit ici son rival triomphant,

Tout condamne Agripine, et rien ne la défend.

PISON.

Assez loin de ce lieu je viens de le conduire :

Pour la mettre en repos, retournez l'en instruire.

805   Je l'aurais été voir, pour lui donner avis

Que le chemin de Rome est celui qu'il a pris.

Sûr de mettre un obstacle à l'hymen qu'il redoute,

Je n'ai pu le contraindre à prendre une autre route.

Dût-il rendre à jamais ses jours infortunés...

FLAVIE.

810   La Princesse saura ce que vous m'apprenez,

Seigneur ; et de ce pas je m'en vais tout lui dire.

Le Prince qui paraît, fait que je me retire.

Adieu. Souvenez-vous que l'on voit aujourd'hui

Une fille d'Auguste implorer votre appui.

SCÈNE II.
Drusus, Pison.

DRUSUS.

815   Si j'en crois un grand bruit qui se vient de répandre,

Mon rival est dans Rome, ou du moins s'y va rendre.

Prés du Mont Apennin Rufus l'a rencontré :

L'Empereur par lui-même en vient d'être assuré.

PISON.

Votre rival, Seigneur ! Germanicus ?

DRUSUS.

Lui-même.

820   Rome de son retour montre une joie extrême :

Et déjà le Sénat qui se veut assembler,

Des suprêmes Honneurs croit le devoir combler.

D'un Consul seulement son audace est blâmée ;

Il soutient qu'à sa flamme il immole une Armée ;

825   Que c'est insulter Rome, et braver sa grandeur ;

Et qu'à sa discipline elle doit sa splendeur :

Qu'un savant général promet, jure, et s'oblige

De la faire observer, s'il voit qu'on la néglige ;

Et que pour une faute, utile à son pays,

830   Manlius autrefois sacrifia son fils.

Mais le peuple charmé, loin de vouloir l'entendre,

Pour servir mon rival, s'offre à tout entreprendre :

Son zèle impétueux, dont j'ai vu les effets,

Lui prodigue des noms qu'Auguste n'eut jamais.

835   On s'assemble par tout, et par tout on le nomme

Le plus grand des Césars ; l'espérance de Rome ;

L'inébranlable appui de l'Empire Romain ;

Et pour dire encor plus, l'honneur du genre humain.

PISON.

Ce bruit qui vous alarme est-il su d'Agripine ?

DRUSUS.

840   Ce bruit m'alarme moins qu'on ne se l'imagine.

Plût au Ciel... Vous m'aimez, et vous estes discret :

Un secret su de vous, n'en est pas moins secret :

Rome sait que pour moi votre zèle est extrême :

Agripine cent fois me l'a dit elle-même.

845   Que je l'épouse ou non, je suis bien informé

Qu'il ne tient pas à vous que je n'en sois aimé.

Quand je vous ai surpris lui parlant de ma flamme,

Il semblait que ses yeux en causaient dans votre âme :

Pour lui mieux exprimer ce que sentait mon coeur,

850   Votre zèle obligeant empruntait mon ardeur :

Vous me l'aviez promis, et je vous le confesse ;

Mais vous m'avez trop bien tenu votre promesse.

PISON.

Moi, Seigneur ?

DRUSUS.

Oui, Pison, je dois trop à vos soins :

Je vivrais plus heureux si je vous devais moins.

855   Car enfin, c'est en vain que l'Empereur s'obstine

À vouloir que mon coeur soit le prix d'Agripine :

J'admire ses appas, j'adore ses vertus ;

Je crois l'avoir aimée, et je ne l'aime plus :

Voila le grand secret que j'avais à vous dire.

860   Les attraits de Livie ont sur moi trop d'empire.

Mon coeur, qui dans ses fers a trop longtemps vécu,

Par ses premiers vainqueurs, est de nouveau vaincu.

J'appréhendais Livie, et je l'ai tantôt vue ;

En voulant me parler son âme s'est émue ;

865   Preste à me reprocher mon crime, et sa bonté,

Un retour de tendresse a trahi sa fierté.

Quoi que l'emportement pour son sexe ait de charmes,

Son amour à ses yeux n'a permis que des larmes ;

Et son tendre courroux, sa paisible douleur,

870   Contre mon injustice ont révolté mon coeur.

Je ne vous dirai point, d'un objet qui sait plaire,

Quel effet une larme est capable de faire :

Si vous avez aimé, Pison, vous savez bien

Qu'aux pleurs d'une maîtresse on ne refuse rien :

875   De ces pleurs tout-puissants le charme imperceptible,

Dans le coeur le plus dur trouve un endroit sensible ;

Et je me voudrais mal si des yeux pleins d'appas

Répandaient une larme, et ne me touchaient pas.

PISON.

Ce retour vers Livie a droit de me surprendre :

880   Vous lui devez le coeur que vous lui voulez rendre ;

Mais après tout, Seigneur, à vous parler sans fard,

Y songer à présent, est y songer trop tard.

Autant que je l'ai pu, j'ai condamné l'envie

Qui vous fit pour une autre abandonner Livie :

885   Vous passiez sous ses lois des moments assez doux :

Elle n'aimait, Seigneur, et n'aime encor que vous.

Un amour si confiant pour un Amant rebelle,

Vous prête un digne exemple à demeurer fidèle :

Tout parle en sa faveur ; mais enfin...

DRUSUS.

Ah ! Pison,

890   Elle vient ; vos conseils ne sont plus de saison.

Laissez-nous seuls.

SCÈNE III.
Livie, Drusus.

LIVIE.

Seigneur, vous auriez quelque peine

À vous imaginer le sujet qui m'amène.

Je ne viens point ici par d'indignes soupirs

Mendier le retour de vos ardents désirs :

895   Je laisse en leur amour à d'obscures Princesses

La honte de descendre à de telles bassesses ;

Et le Fils de César serait trop acheté,

S'il rentrait dans mes fers par une lâcheté.

Soeur de Germanicus , veuve d'un fils d'Auguste,

900   La fierté que je montre est peut-être assez juste.

Toute juste qu'elle est, je confesse pourtant,

Que pour vous autrefois je n'en avais pas tant :

Pour ne pas être ingrate à l'amour le plus tendre

Que pour une Princesse un héros puisse prendre,

905   (Car il faut l'avouer, estimé de chacun,

Il semblait qu'à l'État vous en promettiez un ;)

Je vous aimai, Seigneur. Si j'osais vous le taire

Vous pourriez m'accuser de n'être pas sincère ;

Et pour vous faire voir à quel point je la suis,

910   Je sens que je vous hais autant que je le puis.

Le trouble où je vous vois me découvre sans peine

Que ma vue en ce lieu vous alarme et vous gêne.

Vous craignez qu'Agripine adresse ici ses pas :

Rassurez-vous, Seigneur, je n'y tarderai pas.

915   Je cherchais à vous perdre, et m'étais applaudie

D'avoir tant de témoins de votre perfidie :

Ces Billets d'un Ingrat, dont le coeur m'étais cher :

D'autant plus criminels qu'ils ont l'art de toucher ;

Ces écrits dangereux, dont j'ai fait mes délices,

920   Qui pour charmer mes sens ont été vos complices :

Ces imposteurs, enfin, qui m'ont osé trahir ;

Si je les faisais voir, vous feraient trop haïr.

Je vous les rends. Mon coeur est assez magnanime

Pour se faire un plaisir de cacher votre crime :

925   Et sans faire éclater un indigne courroux,

Je vous laisse le soin de me venger de vous.

Le destin des Ingrats d'ordinaire est funeste.

Et si de ma bonté la mémoire vous reste,

Et que vous l'opposiez à votre trahison,

930   Il suffira de vous pour m'en faire raison.

Tenez, Prince.

DRUSUS.

Madame, au nom de ce que j'aime...

En croirez-vous mon coeur, s'il dit que c'est vous-même ?

LIVIE.

Moi ! Seigneur ?

DRUSUS.

Vous pouvez, pour hâter mon trépas,

Avoir la cruauté de ne me croire pas.

935   Vous aimer, vous le dire, après mon inconstance,

C'est vous faire, sans doute, une nouvelle offense ;

Mais dussai-je être en bute à tout votre courroux,

Il n'est rien de si vrai que je n'aime que vous.

Au nom des Dieux, témoins de cet amour extrême,

940   Et pour dire encor plus, au nom de ce que j'aime ;

Pour ne pas m'exposer à des maux infinis,

Oubliez le forfait qui nous a désunis.

Je sais qu'en vous quittant je vous fis un outrage

Que pardonne avec peine un généreux courage :

945   À vos rares bontés mon coeur accoutumé

Goutait tranquillement la douceur d'être aimé :

Je vivais dans vos fers, et fus m'offrir à d'autres,

Plus pesants mille fois que ne le sont les autres,

L'Empereur le voulut, et pouvait tout oser.

950   Je ne le cite point pour me faire excuser.

Si j'avais eu pour vous cet amour pur et tendre,

Que depuis mes remords vos appas m'ont fait prendre,

Les Dieux, joints à César, qui m'a donné le jour,

Me l'auraient arraché plutôt que mon amour.

955   Mon retour dans vos fers rend leur gloire plus grande.

Pour n'en plus échapper je vous les redemande.

Daignez rendre le calme à mes sens agitez :

J'ai repris mon amour, reprenez vos bontés :

Ne désespérez point un coeur qui vous adore :

960   S'il eut l'heur de vous plaire il vous doit plaire encore :

Épris de vos vertus, charmé de vos attraits,

Il est plus amoureux qu'il ne le fut jamais.

J'en atteste des Dieux la majesté suprême ;

J'en atteste...

LIVIE.

Autrefois vous en usiez de même.

965   Vos perfides serments, tant de fois redoublez,

Par votre ingratitude ont été violez.

Non, non, le repentir où votre âme est forcée,

Ne rend pas son éclat à ma gloire offensée :

Dans le rang où je suis, et du sang dont je sors,

970   Ce serait me trahir qu'accepter un remords.

Épargnez-moi, Seigneur, la honte qu'il imprime ;

Il n'est point de remords qui ne précède un crime :

Et qui m'a fait l'affront de m'arracher sa foi,

N'a plus rien à m'offrir qui soit digne de moi.

975   Vous m'avez outragée, et ce m'est une joie

Que d'un juste remords votre coeur soit la proie.

Je voudrais que le Ciel, pour combler mes souhaits,

Vous forçât à m'aimer autant que je vous hais.

Au moins à votre tour vous verriez par vous-même

980   Combien touche un mépris qui part de ce qu'on aime :

Quoi que dans cet état la raison puisse offrir,

C'est de tous les tourments le plus dur à souffrir.

Vous sentiriez, pour peu que vous soyez sensible,

Ce qu'a de plus affreux le sort le plus terrible :

985   Pour vous tyranniser tout prendrait mon parti ;

Et vous ne sentiriez que ce que j'ai senti.

DRUSUS.

Hé bien, Madame, hé bien, si pour vous satisfaire

Le retour de mes feux vous était nécessaire,

S'il faut vous adorer pour mieux sentir vos coups ;

990   Ne perdez point de temps, Madame, vengez-vous.

À d'éternels mépris abandonnez un traître :

J'ai pour vous un amour qui ne saurait plus croître ;

Et pour bien éprouver toutes vos cruautés

Me voila dans l'état où vous me souhaitez.

995   Je ne m'oppose point à cette juste envie :

À qui vit sous vos lois c'est un bien que la vie :

Tandis que vous m'aimiez j'en avais quelque soin ;

Si vous ne m'aimez plus, je n'en ai plus besoin :

Je vous l'offre avec joie, et la perdrai sans peine,

1000   Si je fais en mourant expirer votre haine ;

Et qu'après mon trépas votre courroux éteint,

Laisse à mon triste sort la douceur d'être plaint.

À votre amour trahi je dois ce sacrifice.

Mon coeur qui fit le crime aura soin du supplice ;

1005   Et mon dernier soupir, offert à vos appas,

Justifiera...

LIVIE.

Seigneur, ne m'attendrissez pas.

Si je m'étais rendue à vos fausses tendresses

Vous me seriez garant de toutes mes faiblesses.

Contentez-vous du trouble où vous me réduisez :

1010   Je vous haïrai trop si vous me séduisez.

Cessez de m'étaler le remords qui vous gêne :

Vous me faites douter du succès de ma haine ;

Et preste à me venger de votre trahison

Vous corrompez, ingrat, jusques à ma raison :

1015   Elle, mon coeur, et vous, tout cherche à me surprendre.

Reprenez vos écrits, si vous les voulez prendre,

Seigneur ; je risque trop à demeurer ici.

DRUSUS.

Hé bien, je les reprends, vous le voulez ainsi.

Mais s'il vous reste encor quelque ombre de tendresse,

1020   Souffrez que de nouveau mon coeur vous les adresse ;

RACINE (Jean), Bérénice (Acte III, scène 3, v.888) : "Hé bien, vous le voulez, il faut vous satisfaire."

Et que tant de serments une fois violez,

Pour ne l'être jamais vous soient renouvelez.

Laissez-moi vous redire

Il lit un des billets que Livie lui a rendus.

Adorable Livie,

Quand je songe aux honneurs qui me sont destinez,

1025   Je crois avoir perdu les moments de ma vie

Que je ne vous ai pas donnez.

Gloire, Plaisirs, Grandeurs, sans vous tout m'importune ;

Je borne à vous aimer, mon plaisir, ma fortune ;

J'en fais mon suprême bon-heur :

1030   Que toujours à mes voeux votre bonté réponde,

Et je renoncerais à l'Empire du Monde,

Pour l'Empire de votre coeur.

Laissez-moi vous redire

Il en lit encore un autre.

1035   Il est vrai, ma Princesse,

César me sollicite à reprendre ma foi ;

Il veut que j'aime ailleurs ; mais en vain il m'en presse ;

L'amour, plus absolu, m'impose une autre loi.

Si je m'oublie assez pour vous être infidèle,

1040   Puissent les Dieux vzngeurs prendre votre querelle,

Et me faire l'objet de leur juste courroux :

Il n'est point de tourment qui me semble assez rude

Pour punir mon ingratitude,

Si je puis soupirer pour une autre que vous.

1045   Généreuse Livie, en ce moment funeste

Ne me condamnez pas à relire le reste :

Ces billets si chéris, tant qu'a duré ma foi,

Sont autant de témoins qui parlent contre moi :

Plus ils marquent d'amour, plus j'ai l'âme confuse.

1050   Je sais que pour mon crime il n'est guère d'excuse ;

Et quand il en serait, si j'en osais donner,

Vous auriez moins de gloire à me le pardonner.

Tandis que votre haine est encor suspendue,

Je laisse à vos bontés toute leur étendue ;

1055   Et ne veux point, Madame, essayer par mes soins

D'être plus innocent, et de vous devoir moins.

Je ne suis pas le seul dont on blâme l'audace,

Ni le premier coupable à qui l'on a fait grâce :

Ne vous obstinez point à me la refuser ;

1060   J'ai le coeur assez grand pour n'en pas mal user :

Et le crime fatal, que j'osais me permettre,

M'a coûté trop de maux pour en jamais commettre.

Rendez-moi votre coeur, et calmez le courroux...

LIVIE.

Quand je vous le rendrais, ingrat, qu'en feriez-vous ?

1065   Vous épousez demain la Princesse Agripine :

On l'arrache à mon frère, et on vous la destine :

Pour son intérêt seul, je sais tout sur ce point.

DRUSUS.

Non, Madame, demain je ne l'épouse point.

J'ai tantôt vu César. Agripine qu'il gêne,

1070   À l'hymen que je fuis ne consent qu'avec peine :

Elle attend le héros qui la sut enflammer ;

Et demande du temps pour apprendre à m'aimer.

César, qui doit l'Empire à son aïeul Auguste,

N'a pu lui refuser une grâce si juste :

1075   Le jour de notre hymen est remis à son choix ;

Et mon supplice, enfin, est différé d'un mois.

Pour m'arracher, Madame, à cet hymen funeste,

Rendez-moi votre coeur, et je répons du reste.

Avant qu'un mois s'écoule, et qu'il soit expiré,

1080   L'Empereur est mon père, et je l'attendrirai.

Chaque jour à ses pieds j'irai verser des larmes ;

Chaque jour à ses yeux j'irai vanter vos charmes ;

Sensible à mon amour il en sera l'appui :

Et votre seul mérite obtiendra tout de lui.

1085   Que si tant de douleur ne peut vous satisfaire,

Au moins en m'oubliant songez à votre frère :

Il adore Agripine, et la veut adorer ;

L'arracher à ses feux c'est le désespérer ;

De son sort, et du mien je vous rends la maîtresse.

LIVIE.

1090   Seigneur, par trop d'endroits vous tentez ma faiblesse.

C'est après votre crime un nouvel attentat,

Que d'appeler mon frère au secours d'un Ingrat.

Je me défendrai mal pour peu qu'il vous appuie :

Et de peur de me rendre il est temps que je fuie.

1095   Ma haine en sa faveur aurait peine à durer.

DRUSUS.

Si je le rends heureux, qu'ai-je lieu d'espérer ?

Deviendrez-vous sensible à l'ardeur qui m'anime ?

En faveur de ce frère oublierez-vous mon crime ?

Vous contenterez-vous des maux que j'ai soufferts ?

1100   Me sera-t-il permis de rentrer dans vos fers ?

LIVIE.

Rendez mon frère heureux, si vous le pouvez faire ;

Une belle action n'attend point de salaire :

Et s'il vous en faut un...

DRUSUS.

Hé bien, Madame ?

LIVIE.

Adieu.

La Princesse Agripine arrive dans ce lieu.

1105   Servez Germanicus, l'occasion est belle.

SCÈNE IV.
Agripine, Drusus, Flavie.

AGRIPPINE.

Seigneur, je vous apporte une grande nouvelle.

Je perds Germanicus, et le perds à regret ;

Je vous honore trop pour en faire un secret.

Je l'aimais tendrement. N'en prenez point d'alarmes :

1110   Puisqu'il faut pour jamais oublier tant de charmes,

Pour m'en faire un devoir je suis preste demain

En présence des Dieux de vous donner la main.

DRUSUS.

Ô Ciel !

AGRIPPINE.

D'aucun soupçon n'ayez l'âme blessée

Si je n'ai pas d'abord cette ardeur empressée,

1115   Ces désirs violents, et ces transports si doux,

Qui deviennent permis en faveur d'un époux.

Votre bonté, Seigneur, à qui tout est possible,

Avec un peu de temps me rendra plus sensible.

Jusques-là, s'il se peut, souffrez que chaque jour

1120   Un austère devoir vous tienne lieu d'amour.

Je n'abuserai point d'une bonté si rare :

Et par la complaisance où mon coeur se prépare,

Vous aurez de la peine à vous apercevoir,

Si j'agis par amour, ou si c'est par devoir.

DRUSUS.

1125   Non, c'est trop vous gêner : l'Empereur pour vous plaire,

Consent que pour un mois notre Hymen se diffère.

Je l'ai vu par votre ordre, et sans être en courroux

Il m'a promis...

AGRIPPINE.

Seigneur, je l'ai vu depuis vous.

Je viens de le quitter. Et pour ne vous rien taire,

1130   L'effort qu'en ma faveur vous avez daigné faire,

Ce que sur vos désirs vous avez de pouvoir,

Suffit pour m'enseigner à faire mon devoir.

Je suis preste à demain pour le grand hyménée

Qui doit à votre sort unir ma destinée :

1135   Je l'ai dit à César, et viens vous assurer

Qu'il n'est plus à mon choix de pouvoir différer :

Demain aux yeux de Rome il faut qu'il s'accomplisse.

Et quoi que cet hymen me doive être un supplice,

J'imposerai silence à ma juste douleur :

1140   Mes yeux ne diront rien du trouble de mon coeur :

En vous donnant ma foi j'oublierai que j'immole

Un héros presque égal aux Dieux du Capitole :

J'oublierai que ma main était due à ses soins ;

Et si je ne vous aime, on le croira du moins.

1145   Pour prix d'un tel effort, et d'un tel sacrifice,

Du reste de ce jour souffrez que je jouisse ;

Et que si prés, Seigneur, de vivre sous vos lois,

Je sois en liberté pour la dernière fois.

DRUSUS.

Madame, j'obéis. Ce que je viens d'entendre

1150   Me surprend d'autant plus que je n'osais l'attendre.

Votre bonté m'accable, et je jure à vos yeux...

Quand j'aurai vu César je m'expliquerai mieux.

SCÈNE V.
Agripine, Flavie.

AGRIPPINE.

Hé bien, Flavie, hé bien, seras-tu satisfaite ?

Trouves-tu maintenant ma victoire imparfaite ?

1155   Ai-je assez bien rempli mon sévère devoir ?

À mes sens interdits reste-t-il quelque espoir ?

FLAVIE.

Madame, je comprends quel chagrin vous dévore

Si pour Germanicus vous soupirez encore :

Mais vouloir que Drusus vous épouse demain ;

1160   Avec tranquillité lui donner votre main ;

Vous ranger sous ses lois avant qu'on vous en presse ;

Prévenir ses soupçons ; ménager sa tendresse ;

Dérober tout espoir au grand Germanicus ;

Tout cela dit assez que vous ne l'aimez plus.

AGRIPPINE.

1165   Attends, attends, Flavie, à tenir ce langage,

Que le sort inflexible ait épuisé sa rage ;

Et qu'aux yeux du Sénat, comme je l'ai promis,

D'un Tyran odieux j'aie épousé le fils.

Dés-qu'il aura ma main, dût ce fils de Tibère

1170   Se montrer envers moi plus cruel que son père,

J'oublierai le héros dont mon coeur est charmé ;

Et je le haïrai de l'avoir trop aimé.

Jusques-là, je veux bien t'avouer ma faiblesse,

Il a tous mes désirs, et toute ma tendresse :

1175   Dans le coeur qu'on lui vole il a fait des progrès

Qu'on ne détruira point tant qu'il en sera prés.

Avant qu'à le revoir je sois accoutumée

Je veux que mon Hymen le renvoie à l'armée.

L'amour que j'ai pour lui me deviendrait fatal,

1180   Si je ne me hâtais d'épouser son rival.

Depuis que je l'ai vu, la douleur qui l'accable

M'a causé pour Drusus une haine implacable ;

Et si durant un mois je le vois tous les jours,

Mon amour et ma haine augmenteront toujours.

1185   Je ne veux point aimer quand l'amour est un crime ;

Je ne veux point haïr ce qu'il faut que j'estime ;

Et puisque malgré moi l'on m'enchaîne à Drusus,

Il est de mon devoir de fuir Germanicus.

Pour sauver ma vertu dans ce désordre extrême,

1190   Je fais ce que je puis, je m'immole moi-même :

Je me perds. Mais, Flavie, un coeur comme le mien,

Quand la gloire a parlé, ne consulte plus rien.

ACTE IV

SCÈNE PREMIÈRE.
Agripine, Pison.

PISON.

Madame, pardonnez à mon impatience ;

J'ai besoin en secret d'un moment d'audience :

1195   Ce que je dois vous dire est assez délicat

Pour éviter la foule, et pour craindre l'éclat.

Mes jours sont en danger, et ce mot doit suffire,

Si quelqu'autre que vous sait ce que je vais vous dire :

Mais dussai-je mourir, tout me semblera doux

1200   Quand j'aurai signalé l'amour que j'ai pour vous.

Je mourrai sans regret si l'objet que j'adore...

AGRIPPINE.

Téméraire Pison, qu'allez-vous dire encore ?

Ma coupable indulgence entretient votre erreur :

Mais si vous n'étouffez cette insolente ardeur ;

1205   Si jamais vous osez par votre indigne hommage

Faire au sang des Césars un si cruel outrage ;

Si vous déshonorez le peu que j'ai d'appas ;

Si vous vous oubliez, je ne m'oublierai pas,

Étouffez cette ardeur dont ma gloire murmure.

1210   Vous ne pouvez m'aimer sans me faire une injure.

Car pour oser prétendre à vous voir mon époux,

Le Ciel met trop d'espace entre Agripine et vous.

Rentrez donc en vous-même, et voyez qui vous estes.

Drusus ne saura point l'affront que vous lui faites :

1215   Quelque pitié qu'excite un si faible rival,

Il trahirait son rang à vous en vouloir mal.

Je lui veut épargner cette indigne vengeance.

Mais par votre respect méritez mon silence.

À de moindres objets accoutumez vos voeux ;

1220   Et ne me forcez point à plus que je ne veux.

Après un tel avis je suis preste d'apprendre

Ce que .vous témoignez me vouloir faire entendre ;

Sûre qu'à votre orgueil, que je viens d'abaisser,

Il n'échappera rien qui me puisse offenser.

PISON.

1225   Malgré ce fier mépris, je ne perds pas l'envie

De vous être fidèle au dépens de ma vie.

Quoi que sous votre empire un coeur puisse endurer,

À toutes vos rigueurs j'ai su me préparer.

Mon sort, que vos bontés pouvaient rendre moins rude,

1230   Est d'avoir plus d'amour que vous d'ingratitude ;

Et vous condamnerez votre injuste courroux,

Quand vous aurez appris ce que je fais pour vous.

Quoi que Germanicus soit la gloire de Rome,

Et que le monde entier n'ait pas un plus grand homme ;

1235   Quoi que de sa défaite il ait vengé Varus ;

Assujetti le Rhin ; soumis Arminius ;

Quoi qu'il ait des vertus dignes qu'on le révère ;

Le bruit de ses exploits est suspect à Tibère :

Et pour le Consulat il me fait designer,

1240   Si je veux cette nuit l'aller assassiner.

AGRIPPINE.

L'assassiner, Pison !

PISON.

Je l'ai promis, Madame.

AGRIPPINE.

Tu l'as promis ! Sais-tu que c'est m'arracher l'âme ?

Pourras-tu sans remords te noircir à ce point ?

PISON.

Madame, au nom des Dieux ne vous emportez point.

1245   C'est me perdre.

AGRIPPINE.

  Est-ce à tort, cruel, que je m'emporte ?

Que je te perde, ou non, malheureux, que m'importe ?

Si tu perds un héros qu'adore l'Univers,

Ce qui peut y rester vaut-il ce que tu perds ?

Pour transmettre à ta race une gloire infinie,

1250   Le premier des Césars épousa Calphurnie :

La vertu des Pisons qu'on te voit dédaigner,

Eut le bien de lui plaire, et l'honneur de régner :

Et pour le Consulat qu'on te vient de promettre,

Le plus noir des forfaits t'est facile à commettre !

1255   Et tu vas acquérir, par un crime odieux,

Ce que par leurs vertus ont acquis tes aïeux.

PISON.

Ce que j'ai fait pour vous, vous permet-il de croire,

Que je trahisse ensemble, et ma flamme, et ma gloire ?

Et qu'osant violer les droits les plus sacrez

1260   J'immole insolemment ce que vous adorez ?

Ne vous alarmez point. Quoi qu'on m'ait fait promettre,

Ce forfait par un autre aurait pu se commettre :

Et tandis que César s'en remet à mes soins

Un plus méchant que moi n'entreprend rien au moins.

1265   Si mon zèle apparent n'eût abusé Tibère,

Peut-être pour ce crime eût-il choisi mon frère :

J'ai honte de le dire, ennemi des vertus ;

Pour complaire à Plancine il hait Germanicus.

Appuyé de Tibère il le perdra sans doute,

1270   Si de la Germanie il ne reprend la route.

Pour le chasser de Rome, employez aujourd'hui

Le pouvoir absolu que vous avez sur lui.

Depuis l'ordre cruel que César m'a fait prendre

J'ai vu Germanicus, mais sans lui rien apprendre :

1275   Je me suis contenté de lui faire savoir

Qu'avec empressement vous cherchez à le voir.

L'Empereur qui lui parle, et qui sait l'art de feindre,

Par de fausses bontés veut l'empêcher de craindre ;

Et pour mieux déguiser ce qu'il a résolu,

1280   Pour demain avec lui votre hymen est conclu.

Quelque espoir qui le flatte ordonnez qu'il s'absente :

C'est un appas mortel que César lui présente :

Cette fatale nuit finirait son destin ;

Et Rome sous Tibère a plus d'un assassin.

1285   Voila ce qu'en secret je voulais vous apprendre.

Germanicus, Madame, en ce lieu se va rendre :

C'est à vous, qui l'aimez, à faire un digne effort

Pour dérober ce Prince à son malheureux sort.

Ce que je vous demande, en faveur de mon zèle,

1290   Est de m'aider vous-même à vous être fidèle ;

Et de taire un secret qui pourrait me ravir

L'honneur que je reçois quand je puis vous servir.

AGRIPPINE.

Pardonnez, cher Pison, si l'horreur d'un tel crime

Vous a pour un moment dérobé mon estime :

1295   Dans les premiers transports d'un si juste courroux,

J'aurais fait même injure à tout autre que vous.

Drusus d'un si grand crime est sans doute complice,

Pison ?

PISON.

L'en soupçonner, c'est lui faire injustice.

Pour son propre intérêt le sensible Drusus

1300   Voudrait vous voir unie avec Germanicus.

De l'état de son âme il m'a fait confidence ;

Et je sais... Mais adieu, Germanicus s'avance :

Parlez-lui, le temps presse ; et sans faire aucun bruit,

Empêchez que dans Rome il ne passe la nuit.

SCÈNE II.
Germanicus, Agripine.

GERMANICUS.

1305   Je ne sais de quel oeil vous verrez un coupable,

Dont l'amour violent rend le crime excusable :

J'ai tantôt, je l'avoue, avec un peu d'aigreur

D'un injuste reproche accablé votre coeur :

Vous en avez pleuré : je l'ai vu : mais, Madame,

1310   La douleur de vous perdre interdit bien une âme ;

Et dans un tel malheur un modeste courroux,

Aurait mal exprimé ce que je sens pour vous.

Quand on aime ardemment et qu'on perd ce qu'on aime,

On se fait un plaisir de se perdre soi-même ;

1315   Et si par votre hymen on m'eût désespéré,

À de plus grands efforts je m'étais préparé.

Mais César, que j'ai vu, loin de m'être contraire ;

M'a reçu comme un fils attendu de son père :

J'ai quitté son armée, et ce crime est de ceux

1320   Dont en un général l'exemple est dangereux :

Cependant sa tendresse excusant mon audace,

Il ne m'en a parlé que pour me faire grâce ;

Et dans le Capitole il consent que demain

Vous me combliez de gloire en me donnant la main.

1325   Que vois-je ? Me trompai-je ? Ou, pleurez-vous encore,

Ma Princesse ?

AGRIPPINE.

Seigneur, si je ne vous adore,

Si vous n'êtes vous seul l'objet de tout mon soin,

Me punissent les Dieux que j'en prends à témoin.

Vous avez crû tantôt ma confiance affaiblie :

1330   Cet outrage est cruel, mais, Seigneur, je l'oublie ;

C'est un crime forcé dont mon coeur vous absout :

L'amour qu'on désespère est capable de tout.

Ô Ciel ! Qui tant de fois a pris soin de sa gloire,

Permets que ce héros m'aime assez pour me croire :

1335   Sauve l'appui de Rome ; et mets dans mes discours

Un charme assez puissant pour conserver ses jours.

Je vous aime, Seigneur, nul Romain ne l'ignore ;

Je l'ai dit en tous lieux, et veux le dire encore :

César, Drusus, Livie, et Pison savent tous

1340   Si j'ai d'ambition que celle d'être à vous.

Mon coeur qui de vos voeux s'est attiré l'hommage,

Voudrait même pouvoir vous aimer davantage ;

Et si quelque douleur rend mes sens agitez,

C'est d'avoir moins d'amour que vous n'en mérités.

1345   Vous allez en douter : le malheur qui m'accable,

M'ôte jusqu'au plaisir de me rendre croyable ;

Et d'infidélité vous m'allez soupçonner,

Quand je vous aurai dit qu'il faut m'abandonner,

GERMANICUS.

Moi, Madame ?

AGRIPPINE.

Seigneur, je souffre par avance,

1350   Tout ce qu'a de cruel cette fatale absence :

Je prévois tous les maux qui me vont accabler ;

Et je ne puis enfin les prévoir sans trembler.

Ma fortune demain ne sera plus douteuse ;

J'épouserai Drusus ; je serai malheureuse ;

1355   Mais n'importe, partez, pour ne plus me revoir :

Laissez en me quittant l'amour au désespoir :

Je vous l'ordonne même avec un coeur tranquille :

Il y va de vos jours, tout doit m'être facile ;

Et pour tromper le sort qu'il vous faut redouter,

1360   Je n'examine point ce qu'il doit m'en coûter.

GERMANICUS.

Et qui peut mettre obstacle au succès de ma flamme ?

Excepté vos rigueurs, qu'ai-je à craindre, Madame ?

Que pourra de Drusus l'inutile courroux ?

Les bontés de César me répondent de vous.

1365   Vous le verrez demain, pour consacrer ma gloire,

D'un triomphe superbe honorer ma victoire :

Je m'y suis opposé, mais sans rien obtenir ;

Et je viens de sa part vous en entretenir.

Demain César, et moi...

AGRIPPINE.

Point de demain, de grâce.

1370   D'un péril trop certain cette nuit vous menace.

Seigneur, il faut sur l'heure abandonner ce lieu :

Dût m'en coûter la vie en vous disant adieu.

Il m'est trop important que votre gloire éclate

Pour voir d'un oeil jaloux l'honneur dont on vous flatte ;

1375   Avoir mis sous le joug tant de fiers ennemis ;

Les Ubiens défaits ; Les Bataves soumis ;    [7]

Et les peuples fameux de ces plaines fécondes,

Que l'Elbe, et le Danube arrosent de leurs ondes ;

Les avoir tous, Seigneur, attaquez, et vaincus,

1380   C'est ce qu'on attendait du grand Germanicus.

Après de tels exploits le triomphe est bien juste ;

Mais nous ne sommes plus sous le règne d'Auguste :

Satisfait des lauriers moissonnez par son bras,

Ceux qu'un autre cueillait ne le chagrinaient pas.

1385   Mais depuis que des Dieux il augmente le nombre,

Rome de sa splendeur ne conserve que l'ombre ;

Et sous un Empereur qui ternit son éclat,

S'être acquis tant de gloire est un crime d'État.

Partez, vous dis-je.

GERMANICUS.

Hé quoi, voulez-vous que je crois

1390   Que l'espoir de me perdre est ce qui fait sa joie ?

Et que de mon retour il feint d'être charmé,

Pour m'ôter tout sujet de paraître alarmé ?

Quoi qu'on vous en ait dit, jugez mieux de Tibère :

Adopté pour son fils, il me tient lieu de père :

1395   Des volontés d'Auguste il se fait une loi ;

Et Drusus pour sa gloire, est moins son fils que moi.

De quelque oeil qu'il le voit, en cette conjoncture,

Drusus n'est qu'un présent que lui fit la nature :

Un fruit qu'il attendait du conjugal lien ;

1400   Et dont pour s'agrandir il ne prétendait rien :

Mais, suivant ce qu'Auguste eut le soin de prescrire,

Le don qu'il fit de moi fut suivi de l'Empire ;

Et pour tout dire enfin, l'univers est le prix,

Des bontés qu'eût César de m'accepter pour fils.

1405   Il est vrai que ce Prince, au moins en ma présence,

Entre Drusus, et moi met de la différence :

De mes faibles exploits il parle avec chaleur ;

Approuve ma conduite ; élève ma valeur ;

En un mot, je crois être estimé de Tibère

1410   Comme l'était d'Auguste Agrippa votre père :

Il m'aime, il m'en assure avec sincérité ;

Et je serais ingrat si j'en avais douté.

Plût au Ciel que vous-même eussiez vu ses caresses,

Et ce qu'un si grand Prince a montré de tendresses !

1415   Vous en seriez touchée, et loin de le haïr...

AGRIPPINE.

Ah ! Seigneur, qu'un héros est facile à trahir !

Et que lorsqu'on possède une vertu sublime,

On se livre aisément aux embûches du crime !

En faveur de César soyez moins prévenu,

1420   Seigneur ; depuis qu'il règne il vous est inconnu.

Je vous l'ai déjà dit, Rome changea de face,

Aussitôt que d'Auguste il occupa la place,

Et que son artifice, après de vains refus,

Hérita de son rang, et non de ses vertus.

1425   Ne vous proposez point l'exemple de mon père ;

Auguste était son maître, et le vôtre est Tibère :

L'un, malgré les périls dont il fut menacé,

N'a jamais fait de crime où l'on ne l'ait forcé ;

Et qu'on retranche un an de son illustre vie,

1430   J'abandonne le reste à la plus noire envie.

Tant que du monde entier il fut seul possesseur,

Ses secrets ennemis admiraient sa douceur :

Et quand des plus méchants il résolut la perte,

Loin d'affecter la fraude, il leur fit guerre ouverte.

1435   L'autre, dont l'Univers aujourd'hui prend la loi,

En montant sur le Trône en a banni la foi :

À sa Cour, où l'usage a permis les adresses,

On endort ce qu'on hait par de fausses caresses ;

À des maux que l'on cause on feint de prendre part ;

1440   Et ce que l'on veut perdre, on le perd avec art.

Seigneur, si vous m'aimez, faites le moi paraître ;

Usez bien des moments dont vous estes le maître ;

De vos fiers ennemis, trompez l'indigne espoir ;

On en veut à vos jours ; la foudre est preste à choir ;

1445   À l'abri des lauriers laissez passer l'orage.

Il ne m'est pas permis d'en dire davantage :

Je vous en dis assez pour vous chasser d'ici.

Que perdez-vous en moi pour balancer ainsi ?

Seigneur.

GERMANICUS.

Ce que je perds ! l'ignorez-vous, Madame ?

1450   Si le fils de César vous arrache à ma flamme ;

S'il faut qu'à cet affront le Ciel m'ait réservé ;

Je perds ce que le Monde a de plus achevé.

Je perds, si la fortune à ce point m'est cruelle,

Des plus hautes vertus le plus digne modèle ;

1455   Et pour dire encor plus, je perds, enfin, je perds

Ce que du sang d'Auguste il reste à l'Univers.

Non, Madame, mon coeur plein de votre mérite,

Condamne votre amour, s'il veut que je vous quitte :

Mon trépas est douteux, et ne le sera plus

1460   Si je vous abandonne au pouvoir de Drusus.

Rome, quoiqu'on m'apprête, est mon plus sûr asile :

Tout autre en vous quittant me serait inutile :

Mes jours, que vos bontés ont soin de ménager,

Éloigné de vos yeux, sont-ils hors de danger ?

1465   Mais c'est trop se livrer à de vaines alarmes ;

Rassurez votre esprit, et retenez vos larmes ;

Drusus, que mon bonheur a dû rendre jaloux,

Cherche par cette ruse à m'éloigner de vous :

Je ne sais que lui seul qui m'ose être contraire ;

1470   Et pour craindre le fils, je suis trop cher au père.

Mon coeur reconnaissant ne peut trop l'avouer,

Des bontés de César j'ai lieu de me louer :

Il vous rend à mes feux, et je ne puis sans crime,

Soupçonner d'artifice un coeur si magnanime.

AGRIPPINE.

1475   Seigneur, à quelle honte allez-vous m'exposer ?

Il va m'en coûter un pour vous désabuser.

D'un ami généreux je vais trahir le zèle :

Pour vous prouver ma foi, je vais être infidèle :

Mais quelque soit le crime où je dois recourir

1480   C'en serait un plus grand de vous laisser périr.

Dissipez votre erreur, et connaissez Tibère :

Ce Maître si chéri qui vous tient lieu de père,

Qui semble à votre gloire appliquer tous ses soins,

Et qui, s'il vous aimait, vous caresserait moins ;

1485   Ce Tyran, car, Seigneur, quoi qu'il ait votre estime,

Pour ce Prince cruel ce titre est légitime :

Et s'il ne l'avait pas il faudrait lui donner,

Puisqu'il veut cette nuit vous faire assassiner.

GERMANICUS.

Me faire assassiner ! Lui, Madame ? On vous trompe.

1490   César...

AGRIPPINE.

  Hé bien, cruel, souffrez qu'il vous corrompe :

Où la mort vous attend précipitez vos pas :

Croyez qui vous veut perdre, et ne me croyez pas.

Je me flattais pourtant de cette triste gloire,

Que loin d'avoir, Seigneur, tant de peine à me croire,

1495   Un héros tel que vous, assuré de ma foi,

Ne balancerait pas entre Tibère et moi.

Seigneur, quoique pour moi vous soyiez tout de flamme,

Souffrez que de Drusus je devienne la femme :

Laissez-moi le punir d'avoir troublé vos feux.

1500   Il me rend malheureuse, et sera malheureux.

Non que de ma vertu je ne sois assurée :

Mais ma vie, et sa joie auront peu de durée ;

Et quoique je lui doive en qualité d'époux,

Je mourrai de regret de n'être pas à vous.

1505   Voila de ma tendresse une preuve assez ample.

Pour signaler la vôtre imitez mon exemple :

D'un coeur né pour la gloire effacez tous mes traits ;

Et ne m'accablez point d'inutiles regrets.

Après m'avoir aimé, devenir insensible,

1510   Si c'est pour un héros un effort si pénible ;

Si vous en frémissez ; quel serait votre effroi,

Si vous aviez le coeur aussi tendre que moi ?

GERMANICUS.

Et que m'importe, hélas ! quand tout me désespère,

Qui m'arrache le jour de vous, ou de Tibère ?

1515   Si j'échappe à sa haine, expirer de douleur,

Vous perdre, enfin, Madame, est-ce un moindre malheur ?

Ne craignez pourtant rien de mon amour extrême :

L'ordre que je reçois m'est une loi suprême :

J'ai peur, si je restais plus longtemps en ces lieux,

1520   Que mon sort envers vous ne fût contagieux.

Pour ne pas à l'orage exposer votre tête,

Je vais par mon exil écarter la tempête ;

Et laisser au rival que vous me préférez

Les appas dangereux que j'ai trop adorez.

1525   Si vous m'aimez encor, j'en attends une preuve :

Vous avez assez mis ma confiance à l'épreuve,

Madame ; à ma douleur n'offrez aucun secours ;

Il suffit de mes maux pour terminer mes jours :

Ne pleurez point : mon coeur prêt à quitter vos charmes,

1530   Ne peut s'accoutumer à voir couler vos larmes :

Je ne partirai point si vous en soupirez ;

Promettez-moi...

AGRIPPINE.

Seigneur, vous me désespérez.

Dans l'état déplorable où mon âme est réduite,

Je crains votre présence, et je crains votre fuite.

1535   Cher Prince, que je perds, et que j'aime toujours,

Pour la gloire de Rome ayez soin de vos jours :

Et quel que soit l'asile, où vous alliez vous rendre,

Contraignez votre amour à venir me l'apprendre.

De peur d'être écouté ne m'opposez plus rien.

1540   Je vous rends votre coeur, et vous laisse le mien :

Je ne puis vous l'ôter, quelque effort que je fasse.

Venez, qu'en vous quittant, Prince, je vous embrasse ;

Et que dans ce moment tous mes sens interdits...

Partez, je ne sais plus, Seigneur, ce que je dis.

ACTE V

SCÈNE PREMIÈRE.
Agripine, Flavian.

AGRIPPINE.

1545   Vient-elle ? L'as-tu vue ? et puis-je me promettre

Qu'au dangereux Pison elle ait rendu ma lettre ?

Si du trouble où je suis il peut être averti,

S'il peut... Germanicus ne sera point party.

Quoique d'une imposture il ne soit point capable,

1550   Un peu de défiance eût été pardonnable.

Mon coeur en le quittant ne se possédait pas :

Quelque Romain fidèle aurait suivi ses pas :

Dés hier j'aurais appris s'il s'éloigna de Rome ;

Et ne douterais plus du sort d'un si grand homme.

1555   Juste Ciel, à sa perte aurais-tu consenti !

Ton soin... Non, ce héros ne sera point party.

Quand il me le promit il me trompait sans doute :

Je l'ai quitté, je sais quels efforts il m'en coûte ;

Et s'il est vrai qu'il m'aime autant qu'il est aimé,

1560   Un départ si cruel l'aurait plus alarmé.

À Flavian.

Tu ne m'as point appris si tu voyais Flavie :

Pour hâter son retour que ne l'as-tu suivie ?

Je saurais maintenant ce que je veux savoir :

Je n'aurais plus de crainte, ou n'aurais plus d'espoir ;

1565   Et tout autre destin me semblerais moins rude,

Que l'affreuse rigueur de mon incertitude.

De contenter mes voeux Flavie a peu de soin :

Pour tarder si longtemps Rome n'est pas si loin :

Elle n'ignore pas quelle nuit j'ai passée ;

1570   Elle a su quels objets occupaient ma pensée.

J'ai cru voir sur un Char Drusus victorieux :

Un spectre encor sanglant s'est offert à mes yeux,

"Si j'osai vous aimer, il m'en coûte la vie,"

M'a-t-il dit ; j'en ai fait confiance à Flavie ;

1575   Et si Germanicus voyait encor le jour,

Elle serait... Flavie est enfin de retour.

SCÈNE II.
Agripine, Flavie, Flavian.

AGRIPPINE.

Hélas ! Flavie, hélas ! que tu m'as mise en peine !

Des malheurs que je crains viens me rendre certaine.

Dis-moi ce qu'on a fait, et ce que l'on résout.

1580   Pison vient-il ? Enfin éclaircis-moi de tout.

Désespère mon coeur, ou le rends plus tranquille.

Parle.

FLAVIE.

J'ai fait à Rome un voyage inutile,

Madame, et tous mes soins ont été superflus.

On ne m'a rien appris du grand Germanicus.

1585   Pour remplir mon devoir, et pour vous satisfaire,

Je n'ai rien oublié de ce que j'ai pu faire :

Mais que pouvait mon zèle en cette occasion ?

Rome n'est que désordre, et que confusion.

On y trouve par tout des espions infâmes,

1590   Dont l'art abominable est de sonder les âmes ;

Et d'arracher des coeurs par un subtil détour,

Ce qu'on sent pour Tibère, ou de haine, ou d'amour.

Ces méchants en faveur, par de lâches maximes

D'un aussi méchant qu'eux applaudissent les crimes ;

1595   Servent sa tyrannie ; et croiraient aujourd'hui

Ne pas faire leur cour s'ils valaient mieux que lui.

Que vous dirai-je ? on tremble, et loin qu'on se hasarde

À vouloir...

AGRIPPINE.

Parle-moi de ce qui me regarde.

Parle-moi du héros pour qui j'eus tant d'amour,

1600   Flavie ; et laisse-là l'Empereur et la Cour.

Du secours de Pison que dois-je me promettre ?

L'as-tu vu ? Viendra-t-il ? A-t-il reçu ma Lettre ?

S'il savait ma douleur il serait arrivé.

FLAVIE.

Je l'ai cherché, Madame, et ne l'ai point trouvé,

1605   Je m'en suis informée avec un soin extrême ;

J'ai vu tous ses amis, j'ai vu son père même,

On ne sait à la Cour ce qu'il est devenu.

On croyait qu'en ce lieu vous l'auriez retenu.

Drusus en est lui-même en des peines cruelles.

1610   Il ne peut quoiqu'il fasse en avoir des nouvelles.

Pour le pompeux Hymen qu'on célèbre aujourd'hui,

On m'a dit que ce Prince avait besoin de lui.

En quelque lieu qu'il soit aucun n'en peut rien dire.

On ignore...

AGRIPPINE.

Il suffit, souffre que je respire.

1615   Ce que je désirais, Flavie, est arrivé :

Mes souhaits sont remplis : mon Amant est sauvé.

Ciel, qui m'as écoutée, et qui loin de l'orage

As mis en sûreté ton plus parfait ouvrage,

Aux dépends de ma vie achève ton bonheur :

1620   Ainsi que de ses yeux bannis moi de son coeur.

Hélas ! si sa tendresse est égale à la mienne,

Suivi de son amour, que crois-tu qu'il devienne ?

Par les maux que je sens je comprends ses douleurs.

Il en mourra. Qu'il vive, et qu'il s'engage ailleurs.

1625   Que d'un plus digne objet son âme possédée

De mes faibles appas lui dérobe l'idée :

Voila quels sont mes voeux : et pour être exaucez

Dieux ! à qui je les faits ils me coûtent assez.

Tout grand qu'est mon malheur, il n'est pas sans remède,

1630   Flavie ; un peu de joie à ma douleur succède :

Tu n'as point vu Pison ; mon coeur est rassuré :

Avec Germanicus Pison s'est retiré.

Soit qu'il ait redouté la fureur de Tibère,

Soit que son zèle ardent n'ait songé à me plaire ;

1635   De ce Prince sans doute il a suivi les pas.

FLAVIE.

Je voudrais qu'il fût vrai, mais je ne le crois pas.

Si j'ose m'expliquer, mon erreur est extrême,

Ou bien Germanicus n'est point party lui-même.

Le soupçonner de fuir, c'était lui faire tort,

1640   Madame, il vous adore, et ne craint point la mort.

S'il vous eût obéie, il eût trahi sa flamme.

AGRIPPINE.

Ne me déguise rien. L'as-tu vu ?

FLAVIE.

Non, Madame.

Mais Albin est à Rome, et je l'ai rencontré.

Aussitôt qu'à mes yeux le hasard l'a montré,

1645   De l'ordre que j'avais je me suis souvenue.

Il s'en est peu fallu qu'il ne m'ait méconnue :

À la fin l'âme émue, et le coeur interdit,

J'irai voir la Princesse, est tout ce qu'il m'a dit.

J'ai vu dans ses regards un désordre funeste ;

1650   Et je doute... Je crains de vous dire le reste.

AGRIPPINE.

Parle, je te l'ordonne, ou cesse de me voir.

Je crains plus de malheur, que je n'en puis savoir.

Ne me dérobe pas la douceur de me plaindre.

C'est croître ma douleur que la vouloir contraindre.

1655   Finis l'incertitude où flottent mes esprits.

Germanicus est mort ?

FLAVIE.

Je n'en ai rien appris,

Madame. Mais enfin s'il faut parler sans feindre,

Pour un Prince si cher vous avez lieu de craindre.

On a fait en tumulte assembler le Sénat :

1660   On parle sourdement de quelque assassinat.

AGRIPPINE.

Ah, Dieux !

FLAVIE.

On ne dit point, tant on craint sa colère,

À quelle illustre vie en a voulu Tibère ;

Car à chaque forfait dont il s'ose flétrir,

Ce que Rome a de grand est ce qu'il fait périr.

1665   Jamais sous un tyran les coupables ne tremblent ;

Ils ne s'attaquent point à ceux qui les ressemblent ;

Mais prés d'un Empereur sous le vice abattu,

C'est un crime à punir qu'avoir trop de vertu.

Si pour Germanicus Rome craint quelque chose,

1670   Ce qu'il a de mérite en est la seule cause.

Jusqu'ici cependant on ignore son sort.

AGRIPPINE.

On l'ignore ! Dis tout. Germanicus est mort.

C'est me nier en vain ce qu'il faut que je sache :

Jamais de ses pareils le trépas ne se cache :

1675   L'univers, dont leur bras fut toujours le soutien,

Pour douter de leur sort les observe trop bien :

Par tout où les conduit l'ardeur qui les seconde,

Ils attachent sur eux les yeux de tout le monde ;

Et bientôt dans ce lieu le Sénat désolé

1680   M'apprendra par ses pleurs, si l'on s'est immolé

Un héros qui naguère idolâtré dans Rome,

Entre les Dieux et lui ne voyait aucun homme.

Me l'apprendra ! Que dis-je ? En doutai-je ? non, non,

Les crimes de Tibère ont fait tout son renom.

1685   Depuis qu'à ses désirs les destins sont propices,

Il ne s'est signalé que par des injustices.

Le lâche aura dans l'ombre, au gré de ses souhaits,

Par le plus noir de tous couronné ses forfaits.

Il aura... Quel soupçon dans mon coeur vient de naître ?

1690   Serait-il vrai, grands Dieux ! que Pison fût un traître ?

Lui de qui tant de fois le zèle peu commun...

Il m'aime, il l'a fait voir ; n'importe c'en est un.

Pour venger son amour que sa rage surmonte,

Il a fait ce grand crime, et se cache de honte :

1695   Aux fureurs d'un tyran son désespoir s'est joint.

Je ne m'étonne plus s'il ne se montre point :

Il me craint. Va méchant ta crainte est inutile :

À qui veut l'imiter César offre un asile ;

Et tu peux hautement prétendre au Consulat,

1700   Après l'heureux succès d'un si noir attentat.

Flavie, as-tu compris la grandeur de ma peine ?

FLAVIE.

Albin de votre sort va vous rendre certaine,

Il vient.

SCÈNE III.
Agripine, Albin, Flavie, Flavian.

AGRIPPINE.

Hé bien, Albin, ce que j'aimais est mort ?

Germanicus...

ALBIN.

Pison a terminé son sort,

1705   Madame.

AGRIPPINE.

  Le perfide ! Et tu ne peux me dire

En quel endroit fatal l'assassin se retire ?

J'irais, malgré César qui se fait son appui,

Exprimer dans son sang l'horreur que j'ai pour lui.

Après tous ses exploits quel opprobre pour Rome

1710   De voir sous de tels coups expirer un tel homme !

Ce trépas vu des Dieux ayant dû les toucher,

Que ne le vengent-ils, s'ils n'ont pu l'empêcher ?

Albin, pour m'accabler satisfaits mon envie :

Comment Germanicus a-t-il perdu la vie ?

1715   Le Perfide Pison osa-t-il l'attaquer ?

De peur de m'attendrir tu n'oses t'expliquer.

Parle ; je sais sa mort, je puis savoir le reste.

ALBIN.

Me préservent les Dieux d'un emploi si funeste !

Donnez moins de créance à des rapports confus.

1720   Germanicus respire, et Pison ne vit plus.

AGRIPPINE.

Et Pison ne vit plus !

ALBIN.

Non, Madame.

AGRIPPINE.

Qu'entends-je ?

ALBIN.

Germanicus le pleure, et peut-être le venge.

Pison en le servant a fini son destin.

Je ne puis sans frémir en nommer l'assassin.

1725   Pour jeter dans votre âme une horreur légitime,

Je vais vous étaler la noirceur de son crime ;

Et de Pison mourant vous tracer un portrait,

Qui vous fasse oublier l'affront qu'il vous a fait.

Quoi que Germanicus crût sa mort assurée,

1730   Et qu'en le caressant l'Empereur l'eût jurée ;

Ne pouvant l'éviter s'il quittait vos appas,

Il la voyait venir, et ne la fuyait pas.

Si de quelque douleur son âme était frappée,

C'était du seul regret de vous avoir trompée ;

1735   Et de s'être attiré de si tendres adieux

Sans avoir eu dessein d'abandonner ces lieux :

Mais ce Prince, sensible à vos justes alarmes,

Voulait en vous trompant vous épargner des larmes ;

Et par le feint départ que son coeur projetait,

1740   Calmer l'inquiétude où son sort vous jetait.

En sortant d'avec vous il fut revoir Tibère ;

Qui profanant toujours le sacré nom de père,

D'abord qu'il l'aperçoit lui présente la main :

Et pour hâter l'effet de son lâche dessein

1745   Dans un Appartement où la richesse abonde,

Marqué dans le Palais pour l'héritier du monde,

Le conduit avec pompe, et veut que son aspect

Aux premiers de sa Cour imprime du respect.

Il le quitte : et soudain à force d'artifices

1750   Contre un fils si fameux anime ses complices.

De crainte d'éclairer le plus noir des forfaits

On dirait que le jour disparaît tout exprès :

Il fait place à la nuit, qu'une main criminelle

Au premier des humains allait rendre éternelle,

1755   Si Pison, toujours prêt à faire son devoir,

De la part de Drusus ne l'était venu voir,

Pour lui dire en secret que César par envie

Armait des assassins pour attaquer sa vie :

Et pour tout rendre aisé dans l'horreur de la nuit,

1760   Qu'il devait le mander sans escorte, et sans bruit.

De peur d'être accusé d'avoir trahi Tibère,

Il se retire ensuite, et défend qu'on l'éclaire.

À peine est-il sorti qu'un grand bruit nous surprend :

Sans en être effrayé Germanicus l'entend :

1765   Sensible à ma prière, avant que de paraître

Il me permet de voir quel sujet le fait naître ;

Et Pison, dont le sang criait vengeance aux Dieux,

Est le premier objet qui m'a frappé les yeux.

AGRIPPINE.

Que je le plains, Albin, et que son sort me touche !

ALBIN.

1770   Je me suis à l'instant approché de sa bouche.

Son coeur prêt d'expirer luttait contre la mort :

Cependant à ma voix il m'a connu d'abord.

Si pour Germanicus ta passion est forte,

De son Appartement empêche qu'il ne sorte,

1775   M'a-t-il dit. C'est à lui qu'en voulait l'assassin

Qui par un crime horrible a fini mon destin.

De la main de mon frère... À ce mot il soupire ;

Et durant quelque temps demeure sans rien dire.

À la fin, quoique faible, il élève sa voix ;

1780   Et faisant un effort pour la dernière fois :

Mon frère, poursuit-il, à la gloire insensible,

A pour Germanicus une haine invincible :

Et m'ayant vu sortir de son Appartement,

Après m'avoir dans l'ombre atteint mortellement,

1785   Reconnais, m'a-t-il dit, la main qui t'assassine :

C'est celle de Pison ; du mari de Plancine ;

Et si dans ce moment je ne t'eusse attaqué,

Mon frère te cherchait qui ne t'eût pas manqué.

De César, qui te hait, devenu le complice,

1790   Je lui fais avec joie un si grand sacrifice.

Meurs. À ces mots le lâche, assisté de Rufus,

Croyant au lieu de moi perdre Germanicus,

Me relève de terre ; et de l'indigne épée

Que d'un sang plus illustre il voulait voir trempée,

1795   Résolu d'assouvir sa coupable fureur,

Me perce en tant d'endroits, sans toucher à mon coeur,

Qu'il semble que le sort en souffrant ma ruine,

Ait voulu respecter l'image d'Agrippine ;

Et me donner le temps d'implorer sa bonté,

1800   Pour avoir le pardon de ma témérité.

Apprends-lui, cher Albin, qu'il m'eût été facile

De prolonger le cours d'une vie inutile,

Et de me garantir d'un si funeste sort ;

Si l'aveu de mes feux n'eût mérité la mort.

1805   De ses justes mépris me voyant la victime,

Un trépas immortel éternisait mon crime :

Ne pouvant de ma flamme interrompre le cours

Je mourrais à toute heure, et l'adorais toujours.

Puisqu'à Germanicus j'ai conservé la vie,

1810   D'un bonheur assez grand ma disgrâce est suivie :

Ils sont nez l'un pour l'autre, et mes sincères voeux...

Adieu. Le juste Ciel puisse les rendre heureux.

Ce souhait achevé d'un soupir tout de flamme,

Il prépare avec joie un passage à son âme ;

1815   Et sûr qu'en vous servant il va perdre le jour,

Prend les traits de la mort pour des traits de l'amour.

AGRIPPINE.

Cher Pison, qui m'aimais d'une amitié si pure,

Pardonne à mon orgueil ce qu'il t'a fait d'injure ;

Et pour prix de tes soins dignes d'un autre sort

1820   Daigne accepter les pleurs que je donne à ta mort.

SCÈNE DERNIÈRE.
Germanicus, Agrippine, Drusus, Livie, Albin, Flavian, Flavie.

AGRIPPINE.

Ou venez-vous, Seigneur, et quelle est votre envie ?

L'infortuné Pison vient de perdre la vie :

Des desseins de César sa mort vous éclaircit.

Fuyez, Seigneur.

GERMANICUS.

Albin m'en a fait le récit,

1825   Madame, et le Sénat par un ordre équitable,

Pour venger ce trépas fait chercher le coupable.

César qui de ce crime a lieu d'être surpris...

AGRIPPINE.

César, Seigneur ! Albin vous a-t-il tout appris ?

Vous a-t-il dit ?... César est surpris de ce crime !

1830   Que je vous plains, Seigneur, d'être si magnanime.

Tout ce que dit César vous doit être suspect.

À Drusus.

Prince, il est votre père, et je perds le respect :

Mais de sa cruauté vous avez connaissance.

DRUSUS.

Épargnez-le, Madame, au moins en ma présence ;

1835   Et si quelque forfait vous le rend odieux,

Souffrez que mon devoir en détourne mes yeux.

L'assassin de Pison, puisqu'il s'est fait connaître,

À l'aspect des tourments se dédira peut-être :

Suspendez jusques-là votre ressentiment ;

1840   Et des mains de César recevez votre amant.

Pour vous faire paraître une bonté de père

Il me rend ma Princesse, et vous donne à mon frère :

Pour vous en assurer il nous envoie ici.

AGRIPPINE.

Il nous veut perdre tous, puisqu'il en use ainsi.

1845   Je le connais, Seigneur, ses bontés sont à craindre.

LIVIE.

Ne craignez rien ; César s'est expliqué sans feindre.

Nous sortons du Palais, où le peuple irrité

Redemandait mon frère, et s'était révolté :

Il allait s'échapper à quelque violence,

1850   S'il ne l'eût apaisé par sa seule présence.

César, qui de ce trouble a craint l'événement,

S'est résolu sans peine à ce grand changement :

Et ce qu'a fait Drusus en faveur de mon frère,

A réparé sa faute, et calmé ma colère.

GERMANICUS, à Agripine.

1855   Je n'ai plus, ma Princesse, à combattre que vous.

César s'est déclaré ; j'ai vaincu son courroux :

Vous seule à mon bonheur pouvez être contraire ;

Vous seule...

AGRIPPINE.

Non, Seigneur, j'ai le coeur trop sincère :

Je vous aime : ce mot vous répond de ma foi ;

1860   Et je me dois à vous si l'on me rend à moi.

Mais l'Empereur...

GERMANICUS.

Madame, il est au Capitole ;

C'est dans ce lieu si saint qu'il veut tenir parole :

Le Sénat l'accompagne ; et voici le grand jour

Qu'avec impatience attendait notre amour.

1865   Puisqu'à nous rendre heureux la fortune conspire,

Ne donnons pas au sort le temps de la dédire :

Allons au Capitole où César nous attend ;

Et craignons les retours de son esprit flottant.

Vous, cependant, Albin, qui m'êtes si fidèle,

1870   Au père de Pison allez offrir mon zèle ;

Parlez lui de son fils, et faites un effort,

Pour marquer la douleur que me cause sa mort.

 


Fin du texte

 


Achevé d'imprimé le 14 Novembre 1693.

 


[1] Tibère : devint second empereur de Rome en 14, succédant à Auguste, dont il épousa la fille Julie. Il dut adopter celui qui devint Germanicus.

[2] Germanicus : de son vrai nom Tibère Drusus Nero, né en 16 avant JC, fils adoptif de Tibère.

[3] En 16, Germanicus vainquit le chef Germain Arminius qui lui-même avait mit en déroute Varus.

[4] Livie : Livia Dusilla épousa Tibère Claudius Nero dont elle eut deux fils Tibère et Drusus. Auguste en tomba amoureux et l'enleva à son mari.

[5] Elbe : Grand fleuve de l'Allemagne, naît en Bohème sur les confins de la Silésie, dans le Resiengebirge, (...) et après un parcours de 900 km tombe dans la mer du Nord, près de Cuxhaven.

[6] Ubiens : peuple germain, habitait d'abord à l'Est du Rhin, chez les Suèves, puis fut transporté par Auguste dans le Germanique 2è, à l'ouest du Rhin, entre le fleuve et la Roër, au nord des Treveri. Ils avait pour capitale Oppidum Ubiorum, depuis Colonia Agrippina (Cologne). [B]

[7] Bataves : peuple d'origine germaine, habitait, entre le Rhin et la Wahal, le pays qu'on nomma l'île des Bataves (Batavorum insula). Leur nom s'étend vulgairement à toute la Hollande actuelle. Ils furent d'abord mêlés aux Cattes ; mais, chassés par ce peuple, ils vineent dans le pays qui a conservé leur nom. Il furent tantôt alliés, auxiliaires ou même tributaires des Romains, tantôt en guerre avec eux. Ils étaient très braves. La révolte des Civilis, qui éclata en 69 et se prolongea sur Vitellius et Vespasien, est le fait le plus remarquable de l'histoire des Bataves. Les Francs saliens envahirent leur pays à la fin du IIème siècle. Au VIème et VIIème siècle, le nom de Bataves s'efface et fait place à celui des Frisons ; cependant il en reste une trace dans celui des Betuwe que garde un district de l'anc. île des Bataves. [B]

 

Introduction  | Nouveautes du site  | Contact  | © 2007-2013 Théâtre Classique|

Début
1.11.21.31.42.1
2.22.32.42.53.1
3.23.33.43.54.1
4.25.15.25.35.4
Fin du texte