ARISTODÈME

TRAGÉDIE

M. DC. XLVIII

BOYER

Représenté pour la première fois en 1647.

Version du texte du 30/12/2013 à 14:39:51.

ACTEURS

EUPHAES, roi de Messénie, amoureux de Mérope.

ARISTODÈME, prince de Messénie, père d'Argie.

ALCIDAMAS, prince de Messénie, amoureux d'Argie.

CRESPHONTE, fils de Théopompe Roi de Sparte, inconnu sous le nom d'Épébole amoureux d'Argie.

ARGIE.

MÉROPE, fille de la Prêtresse Ismire, et crue sour d'Alcidamas.

ALCMÈNE, confidente d'Argie.

ARCAS, envoyé de Théopompe.

TROUPE de SOLDATS.

La scène est sur le mont Ithomé devant le Temple de Jupiter.

ACTE I

SCÈNE I.
Le Roi, Aristodème, Épébole.

LE ROI.

En vain contre l'effort d'une sanglante guerre,

Retranchés sur ce mont qui semble fuir la terre,

Nous défendons l'honneur du nom Messénien

Si le démon de Sparte est plus fort que le sien.

5   Il triomphe, et malgré les efforts de nos armes

Après tout notre sang nous arrache des larmes.

Oui, Princes, en l'état où nous réduit le sort

Où le moindre malheur est celui de la mort.

À l'effroyable objet des maux qu'on nous prépare

10   Je sens que malgré moi ma confiance s'égare ;

Et je ne saurais voir qu'avec la larme à l'oeil

Toute la Messénie au bord de son cercueil.

Hélas ! Pour quel forfait, pour quel crime exécrable

Lui faites-vous, grands Dieux, un sort si déplorable ?

15   Ou pourquoi si ce coup ne pouvait s'éviter

Attendiez-vous mon règne à le faire éclater ?

Dieu du mont Ithomé, Dieu de toute la terre

Qui souvent de ce Temple as lancé le tonnerre,

Souffres-tu qu'aujourd'hui tes ennemis mortels

20   Nous viennent égorger au pied de tes Autels ?

Que leur Religion dans le sang étouffée

Renouvelle à tes yeux les désordres d'Amphée ?

Et que Sparte employant le fer et le flambeau

De ton Temple et du mont fasse un ardent tombeau ?

25   Est-ce ainsi puissant Dieu que tu nous abandonnes ?

Messène va périr puisque tu nous l'ordonnes ;

Mais notre désespoir se mêlant à nos coups,

Ceux qui la font périr, périront avec nous.

Vaillant Aristodème, et toi mon cher Cresphonte

30   Que l'ennemi jamais n'éprouva qu'à sa honte,

Et qui sans être issu du sang Messénien,

De Messène pourtant t'es rendu le soutien ;

Prévenez avec moi la cruelle disgrâce

Dont depuis si longtemps le destin nous menace ;

35   Et pour ne pas nous voir honteusement soumis

S'il faut tomber, tombons avec nos ennemis.

ARISTODÈME.

N'aggravez pas, Seigneur, les malheurs de Messène,

Bien que le Ciel sur elle ait déployé sa haine,

Après les grands exploits qu'a faits votre valeur

40   Elle peut hardiment défier le malheur :

Et tant que votre bras soutiendra sa querelle

Si Sparte ne fléchit la guerre est immortelle,

Du superbe sommet de ce mont orgueilleux

Le mal qu'ils nous ont fait retombera sur eux.

45   Nous le renverserons dessus leurs propres têtes,

De ces lieux élevés partiront les tempêtes,

Dont les traits par nous-même heureusement conduits

Les réduiront bientôt où nous sommes réduits.

LE ROI.

Aristodème, perds cette espérance vaine,

50   Juge plus sainement des malheurs de Messène,

Et sache qu'ils sont tels que pour borner leur cours

Les Dieux ont trop longtemps différé leur secours.

À peine ils le pourraient de puissance absolue,

Mais déjà dans le Ciel sa perte est résolue.

55   Les prodiges sanglants qui nous ont menacés

Nous font voir contre nous tous les Dieux courroucés.

Tout le monde a tremblé sous un coup de tonnerre,

Cent fantômes hideux se sont levés de terre,

Et remplissant ces lieux de tristesse et d'effroi

60   Androcle et ses amis ont paru devant moi.

Tel qu'alors qu'opposant sa puissance Royale

À la guerre qu'il crût à son pays fatale,

Beaucoup plus fort que lui, quoiqu'en un même rang,

Mon père Antiochus la signa de son sang.

65   L'heure vient, m'a-t-il dit, où le Ciel délibère

De me venger sur toi du crime de ton père.

Mais las ! Par des rigueurs que j'ai peine à souffrir

Toute la Messénie avec toi doit périr.

À ces mots il se perd dans le sein d'une nue,

70   Les épais tourbillons qui m'en ôtent la vue,

Sont sans cesse percés de mille et mille éclairs

Qui peignent nos malheurs dans le vague des airs.

On oit bruire partout des instruments de guerre :

Une pluie de sang tombe sur cette terre,

75   La couvre de serpents, d'insectes, et d'abord

Nous respirons un air de poison et de mort,

Un si triste destin eut-il jamais d'exemple ?

ÉPÉBOLE.

Joignez à ces horreurs ce qui se fait au Temple.

Déjà près de l'Autel les Prêtres par trois fois

80   Avaient sommé les Dieux d'accourir à leurs voix.

La pureté du feu prêt pour le sacrifice

Nous faisait espérer un succès plus propice.

L'encens montait au Ciel avecque liberté,

Mais sitôt qu'à la dextre un foudre eut éclaté,

85   Le Ministre effrayé lâche les deux victimes

Qui devaient expier la grandeur de nos crimes.

L'une échappe et s'enfuit, l'autre court à l'Autel,

Arrête, tombe et meurt avant le coup mortel.

Le Prêtre épouvanté de voir ses funérailles

90   Cherche encor nos destins au fond de ses entrailles.

Mais passant plus avant il voit avec erreur,

Un serpent qui mourait en lui rongeant le coeur.

ARISTODÈME.

Ô de nos derniers maux triste et dernier présage !

C'est ce prodige affreux qui m'ôte le courage.

95   Tout est perdu pour nous.

LE ROI.

  C'est l'extrême malheur

Qui des vrais généreux redouble la valeur.

Allons doncques amis où nous attend la gloire,

Une éclatante mort vaut mieux qu'une victoire.

Puisque c'est triompher des hommes et du sort

100   De finir de beaux jours par une illustre mort.

ARISTODÈME.

Suivons un sentiment si noble et si sublime.

Mais Alcidamas vient.

SCÈNE II.
Aristodème, Le Roi, Alcidamas, Troupe des Gardes, Épébole.

ALCIDAMAS.

Enfin, Roi magnanime,

Les Dieux vont retirer Messène de ses fers,

Ils ont déjà, touchés des maux qu'elle a soufferts,

105   Commencé son salut par un fameux miracle,

Nous n'attendions plus rien du côté de l'Oracle,

Tisis étant cru mort, à peine à nos esprits

Restait le souvenir du soin qu'il avait pris.

Cependant il revient, et son zèle invincible

110   Nous porte d'Apollon le remède infaillible.

Il revient, et le Dieu qu'il porte dans son sein

Du camp des ennemis l'a tiré par la main.

LE ROI.

Quoi ! Tisis vit encor, ô frivole espérance !

ÉPÉBOLE.

Mais quand bien son salut aurait quelque apparence,

115   Peut-il pour nous revoir aborder des remparts

Que nos fiers ennemis ceignent de toutes parts ?

Ne vous trompez-vous point ?

ALCIDAMAS.

Par cette défiance

Vous accusez les Dieux de manquer de puissance ;

Mais, Seigneur, écoutez ce qu'ils ont fait pour nous,

120   Et par là connaissez la fin de leur courroux.

Marchant sous la faveur du Dieu qui l'accompagne,

Tisis touchait déjà les bords de la montagne,

Quand voyant tous nos champs couverts de pavillons,

Tant de corps détachés, tant d'épais bataillons

125   De nos murs ruinés lui défendre l'entrée,

L'âme de déplaisir et de douleur outrée,

Il tourna vers le Ciel ses yeux grossis de pleurs,

Et par ces tristes mots déplore nos malheurs.

Je te vois cher pays au bord de ta ruine,

130   Et pouvant arrêter la colère divine,

Alors que je te vois sur le point de périr

Je porte ton remède et ne puis te guérir.

Ô Dieu qui m'a commis ta volonté suprême,

M'abandonneras-tu dans ce besoin extrême ?

135   Non, non, je sens ton aide, elle vient à propos.

Au camp des ennemis il s'engage à ces mots,

Et trouvant un quartier sans beaucoup de défense,

Où le rapide Haly des montagnes s'élance,

Il surprend l'ennemi, l'enfonce, se fait jour,

140   Le seul fleuve pour lors s'oppose à son retour,

Mais l'extrême danger redoublant son courage,

Il pousse son cheval qui le passe à la nage :

L'ennemi qui le suit confus, épouvanté,

Sur un pont de bateaux gagne l'autre côté,

145   Se range sur les bords, couvre tout le rivage,

Et lui prépare au port un assuré naufrage.

LE ROI.

Dans cette extrémité que fera-t-il grands Dieux ?

ALCIDAMAS.

La mort de toutes parts se présente à ses yeux,

Dans les eaux, sur la terre, il la voit infaillible :

150   Mais à tous ces périls son esprit insensible

De l'amour du pays occupé pleinement,

S'il craint en cet état c'est pour nous seulement.

Cependant le vieux fleuve ennuyé de sa chaîne,

Connaissant son vainqueur et celui de Messène,

155   Va rendre sur les bords ce précieux fardeau.

L'ennemi qui craignait de le perdre dans l'eau

Lui fait place, il paraît sur sa natale terre,

Il s'avance, et sentant que l'ennemi l'enserre

Il voit sans se troubler par ce second effort

160   Dresser superbement l'appareil de sa mort.

Il les prévient, il part, et plus vite qu'un foudre

D'abord aux plus ardents il fait mordre la poudre,

Les renverse à ses pieds l'un sur l'autre entassés,

Et se fait un rempart de morts ou de blessés,

165   Les coups marquent du Dieu l'infaillible présence.

Mais malgré sa valeur, malgré sa résistance,

Contre tant d'ennemis ne pouvant se sauver

Blessé, mourant il tombe, et l'on court l'achever.

ARISTODÈME.

Ah ! Tisis que ta mort nous va coûter de larmes.

LE ROI.

170   Justes Dieux !

ALCIDAMAS.

  Il allait expirer sous leurs armes,

Quand du milieu des airs une terrible voix

Leur fait ouïr ces mots par trois diverses fois.

Sacrilèges, sauvez le porteur de l'Oracle.

Ces Tigres furieux frappés de ce miracle,

175   Voyant combien le Ciel prenait soin de ses jours

Oubliant leur fureur, s'offrent à son secours.

Ils voulaient l'emporter dans leur tente prochaine :

Mais Tisis dans l'ardeur de secourir Messène,

Se servant du pouvoir que lui donnaient les Dieux,

180   Commande qu'aussitôt on le porte en ces lieux.

On obéit, il vient environné de gloire,

Ses ennemis confus annoncent sa victoire

Par de profonds soupirs et de tristes regards,

Et portent leur vainqueur au pied de nos remparts,

185   Et c'est là que j'ai su ce succès admirable.

LE ROI.

Grands Dieux ! Après un sort à ce point favorable

J'ose tout espérer.

ARISTODÈME.

Grâces aux immortels ;

Que de mille présents on charge leurs Autels.

ALCIDAMAS.

Allons par mille jeux célébrer la journée

190   Qui des Messéniens change la destinée.

LE ROI.

Ah ! Si pour l'honorer par un dernier bonheur,

Connaissant de quel feu je brûle pour ta sour,

Tu voulais achever cet heureux hyménée

Pour qui semblent les Dieux marquer cette journée,

195   Que je serais heureux si dans un même jour

Je faisais triompher Messène et mon amour.

Car pour rendre aujourd'hui ma victoire achevée,

Si je voyais ta sour sur mon trône élevée

J'irais pour l'affermir par mille exploits divers,

200   Vaincre nos ennemis, subjuguer l'Univers,

Et pour faire partout régner ma souveraine

Joindre toute la terre aux États de Messène.

ALCIDAMAS.

L'honneur que vous offrez est pour nous trop charmant

Pour le vouloir, Seigneur, différer d'un moment.

205   Et puisqu'un meilleur sort aujourd'hui nous envoie,

En nous rendant Tisis, tant de sujets de joie,

Célébrons un hymen si longtemps désiré,

Qu'un malheur sans relâche a toujours différé.

Seigneur par son aveu que le mien autorise,

210   Si vous le souhaitez, ma sour vous est acquise.

LE ROI.

Que te pourrai-je rendre après un tel bienfait ?

ALCIDAMAS.

Hélas ! Si mon mérite égalait mon souhait,

Si ce Prince touché des peines que j'endure

Voulait.

ARISTODÈME.

Alcidamas vous me faites injure.

215   Quoi ? Ne savez-vous pas que ma fille est à vous ?

Oui, puisque le destin se déclare pour nous :

Ce jour si vous voulez verra votre hyménée.

ALCIDAMAS.

Que je baise ses mains.

Épébole s'en va.

Ô cruelle journée !

Je l'aime et pleure.

ALCIDAMAS.

Tisis devant nos Dieux

220   Vient exposer l'oracle et mourir à leurs yeux.

SCÈNE III.
Le Roi, Tisis, Aristodème, Alcidamas, Épébole.

LE ROI.

Ah ! Tisis.

TISIS.

Grâce au Dieu qui m'a sauvé la vie,

Je revois mes amis, mon Prince, et ma patrie.

Trop heureux puisqu'encor au dernier de mes jours

Je leur rends en mourant un utile secours.

225   Que te rendrai-je, ô Dieu ! pour un bienfait si rare ?

ARISTODÈME.

Hélas !

TISIS.

Qu'à l'adorer un chacun se prépare.

Peuple Messénien, vous Princes, vous mon Roi,

Oyez, oyez le Dieu qui vous parle par moi.

ORACLE.

Que l'on jette le sort sur les Vierges d'Épyte,

230   Que l'une de ce sang immolée au Cocyte,

Aux lieux d'où le Haly précipite ses eaux,

Pour apaiser Androcle, et ses mânes funèbres,

Sans regret et dans les ténèbres

Tombe sous les sacrés couteaux.

235   Voilà ce que les Dieux m'ordonnaient de vous dire,

Faites leur volonté, qu'on m'emporte, j'expire.

Adieu Roi, Peuple, Amis que je ne verrai plus,

Usez bien de l'Oracle, ou vous êtes perdus.

SCÈNE IV.
Le Roi, Aristodème, Alcidamas, Épébole.

LE ROI lit l'Oracle.

Que nous demandez-vous ? Grands Dieux !

ALCIDAMAS.

Aristodème,

240   Qu'est-ce ci ?

ARISTODÈME.

  Justes Dieux sauvez-moi du blasphème !

Ah ! Seigneur.

LE ROI.

C'est à vous que l'Oracle a parlé,

Prince c'est votre sang qui doit être immolé.

ARISTODÈME.

Les Dieux veulent mon sang, je veux leur satisfaire,

Pour celui de la fille offrir celui du père ;

245   Je vous l'offre, grands Dieux, acceptez mon trépas,

Mais je vois bien, cruels vous ne le voulez pas.

Et vous me demandez pour sauver ma patrie

Un sang qui m'est plus cher, donc je te perds Argie.

ALCIDAMAS.

Le Ciel peut la sauver.

LE ROI.

Quoi cher Prince ?

ALCIDAMAS.

Seigneur,

250   Ma sour doit aspirer à ce fatal bonheur.

Elle est du sang d'Épyte.

LE ROI.

Ah ! Frère trop barbare.

ALCIDAMAS.

Mais trop sensible amant.

ARISTODÈME.

Le mal qu'on nous prépare

Menace également et ma fille et ta sour ;

Le sort doit disposer d'un si funeste honneur.

255   Étant seules du sang propre à ce sacrifice,

Il faudra que pour nous l'une ou l'autre périsse.

LE ROI.

Ah ! Que notre salut nous sera cher vendu.

ALCIDAMAS.

Est-ce là ce secours si longtemps attendu ?

Dieux cruels, Dieux sanglants, et vous mânes funèbres

260   Qui pour nous tourmenter sortez de vos ténèbres ;

Androcle objet rempli de menace et d'effroi.

LE ROI.

Que ne demandiez-vous qu'on vous offrît un Roi ?

Après un tel Arrêt qui serait légitime,

J'eusse été sans tarder le Prêtre et la victime.

ARISTODÈME.

265   L'un et l'autre ressent une pareille ardeur.

Je réponds pour ma fille, il répond pour sa sour.

Puisqu'il faut par leur sang sauver la Messénie,

Que l'on les jette au sort.

LE ROI.

Dieux ! Quelle tyrannie ?

Que ne nous montrez-vous quel est notre désir :

270   Sans remettre au hasard le pouvoir de choisir.

Faudra-t-il que le sort.

ARISTODÈME.

N'importe, qu'il choisisse.

Allons, allons pourvoir à ce grand Sacrifice.

ALCIDAMAS parlant au Roi.

Vous y résolvez-vous ?

LE ROI.

Ah ! Cher Prince.

ALCIDAMAS.

Ah ! Seigneur.

LE ROI.

Tu perds Alcidamas ta maîtresse ou ta sour.

275   Sauvez Mérope, ô Dieux !

ALCIDAMAS.

  Pour sauver sa patrie

Si l'une doit périr, grands Dieux sauvez Argie.

ACTE II

SCÈNE I.
Argie, Mérope.

MÉROPE.

Argie, à qui le Ciel m'unit si fortement,

Enfin nous approchons de ce fatal moment,

Où pour calmer des Dieux la colère obstinée

280   L'une ou l'autre doit voir sa course terminée,

Et recevoir au gré des caprices du sort

L'irrévocable arrêt ou de vie ou de mort.

C'est nous seules, c'est nous que l'Oracle demande,

Une Vierge Épityde en doit être l'offrande.    [1]

285   Si seules nous restons du sang épytien

On ne lui peut offrir que ton sang ou le mien.

Que si l'une des deux y doit perdre la vie,

Quelle sera-ce enfin de Mérope ou d'Argie ?

Dans la nécessité de cette triste loi

290   Ah ! Je crains tout pour elle, et ne crains rien pour moi.

ARGIE.

Épargne ma faiblesse, et tâche de suspendre

Le noble sentiment d'une amitié si tendre.

Ici tes sentiments vont affaiblir les miens,

Plus tu crains pour mes jours plus je crains pour les tiens.

295   Quoi ? Si c'est un honneur que le Ciel me destine,

Si ma mort, du pays divertit la ruine,

Voyant couler mon sang pour un sujet si beau

Voudrais-tu de tes pleurs arroser mon tombeau ?

Pour moi je te le dis, malgré cette tendresse

300   Qui fait que pour tes jours mon âme s'intéresse,

Si le Ciel veut ton sang, et néglige le mien,

Je pleurerai mon sort, loin de pleurer le tien.

MÉROPE.

Tu voudrais en mourant me conserver la vie,

Et tu ne peux souffrir que je te porte envie,

305   Ah ! C'est faire à ma gloire une trop dure loi

De vouloir que j'en sois moins jalouse que toi.

Laisse moi cet honneur, et permets que j'espère

De sauver par ma perte et ma sour et mon frère,

Amour l'unit à toi par de si forts liens

310   Que le cours de ses jours se règle sur les tiens.

Et s'il faut aujourd'hui que tu perdes la vie

La mort d'Alcidamas suivra celle d'Argie.

ARGIE.

Je ne connais que trop l'amour d'Alcidamas,

Mais s'il plaignait ma perte, il ne m'aimerait pas ;

315   Et sa lâche pitié mériterait ma haine

S'il ne pouvait la vaincre en faveur de Messène :

Et si par son trépas il osait lui ravir

Un bras qui l'a servie et qui peut la servir.

Si j'en suis la victime, il doit voir avec joie

320   Cet éclatant honneur que le Ciel nous envoie ;

Et loin de l'effacer par de lâches soupirs

Joindre pour l'obtenir ses voux à mes désirs.

Que s'il voit que mon sang ne lui soit pas utile

Qu'il baigne alors du sien les cendres de la ville ;

325   Pour me faire un spectacle aussi charmant que beau

Que dessous sa ruine il s'érige un tombeau.

Que sa propre défaite égale une victoire,

Et que même en tombant il se couvre de gloire.

C'est de ce noble orgueil qu'il se doit enflammer,

330   Et s'il veut que je l'aime, et s'il ose m'aimer.

Je l'aime cependant, et mon humeur sévère

En faveur de la sour a fléchi pour le frère.

J'avais peine à souffrir son courage bouillant,

Volage, impérieux, inquiet, turbulent.

335   Et si pour son amour j'eus de la complaisance,

C'est lors que sa vertu régla sa violence.

Mais je le haïrais s'il fallait qu'aujourd'hui

Nous rougissions du feu que j'ai conçu pour lui.

Pour le rendre durable autant que légitime

340   Il faut que son courage égale mon estime.

Si tu vois chère sour, si tu vois que le Roi

N'ait pas sur ce sujet mêmes pensers pour toi,

Imite mon exemple, et pour vivre sans blâme

Dépouille cette amour qui règne dans ton âme,

345   Et si pour sa vertu tu daignas l'y placer,

En la voyant périr tâche de l'en chasser...

MÉROPE.

Hélas !

ARGIE.

Qu'est-ce ma sour ?

MÉROPE.

Je l'aime, et j'en soupire,

Il règne dans mon coeur comme dans cet Empire,

Et malgré mes efforts ce Monarque absolu

350   A pris plus de pouvoir que je n'aurais voulu.

Quoique ce coeur soit plein de cette illustre envie

Qui fait qu'avec plaisir je renonce à la vie ;

Je vois ce beau désir mêlé de quelque ennui,

Et crains également pour mon frère et pour lui.

ARGIE.

355   Quoi ? Ma sour, est-ce ainsi qu'on renonce à la gloire ?

Quoi ? Veux-tu sans combat me céder la victoire ?

Ta générosité si tôt s'évanouit ?

Et loin de t'éclairer ton amour t'éblouit ?

S'il te souvient ma sour du dessein de l'Oracle,

360   Ta douleur à ta gloire est un puissant obstacle,

Il veut que la victime approche de l'Autel,

Et voie avec plaisir tomber le coup mortel.

MÉROPE.

Je le vois bien, ma sour, tu seras la victime,

Les Dieux ne sauraient faire un choix plus légitime,

365   Je ne mérite pas une si belle mort,

Et ce n'est que sur toi que tombera le sort.

Déjà le Temple s'ouvre, et cet Arrêt sévère

Éclate évidemment sur le front de ton père.

SCÈNE II.
Aristodème, Argie, Mérope.

ARGIE.

Mon père, qui mourra de Mérope ou de moi ?

ARISTODÈME.

370   Hélas !

ARGIE.

Vous soupirez.

MÉROPE.

  Ô rigoureuse loi !

Si j'ose interpréter ses soupirs et sa plainte,

J'y vois le triste effet de ma trop juste crainte,

Je te perds, chère sour, comme je l'ai prédit.

ARGIE.

Mon père, est-ce ma mort qui vous rend interdit ?

375   Pouvez-vous, devenu jaloux de ma victoire,

Par une injuste plainte en effacer la gloire ?

ARISTODÈME.

Nos maux ne seront point par ton sang effacés.

Non, ma fille, le Ciel ne t'aime pas assez.

Mérope c'est pour vous que le sort se déclare,

380   C'est à vous qu'il réserve une faveur si rare.

Mais bien que votre sort me semble noble et doux

Je ne puis m'empêcher de soupirer pour vous,

Voyant que le malheur dont elle est poursuivie

Doit coûter à Messène une si belle vie.

ARGIE.

385   Ô Ciel ! Qu'ai-je entendu ? Cet Arrêt me surprend,

Et bien que préparée à ce malheur si grand

Je n'en puis sans frémir entendre la nouvelle.

MÉROPE.

Hé quoi ? Votre vertu vous abandonne-t-elle ?

Suivre des sentiments quand vous les condamnez,

390   C'est bien mal pratiquer ce que vous enseignez :

Rendez-vous à vous-même, et que votre courage

S'oppose fortement à ce dernier orage.

ARGIE.

Je n'ai pu de mes sens vaincre la trahison,

L'amour verse ces pleurs, et non pas la raison,

395   Au lieu de m'en blâmer, il faut que l'on m'en loue.

Si mon oeil les reprend mon coeur les désavoue ;

Et malgré moi je donne en cette extrémité

Des marques de tendresse, et non de lâcheté.

Non je ne change point, et mon âme est ravie,

400   Qu'un si beau trépas suive une si belle vie ;

Donc puisqu'il plaît aux Dieux va généreuse sour

Recevoir un laurier d'immortelle splendeur,

Avec moins de regret je perds cette Couronne,

Puisque le Ciel me l'ôte afin qu'il te la donne.

405   Va pendant que ta sour d'un esprit plus remis

Partagera ta gloire autant qu'il est permis :

Si ta perte nous sauve, ainsi que j'ose croire,

On me verra jouir du fruit de ta victoire ;

Non je ne mourrai point, mais si mon cher pays

410   Voit son plus doux espoir et nos désirs trahis

Alors sans plus tarder j'irai joindre ton ombre,

Et poussant des sanglots et des soupirs sans nombre,

Nous n'aurons désormais de plus doux entretien

Que celui du débris du nom Messénien.

415   Non, Sparte n'aura pas le cruel avantage

De me voir soupirer sous un triste esclavage,

Si les Messéniens secondent mes desseins

Ils ne succomberont que par leurs propres mains.

MÉROPE.

De grâce espérons mieux de la bonté céleste ;

420   Mon trépas n'aura point de suite si funeste,

Si mon sang n'éteignait la colère des Dieux

D'adorables qu'ils sont ils seraient odieux.

C'est crime d'en douter, ils tiendront leur parole.

Mais dans ce doux espoir tout ce qui me console

425   C'est de voir que l'amour, dont tu brûles pour moi,

Souffre qu'après ma mort, je vive encore en toi.

Pour mourir pleinement glorieuse et contente

Il ne me restait plus que cette douce attente.

ARISTODÈME.

Mérope, en me voyant de douleur transporté

430   Cachez mieux cet excès de générosité.

Votre illustre vertu redouble ici ma peine,

Elle me fait trop voir ce que perdra Messène,

Et jusques à quel point va le courroux des Cieux.

Puisqu'il faut l'apaiser d'un sang si précieux.

435   Dieux ! Si je puis choquer vos décrets sans blasphème

Vous deviez demander celui d'Aristodème.

MÉROPE.

Quoi, Seigneur, mon bonheur vous fait aussi souffrir

Quand la faveur du Ciel me destine à mourir,

Jaloux d'un si beau sort vous me portez envie.

ARISTODÈME.

440   Que ne puis-je en mourant vous conserver la vie ?

Messène en mon trépas ne peut perdre que moi.

Mais las ! En vous perdant elle perdra son Roi.

Votre frère ni lui dedans cette occurrence

N'ont pu près des Autels seconder ma constance.

445   L'esprit de tous les deux tout noble et grand qu'il est

N'a pas osé du son voir prononcer l'Arrêt.

Pour s'en instruire enfin l'un et l'autre s'avance,

Je vous laisse ce soin, j'évite leur présence.

Et je cours cependant d'un pas précipité

450   Remettre les esprits d'un peuple épouvanté.

SCÈNE III.
Le Roi, Alcidamas, Argie, Mérope.

ALCIDAMAS.

Aristodème fuit et se cache à ma vue,

Je conçois de sa fuite un soupçon qui me tue.

LE ROI.

Qu'en croirai-je moi-même ? Et qu'en dois-je juger ?

ALCIDAMAS.

Hélas ! De tous côtés j'ai de quoi m'affliger,

455   Ou je perds une sour, ou je perds une amante,

Tout désir m'est fatal, tout succès m'épouvante :

Cruelle destinée !

ARGIE.

Ah ! Ma sour.

MÉROPE.

Ah ! Ma sour.

LE ROI.

Leurs visages sont peints d'une égale douleur,

Et dans le triste excès du mal qui les opprime

460   Je ne puis discerner qui sera la victime.

ARGIE.

Hélas !

ALCIDAMAS.

Doncques le Ciel vous condamne à mourir ?

Est-ce le seul moyen qui nous peut secourir ?

ARGIE.

De grâce expliquez mieux mes soupirs et mes larmes,

Dans un si beau trépas je trouverais des charmes.

465   Il serait plein pour moi de gloire et de douceur,

Mais tout me semble horrible en celui de ma sour,

C'est par l'arrêt du sort qu'elle nous est ravie,

Et le cruel qu'il est me condamne à la vie.

LE ROI.

Est-ce à ce rude coup que tu m'as condamné

470   Grand Dieu ? Tombe plutôt ce trône infortuné.

MÉROPE.

Que dites-vous, Seigneur ?

ALCIDAMAS.

Ah ! Ma sour, ah ! Princesse.

ARGIE.

Épargne, Alcidamas, la douleur qui me presse.

Si tu m'aimes encor, si tu plains mon malheur

Viens seconder mes soins pour conserver ta sour.

475   Adieu, Mérope, adieu je sens que mon courage

Cède insensiblement à ce dernier orage ;

Et malgré mon effort de douleur abattu

Voit avec déplaisir chanceler ma vertu.

Va, suis l'ordre des Dieux, que rien ne te retienne,

480   Laisse-moi ma vertu je te laisse la tienne.

MÉROPE.

Quoi ? Si tôt me quitter ? Arrête encor.

ARGIE.

Hélas !

MÉROPE.

Aime-moi chère sour, même après le trépas.

Adieu.

ARGIE.

Prince sur moi dans un coup si funeste,

Tu tiens entre tes mains tout l'espoir qui me reste.

SCÈNE IV.
Le Roi, Mérope.

LE ROI.

485   Vous voulez donc mourir.

MÉROPE.

  Grand Prince, Qu'est-ce ci ?

Loin de me consoler vous m'affligez aussi ?

Quand le Ciel à nos voux devenu plus propice

Nous retire du bord d'un affreux précipice :

Est-ce d'un oeil si triste et si peu satisfait

490   Que l'on doit recevoir un si rare bienfait ?

Ah ! Reconnaissez mieux cette faveur insigne,

En paraître affligé serait s'en rendre indigne ;

Que si l'amour produit un si bas sentiment

Pour être meilleur Roi ne soyez plus amant.

495   Ou bien songez pour vaincre un si dangereux zèle

Que je ne puis tomber d'une chute plus belle.

Ni subir un trépas plus noble ni plus doux,

Puisqu'il doit conserver et votre État et vous.

LE ROI.

Ah ! Périsse plutôt mon État et moi-même,

500   J'abandonne pour vous et sceptre et diadème :

C'est un pesant fardeau que je n'ai dû porter

Qu'autant qu'il m'a servi pour vous mieux mériter.

Par ce fidèle aveu jugez s'il est possible

Que je montre à ce coup un courage insensible ;

505   Quand votre mort assure et ma vie et mon rang,

Moi je refuserais des pleurs à ce beau sang ?

Plus vous me témoignez une ardeur si fidèle,

Plus je me montrerais indigne de ce zèle,

Plus vous le signalez en ces illustres soins ;

510   Enfin plus vous m'aimez, je vous aimerais moins.

Il faut que mon amour comme le vôtre éclate,

Si le Ciel veut qu'ici je montre une âme ingrate,

S'il ose condamner des sentiments si beaux

Qu'il garde son remède et nous laisse nos maux.

MÉROPE.

515   Craignez que sa bonté ne se change en colère,

Ce transport violent ne peut que lui déplaire,

Si vous osez , Seigneur, résister à sa loi

Vous allez perdre et vous et votre peuple et moi.

Au lieu qu'en subissant cette loi souveraine

520   Je puis vous conserver, aussi bien que Messène.

LE ROI.

Il ne saurait plus loin étendre son courroux,

Qu'importe qu'aujourd'hui tout périsse avec vous,

Vous me tenez lieu seule et de peuple et d'Empire,

Si je vous perds mon sort ne saurait être pire.

525   Ce n'est pas que je veuille empêcher son arrêt,

Je le respecte encor à cause qu'il vous plaît.

Suivez votre destin, je vous laisse à vous-même,

Voyez, belle Princesse, à quel point je vous aime ;

Je veux vous imitant devenir généreux,

530   Il veut une victime, et j'en veux offrir deux.

Me voici résolu de ne pas vous survivre,

Au moins ne m'a-t-il pas défendu de vous suivre,

Et si je m'en souviens son arrêt rigoureux

Ne m'ôte pas l'espoir qui reste aux malheureux.

535   Choisissant votre sang mon trépas lui doit plaire,

L'amour qui nous unit l'a rendu nécessaire,

Et le Ciel qui vous perd par la bouche du sort,

Avec le même Arrêt me condamne à la mort.

Il faut pour me sauver qu'il en choisisse un autre.

MÉROPE.

540   Donc le fruit de ma mort va périr par la vôtre ?

Mon sort en vous quittant me semblait assez doux

Quand j'osais espérer que je mourrais pour vous,

Mais par vos cruautés ma mort perd tous ses charmes.

LE ROI.

Vous en devriez trouver dans la fin de mes larmes,

545   Et sachant que la mort en doit borner le cours

Ne vous pas obstiner à prolonger mes jours,

Est-ce m'aimer ?

MÉROPE.

Voyez où l'amour m'a réduite.

J'abhorre mon trépas quand j'en prévois la suite.

Trop sensible pour vous, insensible pour moi,

550   Je vois le mien sans peur, le vôtre avec effroi.

Qu'ai-je dit ? Je le dois avouer à ma honte,

Messène est la plus faible, et mon feu la surmonte,

Voyant que mon trépas vous va faire périr,

Oubliant mon pays j'ai regret de mourir.

555   Êtes-vous satisfait de cet aveu si lâche ?

Je souffre pour vous seul cette honteuse tache,

Pour vous seul je me rends par ce zèle obstiné

Indigne de l'honneur qui m'était destiné.

LE ROI.

Que cet aveu charmant serait digne d'estime

560   S'il obligeait les Dieux à changer de victime,

Et si pour ce beau sang qu'ils exigent de nous

Ou le mien ou tout autre apaisait leur courroux.

MÉROPE.

Votre amour vous aveugle, et sait mal se défendre,

D'une indigne pitié qui tâche à vous surprendre,

565   Si ce coeur amoureux a bien pu surmonter

L'extrême déplaisir que j'ai de vous quitter.

Quand de lâches pensers vous défendent de vivre

Résistez au transport qui vous force à me suivre.

J'acquerrai de la gloire en cherchant le trépas.

570   Mais la vôtre redouble en ne me suivant pas.

Adieu.

LE ROI.

Vous me quittez.

MÉROPE.

Prince il faut s'y résoudre.

LE ROI.

Elle part, je la perds, ô dernier coup de foudre

Je ne puis résister à ton cruel effort,

Et je tombe déjà par la peur de sa mort.

575   Douleurs, justes douleurs accablez mon courage,

Et par un trait mortel achevez votre ouvrage.

ACTE III

SCÈNE I.
Argie, Alcmène.

ARGIE.

Quoi ? Mérope est sauvée ! Elle ne mourra pas ?

Que dans ce changement je rencontre d'appas ?

ALCMÈNE.

Ignoriez-vous encor cet important mystère ?

580   Tout le monde l'a su.

ARGIE.

Quoi ?

ALCMÈNE.

  Qu'Ismire est sa mère.

ARGIE.

Quoi ? La Prêtresse Ismire ?

ALCMÈNE.

On a longtemps couvert

Aux yeux de tout le monde un crime qui la perd.

Sachez donc un secret caché par son silence.

Ismire ne pouvant sauver son innocence,

585   D'un hymen contracté contre un vou solennel,

Et n'osant publier cet acte criminel,

Pour sauver d'un affront Ismire et sa famille,

Lisciscus avoua Mérope pour sa fille,

L'assura dans sa mort, et depuis son trépas

590   Elle a passé pour sour du Prince Alcidamas.

Mais Ismire voyant qu'on l'offrait pour victime,

A cru que son silence augmenterait son crime,

Son zèle et sa pitié nous dessillent les yeux.

ARGIE.

Ton amour a formé ce projet glorieux

595   Fidèle Alcidamas, pour ce bienfait extrême

Que ne te dois-je point ?

ALCMÈNE.

Il s'est servi lui-même,

Il a sauvé sa sour, et sachez qu'aujourd'hui

Épébole a moins fait, mais plus osé que lui.

Cet étranger.

ARGIE.

Enfin votre discours m'offense,

600   Épébole est trop cher à votre confidence,

Sitôt qu'Alcidamas s'offre à mon souvenir

Avec votre inconnu voulez-vous l'en bannir ?

ALCMÈNE.

Il mérite beaucoup, et je ne m'en puis taire.

ARGIE.

Alcmène, ce discours peut enfin me déplaire,

605   Croyez-en davantage, et nous en dites moins.

ALCMÈNE, bas.

Pauvre Prince, qu'en vain je te donne mes soins.

ARGIE.

Mais que fait-on au Temple ?

ALCMÈNE.

On voit la populace,

Ne sachant par quel sang détourner la menace

Qui dans tout ce pays a porté la terreur,

610   Se couvrir de tristesse et pâlir de frayeur.

ARGIE.

Parmi tant d'affligés que fait Aristodème ?

Mais il vient.

SCÈNE II.
Aristodème, Argie, Alcmène.

ARISTODÈME.

Je la vois ; mon coeur c'est elle-même,

Fuyons, fuyons ses yeux, perdons-la sans la voir :

Mais plutôt à ses yeux faisons notre devoir.

ARGIE.

615   Hé ! bien Seigneur, les Dieux nous ont fait grâce entière,

Leur extrême bonté répond à ma prière.

Ma sour ne mourra point ; que ce succès est doux.

ARISTODÈME.

Il l'est pour toi ma fille, et ne l'est pas pour tous.

ARGIE.

Il doit l'être, Seigneur, puisqu'il est légitime,

620   Nous nous acquitterons par une autre victime.

ARISTODÈME.

Oui, sans plus consulter sur ce choix important,

Je t'apprends que c'est toi que cet honneur attend.

ARGIE.

Cette grâce, Seigneur, surpasse la première.

ARISTODÈME.

Mais le vouloir des Dieux se perd dans la dernière.

625   Ils demandent du sang, mais par la main du sort

Et de ma propre main je te livre à la mort.

Ah ! Lâche, soutiens mieux la grandeur de ton zèle,

Si c'est dessein pour toi, c'est un hasard pour elle.

ARGIE.

Non, je l'avais prévu, ne me dérobez rien,

630   Sachez que votre choix ne prévient pas le mien.

Quand aux Dieux, pour ma sour, j'osais demander grâce,

Je leur offrais un sang qui peut remplir sa place.

Il est vrai que du sort je tiens ce beau trépas,

Puisque c'est un bonheur que je n'espérais pas.

635   Grâces aux immortels, qui pour se satisfaire

Aux désirs de la fille ajoutent ceux du père.

ARISTODÈME.

Hélas !

ARGIE.

Vous soupirez, est-ce pour nos malheurs ?

Est-ce pour une mort qui doit tarir nos pleurs ?

La nue est sur le point de crever sur nos têtes,

640   Et je cours au-devant de ses noires tempêtes,

Je suis entre la foudre et les Messéniens,

Et prête d'éclater seule je la retiens.

Pourrai-je de mes jours faire un plus digne usage

Qu'en les sacrifiant à ce noble avantage ?

645   Puis-je aller à la mort par un chemin plus beau

Qu'en cherchant sur l'autel un illustre tombeau ?

ARISTODÈME.

Ah ! Ma fille, ah ! Mon sang, souffre que je t'embrasse,

Que tu vas élever l'honneur de notre race ?

Pardonne des soupirs, pardonne-moi des pleurs

650   Témoins de ta vertu, mieux que de mes douleurs.

J'ai voulu découvrir quelle est ton assurance,

Par un trait de faiblesse éprouver ta constance ;

Et par l'impression de ces soupirs forcés

Voir si tes nobles voux pourraient être effacés.

655   Mais je le reconnais, ô sang d'Aristodème,

La nièce d'Épytus sera toujours la même.

Je te vois maintenant aller d'un front égal

Sur les Autels des Dieux souffrir le coup fatal.

Par un beau sacrifice arrêter le tonnerre,

660   Et noyer dans ton sang le flambeau de la guerre.

Soupçons, et vous soupirs à mon coeur échappés

Je vous vois maintenant heureusement trompés.

ARGIE.

Oui, sans que de ma part vous craigniez quelque obstacle

Vous pouvez hardiment me promettre à l'Oracle.

665   Je saurai comme il faut dégager votre foi,

Et l'on doit s'assurer et de vous et de moi.

ARISTODÈME.

Hélas ! Ta fermeté me surprend et m'étonne.

Voyant tant de vertu, la mienne m'abandonne,

Et ma gloire indignée a peine à m'arracher

670   Le désir d'un honneur qui me coûte si cher.

Mais, sentiments d'un coeur à soi-même infidèle,

Mourez, mourez de honte, et respectez mon zèle ;

C'est dedans ce combat que vous devez périr,

Et c'est vaincre pour vous que d'y savoir mourir ;

675   Je cours ravir le peuple, et par cette nouvelle

Lui faire ressentir les effets de mon zèle.

Après ce grand effort prends mes derniers adieux,

Je ne te verrai plus qu'entre les mains des Dieux.

SCÈNE III.
Alcmène, Argie.

ALCMÈNE.

Ah ! Madame, est-ce là cette belle journée

680   Qui devait achever cet heureux hyménée ?

ARGIE.

Aimable Alcidamas ! Je te perds et te plains,

Insensible à mon mal c'est pour toi que je crains,

Que si dans cette mort je trouve quelques charmes

Souviens-toi qu'en mourant je te donne des larmes.

685   Mais il vient, et la joie éclate sur son front.

Hélas ! Qu'il va souffrir d'un changement si prompt.

D'où te vient ce transport, et quel Dieu te l'envoie ?

SCÈNE IV.
Alcidamas, Argie, Alcmène.

ALCIDAMAS.

Vous pouvez aisément expliquer cette joie,

Sachant que nul bonheur n'a droit de me ravir,

690   Que celui seulement que j'ai de vous servir.

Les Dieux sauvent Mérope et se lavent du crime

D'avoir contre vos voux choisi cette victime.

Il est vrai qu'à ce bien mêlant quelque rigueur

En servant mon amour ils m'ôtent une sour,

695   Puisque pour la sauver d'un trépas nécessaire

Il a fallu qu'Ismire ait passé pour sa mère.

ARGIE.

Son mérite chez toi lui rend son premier rang,

Mais puisqu'enfin les Dieux veulent un autre sang,

Afin de m'acquitter de ce bienfait extrême,

700   Si je t'ôte une sour je me donne moi-même.

ALCIDAMAS.

Princesse à quel bonheur...

ARGIE l'interrompant.

Si proche du trépas

En te faisant ce don je ne rougirai pas.

ALCIDAMAS.

Vous parlez de mourir quand vous me faites grâce.

ARGIE.

Mérope étant sauvée, il faut remplir sa place.

ALCIDAMAS.

705   J'ai su mettre à couvert des jours si précieux,

Étant seule du sang que demandent nos Dieux,

On ne peut par le sort satisfaire à l'Oracle.

ARGIE.

Mon zèle généreux a levé cet obstacle.

ALCIDAMAS.

Quoi, Madame, quel zèle est injuste à ce point

710   D'offrir aux Dieux un sang qu'ils ne demandent point ?

ARGIE.

Ce zèle est, comme aux Dieux, à moi-même fidèle,

De leur ôter ta sour et de m'offrir pour elle.

ALCIDAMAS.

Avez-vous résolu d'éprouver mon amour ?

ARGIE.

Le salut de Mérope a mis ta flamme au jour,

715   Elle paraît assez dans ce bienfait extrême.

ALCIDAMAS.

Appelez-vous bienfait ce qui vous perd vous-même ?

Mais pour vous conserver j'irai tout découvrir,

Et Mérope est ma sour si vous voulez mourir.

ARGIE.

On ne nous trompe pas avec cet artifice.

ALCIDAMAS.

720   Me traitez-vous, Madame, avec tant d'injustice ?

Donc je vous ai perdue, au lieu de vous sauver ?

Et par le même soin qui vous doit conserver.

Donc de ma propre main j'immole ma Princesse,

Pour sauver une sour je perds une maîtresse ?

725   Et pour me mettre encor au point de tout souffrir

Vous vous donnez à moi quand vous allez mourir.

Si cet aveu vous rend digne de cette peine,

Reprenez votre amour, laissez-moi votre haine.

Que sous le poids mortel de mille déplaisirs

730   Ce coeur.

ARGIE.

  Épargnez-moi d'inutiles soupirs,

Qui ne servant ici qu'à souiller ma mémoire

N'empêchent pas ma mort, et m'en ôtent la gloire.

ALCIDAMAS.

Ah ! Vous ne mourrez point. Que tous les immortels

Soient plutôt sans victime ainsi que sans Autels,

735   Que nos fiers ennemis dessous leur tyrannie

Fassent plutôt gémir toute la Messénie ;

Que ce mont ébranlé par mille tremblements

Se renverse sur moi jusqu'à ses fondements ;

Et pour tout hasarder dans ce péril extrême

740   Que vous me haïssiez autant que je vous aime.

Ne vous étonnez pas d'un désordre si grand,

Alors que je vous perds tout m'est indifférent.

Pardonnez toutefois à mon dernier blasphème,

Si j'ose en vous perdant m'aigrir contre moi-même,

745   Dépiter tous les Dieux, défier leur courroux,

Ma fureur ne doit pas aller jusques à vous.

ARGIE.

Elle ose toutefois pour ternir ma mémoire

Arrêter un dessein qui me couvre de gloire ;

Quoi ? Lâche Alcidamas, tu voudrais empêcher

750   Un trépas que l'honneur me doit rendre si cher ?

Le salut du pays, le vou d'Aristodème

M'y forceraient sans doute en dépit de moi-même.

Quand la compassion de tes tendres soupirs

Me pourrait inspirer de contraires désirs.

ALCIDAMAS.

755   Quoi ? Votre père même, ah ! Fatale aventure,

Ingrat à mon amour autant qu'à la nature.

Lui qui doit être ici mon unique secours

À la fureur des Dieux abandonne vos jours.

Voyez jusqu'où le Ciel fait monter sa colère.

760   Afin de me punir tout me devient contraire,

Il nous fait voir le sang armé contre le sang,

Et se sert de moi-même à me percer le flanc.

Mais malgré tous les Dieux, votre père et moi-même

Seul je vous sauverai de ce péril extrême.

765   J'irai sur les Autels signaler ma douleur,

J'irai vous arracher au Sacrificateur,

Et de quelque façon que ce coup réussisse

J'irai par mille morts troubler le sacrifice.

On verra par l'effort d'un amour furieux

770   Sous des autels brisés les images des Dieux.

Et ces cruels tyrans qu'on peint avec la foudre

Renversés de leur trône et cachés sous la poudre.

ARGIE.

Ah ! Ne t'emporte point à ces lâches douleurs,

Et par ton désespoir n'accrois point nos malheurs ;

775   Si tu dois trébucher tombe au moins avec gloire,

Que ton sang soit le prix d'une illustre victoire,

Ou plutôt souviens-toi que je porte en ce flanc

De quoi fléchir les Dieux sans y mêler ton sang,

Et que tous deux vainqueurs du malheur où nous sommes

780   J'apaiserai les Dieux quand tu vaincras les hommes.

Vis doncques pour ta gloire, et malgré ta douleur

Laisse-nous un espoir fondé sur ta valeur,

Et ne nous ôte pas par une mort cruelle

Les effets de ma mort, et le fruit de mon zèle.

785   Si le respect des Dieux, si l'amour de ton Roi

N'empêchent pas ta mort, vis pour l'amour de moi.

ALCIDAMAS.

Ah ! Pitié rigoureuse ! Ah ! Cruelle tendresse !

Qu'ai-je fait contre vous trop aimable Princesse

Qui vous puisse obliger à prolonger un sort

790   Dont l'extrême rigueur est pire que la mort ?

Quel crime ai-je commis qui me condamne à vivre.

Et qui m'ôte aujourd'hui la gloire de vous suivre,

Ou plutôt quel motif vous oblige à périr ?

Quand par d'autres moyens on nous peut secourir ?

795   Si vous m'aimiez.

ARGIE.

  Hélas ! Plût aux Dieux que mon âme

Pût au moins quand je meurs, te découvrir ma flamme.

ALCIDAMAS.

Doncques par cet amour si cher à mes désirs,

Qui fait toute ma joie et tous mes déplaisirs :

Par cet oeil adoré plus craint que le tonnerre

800   Qui ne devrait périr qu'avec toute la terre ;

Par ce torrent de pleurs dont le deuil des mortels

Doit avec votre sang arroser nos Autels :

Par l'effroyable objet de cette mort cruelle

Qui frappe mon amour d'une crainte mortelle,

805   Par ce grand désespoir.

ARGIE.

  Ah ! Prince c'est assez,

N'exige pas de moi des sentiments forcés ;

Adieu, je fuis des pleurs qui troublent ma constance,

Te consolent les Dieux que ta douleur offense.

SCÈNE V.

ALCIDAMAS, seul.

Allez impitoyable, abandonnez ces lieux,

810   Fuyez un misérable, et courez à vos Dieux ;

À ces Dieux sans amour, à ces Dieux homicides

Du sang des innocents cruellement avides ;

À ces Dieux impuissants, dont le secours fatal

Ne peut guérir nos maux que par un plus grand mal,

815   Et dont l'oracle obscur qui ne sait nous apprendre

Quels voux il faut former, quel sang il faut répandre,

Nous faisant immoler ce qu'il faut conserver,

Nous fait souiller d'un sang qui nous devrait laver.

Mais où m'emportez-vous inutiles blasphèmes,

820   Vous me secourez mal dans ces malheurs extrêmes ;

Enlevons un trésor que l'on nous veut ravir :

Mais hélas ! C'est la perdre au lieu de la servir.

Je vois luire partout le flambeau de la guerre,

Et c'est ici pour nous le seul bout de la terre.

825   Doncques par des efforts qui me seront permis

Éclate ma fureur contre nos ennemis.

Et qu'un torrent de sang qu'on peut verser sans crime

Nous épargne le sang d'une seule victime.

Si tes voux, juste Ciel, ne sont pas satisfaits,

830   Si ton courroux encor résiste à nos souhaits,

Nos exploits t'apprendront qu'en l'état où nous sommes

Nous pouvons triompher et des Dieux et des hommes,

Et que sans se fier à quelque autre pouvoir

On peut tout espérer d'un juste désespoir.

835   Cher et noble dessein, mais dessein téméraire,

Seul, sans aucun secours, quel effort puis-je faire

Épébole ?

SCÈNE VI.
Épébole, Alcidamas.

ÉPÉBOLE.

Ah ! Seigneur, je ressens vos douleurs.

ALCIDAMAS.

N'as-tu, contre mon mal, que le secours des pleurs ?

Il faut tout hasarder pour sauver la Princesse.

ÉPÉBOLE.

840   Mon coeur pour son salut à ce point s'intéresse.

Que si vous consentez à ce que je ferai,

Je vous promets, Seigneur, que je la sauverai.

ALCIDAMAS.

Oui, je consens à tout pour secourir Argie.

ÉPÉBOLE.

Votre aveu me suffit pour lui sauver la vie ;

845   Mais peut-être il vous nuit plus que vous ne pensez.

ALCIDAMAS.

Qu'elle vive.

ÉPÉBOLE.

Craignez.

ALCIDAMAS.

N'importe.

ÉPÉBOLE.

C'est assez.

ACTE IV

SCÈNE I.
Mérope, Alcidmas, Aristodème, Le Roi.

MÉROPE.

Quoi Seigneur ? Quoi mon frère est-ce ainsi que l'on me joue ?

Est-ce pour me sauver que l'on me désavoue ?

Ah ! Loin de me sauver par ce sanglant affront

850   Vous rendez mon trépas plus funeste et plus prompt.

Souffrez, loin de m'ôter un honneur si sublime,

Puisque je dois mourir, que je meure en victime.

Et ton frère trop lâche, amant plein de rigueur

Regarde par quel soin tu rachètes ta sour.

ALCIDAMAS.

855   Ah ! Ma sour !

MÉROPE.

  Par ce nom qui m'a rendu mon frère,

Apprenez que ma mort est un coup nécessaire,

Qu'on ne songe donc plus d'offrir aux immortels

Que ce sang, que le sort destine à leurs Autels.

Que tarde-t-on ?

ALCIDAMAS, au roi.

Seigneur.

LE ROI.

Faible et lâche tendresse.

860   Tu trahis ton pays pour sauver ta maîtresse,

Veux-tu pour lui ravir l'honneur de ce trépas

Offrir aux Dieux un sang qu'ils ne demandent pas,

Exposer de nouveau ta malheureuse terre.

À de maux plus cruels que celui de la guerre.

À Aristodème.

865   Prince, hélas ! À quel point l'emporte sa douleur ?

ARISTODÈME.

Perds, perds, Alcidamas, ou règle ton ardeur.

En vain pour détourner le trépas de ma fille

Tu veux faire rentrer Mérope en ta famille,

Elle n'est point du sang dont l'Oracle a parlé :

870   Et le mien seulement lui doit être immolé.

Ne nous enviez pas un honneur si funeste

Mérope, et jouissez du bonheur qui vous reste,

Mon Prince vous doit rendre en vous donnant sa foi

Plus d'éclat qu'on en tire à descendre d'un Roi.

À Alcidamas.

875   Vous amant généreux, montrez cette grande âme,

Secondez noblement le zèle qui m'enflamme,

Ne vous dérobez pas cet éclat glorieux ;

Consentez au présent que nous faisons aux Dieux :

Et si pour le pays votre coeur s'intéresse,

880   Si je donne mon sang, donnez une maîtresse.

Que le père et l'amant triomphent en ce jour,

Moi des forces du sang, vous de celles d'amour.

ALCIDAMAS.

Ne vous étonnez pas dans cette conjoncture

Si vous voyant trop fort à vaincre la nature,

885   Et prodigue d'un sang qu'on destine à l'Autel,

Je me montre ennemi d'un zèle si cruel.

Tout intérêt me choque, et tout devoir me blesse,

S'il m'ose conseiller de perdre une maîtresse.

L'amour, ce Dieu puissant est un tyran jaloux

890   Qui ne cède jamais le droit qu'il a sur nous.

Ne pensez pas pourtant qu'une ardeur criminelle

Envers notre pays refroidisse mon zèle ;

En sauvant votre sang, je sauve le pays,

Je veux vaincre une erreur qui vous aurait trahis.

895   Apaisez-vous le Ciel par une juste offrande ?

Donnez-lui comme moi le sang qu'il vous demande,

Puisqu'il faut vous fléchir par la mort de ma sour,

Détrompez les grands Dieux, d'une fatale erreur.

LE ROI.

C'est trop, Alcidamas, cette ardeur obstinée

900   Par les Dieux, par vous-même, est déjà condamnée.

ARISTODÈME.

Souffrez donc qu'un trépas trop longtemps attendu

Rende à mon sang l'honneur que Mérope a perdu.

LE ROI.

Dieux ! Si par un tel sang il faut vous satisfaire

Acceptez une fille offerte par son père.

MÉROPE.

905   Ah Seigneur !

ALCIDAMAS.

  Ah ! Grand Roi j'embrasse vos genoux.

LE ROI.

Voulez-vous de nos Dieux irriter le courroux ?

Du moins pour mériter l'effet de sa parole,

Différez cette plainte au retour d'Épébole,

Il est dedans le camp pour voir nos ennemis,

910   Et ses soins obtiendront ce qu'il nous a promis.

Mais je le vois qui vient.

SCÈNE II.
Le Roi, Aristodème, Épébole, Alcidamas, Mérope, Troupe des Gardes.

LE ROI.

Hé ! bien ami fidèle

As-tu vu Théopompe ? Et Sparte fléchit-elle ?

ÉPÉBOLE.

Tout incline à la paix.

LE ROI.

Ce succès me surprend,

Et j'admire un miracle et si prompt et si grand.

ÉPÉBOLE.

915   Vous en verrez un autre en lisant cette lettre,

Puis vous saurez d'Arcas les desseins de son maître.

LE ROI lit la lettre.

Puisque les Dieux enfin rendent à nos souhaits

Un fils longtemps caché sous le nom d'Épébole :

Qu'il dispose à son gré du traité de la paix,

920   Et pour mieux assurer la foi de ma parole

Et pour hâter l'effet de mes justes desseins

Je le remets entre vos mains.

THÉOPOMPE.

Ah Cresphonte !

ARISTODÈME.

Ah ! Prince incomparable.

ALCIDAMAS, à Cresphonte.

Dieux que votre retour me sera favorable,

925   Que ne puis-je, Seigneur, en cet heureux moment

Égaler les effets à mon ressentiment ?

LE ROI.

Mais, Prince, quel motif ou quelle défiance

Vous ont fait si longtemps cacher votre naissance ?

CRESPHONTE.

Apprenez, apprenez ce qu'a fait mon amour.

930   J'étais auprès d'Androcle inconnu dans sa cour,

Où l'on vit votre père exposer cette terre

Au succès incertain d'une si longue guerre.

Androcle en ma faveur traversant son dessein

Il vint nous attaquer les armes à la main ;

935   Dans ce désordre affreux ou l'un et l'autre Prince

En deux puissants partis arma cette Province,

Androcle succombant sous le premier effort

Je suivis sa disgrâce, et je passai pour mort.

Mon père qui le crut arme avec diligence,

940   Et vient dans tous ces lieux signaler ma vengeance.

Tandis j'aimais Argie, et sa possession

Bornait toute ma gloire et mon ambition.

Je rentre en votre Cour, où mon amour fidèle

Par des voux seulement se déclarait pour elle,

945   Sachant qu'Alcidamas ce Prince généreux,

Par l'espoir d'un hymen s'opposait à mes voux :

Mais mon père aujourd'hui favorable à ma peine

Remettant dans mes mains les États de Messène,

J'ose me déclarer, et je puis mettre au jour

950   Ma naissance et mes voux, ma gloire et mon amour.

Vous donc, Roi magnanime, et vous Aristodème

Montrez un coeur sensible à mon ardeur extrême,

Et si je m'offre à vous avec trop peu d'appas

Considérez la main qui vous rend vos États.

955   Et qui s'intéressant pour le salut d'Argie

Vient poser à ses pieds toute la Messénie.

ALCIDAMAS.

Dieux ! Qu'est-ce que j'entends ?

LE ROI.

Ah ! Prince généreux

Qui pourrait justement s'opposer à vos voux ?

ARISTODÈME.À Alcidamas.

Ou le trône ou l'Autel attendent ta maîtresse,

960   Cher Prince, si pour nous ta pitié s'intéresse,

Puisque tu ne saurais la conserver pour toi.

Garde-la de périr, et pour elle et pour moi.

ALCIDAMAS.

Où me réduisez-vous, Cresphonte, Aristodème ?

ARISTODÈME.

La veux-tu voir périr ?

ALCIDAMAS.

Non, qu'elle vive, et l'aime.

ARISTODÈME.

965   Je vais la disposer à ce rare bonheur.

MÉROPE.

Mon frère...

LE ROI.

Laissez-lui digérer sa douleur,

Si son coeur est touché par la perte d'Argie

Il doit baiser la main qui lui sauve la vie.

CRESPHONTE.

Que je souffre en voyant les maux que je lui fais.

LE ROI.

970   Je vais avec Arcas consulter de la paix.

À Mérope

Venez, vous que le Ciel destine à ma Couronne

Recevoir votre part des soins qu'elle vous donne.

SCÈNE III.
Alcidamas, Cresphonte.

ALCIDAMAS.

Est-ce là ce secours que vous m'aviez promis,

Ami plus dangereux que tous nos ennemis.

CRESPHONTE.

975   Ah ! Prince pardonnez à l'éclat de ma flamme,

Je n'attends de vos feux ni reproche ni blâme,

Ce n'est pas contre vous que j'ose disputer

Un bien que votre amour pouvait seul mériter,

Ce n'est qu'à vos malheurs que je dérobe Argie,

980   Et sans considérer en lui sauvant la vie

À qui peut, ou servir, ou nuire cet effort,

Par un zèle amoureux je l'arrache à la mort.

Je sais qu'en la sauvant de ce péril extrême,

Après l'aveu du Roi , celui d'Aristodème,

985   Je la puis justement disputer contre tous ;

Toutefois je ne veux la tenir que de vous.

ALCIDAMAS.

Hélas ! Cette bonté rend mon tourment plus rude,

Je fais ce que je puis pour fuir l'ingratitude,

Mais ne pouvant céder ni retenir mon bien,

990   Quand je veux tout donner je ne vous donne rien.

Après l'aveu du Roi, celui d'Aristodème,

La Princesse arrachée à ce péril extrême,

Je vous cède, Seigneur, un bien qui m'est si cher,

Et c'est moi toutefois qui dois vous l'arracher.

CRESPHONTE.

995   Quoi? Vous me l'ôteriez après l'avoir cédée,

Quand ce n'est qu'en priant que je l'ai demandée.

ALCIDAMAS.

Un obstacle secret vous ôte ce présent,

Je suis juste, Seigneur, si je fus complaisant,

Je l'ai tu par respect devant Aristodème,

1000   Et je devrais encor le cacher à vous-même,

Si je ne savais bien qu'un aveu généreux

Doit borner un respect qui nuirait à nous deux.

N'espérez plus, chassez une flamme obstinée.

CRESPHONTE.

Comment ?

ALCIDAMAS.

Elle est à moi par les lois d'hyménée.

CRESPHONTE.

1005   Que ces mots sur mon coeur font un puissant effet,

Et qu'ils vous vengent bien du mal qu'on vous a fait.

Hé bien ! Il faut quitter des espérances vaines,

Jouissez de mes soins, et du fruit de mes peines.

Ingrat Aristodème où me réduisez-vous ?

1010   Si vous m'avez charmé par un espoir si doux,

Regardez ce que souffre une amour méprisée ;

Et par un faux espoir lâchement abusée.

Ah ! Ce n'est pas ainsi qu'il en fallait user,

Il fallait me conduire, et non pas m'abuser.

1015   Et si vous négligiez de soulager ma peine,

Vous deviez respecter le maître de Messène.

Mais puisqu'il faut agir avec des ingrats

Si vous gardez vos biens, rendez-moi vos États.

Si vous vouliez la paix vous me rendriez Argie,

1020   Sans m'ôter pour jamais le repos de ma vie.

ALCIDAMAS.

Si c'est un coup du sort qui nous rend malheureux,

Plus nous sommes ingrats, rendez-vous généreux.

CRESPHONTE.

Qu'il est doux d'inspirer une si noble envie

Quand on se peut vanter de posséder Argie ;

1025   Mais non, je vais trouver l'auteur de mes malheurs,

Et tâcher d'égaler sa honte à mes douleurs.

Oui, Prince, il apprendra, l'ingrat Aristodème,

À quel point m'a choqué son lâche stratagème,

Je vais lui déclarer son crime et mon malheur,

1030   Et le mettre en état de craindre ma douleur.

SCÈNE IV.

ALCIDAMAS, seul.

Hélas ! De tous côtés ma peine est infinie,

Par tout, cruel destin, je sens ta tyrannie.

Je veux par l'imposture assurer mon amour ;

Et ce crime me perd, si on le met au jour.

1035   Où me suis-je emporté ? Qu'ai-je fait téméraire ?

Mais enfin qu'ai-je fait que je ne dusse faire,

Si la Princesse osait condamner cet effort

J'aurais pour l'apaiser mon amour, ou ma mort.

Mais Dieux de quel transport est-elle possédée.

1040   Évitons.

SCÈNE V.
Alcidamas, Argie.

ARGIE.

  Fuis, ingrat, après m'avoir cédée

Mais sache que ce don te doit être fatal,

Non que par mon aveu je sois à ton rival ;

Mais je sors de tes mains, et je veux qu'il m'obtienne

De ma main seulement, et non pas de la tienne.

1045   Va perfide.

ALCIDAMAS.

  Ah ! Madame, écoutez un moment

Donnez plus de matière à ce ressentiment.

Écoutez, écoutez un aveu téméraire,

Non celui que j'ai fait, mais que je devais faire,

Connaissant son mérite autant que mes défauts,

1050   Et ce que vous valez, et le peu que je vaux,

Sachant bien que sans lui vous me seriez ravie,

Que pour payer des soins qui vous sauvent la vie,

C'est lui seul maintenant qui vous doit posséder,

Sans honte, et sans regret je devais vous céder.

1055   Je l'ai fait par respect aux yeux de votre père,

Si cet aveu contraint aigrit votre colère,

Princesse, ce présent ne peut m'être fatal,

Puisqu'au même moment je l'ôte à mon rival.

Par force, ou par justice il vous rend à ma flamme.

ARGIE.

1060   Pardonne, Alcidamas.

ALCIDAMAS.

  Écoutez tout, Madame,

C'est à moi qu'il vous rend, mais las le croirez-vous ?

Non comme à son rival, mais comme à votre époux.

Cet hymen supposé m'a rendu ma Princesse.

ARGIE.

Qu'entends-je ? Ah ! C'est ainsi que tu perds ta maîtresse,

1065   Tu devais m'obtenir en ce fatal moment

Non de ta trahison, mais de moi seulement.

Dois-je chérir des feux qui me couvrent de honte,

Qui par le crime seul triomphent de Cresphonte,

Et qui par un affront à mon honneur fatal

1070   Me donnent plus d'horreur que ceux de mon rival.

ALCIDAMAS.

Vengez-vous, vengez-vous et punissez mon crime,

Mon amour qui l'a fait vous offre la victime,

Si devant d'autres yeux il le faut expier

Je répandrai mon sang pour vous justifier

1075   Et devant mon rival, et devant votre père.

ARGIE.

Quoi ? Mon père l'a su, Dieux ! Quelle est sa colère ?

ALCIDAMAS.

Je vais pour l'apaiser mettre mon crime au jour.

Cependant pardonnez ce crime à mon amour.

ARGIE.

Ah ! Je ne fais point grâce à qui m'ôte mon père,

1080   Et sans plus différer je vais le satisfaire.

ALCIDAMAS.

Madame.

ARGIE.

Laissez-moi.

ALCIDAMAS.

Je ne vous quitte point.

ARGIE.

Cette obstination me pique au dernier point.

ALCIDAMAS.

Quoi ? Je vous quitterais sans avoir votre grâce.

ARGIE.

Va, ce n'est pas ainsi qu'un tel affront s'efface.

SCÈNE VI.

ALCIDAMAS, seul.

1085   Non, non, pour m'en laver, Princesse, il faut mourir,

C'est le seul désespoir qui me peut secourir,

Mais au moins en suivant une si noble envie

Tranchons avec honneur une honteuse vie.

Portons sur l'ennemi ce sanglant désespoir,

1090   Pour redoubler ses coups faisons-en un devoir.

Oui, considère-toi comme chargé des crimes

Qu'on ne peut expier que par mille victimes.

Et pour accroître encor l'effet de tes douleurs

Cruel regarde en toi l'auteur de nos malheurs.

1095   Mais aussi souviens-toi qu'une illustre victoire

Doit effacer ta honte et racheter ta gloire.

Affranchir ce pays, fléchir les immortels,

Venger l'honneur du trône, et celui des Autels,

Rejoindre heureusement la sour avec le frère,

1100   Et rendre à son amour, et la fille et le père.

Engageons notre Roi dans un si beau dessein,

Qu'il seconde le Dieu qui règne dans mon sein,

Si je lui rend Mérope, il doit me rendre Argie.

Qu'il serve mon amour avec la Messénie,

1105   Qu'il rompe avec honneur un funeste traité

Sans attendre ce coup d'un rival dépité.

Aussi bien cette paix n'est qu'une fausse amorce,

S'il la faut acquérir, gagnons-la par la force.

Reprends tous tes États ambitieux rival,

1110   L'offre que tu nous fais est un présent fatal,

Moins digne de nos voux qu'il ne l'est de nos larmes,

Nous nous affranchirons par l'effort de nos armes.

Que s'il faut succomber sous la haine des Cieux,

Tu pourras triompher, mais non pas à nos yeux.

ACTE V

SCÈNE I.
Mérope, Chresphonte, Alcmène.

CRESPHONTE.

1115   Mérope, quel effroi trouble votre visage ?

J'y lis d'un grand malheur quelque nouveau présage.

MÉROPE.

Mais que puis-je moi-même en ce funeste jour

Juger de notre sort et de votre retour ?

Venez-vous relever ou détruire Messène ?

1120   Portez-vous en ces lieux ou l'amour ou la haine

Et le cruel dépit qui vous en a chassé

Par un contraire effet sera-t-il effacé ?

Vous ne répondez rien.

CRESPHONTE.

Lisez dans mon silence

De vos maux redoublés l'extrême violence :

1125   Sparte est victorieuse, et vous êtes défaits.

MÉROPE.

Hélas !

CRESPHONTE.

J'avais dessein de couronner la paix,

Et bien que mon départ fît craindre un sort contraire,

Malgré l'affront reçu Messène m'était chère ;

Mais votre Alcidamas a mal interprété

1130   Un départ innocent, mais trop précipité.

Jetant l'esprit du Roi dans les mêmes alarmes,

Il l'a même obligé de recourir aux armes.

À peine étais-je au camp qu'ils ont fondu sur nous,

Poussés d'un même esprit et d'un même courroux.

1135   Ainsi leur désespoir a détruit mon ouvrage.

Je ne vous dirai point ce qu'a fait leur courage,

Contemplant les grands coups de ces deux furieux,

J'ai longtemps soupçonné le rapport de mes yeux.

Mais ce n'est rien au prix du grand Aristodème,

1140   Je le méconnaissais, ce n'était plus lui-même.

M'approchant il m'a dit, mais d'un ton affligé,

Je suis content, Cresphonte, et vous êtes vengé.

À ces mots je l'ai vu partir comme un tonnerre,

Et semblable au démon qui préside à la guerre,

1145   Rompre nos escadrons, voler de rang en rang,

Et combler tout le camp de désordre et de sang.

Par des corps entassés il marques ses vestiges,

Et le Sparte confus de ces sanglants prodiges,

N'a soin que d'éviter les redoutables coups

1150   Dont son bras les moissonne en son bouillant courroux.

Cette grande âme enfin de douleur accablée

Se dérobe à ma vue entrant dans la mêlée ;

Mais comme je cherchais ses pas victorieux

Je vois votre grand Roi tomber devant mes yeux.

MÉROPE.

1155   Hélas !

CRESPHONTE.

  À cet objet le Sparte prend courage,

Et pour mieux assouvir sa belliqueuse rage,

Si mes soins vigilants ne l'eussent conservé

Des bras de ses sujets il l'aurait enlevé.

De cet illustre Roi le corps plein d'ouvertures

1160   Au défaut de la voix parle par ses blessures,

Et semble s'écrier, sauvez-moi de leurs mains.

Et ma langue et mon bras secondent ses desseins.

Je repousse les uns, et j'anime les autres ;

J'arrête nos soldats et j'exhorte les vôtres.

1165   Quoi, dis-je, souffrez-vous qu'on vous enlève un Roi ?

Et pour qui meurt pour vous manquerez-vous de foi ?

Ce discours fait cesser la frayeur qui les trouble.

Leur âme s'affermit, et leur pitié redouble.

Enfin pour seconder leur généreux effort

1170   Abandonnant les miens je l'amène en ce fort.

MÉROPE.

Donc je le puis revoir.

CRESPHONTE.

Il ne vit plus, Madame,

Dans mes bras, à mes yeux, ce Prince a rendu l'âme.

MÉROPE.

Il ne vit plus ! Ô mort que je ne puis souffrir !

CRESPHONTE.

Oyez ce qu'il a dit sur le point de mourir.

1175   Si j'ai pu voir, dit-il, vos Autels sans victime,

Souvenez-vous, Grands Dieux ! Que l'amour fit mon crime.

Que s'il a pu choquer votre gloire et mon rang

Pour pouvoir l'expier je vous offre mon sang.

Puis se tournant vers moi m'adresse ce langage.

1180   Cresphonte, me dit-il, dont l'illustre courage

A paru si souvent parmi les Messéniens,

Et qui pour les servir abandonnas les tiens,

S'il reste de ce zèle un rayon dans ton âme

Prends soin des beaux objets de notre chaste flamme.

1185   Qu'Argie et que Mérope en cette extrémité

Éprouvent jusqu'au bout ta générosité ;

Sois aussi doux vainqueur que défenseur fidèle,

Si je ne puis la voir ni prendre congé d'elle,

Et si le Ciel me traite avec tant de rigueur,

1190   Lui découvrant mon sort, découvre lui mon coeur.

Dis-lui que les malheurs où le Ciel l'abandonne

M'affligent beaucoup plus que la mort qu'il me donne,

Et que j'estimerais mon destin trop heureux

Si la rigueur rendait le sien moins rigoureux,

1195   Qu'elle apprenne ma mort, mais qu'elle s'en console.

Mérope... Ce cher nom lui coupe la parole,

Sa paupière se ferme à la clarté du jour,

Et son dernier soupir parle de son amour.

Mais enfin...

MÉROPE l'interrompant.

Permettez à ma douleur extrême

1200   Que j'aille à ce grand Roi rendre l'honneur suprême.

Ne m'accompagnez point, ce funeste devoir

Loin de me consoler croîtrait mon désespoir :

Gardez pour vos malheurs toute votre constance,

Vous en avez besoin dedans cette occurrence.

1205   Vous n'êtes mieux traité, ni plus heureux que moi.

Quel coup peut s'égaler à la perte du Roi ?

Adieu.

SCÈNE II.
Alcmène, Cresphonte.

CRESPHONTE.

Silence obscur que je ne puis comprendre !

A Alcmène.

Explique à mon amour ce que je viens d'entendre,

C'est lui seul, c'est lui seul qui craint à cette fois.

ALCMÈNE.

1210   Que n'étais-je sans yeux ? Que ne suis-je sans voix ?

Pour ne pas raconter cette étrange disgrâce ?

CRESPHONTE.

Parle, et n'amoindris pas le coup qui me menace.

ALCMÈNE.

À peine Aristodème, enflammé de courroux,

Que sa fille vous eût dédaigné pour époux,

1215   Eût su d'Alcidamas le discours téméraire,

Par le funeste aveu que vous veniez d'en faire,

Qu'il estima qu'Argie après l'avoir aimé

Avait sans son aveu cet hymen consommé.

Plein de ce sentiment il entre dans le Temple,

1220   Mais avec un transport qui n'eut jamais d'exemple,

Son esprit en désordre, et ses yeux égarés

Ne savent où guider ses pas mal assurés.

Il paraissait aux miens plus grand que de coutume.

D'une maligne ardeur son visage s'allume,

1225   Son coeur gros de soupirs l'un par l'autre opprimés

N'exhale sa douleur qu'en sanglots mal formés.

Quelquefois immobile, et puis tout hors d'haleine

Il s'arrête tantôt, et tantôt se promène,

Quelque fois sur la terre il attache ses yeux,

1230   Puis par de longs regards semble percer les Cieux.

Enfin son corps tremblant, et son âme inquiète

Cherchant à demeurer dans une ferme assiette

Il vient se prosterner aux marches de l'Autel,

Comme pour y souffrir le dernier coup mortel.

1235   Puis tout à coup de terre il relève sa vue,

Et du grand Jupiter regardant la statue,

Ne pouvant autrement exprimer ses douleurs

Lui parle quelque temps par un torrent de pleurs.

Sa voix dedans son sein trop longtemps retenue

1240   Comme un foudre enfermé dans celui de la nue,

Rompt enfin sa prison, et par un triste éclat

Ouvre de son esprit le déplorable état.

Dieu, dit-il, qui voyez qu'une fille infidèle

Viole vos décrets et s'oppose à mon zèle,

1245   Que n'exterminez-vous pour venger notre honneur

Cette âme subornée avec son suborneur ?

Vous devez protéger votre gloire et la mienne,

Vengez-vous, vengez-moi, que rien ne vous retienne,

Si le Roi les soutient, qu'il sache que les Rois

1250   Tiennent de vous leur force, et sont dessous vos lois,

Si vous ne daignez pas faire un tel sacrifice,

Servez-vous de mon bras pour ce sanglant office ;

Donnez-moi, s'il se peut, votre foudre à lancer,

Et bientôt à vos pieds je vais les renverser.

1255   Il finissait ces mots, quand sa fille tremblante

Pour montrer à quel point elle était innocente,

La voix lui défaillant au fort de ses douleurs

Vient fondant à ses pieds les laver par ses pleurs.

Cet abord le surprend, et la voyant muette

1260   Il est de ce silence un mauvais interprète,

Prend son étonnement pour un aveu secret,

Et d'un oeil indigné ne la voit qu'à regret.

Puis soudain transporté comme d'un zèle extrême,

Je t'adore, dit-il, divinité suprême,

1265   Et te rendrai sans cesse un honneur immortel,

Puisqu'enfin tu conduis la victime à l'Autel.

J'entends ce que tu veux, en Vierge ou violée

Ma fille par mes mains te doit être immolée,

Et doit perdre la vie en ce fatal moment

1270   Pour le bien du pays, ou pour son châtiment.

CRESPHONTE.

Je frémis.

ALCMÈNE.

À ces mots il tire son épée,

L'âme de désespoir et de rage occupée,

Et fermant son oreille aux tendresses du sang

D'une main parricide il lui perce le flanc.

CRESPHONTE.

1275   Ô prodige d'horreur ! Ô monstre de nature !

ALCMÈNE.

Son sang sort de sa plaie, et sortant il murmure.

Mais malgré sa faiblesse embrassant ses genoux,

Sa fille tâche encor à fléchir son courroux,

Pour ne pas l'écouter il détourne sa vue,

1280   Plus que le coup mortel cette rigueur la tue,

Et voyant qu'il s'échappe à ses bras languissants

S'efforce à l'arrêter par ces tristes accents.

Pour le moins quand je meurs écoutez-moi mon père,

Dans l'état où je suis ne saurais-je vous plaire ?

1285   Goûtez votre vengeance et repaissez vos yeux

De la perte d'un sang qui vous est odieux .

Souffrez qu'il puisse au moins laver mon infamie.

Sa voix réveille enfin la nature endormie,

Il commence à la voir d'un oeil plus adouci.

1290   Tout ce qu'elle ressent, il le ressent aussi.

À ce soudain bonheur que le ciel lui renvoie,

Argie allait mourir par un excès de joie,

Mais le désir de voir ses parents détrompés

Rappelle les esprits qu'elle avait dissipés.

1295   Au point qu'avec le corps l'âme faisait divorce

Par un soudain miracle on voit croître sa force,

Et pousser ce discours pour se justifier

D'un soupçon que son sang ne pouvait expier.

Je ne suis plus, dit-elle, en état de rien feindre,

1300   Car enfin en mourant qu'est-ce que je puis craindre ?

Aussi ne crains-je point, arbitres immortels,

De jurer à mon père, et devant vos Autels

Qu'Alcidamas a feint le crime qu'il m'impose,

Justes Dieux ! Si ma mort mérite quelque chose

1305   Désabusez mon père, et souffrez qu'aujourd'hui

Je paye en expirant pour Messène et pour lui ;

Ses voux sont exaucés, cette belle victime

Tombant dedans son sang se lave de son crime.

CRESPHONTE.

Et vous l'avez souffert, Dieux ! Insensibles Dieux !

ALCMÈNE.

1310   Quand les siens sont fermés, son père ouvre les yeux,

Et voit dessus l'Autel pour comble de misères

Son innocence écrite en sanglants caractères.

Alors le désespoir s'emparant de son coeur

Il devient à lui-même un objet plein d'horreur,

1315   Il se fuit, et voulant s'éloigner de son crime

Il sort, puis revenant, innocente victime

Prends, dit-il, dans ces pleurs, prends mes derniers adieux.

Se levant à ces mots il échappe à nos yeux,

Il court sur l'ennemi.

CRESPHONTE.

N'en dis pas davantage,

1320   J'ai vu dans le combat ce qu'a fait son courage,

Mais s'il avait alors mille traits à lancer,

C'est par moi, c'est par moi qu'il devait commencer.

Si j'échappe belle ombre aux traits de votre père,

Souffrez que par mes mains j'aille vous satisfaire.

1325   Toi conduis-moi de grâce auprès de son tombeau.

Mais je vois dans le Temple un spectacle nouveau.

SCÈNE III.
Alcidamas, Alcmène, Cresphonte.

ALCIDAMAS.

Puisque les ennemis sont maîtres de la ville,

Grands Dieux qui m'accordez ce Temple pour asile

Souffrez pour m'affranchir de la honte des fers

1330   Que je retrouve Argie alors que je la perds ;

Que vois-je ?

CRESPHONTE.

Ah ! Pauvre amant d'une illustre Princesse,

Que je te plains !

ALCIDAMAS.

Approche, et viens voir ta maîtresse,

Vois le triste cercueil où son corps est réduit,

Voilà de notre amour le déplorable fruit,

1335   Par les mains de son père elle a perdu la vie ;

Mais c'est plutôt par nous qu'elle lui fut ravie

C'est ma lâche imposture, et ma jalouse humeur,

C'est ton zèle, cruel, qui lui perça le coeur ,

Mais je dois expier et l'un et l'autre crime,

1340   De ses mânes sacrés je serai la victime ;

Jouis, jouis du trône où t'appellent les Dieux,

Après la mort d'Argie il m'est trop odieux,

Sur le corps de son Roi Mérope l'a suivie,

Son père en combattant a vu trancher sa vie,

1345   Et je veux accablé d'un excès de douleur,

Confondre en ce moment mon sang avec le leur.

Il se frappe.

ALCMÈNE accourant.

Que faites-vous, Seigneur ?

CRESPHONTE.

Ô Dieux !

ALCIDAMAS.

Cresphonte, Alcmène,

Je vais rejoindre Argie, et pour calmer la haine

Qu'excita dans son âme un discours criminel,

1350   Exposer à ses yeux un regret éternel :

Belle ombre, en quelque lieu que tu sois devenue,

Sur cet infortuné daigne porter la vue,

D'un oeil moins irrité regarde son trépas,

Sa dernière action ne te déplaira pas,

1355   Si son crime n'a pu mériter quelque grâce,

Il ne tient pas à moi que mon sang ne l'efface,

Et mon coeur transpercé de son juste remords,

Se plaint de ne pouvoir endurer mille morts.

Je me meurs.

ALCMÈNE.

Ô malheur !

CRESPHONTE.

Ô funeste aventure !

1360   Allons-lui promptement donner la sépulture,

Et pour ne pas trahir un exemple si beau,

Ensevelissons-nous dans le même tombeau.

 


Fin du texte

 


Achevé d'imprimer pour la première fois le 28 novembre 1648.

 


[1] Épityde : descendant d'Épytus. Lire le Livre IV de Pausanias : « Histoire de la Messenie ».

 

Introduction  | Nouveautes du site  | Contact  | © 2007-2013 Théâtre Classique|

Début
1.11.21.31.42.1
2.22.32.43.13.2
3.33.43.53.64.1
4.24.34.44.54.6
5.15.25.3
Fin du texte