LA CONQUÊTE DE LA TOISON D'OR

TRAGÉDIE

1661

Pierre Corneille

Représenté pour la première fois le 19 février 1661 au Théâtre du Marais.

Version du texte du 20/04/2013 à 21:08:34.

Acteurs

LA FRANCE.

LA VICTOIRE.

MARS.

LA PAIX.

L'HYMÉNÉE.

L'ENVIE

LA DISCORDE

LE CHOEUR de musique

AAETE, roi de Colchos, fils du Soleil.

ABSYRTE, fils d'Aaete.

CHALCIOPE, fille d'Aaete, veuve de Phryxus.

MÉDÉE, fille d'Aaete, amante de Jason.

HYPSIPYLE, reine de Lemnos.

JASON, prince de Thessalie, chef des Argonautes.

PÉLÉE, argonaute.

IPHITE, argonaute.

ORPHÉE, argonaute.

ZÉTHÈS, argonaute allié, fils de Borée et d'Orithye.

CALAIS, argonaute allié, fils de Borée et d'Orithye.

GLAUQUE, argonaute allié, fils de Borée et d'Orithye.

SOLEIL.

IRIS.

JUNON.

JUPITER.

Deux TRITONS.

Deux SIRÈNES.

Quatre VENTS.

La scène est à Colchos.

PROLOGUE

DÉCORATION DU PROLOGUE. L'heureux mariage de Sa Majesté, et la paix qu'il lui a pu donner à ses peuples, ayant été les motifs de la réjouissance publique pour laquelle cette tragédie a été préparée, non seulement il était juste qu'ils servissent de sujet au prologue qui la précède, mais il était même absolument impossible d'en choisir une plus illustre matière. L'ouverture du théâtre fait voir un pays ruiné par les guerres, et terminé dans son enfoncement par une ville qui n'en est pas mieux traitée, ce qui marque le pitoyable état ou la France était réduite avant cette faveur du ciel, qu'elle a si longtemps souhaitée, et dont la bonté de son généreux monarque la fait jouir à présent.

SCÈNE PREMIÈRE.
La France, La Victoire.

DÉCORATION DU THÉATRE. L'heureux mariage de Sa Majesté, et la paix qu'il lui a plu donner à ses peuples, ayant été les motifs de la réjouissance publique pour laquelle cette tragédie a été préparée, non seulement il était juste qu'ils servissent de sujet au prologue qui la précède, mais il était même absolument impossible d'en choisir une plus illustre matière. L'ouverture du théâtre fait voir un pays ruiné par les guerres, et terminé dans son enfoncement par une ville qui n'en est pas mieux traitée, ce qui marque le pitoyable état où la France était réduite avant cette faveur du ciel, qu'elle a si longtemps souhaitée, et dont la bonté de son généreux monarque la fait jouir à présent.

LA FRANCE.

Doux charme des héros, immortelle Victoire,

Ame de leur vaillance, et source de leur gloire,

Vous qu'on fait si volage, et qu'on voit toutefois

Si constante à me suivre, et si ferme en ce choix,

5   Ne vous offensez pas si j'arrose de larmes

Cette illustre union qu'ont avec vous mes armes,

Et si vos faveurs même obstinent mes soupirs

À pousser vers la Paix mes plus ardents désirs.

Vous faites qu'on m'estime aux deux bouts de la terre,

10   Vous faites qu'on m'y craint ; mais il vous faut la guerre ;

Et quand je vois quel prix me coûtent vos lauriers,

J'en vois avec chagrin couronner mes guerriers.

LA VICTOIRE.

Je ne me repents point, incomparable France,

De vous avoir suivie avec tant de constance :

15   Je vous prépare encor mêmes attachements ;

Mais j'attendais de vous d'autres remerciements.

Vous lassez-vous de moi qui vous comble de gloire,

De moi qui de vos fils assure la mémoire,

Qui fais marcher partout l'effroi devant leurs pas ?

LA FRANCE.

20   Ah ! Victoire, pour fils n'ai-je que des soldats ?

La gloire qui les couvre, à moi-même funeste,

Sous mes plus beaux succès fait trembler tout le reste ;

Ils ne vont aux combats que pour me protéger,

Et n'en sortent vainqueurs que pour me ravager.

25   S'ils renversent des murs, s'ils gagnent des batailles,

Ils prennent droit par là de ronger mes entrailles :

Leur retour me punit de mon trop de bonheur,

Et mes bras triomphants me déchirent le coeur.

À vaincre tant de fois mes forces s'affaiblissent :

30   L'Etat est florissant, mais les peuples gémissent ;

Leurs membres décharnés courbent sous mes hauts faits,

Et la gloire du trône accable les sujets.

Voyez autour de moi que de tristes spectacles !

Voilà ce qu'en mon sein enfantent vos miracles.

35   Quelque encens que je doive à cette fermeté

Qui vous fait en tous lieux marcher à mon côté,

Je me lasse de voir mes villes désolées,

Mes habitants pillés, mes campagnes brûlées.

Mon roi, que vous rendez le plus puissant des rois,

40   En goûte moins le fruit de ses propres exploits ;

Du même oeil dont il voit ses plus nobles conquêtes,

Il voit ce qu'il leur faut sacrifier de têtes ;

De ce glorieux trône où brille sa vertu,

Il tend sa main auguste à son peuple abattu ;

45   Et comme à tous moments la commune misère

Rappelle en son grand coeur les tendresses de père,

Ce coeur se laisse vaincre aux voeux que j'ai formés,

Pour faire respirer ce que vous opprimez.

LA VICTOIRE.

France, j'opprime donc ce que je favorise !

50   À ce nouveau reproche excusez ma surprise :

J'avais cru jusqu'ici qu'à vos seuls ennemis

Ces termes odieux pouvaient être permis,

Qu'eux seuls de ma conduite avaient droit de se plaindre.

LA FRANCE.

Vos dons sont à chérir, mais leur suite est à craindre :

55   Pour faire deux héros ils font cent malheureux ;

Et ce dehors brillant que mon nom reçoit d'eux

M'éclaire à voir les maux qu'à ma gloire il attache,

Le sang dont il m'épuise, et les nerfs qu'il m'arrache.

LA VICTOIRE.

Je n'ose condamner de si justes ennuis,

60   Quand je vois quels malheurs malgré moi je produis ;

Mais ce dieu dont la main m'a chez vous affermie

Vous pardonnera-t-il d'aimer son ennemie ?

Le voilà qui paraît, c'est lui-même, c'est Mars,

Qui vous lance du ciel de farouches regards ;

65   Il menace, il descend : apaisez sa colère

Par le prompt désaveu d'un souhait téméraire.

Le ciel s'ouvre et fait voir Mars en posture menaçante, un pied en l'air, et l'autre porté sur son étoile. Il descend ainsi à un de ses côtés du théâtre, qu'il traverse en parlant, et sitôt qu'il a parlé, il remonte au même lieu dont il est parti.

SCÈNE II.
Mars, la France, la Victoire.

MARS.

France ingrate, tu veux la paix !

Et pour toute reconnaissance

D'avoir en tant de lieux étendu ta puissance,

70   Tu murmures de mes bienfaits !

Encore un lustre ou deux, et sous tes destinées

J'aurais rangé le sort des têtes couronnées ;

Ton état n'aurait eu pour bornes que ton choix ;

Et tu devais tenir pour assuré présage,

75   Voyant toute l'Europe apprendre ton langage,

Que toute cette Europe allait prendre tes lois.

Tu renonces à cette gloire ;

La Paix a pour toi plus d'appâts,

Et tu dédaignes la Victoire

80   Que j'ai de ma main propre attachée à tes pas !

Vois dans quels fers sous moi la Discorde et l'Envie

Tiennent cette Paix asservie.

La Victoire t'a dit comme on peut m'apaiser ;

J'en veux bien faire encor ta compagne éternelle ;

85   Mais sache que je la rappelle,

Si tu manques d'en bien user.

Avant que de disparaître, ce dieu, en colère contre la France, lui fait voir la Paix, qu'elle demande avec tant d'ardeur, prisonnière dans son palais, entre les mains de la Discorde et de l'Envie, qu'il lui a donnée pour garder. Ce palais a pour colonnes des canons, qui ont pour bases des mortiers, et des boulets pour chapiteaux; le tout accompagné, pour ornement, de trompettes, de tambours, et autres instruments de guerre entrelacés ensemble et découpés à jour, qui font comme un second rang de colonnes. Le lambris est composé de trophée d'armes, et de tout ce qui peut désigner et embellir la demeure de ce dieu des batailles.

SCÈNE III.
La Paix, La Discorde, L'Envie, La France, La Vicroire.

LA PAIX.

En vain à tes soupirs il est inexorable :

Un dieu plus fort que lui me va rejoindre à toi ;

Et tu devras bientôt ce succès adorable

90   À cette reine incomparable

Dont les soins et l'exemple ont formé ton grand roi.

Ses tendresses de soeur, ses tendresses de mère,

Peuvent tout sur un fils, peuvent tout sur un frère.

Bénis, France, bénis ce pouvoir fortuné ;

95   Bénis le choix qu'il fait d'une reine comme elle :

Cent rois en sortiront, dont la gloire immortelle

Fera trembler sous toi l'univers étonné,

Et dans tout l'avenir sur leur front couronné

Portera l'image fidèle

100   De celui qu'elle t'a donné.

Ce dieu dont le pouvoir suprême

Etouffe d'un coup d'oeil les plus vieux différends,

Ce dieu par qui l'amour plaît à la vertu même,

Et qui borne souvent l'espoir des conquérants,

105   Le blond et pompeux Hyménée

Prépare en ta faveur l'éclatante journée

Où sa main doit briser mes fers.

Ces monstres insolents dont je suis prisonnière,

Prisonniers à leur tour au fond de leurs enfers,

110   Ne pourront mêler d'ombre à sa vive lumière.

À tes cantons les plus déserts

Je rendrai leur beauté première ;

Et dans les doux torrents d'une allégresse entière

Tu verras s'abîmer tes maux les plus amers.

115   Tu vois comme déjà ces deux hautes puissances,

Que Mars semblait plonger en d'immortels discords,

Ont malgré ses fureurs assemblé sur tes bords

Les sublimes intelligences

Qui de leurs grands états meuvent les vastes corps.

120   Les surprenantes harmonies

De ces miraculeux génies

Savent tout balancer, savent tout soutenir.

Leur prudence était due à cet illustre ouvrage,

Et jamais on n'eût pu fournir,

125   Aux intérêts divers de la Seine et du Tage,

Ni zèle plus savant en l'art de réunir,

Ni savoir mieux instruit du commun avantage.

Par ces organes seuls ces dignes potentats

Se font eux-mêmes leurs arbitres ;

130   Aux conquêtes par eux ils donnent d'autres titres,

Et des bornes à leurs états.

Ce dieu même qu'attend ma longue impatience

N'a droit de m'affranchir que par leur conférence :

Sans elle son pouvoir serait mal reconnu.

135   Mais enfin je le vois, leur accord me l'envoie.

France, ouvre ton coeur à la joie ;

Et vous, monstres, fuyez ; ce grand jour est venu.

L'Hyménée paraît, couronné de leurs, portant en sa main droite un dard semé de lys et de roses, et en la gauche le portrait de la Reine peint sur son bouclier.

SCÈNE IV.
L'Hyménée, La Paix, la Discorde, l'Envie, La France, La Victoire, Choeur de musique.

LA DISCORDE.

En vain tu le veux croire, orgueilleuse captive :

Pourrions-nous fuir le secours qui t'arrive ?

L'ENVIE.

140   Pourrions-nous craindre un dieu qui contre nos fureurs

Ne prend pour armes que des fleurs ?

L'HYMÉNÉE.

Oui, monstres, oui, craignez cette main vengeresse ;

Mais craignez encor plus cette grande princesse

Pour qui je viens allumer mon flambeau :

145   Pourriez-vous soutenir les traits de son visage ?

Fuyez, monstres, à son image ;

Fuyez, et que l'enfer, qui fut votre berceau,

Vous serve à jamais de tombeau.

Et vous, noirs instruments d'un indigne esclavage,

150   Tombez, fers odieux, à ce divin aspect,

Et pour lui rendre un prompt hommage,

Anéantissez-vous de honte ou de respect.

Il présente ce portrait aux yeux de la Discorde et de l'Envie, qui trébuchent aussitôt aux enfers, et ensuite il le présente aux chaînes qui tiennent la Paix prisonnière, lesquelles tombent et se brisent tout à l'heure.

LA PAIX.

Dieu des sacrés plaisirs, vous venez de me rendre

Un bien dont les dieux même ont lieu d'être jaloux ;

155   Mais ce n'est pas assez, il est temps de descendre,

Et de remplir les voeux qu'en terre on fait pour nous.

L'HYMÉNÉE.

Il en est temps, déesse, et c'est trop faire attendre

Les effets d'un espoir si doux.

Vous donc, mes ministres fidèles,

160   Venez, amours, et prêtez-nous vos ailes.

Quatre Amours descendent du ciel, deux de chaque côtés, et s'attachent à l'Hyménée et à la Paix pour les apporter en terre.

LA FRANCE.

Peuple, fais voir ta joie à ces divinités

Qui vont tarir le cours de tes calamités.

CHOEUR DE MUSIQUE.

L'Hyménée, la Paix et les quatre amours descendent cependant qu'il chante.

Descends, Hymen, et ramène sur terre

Les délices avec la paix ;

165   Descends, objet divin de nos plus doux souhaits,

Et par tes feux éteins ceux de la guerre.

Après que l'Hyménée et la Paix sont descendus, les quatre Amours remontent du ciel, premièrement de droit il tous quatre ensemble, et puis se séparant deu à deux et croisant leur vol, en sorte que ceux qui sont au côté droit se retirent à gauche dans les nues, et ceux qui sont au gauche se perdent dans celles du côté droit.

SCÈNE V.
L'Hyménée, La Paix, La France, La Victoire.

LA FRANCE, à La Paix.

Adorable souhait des peuples gémissants,

Féconde sûreté des travaux innocents,

Infatigable appui du pouvoir légitime,

170   Qui dissipez le trouble et détruisez le crime,

Protectrice des arts, mère des beaux loisirs,

Est-ce une illusion qui flatte mes désirs ?

Puis-je en croire mes yeux, et dans chaque province

De votre heureux retour faire bénir mon prince ?

LA PAIX.

175   France, apprends que lui-même il aime à le devoir

À ces yeux dont tu vois le souverain pouvoir.

Par un effort d'amour réponds à leurs miracles ;

Fais éclater ta joie en de pompeux spectacles :

Ton théâtre a souvent d'assez riches couleurs

180   Pour n'avoir pas besoin d'emprunter rien ailleurs.

Ose donc, et fais voir que ta reconnaissance...

LA FRANCE.

De grâce, voyez mieux quelle est mon impuissance.

Est-il effort humain qui jamais ait tiré

Des spectacles pompeux d'un sein si déchiré ?

185   Il faudroit que vos soins par le cours des années...

L'HYMÉNÉE.

Ces traits divins n'ont pas des forces si bornées.

Mes roses et mes lys par eux en un moment

À ces lieux désolés vont servir d'ornement.

Promets, et tu verras l'effet de ma parole.

LA FRANCE.

190   J'entreprendrai beaucoup ; mais ce qui m'en console

C'est que sous votre aveu...

L'HYMÉNÉE.

Va, n'appréhende rien :

Nous serons à l'envi nous-mêmes ton soutien.

Porte sur ton théâtre une chaleur si belle,

Que des plus heureux temps l'éclat s'y renouvelle :

195   Nous en partagerons la gloire et le souci.

LA VICTOIRE.

Cependant la Victoire est inutile ici :

Puisque la paix y règne, il faut qu'elle s'exile.

LA PAIX.

Non, Victoire : avec moi tu n'es pas inutile.

Si la France en repos n'a plus où t'employer,

200   Du moins à ses amis elle peut t'envoyer.

D'ailleurs mon plus grand calme aime l'inquiétude

Des combats de prudence, et des combats d'étude ;

Il ouvre un champ plus large à ces guerres d'esprits ;

Tous les peuples sans cesse en disputent le prix ;

205   Et comme il fait monter à la plus haute gloire,

Il est bon que la France ait toujours la Victoire.

Fais-lui donc cette grâce, et prends part comme nous

À ce qu'auront d'heureux des spectacles si doux.

LA VICTOIRE.

J'y consens, et m'arrête aux rives de la Seine,

210   Pour rendre un long hommage à l'une et l'autre reine,

Pour y prendre à jamais les ordres de son roi.

Puissé-je en obtenir, pour mon premier emploi,

Ceux d'aller jusqu'aux bouts de ce vaste hémisphère

Arborer les drapeaux de son généreux frère,

215   D'aller d'un si grand prince, en mille et mille lieux,

Egaler le grand nom au nom de ses aïeux,

Le conduire au-delà de leurs fameuses traces,

Faire un appui de Mars du favori des Grâces,

Et sous d'autres climats couronner ses hauts faits

220   Des lauriers qu'en ceux-ci lui dérobe la Paix !

L'HYMÉNÉE.

Tu vas voir davantage, et les dieux, qui m'ordonnent

Qu'attendant tes lauriers mes myrtes le couronnent,

Lui vont donner un prix de toute autre valeur

Que ceux que tu promets avec tant de chaleur.

225   Cette illustre conquête a pour lui plus de charmes

Que celles que tu veux assurer à ses armes ;

Et son oeil, éclairé par mon sacré flambeau,

Ne voit point de trophée ou si noble ou si beau.

Ainsi, France, à l'envi l'Espagne et l'Angleterre

230   Aiment à t'enrichir quand tu finis la guerre ;

Et la paix, qui succède à ses tristes efforts,

Te livre par ma main leurs plus rares trésors.

LA PAIX.

Allons sans plus tarder mettre ordre à tes spectacles ;

Et pour les commencer par de nouveaux miracles,

235   Toi que rend tout-puissant ce chef-d'oeuvre des cieux,

Hymen, fais-lui changer la face de ces lieux.

L'HYMÉNÉE, seule.

Naissez à cet aspect, fontaines, fleurs, bocages ;

Chassez de ces débris les funestes images,

Et formez des jardins tels qu'avec quatre mots

240   Le grand art de Médée en fit naître à Colchos.

Tout le théâtre se change en un jardin magnifique à la vue du portrait de la Reine, que l'Hyménée lui présente.

ACTE I

DÉCORATION DU PREMIER ACTE.

Ce grand jardin, qui en fait la scène, est composé de trois rangs de cyprès, à côté desquels on voit alternativement en chque châssis des statues de marbre blanc à l'antique, qui versent de gros jets d'eau dans de grands bassins, soutenues par des tritons, qui leur servent de piédestal, ou trois vases qui portent, l'un des orangers et les deux autres diverses fleurs en confusion, chantournées et découpées à jour. Les ornements de ces vases et de ces bassins sont rehaussés d'or, et ces statues portent sur leurs têtes des corbeilles d'or treillissées et remplies de pareilles leurs. Le théâtre est fermé par une grand arcade de verdure, orné de festons de leurs avec une grande corbeille d'or sur le milieu, qui en est remplie par les autres. Quatre autres arcades qui le suivent composent avec elle un berceau qui laisse voir plus loin un autre jardin de cyprès, entremêlées avec quantité d'autres statues à l'antique, et la perspective du fond borne la vue par un parterre encore plus éloigné, au milieu duquel s'élève une ontaine avec divers autres jets d'eau, qui ne font pas le moindre agrément de ce spectacle.

SCÈNE PREMIÈRE.
Chalciope, Médée.

MÉDÉE.

Parmi ces grands sujets d'allégresse publique,

Vous portez sur le front un air mélancolique :

Votre humeur paroît sombre ; et vous semblez, ma soeur,

Murmurer en secret contre notre bonheur.

245   La veuve de Phryxus et la fille d'Aaete

Plaint-elle de Persès la honte et la défaite ?

Vous faut-il consoler de ces illustres coups

Qui partent d'un héros parent de votre époux ?

Et le vaillant Jason pourroit-il vous déplaire

250   Alors que dans son trône il rétablit mon père ?

CHALCIOPE.

Vous m'offensez, ma soeur : celles de notre rang

Ne savent point trahir leur pays ni leur sang ;

Et j'ai vu les combats de Persès et d'Aaete

Toujours avec des yeux de fille et de sujette.

255   Si mon front porte empreints quelques troubles secrets,

Sachez que je n'en ai que pour vos intérêts.

J'aime autant que je dois cette haute victoire :

Je veux bien que Jason en ait toute la gloire ;

Mais à tout dire enfin, je crains que ce vainqueur

260   N'en étende les droits jusque sur votre coeur.

Je sais que sa brigade, à peine descendue,

Rétablit à nos yeux la bataille perdue,

Que Persès triomphoit, que Styrus étoit mort,

Styrus que pour époux vous envoyoit le sort.

265   Jason de tant de maux borna soudain la course :

Il en dompta la force, il en tarit la source ;

Mais avouez aussi qu'un héros si charmant

Vous console bientôt de la mort d'un amant.

L'éclat qu'a répandu le bonheur de ses armes

270   À vos yeux éblouis ne permet plus de larmes :

Il sait les détourner des horreurs d'un cercueil ;

Et la peur d'être ingrate étouffe votre deuil.

Non que je blâme en vous quelques soins de lui plaire,

Tant que la guerre ici l'a rendu nécessaire ;

275   Mais je ne voudrois pas que cet empressement

D'un soin étudié fît un attachement ;

Car enfin, aujourd'hui que la guerre est finie,

Votre facilité se trouveroit punie ;

Et son départ subit ne vous laisseroit plus

280   Qu'un coeur embarrassé de soucis superflus.

MÉDÉE.

La remontrance est douce, obligeante, civile ;

Mais à parler sans feinte elle est fort inutile :

Si je n'ai point d'amour, je n'y prends point de part ;

Et si j'aime Jason, l'avis vient un peu tard.

285   Quoi qu'il en soit, ma soeur, nommeriez-vous un crime

Un vertueux amour qui suivroit tant d'estime ?

Alors que ses hauts faits lui gagnent tous les coeurs,

Faut-il que ses soupirs excitent mes rigueurs,

Que contre ses exploits moi seule je m'irrite,

290   Et fonde mes dédains sur son trop de mérite ?

Mais s'il m'en doit bientôt coûter un repentir,

D'où pouvez-vous savoir qu'il soit prêt à partir ?

CHALCIOPE.

Je le sais de mes fils, qu'une ardeur de jeunesse

Emporte malgré moi jusqu'à le suivre en Grèce,

295   Pour voir en ces beaux lieux la source de leur sang,

Et de Phryxus leur père y reprendre le rang.

Déjà tous ces héros au départ se disposent :

Ils ont peine à souffrir que leurs bras se reposent ;

Comme la gloire à tous fait leur plus cher souci,

300   N'ayant plus à combattre, ils n'en ont plus ici :

Ils brûlent d'en chercher dessus quelque autre rive,

Tant leur valeur rougit sitôt qu'elle est oisive.

Jason veut seulement une grâce du roi.

MÉDÉE.

Cette grâce, ma soeur, n'est sans doute que moi.

305   Ce n'est plus avec vous qu'il faut que je déguise.

Du chef de ces héros j'asservis la franchise ;

De tout ce qu'il a fait de grand, de glorieux,

Il rend un plein hommage au pouvoir de mes yeux.

Il a vaincu Persès, il a servi mon père,

310   Il a sauvé l'état, sans chercher qu'à me plaire.

Vous l'avez vu peut-être, et vos yeux sont témoins

De combien chaque jour il y donne de soins,

Avec combien d'ardeur...

CHALCIOPE.

Oui, je l'ai vu moi-même,

Que pour plaire à vos yeux il prend un soin extrême ;

315   Mais je n'ai pas moins vu combien il vous est doux

De vous montrer sensible aux soins qu'il prend pour vous.

Je vous vois chaque jour avec inquiétude

Chercher ou sa présence ou quelque solitude,

Et dans ces grands jardins sans cesse repasser

320   Le souvenir des traits qui vous ont su blesser.

En un mot, vous l'aimez, et ce que j'appréhende...

MÉDÉE.

Je suis prête à l'aimer, si le roi le commande ;

Mais jusque-là, ma soeur, je ne fais que souffrir

Les soupirs et les voeux qu'il prend soin de m'offrir.

CHALCIOPE.

325   Quittez ce faux devoir dont l'ombre vous amuse.

Vous irez plus avant si le roi le refuse ;

Et quoi que votre erreur vous fasse présumer,

Vous obéirez mal s'il vous défend d'aimer.

Je sais... Mais le voici, que le prince accompagne.

SCÈNE II.
Aaete, Absyrte, Chalciope, Médée.

AAETE.

330   Enfin nos ennemis nous cèdent la campagne,

Et des Scythes défaits le camp abandonné

Nous est de leur déroute un gage fortuné,

Un fidèle témoin d'une victoire entière ;

Mais comme la fortune est souvent journalière,

335   Il en faut redouter de funestes retours,

Ou se mettre en état de triompher toujours.

Vous savez de quel poids et de quelle importance

De ce peu d'étrangers s'est fait voir l'assistance.

Quarante, qui l'eût cru ? Quarante à leur abord

340   D'une armée abattue ont relevé le sort,

Du côté des vaincus rappelé la victoire,

Et fait d'un jour fatal un jour brillant de gloire.

Depuis cet heureux jour que n'ont point fait leurs bras ?

Leur chef nous a paru le démon des combats ;

345   Et trois fois sa valeur, d'un noble effet suivie,

Au péril de son sang a dégagé ma vie.

Que ne lui dois-je point ? Et que ne dois-je à tous ?

Ah ! Si nous les pouvions arrêter parmi nous,

Que ma couronne alors se verroit assurée !

350   Qu'il faudroit craindre peu pour la toison dorée,

Ce trésor où les dieux attachent nos destins,

Et que veulent ravir tant de jaloux voisins !

N'y peux-tu rien, Médée, et n'as-tu point de charmes

Qui fixent en ces lieux le bonheur de leurs armes ?

355   N'est-il herbes, parfums, ni chants mystérieux,

Qui puissent nous unir ces bras victorieux ?

ABSYRTE.

Seigneur, il est en vous d'avoir cet avantage :

Le charme qu'il y faut est tout sur son visage.

Jason l'aime, et je crois que l'offre de son coeur

360   N'en seroit pas reçue avec trop de rigueur.

Un favorable aveu pour ce digne hyménée

Rendroit ici sa course heureusement bornée ;

Son exemple auroit force, et feroit qu'à l'envi

Tous voudroient imiter le chef qu'ils ont suivi.

365   Tous sauroient comme lui, pour faire une maîtresse,

Perdre le souvenir des beautés de leur Grèce ;

Et tous ainsi que lui permettroient à l'amour

D'obstiner des héros à grossir votre cour.

AAETE.

Le refus d'un tel heur auroit trop d'injustice.

370   Puis-je d'un moindre prix payer un tel service ?

Le ciel, qui veut pour elle un époux étranger,

Sous un plus digne joug ne sauroit l'engager.

Oui, j'y consens, Absyrte, et tiendrai même à grâce

Que du roi d'Albanie il remplisse la place,

375   Que la mort de Styrus permette à votre soeur

L'incomparable choix d'un si grand successeur.

Ma fille, si jamais les droits de la naissance...

CHALCIOPE.

Seigneur, je vous réponds de son obéissance ;

Mais je ne réponds pas que vous trouviez les Grecs

380   Dans la même pensée et les mêmes respects.

Je les connois un peu, veuve d'un de leurs princes :

Ils ont aversion pour toutes nos provinces ;

Et leur pays natal leur imprime un amour

Qui partout les rappelle et presse leur retour.

385   Ainsi n'espérez pas qu'il soit des hyménées

Qui puissent à la vôtre unir leurs destinées.

Ils les accepteront, si leur sort rigoureux

A fait de leur patrie un lieu mal sûr pour eux ;

Mais le péril passé, leur soudaine retraite

390   Vous fera bientôt voir que rien ne les arrête,

Et qu'il n'est point de noeud qui les puisse obliger

À vivre sous les lois d'un monarque étranger.

Bien que Phryxus m'aimât avec quelque tendresse,

Je l'ai vu mille fois soupirer pour sa Grèce,

395   Et quelque illustre rang qu'il tînt dans vos états,

S'il eût eu l'accès libre en ces heureux climats,

Malgré ces beaux dehors d'une ardeur empressée,

Il m'eût fallu l'y suivre, ou m'en voir délaissée.

Il semble après sa mort qu'il revive en ses fils ;

400   Comme ils ont même sang, ils ont mêmes esprits :

La Grèce en leur idée est un séjour céleste,

Un lieu seul digne d'eux. Par là jugez du reste.

AAETE.

Faites-les-moi venir : que de leur propre voix

J'apprenne les raisons de cet injuste choix.

405   Et quant à ces guerriers que nos dieux tutélaires

Au salut de l'état rendent si nécessaires,

Si pour les obliger à vivre mes sujets

Il n'est point dans ma cour d'assez dignes objets,

Si ce nom sur leur front jette tant d'infamie

410   Que leur gloire en devienne implacable ennemie,

Subornons cette gloire, et voyons dès demain

Ce que pourra sur eux le nom de souverain.

Le trône a ses liens ainsi que l'hyménée,

Et quand ce double noeud tient une âme enchaînée,

415   Quand l'ambition marche au secours de l'amour,

Elle étouffe aisément tous ces soins du retour.

Elle triomphera de cette idolâtrie

Que tous ces grands guerriers gardent pour leur patrie.

Leur Grèce a des climats et plus doux et meilleurs ;

420   Mais commander ici vaut bien servir ailleurs.

Partageons avec eux l'éclat d'une couronne

Que la bonté du ciel par leurs mains nous redonne :

D'un bien qu'ils ont sauvé je leur dois quelque part ;

Je le perdois sans eux, sans eux il court hasard ;

425   Et c'est toujours prudence, en un péril funeste,

D'offrir une moitié pour conserver le reste.

ABSYRTE.

Vous les connoissez mal : ils sont trop généreux

Pour vous vendre à ce prix le besoin qu'on a d'eux.

Après ce grand secours, ce seroit pour salaire

430   Prendre une part du vol qu'on tâchoit à vous faire,

Vous piller un peu moins sous couleur d'amitié,

Et vous laisser enfin ce reste par pitié.

C'est là, seigneur, c'est là cette haute infamie

Dont vous verriez leur gloire implacable ennemie.

435   Le trône a des splendeurs dont les yeux éblouis

Peuvent réduire une âme à l'oubli du pays ;

Mais aussi la Scythie, ouverte à nos conquêtes,

Offre assez de matière à couronner leurs têtes.

Qu'ils règnent, mais par nous, et sur nos ennemis :

440   C'est là qu'il faut trouver un sceptre à nos amis ;

Et lors d'un sacré noeud l'inviolable étreinte

Tirera notre appui d'où partoit notre crainte ;

Et l'hymen unira par des liens plus doux

Des rois sauvés par eux à des rois faits par nous.

AAETE.

445   Vous regardez trop tôt comme votre héritage

Un trône dont en vain vous craignez le partage.

J'ai d'autres yeux, Absyrte, et vois un peu plus loin.

Je veux bien réserver ce remède au besoin,

Ne faire point cette offre à moins que nécessaire ;

450   Mais s'il y faut venir, rien ne m'en peut distraire.

Les voici : parlons-leur ; et pour les arrêter,

Ne leur refusons rien qu'ils daignent souhaiter.

SCÈNE III.
Aaete, Absyrte, Médée, Jason, Pélée, Iphite, Orphée, Argonautes.

AAETE.

Guerriers par qui mon sort devient digne d'envie,

Héros à qui je dois et le sceptre et la vie,

455   Après tant de bienfaits et d'un si haut éclat,

Voulez-vous me laisser la honte d'être ingrat ?

Je ne vous fais point d'offre ; et dans ces lieux sauvages

Je ne découvre rien digne de vos courages :

Mais si dans mes états, mais si dans mon palais

460   Quelque chose avait pu mériter vos souhaits,

Le choix qu'en auroit fait cette valeur extrême

Lui donneroit un prix qu'il n'a pas de lui-même ;

Et je croirois devoir à ce précieux choix

L'heur de vous rendre un peu de ce que je vous dois.

JASON.

465   Si nos bras, animés par vos destins propices,

Vous ont rendu, seigneur, quelques foibles services,

Et s'il en est encore, après un sort si doux,

Que vos commandements puissent vouloir de nous,

Vous avez en vos mains un trop digne salaire,

470   Et pour ce qu'on a fait et pour ce qu'on peut faire ;

Et s'il nous est permis de vous le demander...

AAETE.

Attendez tout d'un roi qui veut tout accorder :

J'en jure le dieu Mars, et le Soleil mon père ;

Et me puisse à vos yeux accabler leur colère,

475   Si mes serments pour vous n'ont de si prompts effets,

Que vos voeux dès ce jour se verront satisfaits !

JASON.

Seigneur, j'ose vous dire, après cette promesse,

Que vous voyez la fleur des princes de la Grèce,

Qui vous demandent tous d'une commune voix

480   Un trésor qui jadis fut celui de ses rois :

La toison d'or, seigneur, que Phryxus, votre gendre,

Phryxus, notre parent...

AAETE.

Ah ! Que viens-je d'entendre !

MÉDÉE.

Ah ! Perfide.

JASON.

À ce mot vous paraissez surpris !

Notre peu de secours se met à trop haut prix ;

485   Mais enfin, je l'avoue, un si précieux gage

Est l'unique motif de tout notre voyage.

Telle est la dure loi que nous font nos tyrans,

Que lui seul nous peut rendre au sein de nos parents ;

Et telle est leur rigueur, que sans cette conquête

490   Le retour au pays nous coûterait la tête.

AAETE.

Ah ! Si vous ne pouvez y rentrer autrement,

Dure, dure à jamais votre bannissement !

Princes, tel est mon sort, que la toison ravie

Me doit coûter le sceptre, et peut-être la vie.

495   De sa perte dépend celle de tout l'état ;

En former un desir, c'est faire un attentat ;

Et si jusqu'à l'effet vous pouvez le réduire,

Vous ne m'avez sauvé que pour mieux me détruire

JASON.

Qui vous l'a dit, seigneur ? Quel tyrannique effroi

500   Fait cette illusion aux destins d'un grand roi ?

AAETE.

Votre Phryxus lui-même a servi d'interprète

À ces ordres des dieux dont l'effet m'inquiète :

Son ombre en mots exprès nous les a fait savoir.

JASON.

À des fantômes vains donnez moins de pouvoir.

505   Une ombre est toujours ombre, et des nuits éternelles

Il ne sort point de jours qui ne soient infidèles.

Ce n'est point à l'enfer à disposer des rois,

Et les ordres du ciel n'empruntent point sa voix.

Mais vos bontés par là cherchent à faire grâce

510   Au trop d'ambition dont vous voyez l'audace ;

Et c'est pour colorer un trop juste refus

Que vous faites parler cette ombre de Phryxus.

AAETE.

Quoi ? De mon noir destin la triste certitude

Ne seroit qu'un prétexte à mon ingratitude ?

515   Et quand je vous dois tout, je voudrois essayer

Un mauvais artifice à ne vous rien payer ?

Quoi que vous en croyiez, quoi que vous puissiez dire,

Pour vous désabuser partageons mon empire.

Cette offre peut-elle être un refus coloré,

520   Et répond-elle mal à ce que j'ai juré ?

JASON.

D'autres l'accepteroient avec pleine allégresse ;

Mais elle n'ouvre pas les chemins de la Grèce ;

Et ces héros, sortis ou des dieux ou des rois,

Ne sont pas mes sujets pour vivre sous mes lois.

525   C'est à l'heur du retour que leur courage aspire,

Et non pas à l'honneur de me faire un empire.

AAETE.

Rien ne peut donc changer ce rigoureux desir ?

JASON.

Seigneur, nous n'avons pas le pouvoir de choisir.

Ce n'est que perdre temps qu'en parler davantage ;

530   Et vous savez à quoi le serment vous engage.

AAETE.

Téméraire serment qui me fait une loi

Dangereuse pour vous, ou funeste pour moi !

La toison est à vous si vous pouvez la prendre,

Car ce n'est pas de moi qu'il vous la faut attendre.

535   Comme votre Phryxus l'a consacrée à Mars,

Ce dieu même lui fait d'effroyables remparts,

Contre qui tout l'effort de la valeur humaine

Ne peut être suivi que d'une mort certaine :

Il faut pour l'emporter quelque chose au-dessus.

540   J'ouvrirai la carrière, et ne puis rien de plus :

Il y va de ma vie ou de mon diadème ;

Mais je tremble pour vous autant que pour moi-même.

Je croirais faire un crime à vous le déguiser ;

Il est en votre choix d'en bien ou mal user.

545   Ma parole est donnée, il faut que je la tienne ;

Mais votre perte est sûre à moins que de la mienne.

Adieu : pensez-y bien. Toi, ma fille, dis-lui

À quels affreux périls il se livre aujourd'hui.

SCÈNE IV.
Médée, Jason, Argonautes.

MÉDÉE.

Ces périls sont légers.

JASON.

Ah ! Divine princesse !

MÉDÉE.

550   Il n'y faut que du coeur, des forces, de l'adresse.

Vous en avez, Jason ; mais peut-être, après tout,

Ce que vous en avez n'en viendra pas à bout.

JASON.

Madame, si jamais...

MÉDÉE.

Ne dis rien, téméraire.

Tu ne savois que trop quel choix pouvoit me plaire.

555   Celui de la toison m'a fait voir tes mépris :

Tu la veux, tu l'auras ; mais apprends à quel prix.

Pour voir cette dépouille au dieu Mars consacrée,

À tous dans sa forêt il permet libre entrée ;

Mais pour la conquérir qui s'ose hasarder

560   Trouve un affreux dragon commis à la garder.

Rien n'échappe à sa vue, et le sommeil sans force

Fait avec sa paupière un éternel divorce.

Le combat contre lui ne te sera permis

Qu'après deux fiers taureaux par ta valeur soumis ;

565   Leurs yeux sont tout de flamme, et leur brûlante haleine

D'un long embrasement couvre toute la plaine.

Va leur faire souffrir le joug et l'aiguillon,

Ouvrir du champ de Mars le funeste sillon :

C'est ce qu'il te faut faire, et dans ce champ horrible

570   Jeter une semence encore plus terrible,

Qui soudain produira des escadrons armés

Contre la même main qui les aura semés.

Tous, sitôt qu'ils naîtront, en voudront à ta vie :

Je vais moi-même à tous redoubler leur furie.

575   Juge par là, Jason, de la gloire où tu cours,

Et cherche où tu pourras des bras et du secours.

SCÈNE V.
Jason, Pélée, Iphite, Orphée, Argonautes.

JASON.

Amis, voilà l'effet de votre impatience.

Si j'avais eu sur vous un peu plus de croyance,

L'amour m'auroit livré ce précieux dépôt,

580   Et vous l'avez perdu pour le vouloir trop tôt.

PÉLÉE.

L'amour vous est bien doux, et votre espoir tranquille,

Qui vous fit consumer deux ans chez Hypsipyle,

En consumeroit quatre avec plus de raison

À cajoler Médée et gagner la toison.

585   Après que nos exploits l'ont si bien méritée,

Un mot seul, un souhait dût l'avoir emportée ;

Mais puisqu'on la refuse au service rendu,

Il faut avoir de force un bien qui nous est dû.

JASON.

De Médée en courroux dissipez donc les charmes ;

590   Combattez ce dragon, ces taureaux, ces gensdarmes.

Iphite.

Les dieux nous ont sauvés de mille autres dangers,

Et sont les mêmes dieux en ces bords étrangers.

Pallas nous a conduits, et Junon de nos têtes

A parmi tant de mers écarté les tempêtes.

595   Ces grands secours unis auront leur plein effet,

Et ne laisseront point leur ouvrage imparfait.

Voyez si je m'abuse, amis, quand je l'espère :

Regardez de Junon briller la messagère ;

Iris nous vient du ciel dire ses volontés.

600   En attendant son ordre, adorons ses bontés.

Prends ton luth, cher Orphée, et montre à la déesse

Combien ce doux espoir charme notre tristesse.

SCÈNE VI.

ORPHÉE chante.

Femme et soeur du maître des dieux,

De qui le seul regard fait nos destins propices,

605   Nous as-tu jusqu'ici guidés sous tes auspices

Pour nous voir périr en ces lieux ?

Contre des bras mortels tout ce qu'ont pu nos armes,

Nous l'avons fait dans les combats :

Contre les monstres et les charmes

610   C'est à toi maintenant de nous prêter ton bras.

IRIS.

Princes, ne perdez pas courage ;

Les deux mêmes divinités

Qui vous ont garantis sur les flots irrités

Prennent votre défense en ce climat sauvage.

615   Les voici toutes deux, qui de leur propre voix

Vous apprendront sous quelles lois

Le destin vous promet cette illustre conquête ;

Elles sauront vous la faciliter :

Écoutez leurs conseils, et tenez l'âme prête

620   À les exécuter.

JUNON.

Tous vos bras et toutes vos armes

Ne peuvent rien contre les charmes

Que Médée en fureur verse sur la toison :

L'amour seul aujourd'hui peut faire ce miracle ;

625   Et dragon ni taureaux ne vous feront obstacle,

Pourvu qu'elle s'apaise en faveur de Jason.

Prête à descendre en terre afin de l'y réduire,

J'ai pris et le visage et l'habit de sa soeur.

Rien ne vous peut servir si vous n'avez son coeur ;

630   Et si vous le gagnez, rien ne vous sauroit nuire.

PALLAS.

Pour vous secourir en ces lieux,

Junon change de forme et va descendre en terre ;

Et pour vous protéger Pallas remonte aux cieux,

Où Mars et quelques autres dieux

635   Vont presser contre vous le maître du tonnerre.

Le soleil, de son fils embrassant l'intérêt,

Voudra faire changer l'arrêt

Qui vous laisse espérer la toison demandée ;

Mais quoi qu'il puisse faire, assurez-vous qu'enfin

640   L'amour fera votre destin,

Et vous donnera tout, s'il vous donne Médée.

JASON.

Eh bien ! Si mes conseils...

PÉLÉE.

N'en parlons plus, Jason :

Cet oracle l'emporte, et vous aviez raison.

Aimez, le ciel l'ordonne, et c'est l'unique voie

645   Qu'après tant de travaux il ouvre à notre joie.

N'y perdons point de temps, et sans plus de séjour

Allons sacrifier au tout-puissant Amour.

ACTE II

DÉCORATION DU SECOND ACTE.

La rivière du Phase et le paysage qu'elle traverse succèdent

SCÈNE PREMIÈRE.
Junon, Jason sous le visage de Chalciope.

JUNON.

Nous pouvons à l'écart, sur ces rives du Phase,

Parler en sûreté du feu qui vous embrase.

650   Souvent votre Médée y vient prendre le frais,

Et pour y mieux rêver s'échappe du palais.

Il faut venir à bout de cette humeur altière :

De sa soeur tout exprès j'ai pris l'image entière,

Mon visage a même air, ma voix a même ton ;

655   Vous m'en voyez la taille, et l'habit, et le nom ;

Et je la cache à tous sous un épais nuage,

De peur que son abord ne trouble mon ouvrage.

Sous ces déguisements j'ai déjà rétabli

Presque en toute sa force un amour affoibli.

660   L'horreur de vos périls, que redoublent les charmes,

Dans cette âme inquiète excite mille alarmes :

Elle blâme déjà son trop d'emportement.

C'est à vous d'achever un si doux changement.

Un soupir poussé juste, en suite d'une excuse,

665   Perce un coeur bien avant quand lui-même il s'accuse,

Et qu'un secret retour le force à ressentir

De sa fureur trop prompte un tendre repentir.

JASON.

Déesse, quels encens...

JUNON.

Traitez-moi de princesse,

Jason, et laissez là l'encens et la déesse.

670   Quand vous serez en Grèce il y faudra penser ;

Mais ici vos devoirs s'en doivent dispenser :

Par ce respect suprême ils m'y feroient connoître.

Laissez-y-moi passer pour ce que je feins d'être,

Jusqu'à ce que le coeur de Médée adouci...

JASON.

675   Madame, puisqu'il faut ne vous nommer qu'ainsi,

Vos ordres me seront des lois inviolables :

J'aurai pour les remplir des soins infatigables ;

Et mon amour plus fort...

JUNON.

Je sais que vous aimez,

Que Médée a des traits dont vos sens sont charmés.

680   Mais cette passion est-elle en vous si forte

Qu'à tous autres objets elle ferme la porte ?

Ne souffre-t-elle plus l'image du passé ?

Le portrait d'Hypsipyle est-il tout effacé ?

JASON.

Ah !

JUNON.

Vous en soupirez !

JASON.

Un reste de tendresse

685   M'échappe encore au nom d'une belle princesse ;

Mais comme assez souvent la distance des lieux

Affoiblit dans le coeur ce qu'elle cache aux yeux,

Les charmes de Médée ont aisément la gloire

D'abattre dans le mien l'effet de sa mémoire.

JUNON.

690   Peut-être elle n'est pas si loin que vous pensez.

Ses voeux de vous attendre enfin se sont lassés,

Et n'ont pu résister à cette impatience

Dont tous les vrais amants ont trop d'expérience.

L'ardeur de vous revoir l'a hasardée aux flots ;

695   Elle a pris après vous la route de Colchos ;

Et moi, pour empêcher que sa flamme importune

Ne rompît sur ces bords toute votre fortune,

J'ai soulevé les vents, qui brisant son vaisseau,

Dans les flots mutinés ont ouvert son tombeau.

JASON.

700   Hélas !

JUNON.

  N'en craignez point une funeste issue :

Dans son propre palais Neptune l'a reçue.

Comme il craint pour Pélie, à qui votre retour

Doit coûter la couronne, et peut-être le jour,

Il va tâcher d'y mettre un obstacle par elle,

705   Et vous la renvoira, plus pompeuse et plus belle,

Rattacher votre coeur à des liens si doux,

Ou du moins exciter des sentiments jaloux

Qui vous rendent Médée à tel point inflexible,

Que le pouvoir du charme en demeure invincible,

710   Et que vous périssiez en le voulant forcer,

Ou qu'à votre conquête il faille renoncer.

Dès son premier abord une soudaine flamme

D'Absyrte à ses beautés livrera toute l'âme ;

L'Amour me l'a promis : vous l'en verrez charmé ;

715   Mais vous serez sans doute encor le plus aimé.

Il faut donc prévenir ce dieu qui l'a sauvée,

Emporter la toison avant son arrivée.

Votre amante paroît : agissez en amant

Qui veut en effet vaincre, et vaincre promptement.

SCÈNE II.
Jason, Junon, Médée.

MÉDÉE.

720   Que faites-vous, ma soeur, avec ce téméraire ?

Quand son orgueil m'outrage, a-t-il de quoi vous plaire ?

Et vous a-t-il réduite à lui servir d'appui,

Vous qui parliez tantôt, et si haut, contre lui ?

JUNON.

Je suis toujours sincère ; et dans l'idolâtrie

725   Qu'en tous ces héros grecs je vois pour leur patrie,

Si votre coeur étoit encore à se donner,

Je ferois mes efforts à vous en détourner :

Je vous dirois encor ce que j'ai su vous dire ;

Mais l'amour sur tous deux a déjà trop d'empire :

730   Il vous aime, et je vois qu'avec les mêmes traits...

MÉDÉE.

Que dites-vous, ma soeur ? Il ne m'aima jamais.

À quelque complaisance il a pu se contraindre ;

Mais s'il feignit d'aimer, il a cessé de feindre,

Et me l'a bien fait voir en demandant au roi,

735   En ma présence même, un autre prix que moi.

JUNON.

Ne condamnons personne avant que de l'entendre.

Savez-vous les raisons dont il se peut défendre ?

Il m'en a dit quelqu'une, et je ne puis nier,

Non pas qu'elle suffise à le justifier,

740   Il est trop criminel, mais que du moins son crime

N'est pas du tout si noir qu'il l'est dans votre estime ;

Et si vous la saviez, peut-être à votre tour

Vous trouveriez moins lieu d'accuser son amour.

MÉDÉE.

Quoi ? Ce lâche tantôt ne m'a pas regardée ;

745   Il n'a montré qu'orgueil, que mépris pour Médée,

Et je pourrois encor l'entendre discourir !

JASON.

Le discours siéroit mal à qui cherche à mourir.

J'ai mérité la mort si j'ai pu vous déplaire ;

Mais cessez contre moi d'armer votre colère :

750   Vos taureaux, vos dragons sont ici superflus ;

Dites-moi seulement que vous ne m'aimez plus :

Ces deux mots suffiront pour réduire en poussière...

MÉDÉE.

Va, quand il me plaira, j'en sais bien la manière ;

Et si ma bouche encor n'en fulmine l'arrêt,

755   Rends grâces à ma soeur qui prend ton intérêt.

Par quel art, par quel charme as-tu pu la séduire,

Elle qui ne cherchoit tantôt qu'à te détruire ?

D'où vient que mon coeur même à demi révolté

Semble vouloir s'entendre avec ta lâcheté,

760   Et de tes actions favorable interprète,

Ne te peint à mes yeux que tel qu'il te souhaite ?

Par quelle illusion lui fais-tu cette loi ?

Serois-tu dans mon art plus grand maître que moi ?

Tu mets dans tous mes sens le trouble et le divorce :

765   Je veux ne t'aimer plus, et n'en ai pas la force.

Achève d'éblouir un si juste courroux,

Qu'offusquent malgré moi des sentiments trop doux ;

Car enfin, et ma soeur l'a bien pu reconnoître,

Tout violent qu'il est, l'amour seul l'a fait naître ;

770   Il va jusqu'à la haine, et toutefois, hélas !

Je te haïrois peu, si je ne t'aimois pas.

Mais parle, et si tu peux, montre quelque innocence.

JASON.

Je renonce, madame, à toute autre défense.

Si vous m'aimez encore, et si l'amour en vous

775   Fait naître cette haine, anime ce courroux,

Puisque de tous les deux sa flamme est triomphante,

Le courroux est propice et la haine obligeante.

Oui, puisque cet amour vous parle encor pour moi,

Il ne vous permet pas de douter de ma foi ;

780   Et pour vous faire voir mon innocence entière,

Il éclaire vos yeux de toute sa lumière :

De ses rayons divins le vif discernement

Du chef de ces héros sépare votre amant.

Ces princes, qui pour vous ont exposé leur vie,

785   Sans qui votre province alloit être asservie,

Eux qui de vos destins rompant le cours fatal,

Tous mes égaux qu'ils sont, m'ont fait leur général ;

Eux qui de leurs exploits, eux qui de leur victoire

Ont répandu sur moi la plus brillante gloire ;

790   Eux tous ont par ma voix demandé la toison :

C'étoient eux qui parloient, ce n'étoit pas Jason.

Il ne vouloit que vous ; mais pouvoit-il dédire

Ces guerriers dont le bras a sauvé votre empire,

Et par une bassesse indigne de son rang,

795   Demander pour lui seul tout le prix de leur sang ?

Pouvois-je les trahir, moi qui de leurs suffrages

De ce rang où je suis tiens tous les avantages ?

Pouvois-je avec honneur à ce qu'il a d'éclat

Joindre le nom de lâche et le titre d'ingrat ?

800   Auriez-vous pu m'aimer couvert de cette honte ?

JUNON.

Ma soeur, dites le vrai, n'étiez-vous point trop prompte ?

Qu'a-t-il fait qu'un coeur noble et vraiment généreux...

MÉDÉE.

Ma soeur, je le voulois seulement amoureux.

En qui sauroit aimer seroit-ce donc un crime,

805   Pour montrer plus d'amour, de perdre un peu d'estime ?

Et malgré les douceurs d'un espoir si charmant,

Faut-il que le héros fasse taire l'amant ?

Quel que soit ce devoir, ou ce noble caprice,

Tu me devois, Jason, en faire un sacrifice.

810   Peut-être j'aurois pu t'en entendre blâmer,

Mais non pas t'en haïr, non pas t'en moins aimer.

Tout oblige en amour, quand l'amour en est cause.

JUNON.

Voyez à quoi pour vous cet amour la dispose.

N'abusez point, Jason, des bontés de ma soeur,

815   Qui semble se résoudre à vous rendre son coeur ;

Et laissez à vos Grecs, au péril de leur vie,

Chercher cette toison si chère à leur envie.

JASON.

Quoi ? Les abandonner en ce pas dangereux !

MÉDÉE.

N'as-tu point assez fait d'avoir parlé pour eux ?

JASON.

820   Je suis leur chef, madame ; et pour cette conquête

Mon honneur me condamne à marcher à leur tête :

J'y dois périr comme eux, s'il leur faut y périr ;

Et bientôt à leur tête on m'y verroit courir,

Si j'aimois assez mal pour essayer mes armes

825   À forcer des périls qu'ont préparés vos charmes,

Et si le moindre espoir de vaincre malgré vous

N'étoit un attentat contre votre courroux.

Oui, ce que nos destins m'ordonnent que j'obtienne,

Je le veux de vos mains, et non pas de la mienne.

830   Si ce trésor par vous ne m'est point accordé,

Mon bras me punira d'avoir trop demandé ;

Et mon sang à vos yeux, sur ce triste rivage,

De vos justes refus étalera l'ouvrage.

Vous m'en verrez, madame, accepter la rigueur,

835   Votre nom en la bouche et votre image au coeur,

Et mon dernier soupir, par un pur sacrifice,

Sauver toute ma gloire et vous rendre justice.

Quel heur de pouvoir dire en terminant mon sort :

" un respect amoureux a seul causé ma mort ! "

840   Quel heur de voir ma mort charger la renommée

De tout ce digne excès dont vous êtes aimée,

Et dans tout l'avenir...

MÉDÉE.

Va, ne me dis plus rien ;

Je ferai mon devoir, comme tu fais le tien.

L'honneur doit m'être cher, si la gloire t'est chère :

845   Je ne trahirai point mon pays et mon père ;

Le destin de l'état dépend de la toison,

Et je commence enfin à connoître Jason.

Ces paniques terreurs pour ta gloire flétrie

Nous déguisent en vain l'amour de ta patrie ;

850   L'impatiente ardeur d'en voir le doux climat

Sous ces fausses couleurs ne fait que trop d'éclat ;

Mais s'il faut la toison pour t'en ouvrir l'entrée,

Va traîner ton exil de contrée en contrée ;

Et ne présume pas, pour te voir trop aimé,

855   Abuser en tyran de mon coeur enflammé.

Puisque le tien s'obstine à braver ma colère,

Que tu me fais des lois, à moi qui t'en dois faire,

Je reprends cette foi que tu crains d'accepter,

Et préviens un ingrat qui cherche à me quitter.

JASON.

860   Moi, vous quitter, madame ! Ah ! Que c'est mal connoître

Le pouvoir du beau feu que vos yeux ont fait naître !

Que nos héros en Grèce emportent leur butin,

Jason auprès de vous attache son destin.

Donnez-leur la toison qu'ils ont presque achetée ;

865   Ou si leur sang versé l'a trop peu méritée,

Joignez-y tout le mien, et laissez-moi l'honneur

De leur voir de ma main tenir tout leur bonheur.

Que si le souvenir de vous avoir servie

Me réserve pour vous quelque reste de vie,

870   Soit qu'il faille à Colchos borner notre séjour,

Soit qu'il vous plaise ailleurs éprouver mon amour,

Sous les climats brûlants, sous les zones glacées,

Les routes me plairont que vous m'aurez tracées :

J'y baiserai partout les marques de vos pas.

875   Point pour moi de patrie où vous ne serez pas ;

Point pour moi...

MÉDÉE.

Quoi ? Jason, tu pourrois pour Médée

Etouffer de ta Grèce et l'amour et l'idée ?

JASON.

Je le pourrai, madame, et de plus...

SCÈNE III.
Adsyrte, Junon, Jason, Médée.

Ici l'on voit sortir du milieu du Phase le dieu Glauque avec deux tritons et deux sirènes qui chantent, cependant qu'une grande conque de nacre, semée de branches de coral et de pierres précieuses, portée par quatre dauphins, et soutenue par quatre vents en l'air, vient insensiblement s'arrêtér au milieu de ce même fleuve. Tandis qu'elles chantent, le devant ce cette conque merveilleuse fond dans l'eau, et l'aisse voir la reine Hypsipyle assise comme dans un trône ; et soudain Glauque commande aux vents de s'envoler, aux tritons et aux sirènes de disparaître, et ua fleuve de retirer une partie de ses eaux pour laisser prendre tyerre à Hypsipyle. Les tritons, le fleuve, les vents et les sirène obéissent, et Glauque se perd lui-même au fond de l'eau, si tôt qu'il a parlé ; de quoi Absyrte donne la main à Hypsipyle pour sortir de cette conque, qui s'abîme aussitôt dans le fleuve.

ABSYRTE.

Ah ! Mes soeurs,

Quel miracle nouveau va ravir tous nos coeurs !

880   Sur ce fleuve mes yeux ont vu de cette roche

Comme un trône flottant qui de nos bords s'approche.

Quatre monstres marins courbent sous ce fardeau ;

Quatre nains emplumés le soutiennent sur l'eau ;

Et découpant les airs par un battement d'ailes,

885   Lui servent de rameurs et de guides fidèles.

Sur cet amas brillant de nacre et de coral,

Qui sillonne les flots de ce mouvant cristal,

L'opale étincelante à la perle mêlée

Renvoie un jour pompeux vers la voûte étoilée.

890   Les nymphes de la mer, les tritons, tout autour,

Semblent au dieu caché faire à l'envi leur cour ;

Et sur ces flots heureux, qui tressaillent de joie,

Par mille bonds divers ils lui tracent la voie.

Voyez du fond des eaux s'élever à nos yeux,

895   Par un commun accord, ces moites demi-dieux.

Puissent-ils sur ces bords arrêter ce miracle !

Admirez avec moi ce merveilleux spectacle.

Le voilà qui les suit. Voyez-le s'avancer.

JASON.

Ah ! Madame.

JUNON.

Voyez sans vous embarrasser.

SCÈNE IV.
Absyrte, Junon, Médée, Jason, Glauque, sirènes, tritons, Hypsipyle.

CHANT DES SIRÈNES.

900   Telle Vénus sortit du sein de l'onde,

Pour faire régner dans le monde

Les jeux et les plaisirs, les grâces et l'amour ;

Telle tous les matins l'aurore

Sur le sein émaillé de Flore

905   Verse la rosée et le jour.

Objet divin, qui vas de ce rivage

Bannir ce qu'il a de sauvage,

Pour y faire régner les grâces et l'amour,

Telle et plus adorable encore

910   Que n'est Vénus, que n'est l'aurore,

Tu vas y faire un nouveau jour.

ABSYRTE.

Quelle beauté, mes soeurs, dans ce trône enfermée,

De son premier coup d'oeil a mon âme charmée ?

Quel coeur pourroit tenir contre de tels appas ?

HYPSIPYLE.

915   Juste ciel, il me voit, et ne s'avance pas !

GLAUQUE.

Allez, tritons, allez, sirènes ;

Allez, vents, et rompez vos chaînes ;

Neptune est satisfait,

Et l'ordre qu'il vous donne a son entier effet.

920   Jason, vois les bontés de ce même Neptune,

Qui pour achever ta fortune,

A sauvé du naufrage, et renvoie à tes voeux

La princesse qui seule est digne de ta flamme.

À son aspect rallume tous tes feux ;

925   Et pour répondre aux siens, rends-lui toute ton âme.

Et toi, qui jusques à Colchos

Dois à tant de beautés un assuré passage,

Fleuve, pour un moment retire un peu tes flots,

Et laisse approcher ton rivage.

ABSYRTE.

930   Princesse, en qui du ciel les merveilleux efforts

Se sont plu d'animer ses plus rares trésors,

Souffrez qu'au nom du roi dont je tiens la naissance,

Je vous offre en ces lieux une entière puissance :

Régnez dans ses états, régnez dans son palais ;

935   Et pour premier hommage à vos divins attraits...

HYPSIPYLE.

Faites moins d'honneur, prince, à mon peu de mérite :

Je ne cherche en ces lieux qu'un ingrat qui m'évite.

Au lieu de m'aborder, Jason, vous pâlissez !

Dites-moi pour le moins si vous me connoissez.

JASON.

940   Je sais bien qu'à Lemnos vous étiez Hypsipyle ;

Mais ici...

HYPSIPYLE.

Qui vous rend de la sorte immobile ?

Ne suis-je plus la même arrivant à Colchos ?

JASON.

Oui ; mais je n'y suis pas le même qu'à Lemnos.

HYPSIPYLE.

Dieux ! Que viens-je d'ouïr ?

JASON.

J'ai d'autres yeux, madame :

945   Voyez cette princesse, elle a toute mon âme ;

Et pour vous épargner les discours superflus,

Ici je ne connois et ne vois rien de plus.

HYPSIPYLE.

Ô faveurs de Neptune, où m'avez-vous conduite ?

Et s'il commence ainsi, quelle sera la suite ?

MÉDÉE.

950   Non, non, madame, non, je ne veux rien d'autrui :

Reprenez votre amant, je vous laisse avec lui.

Ne m'offre plus un coeur dont une autre est maîtresse,

Volage, et reçois mieux cette grande princesse.

Adieu : des yeux si beaux valent bien la toison.

JASON.

955   Ah ! Madame, voyez qu'avec peu de raison...

JUNON.

Suivez sans perdre temps, je saurai vous rejoindre.

Madame, on vous trahit ; mais votre heur n'est pas moindre.

Mon frère, qui s'apprête à vous conduire au roi,

N'a pas moins de mérite, et tiendra mieux sa foi.

960   Si je le connois bien, vous avez qui vous venge ;

Et si vous m'en croyez, vous gagnerez au change.

Je vous laisse en résoudre, et prends quelques moments

Pour rétablir le calme entre ces deux amants.

SCÈNE V.
Absyrte, Hypsipyle.

ABSYRTE.

Madame, si j'osois, dans le trouble où vous êtes,

965   Montrer à vos beaux yeux des peines plus secrètes,

Si j'osois faire voir à ces divins tyrans

Ce qu'ont déjà soumis de si doux conquérants,

Je mettrois à vos pieds le trône et la couronne

Où le ciel me destine et que le sang me donne.

970   Mais puisque vos douleurs font taire mes desirs,

Ne vous offensez pas du moins de mes soupirs ;

Et tant que le respect m'imposera silence,

Expliquez-vous pour eux toute leur violence.

HYPSIPYLE.

Prince, que voulez-vous d'un coeur préoccupé

975   Sur qui domine encor l'ingrat qui l'a trompé ?

Si c'est à mon amour une peine cruelle

Où je cherche un amant de voir un infidèle,

C'est un nouveau supplice à mes tristes appas

De faire une conquête où je n'en cherche pas.

980   Non que je vous méprise, et que votre personne

N'eût de quoi me toucher plus que votre couronne :

Le ciel me donne un sceptre en des climats plus doux,

Et de tous vos états je ne voudrois que vous.

Mais ne vous flattez point sur ces marques d'estime

985   Qu'en mon coeur, tel qu'il est, votre présence imprime :

Quand l'univers entier vous connoîtroit pour roi,

Que pourrois-je pour vous, si je ne suis à moi ?

ABSYRTE.

Vous y serez, madame, et pourrez toute chose :

Le change de Jason déjà vous y dispose ;

990   Et pour peu qu'il soutienne encor cette rigueur,

Le dépit, malgré vous, vous rendra votre coeur.

D'un si volage amant que pourriez-vous attendre ?

HYPSIPYLE.

L'inconstance me l'ôte, elle peut me le rendre.

ABSYRTE.

Quoi ? Vous pourriez l'aimer, s'il rentroit sous vos lois

995   En devenant perfide une seconde fois ?

HYPSIPYLE.

Prince, vous savez mal combien charme un courage

Le plus frivole espoir de reprendre un volage,

De le voir malgré lui dans nos fers retombé,

Échapper à l'objet qui nous l'a dérobé,

1000   Et sur une rivale et confuse et trompée

Ressaisir avec gloire une place usurpée.

Si le ciel en courroux m'en refuse l'honneur,

Du moins je servirai d'obstacle à son bonheur.

Cependant éteignez une flamme inutile :

1005   Aimez en d'autres lieux, et plaignez Hypsipyle ;

Et s'il vous reste encor quelque bonté pour moi,

Aidez contre un ingrat ma plainte auprès du roi.

ABSYRTE.

Votre plainte, madame, auroit pour toute issue

Un nouveau déplaisir de la voir mal reçue.

1010   Le roi le veut pour gendre, et ma soeur pour époux.

HYPSIPYLE.

Il me rendra justice, un roi la doit à tous ;

Et qui la sacrifie aux tendresses de père

Est d'un pouvoir si saint mauvais dépositaire.

ABSYRTE.

À quelle rude épreuve engagez-vous ma foi,

1015   De me forcer d'agir contre ma soeur et moi !

Mais n'importe, le temps et quelque heureux service

Pourront à mon amour vous rendre plus propice.

Tandis souvenez-vous que jusqu'à se trahir

Ce prince malheureux cherche à vous obéir.

ACTE III

DÉCORATION DU TROISIÈME ACTE.

Nos théâtres n'ont encore rien fait paraître de si brillant que le palais du roi Aaete qui sert de décoration à cet acte. On y voit de chaque côté deux rang de colonnes de japse torses, et environnées de pampre d'or à grands feuillages, chantournées, et découpées à jour, au milieu desquelles sont des statues d'or à l'antique, de grandeur naturelle. Les frises, les festons, les corniches et les chapiteaux sont pareillement d'or, et portent pour finissement des vases de porcelaine d'où sortent de gros bouquets de fleurs aussi au naturel. Les bases et les piédestaux sont enrichis des basses-tailles, où sont peintes diverses fables de l'antiquité. Un grand portique doré, soutenu par quatre autres colonnes dans le même ordre, fait la face du théâtre, et est suivi de cinq ou six autres de même manière ; qui forment, par le moyen de ses colonnes, comme cinq galeries, où la vue s'enfonçant découvre ce même jardin de cyprès qui a paru au premier acte.

SCÈNE PREMIÈRE.
Aaete, Jason.

AAETE.

1020   Je vous devois assez pour vous donner Médée,

Jason ; et si tantôt vous l'aviez demandée,

Si vous m'aviez parlé comme vous me parlez,

Vous auriez obtenu le bien que vous voulez.

Mais en est-il saison au jour d'une conquête

1025   Qui doit faire tomber mon trône ou votre tête ?

Et vous puis-je accepter pour gendre, et vous chérir,

S'il vous faut dans une heure ou me perdre ou périr ?

Prétendre à la toison par l'hymen de ma fille,

C'est pour m'assassiner s'unir à ma famille ;

1030   Et si vous abusez de ce que j'ai promis,

Vous êtes le plus grand de tous mes ennemis.

Je ne m'en puis dédire, et le serment me lie.

Mais si tant de périls vous laissent quelque vie,

Après avoir perdu ce roi que vous bravez,

1035   Allez porter vos voeux à qui vous les devez :

Hypsipyle vous aime, elle est reine, elle est belle ;

Fuyez notre vengeance, et régnez avec elle.

JASON.

Quoi ? Parler de vengeance, et d'un oeil de courroux

Voir l'immuable ardeur de m'attacher à vous !

1040   Vous présumer perdu sur la foi d'un scrupule

Qu'embrasse aveuglément votre âme trop crédule,

Comme si sur la peau d'un chétif animal

Le ciel avait écrit tout votre sort fatal !

Ce que l'ombre a prédit, si vous daignez l'entendre,

1045   Ne met aucun obstacle aux prières d'un gendre.

Me donner la princesse, et pour dot la toison,

Ce n'est que l'assurer dedans votre maison,

Puisque par les doux noeuds de ce bonheur suprême

Je deviendrai soudain une part de vous-même,

1050   Et que ce même bras qui vous a pu sauver

Sera toujours armé pour vous la conserver.

AAETE.

Vous prenez un peu tard une mauvaise adresse :

Nos esprits sont plus lourds que ceux de votre Grèce ;

Mais j'ai d'assez bons yeux, dans un si juste effroi,

1055   Pour démêler sans peine un gendre d'avec moi.

Je sais que l'union d'un époux à ma fille

De mon sang et du sien forme une autre famille,

Et que si de moi-même elle fait quelque part,

Cette part de moi-même a ses destins à part.

1060   Ce que l'ombre a prédit se fait assez entendre.

Cessez de vous forcer à devenir mon gendre ;

Ce seroit un honneur qui ne vous plairoit pas,

Puisque la toison seule a pour vous des appas,

Et que si mon malheur vous l'avait accordée,

1065   Vous n'auriez jamais fait aucuns voeux pour Médée.

JASON.

C'est faire trop d'outrage à mon coeur enflammé.

Dès l'abord je la vis, dès l'abord je l'aimai ;

Et mon amour n'est pas un amour politique

Que le besoin colore, et que la crainte explique.

1070   Mais n'ayant que moi-même à vous parler pour moi,

Je n'osois espérer d'être écouté d'un roi,

Ni que sur ma parole il me crût de naissance

À porter mes desirs jusqu'à son alliance.

Maintenant qu'une reine a fait voir que mon sang

1075   N'est pas fort au-dessous de cet illustre rang,

Qu'un refus de son sceptre après votre victoire

Montre qu'on peut m'aimer sans hasarder sa gloire,

J'ose, un peu moins timide, offrir, avec ma foi,

Ce que veut une reine à la fille d'un roi.

AAETE.

1080   Et cette même reine est un exemple illustre

Qui met tous vos hauts faits en leur plus digne lustre.

L'état où la réduit votre fidélité

Nous instruit hautement de cette vérité,

Que ma fille avec vous seroit fort assurée

1085   Sur les gages douteux d'une foi parjurée.

Ce trône refusé, dont vous faites le vain,

Nous doit donner à tous horreur de votre main.

Il ne faut pas ainsi se jouer des couronnes :

On doit toujours respect au sceptre, à nos personnes.

1090   Mépriser cette reine en présence d'un roi,

C'est manquer de prudence aussi bien que de foi.

Le ciel nous unit tous en ce grand caractère :

Je ne puis être roi sans être aussi son frère ;

Et si vous étiez né mon sujet ou mon fils,

1095   J'aurois déjà puni l'orgueil d'un tel mépris ;

Mais l'unique pouvoir que sur vous je puis prendre,

C'est de vous ordonner de la voir, de l'entendre.

La voilà : pensez bien que tel est votre sort,

Que vous n'avez qu'un choix, Hypsipyle ou la mort ;

1100   Car à vous en parler avec pleine franchise,

Ma perte dépend bien de la toison conquise ;

Mais je ne dois pas craindre en ces périls nouveaux

Que votre vie échappe aux feux de nos taureaux.

SCÈNE II.
Aaete, Hypsipyle, Jason.

AAETE.

Madame, j'ai parlé ; mais toutes mes paroles

1105   Ne sont auprès de lui que des discours frivoles.

C'est à vous d'essayer ce que pourront vos yeux :

Comme ils ont plus de force, ils réussiront mieux.

Arrachez-lui du sein cette funeste envie

Qui dans ce même jour lui va coûter la vie.

1110   Je vous devrai beaucoup, si vous touchez son coeur

Jusques à le sauver de sa propre fureur :

Devant ce que je dois au secours de ses armes,

Rompre son mauvais sort, c'est épargner nos larmes.

SCÈNE III.
Hypsipyle, Jason.

HYPSIPYLE.

Eh bien ! Jason, la mort a-t-elle de tels biens

1115   Qu'elle soit plus aimable à vos yeux que les miens ?

Et sa douceur pour vous seroit-elle moins pure

Si vous n'y joigniez l'heur de mourir en parjure ?

Oui, ce glorieux titre est si doux à porter,

Que de tout votre sang il le faut acheter.

1120   Le mépris qui succède à l'amitié passée

D'une seule douleur m'auroit trop peu blessée :

Pour mieux punir ce coeur d'avoir su vous chérir,

Il faut vous voir ensemble et changer et périr ;

Il faut que le tourment d'être trop tôt vengée

1125   Se mêle aux déplaisirs de me voir outragée ;

Que l'amour, au dépit ne cédant qu'à moitié,

Sitôt qu'il est banni, rentre par la pitié ;

Et que ce même feu, que je devrois éteindre,

M'oblige à vous haïr, et me force à vous plaindre.

1130   Je ne t'empêche pas, volage, de changer ;

Mais du moins, en changeant, laisse-moi me venger.

C'est être trop cruel, c'est trop croître l'offense

Que m'ôter à la fois ton coeur et ma vengeance

Le supplice où tu cours la va trop tôt finir.

1135   Ce n'est pas me venger, ce n'est que te punir ;

Et toute sa rigueur n'a rien qui me soulage,

S'il n'est de mon souhait et le choix et l'ouvrage.

Hélas ! Si tu pouvois le laisser à mon choix,

Ton supplice, il seroit de rentrer sous mes lois,

1140   De m'attacher à toi d'une chaîne plus forte,

Et de prendre en ta main le sceptre que je porte.

Tu n'as qu'à dire un mot, ton crime est effacé :

J'ai déjà, si tu veux, oublié le passé.

Mais qu'inutilement je me montre si bonne

1145   Quand tu cours à la mort de peur qu'on te pardonne !

Quoi ? Tu ne réponds rien, et mes plaintes en l'air

N'ont rien d'assez puissant pour te faire parler ?

JASON.

Que voulez-vous, madame, ici que je vous die ?

Je ne connois que trop quelle est ma perfidie ;

1150   Et l'état où je suis ne sauroit consentir

Que j'en fasse une excuse, ou montre un repentir :

Après ce que j'ai fait, après ce qui se passe,

Tout ce que je dirois auroit mauvaise grâce.

Laissez dans le silence un coupable obstiné,

1155   Qui se plaît dans son crime, et n'en est point gêné.

HYPSIPYLE.

Parle toutefois, parle, et non plus pour me plaire,

Mais pour rendre la force à ma juste colère ;

Parle, pour m'arracher ces tendres sentiments

Que l'amour enracine au coeur des vrais amants ;

1160   Repasse mes bontés et tes ingratitudes ;

Joins-y, si tu le peux, des coups encor plus rudes :

Ce sera m'obliger, ce sera m'obéir.

Je te devrai beaucoup, si je te puis haïr,

Et si de tes forfaits la peinture étendue

1165   Ne laisse plus flotter ma haine suspendue.

JASON.

Que dirai-je, après tout, que ce que vous savez ?

Madame, rendez-vous ce que vous vous devez.

Il n'est pas glorieux pour une grande reine

De montrer de l'amour, et de voir de la haine ;

1170   Et le sexe et le rang se doivent souvenir

Qu'il leur sied bien d'attendre, et non de prévenir ;

Et que c'est profaner la dignité suprême

Que de lui laisser dire : " on me trahit, et j'aime. "

HYPSIPYLE.

Je le puis dire, ingrat, sans blesser mon devoir :

1175   C'est mon époux en toi que le ciel me fait voir,

Du moins si la parole et reçue et donnée

A des noeuds assez forts pour faire un hyménée.

Ressouviens-t'en, volage, et des chastes douceurs

Qu'un mutuel amour répandit dans nos coeurs.

1180   Je te laissai partir afin que ta conquête

Remît sous mon empire une plus digne tête,

Et qu'une reine eût droit d'honorer de son choix

Un héros que son bras eût fait égal aux rois.

J'attendois ton retour pour pouvoir avec gloire

1185   Récompenser ta flamme et payer ta victoire ;

Et quand jusques ici je t'apporte ma foi,

Je trouve en arrivant que tu n'es plus à moi !

Hélas ! Je ne craignois que tes beautés de Grèce ;

Et je vois qu'une Scythe a rompu ta promesse,

1190   Et qu'un climat barbare a des traits assez doux

Pour m'avoir de mes bras enlevé mon époux !

Mais, dis-moi, ta Médée est-elle si parfaite ?

Ce que cherche Jason vaut-il ce qu'il rejette ?

Malgré ton coeur changé, j'en fais juges tes yeux.

1195   Tu soupires en vain, il faut t'expliquer mieux :

Ce soupir échappé me dit bien quelque chose ;

Toute autre l'entendroit ; mais sans toi je ne l'ose.

Parle donc et sans feinte : où porte-t-il ta foi ?

Va-t-il vers ma rivale, ou revient-il vers moi ?

JASON.

1200   Osez autant qu'une autre ; entendez-le, madame,

Ce soupir qui vers vous pousse toute mon âme ;

Et concevez par là jusqu'où vont mes malheurs,

De soupirer pour vous, et de prétendre ailleurs.

Il me faut la toison : il y va de la vie

1205   De tous ces demi-dieux que brûle même envie ;

Il y va de ma gloire, et j'ai beau soupirer,

Sous cette tyrannie il me faut expirer.

J'en perds tout mon bonheur, j'en perds toute ma joie ;

Mais pour sortir d'ici je n'ai que cette voie ;

1210   Et le même intérêt qui vous fit consentir,

Malgré tout votre amour, à me laisser partir,

Le même me dérobe ici votre couronne.

Pour faire ma conquête, il faut que je me donne,

Que pour l'objet aimé j'affecte des mépris,

1215   Que je m'offre en esclave, et me vende à ce prix :

Voilà ce que mon coeur vous dit quand il soupire.

Ne me condamnez plus, madame, à le redire :

Si vous m'aimez encor, de pareils entretiens

Peuvent aigrir vos maux et redoublent les miens ;

1220   Et cet aveu d'un crime où le destin m'attache

Grossit l'indignité des remords que je cache

Pour me les épargner, vous voyez qu'en ces lieux

Je fuis votre présence, et j'évite vos yeux.

L'amour vous montre aux miens toujours charmante et belle ;

1225   Chaque moment allume une flamme nouvelle ;

Mais ce qui de mon coeur fait les plus chers desirs,

De mon change forcé fait tous les déplaisirs ;

Et dans l'affreux supplice où me tient votre vue,

Chaque coup d'oeil me perce, et chaque instant me tue.

1230   Vos bontés n'ont pour moi que des traits rigoureux :

Plus je me vois aimé, plus je suis malheureux ;

Plus vous me faites voir d'amour et de mérite,

Plus vous haussez le prix des trésors que je quitte ;

Et l'excès de ma perte allume une fureur

1235   Qui me donne moi-même à moi-même en horreur.

Laissez-moi m'affranchir de la secrète rage

D'être en dépit de moi déloyal et volage ;

Et puisqu'ici le ciel vous offre un autre époux

D'un rang pareil au vôtre, et plus digne de vous,

1240   Ne vous obstinez point à gêner une vie

Que de tant de malheurs vous voyez poursuivie.

Oubliez un ingrat qui jusques au trépas,

Tout ingrat qu'il paroît, ne vous oubliera pas :

Apprenez à quitter un lâche qui vous quitte.

HYPSIPYLE.

1245   Tu te confesses lâche, et veux que je t'imite ;

Et quand tu fais effort pour te justifier,

Tu veux que je t'oublie, et ne peux m'oublier !

Je vois ton artifice et ce que tu médites ;

Tu veux me conserver alors que tu me quittes ;

1250   Et par les attentats d'un flatteur entretien

Me dérober ton coeur, et retenir le mien :

Tu veux que je te perde, et que je te regrette,

Que j'approuve en pleurant la perte que j'ai faite,

Que je t'estime et t'aime avec ta lâcheté,

1255   Et me prenne de tout à la fatalité.

Le ciel l'ordonne ainsi : ton change est légitime ;

Ton innocence est sûre au milieu de ton crime ;

Et quand tes trahisons pressent leur noir effet,

Ta gloire, ton devoir, ton destin a tout fait.

1260   Reprends, reprends, Jason, tes premières rudesses :

Leur coup m'est bien plus doux que tes fausses tendresses ;

Tes remords impuissants aigrissent mes douleurs :

Ne me rends point ton coeur, quand tu te vends ailleurs.

D'un coeur qu'on ne voit pas l'offre est lâche et barbare,

1265   Quand de tout ce qu'on voit un autre objet s'empare ;

Et c'est faire un hommage et ridicule et vain

De présenter le coeur et retirer la main.

JASON.

L'un et l'autre est à vous, si...

HYPSIPYLE.

N'achève pas, traître ;

Ce que tu veux cacher se feroit trop paroître :

1270   Un véritable amour ne parle point ainsi.

JASON.

Trouvez donc les moyens de nous tirer d'ici.

La toison emportée, il agira, madame,

Ce véritable amour qui vous donne mon âme ;

Sinon... Mais dieux ! Que vois-je ? ô ciel ! Je suis perdu,

1275   Si j'ai tant de malheur qu'elle m'aye entendu.

SCÈNE IV.
Médée, Hypsipile.

Ce palais doré en un palais d'horreur sitôt que Médée a dit le premier de ces cinq derniers vers, et qu'elle a donné un coup de baguette. Tout ce qu'il y a d'épouvantable en la nature y sert de termes. L'éléphant, le rhinocéros, le lion, l'once, les tigres, les léopards, les panthères, les dragons, les serpents, tous avec leurs antipathies à leurs pieds, y lancent des regards menaçants. une grotte obscure borne la vue, au travers de laquelle l'oeil ne laisse pas de découvrir un éloignement merveilleux que fait la perspective. Quatre monstres ailés et quatre rampants enferment Hypsipyle, et semblent prêts à la dévorer.

MÉDÉE.

Vous l'avez vu, madame, êtes-vous satisfaite ?

HYPSIPYLE.

Vous en pouvez juger par sa prompte retraite.

MÉDÉE.

Elle marque le trouble où son coeur est réduit ;

Mais j'ignore, après tout, s'il vous quitte ou me fuit.

HYPSIPYLE.

1280   Vous pouvez donc, madame, ignorer quelque chose ?

MÉDÉE.

Je sais que, s'il me fuit, vous en êtes la cause.

HYPSIPYLE.

Moi, je n'en sais pas tant ; mais j'avoue entre nous

Que s'il faut qu'il me quitte, il a besoin de vous.

MÉDÉE.

Ce que vous en pensez me donne peu d'alarmes.

HYPSIPYLE.

1285   Je n'ai que des attraits, et vous avez des charmes.    [1]

MÉDÉE.

C'est beaucoup en amour que de savoir charmer.

HYPSIPYLE.

Et c'est beaucoup aussi que de se faire aimer.

MÉDÉE.

Si vous en avez l'art, j'ai celui d'y contraindre.

HYPSIPYLE.

À faute d'être aimée, on peut se faire craindre.

MÉDÉE.

1290   Il vous aima jadis ?

HYPSIPYLE.

  Peut-être il m'aime encor,

Moins que vous toutefois, ou que la toison d'or.

MÉDÉE.

Du moins, quand je voudrai flatter son espérance,

Il saura de nous deux faire la différence.

HYPSIPYLE.

J'en vois la différence assez grande à Colchos ;

1295   Mais elle seroit autre et plus grande à Lemnos.

Les lieux aident au choix ; et peut-être qu'en Grèce

Quelque troisième objet surprendroit sa tendresse.

MÉDÉE.

J'appréhende assez peu qu'il me manque de foi.

HYPSIPYLE.

Vous êtes plus adroite et plus belle que moi :

1300   Tant qu'il aura des yeux vous n'avez rien à craindre.

MÉDÉE.

J'allume peu de feux qu'un autre puisse éteindre ;

Et puisqu'il me promet un coeur ferme et constant...

HYPSIPYLE.

Autrefois à Lemnos il m'en promit autant.

MÉDÉE.

D'un amant qui s'en va de quoi sert la parole ?

HYPSIPYLE.

1305   À montrer qu'on vous peut voler ce qu'on me vole.

Ces beaux feux qu'en mon île il n'osoit démentir...

MÉDÉE.

Eurent un peu de tort de le laisser partir.

HYPSIPYLE.

Comme vous en aurez, si jamais ce volage

Porte à quelque autre objet ce qu'il vous rend d'hommage.

MÉDÉE.

1310   Les captifs mal gardés ont droit de nous quitter.

HYPSIPYLE.

J'avais quelque mérite, et n'ai pu l'arrêter.

MÉDÉE.

J'en ai peu, mais enfin s'il fait plus que le vôtre ?

HYPSIPYLE.

Vous avez lieu de croire en valoir bien un autre ;

Mais prenez moins d'appui sur un coeur usurpé :

1315   Il peut vous échapper, puisqu'il m'est échappé.

MÉDÉE.

Votre esprit n'est rempli que de mauvais augures.

HYPSIPYLE.

On peut sur le passé former ses conjectures.

MÉDÉE.

Le passé mal conduit n'est qu'un miroir trompeur,

Où l'oeil bien éclairé ne fonde espoir ni peur.

HYPSIPYLE.

1320   Si j'ai conçu pour vous des craintes mal fondées...

MÉDÉE.

Laissons faire Jason, et gardons nos idées.

HYPSIPYLE.

Avec sincérité je dois vous avouer

Que j'ai quelque sujet encor de m'en louer.

MÉDÉE.

Avec sincérité je dois aussi vous dire

1325   Qu'assez malaisément on sort de mon empire,

Et que quand jusqu'à moi j'ai permis d'aspirer,

On ne s'abaisse plus à vous considérer.

Profitez des avis que ma pitié vous donne.

HYPSIPYLE.

À vous dire le vrai, cette hauteur m'étonne.

1330   Je suis reine, madame, et les fronts couronnés...

MÉDÉE.

Et moi je suis Médée, et vous m'importunez.

HYPSIPYLE.

Cet indigne mépris que de mon rang vous faites...

MÉDÉE.

Connoissez-moi, madame, et voyez où vous êtes.

Si Jason pour vos yeux ose encor soupirer,

1335   Il peut chercher des bras à vous en retirer.

Adieu : souvenez-vous, au lieu de vous en plaindre,

Qu'à faute d'être aimée, on peut se faire craindre.

SCÈNE V.

Un nuage descend jusqu'à terre, et, s'y séparant en deux moitiés, qui se perdent chacune de son côté, il laisse sur le théâtre le prince Absyrte.

HYPSIPYLE.

Que vois-je ? Où suis-je ? Ô dieux ! Quels abîmes ouverts

Exhalent jusqu'à moi les vapeurs des enfers !

1340   Que d'yeux étincelants sous d'horribles paupières

Mêlent au jour qui fuit d'effroyables lumières !

Ô toi, qui crois par là te faire redouter,

Si tu l'as espéré, cesse de t'en flatter.

Tu perds de ton grand art la force ou l'imposture,

1345   À t'armer contre moi de toute la nature.

L'amour au désespoir ne peut craindre la mort :

Dans un pareil naufrage elle ouvre un heureux port.

Hâtez, monstres, hâtez votre approche fatale.

Mais immoler ainsi ma vie à ma rivale !

1350   Cette honte est pour moi pire que le trépas.

Je ne veux plus mourir ; monstres, n'avancez pas.

UNE VOIX, derrière le théâtre.

Monstres, n'avancez pas, une reine l'ordonne ;

Respectez ses appas ;

Suivez les lois qu'elle vous donne :

1355   Monstres, n'avancez pas.

Les monstres s'arrêtent sitôt que cette voix chante.

HYPSIPYLE.

Quel favorable écho, pendant que je soupire,

Répète mes frayeurs avec un tel empire ?

Et d'où vient que frappés par ces divins accents,

Ces monstres tout à coup deviennent impuissants ?

LA VOIX.

1360   C'est l'amour qui fait ce miracle,

Et veut plus faire en ta faveur.

N'y mets donc point d'obstacle :

Aime qui t'aime, et donne coeur pour coeur.

HYPSIPYLE.

Quel prodige nouveau ! Cet amas de nuages

1365   Vient-il dessus ma tête éclater en orages ?

Vous qui nous gouvernez, dieux, quel est votre but ?

M'annoncez-vous par là ma perte ou mon salut ?

Le nuage descend, il s'arrête, il s'entr'ouvre ;

Et je vois... Mais, ô dieux, qu'est-ce que j'y découvre ?

1370   Seroit-ce bien le prince ?

SCÈNE VI.
Absyrte, Hypsipyle.

ABSYRTE.

  Oui, madame, c'est lui

Dont l'amour vous apporte un ferme et sûr appui :

Le même qui pour vous courant à son supplice,

Contre un ingrat trop cher a demandé justice,

Le même vient encor dissiper votre peur.

1375   J'ai parlé contre moi, j'agis contre ma soeur ;

Et sitôt que je vois quelque espoir de vous plaire,

Je ne me connois plus, je cesse d'être frère.

Monstres, disparoissez ; fuyez de ces beaux yeux

Que vous avez en vain obsédés en ces lieux.

Tous les monstres s'envolent ou fondent sous terre, et Absyrte continue.

1380   Et vous, divin objet, n'en ayez plus d'alarmes.

Pour détruire le reste, il faudroit d'autres charmes.

Contre ceux qu'on pressoit de vous faire périr,

Je n'avais que les airs par où vous secourir ;

Et d'un art tout-puissant les forces inconnues

1385   Ne me laissoient ouvert que le milieu des nues ;

Mais le mien, quoique moindre, a pleine autorité

De nous faire sortir d'un séjour enchanté.

Allons, madame.

HYPSIPYLE.

Allons, prince trop magnanime,

Prince digne en effet de toute mon estime.

ABSYRTE.

1390   N'aurez-vous rien de plus pour des voeux si constants ?

Et ne pourrai-je...

HYPSIPYLE.

Allons, et laissez faire au temps.

ACTE IV

DÉCORATION DU QUATRIÈME ACTE.

Ce théâtre horrible fait place à un plus agréable : c'est le désert où Médée à coutume de se retirer pour faire ses enchantements. Il est tout de rochers qui laissent sortir de leurs fentes quelques filaments d'herbes rampantes et quelques arbres moitié verts et moitié secs ; ces rochers sont d'une pierre blanche et luisante, de sorte que que comme l'autre théâtre était fort chargé d'ombres, le changement subit de l'un de l'autre fait qu'il semble qu'on passe de la nuit au jour.

SCÈNE PREMIÈRE.
Absyrte, Médée.

MÉDÉE.

Qui donne cette audace à votre inquiétude,

Prince, de me troubler jusqu'en ma solitude ?

Avez-vous oublié que dans ces tristes lieux

1395   Je ne souffre que moi, les ombres et les dieux,

Et qu'étant par mon art consacrés au silence,

Aucun ne peut sans crime y mêler sa présence ?

ABSYRTE.

De vos bontés, ma soeur, c'est sans doute abuser ;

Mais l'ardeur d'un amant a droit de tout oser.

1400   C'est elle qui m'amène en ces lieux solitaires,

Où votre art fait agir ses plus secrets mystères,

Vous demander un charme à détacher un coeur,

À dérober une âme à son premier vainqueur.

MÉDÉE.

Hélas ! Cet art, mon frère, impuissant sur les âmes,

1405   Ne sait que c'est d'éteindre ou d'allumer des flammes

Et s'il a sur le reste un absolu pouvoir,

Loin de charmer les coeurs, il n'y sauroit rien voir.

Mais n'avancez-vous rien sur celui d'Hypsipyle ?

Son péril, son effroi, vous est-il inutile ?

1410   Après ce stratagème entre nous concerté,

Elle vous croit devoir et vie et liberté ;

Et son ingratitude au dernier point éclate,

Si d'une ombre d'espoir cet effroi ne vous flatte.

ABSYRTE.

Elle croit qu'en votre art aussi savant que vous,

1415   Je prends plaisir pour elle à rabattre vos coups ;

Et sans rien soupçonner de tout notre artifice,

Elle doit tout, dit-elle, à ce rare service ;

Mais à moins toutefois que de perdre l'espoir,

Du côté de l'amour rien ne peut l'émouvoir.

MÉDÉE.

1420   L'espoir qu'elle conserve aura peu de durée,

Puisque Jason en veut à la toison dorée,

Et qu'à la conquérir faire le moindre effort,

C'est se livrer soi-même et courir à la mort.

Oui, mon frère, prenez un esprit plus tranquille,

1425   Si la mort d'un rival vous assure Hypsipyle ;

Et croyez...

ABSYRTE.

Ah ! Ma soeur, ce seroit me trahir

Que de perdre Jason sans le faire haïr.

L'âme de cette reine, à la douleur ouverte,

À toute la famille imputeroit sa perte,

1430   Et m'envelopperoit dans le juste courroux

Qu'elle auroit pour le roi, qu'elle prendroit pour vous.

Faites donc qu'il vous aime, afin qu'on le haïsse ;

Qu'on regarde sa mort comme un digne supplice.

Non que je la souhaite : il s'est vu trop aimé

1435   Pour n'en présumer pas votre esprit alarmé ;

Je ne veux pas non plus chercher jusqu'en votre âme

Les sentiments qu'y laisse une si belle flamme :

Arrêtez seulement ce héros sous vos lois,

Et disposez sans moi du reste, à votre choix.

1440   S'il doit mourir, qu'il meure en amant infidèle ;

S'il doit vivre, qu'il vive en esclave rebelle,

Et qu'on n'aye aucun lieu, dans l'un ni l'autre sort,

Ni de l'aimer vivant, ni de le plaindre mort.

C'est ce que je demande à cette amitié pure

1445   Qu'avec le jour pour moi vous donna la nature.

MÉDÉE.

Puis-je m'en faire aimer sans l'aimer à mon tour,

Et pour un coeur sans foi me souffrir de l'amour ?

Puis-je l'aimer, mon frère, au moment qu'il n'aspire

Qu'à ce trésor fatal dont dépend votre empire ?

1450   Ou si par nos taureaux il se fait déchirer,

Voulez-vous que je l'aime, afin de le pleurer ?

ABSYRTE.

Aimez, ou n'aimez pas, il suffit qu'il vous aime ;

Et quant à ces périls pour notre diadème,

Je ne suis pas de ceux dont le crédule esprit

1455   S'attache avec scrupule à ce qu'on leur prédit.

Je sais qu'on n'entend point de telles prophéties

Qu'après que par l'effet elles sont éclaircies ;

Et que quoi qu'il en soit, le sceptre de Lemnos

A de quoi réparer la perte de Colchos.

1460   Ces climats désolés où même la nature

Ne tient que de votre art ce qu'elle a de verdure,

Où nos plus beaux jardins n'ont ni roses ni lis

Dont par votre savoir ils ne soient embellis,

Sont-ils à comparer à ces charmantes îles

1465   Où nos maux trouveroient de glorieux asiles ?

Tomber à bas d'un trône est un sort rigoureux ;

Mais quitter l'un pour l'autre est un échange heureux.

MÉDÉE.

Un amant tel que vous, pour gagner ce qu'il aime,

Changeroit sans remords d'air et de diadème...

1470   Comme j'ai d'autres yeux, j'ai d'autres sentiments,

Et ne me règle pas sur vos attachements.

Envoyez-moi ma soeur, que je puisse avec elle

Pourvoir au doux succès d'une flamme si belle.

Ménagez cependant un si cher intérêt :

1475   Faites effort à plaire autant comme on vous plaît.

Pour Jason, je saurai de sorte m'y conduire,

Que soit qu'il vive ou meure, il ne pourra vous nuire.

Allez sans perdre temps, et laissez-moi rêver

Aux beaux commencements que je veux achever.

SCÈNE II.

MÉDÉE.

1480   Tranquille et vaste solitude,

Qu'à votre calme heureux j'ose en vain recourir !

Et que la rêverie est mal propre à guérir

D'une peine qui plaît la flatteuse habitude !

J'en viens soupirer seule au pied de vos rochers ;

1485   Et j'y porte avec moi dans mes voeux les plus chers

Mes ennemis les plus à craindre :

Plus je crois les dompter, plus je leur obéis ;

Ma flamme s'en redouble ; et plus je veux l'éteindre,

Plus moi-même je m'y trahis.

1490   C'est en vain que toute alarmée

J'envisage à quels maux expose un inconstant :

L'amour tremble à regret dans mon esprit flottant ;

Et timide à l'aimer, je meurs d'en être aimée.

Ainsi j'adore et crains son manquement de foi ;

1495   Je m'offre et me refuse à ce que je prévoi :

Son change me plaît et m'étonne.

Dans l'espoir le plus doux j'ai tout à soupçonner ;

Et bien que tout mon coeur obstinément se donne,

Ma raison n'ose me donner.

1500   Silence, raison importune ;

Est-il temps de parler quand mon coeur s'est donné ?

Du bien que tu lui veux ce lâche est si gêné,

Que ton meilleur avis lui tient lieu d'infortune.

Ce que tu mets d'obstacle à ses desirs mutins

1505   Anime leur révolte et le livre aux destins,

Contre qui tu prends sa défense :

Ton effort odieux ne sert qu'à les hâter ;

Et ton cruel secours lui porte par avance

Tous les maux qu'il doit redouter.

1510   Parle toutefois pour sa gloire ;

Donne encor quelques lois à qui te fait la loi :

Tyrannise un tyran qui triomphe de toi,

Et par un faux trophée usurpe sa victoire.

S'il est vrai que l'amour te vole tout mon coeur,

1515   Exile de mes yeux cet insolent vainqueur,

Dérobe-lui tout mon visage ;

Et si mon âme cède à mes feux trop ardents,

Sauve tout le dehors du honteux esclavage

Qui t'enlève tout le dedans.

SCÈNE III.
Junon, Médée.

MÉDÉE.

1520   L'avez-vous vu, ma soeur, cet amant infidèle ?

Que répond-il aux pleurs d'une reine si belle ?

Souffre-t-il par pitié qu'ils en fassent un roi ?

A-t-il encor le front de vous parler de moi ?

Croit-il qu'un tel exemple ait su si peu m'instruire,

1525   Qu'il lui laisse encor lieu de me pouvoir séduire ?

JUNON.

Modérez ces chaleurs de votre esprit jaloux :

Prenez des sentiments plus justes et plus doux ;

Et sans vous emporter souffrez que je vous die...

MÉDÉE.

Qu'il pense m'acquérir par cette perfidie ?

1530   Et que ce qu'il fait voir de tendresse et d'amour,

Si j'ose l'accepter, m'en garde une à mon tour ?

Un volage, ma soeur, a beau faire et beau dire,

On peut toujours douter pour qui son coeur soupire :

Sa flamme à tous moments peut prendre un autre cours,

1535   Et qui change une fois peut changer tous les jours.

Vous, qui vous préparez à prendre sa défense,

Savez-vous, après tout, s'il m'aime ou s'il m'offense ?

Lisez-vous dans son coeur pour voir ce qui s'y fait,

Et si j'ai de ces feux l'apparence ou l'effet ?

JUNON.

1540   Quoi ? Vous vous offensez d'Hypsipyle quittée !

D'Hypsipyle pour vous à vos yeux maltraitée !

Vous, son plus cher objet ! Vous de qui hautement

En sa présence même il s'est nommé l'amant !

C'est mal vous acquitter de la reconnaissance

1545   Qu'une autre croiroit due à cette préférence.

Voyez mieux qu'un héros si grand, si renommé,

Auroit peu fait pour vous, s'il n'avait rien aimé.

En ces tristes climats qui n'ont que vous d'aimable,

Où rien ne s'offre aux yeux qui vous soit comparable,

1550   Un coeur qu'un autre objet ne peut vous disputer

Vous porte peu de gloire à se laisser dompter.

Mais Hypsipyle est belle, et joint au diadème

Un amour assez fort pour mériter qu'on l'aime ;

Et quand, malgré son trône, et malgré sa beauté,

1555   Et malgré son amour, vous l'avez emporté,

Que ne devez-vous point à l'illustre victoire

Dont ce choix obligeant vous assure la gloire ?

Peut-il de vos attraits faire mieux voir le prix,

Que par le don d'un coeur qu'Hypsipyle avait pris ?

1560   Pouvez-vous sans chagrin refuser un hommage

Qu'une autre lui demande avec tant d'avantage ?

Pouvez-vous d'un tel don faire si peu d'état,

Sans vouloir être ingrate, et l'être avec éclat ?

Si c'est votre dessein, en faisant la cruelle,

1565   D'obliger ce héros à retourner vers elle,

Vous en pourrez avoir un succès assez prompt ;

Sinon...

MÉDÉE.

Plutôt la mort qu'un si honteux affront.

Je ne souffrirai point qu'Hypsipyle me brave,

Et m'enlève ce coeur que j'ai vu mon esclave.

1570   Je voudrois avec vous en vain le déguiser ;

Quand je l'ai vu pour moi tantôt la mépriser,

Qu'à ses yeux, sans nous mettre un moment en balance,

Il m'a si hautement donné la préférence,

J'ai senti des transports que mon esprit discret

1575   Par un soudain adieu n'a cachés qu'à regret.

Je ne croirai jamais qu'il soit douceur égale

À celle de se voir immoler sa rivale,

Qu'il soit pareille joie ; et je mourrois, ma soeur,

S'il falloit qu'à son tour elle eût même douceur.

JUNON.

1580   Quoi ? Pour vous cette honte est un malheur extrême ?

Ah ! Vous l'aimez encor.

MÉDÉE.

Non ; mais je veux qu'il m'aime.

Je veux, pour éviter un si mortel ennui,

Le conserver à moi, sans me donner à lui,

L'arrêter sous mes lois, jusqu'à ce qu'Hypsipyle

1585   Lui rende de son coeur la conquête inutile,

Et que le prince Absyrte, ayant reçu sa foi,

L'ait mise hors d'état de triompher de moi.

Lors, par un juste exil punissant l'infidèle,

Je n'aurai plus de peur qu'il me traite comme elle ;

1590   Et je saurai sur lui nous venger toutes deux,

Sitôt qu'il n'aura plus à qui porter ses voeux.

JUNON.

Vous vous promettez plus que vous ne voudrez faire,

Et vous n'en croirez pas toute cette colère.

MÉDÉE.

Je ferai plus encor que je ne me promets,

1595   Si vous pouvez, ma soeur, quitter ses intérêts.

JUNON.

Quelques chers qu'ils me soient, je veux bien m'y contraindre,

Et pour mieux vous ôter tout sujet de me craindre,

Le voilà qui paroît, je vous laisse avec lui.

Vous me rappellerez, s'il a besoin d'appui.

SCÈNE IV.
Jason, Médée.

MÉDÉE.

1600   êtes-vous prêt, Jason, d'entrer dans la carrière ?

Faut-il du champ de Mars vous ouvrir la barrière,

Vous donner nos taureaux pour tracer des sillons

D'où naîtront contre vous de soudains bataillons ?

Pour dompter ces taureaux et vaincre ces gensdarmes,

1605   Avez-vous d'Hypsipyle emprunté quelques charmes ?

Je ne demande point quel est votre souci ;

Mais si vous la cherchez, elle n'est pas ici ;

Et tandis qu'en ces lieux vous perdez votre peine,

Mon frère vous pourroit enlever cette reine.

1610   Jason, prenez-y garde, il faut moins s'éloigner

D'un objet qu'un rival s'efforce de gagner,

Et prêter un peu moins les faveurs de l'absence

À ce qui peut entre eux naître d'intelligence.

Mais j'ai tort, je l'avoue, et je raisonne mal :

1615   Vous êtes trop aimé pour craindre un tel rival ;

Vous n'avez qu'à paroître, et sans autre artifice,

Un coup d'oeil détruira ce qu'il rend de service.

JASON.

Qu'un si cruel reproche à mon coeur seroit doux

S'il avait pu partir d'un sentiment jaloux,

1620   Et si par cette injuste et douteuse colère

Je pouvois m'assurer de ne vous pas déplaire !

Sans raison toutefois j'ose m'en défier ;

Il ne me faut que vous pour me justifier.

Vous avez trop bien vu l'effet de vos mérites

1625   Pour garder un soupçon de ce que vous me dites ;

Et du change nouveau que vous me supposez

Vous me défendez mieux que vous ne m'accusez.

Si vous avez pour moi vu l'amour d'Hypsipyle,

Vous n'avez pas moins vu sa constance inutile :

1630   Que ses plus doux attraits, pour qui j'avais brûlé,

N'ont rien que mon amour ne vous aye immolé ;

Que toute sa beauté rehausse votre gloire,

Et que son sceptre même enfle votre victoire :

Ce sont des vérités que vous vous dites mieux,

1635   Et j'ai tort de parler où vous avez des yeux.

MÉDÉE.

Oui, j'ai des yeux, ingrat, meilleurs que tu ne penses,

Et vois jusqu'en ton coeur tes fausses préférences.

Hypsipyle à ma vue a reçu des mépris ;

Mais quand je n'y suis plus, qu'est-ce que tu lui dis ?

1640   Explique, explique encor ce soupir tout de flamme

Qui vers ce cher objet poussoit toute ton âme,

Et fais-moi concevoir jusqu'où vont tes malheurs

De soupirer pour elle et de prétendre ailleurs.

Redis-moi les raisons dont tu l'as apaisée,

1645   Dont jusqu'à me braver tu l'as autorisée :

Qu'il te faut la toison pour revoir tes parents,

Qu'à ce prix je te plais, qu'à ce prix tu te vends.

Je tenois cher le don d'une amour si parfaite ;

Mais puisque tu te vends, va chercher qui t'achète,

1650   Perfide, et porte ailleurs cette vénale foi

Qu'obtiendroit ma rivale à même prix que moi.

Il est, il est encor des âmes toutes prêtes

À recevoir mes lois et grossir mes conquêtes ;

Il est encor des rois dont je fais le desir ;

1655   Et si parmi tes Grecs il me plaît de choisir,

Il en est d'attachés à ma seule personne,

Qui n'ont jamais su l'art d'être à qui plus leur donne,

Qui trop contents d'un coeur dont tu fais peu de cas,

Méritent la toison qu'ils ne demandent pas,

1660   Et que pour toi mon âme, hélas ! Trop enflammée,

Auroit pu te donner, si tu m'avais aimée.

JASON.

Ah ! Si le pur amour peut mériter ce don,

À qui peut-il, madame, être dû qu'à Jason ?

Ce refus surprenant que vous m'avez vu faire,

1665   D'une vénale ardeur n'est pas le caractère.

Le trône qu'à vos yeux j'ai traité de mépris

En seroit pour tout autre un assez digne prix ;

Et rejeter pour vous l'offre d'un diadème,

Si ce n'est vous aimer, j'ignore comme on aime.

1670   Je ne me défends point d'une civilité

Que du bandeau royal vouloit la majesté.

Abandonnant pour vous une reine si belle,

J'ai poussé par pitié quelques soupirs vers elle :

J'ai voulu qu'elle eût lieu de se dire en secret

1675   Que je change par force et la quitte à regret ;

Que satisfaite ainsi de son propre mérite,

Elle se consolât de tout ce qui l'irrite ;

Et que l'appas flatteur de cette illusion

La vengeât un moment de sa confusion.

1680   Mais quel crime ont commis ces compliments frivoles ?

Des paroles enfin ne sont que des paroles ;

Et quiconque possède un coeur comme le mien

Doit se mettre au-dessus d'un pareil entretien.

Je n'examine point, après votre menace,

1685   Quelle foule d'amants brigue chez vous ma place.

Cent rois, si vous voulez, vous consacrent leurs voeux :

Je le crois ; mais aussi je suis roi si je veux ;

Et je n'avance rien touchant le diadème

Dont il faille chercher de témoins que vous-même.

1690   Si par le choix d'un roi vous pouvez me punir,

Je puis vous imiter, je puis vous prévenir ;

Et si je me bannis par là de ma patrie,

Un exil couronné peut faire aimer la vie.

Mille autres en ma place, au lieu de s'alarmer...

MÉDÉE.

1695   Eh bien ! Je t'aimerai, s'il ne faut que t'aimer :

Malgré tous ces héros, malgré tous ces monarques,

Qui m'ont de leur amour donné d'illustres marques,

Malgré tout ce qu'ils ont et de coeur et de foi,

Je te préfère à tous, si tu ne veux que moi.

1700   Fais voir, en renonçant à ta chère patrie,

Qu'un exil avec moi peut faire aimer la vie,

Ose prendre à ce prix le nom de mon époux.

JASON.

Oui, madame, à ce prix tout exil m'est trop doux ;

Mais je veux être aimé, je veux pouvoir le croire ;

1705   Et vous ne m'aimez pas, si vous n'aimez ma gloire.

L'ordre de mon destin l'attache à la toison :

C'est d'elle que dépend tout l'honneur de Jason.

Ah ! Si le ciel l'eût mise au pouvoir d'Hypsipyle,

Que j'en aurois trouvé la conquête facile !

1710   Ma passion pour vous a beau l'abandonner,

Elle m'offre encor tout ce qu'elle peut donner ;

Malgré mon inconstance, elle aime sans réserve.

MÉDÉE.

Et moi, je n'aime point, à moins que je te serve ?

Cherche un autre prétexte à lui rendre ta foi ;

1715   J'aurai soin de ta gloire aussi bien que de toi.

Si ce noble intérêt te donne tant d'alarmes,

Tiens, voilà de quoi vaincre et taureaux et gensdarmes ;

Laisse à tes compagnons combattre le dragon :

Ils veulent comme toi leur part à la toison ;

1720   Et comme ainsi qu'à toi la gloire leur est chère,

Ils ne sont pas ici pour te regarder faire.

Zéthès et Calaïs, ces héros emplumés,

Qu'aux routes des oiseaux leur naissance a formés,

Y préparent déjà leurs ailes enhardies

1725   D'avoir pour coup d'essai triomphé des Harpies ;

Orphée avec ses chants se promet le bonheur

D'assoupir...

JASON.

Ah ! Madame, ils auront tout l'honneur,

Ou du moins j'aurai part moi-même à leur défaite,

Si je laisse comme eux la conquête imparfaite :

1730   Il me la faut entière ; et je veux vous devoir...

MÉDÉE.

Va, laisse quelque chose, ingrat, en mon pouvoir ;

J'en ai déjà trop fait pour une âme infidèle.

Adieu. Je vois ma soeur : délibère avec elle ;

Et songe qu'après tout ce coeur que je te rends,

1735   S'il accepte un vainqueur, ne veut point de tyrans ;

Que s'il aime ses fers, il hait tout esclavage ;

Qu'on perd souvent l'acquis à vouloir davantage ;

Qu'il faut subir la loi de qui peut obliger ;

Et que qui veut un don ne doit pas l'exiger.

1740   Je ne te dis plus rien : va rejoindre Hypsipyle,

Va reprendre auprès d'elle un destin plus tranquille ;

Ou si tu peux, volage, encor la dédaigner,

Choisis en d'autres lieux qui te fasse régner.

Je n'ai pour t'acheter sceptres ni diadèmes ;

1745   Mais telle que je suis, crains-moi, si tu ne m'aimes.

SCÈNE V.
Junon, jason, L'Amour.

L'amour est dans le ciel de Vénus.

Le ciel s'ouvre et fait voior le palais de Vénus , composé de Termes à face humaine et revêtus de gazes d'or, qui lui servent de colonnes ; le lambris n'en est pas moins riche. L'Amour y araît seul, et sitôt qu'il a parlé, il s'élance ne l'air, et traverse le théâtre en volant, non pas d'un côté à l'autre, comme se font les vols ordinaires, mais d'un bout à l'autre, en tirant vers les spectateurs, ce qui n'a point encore été pratique en France de cette manière.

JUNON.

À bien examiner l'éclat de ce grand bruit,

Hypsipyle vous sert plus qu'elle ne vous nuit.

Ce n'est pas qu'après tout ce courroux ne m'étonne :

Médée à sa fureur un peu trop s'abandonne.

1750   L'amour tient assez mal ce qu'il m'avait promis,

Et peut-être avez-vous trop de dieux ennemis.

Tous veulent à l'envi faire la destinée

Dont se doit signaler cette grande journée :

Tous se sont assemblés exprès chez Jupiter,

1755   Pour en résoudre l'ordre, ou pour le contester ;

Et je vous plains, si ceux qui daignoient vous défendre

Au plus nombreux parti sont forcés de se rendre.

Le ciel s'ouvre, et pourra nous donner quelque jour :

C'est celui de Vénus, j'y vois encor l'amour ;

1760   Et puisqu'il n'en est pas, toute cette assemblée

Par sa rébellion pourra se voir troublée.

Il veut parler à nous : écoutez quel appui

Le trouble où je vous vois peut espérer de lui.

L'AMOUR.

Cessez de m'accuser, soupçonneuse déesse ;

1765   Je sais tenir promesse :

C'est en vain que les dieux s'assemblent chez leur roi ;

Je vais bien leur faire connoître

Que je suis, quand je veux, leur véritable maître,

Et que de ce grand jour le destin est à moi.

1770   Toi, si tu sais aimer, ne crains rien de funeste ;

Obéis à Médée, et j'aurai soin du reste.

JUNON.

Ces favorables mots vous ont rendu le coeur.

JASON.

Mon espoir abattu reprend d'eux sa vigueur.

Allons, déesse, allons, et sûrs de l'entreprise,

1775   Reportons à Médée une âme plus soumise.

JUNON.

Allons, je veux encor seconder vos projets,

Sans remonter au ciel qu'après leurs pleins effets.

ACTE V

SCÈNE PREMIÈRE.
Absyrte, Hypsipyle.

DÉCORATION DU CINQUIÈME ACTE.

Ce dernier spectacle présente à la vue une forêt épaisse, composée de divers arbres entrelacés ensemble, et si touffus qu'il est aisé de juger que le respect qu'on porte au dieu Mars, à qui elle est consacrée, fait qu'on n'ose en couper aucune branche, ni même brosser au travers : les trophées d'armes appendus en haut de la plupart des arbres marquent encore plus particlièrement qu'elle appartient à ce dieu. La Toison d'or est sur le plus élevé, qu'on voit seul de son rang, au milieu de cette forêt, et la perspective du fond fait paraître en éloignement la rivière du Phase, avec le navire Argo, qui semble n'attendre plus que jason et sa conqupte pour partir.

ABSYRTE.

Voilà ce prix fameux où votre ingrat aspire,

Ce gage où les destins attachent notre empire,

1780   Cette toison enfin, dont Mars est si jaloux :

Chacun impunément la peut voir comme nous ;

Ce monstrueux dragon, dont les fureurs la gardent,

Semble exprès se cacher aux yeux qui la regardent ;

Il laisse agir sans crainte un curieux desir,

1785   Et ne fond que sur ceux qui s'en veulent saisir.

Lors, d'un cri qui suffit à punir tout leur crime,

Sous leur pied téméraire il ouvre un noir abîme,

À moins qu'on n'ait déjà mis au joug nos taureaux,

Et fait mordre la terre aux escadrons nouveaux

1790   Que des dents d'un serpent la semence animée

Doit opposer sur l'heure à qui l'aura semée :

Sa voix perdant alors cet effroyable éclat,

Contre les ravisseurs le réduit au combat.

Telles furent les lois que Circé par ses charmes

1795   Sut faire à ce dragon, aux taureaux, aux gensdarmes :

Circé, soeur de mon père, et fille du soleil,

Circé, de qui ma soeur tient cet art sans pareil

Dont tantôt à vous perdre eût abusé sa rage,

Si ce peu que du ciel j'en eus pour mon partage,

1800   Et que je vous consacre aussi bien que mes jours,

Par le milieu des airs n'eût porté du secours.

HYPSIPYLE.

Je n'oublierai jamais que sa jalouse envie

Se fût sans vos bontés sacrifié ma vie ;

Et pour dire encor plus, ce penser m'est si doux,

1805   Que si j'étois à moi, je voudrois être à vous.

Mais un reste d'amour retient dans l'impuissance

Ces sentiments d'estime et de reconnaissance.

J'ai peine, je l'avoue, à me le pardonner ;

Mais enfin je dois tout, et n'ai rien à donner.

1810   Ce qu'à vos yeux surpris Jason m'a fait d'outrage

N'a pas encor rompu cette foi qui m'engage ;

Et malgré les mépris qu'il en montre aujourd'hui,

Tant qu'il peut être à moi, je suis encore à lui.

Mon espoir chancelant dans mon âme inquiète

1815   Ne veut pas lui prêter l'exemple qu'il souhaite,

Ni que cet infidèle ait de quoi se vanter

Qu'il ne se donne ailleurs qu'afin de m'imiter.

Pour changer avec gloire il faut qu'il me prévienne,

Que sa foi violée ait dégagé la mienne,

1820   Et que l'hymen ait joint aux mépris qu'il en fait

D'un entier changement l'irrévocable effet.

Alors par son parjure à moi-même rendue,

Mes sentiments d'estime auront plus d'étendue ;

Et dans la liberté de faire un second choix,

1825   Je saurai mieux penser à ce que je vous dois.

ABSYRTE.

Je ne sais si ma soeur voudra prendre assurance

Sur des serments trompeurs que rompt son inconstance ;

Mais je suis sûr qu'à moins qu'elle rompe son sort,

Ce que feroit l'hymen vous l'aurez par sa mort.

1830   Il combat nos taureaux, et telle est leur furie,

Qu'il faut qu'il y périsse, ou lui doive la vie.

HYPSIPYLE.

Il combat vos taureaux ! Ah ! Que me dites-vous ?

ABSYRTE.

Qu'il n'en peut plus sortir que mort, ou son époux.

HYPSIPYLE.

Ah ! Prince, votre soeur peut croire encor qu'il m'aime,

1835   Et sur ce faux soupçon se venger elle-même.

Pour bien rompre le coup d'un malheur si pressant,

Peut-être que son art n'est pas assez puissant :

De grâce en ma faveur joignez-y tout le vôtre ;

Et si...

ABSYRTE.

Quoi ? Vous voulez qu'il vive pour un autre ?

HYPSIPYLE.

1840   Oui, qu'il vive, et laissons tout le reste au hasard.

ABSYRTE.

Ah ! Reine, en votre coeur il garde trop de part ;

Et s'il faut vous parler avec une âme ouverte,

Vous montrez trop d'amour pour empêcher sa perte.

Votre rivale et moi nous en sommes d'accord :

1845   À moins que vous m'aimiez, votre Jason est mort.

Ma soeur n'a pas pour vous un sentiment si tendre,

Qu'elle aime à le sauver afin de vous le rendre ;

Et je ne suis pas homme à servir mon rival,

Quand vous rendez pour moi mon secours si fatal.

1850   Je ne le vois que trop, pour prix de mes services

Vous destinez mon âme à de nouveaux supplices.

C'est m'immoler à lui que de le secourir ;

Et lui sauver le jour, c'est me faire périr.

Puisqu'il faut qu'un des deux cesse aujourd'hui de vivre,

1855   Je vais hâter sa perte, où lui-même il se livre :

Je veux bien qu'on l'impute à mon dépit jaloux ;

Mais vous, qui m'y forcez, ne l'imputez yu'à vous.

HYPSIPYLE.

Ce reste d'intérêt que je prends en sa vie

Donne trop d'aigreur, prince, à votre jalousie.

1860   Ce qu'on a bien aimé, l'on ne peut le haïr

Jusqu'à le vouloir perdre, ou jusqu'à le trahir.

Ce vif ressentiment qu'excite l'inconstance

N'emporte pas toujours jusques à la vengeance ;

Et quand même on la cherche, il arrive souvent

1865   Qu'on plaint mort un ingrat qu'on détestoit vivant.

Quand je me défendois sur la foi qui m'engage,

Je voulois à vos feux épargner cet ombrage ;

Mais puisque le péril a fait parler l'amour,

Je veux bien qu'il éclate et se montre en plein jour.

1870   Oui, j'aime encor Jason, et l'aimerai sans doute

Jusqu'à l'hymen fatal que ma flamme redoute.

Je regarde son coeur encor comme mon bien,

Et donnerois encor tout mon sang pour le sien.

Vous m'aimez, et j'en suis assez persuadée

1875   Pour me donner à vous, s'il se donne à Médée ;

Mais si par jalousie ou par raison d'état,

Vous le laissez tous deux périr dans ce combat,

N'attendez rien de moi que ce qu'ose la rage

Quand elle est une fois maîtresse d'un courage,

1880   Que les pleines fureurs d'un désespoir d'amour.

Vous me faites trembler, tremblez à votre tour :

Prenez soin de sa vie, ou perdez cette reine ;

Et si je crains sa mort, craignez aussi ma haine.

SCÈNE II.
Aaete, Absyrte, Hypsipyle.

AAETE.

Ah ! Madame, est-ce là cette fidélité

1885   Que vous gardez aux droits de l'hospitalité ?

Quand pour vous je m'oppose aux destins de ma fille,

À l'espoir de mon fils, aux voeux de ma famille,

Quand je presse un héros de vous rendre sa foi,

Vous prêtez à son bras des charmes contre moi ;

1890   De sa témérité vous vous faites complice

Pour renverser un trône où je vous fais justice :

Comme si c'étoit peu de posséder Jason,

Si pour don nuptial il n'avait la toison ;

Et que sa foi vous fût indignement offerte,

1895   À moins que son destin éclatât par ma perte !

HYPSIPYLE.

Je ne sais pas, seigneur, à quel point vous réduit

Cette témérité de l'ingrat qui me fuit ;

Mais je sais que mon coeur ne joint à son envie

Qu'un timide souhait en faveur de sa vie ;

1900   Et que si je savois ce grand art de charmer,

Je ne m'en servirois que pour m'en faire aimer.

AAETE.

Ah ! Je n'ai que trop cru vos plaintes ajustées

À des illusions entre vous concertées ;

Et les dehors trompeurs d'un dédain préparé

1905   N'ont que trop ébloui mon oeil mal éclairé.

Oui, trop d'ardeur pour vous, et trop peu de lumière

M'ont conduit en aveugle à ma ruine entière.

Ce pompeux appareil que soutenoient les vents,

Ces tritons tout autour rangés comme suivants,

1910   Montroient bien qu'en ces lieux vous n'étiez abordée

Que par un art plus fort que celui de Médée.

D'un naufrage affecté l'histoire sans raison

Déguisoit le secours amené pour Jason ;

Et vos pleurs ne sembloient m'en demander vengeance

1915   Que pour mieux faire place à votre intelligence.

HYPSIPYLE.

Que ne sont vos soupçons autant de vérités,

Et que ne puis-je ici ce que vous m'imputez !

ABSYRTE.

Qu'a fait Jason, seigneur, et quel mal vous menace,

Quand nous voyons encor la toison en sa place ?

AAETE.

1920   Nos taureaux sont domptés, nos gensdarmes défaits,

Absyrte : après cela crains les derniers effets.

ABSYRTE.

Quoi ? Son bras...

AAETE.

Oui, son bras, secondé par ses charmes,

A dompté nos taureaux et défait nos gensdarmes :

Juge si le dragon pourra faire plus qu'eux !

1925   Ils ont poussé d'abord de gros torrents de feux ;

Ils l'ont enveloppé d'une épaisse fumée,

Dont sur toute la plaine une nuit s'est formée ;

Mais après ce nuage en l'air évaporé,

On les a vus au joug et le champ labouré :

1930   Lui, sans aucun effroi, comme maître paisible,

Jetoit dans les sillons cette semence horrible,

D'où s'élève aussitôt un escadron armé,

Par qui de tous côtés il se trouve enfermé.

Tous n'en veulent qu'à lui ; mais son âme plus fière

1935   Ne daigne contre eux tous s'armer que de poussière.

À peine il la répand, qu'une commune erreur

D'eux tous, l'un contre l'autre, anime la fureur,

Ils s'entr'immolent tous au commun adversaire :

Tous pensent le percer, quand ils percent leur frère ;

1940   Leur sang partout regorge, et Jason au milieu

Reçoit ce sacrifice en posture d'un dieu ;

Et la terre, en courroux de n'avoir pu lui nuire,

Rengloutit l'escadron qu'elle vient de produire.

On va bientôt, madame, achever à vos yeux

1945   Ce qu'ébauche par là votre abord en ces lieux.

Soit Jason, soit Orphée, ou les fils de Borée,

Ou par eux ou par lui ma perte est assurée ;

Et l'on va faire hommage à votre heureux secours

Du destin de mon sceptre et de mes tristes jours.

HYPSIPYLE.

1950   Connoissez mieux, seigneur, la main qui vous offense ;

Et lorsque je perds tout, laissez-moi l'innocence.

L'ingrat qui me trahit est secouru d'ailleurs.

Ce n'est que de chez vous que partent vos malheurs,

Chez vous en est la source ; et Médée elle-même

1955   Rompt son art par son art, pour plaire à ce qu'elle aime.

ABSYRTE.

Ne l'en accusez point, elle hait trop Jason.

De sa haine, seigneur, vous savez la raison :

La toison préférée aigrit trop son courage

Pour craindre qu'il en tienne un si grand avantage ;

1960   Et si contre son art ce prince a réussi,

C'est qu'on le sait en Grèce autant ou plus qu'ici.

AAETE.

Ah ! Que tu connois mal jusqu'à quelle manie

D'un amour déréglé passe la tyrannie !

Il n'est rang, ni pays, ni père, ni pudeur,

1965   Qu'épargne de ses feux l'impérieuse ardeur.

Jason plut à Médée, et peut encor lui plaire ;

Peut-être es-tu toi-même ennemi de ton père,

Et consens que ta soeur, par ce présent fatal,

S'assure d'un amant qui seroit ton rival.

1970   Tout mon sang révolté trahit mon espérance :

Je trouve ma ruine où fut mon assurance ;

Le destin ne me perd que par l'ordre des miens,

Et mon trône est brisé par ses propres soutiens.

ABSYRTE.

Quoi ? Seigneur, vous croiriez qu'une action si noire...

AAETE.

1975   Je sais ce qu'il faut craindre, et non ce qu'il faut croire.

Dans cette obscurité tout me devient suspect :

L'amour aux droits du sang garde peu de respect.

Ce même amour d'ailleurs peut forcer cette reine

À répondre à nos soins par des effets de haine ;

1980   Et Jason peut avoir lui-même en ce grand art

Des secrets dont le ciel ne nous fit point de part.

Ainsi, dans les rigueurs de mon sort déplorable,

Tout peut être innocent, tout peut être coupable :

Je ne cherche qu'en vain à qui les imputer ;

1985   Et ne discernant rien, j'ai tout à redouter.

HYPSIPYLE.

La vérité, seigneur, se va faire connoître :

À travers ces rameaux je vois venir mon traître.

SCÈNE III.
Aaete, Absyrte, Hypsipyle, Jason, Orphée, Zéthès, Calaïs.

HYPSIPYLE.

Parlez, parlez, Jason ; dites sans feinte au roi

Qui vous seconde ici de Médée ou de moi :

1990   Dites, est-ce elle ou moi qui contre lui conspire ?

Est-ce pour elle ou moi que votre coeur soupire ?

JASON.

La demande est, madame, un peu hors de saison :

Je vous y répondrai quand j'aurai la toison.

Seigneur, sans différer permettez que j'achève ;

1995   La gloire où je prétends ne souffre point de trêve :

Elle veut que du ciel je presse le secours,

Et ce qu'il m'en promet ne descend pas toujours.

AAETE.

Hâtez à votre gré ce secours de descendre ;

Mais encore une fois gardez de vous méprendre.

JASON.

2000   Par ce qu'ont vu vos yeux jugez ce que je puis :

Tout me paroît facile en l'état où je suis ;

Et si la force enfin répond mal au courage,

Il en est parmi nous qui peuvent davantage.

Souffrez donc que l'ardeur dont je me sens brûler...

SCÈNE IV.
Aaete, Absyrte, Hypsipyle, Médée, Jason, Orphée, Zéthès, Calïs.

MÉDÉE, sur le dragon, élévée en l'air à la hauteur d'un homme.

2005   Arrête, déloyal, et laisse-moi parler :

Que je rende un plein lustre à ma gloire ternie

Par l'outrageux éclat que fait la calomnie.

Qui vous l'a dit, madame, et sur quoi fondez-vous

Ces dignes visions de votre esprit jaloux ?

2010   Si Jason entre nous met quelque différence

Qui flatte malgré moi sa crédule espérance,

Faut-il sur votre exemple aussitôt présumer

Qu'on n'en peut être aimée et ne le pas aimer ?

Connoissez mieux Médée, et croyez-la trop vaine

2015   Pour vouloir d'un captif marqué d'une autre chaîne.

Je ne puis empêcher qu'il vous manque de foi,

Mais je vaux bien un coeur qui n'ait aimé que moi ;

Et j'aurai soutenu des revers bien funestes

Avant que je me daigne enrichir de vos restes.

HYPSIPYLE.

2020   Puissiez-vous conserver ces nobles sentiments !

MÉDÉE.

N'en croyez plus, seigneur, que les événements.

Ce ne sont plus ici ces taureaux, ces gensdarmes

Contre qui son audace a pu trouver des charmes :

Ce n'est point le dragon dont il est menacé ;

2025   C'est Médée elle-même, et tout l'art de Circé.

Fidèle gardien des destins de ton maître,

Arbre, que tout exprès mon charme avait fait naître,

Tu nous défendrois mal contre ceux de Jason ;

Retourne en ton néant, et rends-moi la toison.

Elle prend la Toison en sa main, et la met sur le col du dragon ; L'arbre où elle était suspendue disparaît, et se retire derrière le théâtre, après quoi Médée continue en parlant à Jason.

2030   Ce n'est qu'avec le jour qu'elle peut m'être ôtée.

Viens donc, viens, téméraire, elle est à ta portée ;

Viens teindre de mon sang cet or qui t'est si cher,

Qu'à travers tant de mers on te force à chercher.

Approche, il n'est plus temps que l'amour te retienne :

2035   Viens m'arracher la vie, ou m'apporter la tienne ;

Et sans perdre un moment en de vains entretiens,

Voyons qui peut le plus de tes dieux ou des miens.

AAETE.

À ce digne courroux je reconnais ma fille :

C'est mon sang dans ses yeux, c'est son aïeul qui brille ;

2040   C'est le soleil mon père. Avancez donc, Jason,

Et sur cette ennemie emportez la toison.

JASON.

Seigneur, contre ses yeux qui voudroit se défendre ?

Il ne faut point combattre où l'on aime à se rendre.

Oui, madame, à vos pieds je mets les armes bas,

2045   J'en fais un prompt hommage à vos divins appas,

Et renonce avec joie à ma plus haute gloire.

S'il faut par ce combat acheter la victoire,

Je l'abandonne, Orphée, aux charmes de ta voix,

Qui traîne les rochers, qui fait marcher les bois :

2050   Assoupis le dragon, enchante la princesse.

Et vous, héros ailés, ménagez votre adresse :

Si pour cette conquête il vous reste du coeur,

Tournez sur le dragon toute votre vigueur.

Je vais dans le navire attendre une défaite,

2055   Qui vous fera bientôt imiter ma retraite.

ZÉTHÈS.

Montrez plus d'espérance, et souvenez-vous mieux

Que nous avons dompté des monstres à vos yeux.

SCÈNE V.
Aaete, Absyrte, Hypsipyle, Médée, Zéthès, Calaïs, Orphée.

Elle s'envole avec la Toison.

CALAÏS.

Élevons-nous, mon frère, au-dessus des nuages :

Du sang dont nous sortons prenons les avantages ;

2060   Surtout obéissons aux ordres de Jason :

Respectons la princesse, et donnons au dragon.

ici Zéthès et Calïs s'élèvent au plus haut des nuages en croisant leur vol.

MÉDÉE.

Donnez où vous pourrez ; ce vain respect m'outrage :

Du sang dont vous sortez prenez tout l'avantage.

Je vais voler moi-même au-devant de vos coups,

2065   Et n'avais que Jason à craindre parmi vous.

Et toi, de qui la voix inspire l'âme aux arbres,

Enchaîne les lions, et déplace les marbres,

D'un pouvoir si divin fais un meilleur emploi :

N'en détruis point la force à l'essayer sur moi.

2070   Mais je n'en parle ainsi que de peur que ses charmes

Ne prêtent un miracle à l'effort de leurs armes.

Ne m'en crois pas, Orphée, et prends l'occasion

De partager leur gloire ou leur confusion.

ORPHÉE, chante.

Hâtez-vous, enfants de Borée,

2075   Demi-dieux, hâtez-vous,

Et faites voir qu'en tous lieux, contre tous,

À vos exploits la victoire assurée

Suit l'effort de vos moindres coups.

MÉDÉE.

Vos demi-dieux, Orphée, ont peine à vous entendre :

2080   Ils ont volé si haut qu'ils n'en peuvent descendre ;

De ce nuage épais sachez les dégager,

Et pratiquez mieux l'art de les encourager.

ORPHÉE.

Il chante ce second couplet cependant que Zéthès et Calïs fondent l'un après l'autre sur le dragon, et le combattent en milieu de l'air. Ils se relèvent aussitôt qu'ils ont tâché de lui porter une atteinte, et tournent face en même temps pour revenir à la charge. Médée ets au milieu des deux, qui pare leurs coups, et fait tourner le dragon vers l'un et vers l'autre, quivant qu'ils se présentent.

Combattez, race d'Orithye,

Demi-dieux, combattez,

2085   Et faites voir que vos bras indomptés

Se font partout une heureuse sortie

Des périls les plus redoutés.

Zéthès.

Fuyons, sans plus tarder, la vapeur infernale

Que ce dragon affreux de son gosier exhale :

2090   La valeur ne peut rien contre un air empesté.

Fais comme nous, Orphée, et fuis de ton côté.

Zéthès, Calaïs et Orphée s'enfuient.

MÉDÉE.

Allez, vaillants guerriers, envoyez-moi Pélée,

Mopse, Iphite, échion, Eurydamas, Oilée,

Et tout ce reste enfin pour qui votre Jason

2095   Avec tant de chaleur demandoit la toison.

Aucun d'eux ne paroît ! Ces âmes intrépides

Règlent sur mes vaincus leurs démarches timides ;

Et malgré leur ardeur pour un exploit si beau,

Leur effroi les renferme au fond de leur vaisseau.

2100   Ne laissons pas ainsi la victoire imparfaite :

Par le milieu des airs, courons à leur défaite ;

Et nous-mêmes portons à leur témérité

Jusque dans ce vaisseau ce qu'elle a mérité.

Médée s'élève encore plus haut sur le dragon.

AAETE.

Que fais-tu ? La toison ainsi que toi s'envole !

2105   Ah ! Perfide, est-ce ainsi que tu me tiens parole,

Toi qui me promettois, même aux yeux de Jason,

Qu'on t'ôteroit le jour avant que la toison ?

MÉDÉE, ne s'envolant.

Encor tout de nouveau je vous en fais promesse,

Et vais vous la garder au milieu de la Grèce.

2110   Du pays et du sang l'amour rompt les liens,

Et les dieux de Jason sont plus forts que les miens.

Ma soeur avec ses fils m'attend dans le navire ;

Je la suis, et ne fais que ce qu'elle m'inspire ;

De toutes deux madame ici vous tiendra lieu.

2115   Consolez-vous, seigneur, et pour jamais adieu.

SCÈNE VI.
Aaete, Absyrte, Hypsipyle, Junon.

AAETE.

Ah ! Madame ; ah ! Mon fils ; ah ! Sort inexorable.

Est-il sur terre un père, un roi plus déplorable ?

Mes filles toutes deux contre moi se ranger !

Toutes deux à ma perte à l'envi s'engager !

JUNON, dans son char.

2120   On vous abuse, Aaete ; et Médée elle-même,

Dans l'amour qui la force à suivre ce qu'elle aime,

S'abuse comme vous.

Chalciope n'a point de part en cet ouvrage :

Dans un coin du jardin, sous un épais nuage,

2125   Je l'enveloppe encor d'un sommeil assez doux,

Cependant qu'en sa place ayant pris son visage,

Dans l'esprit de sa soeur j'ai porté les grands coups

Qui donnent à Jason ce dernier avantage.

Junon a tout fait seule ; et je remonte aux cieux

2130   Presser le souverain des dieux

D'approuver ce qu'il m'a plu faire.

Mettez votre esprit en repos ;

Si le destin vous est contraire

Lemnos peut réparer la perte de Colchos.

junon remonte au ciel dans ce même char.

AAETE.

2135   Qu'ai-je fait, que le ciel contre moi s'intéresse

Jusqu'à faire descendre en terre une déesse ?

ABSYRTE.

La désavouerez-vous, madame, et votre coeur

Dédira-t-il sa voix qui parle en ma faveur ?

AAETE.

Absyrte, il n'est plus temps de parler de ta flamme.

2140   Qu'as-tu pour mériter quelque part en son âme ?

Et que lui peut offrir ton ridicule espoir,

Qu'un sceptre qui m'échappe, un trône prêt à choir ?

Ne songeons qu'à punir le traître et sa complice.

Nous aurons dieux pour dieux à nous faire justice ;

2145   Et déjà le soleil, pour nous prêter secours,

Fait ouvrir son palais, et détourne son cours.

Le ciel s'ouvre, et fait paraître le palais du soleil, où l'on le voit dans son char tout brillant de lumière s'avancer vers les spectateurs, et sortant de ce palais, s'élever en haut pour parler à Jupiter, dont le palais souvre aussi quelques moments après. Ce maître des Dieux y paraît sur son trône, avec Junon à ses côtés. Ces trois théâtres, qu'on voit tout à la fois, font un spectacle tout à fait agréable et majestueux. La sombre verdure de la forêt épaisse, qui occupe le premier, relève d'autant plus la clarté des deux autres, par l'opposition de ses ombres. La palais du Soleil, qui fait le second, a ses colonnes toutes d'oripeau, et sonlambris doré, avec divers grands feuillages à l'arabesque. le rejaillissement des lumières qui portent sur ces dorures produit un jour merveilleux, qu'augmente celui qui sort du trône de Jupiter, qui n'a pas moins d'ornement. Ses marches ont au deux bouts et au milieu des aigles d'or, entre lesquelles on voit peintes en basse taille toutes les amours de ce dieu. Les deux côtés font voir chacun un rang de piliers enrichis de diverses pierres précieuses, environnées chacunes d'un cercle et d'un carré d'or. Au haut de ces piliers sont d'uatres grandes aigles d'or quisoutiennet de leur bec le plafond de ce palais, composé de riches étoffes de diverses couleurs, qui font comme autant de courtines, dont les aigles laissent pendre les bouts en forme d'écharpe. Jupiter a un autre grand aigle à ses pieds, qui porte son foudre, et Junon est à sa gauche, avec un paon aussi à ses pieds, de grandeur et de couleur naturelle.

SCÈNE VII.
La Soleil, Jupiter, Junon, Aaete, Hypsipyle, Absyrte.

AAETE.

Ame de l'univers, auteur de ma naissance,

Dont nous voyons partout éclater la puissance,

Souffriras-tu qu'un roi qui tient de toi le jour

2150   Soit lâchement trahi par un indigne amour ?

À ces Grecs vagabonds refuse ta lumière,

De leurs climats chéris détourne ta carrière,

N'éclaire point leur fuite après qu'ils m'ont détruit,

Et répands sur leur route une éternelle nuit.

2155   Fais plus, montre-toi père ; et pour venger ta race,

Donne-moi tes chevaux à conduire en ta place ;

Prête-moi de tes feux l'éclat étincelant,

Que j'embrase leur Grèce avec ton char brûlant ;

Que d'un de tes rayons lançant sur eux le foudre,

2160   Je les réduise en cendre, et leur butin en poudre ;

Et que par mon courroux leur pays désolé

Ait horreur à jamais du bras qui m'a volé.

Je vois que tu m'entends, et ce coup d'oeil m'annonce

Que ta bonté m'apprête une heureuse réponse.

2165   Parle donc, et fais voir aux destins ennemis

De quelle ardeur tu prends les intérêts d'un fils.

LE SOLEIL.

Je plains ton infortune, et ne puis davantage :

Un noir destin s'oppose à tes justes desseins,

Et depuis Phaéton, ce brillant attelage

2170   Ne peut passer en d'autres mains :

Sous un ordre éternel qui gouverne ma route,

Je dispense en esclave et les nuits et les jours.

Mais enfin ton père t'écoute,

Et joint ses voeux aux tiens pour un plus fort secours.

Ici s'ouvre le ceil de Jupiter, et le soleil continue en lui adressant sa parole.

2175   Maître absolu des destinées,

Change leurs dures lois en faveur de mon sang,

Et laisse-lui garder son rang

Parmi les têtes couronnées.

C'est toi qui règles les états,

2180   C'est toi qui départs les couronnes ;

Et quand le sort jaloux met un monarque à bas,

Il détruit ton ouvrage, et fait des attentats

Qui dérobent ce que tu donnes.

JUNON.

Je ne mets point d'obstacle à de si justes voeux ;

2185   Mais laissez ma puissance entière ;

Et si l'ordre du sort se rompt à sa prière,

D'un hymen que j'ai fait ne rompez pas les noeuds.

Comme je ne veux point détruire son Aaete,

Ne détruisez pas mes héros :

2190   Assurez à ses jours gloire, sceptre, repos ;

Assurez-lui tous les biens qu'il souhaite ;

Mais de la même main assurez à Jason

Médée et la toison.

JUPITER.

Des arrêts du destin l'ordre est invariable,

2195   Rien ne sauroit le rompre en faveur de ton fils,

Soleil ; et ce trésor surpris

Lui rend de ses états la perte inévitable.

Mais la même légèreté

Qui donne Jason à Médée

2200   Servira de supplice à l'infidélité

Où pour lui contre un père elle s'est hasardée.

Persès dans la Scythie arme un bras souverain ;

Sitôt qu'il paraîtra, quittez ces lieux, Aaete,

Et par une prompte retraite,

2205   Épargnez tout le sang qui coulerait en vain.

De Lemnos faites votre asile ;

Le ciel veut qu'Hypsipyle

Réponde aux voeux d'Absyrte, et qu'un sceptre dotal

Adoucisse le cours d'un peu de temps fatal.

2210   Car enfin de votre perfide

Doit sortir un Médus qui vous doit rétablir ;

À rentrer dans Colchos il sera votre guide ;

Et mille grands exploits qui doivent l'ennoblir,

Feront de tous vos maux les assurés remèdes,

2215   Et donneront naissance à l'empire des Mèdes.

Le palais de Jupiter et celui du Soleil se referment.

LE SOLEIL.

Ne vous permettez plus d'inutiles soupirs,

Puisque le ciel répare et venge votre perte,

Et qu'une autre couronne offerte

Ne peut plus vous souffrir de justes déplaisirs.

2220   Adieu. J'ai trop longtemps détourné ma carrière,

Et trop perdu pour vous en ces lieux de moments

Qui devoient ailleurs ma lumière.

Allez, heureux amants,

Pour qui Jupiter montre une faveur entière ;

2225   Hâtez-vous d'obéir à ses commandements.

Il disparaît en baissant, comme pour fondre dans la mer.

HYPSIPYLE.

J'obéis avec joie à tout ce qu'il m'ordonne :

Un prince si bien né vaut mieux qu'une couronne.

Sitôt que je le vis, il en eut mon aveu,

Et ma foi pour Jason nuisoit seule à son feu ;

2230   Mais à présent, seigneur, cette foi dégagée...

AAETE.

Ah ! Madame, ma perte est déjà trop vengée,

Et vous faites trop voir comme un coeur généreux

Se plaît à relever un destin malheureux.

Allons ensemble, allons sous de si doux auspices

2235   Préparer à demain de pompeux sacrifices,

Et par nos voeux unis répondre au doux espoir

Que daigne un dieu si grand nous faire concevoir.

 


Fin du texte

 


 


[1] Ce vers est célèbre comme étant un "concetto", un jeu de mots sur le terme charme synonyme de d'attraits et synonyme de sort jété par une sorcier ou une sorcière.

 

Introduction  | Nouveautes du site  | Contact  | © 2007-2013 Théâtre Classique|

Début
0.10.20.30.40.5
1.11.21.31.41.5
1.62.12.22.32.4
2.53.13.23.33.4
3.53.64.14.24.3
4.44.55.15.25.3
5.45.55.65.7
Fin du texte