LE FEINT ASTROLOGUE

COMÉDIE

M. DC. LI.

par Monsieur Thomas Corneille

À ROUEN, Chez LAURENS MAURRY, prés le Palais. AVEC PRIVILEGE DU ROY. Et se vendent A PARIS, Chez CHARLES DE SERCY, au Palais, dans la salle Dauphine, à la bonne Foi Couronnée.

Représenté pour la première fois en 1648 au Théâtre de l'Hôtel de Bourgogne.

Version du texte du 31/10/2014 à 19:14:30.

À MONSIEUR B. Q. R. I.

MONSIEUR,

Je crains bien de me rendre un mauvais office en voulant m'acquitter d'une dette, et je doute si je ne détruis point l'estime que vous m'avez témoigné faire de cet ouvrage, quand je tâche de la reconnaître par le présent que je vous en fais. Le théâtre lui a donné des grâces qu'il est bien difficile qu'il conserve dans le cabinet, et ces sortes de poèmes ne pouvant être soutenus ni par la majesté des vers, ni par la beauté des pensées, l'on en voit fort peu qui ne perdent presque tous leurs avantages hors de la bouche de ceux qui savent en relever la simplicité du style. Ainsi j'ai sujet d'appréhender que cette comédie dont la représentation vous a diverti tant de fois, ne vous semble froide sur le papier, et que vous n'ayez peine à y remarquer les mêmes naïvetés qui vous ont fait rire, accompagnées de la grâce de l'action. Si vous avez la curiosité de la lire en original, et de voir si j'ai bien exactement suivi mon guide espagnol, vous la trouverez dans la seconde partie de celles de Calderon, qui l'a traitée sous le même titre de El Astrologo Fingido. Pour moi, je me serais contenté du succès qu'elle a eu au théâtre, sans l'abandonner à la presse, si je n'avais voulu détromper beaucoup de personnes qui en ont crû mon frère l'auteur, à cause de la conformité du nom qui m'est commun avec lui. Trouvez donc bon, MONSIEUR, que je prenne ici l'occasion de les tirer d'une erreur, qui fait tort à sa réputation, et que je les assure que cette pièce, bien loin d'être un coup de maître, n'est que le coup d'essai de votre très humble serviteur,

T. CORNEILLE.

ACTEURS

LÉONARD, père de Lucrèce.

DOM JUAN, amant de Lucrèce, et aimé de Léonor.

DOM FERNAND.

DOM LOPE, amoureux de Léonor.

DOM LOUIS, ami de Dom Fernand et de Dom Lope.

LUCRÈCE, maîtresse de Dom Juan.

LÉONOR, amoureuse de Dom Juan et aimée de Dom Lope.

BÉATRIX, servante de Lucrèce.

JACINTE, suivante de Léonor.

MENDOCE, vieux domestique de Léonard.

PHILIPIN, valet de Dom Fernand.

La scène est à Madrid.

ACTE I

SCÈNE PREMIÈRE.
Dom Fernand, Philipin.

DOM FERNAND

Que ce que tu me dis m'embarrasse l'esprit !

Est-il vrai, Philipin ?

PHILIPIN

Beatrix me l'a dit.

DOM FERNAND

Que Lucrèce en effet...

PHILIPIN

Oui, que votre Lucrèce

N'aurait jamais pitié de l'ardeur qui vous presse,

5   Que vous faisiez en vain de l'amoureux transi,

Et qu'elle avait sujet de vous traiter ainsi.

DOM FERNAND

Enfin de ses mépris je devine la cause,

Sans doute elle aime ailleurs.

PHILIPIN

Je crois la même chose,

Au discours de tantôt je l'ai trop reconnu ;

10   Et si le bon vieillard ne fut point survenu,

J'allais savoir, Monsieur, tout au long le mystère,

Être fille suffit pour ne se pouvoir taire,

Puisqu'il n'en fut jamais qui dans l'occasion

Peut garder un secret sans indigestion.

DOM FERNAND

15   Si bien que Beatrix...

PHILIPIN

  Cessez d'être en cervelle,

J'en saurai tout, vous dis-je, et je vous répons d'elle ;

Car soit pour me trouver l'esprit un peu gaillard,

Soit pour me voir comme elle assez grand babillard,

J'ai le don de lui plaire, et sur tout la méthode

20   Dont nous traitons l'amour n'est pas fort incommode,

Elle n'engage à rien : Mais, Monsieur, franchement ?

Ne vous lassez-vous point d'aimer si constamment ?

Autrefois en tous lieux vous disiez, Je vous aime,

À peine un demi-jour vous étiez à la même,

25   Et cependant Lucrece avec tous ses mépris

Vous tient depuis un mois de ses beautés épris !

C'est être bien changé.

DOM FERNAND

Philipin, je confesse

Que je romps ma coutume en faveur de Lucrèce :

Mais écoute, c'est trop te laisser alarmé

30   De ce qu'un même objet soit si long-temps aimé.

Si l'amour m'engagea d'abord à son service,

Aujourd'hui cet amour n'est plus rien qu'un caprice,

Son peu de complaisance à flatter mon espoir

Est l'unique raison qui m'oblige à la voir ;

35   Non pas que sa personne en effet me soit chère,

Mais parce que je prends plaisir à lui déplaire,

Et me venger sur elle, en la persécutant,

De la honte que j'ai qu'on m'estime constant.

PHILIPIN

Quel tort je vous faisais faute de bien l'entendre !

40   Ainsi donc les devoirs que vous semblez lui rendre

Ne sont plus un effet de votre passion ?

DOM FERNAND

Je la sers seulement par obstination,

Et si quand je lui dis le secret de mon âme

Avec moins de rigueur elle eut traité ma flamme,

45   Dans ma façon de vivre et suivant mon humeur

Une autre eut eu bientôt le présent de mon coeur :

Mais voir qu'à contre-temps on prenne un front sévère,

Qu'un soupir, qu'un regard fasse entrer en colère,

C'est lors que je m'obstine à faire les yeux doux.

PHILIPIN

50   Qu'il fait mauvais, Monsieur, avoir affaire à vous !

Quoi ? quand de vous aimer on se trouve incapable

On n'ose l'avouer sans se rendre coupable !

Ah, Lucrece a grand tort avec tous ses refus.

Mais quand prétendez-vous enfin n'y penser plus ?

DOM FERNAND

55   Lorsque par ton adresse et par ton entremise

Je connaîtrai celui pour qui l'on me méprise.

PHILIPIN

C'est peut-être Dom Juan.

DOM FERNAND

Dom Juan ?

PHILIPIN

Oui, ce Dom Juan

Qui, comme vous savez, la sert depuis un an.

Vous riez !

DOM FERNAND

Le parti serait pour elle honnête,

60   Et ne m'a point encor donné martel en tête.

PHILIPIN

Quoi que pauvre, il peut plaire.

DOM FERNAND

Ah, ne présume pas

Que jamais tant d'orgueil jette les yeux si bas.

Elle a le coeur trop haut pour souffrir un tel maître,

Et chacun sait ici ce que Dom Juan peut être ;

65   Outre qu'il n'en reçut jamais que des mépris.

PHILIPIN

C'est quelquefois par là que les plus fins sont pris,

Ce peut être une feinte.

DOM FERNAND

Et la peux-tu comprendre ?

Il a quitté la ville et doit passer en Flandre,

Et malgré tout cela tu veux qu'ils soient d'accord ?

PHILIPIN

70   On voit assez souvent...

DOM FERNAND

  Tais-toi, Beatrix sort,

Tâche à t'en éclaircir, fais qu'elle se déclare,

J'attends à ce détour l'heure qui t'en sépare .

PHILIPIN

Je sais quel est mon rôle, et je le jouerai bien.

SCÈNE II.
Philipin, Béatrix.

BÉATRIX

À quoi donc penses-tu ?

PHILIPIN

Moi ? je ne pense à rien.

BÉATRIX

75   Rêver en me voyant, en voyant ce qu'on aime !

PHILIPIN

Mon maître n'aime plus, je n'aime plus de même.

BÉATRIX

Tout de bon, Philipin ?

PHILIPIN

Tout de bon, Beatrix.

BÉATRIX

Tu veux m'abandonner, toi ?

PHILIPIN

Moi-même.

BÉATRIX

Tu ris,

Et peut-être demain...

PHILIPIN

Cela va sans peut-être,

80   Un valet suit toujours la fortune d'un maître :

Fais qu'on aime le mien, et tu verras qu'après,

S'il faut mourir pour toi, je mourrai tout exprès.

BÉATRIX

Ne me demande point une chose impossible.

PHILIPIN

Ta maîtresse à l'amour est donc bien insensible ?

BÉATRIX

85   Non pas tant, mais...

PHILIPIN

Quoi, mais ?

BÉATRIX

  Mon pauvre Philipin,

Tu m'avais tant promis...

PHILIPIN

Venons au mais enfin,

Poursuis.

BÉATRIX

Que te dirai-je ?

PHILIPIN

À quel dessein Lucrece

Traite ainsi Dom Fernand avec tant de rudesse,

Et si l'aimer encore est pour lui temps perdu.

BÉATRIX

90   Je te le dirais bien, mais il m'est défendu :

Si pourtant tu jurais de garder le silence...

PHILIPIN

Va, dis-moi ton secret avec toute assurance,

Je suis fort taciturne, et tel que tu me vois

Je ne conte jamais qu'une chose à la fois,

95   Avec peu de raison ta crainte me soupçonne.

BÉATRIX

Tu n'en diras donc mot ?

PHILIPIN

Mot du tout.

BÉATRIX

À personne ?

PHILIPIN

Non.

BÉATRIX

Tu me le promets ?

PHILIPIN

Est-ce fait ?

BÉATRIX

Jure tôt.

PHILIPIN

Oui, foi de Philipin, jurai-je comme il faut ?

BÉATRIX

Non pas même à ton maître ?

PHILIPIN

Est-ce à dessein de rire ?

100   Dis-le moi tout d'un coup si tu me le veux dire,

Pourquoi tant de façons ? vois-tu, sans te flatter

Si je meurs pour l'ouïr, tu meurs pour le conter,

Tant de précaution est ici ridicule.

BÉATRIX

Tu sauras donc enfin...

PHILIPIN

Parle sans préambule.

BÉATRIX

105   Que si tu vois toujours ton maître mal-traité,

C'est parce que Lucrece...

PHILIPIN

Aime d'autre côté ?

BÉATRIX

Tu devines !

PHILIPIN

Et bien ? Le nom du personnage ?

Achève.

BÉATRIX

Tu veux donc en savoir davantage ?

PHILIPIN

Ah, d'un homme d'honneur c'est trop se défier,

110   Tu le nommes ?

BÉATRIX

Dom Juan.

PHILIPIN

  Ce pauvre cavalier ?

BÉATRIX

Lui-même ; il est galant, noble, de bonne mine.

PHILIPIN

Et la galanterie échauffe la cuisine !

BÉATRIX

Elle l'adore enfin.

PHILIPIN

Ma foi, tu m'interdis.

Mais s'il en est aimé comme tu me le dis,

115   Pourquoi l'abandonner pour s'en aller en Flandre ?

BÉATRIX

Chacun le croit ici comme il l'a fait entendre,

Mais dans un tel voyage, à te parler sans fard,

S'il était pris des Turcs nous courrions grand hasard.

PHILIPIN

À ce compte, il est donc en pays d'assurance ?

BÉATRIX

120   Entre nous deux il l'est, et plus qu'on ne le pense,

Dans Madrid.

PHILIPIN

Dans Madrid !

BÉATRIX

Et n'en a point sorti.

PHILIPIN

Qui diable eut jamais crû qu'il eut si bien menti,

Et que pour mieux tromper tout autre que Lucrece,

Il eut fait ses Adieux avecque tant d'adresse !

BÉATRIX

125   Ainsi depuis huit jours que tu le crois absent

Il voit de nuit Lucrece, et Lucrece y consent.

Juge que peut ton maître espérer de sa flamme.

PHILIPIN

Mais ne craint-elle point qu'un voisin la diffame?

Car enfin il en est qui pendant tout un mois

130   Comme des loups garous ne dorment qu'une fois.

Leur curieuse humeur toujours les inquiète,

Et si dans le quartier il est quelque amourette,

Du soir jusqu'au matin ils demeurent au guet

Pour tenir bon papier de tout ce qui s'y fait .

BÉATRIX

135   Pour s'en mettre à couvert, l'accord est fait de sorte,

Qu'il va droit au jardin par une fausse porte,

Je la laisse entrouverte, et là commodément

Lucrece l'entretient de son appartement,

Sa fenêtre y répond.

PHILIPIN

La partie est bien faite ;

140   Mais quand il l'a quittée, où fait-il sa retraite ?

BÉATRIX

Chez Dom Lope, où de jour il garde la maison,

Sans que Dom Lope même en sache la raison,

Sous un autre prétexte il le loge, et je pense

Qu'ils ne m'auraient pas mis dedans leur confidence

145   S'ils avaient eu moyen de se passer de moi,

Mais Adieu, touche .

PHILIPIN

Adieu.

BÉATRIX

Tu me promets ta foi,

Philipin ?

PHILIPIN

Quelle foi ?

BÉATRIX

Celle de mariage.

PHILIPIN

Va, je te la promets quand nous serons en âge.

SCÈNE III.

PHILIPIN

C'est donc là cet honneur qu'elle nous vantait tant !

150   Ah combien en est-il de ce sexe inconstant

Qui contrefont de jour une vertu parfaite,

Et la laissent de nuit dormir sous leur toilette !

Donc l'amour à Lucrece a brouillé le cerveau !

Qu'un secret à garder est un pesant fardeau !

155   J'enrage pour le dire, et je me persuade,

Pour peu que je l'ai tu, que j'en serai malade .

Mais mon maître revient, voici ma guérison.

SCÈNE IV.
Dom Fernand, Philipin.

DOM FERNAND

Et bien ? De ma disgrâce as-tu su la raison ?

Lucrece a-t-elle ailleurs engagé sa franchise ?

160   Est-ce haine, est-ce orgueil qui fait qu'on me méprise ?

Tu ne me réponds rien, es-tu sourd, ou sans voix ?

Pourquoi grincer les dents, et te serrer les doigts ?

Parle, es-tu possédé ?

PHILIPIN

Monsieur, laissez-moi faire.

DOM FERNAND

Dis donc ce que tu fais.

PHILIPIN

Je tâche de me taire,

165   On me l'a commandé, mais pour ne rien cacher,

Déjà, loin d'obéir, je suis las de tâcher,

Oyez. Ce cavalier poli, galant, honnête,

Qui ne vous a jamais donné martel en teste,

Ce Dom Juan dont tantôt je vous avais parlé,

170   Qui fait croire par tout qu'en Flandre il est allé,

Par l'ordre de Lucrèce, et sans qu'aucun le sache,

En secret dans Madrid chez Dom Lope se cache.

DOM FERNAND

Que dis-tu, par son ordre ?

PHILIPIN

Il en est adoré.

DOM FERNAND

Quoi, Dom Juan est ici ?

PHILIPIN

Rien n'est plus assuré,

175   Il a feint ce départ pour vous donner la baille.    [1]

DOM FERNAND

Si faut-il toutefois qu'un des deux me la paye .

PHILIPIN

Et que résolvez-vous ?

DOM FERNAND

Le dessein en est pris,

Je veux revoir Lucrece.

PHILIPIN

Ah, pauvre Beatrix !

Monsieur, vous parlerez, sa fortune est perdue.

DOM FERNAND

180   Non, crois-moi.

PHILIPIN

  De quoi donc vous guérira sa vue ?

DOM FERNAND

Je veux me rire d'elle, et pour me venger mieux

Lui jurer de nouveau que j'adore ses yeux :

Si j'en suis méprisé, du moins j'aurai la joie

De la payer sur l'heure en la même monnaie,

185   La railler doucement, et lui faire sentir

Que je n'ai fait l'amant que pour me divertir.

Mais d'un si rare amour achève moi l'histoire,

Dom Juan la voit de nuit à ce que je puis croire ?

Après tout, son bonheur me rend un peu jaloux.

PHILIPIN

190   Suffit jusqu'à tantôt. Dom Louis vient à vous.

DOM FERNAND

Laisse-moi lui parler, et cours avec adresse

T'informer d'un voisin si je puis voir Lucrece,

C'est à dire...

PHILIPIN

J'entends. Vous craignez le vieillard ?

DOM FERNAND

Va donc.

SCÈNE V.
Dom Fernand, Dom Louis.

DOM LOUYS

De votre joie, ami, faites-moi part.

195   Vous me semblez tout gai. Pour moi je m'imagine

Que Lucrece à présent vous fait meilleure mine,

Son coeur est adouci, je le juge à vous voir.

DOM FERNAND

Au contraire, jamais je n'eus si peu d'espoir,

Tout est perdu pour moi quelque effort que je fasse.

DOM LOUYS

200   Peut-on vous consoler d'une telle disgrâce ?

DOM FERNAND

À vous dire le vrai, je la perds sans regret,

Et si vous étiez homme à garder un secret...

DOM LOUYS

Vous n'en pouvez douter sans me faire une injure.

DOM FERNAND

Sachez donc en deux mots quelle est mon aventure.

205   J'ai découvert pourquoi l'on m'a traité si mal ;

Par ces mépris Lucrece obligeait un rival,

Depuis un an elle aime, on me le vient d'apprendre,

Jugez si j'ai raison de n'y plus rien prétendre.

DOM LOUYS

Quoi, Lucrece aimerait ?...

DOM FERNAND

C'est de quoi s'étonner,

210   Qu'on ait touché son coeur, qu'elle ait pu le donner,

Elle qui se parant d'une vertu forcée

Du moindre mot d'amour se tenait offensée.

DOM LOUYS

Mais de grâce, quel est cet heureux qui lui plaît ?

DOM FERNAND

Vous serez étonné quand vous saurez qui c'est.

215   Dom Juan.

DOM LOUYS

  Vous me raillez, ou bien on vous abuse.

DOM FERNAND

Croyez qu'il est ainsi, son départ n'est que ruse,

Pour la voir sans soupçon il fait courir ce bruit,

Voyez le digne choix, et pour qui l'on me fuit,

Pour un homme sans biens.

DOM LOUYS

Perdez cette croyance,

220   Je connais trop Lucrece, et je sais d'assurance

Que Dom Juan en secret brûle d'un autre feu.

DOM FERNAND

Pour qui ?

DOM LOUYS

Pour Léonor.

DOM FERNAND

Vous la connaissez ?

DOM LOUYS

Peu,

Et je sais seulement qu'elle est assez galante,

Qu'elle vit chez un Oncle, et que Dom Juan la hante;

225   Ce peut être en effet par obligation

Autant et plus encor que par affection,

Il doit à Léonor beaucoup plus qu'on ne pense,

Son plus intime ami m'en a fait confidence,

Et se tiendrait heureux que l'on vous eut dit vrai.

DOM FERNAND

230   Mais c'est de Beatrix enfin que je le sais.

J'en puis parler sans doute, et je me désespère

D'être pour l'amour d'elle obligé de me taire :

Mais pour ne vous pas dire un secret à demi,

Il se tient tout le jour caché chez votre ami,

235   Chez Dom Lope.

DOM LOUYS

  Le Ciel à propos me l'envoie,

Je vais savoir de lui ce qu'il faut que j'en crois,

Il m'avouera le tout si je ne suis déçu.

Adieu, je vous dirai ce que j'en aurai su.

SCÈNE VI.
Dom Lope, Dom Louis.

DOM LOUYS

Et quoi ? Toujours rêveur.

DOM LOPE

Et toujours misérable.

DOM LOUYS

240   Dom Lope, quel malheur de nouveau vous accable ?

DOM LOPE

Pourquoi m'obligez-vous à vous redire encore

Que depuis si longtemps j'adore Léonor,

Et qu'un ami l'aimant, je suis dans la contrainte

De n'oser seulement me permettre la plainte ?

245   Il n'est point de tourments qui puissent égaler

Celui d'aimer beaucoup et n'oser en parler.

DOM LOUYS

Un semblable respect en vain vous embarrasse,

Dom Juan par son départ vous a cédé sa place,

L'occasion est belle, allez offrir vos voeux.

DOM LOPE

250   Je n'en suis pas, ami, de beaucoup plus heureux.

DOM LOUYS

De vrai, mais entre nous, quelqu'un me vient d'apprendre

Qu'il termine en Madrid son voyage de Flandre.

DOM LOPE

Qui peut vous l'avoir dit ?

DOM LOUYS

Bien plus, il court un bruit

Qu'il est caché chez vous, et ne sort que de nuit.

255   Sans faire le surpris avouez-moi la dette .

DOM LOPE

J'avais cru jusqu'ici l'affaire fort secrète.

DOM LOUYS

Elle l'est en effet, et vous craignez en vain :

Mais que peut-il prétendre, et quel est son dessein ?

DOM LOPE

Sans avoir pénétré plus avant dans son âme

260   J'ai su que cette feinte importait à sa flamme,

Et j'ose présumer à ce qu'il m'en a dit,

Qu'un peu de jalousie embrouille son esprit,

Et que par ce faux bruit d'une si longue absence

Il veut savoir au vrai ce que Léonor pense,

265   Lui voir mettre pour lui ses sentiments au jour,

Et par son déplaisir juger de son amour.

DOM LOUYS

Le bruit court toutefois qu'il adore Lucrece.

DOM LOPE

C'est d'un peuple grossier l'ordinaire faiblesse.

Parce qu'il est galant, et voit cette beauté,

270   Quoiqu'il en soit toujours assez mal écouté,

On veut croire son coeur esclave de ses charmes,

Et même Léonor en a versé des larmes ;

Mais il a su toujours s'en défendre si bien,

Qu'elle a trop reconnu qu'il n'en fut jamais rien.

DOM LOUYS

275   Est-elle encor la même ?

DOM LOPE

  Oui, toujours trop fidèle.

C'est peu qu'il soit parti sans prendre congé d'elle,

Elle-même avec soin cherche à l'en excuser,

Et m'ôte chaque jour tout lieu de rien oser.

Cependant, et c'est là que ma peine est extrême,

280   Je lui rends des devoirs pour lui contre moi-même,

Je la vois pour lui plaire, et pour l'entretenir

D'un feu qui n'est que trop dedans son souvenir,

Au seul nom de Dom Juan elle-même ravie,

Pour en parler souvent, à la voir me convie,

285   Et moi sans perdre espoir j'en attends le succès ;

Ce m'est toujours beaucoup d'avoir chez elle accès,

Et peut-être qu'un jour si par quelque caprice

Le Sort pour les brouiller use de sa malice,

Elle se souviendra que l'on voit rarement

290   Que qui fut bon ami soit infidèle Amant.

DOM LOUYS

Je le souhaite ainsi, mais Adieu, je vous quitte,

C'est trop vous empêcher de lui rendre visite.

SCÈNE VII.

DOM LOPE

En quel fâcheux état me trouvai-je réduit !

Tout le soin que je prends m'est contraire et me nuit,

295   Ô cruauté du Ciel qui n'eut jamais d'exemple !

Mais ne la vois-je point qui vient ici du Temple ?

C'est elle, Amour, cessons de craindre son courroux,

Parlant pour un ami, parlons un peu pour nous,

Et s'il faut succomber sous le sort qui nous brave,

300   Qu'elle apprenne du moins qu'elle a plus d'un esclave.

SCÈNE VIII.
Dom Lope, Léonor, Jacinte.

LÉONOR

C'est un bonheur pour moi de vous avoir trouvé.

Dom Juan à Saragosse enfin est arrivé,

Et du moins une lettre apaise ma colère ?

DOM LOPE

Madame, j'en attends tantôt par l'ordinaire.

LÉONOR

305   Si je m'en plains, Dom Lope, au moins j'en ai bien lieu.

M'avoir ainsi quittée, et sans me dire Adieu !

DOM LOPE

Daignez juger par là de l'excès de sa flamme,

L'eut-il pu prononcer, et ne pas rendre l'âme,

Voir un si grand mérite et des charmes si doux,

310   Et dire sans mourir, Je prends congé de vous ?

LÉONOR

Dom Lope, en sa faveur j'aime que l'on m'abuse,

Aussi bien mon amour fait assez son excuse,

Mais par quelque motif qu'il ait pu s'éloigner,

S'il m'aimait, il a su fort mal le témoigner.

DOM LOPE

315   Je ne l'excuse point, Madame, il est coupable,

Je sais de quels bienfaits il vous est redevable,

Qu'à pleines-mains sur lui vous les avez versés,

Que toujours...

LÉONOR

Brisons-là, Dom Lope, c'est assez,

Un bienfait perd sa grâce alors qu'on le publie,

320   Qui peut s'en souvenir mérite qu'on l'oublie,

Et pour moi, si je l'ose avouer aujourd'hui,

Je m'obligeais moi-même en m'employant pour lui,

Je rendais seulement justice à son mérite ;

Je veux bien toutefois ne le pas tenir quitte,

325   En juger comme vous avec plus de rigueur,

Mais s'il m'est obligé, c'est du don de mon coeur,

Et c'est de ce don seul qu'il faut qu'il se souvienne,

Si son affection est égale à la mienne.

DOM LOPE

C'est de ce don aussi qu'il fait le plus d'état,

330   Et pour n'en être pas entièrement ingrat,

Dans la nécessité de quitter ce qu'il aime

Il tâche à vous laisser la moitié de soi-même,

Il vous laisse en partant Dom Lope auprès de vous,

Et comme l'amitié ne fait plus qu'un de nous,

335   Si son éloignement vous tient lieu de disgrâce,

Je ferai mon possible à bien remplir sa place,

Des soupirs continus vous peindront ses ennuis,

Pour mieux être Dom Juan, j'oublierai qui je suis,

Le beau feu qui l'anime échauffera mon âme,

340   Et par le doux effort de cette vive flamme...

LÉONOR

Il me suffit, je crains que sous cette couleur

Vous ne parliez enfin avec trop de chaleur,

Pour n'ouïr rien de plus, Adieu, je me retire,

L'amitié vous surprend et vous en fait trop dire,

345   Dom Lope, une autre fois soyez plus modéré.

DOM LOPE

Suivons le triste Sort qui nous est préparé.

ACTE II

SCÈNE PREMIÈRE.
Lucrèce, Béatrix.

BÉATRIX

Madame, de nouveau je jure de me taire,

Mais encore après tout que prétendez-vous faire ?

LUCRÈCE

Que te puis-je répondre, et que demandes-tu ?

350   De cent soucis divers mon coeur est combattu,

En l'état où je suis moi-même je l'ignore.

BÉATRIX

Mais vous aimés Dom Juan ?

LUCRÈCE

Dis plus, que je l'adore.

BÉATRIX

Voir en vous un amour et si prompt et si grand,

Madame, à dire vrai, c'est ce qui me surprend ;

355   Dom Juan plus de cent fois vous a fait voir sa peine

Sans mériter de vous que mépris et que haine,

Ce n'étaient que froideurs, ce n'étaient que refus,

Cependant en huit jours votre coeur n'en peut plus !

LUCRÈCE

Ah, si pour moi Dom Juan depuis un an soupire,

360   Que n'ai-je point souffert sans oser t'en rien dire !

Car pourquoi plus tenir ce secret enfermé ?

Dés l'instant qu'il me vit, s'il m'aima, je l'aimai,

Mais jugeant que mon père en ayant connaissance,

Pour un homme sans biens aurait peu d'indulgence,

365   J'accusai fort longtemps mes yeux de trahison,

Cent fois à mon secours j'appelai ma raison.

Hélas, combien en vain me suis-je défendue

Avant qu'aimer en lui la vertu toute nue !

Quels efforts n'ai-je faits, jusqu'à forcer mon coeur

370   D'affecter des mépris et s'armer de rigueur !

Peut-on plus maltraiter jamais ce que l'on aime ?

Tu l'as vu, tu le sais, et que Dom Juan lui-même

Lassé de voir son feu récompensé si mal

Fit dessein de quitter un séjour si fatal,

375   Et qu'ennuyé d'aimer sans voir rien à prétendre,

Il prit congé de moi pour s'en aller en Flandre.

Ce fut lors que ce coeur n'osant se démentir

Fit ses derniers efforts pour le laisser partir,

Mais il n'était plus temps de s'armer de courage,

380   Dom Juan par sa présence avait trop d'avantage,

Et dans un tel rencontre en sut user si bien...

Mais à quoi m'arrêter, tu vis notre entretien,

Et que son bon destin pour braver mes caprices

Me fit en ce moment accepter ses services,

385   Et malgré mon orgueil conclure enfin ce point

Qu'il feindrait de partir, et ne partirait point.

BÉATRIX

Vous avez mérité sans doute d'être plainte ;

Mais que peut à tous deux importer cette feinte ?

LUCRÈCE

Ce prétendu voyage avait trop éclaté

390   Pour l'oser ainsi rompre avec légèreté,

À force d'en chercher la véritable cause

Peut-être en eut-on pu deviner quelque chose,

Quitte ainsi pour un temps à se cacher de jour,

Et sous quelque couleur feindre après son retour.

395   Mais voici Dom Fernand. Ô la vue importune !

SCÈNE II.
Dom Fernand, Lucrèce, Béatrix, Philipin.

DOM FERNAND

J'accuse avec raison ma mauvaise fortune.

On ne vous saurait voir ! Toujours seule chez vous !

De vous même à la fin je deviendrai jaloux.

LUCRÈCE

La retraite me plaît, et chez moi solitaire

400   Du moins je ne vois rien qui me puisse déplaire.

Qui vous porte à troubler le repos où je suis ?

DOM FERNAND

Vous n'aurez donc jamais pitié de mes ennuis ?

LUCRÈCE

Plaignez-vous-en ailleurs, pour moi je les ignore.

DOM FERNAND

L'amour...

LUCRÈCE

Ne parlez point d'un tyran que j'abhorre.

DOM FERNAND

405   Mais un amant qui souffre...

LUCRÈCE

  Ôtez ce nom d'amant,

Il me choque, il me blesse.

DOM FERNAND

Ah, c'est injustement,

Puisqu'avec moins d'appas le Ciel vous eut formée,

S'il n'avait pas voulu que vous fussiez aimée.

LUCRÈCE

Ne finirez-vous point cet importun discours ?

DOM FERNAND

410   Voulez-vous être aimable et cruelle toujours ?

Que j'ai de passion pour de si grands mérites !

LUCRÈCE

Que j'ai d'aversion pour ce que vous me dites !

DOM FERNAND

Que j'aime ces beaux yeux ! qu'ils ont d'attraits pour moi !

LUCRÈCE

Que je hais le soleil qui fait que je vous vois !

DOM FERNAND

415   Oui la lune en effet vous est plus favorable,

Et vous fait voir sans doute un objet plus aimable.

LUCRÈCE

Que me voulez-vous dire ?

DOM FERNAND

Ah, de grâce, il suffit,

À qui m'entend assez je n'en ai que trop dit.

LUCRÈCE

Par ce discours obscur vous voulez qu'on vous craigne.

DOM FERNAND

420   Je pourrai l'éclaircir s'il faut qu'on m'y contraigne.

LUCRÈCE

Je me retire donc après un tel avis,

Vous êtes en colère, et je crains de voir pis.

DOM FERNAND

Sans ouïr mes raisons ?

LUCRÈCE

Je ne puis les entendre.

DOM FERNAND

Malgré vous toutefois je vous les veux apprendre.

425   C'est un procès d'amour où j'ai quelque intérêt,

Je vous en fais le Juge, et j'attends votre arrêt ;

Mais ayant à loisir écouté ma partie,

Et peut-être du fait étant mal avertie,

J'ose vous demander audience à mon tour,

430   Puisqu'il l'a bien de nuit, je puis l'avoir de jour.

Je ne dis pas pourtant que de la même sorte

On me fasse couler par une fausse porte,

Qu'on la laisse le soir entrouverte, et qu'enfin

Tout bas par la fenestre on me parle au jardin,

435   Que Béatrix au guet rompe toute surprise,

Qu'un galant quoi qu'absent vienne à l'heure promise,

Qu'un voyage à dessein soit longtemps publié.

PHILIPIN

Il a bonne mémoire, il n'a rien oublié ;

Au diable soit le maître avecque sa harangue.

440   Où me suis-je adressé pour jouer de la langue ?

LUCRÈCE

Est-il vrai, l'ai-je ouï ?

PHILIPIN à Dom Fernand.

Monsieur, qu'avez-vous fait ?

DOM FERNAND v

D'un injuste mépris tu vois le juste effet.

LUCRÈCE

Qu'on m'ait ainsi trahie ! Hélas, je suis perdue.

Ah, Béatrix.

BÉATRIX

Croyez...

LUCRÈCE

Tais-toi, tu m'as vendue.

445   Malheur à qui se fie à de pareils esprits.

PHILIPIN à Dom Fernand.

Voyez, on va chasser la pauvre Béatrix.

BEATRIX à Lucrece.

Plut au Ciel que vous-même avec votre colère

N'eussiez pas avoué ce que j'avais su taire,

Et que par ce reproche...

LUCRÈCE

Encore un coup, tais-toi.

PHILIPIN à Dom Fernand.

450   Je puis avoir bon dos, tout va tomber sur moi.

DOM FERNAND à Philipin.

Que veux-tu, c'en est fait, mais pour moi, pour toi-même,

Tâche à remédier à ce désordre extrême,

Tu n'es que trop adroit pour en venir à bout,

Invente, fourbe, mens, jure, j'avouerai tout.

LUCRECE à Beatrix.

455   C'est un point résolu, n'en dis pas davantage.

BEATRIX à Lucrece.

Et bien, vous le voulez, il faut plier bagage,

Mais je puisse à vos yeux si j'ai parlé de rien...

LUCRÈCE

Ah, l'innocence même ! Ô la fille de bien!

PHILIPIN à Dom Fernand.

Monsieur, j'ai grande peine à bien mentir pour l'heure,

460   Celle-ci passera faute d'une meilleure.

DOM FERNAND

Bonne ou mauvaise enfin, parle, je t'aiderai.

PHILIPIN tout haut.

À Dom Fernand.

Dussiez-vous me chasser, Monsieur, je le dirai.

À Lucrèce.

Madame, écoutez-moi, que ce courroux s'apaise.

À Dom Fernand.

Vous me faites en vain signe que je me taise.

À Lucrece.

465   Jamais de votre amour Béatrix n'a parlé,

Et le Ciel, oui, le Ciel lui seul l'a révélé.

LUCRÈCE

Que dit cet importun ?

PHILIPIN

Vous en doutez peut-être ?

Mais sachez en deux mots que Dom Fernand mon maître,

Celui qu'ici présent vous voyez interdit,

470   Pour l'esprit qu'il possède a le corps trop petit.

Dedans l'astrologie il n'a point son semblable,

Enfin c'est un prodige, ou plutôt un vrai diable,

Rien pour lui n'est secret, et sans de grands efforts,

Je pense qu'il ferait même parler les morts.

BÉATRIX

475   Ton maître est astrologue !

PHILIPIN

  Astrologogissime.

DOM FERNAND

Sa fourbe va bientôt me mettre en bonne estime.

Quoi, maraud...

PHILIPIN

Oui, Monsieur.

BÉATRIX

Plût à Dieu qu'on le crût.

PHILIPIN

Vous êtes Astrologue, ou jamais il n'en fut.

Je sais qu'en l'avouant je perds tous mes services,

480   Mais j'aime Béatrix Reine des Béatrices,

De tout soupçon ici j'ai dû la dégager.

À Lucrèce.

Depuis plus de huit jours il me fait enrager,

Il contemple le ciel même aux nuits plus obscures,

Il feuillette un grand livre, et fait mille figures,

485   C'est sans doute par là qu'il a su vos amours.

DOM FERNAND

Donc, jaseur insolent, tu causeras toujours !

T'a-t-on ici gagé pour conter une fable ?

PHILIPIN

Je n'ai rien dit, Monsieur, qui ne soit véritable.

Ne me fîtes-vous pas encore hier au soir

490   Remarquer un jardin dedans un grand miroir,

Et quelque temps après n'y vis-je pas paraître

Un homme qu'attendait Madame à sa fenestre ?

À Lucrèce.

Je ne le pus entendre alors qu'il vous parla,

Mais parmi plus de cent je dirais, Le voilà,

495   Tant je me remets bien son air et son visage.

DOM FERNAND à Lucrece.

Il me perdra d'honneur s'il en dit davantage,

Et bientôt à l'ouïr vous me croirez Sorcier :

Mais puisque je voudrais en vain vous le nier,

Madame, j'avouerai qu'en mon voyage en France

500   Du grand Nostradamus j'acquis la connaissance,

Avec tant de bonheur qu'il m'enseigna son Art,

Et n'eut point de secrets dont il ne me fit part.

Ce fut donc à hanter ce rare et grand Génie

Qu'en assez peu de temps j'appris l'Astrologie :

505   Mais pour oser ici m'en servir librement

Je connais trop le peuple et son dérèglement,

Il hait cette science, et croit que qui l'exerce

Doit avec les démons avoir quelque commerce ;

Ainsi craignant sa langue et d'en faire l'essai,

510   J'ai toujours avec soin caché ce que je sais,

Tant que las de souffrir votre rigueur extrême,

J'en ai voulu savoir la cause de moi-même,

J'ai consulté le ciel, et l'ai trouvée enfin,

J'ai trouvé la fenestre avecque le jardin,

515   Du trop heureux Dom Juan j'ai su la feinte absence.

Mais n'appréhendez rien de cette connaissance,

Mon intérêt m'oblige ici d'être discret,

Notre sort est pareil, c'est secret pour secret,

On vous a dit le mien, j'ai découvert le vôtre,

520   Assurez-moi de l'un, je vous répons de l'autre.

BÉATRIX

Ô l'habile homme !

PHILIPIN à Lucrece.

Et bien, vous avais-je menti ?

BÉATRIX

La vérité, Madame, enfin prend mon parti.

Pour moi j'avais bien su par un confus murmure

Qu'il se mêlait un peu de la Bonne aventure ;

525   Mais je vous ai vendu, il a tout su de moi.

LUCRÈCE

J'avais assez de peine à soupçonner ta foi,

Mais enfin, Béatrix, sans son Astrologie

Eût-il rien pu savoir à moins qu'on m'eut trahie ?

DOM FERNAND à Philipin.

Tout va bien, Philipin, la fourbe a réussi.

PHILIPIN à Dom Fernand.

530   La bonne Dame en tient, et n'est pas sans souci,

Vous verrez son orgueil réduit à la prière.

LUCRÈCE

Généreux Dom Fernand, esprit plein de lumière,

D'un amant dédaigné je craindrais le courroux

S'il fallait faire excuse à tout autre qu'à vous,

535   Mais dans le haut degré de science où vous estes

Vous connaissez du Ciel les pratiques secrètes,

Et qu'agissant en nous d'un pouvoir absolu

On ne saurait changer ce qu'il a résolu.

BÉATRIX

Madame, brisez-là, j'aperçois votre père.

DOM FERNAND

540   Ah, que cette rencontre était peu nécessaire !

SCÈNE III.
Léonard, Dom Fernand, Lucrèce, Béatrix,

LÉONARD

Quelle affaire avez-vous avec ce Cavalier ?

LUCRÈCE

C'est curiosité, je ne le puis nier,

Depuis deux ou trois jours j'ai su par une amie

Qu'il était fort expert dedans l'Astrologie,

545   Et je le consultais pour savoir au certain

À quel époux le Ciel a destiné ma main.

DOM FERNAND à Philipin.

Elle veut éprouver si ma science est vraie.

LÉONARD

Souvent un Astrologue en mensonges nous paye,

Et l'effet rarement confirme son rapport,

550   Mais que vous a-t-il dit qui vous trouble si fort ?

Dom Louis paraît, à qui Philipin va conter à l'oreille l'aventure de son maître, et ils se tiennent éloigné de dix pas à écouter Léonard et Dom Fernand.

DOM FERNAND

Je lui parlais, Monsieur, de certaine disgrâce,

Dont je vois clairement que le Ciel la menace,

Elle s'en fâche un peu, comme vous pouvez voir.

LÉONARD

Mais en si peu de temps qu'avez-vous pu savoir ?

DOM FERNAND

555   Que l'époux trop heureux que le ciel lui destine

Est pauvre, et pour tout bien n'a que sa bonne mine.

LÉONARD

Il ne faut pas ainsi craindre légèrement,

Ma fille.

BEATRIX bas.

De quel front le bon Cavalier ment !

LUCRÈCE

Cette prédiction me met beaucoup en peine.

LÉONARD

560   Ne vous alarmez point, je la puis rendre vaine.

LUCRÈCE

Toutefois Dom Fernand qui me prédit ce point

Est un grand Astrologue, et ne se trompe point,

Bien d'autres en ma place auraient inquiétude.

LÉONARD

Certes, l'Astrologie est une grande étude,

565   Bien digne d'occuper un esprit curieux,

Et noble d'autant plus qu'elle s'attache aux Cieux.

Si vous la possédez dans le degré suprême

Peu savent les moyens d'y réussir de même,

La spéculation n'est pas bonne pour tous.

570   Quoi qu'il en soit enfin, Monsieur, je suis à vous.

J'eus toujours grande ardeur pour ceux dont la science

Relève le bon sang qu'ils ont de leur naissance,

Et s'il faut librement vous en faire l'aveu,

Dans mon jeune âge aussi je m'en mêlais un peu,

575   Mais différents soucis, l'embarras des affaires

M'ont fait prendre depuis des soins plus nécessaires.

Dites-moi cependant. Auriez-vous pour suspect

Saturne regardant Venus d'un trine aspect,

Et peut-on justement tirer un bon augure

580   De la conjonction d'Hécate avec Mercure ?

DOM FERNAND

Il parle hébreu pour moi, je suis pris, c'en est fait.

PHILIPIN à Dom Louis.

Il aurait besoin d'être Astrologue en effet.

DOM FERNAND, bas.

N'importe, efforçons-nous, et payons d'impudence.

Pour vous dire en deux mots, Monsieur, ce que j'en pense,

585   Venus aux amoureux promet beaucoup de biens,

Et Saturne peut tout sur les Saturniens :

Mais la triplicité de cette conjoncture

Ainsi que l'union d'Hécate avec Mercure

Combinant leurs aspects, ou les rétrogradant

590   Sur l'horizon fatal d'un bizarre ascendant,

Pourrait paralaxer sur un cerveau si tendre...

LÉONARD

Ce discours est si haut que j'ai peine à l'entendre,

De grâce, en ma faveur pour éclaircissement

Expliquez-vous un peu plus populairement .

DOM FERNAND

595   Ce sont termes de l'art.

LÉONARD

  Pardonnez à mon âge

Qui n'en conserve plus qu'une confuse image,

Ces termes en mon temps n'étaient pas fort connus,

Mais la science augmente, et ce temps-là n'est plus.

DOM FERNAND

Tout s'y voit si changé depuis quelques années,

600   Qu'en autre caractère on lit les destinées,

Même Nostradamus mon maître en ce grand Art

Avait et son langage et ses règles à part,

C'est pourquoi le discours où mon esprit s'applique,

Tient un peu de l'obscur et de l'énigmatique,

605   Je dois suivre ses pas comme son écolier.

LÉONARD

Mais si vous vouliez être un peu plus familier ?

SCÈNE IV.
Léonard, Dom Fernand, Dom Louis, Lucrèce, Béatrix, Mendoce, Philipin.

MENDOCE à Léonard.

Monsieur.

Il lui parle à l'oreille.

LÉONARD

Que me veux-tu ?

PHILIPIN à Dom Fernand.

Votre esprit s'évertue

Monsieur, c'est tout de bon.

DOM FERNAND

Tu vois comme j'en sue.

PHILIPIN

Le galimatias ira-t-il encor loin ?

DOM FERNAND

610   Philipin, un ami se connaît au besoin.

Fais-moi quelque message, et par un tour d'adresse

Dans un pas si mauvais...

LÉONARD à Dom Fernand.

C'est affaire qui presse,

Monsieur, excusez-moi, je vous quitte à regret,

Et brûlais de savoir ce langage secret,

615   Mais nous nous reverrons touchant cette science,

Et nous pourrons ensemble en faire expérience.

Adieu.

SCÈNE V.
Dom Fernand, Dom Louis, Philipin.

DOM FERNAND à Philipin.

Sans ton secours le péril est passé.

À Dom Louis.

Que tout à l'heure, ami, j'étais embarrassé !

Mon aventure est rare et digne qu'on l'admire.

DOM LOUYS

620   Sachez que Philipin m'en a déjà fait rire,

Et qu'à dix pas d'ici nous écoutions comment

Le vieillard vous parlait astrologiquement.

DOM FERNAND

J'ai répondu de même et l'ai fait perdre terre.

DOM LOUYS

Mais vous ne l'avez pas vaincu de bonne guerre,

625   Il vous entendait mal.

DOM FERNAND

  Je m'entendais bien moins.

DOM LOUYS

Pour vous mieux expliquer, vous prendrez quelques soins,

Et sur ces mots nouveaux vous lui rendrez visite ?

DOM FERNAND

Par celle d'aujourd'hui j'en prétends être quitte.

DOM LOUYS

Mais un grand Astrologue, ou pour tel avoué...

DOM FERNAND

630   Il connaîtra bientôt que je l'aurai joué.

Les belles questions cependant qu'il m'a faites

À moi qui ne connais ni signes ni planètes !

DOM LOUYS

Oui, mais en récompense un discours si hardi

S'il ne l'a terrassé l'a si bien étourdi,

635   Que j'oserais gager qu'en ce qui vous regarde

Vous le pourrez longtemps mettre encor hors de garde .

De grâce achevez donc, jouez-le jusqu'au bout,

Faites la pièce entière, il admirera tout ;

Il vous serait honteux qu'elle fût imparfaite,

640   De votre haut savoir je serai le trompette,

J'en vais semer le bruit, et s'il apprend d'ailleurs

Que vous ayez de l'art les secrets les meilleurs,

Si ce bruit surprenant de vos fausses merveilles

Par la ville épandu vient frapper ses oreilles,

645   Comme il en a déjà l'esprit préoccupé,

Jamais plus galamment homme ne fut dupé.

DOM FERNAND

Non, mais ce passe-temps un peu trop me hasarde,

Au péril qui le suit vous ne prenez pas garde,

Et que c'est engager ma gloire et mon repos.

DOM LOUYS

650   Aussi nous connaîtrons combien il est de sots,

Et quand même on saura que ce soit raillerie,

Le tout ne passera que pour galanterie.

DOM FERNAND

Mais quelque bon succès que j'en puisse espérer

Ce plaisir après tout ne peut long-temps durer ;

655   Car si publiquement ce bruit par tout se coule,

On viendra chaque jour me consulter en foule,

Mes réponses bientôt m'acquerront grand renom.

PHILIPIN

Qu'importe ? vous direz tantôt oui, tantôt non,

Vous aurez quelque égard à l'âge, à la personne,

660   Et du reste, Monsieur, Dieu la leur donne bonne,

Jamais un Astrologue est-il garant de rien ?

DOM LOUYS

Le hasard fait souvent prophétiser fort bien.

Vous devez seulement mettre beaucoup d'étude

À ne rien affirmer avecque certitude,

665   Du présent, du passé discourir rarement,

Toujours de l'avenir parler obscurément,

Examiner la chose, en peser l'importance.

Mais j'aperçois de loin Dom Lope qui s'avance,

Laissez-moi, c'est par lui que je veux commencer.

DOM FERNAND

670   Je m'abandonne à vous.

SCÈNE VI.
Dom Louis, Dom Lope.

DOM LOUYS feignant de ne point voir Dom Lope.

  Qui l'aurait pu penser ?

Ô surprenant prodige ! incroyable merveille !

N'est-ce point quelque songe, est-il vrai que je veille ?

DOM LOPE

Qu'avez-vous, Dom Louis ?

DOM LOUYS

À peine en sais-je rien,

Et je doute aujourd'hui si je me connais bien.

675   Effets miraculeux !

DOM LOPE

  Ne puis-je les apprendre ?

DOM LOUYS

Je crains...

DOM LOPE

Nous sommes seuls, on ne peut vous entendre.

DOM LOUYS

Mais il faut du secret.

DOM LOPE

Fiez-vous sur ma foi.

DOM LOUYS

Sachez que Dom Fernand vient de s'ouvrir à moi.

DOM LOPE

Et bien ?

DOM LOUYS

Et qu'il a fait en suite en ma présence

680   Des choses que j'avoue être hors de croyance,

J'ai peine à m'en remettre.

DOM LOPE

Achevez, qu'a-t-il fait ?

DOM LOUYS

Je ne connus jamais un esprit si parfait.

Dans un degré si haut il sait l'astrologie

Que je l'accuserais volontiers de magie.

685   Il a su de ma vie, et presque en un moment,

Ce qu'on n'en peut savoir que par enchantement ;

Et cela, de ma main tirant des conjectures,

Et puis sur du papier traçant quelques figures.

Qui croirait à le voir si galant...

DOM LOPE

N'est-ce pas

690   Cet esprit enjoué, Dom Fernand Centellas,

Dont on prise à l'envi les grâces non pareilles ?

DOM LOUYS

Oui, c'est lui dont je parle, et qui fait ces merveilles.

Certes il faut qu'il aie un secret inconnu.

DOM LOPE

Je crois deux ou trois fois l'avoir entretenu,

695   Mais je remarquais bien, non qu'il eut connaissance

De cette merveilleuse et divine science,

Mais du moins qu'il était homme de grand esprit.

DOM LOUYS

Vous serez donc encor beaucoup plus interdit

Si vous m'accompagnez un jour chez ce rare homme

700   Qu'il me doit faire voir une dame de Rome,

Qui pendant que j'y fus me voulut quelque bien.

DOM LOPE

Se peut-il qu'en effet...

DOM LOUYS

Ce n'est encor là rien ;

Car pour vous dire au vrai toute mon aventure,

Il a fait devant moi parler une peinture,

705   C'est ce qui me confond au point que vous voyez.

DOM LOPE

Vous croirai-je, est-il vrai ?

DOM LOUYS

Si vous ne me croyez,

Vous avez de bons yeux, et les croirez peut-être.

DOM LOPE

Je vous en prie, ami, faites-le moi connaître,

Sans doute il m'apprendra si Dom Juan est jaloux,

710   Et par quelle raison...

DOM LOUYS

  J'ai su cela pour vous,

Il trompe Léonor, et voit de nuit Lucrèce.

DOM LOPE

Pour certain ?

DOM LOUYS

Pour certain .

DOM LOPE

Ô Ciel, que d'allégresse !

DOM LOUYS

Adieu, mais prenez garde à ne parler de rien,

On pourrait l'accuser d'être Magicien.

715   En voici du moins un déjà dedans le piège.

SCÈNE VII.

DOM LOPE

En quel étonnement aujourd'hui me trouvai-je ?

À peine puis-je encor rassembler mes esprits

Tant mes sens sont ensemble et confus et surpris.

Dom Fernand Astrologue, et Dom Juan infidèle !

720   Je te rends grâce, amour, l'occasion est belle.

J'imagine un moyen qui peut me rendre heureux,

Et Dom Fernand l'inspire à mon coeur amoureux.

Allons voir Léonor, vantons-lui sa science,

Et de Dom Juan en suite examinant l'absence

725   Faisons naître en son coeur le désir de le voir

Par l'effet merveilleux de son divin pouvoir.

Que si pour s'y résoudre elle est assez hardie,

Elle apprendra de lui toute sa perfidie,

Verra que c'est un fourbe, et qu'il est à Madrid,

730   Et lors, que ne peut point la honte et le dépit ?

Oui, de sa folle erreur étant désabusée,

Son coeur sera sans doute une conquête aisée,

Et je puis espérer, si je prends bien mon temps,

De voir dans peu de jours tous mes désirs contents.

735   Ne différons donc plus, et sans perdre courage

Bas, en s'en allant.

Allons quoi qu'il en soit commencer cet ouvrage.

ACTE III

SCÈNE PREMIÈRE.
Dom Fernand, Dom Louis, Philipin.

DOM LOUYS

Astrologue excellent, miraculeux esprit,

Vous faites aujourd'hui l'entretien de Madrid,

Comme il ne fut jamais de fourbe mieux conçue,

740   Jamais avec plus d'heur fourbe ne fut reçue,

Chacun également en est persuadé,

Avec respect déjà vous estes regardé,

Et si quelque incident ne vient troubler la fête,

Vous passerez bientôt pour un nouveau prophète.

DOM FERNAND

745   Aussi pour confirmer ce que l'on croit de moi,

Je ne perds point de temps.

PHILIPIN

Ces livres en font foi,

Voyez.

DOM LOUYS ouvrant les deux livres.

Un Almanach, un traité de la sphère.

PHILIPIN

Il en disputerait s'il était nécessaire,

Vous ne vîtes jamais Astrologue pareil.

DOM LOUYS

750   Vous connaissez du moins les maisons du Soleil ?

DOM FERNAND

Je connais même encor le zénith, l'écliptique,

Le tropique du Cancre, et le pôle antarctique,    [2]

Ces termes de Jupin s'opposant à Vénus,

Grâce à mon Almanach, ne m'épouvantent plus,

755   Et même en un besoin par quelque préambule

Je brouillerais l'esprit d'une femme crédule.

Je n'ai fait toutefois dans ce commencement

Qu'un effort de mémoire, et non de jugement,

Il me faut fuir encor le père de Lucrèce.

760   Avez-vous cependant poussé bien loin la pièce ?

DOM LOUYS

Assez loin, et peut-être en rirez-vous un peu.

J'ai su trouver d'abord une maison de jeu,

Où j'ai tout débité dans une troupe amie

De ceux qu'on nomme là piliers d'Académie,

765   De ces prêteurs à poste, et comme tout le jour

Attendant la rencontre ils tiennent là leur cour,

Vous savez que de tout curieux ils s'informent,

Que sur chaque nouvelle ils taillent, ils reforment ;

Jugez si je pouvais m'être mieux adressé.

770   Chez les Comédiens de là je suis passé,

Où pour mieux faire croire une telle merveille

J'en ai dit à beaucoup le secret à l'oreille,

Et cette confidence a si bien pullulé,

Que d'oreille en oreille il s'est par tout coulé.

775   Au sortir de ce lieu (souffrez qu'encor j'en rie)

Un ami m'a conté ma propre menterie,

Avec tant de serments que c'était vérité,

Que moi-même à l'ouïr j'en ai presque douté.

Enfin le jour manquant j'ai passé par la place,

780   Où pour vous un certain mentait de bonne grâce,

Et récitait, tout prêt d'en jurer au besoin,

Cent choses dont lui-même il se disait témoin.

Cinq ou six l'écoutaient, je m'approche, et pour rire

J'ai sur ce qu'il disait voulu le contredire,

785   Mais lui plein de colère et d'indignation,

M'interrompant soudain avec émotion,

Je dis ce que j'ai vu, m'a-t-il dit, et peut-être

Vous en parlez ainsi faute de le connaître,

Ou vous portez envie aux hommes de vertu ;

790   Et moi sur ce ton-là craignant d'être battu,

Je me suis retiré pour en rire à mon aise.

DOM FERNAND

L'histoire est excellente.

DOM LOUYS

Elle n'est pas mauvaise.

DOM FERNAND

Que l'on trouve à Madrid d'impertinents menteurs !

DOM LOUYS

Les nouveautés par tout trouvent des sectateurs,

795   Mais ce qui me surprend dedans cette aventure...

PHILIPIN

Une Dame, Monsieur, d'assez belle stature

Demande à vous parler sans témoins un moment.

DOM FERNAND

Ami, retirez-vous dans cet appartement,

Ne s'agirait-il point ici d'astrologie ?

DOM LOUYS

800   Plût à Dieu, j'en aurais l'âme toute ravie,

Aussi bien vous faut-il par un effort d'esprit

En tromper deux ou trois pour vous mettre en crédit.

DOM FERNAND

Quoi que ce soit, d'ici vous le pourrez entendre.

SCÈNE II.
Dom Fernand, Léonor, Jacinte, Philipin.

LÉONOR

Une telle visite a droit de vous surprendre.

DOM FERNAND

805   Elle m'honore trop, et j'en suis tout confus.

LÉONOR

Pour vous voir, Dom Fernand, j'aurais fait encor plus,

Puisqu'avec passion j'ai souhaité connaître

L'homme le plus savant qu'on ait jamais vu naître.

Ah, Jacinte, je tremble, et n'ose m'expliquer.

DOM FERNAND

810   Madame, à ce discours je ne puis répliquer,

Un éloge si haut m'en met dans l'impuissance :

Je possède en effet quelque faible science,

Mais...

LÉONOR

Non, non, c'est en vain que vous vous ravalez,

Je sais votre mérite et ce que vous valez,

815   Et que faire parler un corps privé de vie

N'est que le moindre effet de votre astrologie.

DOM FERNAND

Ce que vous en croyez m'est trop avantageux,

Mais puis-je vous servir ? Je m'en tiendrais heureux.

LÉONOR

Ah, Dom Fernand. D'où vient que votre coeur soupire ?

LÉONOR

820   Vous pourriez m'épargner la honte de le dire.

Puisque ce haut savoir dont chacun est jaloux

Vous fait connaître assez ce que je veux de vous.

DOM FERNAND

Et par cette raison votre raison est vaine,

Car enfin si je sais le sujet qui vous mène,

825   Ce que vous me direz en cette occasion

Ne saurait augmenter votre confusion.

LÉONOR

Mais que vous servira d'entendre ma faiblesse ?

Vous ne savez que trop le désir qui me presse,

Me montrer à vos yeux, c'est vous ouvrir mon coeur :

830   Ne me traitez donc point avec tant de rigueur,

Et puisqu'à vous parler je suis si peu hardie

Faites ce que je veux sans que je vous le die.

PHILIPIN à Dom Fernand.

Elle dit bien, Monsieur, songez à l'obliger.

DOM FERNAND à Philipin.

Je crois qu'elle a dessein de me faire enrager,

835   Deviner sa pensée ! est-elle raisonnable ?

Et suis-je pour cela Magicien ou Diable.

PHILIPIN

Payez encor un coup de galimatias,

Et dites de grands mots qu'elle n'entende pas.

DOM FERNAND à Leonor.

Sans vouloir feindre ici, je confesse Madame,

840   Que je puis pénétrer les secrets de votre âme,

Voir à nu votre coeur, lire dans votre sein,

Mais sachez que pour vous je m'emploierais en vain,

Si vous ne témoigniez par un récit sincère

Votre consentement à ce qu'il faudra faire.

845   Peut-être tâchez-vous de voir par cet essai

Si je suis ce qu'on dit, et si ce bruit est vrai,

Mais gardez d'empêcher l'effet de ma science,

Car enfin il y faut beaucoup de confiance,

J'ai mes règles à part, et n'agis pas toujours

850   Selon qu'apparemment les Astres ont leur cours.

La force de mon Art passe un peu l'ordinaire,

Et pour vous en donner une preuve bien claire,

Je vais vous découvrir, si vous le souhaitez,

Quelle est votre pensée, à quoi vous la portez,

855   Si votre coeur est libre, ou quel objet l'enflamme,

Et ce que vous avez de plus caché dans l'âme :

Mais cela fait aussi, ne me demandez rien,

Je ne puis rien pour vous.

LÉONOR

Quel malheur est le mien,

Qu'il faille me résoudre à vivre infortunée,

860   Ou rougir d'un récit où je suis condamnée.

J'aime, et le digne objet qui règne sur mon coeur

Par cent et cent devoirs s'en est rendu vainqueur,

Mais encor que pour lui j'eusse une amour fort tendre,

Il m'a quittée enfin pour s'en aller en Flandre,

865   Avec tant de mépris que sans me dire Adieu

Il a pû se résoudre à partir de ce lieu.

On m'en vient toutefois d'apporter cette lettre

Qui me promet encor ce qu'il m'osa promettre,

Et m'assurant pour lui d'une immuable amour

870   Me fait avec ardeur souhaiter son retour.

Je brûle de le voir, et quoi qu'en apparence

L'effet de ce désir passe toute puissance,

J'ai su que par votre art de tous si fort vanté

Vous pourriez surmonter cette difficulté,

875   Et dès ce même soir faire à mes yeux paraître

Celui qui de mon âme a su se rendre maître.

Ainsi, si d'un beau feu jamais la noble ardeur

Pour un objet aimable échauffa votre coeur,

Par l'amour, par ce Dieu que chacun appréhende,

880   Ne me refusez point ce que je vous demande.

DOM FERNAND à Philipin.

Que lui pourrai-je enfin répondre là dessus ?

PHILIPIN à Dom Fernand.

Appelez au secours le grand Nostradamus.

DOM FERNAND

Le vieillard astrologue était moins redoutable.

PHILIPIN

Dites qu'il lui faut faire un pacte avec le Diable.

DOM FERNAND à Léonor.

885   Madame, je ne sais pour qui vous me prenez,

Ni ce que de mon art vous vous imaginez,

Car où prétendez-vous que je puisse aller prendre

Un homme que vous même avouez être en Flandre ?

LÉONOR

Ah, vous faites encor des prodiges plus grands,

890   J'en suis bien informée et j'en ai bons garants.

PHILIPIN

J'en eusse osé jurer.

DOM FERNAND

Croyez qu'on vous abuse,

L'impossibilité fait seule mon excuse,

Mon Art pour vous servir n'est point assez puissant

S'il faut faire à vos yeux paraître un homme absent,

895   C'est ce qu'on ne fait point par simple astrologie,

Ces fantômes parlants ne vont que par Magie,

Dont la noire science étant sujette aux lois

D'un courage bien noble est rarement le choix ;

D'ailleurs, la vision est fort mélancolique

900   D'un esprit enfermé dans un corps fantastique,

Cette apparition pleine d'horreur en soi

Fait pâlir bien souvent les plus hardis d'effroi,

Et vous y manqueriez sans doute de courage.

LÉONOR

Non, non, de mon amant si ce spectre a l'image,

905   Dans cette vision, dans ce charme trompeur,

J'aurai plus de plaisir que je n'aurai de peur.

Mais vous vous défiez peut-être d'une femme,

Et croyez qu'un secret soit mal sûr...

DOM FERNAND

Non, Madame,

Car je confesse enfin puisque vous m'en pressez,

910   Que pour vous obéir j'en sais peut-être assez,

Et si j'ai dit d'abord qu'il m'était impossible

C'est parce que j'y trouve un obstacle invincible ;

Vous m'avez dit qu'en Flandre est cet amant heureux,

Ainsi je ne puis rien, la mer est entre-deux,

915   Cet élément sauvage à mes charmes s'oppose,

Et fait de mon refus la vraie et seule cause.

LÉONOR

Cet obstacle de mer est facile à lever,

Car de longtemps en Flandre il ne peut arriver,

Puisque depuis huit jours ayant quitté la ville

920   À Saragosse encor sa présence est utile,

Un procès l'y retient.

DOM FERNAND à Philipin.

À ce coup m'y voici.

PHILIPIN à Dom Fernand.

Chacun croit depuis peu Dom Juan parti d'ici.

Si c'était lui, Monsieur ?

DOM FERNAND à Philipin.

Cela pourrait bien être,

Sans nous trop engager tâchons de le connaître.

À Léonor.

925   S'il est ainsi, Madame, il reste seulement

À me faire savoir le nom de votre amant,

C'est une circonstance où vous manquez encore,

J'en dois être informé, non pas que je l'ignore,

Car enfin avouez qu'étant né de bon sang

930   Il a fort peu de bien à soutenir son rang,

Que nous sommes tous deux environ du même âge.

LÉONOR

Je ne le puis nier.

DOM FERNAND à Philipin.

C'est lui-même, courage.

À Leonor.

Peut-être croirez-vous qu'avec peu de raison

Puisque je le connais je demande son nom ?

935   Mais si je ne l'apprends de votre propre bouche

Je ne puis satisfaire au désir qui vous touche,

Notre art de ce tribut se rend un peu jaloux.

LÉONOR

Hélas, qu'à prononcer ce nom me sera doux !

Il s'appelle Dom Juan. Que faut-il encore dire

940   Pour obtenir de vous le bonheur où j'aspire ?

DOM FERNAND

Puisque la mer enfin ne m'embarrasse plus,

Madame, il ne me reste aucun lieu de refus.

Regardez-moi l'oeil fixe.

LÉONOR

Ô fille fortunée !

DOM FERNAND

Montrez-moi votre main. Quel jour êtes-vous née ?

LÉONOR

945   L'onzième de Juillet.

DOM FERNAND

  Cet amant si chéri ?

Enfin vous voulez voir

LÉONOR

S'il se peut dés ce soir.

De ce désir mon âme est si fort possédée...

DOM FERNAND

Il me faut faire un pacte avecque son Idée,

Ce charme est innocent, mais pour un tel dessein

950   J'ai besoin d'un billet écrit de votre main.

LÉONOR

Puis-je rien refuser pour ce que je souhaite ?

DOM FERNAND

Je le déchirerai ma figure étant faite.

Dépêche, Philipin, de l'encre et du papier.

LÉONOR à Jacinte.

Et bien, qu'en penses-tu ?

JACINTE

Madame, il est sorcier,

955   Et si vous écrivez, c'est chose indubitable

Qu'il portera soudain votre billet au Diable,

On parlera de vous ce soir dans le Sabbat,

Je l'en refuserais.

LÉONOR

Ton coeur trop tôt s'abat,

Et pour mon intérêt tu te mets trop en peine.

DOM FERNAND

960   Je m'en vais vous dicter, écrivez.

PHILIPIN à Jacinte pendant que Léonor écrit.

  Et bien, Reine ?

JACINTE

Que ton maître est savant !

PHILIPIN

Bien plus qu'il ne parait.

JACINTE

Je pense qu'avec lui tu peux bien marcher droit,

Puisqu'il lit dans les coeurs en voyant les personnes.

PHILIPIN

Quand il en sait le nom, c'est assez.

JACINTE

Tu m'étonnes,

965   Comment se peut cela n'en sachant que le nom ?

PHILIPIN

C'est que toujours en poche il a quelque Démon.

JACINTE

Un Démon ! Et tu sers un tel maître ?

PHILIPIN

Qu'importe ?

Un Diable quelquefois n'est pas mauvaise escorte,

J'entends un familier, ne t'épouvante pas.

DOM FERNAND à Léonor.

970   Votre nom manque encore, il faut le mettre au bas.

LÉONOR

Est-ce assez ?

DOM FERNAND

Oui, Madame.

LÉONOR

Adieu, je vous le laisse,

Souvenez-vous de moi.

DOM FERNAND

Je tiendrai ma promesse.

JACINTE se cachant le visage.

Faut-il qu'il me regarde ! Hélas, je meurs de peur.

DOM FERNAND à Jacinte.

Tu te caches les yeux, et je vois dans ton coeur.

JACINTE

975   Si vous savez, Monsieur, le secret où je pense,

Que ma maîtresse au moins n'en ait point connaissance,

Elle ferait chasser Fabrice assurément.

SCÈNE III.
Dom Fernand, Dom Louis, Philipin.

DOM FERNAND

Enfin m'en voilà quitte, et sans enchantement.

DOM LOUYS

Un si bon tour joué vous va donner la vogue

980   D'un savant personnage, et d'un grand Astrologue,

Votre renom bientôt s'en accroîtra par tout.

DOM FERNAND

J'ai bien encor sué pour en venir à bout,

Je ne souffris jamais un plus cruel martyre.

DOM LOUYS

J'avais beaucoup de peine à m'empêcher de rire,

985   Et sur tout mon plaisir ne se peut exprimer

Alors qu'elle a détruit votre obstacle de mer .

DOM FERNAND

J'étais lors, je l'avoue, en mauvaise posture.

DOM LOUYS

Vous aviez fort mal pris aussi votre mesure,

On va par terre en Flandre aussi bien que par eau.

DOM FERNAND

990   Et que sait une fille ? Il serait fort nouveau

Qu'elle fut plus savante en la Cosmographie

Que je ne suis moi-même en mon Astrologie.

J'avais encor de quoi me sauver à demi

Sur ce qu'il faut passer en pays ennemi,

995   Ce passage eut détruit la force de mes charmes.

DOM LOUYS

Elle vous a pourtant donné bien des alarmes ?

DOM FERNAND

Jusques à me voir presque au bout de mon Latin.

DOM LOUYS

La plaisante aventure ! Et son billet enfin ?

DOM FERNAND

Lisez, ce ne sont pas choses pour vous secrètes.

DOM LOUYS lit.

1000   Dom Juan, je sais bien où vous êtes,

Venez me voir dés cette nuit.

LÉONOR

L'artifice est assez bien conduit,

Et vous pouvez beaucoup avecque cette lettre.

DOM FERNAND

Dans les mains de Dom Juan il faudra la remettre,

1005   Qui sans doute croyant qu'on l'a fait épier

Ira voir Léonor pour se justifier,

Se trahira lui-même ; ainsi par cette adresse

Je me venge, et détruis les plaisirs de Lucrèce.

Si d'ailleurs Léonor trop crédule en ce point

1010   Le prend pour un fantôme et ne l'écoute point,

On ne peut inventer fourbe plus accomplie

Pour confirmer le bruit de mon Astrologie.

Reste à faire tenir maintenant ce billet .

PHILIPIN

De ce souci, Monsieur, chargez votre valet.

DOM FERNAND

1015   Mais il le faut donner en main propre.

PHILIPIN

  À lui-même,

J'en sais bien les moyens.

DOM FERNAND

Et par quel stratagème ?

PHILIPIN

Il n'est pas grand, Monsieur, et vous l'allez savoir.

Dans son jardin Lucrece attend Dom Juan ce soir,

Voici même à peu prés l'heure qu'il s'y doit rendre,

1020   C'est là que de ce pas je veux l'aller attendre,

Et si je ne lui fais changer de rendez-vous...

DOM LOUYS

Cet avis en effet est le meilleur de tous.

DOM FERNAND

Va donc vite. Je meurs d'en savoir des nouvelles.

PHILIPIN

Vous en saurez bientôt, Monsieur, et des plus belles,

1025   La porte du jardin n'est pas bien loin d'ici.

SCÈNE IV.

PHILIPIN

Quel intrigue jamais a valu celui-ci,

Et que j'ai bien de quoi faire aujourd'hui le rogue

D'avoir fait ériger mon maître en astrologue !

Que l'on croit de léger, et qu'à ce que je vois

1030   Il en est à Madrid de plus badauds que moi !

Mais j'enrage déjà d'avoir fait mon message,

Dom Juan en pestera je crois de bon courage,

Et n'aura pas grand soin de me bien régaler

Lors que de Léonor il m'entendra parler.

1035   Bon, voici le jardin, occupons-en la porte,

Il ne peut m'échapper soit qu'il entre ou qu'il sorte,

N'en étant point connu, je ne hasarde rien ;

J'entends marcher quelqu'un, si c'est lui, tout va bien.

SCÈNE V.
Don Juam, Philipin.

DOM JUAN heurtant Philipin comme il va pour entrer.

Qui va là ?

PHILIPIN

J'y venais, Monsieur, pour vous attendre.

1040   Léonor m'a donné ce billet à vous rendre,

Et vous prie instamment de la voir cette nuit,

Voilà quel est mon ordre.

DOM JUAN

Où me vois-je réduit !

Ami, de grâce, écoute.

SCÈNE VI.

DOM JUAN

Il fuit, il m'abandonne,

Et dans l'obscurité, je ne vois plus personne :

1045   Quel Démon ennemi, quel infidèle esprit

A pu lui découvrir que je suis à Madrid ?

Ah, je n'en puis douter, la preuve en est trop claire,

Don Lope m'a trahi pour tâcher de lui plaire,

Il l'adore, et j'ai trop reconnu pour mon mal

1050   Qu'en lui j'avais bien moins un ami qu'un rival.

Ô disgrâce ! ô malheur à qui tout autre cède !

Mais il faut s'il se peut, y donner prompt remède,

L'aller voir de ce pas, pour détruire l'espoir

Qu'un ami déloyal peut déjà concevoir.

1055   Si ce billet aussi n'était qu'une imposture ?

Voyons auparavant si c'est son écriture,

Et s'il est de sa main allons au rendez-vous,

Et tâchons dés ce soir d'apaiser son courroux.

Je vois de la lumière, avançons, l'heure presse.

SCÈNE VII.
Léonor, Jacinte

JACINTE

1060   Mais croyez-vous encor qu'il tienne sa promesse,

Et qu'en si peu de temps Dom Fernand au besoin

Puisse obliger Dom Juan à venir de si loin ?

LÉONOR

Pauvre esprit ! Esprit faible ! Avec ton ignorance

Voudrais-tu limiter cette haute science,

1065   Qui pourvu que la mer ne fut point entre-deux

Produirait des effets cent fois plus merveilleux ?

Sans doute qu'il viendra, non lui mais son image,

Un spectre tout pareil de port et de visage.

JACINTE

Et quel plaisir, Madame, aurez-vous de le voir ?

1070   Pourquoi le souhaiter ?

LÉONOR

  Tu ne le peux savoir

Si tu ne sais qu'amour, ce charmant adversaire,

Lui-même est la raison de tout ce qu'il fait faire.

JACINTE

Et bien, vous le verrez, je veux vous l'accorder.

Mais si c'est un fantôme, un corps qui n'est que d'air,

1075   N'aurez-vous point de peur ?

LÉONOR

  Point du tout : mais on frappe.

JACINTE

Vous pâlissez, Madame, un soupir vous échappe !

Vous croyez que c'est lui peut-être ?

LÉONOR

Aucunement,

Mais va voir ce que c'est. D'où vient ce changement ?

Quelle secrète horreur s'empare de mon âme ?

1080   Je tremble, qu'ai-je à craindre !

SCÈNE VIII.
Dom Juan, Léonor, Jacinte.

JACINTE laissant tomber la lumière qu'elle porte.

  Ah Madame, ah Madame,

C'est lui-même, sinon qu'il est beaucoup plus grand.

LÉONOR fuyant.

Ah Ciel, Ah !

DOM JUAN

Cet accueil, Léonor, me surprend.

LÉONOR

Ma curiosité ne sert qu'à me confondre,

C'est la voix de Dom Juan, mais je ne puis répondre,

1085   Et quand j'ai pris dessein de le faire appeler

J'ai souhaité le voir, et non pas lui parler.

JACINTE cachée.

Que je crains que ce spectre, ou bien plutôt ce Diable

Ne me vienne chercher jusques sous cette table.

DOM JUAN

Quelle confusion, et quel charme est-ce cy !

1090   Léonor, c'est donc moi que vous traitez ainsi ?

Moi qui vient tout exprès vous donner assurance

Que sur mon coeur vous seule avez toute puissance ?

LÉONOR fuyant toujours.

Je ne veux point de toi, j'abhorre ce pouvoir,

Et c'est le vrai Dom Juan que je souhaite voir.

DOM JUAN

1095   Je suis toujours le même, et ma foi n'est point fausse.

LÉONOR

Fantôme, laisse-moi, retourne à Saragosse.

Elle se retire dans un petit cabinet dont elle ferme la porte.

DOM JUAN

Et de grâce, écoutez mes raisons de plus prés.

Léonor. Est-ce feinte, est-ce jeu fait exprès ?

Que fais-tu là, Jacinte ?

JACINTE se retirant avec violence de dessous la table qu'elle fait tomber avec la lumière qui s'éteint.

À l'aide, je suis morte,

1100   C'en est fait.

DOM JUAN seul.

  Qui jamais fut reçu de la sorte ?

Ai-je perdu l'esprit ? Suis-je moi-même encor ?

Jacinte, à m'écouter oblige Léonor.

Léonor. L'une et l'autre est sourde à ma prière,

Personne ne répond, et je suis sans lumière.

1105   Qui la peut obliger à se cacher de moi ?

Est-ce haine ? est-ce horreur pour mon manque de foi ?

En quels doutes mon âme est-elle ensevelie !

N'importe, laissons-la jouir de sa folie,

Et cependant allons à l'autre rendez-vous

1110   Tâcher d'y recevoir un traitement plus doux.

ACTE IV

SCÈNE PREMIÈRE.
Dom Juan, Lucrèce, Béatrix.

DOM JUAN

Un chagrin si profond me surprend et m'afflige,

Madame, à soupirer quel sujet vous oblige ?

Doutez-vous de mon coeur ? doutez-vous de ma foi ?

LUCRÈCE

Je crains tout, je l'avoue, et pour vous et pour moi,

1115   Et ne puis empêcher ma vertu de s'abattre,

Voyant quels ennemis nous avons à combattre.

Songez-y bien, Dom Juan, un amant méprisé

Jamais à sa vengeance a-t-il rien refusé ?

Croyez-vous Dom Fernand plus généreux qu'un autre ?

1120   Son intérêt sur lui peut-il moins que le nôtre ?

Il sait que j'ai de nuit souffert votre entretien,

Jugez si pour nous perdre il épargnera rien,

S'il pourra se dompter jusques à ne point nuire

Au bonheur d'un rival quand il le peut détruire.

DOM JUAN

1125   Ses efforts seront vains si vous m'aimez encor.

LUCRÈCE

Je n'en dis pas autant de ceux de Léonor.

DOM JUAN

Ah, Madame ! c'est faire un outrage à ma flamme.

LUCRÈCE

Qu'est-ce qu'un premier feu ne peut point sur une âme ?

Nommez si vous voulez cet amour un devoir,

1130   Enfin elle est aimable, et vous la devez voir,

Et si vous refusez votre coeur à ses charmes,

Le refuserez-vous à l'effort de ses larmes ?

DOM JUAN

Ah, ce doute cruel me touche au dernier point,

Et bien, si vous voulez je ne la verrai point.

1135   Qu'elle menace, tonne, éclate de colère,

Je mettrai seulement tout mes soins à vous plaire,

Et de quelque malheur que je sente les coups

Je vivrai trop heureux étant aimé de vous.

Mais d'une autre douleur je sens la vive atteinte,

1140   Et si j'ose à mon tour vous expliquer ma crainte,

Que ne tentera point votre père alarmé

S'il apprend que de vous Dom Juan soit estimé ?

Que n'emploiera-t-il point pour chasser de votre âme

Tout ce qui peut nourrir une si belle flamme ?

1145   Il vous menacera, vous craindrez son courroux,

Et lors peut-être, et lors m'abandonnerez-vous,

Et direz comme lui que c'est une faiblesse

Où le bien a manqué, d'estimer la noblesse,

D'aimer un bon courage...

LUCRÈCE

Ah, jugez mieux de moi,

1150   La vertu suffit seule à soutenir ma foi,

Et je ne porte point un coeur assez esclave

Pour effacer par crainte un portrait qu'elle y grave,

J'y conserve le vôtre.

DOM JUAN

Ô trop heureux amant !

LUCRÈCE

Pour gage de ma foi prenez ce Diamant,

1155   Sûr que je suis à vous, et que quoi qu'il advienne

Jamais sa fermeté n'égalera la mienne.

DOM JUAN

Dans l'excès du plaisir je ne me connais plus,

Et de tant de bontés et surpris et confus

Ne sachant que vous dire, et ne pouvant me taire...

LUCRÈCE

1160   Vous poursuivrez tantôt, voici venir mon père.

SCÈNE II.
Léonard, Lucrèce, Dom Juan, Béatrix.

LÉONARD

Ne vois-je pas Dom Juan ? Quoi, déjà de retour ?

DOM JUAN

Un procès imprévu me renvoie à la Cour,

Et me fait différer mon voyage de Flandre.

Je viens de Saragosse.

LÉONARD

Et que fait-là mon gendre ?

DOM JUAN

1165   D'un favorable accueil je lui suis obligé,

Il vous avait écrit, et m'en avait chargé :

Mais je me suis muni d'un valet si fidèle,

Qu'il m'a volé ma malle et la lettre avec elle.

LÉONARD

Ainsi vous avez fait un retour malheureux.

DOM JUAN

1170   Ainsi pour moi le Ciel est toujours rigoureux ;

Car enfin ce malheur m'est d'autant plus contraire

Qu'il ne vous écrivait que touchant mon affaire,

Vous priant de m'aider en ce dont il s'agit

Et de votre conseil et de votre crédit.

LÉONARD

1175   Je n'ai crédit, amis, ni conseil qu'avec joie,

Si je puis vous servir, au besoin je n'emploie,

Je m'offre sans réserve, et si vous m'épargnez

Ce sera me montrer que vous me dédaignez.

DOM JUAN

C'est faire trop de grâce au peu que je mérite :

1180   Mais vous m'excuserez, Monsieur, si je vous quitte,

Quiconque a des procès est à soi rarement,

J'ai quelque ordre à donner où je cours promptement,

Pardonnez si j'en use avec tant de franchise.

LÉONARD

Il n'en est point, Dom Juan, qu'un procès n'autorise .

SCÈNE III.
Léonard, Lucrèce, Béatrix.

LÉONARD

1185   Quoi, contre ton humeur tu rêveras toujours ?

D'où ce pesant chagrin peut-il prendre son cours ?

Tire-moi de souci.

LUCRÈCE

Ce n'est rien.

LÉONARD

Mais encore ?

Ne me le cèle point.

LUCRÈCE

Moi-même je l'ignore,

C'est peut-être un effet de mon tempérament.

LÉONARD

1190   Ah, Lucrèce !

LUCRÈCE

  S'il faut l'avouer librement,

J'ai perdu quelque nippe, et c'est la seule cause

Qui fait en mon humeur cette métamorphose.

LÉONARD

Et bien, qu'as-tu perdu ?

LUCRÈCE

J'en suis toute en courroux.

LÉONARD

Dis donc.

LUCRÈCE

Ce diamant que je tenais de vous.

LÉONARD

1195   Ne t'inquiète point, un peu de patience,

On le retrouvera.

LUCRÈCE

J'en ai peu d'espérance ;

J'ai fait chercher par tout, sans doute il est perdu.

M'eut-il coûté le double, et me fut-il rendu !

LÉONARD

L'occasion peut-être à quelqu'un s'est offerte,

1200   Mais il est fort aisé d'en réparer la perte,

Il en est de plus beaux, en travail, en valeur.

LUCRÈCE

Ils me consoleraient fort peu de ce malheur,

Celui-là me plaisait.

LÉONARD

L'attachement étrange !

Pour beau que fut un autre elle perdrait au change.

1205   Va, quitte ce chagrin, je vais tout maintenant

Sur cet anneau perdu consulter Dom Fernand.

BÉATRIX

Pour excuser l'humeur qui vous rend si rêveuse,

Vous avez tout gâté.

LUCRÈCE

Que je suis malheureuse !

BÉATRIX

Taisez-vous, il revient.

LÉONARD

Dis-moi, ce diamant,

1210   De quand est-il perdu ?

LUCRÈCE

  D'aujourd'hui seulement.

LÉONARD

L'heure ?

LUCRÈCE

Entre neuf et dix.

SCÈNE IV.
Lucrèce, Béatrix.

LUCRÈCE

Quel conseil dois-je prendre ?

BÉATRIX

De ce chien d'astrologue il s'en va tout apprendre,

Pour moi je tiens déjà votre amour découvert.

LUCRÈCE

Ce n'est que Dom Fernand en effet qui me perd,

1215   Mais quoi qu'il entreprenne, et quoi qu'il puisse faire,

Mon amour craindra peu l'autorité d'un père,

Mon coeur est à Dom Juan, rien ne le peut forcer,

Et son espoir est vain s'il prétend l'en chasser.

BEATRIX seule.

Que ne peut une fille ayant l'amour en teste !

1220   Mais il faut divertir l'orage qui s'apprête,

Instruire Philipin de ce qui s'est passé,

De peur que Dom Fernand ne soit embarrassé,

Et que rompant commerce avec l'astrologie

Il n'apprenne au vieillard toute la tromperie.

SCÈNE V.
Dom Fernand, Dom Louis.

DOM FERNAND

1225   En quelle extrémité me vois-je ici réduit!

DOM LOUYS

Mais c'est par votre aveu que j'ai semé ce bruit.

DOM FERNAND

Oui, de l'astrologie, et non pas d'autre chose ;

Cependant de l'enfer on croit que je dispose,

Peu s'en faut qu'en la rue on ne me montre au doigt.

DOM LOUYS

1230   Un mensonge toujours en moins de rien s'accroît,

On y change, et chacun le débite à sa mode :

Mais qu'a pour vous encor ce bel art d'incommode ?

De quoi vous plaignez-vous ?

DOM FERNAND

De voir petits et grands

Me venir proposer cent doutes différents,

1235   Je ne me vis jamais en pareil exercice ;

Et comme je répons seulement par caprice,

J'aurai bientôt acquis le renom d'imposteur.

DOM LOUYS

Le meilleur Astrologue est le plus grand menteur,

Et c'est toujours beaucoup que par ce tour d'adresse

1240   Vous vous estes vengé des mépris de Lucrèce,

Votre Rival vous craint, vous troublez ses plaisirs,

Et tout semble d'accord avecque vos désirs .

DOM FERNAND

Croyez que sans regret je lui cède la place,

Je ne travaille point à causer sa disgrâce,

1245   Et mon amour éteint, il m'importe fort peu

Que Lucrèce aujourd'hui récompense son feu.

DOM LOUYS

Que n'avouiez-vous donc le tout avec franchise,

Sans vous faire Astrologue ?

DOM FERNAND

Admirez ma sottise ;

Car à dire le vrai je ne me comprends pas,

1250   De m'être mis moi-même en un tel embarras,

Sans que la pièce ait eu cause plus importante

Que la crainte de voir chasser une servante.

J'avais bien pour ce coup la cervelle à l'envers.

DOM LOUYS

Cessez d'en murmurer, puisque je vous y sers

1255   J'ai part à l'imposture, et je prends pour mon compte

En l'osant divulguer la moitié de la honte.

Mais y peut-on trouver rien indigne de nous ?

SCÈNE VI.
Dom Fernand, Dom Louis, Léonor, Jacinte.

LÉONOR

J'ai bien lieu, Dom Fernand, de me plaindre de vous.

DOM FERNAND

Voici pour m'achever, l'incommode personne !

1260   Vous, Madame, de moi ! Ce reproche m'étonne.

En quoi le puis-je avoir depuis hier mérité ?

LÉONOR

Si Dom Juan en effet ne s'est point absenté,

S'il était à Madrid, puisque votre science

Des plus obscurs secrets vous donne connaissance,

1265   Dites, à quel dessein me l'avez-vous celé ?

DOM FERNAND

Je l'ignorais encor lors que je vous parlai,

Et ne l'ai découvert qu'en faisant ma figure,

Mais à bien regarder toute cette aventure

Rien n'y saurait tourner à ma confusion ;

1270   Au lieu de son fantôme et d'une illusion,

Si quoi qu'il se cachât avec un soin extrême,

À vous aller trouver je l'ai contraint lui-même,

Puis-je mieux témoigner la force de mon art,

Et qu'il n'est ni trompeur ni sujet au hasard ?

LÉONOR

1275   Cette raison l'emporte, il faut que je lui cède ;

Mais à mon déplaisir donnez quelque remède.

Le parjure au mépris de tant de voeux offerts

D'une beauté nouvelle ose porter les fers,

C'est pour elle aujourd'hui qu'à Madrid il s'arrête,

1280   J'ai su tout le détail de cette amour secrète,

Et que les astres seuls à qui vous commandez

Sont les témoins du feu dont ils sont possédés :

Puisqu'à votre science il n'est rien d'impossible,

Empêchez ce commerce à mon coeur trop sensible,

1285   Rompez les tristes noeuds de cet attachement,

Aux yeux qui l'ont surpris dérobez mon amant,

Faites qu'il se repente, et que pour ma vengeance

Ma Rivale à son tour pleure son inconstance.

DOM FERNAND

Ayez de votre amant des sentiments meilleurs,

1290   On vous trompe sans doute, il n'aime point ailleurs,

Et quoi qu'il soit un peu blâmable en sa conduite,

Du sujet qui l'arrête on vous a mal instruite,

Vous en estes la cause, et son esprit jaloux

A voulu se guérir en se cachant de vous,

1295   Pour vous faire observer il a feint ce voyage ;

Mais, Madame, cessez d'en avoir de l'ombrage,

Car enfin il vous aime, et toute sa rigueur

Assure à vos beautés l'empire de son coeur,

D'un faux mépris peut-être il couvrira sa flamme,

1300   Mais quoi qu'il dissimule, il vous adore en l'âme.

LÉONOR

Agréable assurance ! Hélas, pardonne-moi,

Dom Juan, si sans raison j'ai douté de ta foi.

Le Ciel, ô Dom Fernand, vous soit toujours propice,

Adieu.

SCÈNE VII.
Dom Fernand, Dom Louis.

DOM LOUYS

La pauvre Dame est toute sans malice,

1305   Et de votre réponse a grande joie au coeur.

DOM FERNAND

Sa prière à ce coup ne m'a point fait de peur,

Et je me doutais bien, comme elle est fort crédule,

Que je l'endormirais d'un espoir ridicule.

Me voici libre enfin.

DOM LOUYS

Non pas trop libre encore,

1310   Et quelqu'un...

DOM FERNAND

  Ah, c'est là bien pis que Léonor.

SCÈNE VIII.
Léonard, Dom Fernand, Dom Louis.

LÉONARD

Dom Fernand.

DOM FERNAND

Ah, Monsieur, quel sujet vous amène ?

LÉONARD

Je viens pour vous prier de me tirer de peine.

DOM FERNAND

Que sera-ce ?

LÉONARD

Excusez si j'agis librement,

Et commence par là mon premier compliment,

1315   Avecque mes amis c'est ainsi que je traite .

DOM FERNAND

Une telle franchise est ce que je souhaite.

LÉONARD

Un certain diamant qu'on a perdu chez moi

Fait soupçonner mes gens, et douter de leur foi,

Et comme ce désordre y cause grand murmure,

1320   Daignez en ma faveur faire quelque figure,

Pour découvrir au vrai ce qu'il est devenu.

DOM LOUYS à Dom Fernand.

Ô qu'en bonne saison le vieillard est venu !

DOM FERNAND à Dom Louis.

Pour durer plus d'un jour la fourbe est trop grossière,

Je vous l'avais bien dit.

LÉONARD à Dom Louis, voyant rêver Dom Fernand.

Il rêve à ma prière,

1325   Sans doute il l'examine avec attention.

DOM LOUYS à Léonard.

Ce métier a besoin de spéculation,

Et je l'ai vu souvent en rencontre semblable

Dans une rêverie à peine concevable,

Il semble que l'esprit abandonne le corps.

LÉONARD

1330   Aussi faut-il en faire agir tous les ressorts,

Et que jusques au ciel sa vivacité monte.

DOM FERNAND

Oui, le vouloir fourber c'est me couvrir de honte,

Je n'en puis espérer qu'un embarras plus grand.

LÉONARD à Dom Louis.

Voyez pour m'obliger quelles peines il prend.

DOM LOUYS

1335   À vous rendre content sans doute il se dispose.

LÉONARD à Dom Fernand.

Et bien, m'en allez-vous apprendre quelque chose ?

DOM FERNAND

Comme à vous abusez je n'ai point d'intérêt,

Sachez qu'on croit de moi beaucoup plus qu'il n'en est.

Je ne le cèle point, j'ai bien quelque principe

1340   De cette Astrologie où tant de monde pipe,

Et sur ce fondement mes amis indiscrets

Ont feint d'en avoir vu de merveilleux effets ;

Mais quoi qu'on en publie, et quoi que l'on en pense,

Aucun n'en vit jamais la moindre expérience,

1345   Et si par leur exemple à cette feinte instruit

Moi-même quelquefois j'ai confirmé ce bruit,

Ce n'a jamais été que quand la raillerie

Loin de passer pour crime était galanterie :

Mais ici qu'il s'agit de vous parler sans fard,

1350   Quel que soit le renom que m'ait acquis cet art,

La réputation ne m'en est point si chère,

Que pour la conserver je veuille vous rien taire.

Ainsi croyez qu'en vain touchant ce diamant

Vous attendez de moi quelque éclaircissement,

1355   En quelque main qu'il soit, et quoi qu'il en puisse être,

Par le peu que je sais je n'en puis rien connaître.

LÉONARD

Quand je n'aurais pas su par le rapport d'autrui

Que vous estes l'honneur des savants d'aujourd'hui,

Et que l'on fait de vous par tout un cas extrême,

1360   Cette humilité seule à parler de vous-même

Me persuaderait de ce que vous savez.

DOM FERNAND

Perdez ces sentiments pour moi trop relevés,

Je ne sais rien du tout, et je vous le proteste.

LÉONARD

La preuve du contraire est par là manifeste.

1365   Ainsi les plus savants, ainsi les plus parfaits

Doivent être toujours modestes et discrets,

Et ne pas obscurcir l'éclat de leur science

Par le faste insolent d'une vaine arrogance.

DOM LOUYS

Il passe bien son temps.

DOM FERNAND

Ô le vieillard maudit !

1370   Si j'étais en effet ce que l'on vous a dit,

Quand même je voudrais me cacher à tout autre,

Je donnerais ici mon intérêt au vôtre,

Et je vous en dirais la pure vérité.

LÉONARD

Je vous le dis encor que cette humilité

1375   Plus que votre science est en vous estimable,

Elle est d'un grand esprit la marque indubitable ;

Quiconque sait beaucoup présume peu de soi,

La vanité jamais ne lui donne la loi,

Il descend en soi-même, il tâche à se connaître,

1380   C'est n'être pas savant que s'imaginer l'être,

Et quelque Art que ce soit, pour en discourir bien,

Qui croit y tout savoir sans doute n'y sait rien.

Mais pour venir enfin à ce qui me regarde...

DOM FERNAND

Il me va rendre fou, si je n'y prends bien garde.

LÉONARD

1385   Ce diamant perdu semblait d'autant plus beau

Qu'il servait de cachet aussi-bien que d'anneau,

Je l'avais fait graver. Et s'il est d'importance

Que vous sachiez encor cette autre circonstance,

C'est entre neuf et dix qu'on croit l'avoir perdu.

SCÈNE IX.
Léonard, Dom Fernand, Dom Louis, Philipin.

PHILIPIN, tout haut, présentant un papier à Dom Fernand.

1390   Monsieur, l'autre ce soir vous doit être rendu.

Il le tire à part, et lui parle à l'oreille.

C'est prétexte, écoutez.

LÉONARD à Dom Louis.

D'où vient qu'il me refuse ?

DOM LOUYS

Peut-être de Magie il craint qu'on ne l'accuse,

On est prompt à médire, et le peuple ignorant

Attribue aux Démons tout ce qui le surprend,

1395   C'est par cette raison que vous le voyez feindre.

LÉONARD

Je sais ce qu'il faut taire, il n'a pas lieu de craindre.

PHILIPIN à Dom Fernand.

C'est ce que maintenant m'a conté Béatrix.

DOM FERNAND à Philipin.

Ton secours vient à temps, et sans toi j'étais pris.

À Léonard.

Pardonnez devant vous si j'ai reçu message,

1400   Je sais bien le respect que l'on doit à votre âge,

Mais l'affaire pressait.

LÉONARD

Vous me rendez confus :

Mais de grâce avec moi ne dissimulez plus.

DOM FERNAND

Si j'en savait assez...

L'excuse est inutile,

Une bague perdue, est-il rien plus facile ?

DOM FERNAND

1405   Monsieur, encore un coup, je vous le dis sans fard...

LÉONARD

Monsieur, encore un coup laissons la feinte à part,

Et m'apprenez enfin ce que je veux apprendre.

DOM FERNAND

De peur de vous fâcher je voulais m'en défendre,

Mais vous m'y contraignez.

LÉONARD

Rien ne me peut fâcher.

DOM FERNAND

1410   Oyez donc ce qu'en vain j'ai voulu vous cacher,

Et sachez que déjà rêvant à votre affaire

J'ai fait en mon esprit ce qu'il a fallu faire.

Celui qui ce matin vous a fait compliment

En habit de campagne, a votre diamant.

LÉONARD

1415   Qui l'aurait soupçonné d'une si noire tache,

Et qu'étant si bien fait il eut l'âme si lâche ?

Mais quoi ! c'est un effet de la nécessité

Qui du sang le plus pur rend un sang tout gâté.

Vous voyez, Dom Fernand, qu'en vain vous vouliez taire

1420   Ce dont sur votre front je vois le caractère.

Quand je dis une fois, Cet homme a de l'esprit,

C'est un savant du siècle, il l'est sans contredit,

Adieu.

SCÈNE X.
Dom Fernand, Dom Louis, Philipin.

DOM LOUYS

Sans Philipin il vous la baillait belle.

DOM FERNAND

Mais rencontrant Dom Juan, s'il faut qu'il le querelle,

1425   Comme l'ayant volé, ce sera bien le bon.

PHILIPIN

Qu'importe s'il le prend pour gendre, ou pour larron ?

C'est bien la même chose, et l'un et l'autre en somme

Pour en avoir le bien veut la mort du bonhomme.

DOM FERNAND

Quoi que tout jusqu'ici m'ait succédé fort bien

1430   Je suis las d'un métier où je ne connais rien,

Mais afin d'en sortir avecque plus de gloire,

Puisque je vois le père en humeur de tout croire,

Je veux faire si bien, loin d'en être jaloux,

Que Dom Juan de Lucrece aujourd'hui soit l'époux,

1435   Et confesse devoir à ma feinte science

De son fidèle amour la juste récompense.

Mais quelqu'un entre encor.

DOM LOUYS

Quel est ce bon vieillard ?

DOM FERNAND

Depuis plus de trente ans il sert chez Léonard.

SCÈNE XI.
Dom Fernand, Dom Louis, Mendoce, Philipin.

DOM FERNAND

Ah, Mendoce.

MENDOCE

Ah, Monsieur, en faveur de Lucrèce,

1440   Lucrèce notre bonne et commune maîtresse,

Si j'osais vous prier.

DOM FERNAND

Parle, achève, de quoi ?

MENDOCE

De peu de chose.

DOM FERNAND

Dis, je ferai tout pour toi.

MENDOCE

Las de servir toujours, il m'a pris une envie

De revoir mon pays pour y finir ma vie,

1445   J'y porte quelque argent, le fruit de mes sueurs :

Mais comme les chemins sont remplis de voleurs,

Pour y tenir ma bourse à couvert du pillage,

Et même pour gagner les frais d'un long voyage,

Je voudrais bien, Monsieur, que par enchantement

1450   Vous me fissiez chez moi porter en un moment.

DOM FERNAND, à Dom Louis.

Vous pouvez voir par là ce que l'on me croit être.

PHILIPIN, à Mendoce.

Il suffira de moi sans employer mon maître,

J'en sais trop pour cela, je t'y ferai porter.

DOM FERNAND

Mendoce, pour ce soir va toujours t'apprêter,

1455   Philipin aura soin de ce qu'il faudra faire.

MENDOCE

Monsieur, je m'en défie.

DOM FERNAND

N'en appréhende rien.

Il n'ose me déplaire,

DOM LOUYS

Il est tout satisfait.

DOM FERNAND

Allons en rire un peu dedans mon cabinet ;

À Philipin.

Feins que je suis sorti si quelqu'un me demande.

SCÈNE XII.
Mendoce, Philipin.

MENDOCE

1460   Fais pour moi ce qu'il faut, ton maître le commande,

Mais tu te mêles donc aussi de son métier ?

PHILIPIN

Depuis que je le sers, je suis demi Sorcier.

MENDOCE

Mais est-il si savant ?

PHILIPIN

C'est un terrible esprit.

Plus qu'on ne s'imagine,

MENDOCE

Il en a bien la mine.

PHILIPIN

1465   On dirait à l'ouïr quand il parle d'autrui,

Qu'il lit dedans les coeurs, ou le Diable pour lui.

MENDOCE

Qu'un valet est à plaindre avec tel personnage !

Ainsi si quelquefois allant faire un message

Un ami par hasard te vient prendre en défaut,

1470   Et t'oblige à tarder un peu plus qu'il ne faut,

Tu n'oses lui donner cette bourde légère :

Le Courrier est venu plus tard qu'à l'ordinaire,

J'ai long temps attendu que Monsieur eut écrit,

J'ai vu chez le tailleur s'il faisait votre habit,

1475   Et ce que nous fournit en diverse rencontre

La peur d'être chassés, ou de recevoir monstre .

Pour moi, j'aimerais mieux et gueuser et pâtir,

Que de servir un maître et n'oser lui mentir.

PHILIPIN

D'abord ainsi qu'à toi cela m'était bien rude,

1480   Mais on se fait à tout avec un peu d'étude.

MENDOCE

Tu n'oserais d'ailleurs, quoi qu'avec gens discrets,

Ny médire de lui, ni conter ses secrets,

Ou s'il arrive enfin quand sa bile le presse

Qu'à bons coups de bâton il te fasse caresse,

1485   Tu n'oserais t'en plaindre, et dire à quelque ami

Qu'il est fantasque, et plus que Lutin et demi,

Ou si le cas échoit, avecque ses semblables

Le donner de grand coeur à trente mille diables.

Quelques coups dont jamais j'aie été régalé,

1490   Quand j'avais fait cela j'étais tout consolé.

PHILIPIN

Le mien est indulgent.

MENDOCE

Facile, ou difficile,

En une belle nuit ma foi je ferais gille.    [3]

PHILIPIN

Ne saurait-il pas bien mon dessein en ce cas ?

MENDOCE

Autre incommodité que je ne comptais pas.

1495   Mais où je trouve encor de grands désavantages

S'il voit dedans les coeurs et lit sur les visages,

Le moyen en servant d'amasser un téton ?

Remplit-on le gousset sans le tour du bâton ?

Et pouvons-nous avoir de quoi faire débauche

1500   Sans ces menus profits qui nous viennent à gauche ?

Tu sais que de l'argent qui tombe en notre main

Selon l'occasion on retient le douzain,

Et que peu de valet en font quelque scrupule.

PHILIPIN

C'est à dire en deux mots que tu ferres la mule ?

1505   C'est un bon revenu dont il me faut passer,

Mon maître hait le vol plus qu'on ne peut penser,

Et je crois pour cinq sols que sans miséricorde

Il me ferait apprendre à danser sous la corde :

Même je te plains fort de l'être venu voir,

1510   Te servant du talent et l'ayant fait valoir,

Car comme en te voyant il l'aura pu connaître,

Il pourra bien tantôt en avertir ton maître.

MENDOCE

En avertir mon maître ! Hélas, je suis perdu.

PHILIPIN

Pourquoi ? ton pis aller n'est que d'être pendu.

MENDOCE

1515   Hé de grâce, en faveur d'un compagnon d'office,

Empêche si tu peux qu'il ne l'en avertisse.

PHILIPIN

As-tu bien dérobé ?

MENDOCE

Peu de chose à la fois.

PHILIPIN

Mais souvent ?

MENDOCE

Environ vingt ou trente par mois.

PHILIPIN

À te dire le vrai, je n'y sais qu'un remède.

MENDOCE

1520   Dis-le-moi promptement afin que je m'en aide.

PHILIPIN

Mon maître a maintenant tant de soins en l'esprit,

Que sans qu'il pense à toi tu peux quitter Madrid :

N'attends donc point ce soir à faire ton voyage,

Cours vite de ce pas dresser ton équipage.

1525   Que ton vieillard après soit de tout averti,

T'enverra-t-il chercher quand tu seras parti ?

MENDOCE

Étant en mon pays je ne le craindrais guère,

Mais c'est bien loin d'ici.

PHILIPIN

Donne ordre à tes affaires,

Je t'y rends aujourd'hui quelque loin que ce soit,

1530   Mais il te faut munir en l'air contre le froid ;

Là soufflent certains vents ennemis de nature,

C'est l'incommodité d'une telle voiture,

Mais le voyage est fait en moins d'une heure, ou deux.

MENDOCE

Et la monture ?

PHILIPIN

Douce ainsi que tu la veux.

1535   Va cependant m'attendre au jardin de ton maître,

Je m'y rendrai bientôt.

MENDOCE

Que ce soit sans peut-être.

PHILIPIN

Soit tout prêt à partir.

MENDOCE

Aussi, si tu n'y viens ?

PHILIPIN

Je m'y rendrai, te dis-je. Ah, vieux loup, je te tiens.

ACTE V

SCÈNE PREMIÈRE.

DOM JUAN

Enfin ma prison cesse, et par cette retraite

1540   En vain j'ai cru tenir ma passion secrète,

Ma mauvaise fortune a su la révéler ;

J'ai de quoi toutefois encor m'en consoler,

Sous ce prétexte faux de procès et d'affaire

Mon retour à Madrid passe pour nécessaire,

1545   Et malgré mon rival cette feinte me sert

À trouver chez Lucrèce un accès plus ouvert.

C'est en vain, Léonor, que ton coeur en murmure,

Je ne suis point ingrat, je ne suis point parjure,

Mes sentiments pour toy sont les mêmes encor,

1550   Léonor à mes yeux est toujours Léonor,

Cent bienfaits dans ton sort font que je m'intéresse,

Tu les versas sur moi toujours avec largesse,

Mais quoi qu'ils n'aient pas mis mon coeur dans tes liens,

Ils ne sont pas perdus puisque je m'en souviens,

1555   N'exige rien de plus, j'ai pour toi grande estime,

Mais je ne puis t'aimer sans me noircir d'un crime,

Lucrèce a sur mon âme un absolu pouvoir,

Mes visites en vain ont flatté ton espoir,

Pouvais-je moins te rendre, et par reconnaissance

1560   Ne te devais-je pas un peu de complaisance ?

SCÈNE II.
Léonard, Dom Juan.

LÉONARD

Je vous cherchais, Dom Juan.

DOM JUAN

Mes voeux sont satisfaits,

Et l'heur de vous servir fait mes plus grands souhaits,

Que me commandez-vous ?

LÉONARD bas.

Ah, que c'est grand dommage

Que cette lâcheté noircisse un bon courage,

1565   Et qu'un homme sorti d'un sang dont on fait cas

L'ose déshonorer par un vice si bas !

Qui le prendrait jamais pour voleur à la mine ?

DOM JUAN bas.

D'où vient qu'en parlant seul des yeux il m'examine ?

Aurait-il pu déjà découvrir notre amour,

1570   Et que pour l'abuser je feins un faux retour ?

Ô Destin ! ô Fortune à me nuire trop prompte !

LÉONARD bas.

Je ne puis me résoudre à le couvrir de honte.

Parlons-lui, mais feignons de croire seulement

Que de quelqu'autre main il tient mon diamant.

À Dom Juan.

1575   Pour vous dire en deux mots le sujet qui m'amène,

C'est pour certain bijou dont je suis fort en peine,

On me vient d'assurer qu'il est entre vos mains.

DOM JUAN bas.

Qu'en peu de temps le Sort renverse mes desseins !

LÉONARD bas.

Le voilà tout confus.

DOM JUAN bas.

Que je suis misérable !

LÉONARD

1580   Je ne dis pas, Dom Juan, que vous soyez coupable,

Mais la main seulement de qui vous le tenez.

DOM JUAN bas.

Qu'à me persécuter les Cieux sont obstinez !

LÉONARD

Non, je ne doute point, quoi qu'on m'ait voulu taire,

Que qui vous l'a donné n'ait eu droit de le faire,

1585   Cessez de prendre soin de vous justifier,

Vous l'êtes avec moi.

DOM JUAN

Je ne le puis nier,

Il lui rend le diamant.

J'ai votre diamant, et veux bien vous le rendre :

Mais sans doute, Monsieur, on tâche à vous surprendre,

Et si la vérité doit ici s'exprimer,

1590   Je suis le seul coupable et le seul à blâmer.

Bas.

Plutôt mourir cent fois que d'accuser Lucrèce.

LÉONARD bas.

Plus je cache son crime, et plus il le confesse.

DOM JUAN

Oui, de ce procédé moi seul j'ai tout le tort,

Et vous dire autre chose est faire un faux rapport.

LÉONARD bas.

1595   À quel point son erreur le séduit et l'abuse !

Je tâche à l'excuser, et lui-même s'accuse.

DOM JUAN

Je vous le dis encor, quand je pris ce dessein...

LÉONARD

Contre la vérité vous disputez en vain,

Elle ne vous peut nuire encor que je la sache.

DOM JUAN

1600   Puisque vous la savez, en vain je vous la cache,

Et veux dissimuler en cette occasion.

Je le confesse donc à ma confusion,

Mon vol est trop hardi, je suis un téméraire,

Mais si mon crime est tel qu'il puisse vous déplaire,

1605   Pour ma défense au moins sachez que malgré moi

D'un Astre dominant j'ai reconnu la loi,

Dont la nécessité m'a mis dans la contrainte

De vous donner enfin juste sujet de plainte.

Si le peu que je vaux me défend d'espérer,

1610   Par vos bontés, Monsieur, j'ose vous conjurer...

LÉONARD

Non, non, je ne suis point un juge inexorable,

Je connais trop de quoi la jeunesse est capable,

Et que l'occasion force la volonté.

DOM JUAN

Puisque vous l'excusez avec tant de bonté,

1615   Pour me justifier autorisez mon crime,

Rendez de mes erreurs la cause légitime,

Et daignez consentir qu'à Lucrèce demain

En qualité d'époux Dom Juan donne la main.

LÉONARD

À ma fille ? À quel droit ose-t-il y prétendre ?

DOM JUAN

1620   Faites-moi grâce entière en m'acceptant pour gendre,

J'ai le coeur franc et noble, et si j'ai peu de bien,

Au moins suis-je d'un sang qui ne redoute rien,

Mon mal sans ce remède ira jusqu'à l'extrême.

LÉONARD bas.

Est-il dans son bon sens, ou suis-je fou moi-même ?

1625   Rêvai-je, ou se peut-il qu'il parle tout de bon ?

Trouvant trop de péril au métier de larron,

Aux dépens de mon bien il veut se rendre sage,

Et m'ose demander ma fille en mariage.

Ô le plus plaisant fou qui jamais se verra !

1630   Qu'il vole, qu'il dérobe autant qu'il lui plaira,

Sans me désobliger il peut se faire pendre,

Mais qu'il n'espère pas être jamais mon gendre.

Dom Juan, je vous promets, quoi que vous m'ayez dit...

DOM JUAN

Votre fille, Monsieur ?

LÉONARD

Le secret, il suffit,

1635   Adieu.

DOM JUAN seul.

  Vit-on jamais une telle surprise ?

À lui confesser tout lui-même il m'autorise,

Et quand il sait le feu dont je me sens brûler,

Il promet de se taire, et de n'en point parler ;

Ô trop bizarre effet de ma triste fortune !

1640   Mais que mal à propos je vois cette importune !

Tâchons de l'éviter.

SCÈNE III.
Dom Juan, Léonor, Jacinte.

LÉONOR

Arrêtez un moment,

Dom Juan, et recevez du moins mon compliment,

La civilité seule à cela vous convie.

Une autre sous ses lois tient votre âme asservie,

1645   Et ce coeur si longtemps captif de ma beauté,

Trouve enfin des appas dans l'infidélité :

Et bien, ce changement est assez ordinaire,

Je le vois sans regret puisqu'il a pu vous plaire,

Mais fuir à ma rencontre, et faire le surpris,

1650   C'est de l'indifférence aller jusqu'au mépris,

Souvenez-vous du moins que vous m'avez aimée.

DOM JUAN

Dites mieux, que de moi vous fûtes estimée.

Oui, Madame, si j'ose enfin parler sans fard,

L'amour dans mes devoirs n'eut jamais grande part :

1655   Je vous devais beaucoup, et faisais mon possible

Pour vous montrer un coeur à vos bienfaits sensible,

Mais il n'est plus saison de vous rien déguiser,

Cessez d'être crédule et de vous abuser,

D'un si charmant objet je reconnais l'empire

1660   Qu'avant que de changer il faudra que j'expire .

LÉONOR à Jacinte.

Avec combien d'adresse il feint pour m'éprouver !

DOM JUAN

Par vos commandements je fus hier vous trouver,

Vous ne voulûtes lors ni me voir, ni m'entendre,

Après ce traitement rien ne vous doit surprendre,

1665   Ne vous étonnez point de ce que je vous fuis,

C'est votre ordre, Madame, et je vous obéis.

SCÈNE IV.
Léonor, Jacinte.

JACINTE

Il meurt d'amour pour vous, vous le croyez encore ?

LÉONOR

Lorsqu'il me traite mal c'est alors qu'il m'adore.

JACINTE

D'un autre feu lui-même il se confesse épris.

LÉONOR

1670   C'est exprès qu'il affecte un si cruel mépris,

Il feint, et ne me donne un peu de jalousie

Que pour mieux voir l'amour dont mon âme est saisie.

Je vois ce qu'il prétend, et j'en crois Dom Fernand.

JACINTE

Si j'ose avec franchise en parler maintenant,

1675   Ce n'est qu'un imposteur, à fourber il est maître,

Et par son procédé vous le pouvez connaître,

Ne vous y fiez plus, quoi qu'il vous en ait dit,

Il vous trompe, Madame, et Dom Juan vous trahit :

En doutez-vous encore, et sans trop de faiblesse

1680   Pouvez-vous ignorer qu'il adore Lucrèce ?

Dom Lope vous l'a dit.

LÉONOR

Dom Lope m'est suspect,

Tu sais pour son ami qu'il n'a plus de respect,

Qu'il me parle d'amour sans craindre ma colère,

Le rapport d'un rival est rarement sincère,

1685   Et quoi que de Dom Juan il puisse me conter,

J'ai toujours lieu de craindre et sujet de douter.

SCÈNE V.
Dom Lope, Léonor, Jacinte.

DOM LOPE

Ne doutez plus, Madame, et croyez qu'au contraire

Le rapport de Dom Lope est un rapport sincère.

Mon amour quoi qu'extrême écoute la raison,

1690   Je ne vous prétends point par une trahison,

Je n'ai ni le coeur bas, ni l'âme intéressée,

Et bien loin d'avoir eu jamais cette pensée,

Tant que j'ai crû Dom Juan à vos charmes soumis,

Qu'ai-je fait ? Qu'ai-je dit ? que me suis-je permis ?

1695   D'un silence obstiné j'ai subi la contrainte,

Je me suis défendu même jusqu'à la plainte,

Et si quelque soupir m'échappait quelquefois,

Comme un enfant mal né je le désavouais.

Mais puisque d'un ami le change illégitime

1700   Me permet aujourd'hui de soupirer sans crime,

Souffrez que je découvre aux yeux qui m'ont charmé

Le beau feu qu'en mon âme ils avaient allumé,

Et qu'un fâcheux respect me contraignait de taire

Jusqu'à m'être moi-même à moi-même contraire,

1705   Vous parler pour un autre, et faire mon effort

Pour hâter un Hymen dont j'attendais la mort.

LÉONOR

Mais me dites-vous vrai ? Dom Juan n'est-il qu'un traître ?

DOM LOPE

Un violent amour de son coeur est le maître.

LÉONOR

Il me quitte ?

DOM LOPE

Peut-être il vous quitte à regret,

1710   Mais par son propre aveu je trahis son secret.

LÉONOR

Et pour Lucrèce enfin l'ingrat m'est infidèle ?

DOM LOPE

Encor tout maintenant il vient d'entrer chez elle.

LÉONOR

Puis-je m'en assurer ?

DOM LOPE

Je l'ai vu de mes yeux.

LÉONOR

Ô le plus lâche amant qui soit dessous les Cieux !

1715   Ne nous aveuglons plus, punissons son offense,

Qu'il ne soit plus pour moi qu'un objet de vengeance.

Dom Lope, m'aimez-vous ?

DOM LOPE

Madame !

LÉONOR

Suivez-moi.

Léonor est à vous, je vous promets ma foi,

Mais pour servir ma haine, et venger mon injure,

1720   Je ne vous la promets que devant ce parjure,

Ruinant son amour, et vous donnant la main,

Je veux qu'il se repente, et se repente en vain,

Qu'il me voie à regret entre les bras d'un autre,

Que son bonheur détruit établisse le vôtre,

1725   Et que perdant l'espoir dont il s'ose flatter

Il regrette ce coeur qu'il n'a su mériter.

SCÈNE VI.

MENDOCE en équipage de voyageur, dans le jardin de Léonard.

Adieu, Madrid, Adieu, sans regret je te quitte,

Le désir du repos enfin m'en sollicite,

Je préfère le chaume à tes plus beaux Palais,

1730   Et te dis derechef un Adieu pour jamais.

J'abandonne tes murs, on n'y vit qu'avec trouble,

À peine bien souvent y gagne-t-on le double.

Quoique j'ai toujours servi par intérêt,

Ma bourse est si légère...

SCÈNE VII.
Philipin, Mendoce.

PHILIPIN

Et bien, es-tu tout prêt ?

MENDOCE

1735   Tu vois, la grosse cape avec de bonnes bottes.

PHILIPIN

Mets-toi dedans ce rond.

MENDOCE

Qu'est-ce que tu marmotes ?    [4]

PHILIPIN

C'est déjà fait, il reste à te bander les yeux.

MENDOCE

Pourquoi !

PHILIPIN

Laisse-moi faire.

MENDOCE

En volerai-je mieux ?

PHILIPIN

Tu pourrais t'éblouir, et tomber cul sur tête.

MENDOCE

1740   Bande donc, mais dis-moi, la monture ?

PHILIPIN

  Elle est prête,

Je n'ai rien qu'à siffler, on me l'amènera.

MENDOCE

Une mule ?

PHILIPIN

Une mule.

MENDOCE

Et qui me conduira ?

Si j'allais m'égarer ?

PHILIPIN

Ô la vision bleue !

Quelque Diable follet suivra ta mule en queue.

MENDOCE

1745   Il est donc, Philipin, des Diables muletiers ?

PHILIPIN

Doutes-tu qu'il n'en soit presque de tous métiers ?

Il en est de sergents, il en est de Notaires,

Il en est de barbiers comme d'apothicaires,

Il en est de greffiers, il en est de voleurs,

1750   Il en est de dévots et de monopoleurs,

Il en est de tout poil, il en est de tous âges,

Il en est d'usuriers et de prêteurs sur gages,

De souffleurs d'alchimie et de rogneurs d'écus,

Il en est de jaloux, et même de cocus.

MENDOCE

1755   De cocus ?

PHILIPIN

  Sans cela d'où leur viendraient les cornes ?

Il en est de lourdauds, de hargneux, et de mornes,

Il en est d'enjoués, il en est de grondants,

De danseurs sur la corde et d'arracheurs de dents,

Il en est de village, il en est du grand monde,

1760   Il en est à la mode, il en est à la fronde,

Enfin, que te dirai-je ? il en est de galants,

De bretteurs, de filous, et de passe-volants,

Il en est de mutins, il en est d'amiables,

Il en est de méchants ainsi que tous les diables.

1765   Mais c'est trop s'arrêter, voici le mien venu,

Monte.

MENDOCE

Débande-moi, pour voir s'il est cornu,

J'ai curiosité de voir un Diable en face.

PHILIPIN

Il t'épouvanterait, il fait laide grimace,

Suffit qu'il te conduise.

Il le fait monter sur une palissade du jardin, et le lie.

MENDOCE monte pendant que Philipin le lie.

Ah, Monsieur le Lutin,

1770   Ne m'abandonne pas au milieu du chemin,

Tu me ferais donner bientôt du nez en terre.

PHILIPIN

Tout ira comme il faut.

MENDOCE

Au Diable comme il serre,

Relâche tant soit peu .

PHILIPIN

Te voilà bien ainsi.

MENDOCE

Qui me détachera ?

PHILIPIN

N'en sois point en souci,

1775   Et sache seulement qu'alors que l'on arrive

L'on entend une voix et dolente et plaintive,

En suite de grands cris, mais va, quitte ce lieu,

Adieu, marche. Ah Mendoce, Adieu Mendoce, Adieu.

Ô comme tu fends l'air !

Il s'éloigne toujours.

MENDOCE

Je sens bien que je vole,

1780   Car à peine j'entends le son de sa parole.

Quel bonheur ! je verrai mon pays aujourd'hui.

PHILIPIN

S'il est volé, je m'offre à répondre pour lui.

MENDOCE

Cette Mule endiablée est sans mentir bien douce,

Elle va toute seule et sans que je la pousse,

1785   Elle n'ébranle point, j'y suis comme en mon lit.

Il lui fait vent avec un soufflet.

Je crois que l'on acquiert en l'air grand appétit.

Mais il m'en avait bien averti, le maroufle,

Diable, qu'il fait de froid, et quel vilain vent souffle !

J'en ai la barbe prise et le nez tout gelé.

PHILIPIN

1790   On vient dans le jardin, et quelqu'un a parlé.

Médaille du vieux temps, on te la sauve belle.

SCÈNE VIII.
Dom Juan, Lucrèce, Béatrix, Mendoce, Philipin.

LUCRÈCE

Quoi, sitôt découverts ! Ô la triste nouvelle !

Cessons de nous flatter, tout espoir est perdu.

DOM JUAN

Il me l'a demandé, je l'ai soudain rendu

1795   Ce gage précieux d'une amour toute pure :

Mais à ce déplaisir donnez quelque mesure,

Je ne saurais me plaindre encor de sa rigueur,

Il m'a parlé toujours avec grande douceur,

Et peut-être, Madame, il sera moins farouche,

1800   Quand il saura de vous que mon amour vous touche.

LUCRÈCE

S'il ne tient qu'à cela, Dom Juan, soyez certain

Que Lucrece est à vous peut-être dés demain.

DOM JUAN

Ô charmante parole !

LUCRÈCE

Enfin je vous la donne

D'être à vous pour jamais, ou de n'être à personne.

DOM JUAN

1805   Que je me tiens heureux de vivre sous vos lois !

MENDOCE

Je discerne avec peine un bruit confus de voix,

Je passe assurément sur quelque grande ville.

DOM JUAN

Ainsi le Ciel pour vous en miracles fertile...

BÉATRIX

Madame.

LUCRÈCE

Que veux-tu ? Quelqu'un vient-il ici ?

BÉATRIX

1810   Oui, notre bon vieillard, et l'Astrologue aussi,

Ils entrent au jardin.

LUCRÈCE

Quel obstacle à ma joie !

DOM JUAN

Ne puis-je m'échapper ?

LUCRÈCE

Non pas sans qu'on vous vois,

Cachez-vous promptement, et croyez qu'en tout cas,

S'il faut parler pour vous, je ne me tairai pas.

SCÈNE IX.
Léonard, Dom Fernand, Lucrèce, Béatrix, Mendoce, Philipin.

DOM FERNAND

1815   Que ce jardin est beau!

LÉONARD

  C'est l'amour du bonhomme,

Et comme je m'y plais, tout mon soin s'y consomme.

DOM FERNAND

Sur tout de ce ruisseau le murmure est charmant.

LÉONARD

Ma fille, approche-toi, voici ton diamant.

LUCRECE à Beatrix.

Faut-il souffrir ici cet objet de ma haine ?

LÉONARD lui rendant sa bague.

1820   Rends grâce à Dom Fernand qui nous tire de peine.

DOM FERNAND

Madame, si le Ciel répond à mes souhaits,

Vous connaîtrez mon zèle à de plus grands effets .

LUCRÈCE

Vous m'obligez, Monsieur, plus que je ne mérite.

LÉONARD voyant entrer Léonor.

Que nous veut cette Dame ?

MENDOCE

Ô que je vole vite !

1825   Je passe sur un lieu de l'autre différend,

Et le bruit qu'on y fait est de beaucoup plus grand.

SCÈNE X.
Léonard, Dom Fernand, Dom Lope, Léonor, Lucrèce, Béatrix, Mendoce, Philipin.

LÉONOR

Ne vous étonnez point si j'ose ici paraître,

Je n'y viens, Léonard, que pour chercher un traître,

Et pour vous avertir qu'au mépris de ses feux

1830   Un parjure insolent nous affronte tous deux.

S'il aime votre fille, il est adoré d'elle,

Ce réciproque amour me le rend infidèle,

Il est caché céans ce lâche suborneur,

Faites-m'en la raison et vengez votre honneur.

LUCRECE bas.

1835   Ô malheur imprévu !

MENDOCE

  J'entends la voix plaintive,

Sans doute à mon pays c'est signe que j'arrive.

LÉONARD regardant Lucrèce.

Un homme ici caché !

LUCRÈCE

De quoi m'accusez-vous ?

LÉONARD

Sois sans crime, autrement redoute mon courroux.

Mais je veux me purger de ce soupçon infâme,

1840   Il faut chercher partout, allons, venez, Madame.

Voyons tout le jardin.

LÉONOR

Serait-il point ici ?

SCÈNE XI.
Léonard, Dom Fernand, Dom Juan, Dom Lope, Léonor, Lucrèce, Béatrix, Jacinte, Philipin, Mendoce.

DOM JUAN se montrant.

Ne cherchez plus Dom Juan, Madame, le voici.

LÉONOR

Ingrat, traître.

DOM JUAN

Ah, cessez de me faire une injure

En me donnant les noms d'ingrat et de parjure.

LÉONARD

1845   Le destin de ma fille agit bizarrement,

Je rencontre un voleur en cherchant son amant.

À Dom Juan.

Vous prétendiez encor jouer un tour de maître,

Et pour nous dérober vous vous cachiez peut-être ?

LÉONOR

On perd ici l'esprit, ou je n'y connais rien.

1850   Pour qui le prenez-vous ?

LÉONARD

  Madame, il m'entend bien.

DOM JUAN

Si je vous entends bien, certes au moins j'ignore

Pourquoi j'ai mérité que l'on me déshonore.

Je ne suis point voleur, et j'ai le coeur trop haut

Pour souffrir qu'on m'impute un si lâche défaut,

1855   Pour me justifier d'une telle bassesse

Il faut qu'aux yeux de tous la vérité paraisse.

Oui, j'aime votre fille, et cet objet vainqueur

Depuis un an entier dispose de mon coeur,

Cette bague tantôt que je vous ai rendue,

1860   C'est de sa propre main que je l'avais reçue,

Et si vous lui donnez liberté de parler,

Elle m'estime assez pour ne le pas celer.

LÉONARD à Lucrèce.

Dit-il vrai ? L'aimes-tu ? parle sans craindre un père.

LUCRÈCE

Puisque vous m'ordonnez de ne vous plus rien taire,

1865   J'avouerai ma faiblesse, et que depuis un an

J'ai donné mon estime aux vertus de Dom Juan.

LÉONARD tirant Dom Fernand à part.

De grâce, Dom Fernand.

LÉONOR

Il ne le faut pas croire,

Il ne fait que fourber.

LÉONARD

Pour conserver ma gloire

Que faut-il que je fasse ?

DOM FERNAND

Ouvrez enfin les yeux,

1870   Et ne résistez plus aux volontés des Cieux.

Je vous en ai tantôt déjà dit ma pensée,

Que d'un semblable hymen elle était menacée :

Puisqu'un homme sans biens doit être son époux,

Pour faire un meilleur choix, où le chercherez-vous ?

1875   Dom Juan est de sang noble et d'illustre famille,

Puisqu'avec tant d'ardeur il aime votre fille,

D'un mot de votre bouche autorisant son feu

Donnez à cet Hymen un généreux aveu.

LÉONARD

Suivant l'ordre du Ciel on ne se peut méprendre.

1880   Embrassez-moi, Dom Juan, je vous reçois pour gendre.

DOM JUAN

Ô joie inespérée ! Ô suprême bonheur !

LÉONOR

Est-ce ainsi, Léonard, qu'on venge mon honneur ?

LÉONARD

Le mien intéressé demandait ce remède.

LÉONOR à Dom Juan.

Écoute aveuglément l'ardeur qui te possède,

1885   Va, traître, rends hommage à l'infidélité,

Le Ciel me vengera de ta déloyauté.

Allons, Dom Lope, allons, je vous tiendrai parole.

SCÈNE XII.
Léonard, Dom Fernand, Dom Juan, Béatrix, Philippin, Mendoce.

DOM JUAN

D'une femme en courroux la menace est frivole.

MENDOCE

Ah je suis arrivé, de ce coup je le crois,

1890   J'entends force grands cris, Lutin, débande-moi.

LÉONARD détournant la tête et apercevant Mendoce.

Quel spectacle est-ce ci ?

PHILIPIN à Dom Fernand.

La tromperie est bonne.

C'est notre voyageur, que rien ne vous étonne,

Il se croit déjà loin.

DOM FERNAND

Ô qu'il est ingénu !

Il faut le délier.

MENDOCE descendu de la palissade.

Enfin je suis venu,

1895   Et je ne fis jamais voyage tant à l'aise.

Ô ma terre natale, il faut que je te baise.

LÉONARD

C'est Mendoce, est-il fou ?

MENDOCE

Que mes yeux sont ravis !

Vous êtes donc aussi, Monsieur, en mon pays !

Mais pour vous y porter, ôtez-moi de scrupule,

1900   Le Diable vous a-t-il aussi fourni de mule ?

LÉONARD

As-tu l'esprit troublé, c'est ici mon jardin,

Ne le connais-tu pas ?

MENDOCE

Ah, traître Philipin.

Il court après Philipin qui s'enfuit.

PHILIPIN

Le charme t'a manqué.

LÉONARD

Sont-ils fous l'un et l'autre ?

DOM FERNAND

Excusez un valet qui s'est joué du vôtre.

LÉONARD

1905   Tout s'excuse aisément vous ayant pour ami.

DOM FERNAND

Vous ne me connaissez encore qu'à demi.

LÉONARD

Votre art si merveilleux...

DOM FERNAND

Brisons-là je vous prie,

Je vous entretiendrai de mon Astrologie,

Mais il faut que ce soit avec plus de loisir.

LÉONARD

1910   Je vous écouterai toujours avec plaisir.

Tandis pour dégager ma parole donnée,

Il faut de nos amants terminer l'hyménée,

Allons-y donner ordre, et d'un esprit content

Assurer à Dom Juan le bonheur qu'il attend.

 


PRIVILÈGE DU ROI.

LOUIS PAR LA GRACE DE DIEU ROI DE FRANCE ET DE NAVARRE : À nos amés et féaux Conseillers les gens tenants nos Cours de Parlement, Maîtres des Requêtes ordinaires de notre Hôtel, baillif, sénéchaux, prévôts, leurs lieutenants, et à tous autres nos justiciers et officiers qu'il appartiendra, Salut. Notre cher et bien aimé LE SIEUR CORNEILLE, Avocat en notre Cour de Parlement de Normandie, nous a fait remontrer, qu'il a ci-devant donné au public diverses pièces de théâtre qui ont été reçues avec succès, et qu'il est sollicité d'en mettre maintenant au jour quatre nouvelles intitulées, Andromède, Nicomède, le Feint Astrologue, et les Engagements du hasard ; ce qu'il ne peut faire sans avoir nos Lettres de permission sur ce nécessaires. À ces Causes, et désirant gratifier et favorablement traiter ledit SIEUR CORNEILLE, en considération de ses services, nous lui avons permis et permettons par ces présentes de faire imprimer, vendre et débiter en tous les lieux de notre obéissance, lesdites quatre pièces de théâtre intitulées Andromède, Nicomède, le Feint Astrologue, et les Engagements du hasard, par tel imprimeur ou libraire qu'il voudra le choisir, conjointement ou séparément, en un ou plusieurs volumes, en telles marges, en tels caractères, et autant de fois que bon lui semblera durant dix ans, à compter du jour que chaque pièce ou volume sera achevé d'imprimer pour la première fois. Et faisons très expresses défenses à toutes personnes de quelque qualité et condition qu'elles soient, d'imprimer, faire imprimer, vendre et débiter lesdites pièces de théâtre en aucun lieu de notre obéissance sans le consentement de l'exposant, ou de ceux qui auront droit de lui, à peine de deux mil livres d'amende payables sans déport par chacun des contrevenants, et applicables un tiers à Nous, un tiers à l'Hôtel-Dieu de Paris, et l'autre tiers audit exposant, ou au libraire dont il se sera servi, de confiscation des Exemplaires contrefaits, et de tous dépends, dommages et intérêts. À condition qu'il sera mis deux exemplaires de chaque volume, qui sera imprimé en vertu des présentes, en notre bibliothèque publique, et un en celle de notre très cher et féal le Sieur Marquis de Chasteauneuf Chevalier, Garde des Seaux de France ; à peine de nullité des présentes. Du contenu desquelles Nous voulons, et vous mandons que vous fassiez jouir pleinement et paisiblement durant ledit temps l'exposant, et ceux qui auront droit de lui, sans souffrir qu'ils y reçoivent aucun empêchement. Voulons aussi qu'en mettant au commencement ou à la fin de chacune dédites pièces ou Volumes, un Extrait des présentes, elles soient tenues pour dûment signifiées, et que foi y soit ajoutée, et aux copies collationnées par un de nos amez et féaux conseillers et secrétaires comme à l'original. Mandons au premier notre Huissier ou Sergent sur ce requis de faire pour l'exécution des présentes tous exploits nécessaires, sans demander autre permission. Car tel est notre plaisir, nonobstant clameur de Haro, Charte Normande, et autres lettres à ce contraires. Donné à Paris le 12. jour de Mars l'an de grâce 1651. et de notre règne le huitième.

Achevé d'imprimer le dernier mai mil six cent cinquante et un.

Notes

[1] Donner la baille : tromper par des promesses.

[2] Cancre : autre nom pour écrevisse. Il a été ainsi nommé, à cause qu'il représente un cancre ou écrevisse, et que le Soleil commence à reculer ou à retourner vers l'Equateur quand il y est arrivé, à la manière des écrevisses. [L]

[3] Gille : personnage du théâtre de la foire, le niais. Jouer les rôles de Gille, ou, elliptiquement, jouer les Gilles. Faire gille, loc. populaire qui signifie se retirer, s'enfuir (gille ne prend point de majuscule en ce sens). [L]

[4] Marmoter : mot bas qui signifie parler entre les dents, remuer les lèvres sans se fair entendre. [F]

PDF |TXT |

Nb Répliques par scène

Nb Vers par scène