NITOCRIS

REINE DE BABYLONE

TRAGI-COMÉDIE

M. DC. L. AVEC PRIVILÈGE DU ROI.

Par P. DU RYER.

Représenté pour la première fois en 1639.

Version du texte du 23/12/2012 à 19:07:02.

LES ACTEURS.

NITOCRIS, reine de Babylone.

CLÉODATE, favori de Nitocris, Amoureux d'Axiane.

ARAXE, prince d'Assyrie.

ATIS, confident d'Araxe.

AXIANE, princesse de Médie.

ALCINE, princesse d'Assyrie.

ACHATE, conseiller de Nitocris.

La Scène est à Babylone.

ACTE I

SCÈNE PREMIÈRE.
Araxe, Atis.

ARAXE.

En vain j'ai relevé ma fortune abattue,

En vain de tant de gloire elle s'est revêtue,

Son calme n'est pour moi qu'un calme dangereux,

Et le bien que je tiens ne me rends pas heureux.

5   Plus le destin me donne en cette ample carrière,

Et plus à mes désirs je trouve de matière.

Triste condition de l'homme infortuné

Dont le coeur n'est jamais ni content ni borné !

Lors que je m'imagine obtenir la victoire

10   De tout ce qui blessait mon repos et ma gloire,

Je trouve dans moi-même un ennemi nouveau,

Mon propre esprit me gêne, et devient mon bourreau.

ATIS.

Qu'est-ce que votre esprit se forme et se propose ?

Et que désire-t-on quand on a toute chose ?

ARAXE.

15   Hélas quand un esprit ne peut goûter son bien

Même en possédant tout il ne possède rien.

ATIS.

On ne voit toutefois aucun signe d'orage,

Et le Ciel est pour vous tranquille et sans nuage.

Vous tenez à la Cour et la place et le rang

20   Que doivent occuper le mérite et le sang,

Bref, on vous y regarde au degré de vos pères

Comme dispensateur des fortunes prospères,

Seriez-vous malheureux dans ces heureux instants

Qu'un seul de vos regards rend les autres contents ?

ARAXE.

25   Il est vrai qu'à me voir, parmi cette abondance

On doit me croire heureux, si l'on croit l'apparence ;

Mais ce qui me tient lieu de cent calamités

C'est d'avoir un égal qui marche à mes côtés.

Que de biens et d'honneurs le Ciel nous assouvisse,

30   Il ne nous donne rien que pour notre supplice

Lors qu'avec ses faveurs, un trait de son courroux

Nous donne un compagnon aussi puissant que nous.

ATIS.

Quoi Seigneur, Cléodate...

ARAXE.

Oui Cléodate même

Est celui que je crains quand il faut que je l'aime.

ATIS.

35   Seigneur, c'est toutefois par les soins qu'il a pris

Que vous êtes en grâce auprès de Nitocris.

Pour vous sa seule main fidèle et généreuse

Soutint votre fortune autrefois malheureuse ;

Et par une vertu qu'on ignore à la Cour

40   Votre calamité fit briller son amour ;

Enfin un Compagnon qui lui sera semblable

Est plutôt un appui qu'un fardeau redoutable.

ARAXE.

Oui, sa seule amitié plus forte que le sort

Dans mes jours orageux fut mon guide et mon port,

45   Et pour ne pas montrer une âme trop ingrate

Je dois ce témoignage aux soins de Cléodate.

Mais c'est à mon avis le plus grand de nos maux

De devoir notre gloire aux soins de nos égaux,

Et lorsque de leurs mains, on tient une victoire

50   Confesser qu'on la doit c'est trop payer sa gloire.

Une secrète honte en revient dans mon coeur,

En vain je la repousse, en vain j'en suis vainqueur,

Toujours elle y renaît, toujours elle l'emporte,

Et plus elle y renaît, plus elle devient forte.

55   Bref, je crains que ce feu que je laisse allumer

Me force de haïr ce que je dois aimer.

Je le confesse, Atis, ses peines fortunées

Redonnèrent le calme à mes tristes journées,

Mais enfin je voudrais qu'ennemi de mon bien

60   Il m'eût laissé périr pour ne lui devoir rien.

Si le coup de ma mort si longtemps poursuivie

Eût de mes ennemis la fureur assouvie,

Je n'aurais pas la honte en ce pompeux état

Et de devoir ma gloire, et d'en paraître ingrat,

65   Et peut-être qu'heureux en mon malheur extrême

Le sort qui m'abaissa m'eût relevé lui-même.

J'aime enfin Cléodate, et sa fidélité,

Mais je hais sa fortune, et notre égalité ;

Un peu plus bas que moi c'est un objet aimable,

70   Mais dans le même rang il m'est épouvantable ;

Ainsi pour mon repos, et sans plus y penser

Il faut perdre de lui ce qui peut me blesser ;

Et s'il ne se peut pas que sa grandeur périsse

Sans qu'il tombe lui-même au même précipice,

75   Il n'importe qu'il tombe, et sans trouver d'appui

Que même chute entraîne et sa grandeur et lui.

C'est faiblesse d'esprit, c'est être malhabile,

D'épargner un ami quand sa perte est utile.

ATIS.

Voulez-vous donc le perdre et le priver du jour ?

ARAXE.

80   Je veux adroitement l'éloigner de la Cour,

Et durant son absence ôter à sa fortune

Tout ce qu'elle a de grand, et ce qui m'importune,

Et le mettre en état qu'il dépende de moi,

Qu'il me doive bientôt autant que je lui dois.

SCÈNE II.
Atis, Araxe, Cléodate.

ATIS.

85   Le voici.

ARAXE.

Laisse-nous.

ATIS en se retirant.

  Dieux quelle ingratitude !

ARAXE.

Vous paraissez atteint de quelque inquiétude,

Auriez-vous des douleurs, seriez-vous en danger,

Sans que notre amitié me les fît partager ?

C'est m'avoir déjà fait une injure trop grande

90   Que d'avoir enduré que je vous le demande.

CLÉODATE.

Il est vrai, je l'avoue, un furieux tourment

Me suit de tous côtés, me presse incessamment ;

Enfin privé de force et presque sans remède

Je vous viens maintenant implorer à mon aide.

ARAXE.

95   Je suis prêt, Cléodate, où faut-il donc courir ?

Faut-il vivre pour vous, ou bien faut-il mourir ?

J'embrasse également ou la mort ou la vie.

CLÉODATE.

Vous pouvez sans péril contenter mon envie

ARAXE.

Mais enfin quel tourment vous travaille si fort ?

100   En quoi vous puis-je aider ?

CLÉODATE.

  Enfin par un effort

À quoi l'on donnera de la gloire ou du blâme

Selon la passion que chacun a dans l'âme,

À moi-même propice ou cruel à mon tour

Je me suis résolu d'abandonner la Cour.

ARAXE.

105   D'abandonner la Cour ! Ô dieux, quelle surprise !

Cléodate en ce rang ferait cette entreprise !

Cléodate est assis dans le siège des Dieux,

Et lassé de la gloire il veut quitter les Cieux !

Non, non, je ne saurais...

CLÉODATE.

Non, non, laisse-moi faire,

110   Au dessein que je fais ne te rend point contraire.

Je sais que ta raison m'en voudra divertir,

Je sais que ton amour n'y pourra consentir,

Mais si je me fais tort souffre je t'en conjure

Que mon esprit blessé me fasse cette injure.

115   N'oppose point ici ta peine et ton effort

À mon vaisseau brisé qui veut aller au port,

Et pour contribuer à le pousser toi-même

Et pour favoriser ma passion extrême,

Tâche à te figurer que ma prospérité

120   Est un puissant obstacle à ta félicité,

Que par une faiblesse à l'homme trop commune

Je puis me repentir de ta bonne fortune,

Que dans le rang de gloire où le Ciel nous a mis

Un songe seulement peut nous rendre ennemis,

125   Et qu'il vaut mieux céder une si belle place

Que si tu me l'ôtais ou que je te l'ôtasse.

ARAXE.

Je sais que ton dessein est grand et généreux,

Et qu'avec tes vertus il peut te rendre heureux,

Je sais bien que la Cour si sujette aux orages,

130   De même que la mer est un lieu de naufrages,

Et que s'en retirer quand on est dans l'honneur

C'est aller triompher, c'est un nouveau bonheur

Que le sort inconstant qui se plaît à nous nuire

Avec tout son pouvoir ne saurait plus détruire.

135   Bref, je souhaiterais que ce même dessein

Par un peu de vertu pût naître dans mon sein,

Je me signalerais par une illustre fuite

Et t'en disputerais la gloire et le mérite.

Je n'oserais pourtant te donner un conseil,

140   De peur de me priver d'un ami sans pareil ;

Et je n'oserais aussi par un effort contraire

M'opposer à tes veux de peur de te déplaire.

Mais au moins ne fais rien de trop précipité.

CLÉODATE.

Le Conseil en est pris, le sort en est jeté.

145   La Reine a déjà su de ma plainte secrète

Que mon plus grand bonheur consiste en ma retraite,

Et son esprit divin sur le nôtre absolu

Doit m'apprendre aujourd'hui ce qu'il a résolu.

Mais enfin le secours le plus considérable

150   Que ma douleur attend de ton soin favorable,

C'est de faire à la Reine approuver mon départ

Si son intention se portait autre part.

ARAXE.

C'est à tes ennemis, c'est à leur artifice

Que tu dois demander ce funeste service.

155   Moi dont le bras armé voudrait te retenir

Je m'irais employer à te faire bannir !

CLÉODATE.

Si le bannissement est ma plus douce attente

Peux-tu mieux me servir qu'en ce qui me contente ?

Qu'importe en quoi l'on serve un coeur persécuté

160   Pourvu que l'on le serve, et qu'on l'ait contenté.

ARAXE.

Il faut donc malgré moi plaire à ta frénésie,

Et te servir enfin selon ta fantaisie.

CLÉODATE.

Mais ne me promets pas pour nuire à mon dessein.

ARAXE.

Doutez-vous de ma foi ?

CLÉODATE.

Non, non, j'en suis certain.

165   Mais en cette rencontre où tu sembles me plaindre,

Un ami croit sans blâme, et nous tromper et feindre.

ARAXE.

Non, je ne feindrai point, et je te le promets

De suivre exactement tes voeux et tes souhaits.

CLÉODATE.

Si j'avais mis ton sort aussi haut qu'il doit être,

170   Ainsi ton amitié m'en pourrait reconnaître.

ARAXE.

Mais ne saurai-je point le sujet malheureux

Qui te rendra toi-même injuste et rigoureux ?

Faut-il que je l'ignore et que tu m'y contraignes ?

CLÉODATE.

Tu le sauras, Araxe, afin que tu me plaignes,

175   Et que selon mes voeux ton propre jugement

Me condamne plutôt à mon bannissement.

J'aime, et mon coeur charmé du feu qui le dévore

Voudrait dire j'aimai, sans dire j'aime encore.

J'aime, mais d'un amour qui ne peut rien souffrir,

180   Non pas même l'espoir qui pourrait le nourrir.

Mais laissons là le mal et songeons aux remèdes.

ARAXE.

Mais enfin qu'aimes-tu ?

CLÉODATE.

La princesse des Mèdes.

ARAXE.

Axiane !     [1]

CLÉODATE.

Elle-même avecque ses appas

Elle me fait la guerre et ne le pense pas.

185   Mon coeur comme un captif qui redoute son Maître

Devant elle brûlant n'osa jamais paraître,

Et jusqu'ici ses yeux trop aimables flatteurs

N'ont pas de leur triomphe été les spectateurs.

Ce n'est pas toutefois qu'une honte invincible

190   Ait caché cette flamme, et la rende invisible ;

Non, non, Je ne suis pas de ces timides coeurs

Qui craignent de paraître aux yeux de leurs vainqueurs,

Je dirais mon amour à des Déesses même,

N'est-ce pas adorer que de dire qu'on aime ?

195   Et taire à la beauté l'amour qu'on en reçoit

N'est-ce pas retenir le tribut qu'on lui doit ?

Mais si tu n'ignores pas que suivant ces maximes

Que l'intérêt des Rois rend pour eux légitimes,

La Reine veut garder Axiane à la Cour

200   Pour tenir en suspens les Princes d'alentour,

Pour ruiner entre eux la paix et l'alliance,

En leur laissant à tous une égale espérance,

Et conserver enfin la concorde avec eux

Tant qu'ils espéreront cet objet glorieux.

205   Ainsi connaissant bien qu'une flamme si vaine

Blesserait et les yeux et le coeur de la Reine,

Pour elle ayant vaincu des peuples belliqueux,

Pour elle je saurai me vaincre aussi bien qu'eux.

Mais dans le triste état où mon âme est réduite

210   Je ne puis me sauver que par ma seule fuite ;

Que si l'éloignement ne peut me secourir

Je mourrai de douleur, et ce sera guérir.

ARAXE.

Depuis quand cet amour est-il dedans ton âme,

Qu'on en n'a jamais vu le moindre trait de flamme ?

CLÉODATE.

215   Hélas ! Trois ans entiers ont achevé leur cours

Depuis qui je combats ces fatales amours.

Quand le Scythe ennuyé de sa stérile terre

Chez les Mèdes surpris eût apporté la guerre,

Et qu'à leur violence, et qu'à leur cruauté

220   Le père d'Axiane eût en vain résisté,

Comme pour elle seule il craignait la tempête,

Qui menaçait son peuple, et son trône et sa tête,

Il la fit, tu le sais, venir en cette Cour,

Où bientôt de la Reine elle gagna l'amour.

225   Je la fus recevoir, je dirai-je sans blâme ?

Hélas ! Je la reçus, et ce fut dans mon âme.

Dès l'instant que je vis cette illustre beauté,

Son règne commença dans mon coeur enchanté.

Ce coeur qui fut toujours, et si libre et si brave

230   Prit enfin du plaisir à devenir esclave,

Et comme on est aveugle aussitôt qu'amoureux

Il crut que sa prison le rendrait bienheureux,

Il ne regarda point quelle en serait l'issue,

Et se serait flatté quand même il l'aurait sue.

235   Ainsi j'aime Axiane, et dans ce coeur blessé

Son empire fut grand dès qu'il eut commencé.

Son père cependant pressé de tant d'alarmes

Implora de la Reine et la force et les armes ;

Tu sais qu'on m'envoya pour lui donner secours,

240   Que je rendis le calme à ses timides jours,

Et que je le remis dans ce siège de gloire,

Où son fils aujourd'hui jouit de sa victoire,

Car ce Roi plein d'honneur et de ravissement

Passa bientôt après du trône au monument.

245   Que je revins content de ce fameux voyage

Où l'amour animait mon bras et mon courage !

Je crus que la victoire accompagnant mes pas

Favorisait mes voeux, me donnait des appas,

Et qu'une fille illustre à qui la gloire est chère

250   Aimerait le vainqueur qui fit régner son père.

Mais la Reine aussitôt m'instruisit du dessein

Qu'une raison d'état inspire dans son sein,

Et comme il faut lui plaire, et qu'elle est absolue

Il fallut approuver le dessein qui me tue.

255   Voilà mon sort, Araxe, est-il à souhaiter ?

ARAXE.

Avecque ton amour il est à redouter.

Je le confesse enfin ta fuite est nécessaire.

C'est ainsi qu'on peut vaincre un si grand adversaire.

Que si victorieux de ce puissant amour

260   Tu veux dans quelque temps revenir à la Cour,

Tes services passés, ta foi toujours fidèle

T'en ouvriront toujours la porte la plus belle ;

Ou si tes ennemis voulaient te la fermer

J'y suis pour te défendre, et pour les désarmer.

CLÉODATE.

265   J'emporte au moins ce bien de ma faveur extrême

Que tous mes ennemis consistent en moi-même,

Et c'est en ce seul point que mon destin me plaît.

Mais la Reine revient, écoutons notre arrêt.

SCÈNE III.
Nitocris, Axiane, Alcine, Cléodate, Araxe.

NITOCRIS.

J'ai d'un oeil attentif regardé votre affaire,

270   Et je sais contenter quiconque sait me plaire.

Mais enfin j'ai jugé quoi que vous prétendiez,

Que vous ne saviez pas ce que vous demandiez.

CLÉODATE.

Quoi Madame !

NITOCRIS.

Il suffit, m'en parler davantage

Ce n'est pas m'obliger, c'est me faire un outrage.

CLÉODATE.

275   Madame.

NITOCRIS.

  On vous oblige avec un tel refus.

ARAXE à l'écart.

Qu'ai-je ouï !

NITOCRIS en se retirant.

Demeurez, et ne contestez plus.

CLÉODATE en s'en allant et montrant Axiane.

Araxe il faut mourir si ta force ne m'aide,

Mon mal devient plus grand, plus j'en vois le remède.

SCÈNE IV.
Alcine, Axiane.

ALCINE.

Mais d'où vient qu'Axiane a l'esprit si changé

280   Depuis que Cléodate a demandé congé ?

AXIANE.

Hélas ! Tu dois savoir...

ALCINE.

Quoi ! Que voulez-vous dire ?

AXIANE.

Ha que ne dit-on pas lorsque le coeur soupire ?

ALCINE.

Tel discours, tel soupir est souvent un témoin

Que l'amour est au coeur ou qu'il n'en est pas loin ;

285   Et même à Cléodate étant si redevable

Croire que vous l'aimez c'est vous croire équitable.

AXIANE.

Oui j'aime ses vertus qui sont de grands appas.

ALCINE.

Vous aimez ses vertus, et vous ne l'aimez pas !

Vous soupirez pourtant, et quoi qu'on puisse dire

290   Pour les seules vertus rarement on soupire ;

Ou si l'on soupire il est à présumer

Qu'on aime beaucoup plus que l'on ne pense aimer.

Ne dissimulez point, l'amour n'est pas faiblesse

Quand son objet est noble.

AXIANE.

Enfin je le confesse ;

295   Lorsque par un dessein propice ou rigoureux

On aime la vertu d'un homme généreux,

Je sens bien par les soins que mon âme se donne

Que peu s'en faut aussi qu'on n'aime sa personne.

Depuis l'instant fatal que nous eûmes appris

300   Qu'il veut abandonner la Cour de Nitocris,

Hélas ! Je reconnais plus mon oeil le regarde

Qu'il était dans mon coeur sans que j'y prisse garde,

Que sans le ressentir l'âme peut s'enflammer,

Et qu'on aime parfois sans que l'on pense aimer.

305   Mais de grâce dis-moi, toi que je veux en croire

S'il est honteux d'aimer l'auteur de notre gloire ?

Puis-je moins lui donner ? Lui serait-il moins dû

Qu'une place en mon coeur pour un trône rendu ?

Enfin si je ne l'aime, il ne faut rien te feindre,

310   Je cherche les raisons qui peuvent m'y contraindre.

Enfin si je ne l'aime, au moins m'avoueras-tu

Que je pourrais l'aimer avec tant de vertu ;

Et comme je dois tout à son courage extrême

Je crois qu'il me fait tort s'il ne croit que je l'aime,

315   Et s'il juge mon coeur et grand et généreux

Il doit en sa faveur le juger amoureux.

ALCINE.

Qui sait s'il n'aime pas ? Au moins les grandes âmes

Font gloire de brûler dans de si belles flammes.

AXIANE.

Au moins c'est un effet que l'amour produit peu

320   Que de quitter les lieux où le coeur est en feu ;

Et l'âme un peu constante en ses prisons réduite

Aime mieux y mourir que de prendre la fuite.

ALCINE.

Mais en le retenant peut-on vous obliger ?

AXIANE.

Si tu connais l'amour je t'en laisse juger.

ACTE II

SCÈNE PREMIÈRE.

NITOCRIS seule.

325   Ô toi qui rends partout mes armes fortunées,

Qui soumis à mes lois des têtes couronnées,

Puissance souveraine es-tu faible à ton tour

Quand il faut résister aux armes de l'amour ?

Ton orgueil m'apprend bien que je ne puis sans honte

330   Brûler pour un sujet dont l'amour me surmonte,

Et qu'au rang où je suis, céleste et glorieux

Je ne dois rien aimer que des Rois ou des Dieux.

Mais enfin cet orgueil dont je faisais mes armes

Est comme un grand pouvoir captivé par des charmes,

335   Il blâme mon amour, il ne peut le flatter,

Mais il le laisse vivre, et ne peut le dompter.

Moi-même à ma grandeur quelquefois équitable

Je condamne à la mort cet amour indomptable,

Et toutefois d'un coeur à brûler destiné

340   Je nourris chèrement ce que j'ai condamné.

Ô Ciel Maître des rois qui mis en Cléodate

Tout ce que l'on révère, et tout ce qui nous flatte,

Pourquoi donc en naissant, pourquoi t'oubliais-tu

De couronner en lui la force et la vertu ?

345   Est-ce que la vertu dont l'éclat l'environne

À soi-même se sert de gloire et de couronne ?

Ou qu'enfin tu voulais couronner ce vainqueur

Par les mains de l'amour qui règne dans mon coeur ?

Mais que dis-tu mon âme ? Ou bien que veux-tu faire ?

350   Veux-tu te rendre esclave ? Ou Reine tributaire ?

Tu veux voir Cléodate assis auprès de toi,

Mais penses-tu régner en te donnant un Roi ?

Tu l'aimes maintenant qu'il est en ta puissance

De l'élever au rang où te mis la naissance,

355   Mais penses-tu l'aimer lorsque tu deviendras

Jalouse du pouvoir que tu lui donneras ?

Enfin je veux régner comme victorieuse,

Et l'amour fuit bientôt d'une âme ambitieuse ;

L'ambition le chasse, et contre ce géant

360   Quoi que fasse l'amour il est toujours enfant.

Laisse aller Cléodate où son destin l'entraîne,

Que son éloignement affranchisse une Reine,

Et qui sait si les Dieux ne l'ont point ordonné,

Pour me servir à vaincre un amour obstiné ?

365   J'aurai par son départ un nouveau diadème,

Si son départ me sert à me dompter moi-même.

Qu'il s'éloigne, et qu'il m'ôte avecque son objet

La honte de me voir sujette d'un sujet.

Mon front a trop rougi du défaut de mon âme.

370   Mais qu'Araxe veut-il.

SCÈNE II.
Nitocris, Araxe.

ARAXE.

  Je viens ici, Madame,

Poussé par Cléodate.

NITOCRIS.

Hé quoi veut-il par vous

Solliciter sa perte, et mon juste courroux.

ARAXE.

Au moins il veut partir, et quoi que l'on en pense

Il croit que sa retraite est une récompense.

NITOCRIS.

375   Ô dieux qu'on a de peine à demeurer heureux ?

Mais c'est trop me braver, qu'il parte, je le veux,

Il est de mon repos ainsi que de ma gloire

Qu'en fuyant de mes yeux il perde sa victoire.

Qu'il cherche donc ailleurs des destins fortunés,

380   Allez, allez, qu'il parte... Araxe revenez...

Hélas... Si Cléodate est injuste à soi-même

Dois-je par son défaut ternir mon diadème ?

S'il veut se condamner à ce bannissement

Dois-je l'autoriser par mon consentement ?

385   N'est-ce pas faire dire à ce peuple indocile

Que j'aime la vertu tant qu'elle m'est utile,

Mais que je la bannis sans respect et sans choix,

Lorsque j'en ai tiré ce que j'en espérais.

Ces bruits injurieux prendraient bientôt naissance,

390   Et blesseraient bientôt ma gloire et ma puissance,

Car tu sais que chacun du coeur ou de la voix

Se plaît aveuglément à censurer les Rois,

Et que leurs actions publiques ou secrètes

Trouvent de tous côtés d'injustes interprètes.

395   Dites à Cléodate...

ARAXE.

  Il est bien résolu.

NITOCRIS.

Quoi de choquer ici mon pouvoir absolu ?

ARAXE.

Mais si votre refus comme je l'appréhende

Lui fait prendre de soi le congé qu'il demande ?

Pour moi j'approuverais de le laisser partir,

400   Assuré que bientôt il doit s'en repentir,

Et qu'enfin le remords que son caprice enferme

Vous le rendra bientôt plus constant et plus ferme.

Ainsi le repentir qui le ramènera

Fera taire les bruits, et vous justifiera.

405   Enfin votre intérêt veut qu'on lui fasse croire

Que vous pouvez sans lui conserver votre gloire.

On retient quelquefois ces esprits orgueilleux

En leur faisant savoir qu'on peut se passer d'eux.

NITOCRIS se retire.

Il y faudra penser, l'affaire le mérite.

SCÈNE III.
Araxe, Atis.

ARAXE.

410   Il faut gagner pourtant ce que je sollicite,

Et vaincre par adresse ou par autorité

L'obstacle injurieux de ma félicité.

ATIS.

Mais gardez que sur vous ne fonde la tempête,

Tandis que vous croyez la pousser sur sa tête.

415   Vous voyez que la Reine a d'autres sentiments.

Pourquoi presser si fort ?

ARAXE.

Pour vaincre mes tourments.

Il faut te dire enfin pour ma propre allégeance

Jusqu'où ma vanité porte mon espérance.

Depuis qu'à ses sujets la Reine a fait juger

420   Qu'aux lois du mariage elle veut s'engager,

Et que de son État la charge étant trop forte

Elle veut qu'un époux avec elle la porte,

J'ai cru que dans le rang où le Ciel me fait voir

Elle me permettrait et l'amour et l'espoir.

425   Enfin j'en veux au trône où tout est adorable,

Enfin j'y veux monter, ou je veux qu'il m'accable,

Et je satisferai mon généreux orgueil

Si le trône est mon ciel, ou s'il est mon cercueil.

Mais afin d'espérer et sans crainte et sans peine,

430   Il faut voir Cléodate éloigné de la Reine.

Ce n'est pas que je craigne ainsi qu'un autre mal

Que son ambition le rende mon rival,

Ou qu'une grande Reine indignement blessée

Abaisse jusqu'à lui son coeur et sa pensée ;

435   Mais comme elle se rend attentive à sa voix

Et que de ses conseils elle se fait des lois,

Si je puis par adresse inspirer dans son âme

De me favoriser de sceptre et de sa flamme

Je crains que Cléodate alors injurieux

440   N'oppose à mon bonheur des conseils odieux.

Il me veut pour ami, ses soins le font paraître,

Mais nous pouvons douter s'il me voudrait pour maître :

Tel aime ses amis plus que soi mille fois

Qui les détesterait s'ils devenaient ses Rois.

ATIS.

445   Vous ne pensez donc plus à la Princesse Alcine,

Ce n'est donc plus son oeil dont l'amour vous domine,

Et cette passion dont vous sembliez charmé

N'était donc qu'un portrait d'un amour enflammé.

ARAXE.

Il faut, il faut pourtant lui laisser toujours croire

450   Que de son seul amour je fais toute ma gloire.

Comme Alcine gouverne et la Reine et son coeur,

Elle peut commencer à m'en rendre vainqueur,

Et pensant seulement me mettre dans sa grâce

Elle peut dans son coeur me donner une place,

455   Pendant que des amis et fidèles et forts

Feront en mêle temps agir d'autres ressorts.

Je sais bien que je trompe une fille adorable,

Je sais que je me rends infidèle et coupable,

Mais le sceptre qui s'offre à l'esprit enchanté

460   Est une belle excuse à l'infidélité.

C'est sans doute en nos coeurs une louable envie

De vouloir que l'amour dure autant que la vie,

Mais quoi qu'un noble amour puisse nous enseigner

Le plus beau des désirs c'est celui de régner.

465   Si tant et tant de fois comme avons ouï dire

Qu'on peut tout violer pour gagner un empire,

T'imaginerais-tu qu'on en eût excepté

Les ridicules lois de la fidélité ?

Ceux qui vont à la gloire ont une autre maxime,

470   Ils se font des vertus de ce qu'on nomme crime,

Enfin c'est être lâche, enfin c'est se trahir

Que de pouvoir régner et vouloir obéir.

ATIS.

Alcine vient ici.

SCÈNE IV.
Araxe, Alcine.

ALCINE.

Je cherche ici la Reine.

ARAXE.

Et moi je l'y rencontre, Alcine me l'amène,

475   Et par tous les endroits où reluisent ses yeux

Je trouve en même temps et mes Rois et mes Dieux.

ALCINE.

C'est pour moi, dites-vous, que votre âme soupire !

Votre coeur est trop bas s'il veut moins qu'un Empire ;

C'est pour le trône seul qu'il forme des désirs,

480   C'est dans le trône seul qu'il trouve ses plaisirs,

Et si ce coeur Royal ne court après les Reines

Il croit mal employer et ses voeux et ses peines.

Vous faites bien, Araxe, et si l'on doit aimer,

Le trône est la beauté qui doit nous enflammer.

ARAXE.

485   Quel tonnerre ai-je ouï ! Quel plus rude martyre !

Que dites-vous, Madame, ou que voulez-vous dire ?

ALCINE.

Ce que me répondrait votre coeur innocent

S'il pouvait se résoudre à dire ce qu'il sent.

Vous pouvez l'avouer sans en craindre aucun blâme.

490   Ces désirs relevés font voir une belle âme,

Et si je suis au coeur d'un Prince si parfait,

Je vois ce qu'on y trame et tout ce qui s'y fait.

ARAXE.

Me confonde le Ciel si jamais la nature

Vit naître dans le monde une amitié plus pure.

495   Le sceptre a des appas pour les ambitieux,

Mais le sceptre sans vous déplairait à mes yeux.

Je le jure, Madame, et si je vous offense

Les Dieux ne sont pas Dieux, s'ils n'en prennent vengeance.

Atis qui voit mon coeur ainsi que je le vois,

500   Vous dira si mon coeur est semblable à ma voix.

Parlez, parlez, Atis, ou bien plutôt, Madame,

Commandez que ma main vous découvre mon âme,

Et je vous ferai voir si l'on aime un vainqueur

Alors que pour lui plaire on se perce le coeur.

ALCINE.

505   Si vous m'obéissez, je serais trop cruelle,

Si vous me refusiez, vous seriez un rebelle,

Quoi qu'il en soit, Araxe, après tant de combats,

Je crains d'être obéie, et de ne l'être pas ;

Et lorsqu'on veut mourir pour montrer que l'on aime,

510   Araxe, l'on en prend le congé de soi-même.

ARAXE.

Mais aussi refuser le congé de mourir,

C'est commander de vivre à qui voudrait périr ;

Et c'est donner sans doute une preuve assez grande

Que l'on veut conserver celui qui le demande.

515   Je vivrai donc pour vous, et pour vous faire voir

Que ma mort et ma vie est en votre pouvoir.

J'ai cherché jusqu'ici la faveur de la Reine

Avec inquiétude, et même avecque peine,

Et n'ai cherché ce bien dont votre oeil est jaloux

520   Que pour être plus digne et plus aimé de vous.

Cependant ô malheur de l'amour la plus vraie

Qui fit jamais dans l'âme une incurable plaie,

On me hait, on me tue, on tâche à me blâmer

Par la même raison qui doit me faire aimer.

525   Ha ! C'est trop, cher Atis, tâche à lui faire croire

Ce qu'elle devrait voir, que l'aimer est ma gloire.

ALCINE un peu à l'écart.

Il me gagne peut-être avec un faux transport.

Qu'on est faible, bons Dieux, quand l'amour est trop fort !

Hé bien je suspendrai ma colère et ma haine.

ARAXE.

530   Ainsi j'espérerai.

ALCINE.

  Mais je vais chez la Reine.

ARAXE.

Et moi je vais languir, jusqu'à ce que les Dieux

M'ouvrent entièrement ou l'Enfer, ou les Cieux.

SCÈNE V.

ALCINE seule.

À quelle extrémité me suis-je transportée ?

Et jusqu'où le soupçon m'a-t-il précipitée ?

535   Mais à qui le soupçon dont un coeur est gêné,

Ne semble-t-il pas vrai quand l'amour l'a donné ?

Et s'il faut croire enfin ce que m'a dit la Reine,

Qu'il lui parle en captif, qui respecte sa chaîne,

Après ce témoignage, et ces tristes leçons

540   Qui dois-je condamner, Araxe, ou mes soupçons ?

Et comme la Couronne en gloire si féconde

Est la seule beauté qui plaît à tout le monde,

Ce bien si désiré, ce bien si précieux

Ne charmerait-il pas un coeur ambitieux ?

545   Hélas j'accuse Araxe, et l'excuse moi-même

Quand je vois la splendeur que jette un diadème.

Quel esprit si constant ne s'emporterait pas

Quand le chemin du trône est ouvert à ses pas ?

Et qui pour conserver le titre de fidèle

550   Ne voudrait pas courir quand un trône l'appelle ?

Moi-même dont l'amour plein d'ardeur et de foi

Ne crois rien de plus grand, ni de plus fort que soi,

Peut-être aurais-je aussi le blâme que je donne

Si l'on m'avait tentée avec une Couronne.

555   Au moins j'arrêterai par de puissants efforts

De mon ambitieux les pas et les transports,

Au moins j'empêcherai qu'Araxe qui me gêne

N'entre en victorieux dans l'esprit de la Reine.

SCÈNE VI.
Nitocris, Alcine, Axiane.

NITOCRIS.

Araxe.

ALCINE.

Il est sorti.

NITOCRIS.

Qui ne s'étonnerait

560   De l'étrange dessein que son ami conçoit ?

Quelles justes raisons peut avoir Cléodate

D'abandonner des lieux où le destin le flatte ?

Où sa vertu le met plus haut que ses souhaits,

Et n'a pas moins d'amis que j'ai de bons sujets ?

AXIANE.

565   Je m'en étonne.

ALCINE.

  Et moi je ne saurais le croire.

NITOCRIS.

Il est vrai toutefois qu'il veut quitter sa gloire.

Mais enfin vous savez ce que j'ai résolu,

Que mon esprit est las du pouvoir absolu,

Et qu'il faut qu'un époux à l'État agréable

570   Partage avecque moi cette charge honorable.

Or je ne vois qu'Araxe et Cléodate ici

Qui puissent m'exempter de peine et de souci.

Ils sont dignes tous deux par un mérite extrême

Et de ma passion et de mon diadème,

575   Et mon coeur incertain balance sur le choix

Qui mettra l'un des deux dans le nombre des Rois.

Au reste ce n'est point une amoureuse flamme

Qui produit ce désir et l'allume en mon âme.

Non, non, lorsque l'amour nous impose des lois

580   Il ne nous laisse pas la liberté du choix,

Lui seul il est le maître, il choisit, il ordonne,

Et nous contraint enfin de prendre ce qu'il donne.

Pour moi je puis choisir, et mon coeur mieux réglé

Ne suivra point la loi d'un Tyran aveuglé.

585   Dites donc votre avis, et sans que l'on me flatte

Lequel dois-je choisir, Araxe, ou Cléodate ?

AXIANE.

La justice elle-même en cet événement

Aurait beaucoup de peine à rendre un jugement,

Et de quelque côté que penche un choix auguste,

590   Il est juste, Madame, et tout ensemble injuste.

Pourquoi pour l'un des deux prononcer aujourd'hui

Si l'autre a mérité qu'on juge aussi pour lui.

Si quelque chose entre eux met de la différence,

Ce n'est pas la vertu, c'est la seule naissance.

595   En effet, Cléodate est descendu d'un sang

Trop éloigné du vôtre, et trop de votre rang ;

Sa vertu, dira-t-on, qui s'élève elle-même

Vaut mieux que la naissance et que le diadème ;

Mais enfin ce discours qu'on se plaît d'écouter

600   N'est raison que pour ceux qui veulent se flatter.

Le trône veut un sang qui le rende adorable,

Le peuple veut un Roi qui lui soit vénérable,

Et qui force au respect et l'esprit et les yeux

Par une longue suite et de gloire et d'aïeux.

605   Bien que votre faveur et juste et non commune

Du fameux Cléodate élève la fortune,

On remarquera peu le défaut de son sang

Tandis que de sujet il gardera le rang,

Car quelque grand honneur qui couronne sa vie

610   Le titre de sujet est un nom sans envie ;

Ou bien si Cléodate a quelque envieux,

Au moins, ce qui les flatte, il obéit comme eux :

Mais enfin aussitôt qu'il portera les marques

Qui font dessus un trône adorer les Monarques,

615   Comme le trône est grand, comme le trône est haut,

Alors de tous côtés on verra son défaut.

Comme on le regardait par sa seule vaillance,

On le regardera par sa seule naissance ;

Et qui peut empêcher un peuple médisant

620   De dire que l'amour l'aura rendu si grand ?

Si je ne vous rends pas victoire pour victoire,

Je dois, je dois au moins parler pour votre gloire ;

Puisque Araxe est aimable et sort du sang des Rois,

Araxe est donc celui dont je ferais le choix.

ALCINE.

625   Vos raisons ont sans doute un charme qui m'emporte,

Et vous pourriez encore en dire une plus forte.

Il est bien vrai qu'Araxe est sorti de ces Rois

Qui les premiers au monde imposèrent des lois ;

Mais à quoi lui servit cette haute naissance

630   Qu'à le faire sortir de son obéissance ?

Ainsi toutes les fois qu'il a considéré

Que l'on a vu son sang sur un trône adoré,

N'a-t-il pas témoigné par un effort extrême

Qu'il voulait sur un trône être adoré lui-même ?

635   N'a-t-il pas fait paraître en Prince furieux

Qu'on doit tout redouter d'un coeur ambitieux ?

Et que l'illustre sang qui fait les magnanimes

Est bien souvent aussi la source des grands crimes ?

Enfin où son orgueil ne sut-il pas aller ?

640   On le sait, on l'a vu, je n'en dois point parler,

Et je ne prétends pas réveiller votre haine

En vous représentant son crime et votre peine

Puisque après tant de maux, un pardon généreux

D'un sujet criminel en fait un Prince heureux,

645   Et que son repentir autant que sa défaite

Fait briller votre gloire et vous a satisfaite.

Mais est-il honorable à votre majesté

De donner la Couronne à qui s'est révolté ?

N'est-ce pas vous priver de votre propre gloire ?

650   N'est-ce pas lui céder le prix de la victoire ?

Et dire à l'Univers qui l'a vu révolter

Que vous craignez celui que vous sûtes dompter,

Que le sceptre est un bien qu'il peut enfin vous prendre,

Et que vous le donnez ne pouvant le défendre ?

655   Moindre serait la honte, et l'infortune aussi

De perdre en résistant que de céder ainsi.

Pardonnez à l'ardeur qui fait parler mon zèle,

Pour vous il est hardi, c'est-à-dire fidèle.

Si quelqu'un avec vous doit régner en ces lieux

660   Ceux qui vous font régner le méritent le mieux ;

Et ceux qui sont toujours grands et toujours adorables

Ont les vertus des Rois, ont les Rois véritables.

Cléodate a vaincu, Cléodate est aimé,

C'est par là que l'on règne et qu'on est renommé,

665   Cette haute vertu qui brille en sa personne

Ayant vaincu des Rois mérite une Couronne.

S'il n'est pas de leur sang, étant né vertueux

Il est d'un sang plus noble, il est du sang des Dieux,

Et sa main qui réduit vos ennemis en poudre

670   Peut bien porter un sceptre ayant porté la foudre.

Puisque enfin Cléodate a les vertus des Rois,

Cléodate est celui dont je ferais le choix.

AXIANE.

Araxe a fait depuis tant d'actes magnanimes

Qu'on pense avoir songé ce qu'on sait de ses crimes

675   Et ce Prince fameux qu'on ne peut plus haïr

Mérite de régner à force d'obéir.

ALCINE.

Mais au moins Cléodate en tous lieux indomptable,

Vainqueur des attentats, n'en fut jamais coupable.

Il fut Dieu tutélaire en ce tragique lieu,

680   Et peut en être Roi s'il lui servit de Dieu.

Le refuseriez-vous, lui que chacun révère ?

AXIANE.

La Reine m'apprendra ce que je voudrais faire,

Et nous allons savoir avec son jugement

Qui de vous ou de moi parle plus sainement.

NITOCRIS.

685   Je ferai, je ferai ce que le Ciel m'inspire,

Je sauverai ma gloire, et celle de l'Empire.

ACTE III

SCÈNE PREMIÈRE.
Cléodate, Achate.

CLÉODATE.

Quoi la Reine y consent ?

ACHATE.

Oui vous pouvez partir,

Et bientôt vous en plaindre et vous en repentir.

CLÉODATE seul.

Dieux qu'ai-je demandé ! Mais il faut se contraindre.

690   Enfin je l'ai voulu ; de qui puis-je me plaindre ?

Hélas que notre esprit sans conduite et sans lois

Connaît peu ce qu'il fait quand il agit pour soi.

Poussé par le transport d'une fureur secrète

J'ai comme un grand secours demandé ma retraite,

695   Et lorsque je l'obtiens j'éprouve vivement

Que j'ai sans y penser demandé mon tourment.

Je ne commence à voir dans le coup qui m'étonne

Le prix de mon destin que quand je l'abandonne,

Et je ne reconnais parmi tant de transports

700   Que j'étais dans les Cieux qu'au moment où j'en sors.

Si je souffre, Axiane, en regardant tes charmes,

Ces Tyrans adorés à qui je rends les armes,

Pour le moins je les vois, et si mes maux sont grands

C'est un bien dans l'amour que de voir ses Tyrans.

705   Qu'as-tu fait malheureux, et de quelle pensée

Ton âme trop aveugle a-t-elle été blessée ?

Ai-je cru qu'Axiane adorable en tous lieux

S'enfuirait de mon coeur si je fuis de ses yeux ?

Comme par un effet de son oeil qui me tue

710   On commence à l'aimer aussitôt qu'on l'a vue,

Ai-je cru trop injuste à son divin pouvoir

Qu'on cesse de l'aimer en cessant de la voir ?

Ai-je fait cet outrage à sa force indomptée

De me persuader qu'elle fût limitée ?

715   Non, non, je sens déjà qu'en fuyant ses appas

Mes liens s'éteindront et ne se rompront pas,

Et que je suis partout un esclave à la gêne

Que l'on tient enchaîné par une longue chaîne.

Croire enfin que l'amour, croire que la beauté

720   Ne suive pas partout un esprit enchanté,

C'est croire que les Dieux limités sur la terre

Ne peuvent en tous lieux faire choir le tonnerre.

Changez, changez, ô Dieux qui gouvernez mon sort

L'arrêt de mon départ en celui de ma mort ;

725   Faites-moi confesser que le bonheur extrême

Consiste seulement à mourir où l'on aime,

Ou bien s'il faut y vivre avant que d'expirer

Qu'on m'ôte les grandeurs qui me font révérer,

Qu'on m'ôte tous ces biens qu'idolâtre un profane,

730   On me laissera plus si je vois Axiane.

Mais les Dieux ont voulu ce que j'ai demandé ;

Mais ce que j'ai voulu dut-il m'être accordé ?

J'ai pressé mon départ, il est vrai, mais la Reine

Me devait refuser cette demande vaine,

735   Après tant de service et de maux endurés

Pour rendre entre ses mains des sceptres assurés,

Au moins de mes travaux la course infatigable

Méritait pour son prix ce refus honorable ;

Et c'est montrer du coeur et de l'affection

740   Que de faire un refus en cette occasion.

Mais que dis-je insensé ? Dont la peine es de vivre

Je ma plains d'obtenir ce qu'on m'a vu poursuivre,

Et comme mon esprit est toujours divisé

Je me plaindrais aussi qu'on me l'eût refusé.

SCÈNE II.
Cléodate, Axiane.

AXIANE.

745   Hélas... Mais je dois tout aux bontés de la Reine,

Étouffons notre amour.

CLÉODATE.

La voici. Quelle peine ?

AXIANE.

Tu veux donc renoncer à ton propre bonheur ?

Tu veux abandonner et la gloire et l'honneur ?

Quelles fortes raisons peuvent te faire croire

750   Qu'on trouve du repos en sortant de la gloire.

Quoi que cherche l'esprit pour devenir heureux

La gloire est le repos des esprits généreux,

Et la tranquillité des fortunes privées

Déplaît en peu de temps aux âmes relevées.

CLÉODATE.

755   Il faut de mon destin con tenter le courroux,

Si je ne fuis bientôt, je mourrai devant vous.

AXIANE.

Mais si la Reine a fait un dessein tout contraire,

Peux-tu lui résister, et ne pas lui déplaire ?

CLÉODATE.

La Reine aurait changé de résolution !

AXIANE.

760   Oui, la Reine témoigne une autre intention.

CLÉODATE.

Que je demeurerai !

AXIANE.

Je le crois, Cléodate,

Mais ne murmure point où ton bonheur éclate,

Elle t'aime sans doute ; et par un digne choix

Elle veut te placer dans le nombre des Rois.

765   Quel sort serait plus noble ?

CLÉODATE.

  Ou quel sort serait pire ?

Je n'ai pas respiré, qu'il faut que je soupire.

AXIANE.

Si la Cour a pour toi quelque secret tourment

Qui t'oblige à penser à ton éloignement,

Est-il enfin si fort ce mal qui te possède

770   Qu'un trône présenté n'en soit pas le remède ?

Et n'avoueras-tu pas que des sceptres offerts

Pour arrêter les coeurs sont d'agréables fers ?

Je te dis ce secret par une crainte extrême

Qu'en pressant ton départ tu te nuises à toi-même ;

775   Et je te dois assez et de bien et d'honneur

Pour t'exciter au moins d'attendre ton bonheur.

CLÉODATE.

Vous avez trop de soin d'une âme infortunée

Qui ferait son tourment de se voir couronnée.

C'était à vous servir que mon sort était doux,

780   Ce serait... Mais que dis-je ? Ou bien que dites-vous ?

La Reine m'aimerait !

AXIANE.

Et t'offre une Couronne,

Je crois qu'un tel avis ne déplaît à personne.

CLÉODATE.

Je reçois toutefois un avis si fatal

Comme on reçoit la mort quand on la croit un mal.

AXIANE.

785   Qui t'oblige à tenir cet étrange langage ?

CLÉODATE.

Beaucoup d'aveuglement, et beaucoup de courage.

AXIANE.

Qui pourrait contenter tes voeux et tes désirs,

Si tu mets la Couronne entre tes déplaisirs ?

Quoi n'aimerais-tu pas une adorable Reine ?

CLÉODATE.

790   En l'état où je suis j'ai mérité sa haine.

AXIANE.

Aimes-tu donc ailleurs ?

CLÉODATE.

Non, non, j'aime en ce lieu.

J'aime, pour achever il faudrait être un Dieu.

S'il est vrai toutefois qu'une Reine adorable

Trouve en moi des sujets d'aimer un misérable,

795   Cet amour peut me rendre assez audacieux

Pour dire que j'adore, et que ce sont vos yeux.

Si je commets un crime, ou plutôt un blasphème,

Ce n'est pas en aimant, c'est en disant que j'aime.

Pardonnez donc au feu qui me fait égarer,

800   Chacun a droit d'aimer, mais non pas d'espérer ;

Et suivant cette loi, qui cause tant d'alarmes,

Chacun a droit d'aimer vos vertus et vos charmes,

Les uns pour adorer ce qui les fait souffrir,

Les Rois pour être heureux, et moi pour en mourir.

AXIANE.

805   Non, non, ne pense pas qu'injuste ou dédaigneuse

Je condamne un amour qui me rend orgueilleuse

Si des Rois le plus grand, et le plus redouté

Se tiendrait glorieux de t'avoir surmonté,

N'est-ce pas à mon sort une pareille gloire

810   D'avoir sur Cléodate obtenu la victoire ?

C'est après tant de biens me faire un nouveau bien

De me donner ton coeur quand je te dois mien.

Aussi pour reconnaître une grâce si chère

Au moins je t'offrirais ce coeur qui te révère,

815   Si ce coeur redevable à ton bras fortuné

Était digne de toi sans être couronné.

Je te dirais enfin que je veux que tu m'aimes,

Si je pouvais t'offrir d'illustres diadèmes.

Mais puisque mon destin par un ordre fatal

820   Ne peut à tes vertus être si libéral,

Au moins je ferais voir que j'aime Cléodate,

En le priant de vaincre une amour trop ingrate,

Et de prendre d'une autre équitable en son choix

Le sceptre et la grandeur que je lui donnerais.

CLÉODATE.

825   Pour ne me pas donner ces ordres impossibles,

Apprenez que vos yeux sont des Rois invincibles.

Quoi j'osai vous aimer n'étant pas assuré

Que mes chaînes plairaient à votre oeil adoré ?

Et quand vous estimez cette basse victoire,

830   Je vaincrais un amour qui me comble de gloire !

Je suis grand, je suis Roi, j'ai des trônes dorés,

Puisque je vous adore et que vous l'endurez.

Qu'un autre pour régner coure après la puissance,

Je règne par mes fers et mon obéissance.

835   C'est être glorieux, c'est être renommé,

C'est régner que d'aimer lorsque l'on est aimé.

Pardonnez à l'amour tout ce qu'il me fait dire,

C'est la première fois qu'il parle et qu'il respire,

Pour peu que l'on le flatte, il brûle, il s'enhardit,

840   Il se flatte lui-même, et croit plus qu'on ne dit.

AXIANE.

J'excuse librement cet amour qui t'enchante

Pourvu que ta fortune en demeure contente ;

Mais si ce même amour t'ôtait du rang des Rois

Ainsi qu'un criminel je le condamnerais.

845   Je t'aime Cléodate, et parce que je t'aime

Je veux voir sur ton front briller un Diadème ;

Je te perdrai contente et telle qu'on me croit

Si lorsque je te perdis un trône te reçoit.

Si tu crois que sans moi la plus belle Couronne

850   Déplaisante à tes yeux est un mal qu'on te donne,

Pour le moins c'est un mal qui plaît en peu de temps

Et que souhaiteraient les coeurs les plus contents.

Tu sais ce que je dois au secours de la Reine,

Que par elle je vis, peu s'en faut, souveraine,

855   Et que mon sang par elle aujourd'hui glorieux

Règne dessus le trône où régnaient mes aïeux.

Pourrais-je mieux payer cette faveur extrême

Qu'en lui cédant un coeur et qui m'aime et que j'aime ?

Donne-toi donc pour moi sans plus me contester,

860   Puisque c'est par toi seul que je puis m'acquitter.

Crois que tu fus à moi comme c'est ton envie,

Et qu'il faut te donner pour le prix de ma vie :

Me refuserais-tu de payer ce grand bien

Lorsqu'en servant de prix tu recevras le tien ?

865   Que si pour t'obliger d'accepter un empire

Il ne faut plus t'aimer, et qu'il faille le dire,

Puisque mes feux sont vains et mes voeux superflus,

J'ai sur moi ce pouvoir que je ne t'aime plus.

SCÈNE III.

CLÉODATE seul.

Ha que diversement votre main redoutable

870   Sait se jouer, grands Dieux, du sort d'un misérable !

J'aime, je suis aimé, l'on m'offre un grand pouvoir,

Et parmi tant de biens je suis au désespoir !

Axiane répond à mon amour extrême,

Et veut que je la quitte, elle même qui m'aime !

875   On me présente un sceptre, et l'amour ne veut pas

Que mes yeux aveuglés y trouvent des appas !

Tous les biens et les maux que la fortune assemble

S'offrent à mon esprit, mais confondus ensemble ;

Et je ne puis choisir dans un sort si fatal

880   Que je ne prenne un bien mêlé d'un plus grand mal.

J'embrasse avec ardeur les fers que l'on me donne,

Et je crains qu'on me force à prendre une Couronne.

Enfin je suis esclave avecque ma raison,

Et ne veux point d'un trône où n'est pas ma prison.

885   Ô charmante Axiane ! Ô source de la grâce !

Si tu voulais ma gloire et qu'enfin je régnasse,

Il fallait d'un regard de haine et de rigueur

Réduire au désespoir ce misérable coeur ;

Et suivant tes desseins par un nouveau caprice

890   J'irais, j'irais au trône, ainsi qu'au précipice,

Et croirais y monter ainsi qu'un malheureux

Pour me précipiter d'un rocher plus fameux.

Mais quelle occasion maintenant me ramène

Ce sage confident des secrets de la Reine.

SCÈNE IV.
Achate, Cléodate.

ACHATE.

895   Seigneur, la Reine usant du pouvoir souverain,

Touchant votre départ a changé de dessein.

Bref elle vous attend pour une conférence

Qui tend à partager la suprême puissance,

Elle y veut votre avis, enfin répondez-y,

900   Comme étant assuré de n'être pas haï.

CLÉODATE.

Au moins j'y répondrai comme un sujet fidèle.

ACHATE.

Mais on ouvre, Seigneur, Araxe est avec elle.

SCÈNE V.
Nitocris, Araxe, Cléodate.

NITOCRIS.

Que chacun se retire, Alcine, et vous aussi,

Araxe et Cléodate ont seuls affaire ici.

905   Vous savez à quel point de puissance et de gloire

M'élève maintenant la force et la victoire.

Mes plus grands ennemis n'ont point fait de dessein

Qui n'aient été pour moi des triomphes certains.

J'ai de ce grand État les limites poussées

910   Où n'osaient mes aïeux étendre leurs pensées,

Et par moi cet Empire est si fort aujourd'hui

Que le Ciel seulement est plus puissant que lui.

Enfin de sa grandeur Babylone certaine

Ne redoute plus rien que ses Dieux et sa Reine,

915   Et ce qui rend un trône et vénérable et saint,

Je suis en tel état qu'on m'aime et qu'on me craint.

Mais je n'ai pas sans peine acquis ces avantages,

Ni vaincu sans péril les flots et les orages ;

Et parce que le sceptre est un fardeau pour ceux

920   Qui veulent bien régner et qui règnent le mieux,

Je veux faire le choix d'une illustre personne

Qui m'aide à bien porter le sceptre et la Couronne,

Et qui par les liens que donne et prend la foi

Devenant mon époux devienne votre Roi.

925   Je vous ai donc mandés avant que de rien faire

Pour avoir votre avis sur cette grande affaire.

Au moins si vos conseils dont je ferai mes lois

Répondant à mes voeux consentent à ce choix,

Vous n'aurez pas sujet de porter de la haine,

930   À quiconque obtiendra la grandeur souveraine,

Et si mon dessein vous approuvez l'effet,

Vous aimerez aussi le choix que j'aurai fait.

Parlez, parlez, Araxe.

ARAXE.

On serait téméraire

D'être d'un sentiment qui vous serait contraire ;

935   Et le conseil de l'homme est-il considéré

Quand on est comme vous par le ciel inspiré ?

Lorsque des Potentats le Ciel prend la défense

Par cent moyens divers il fonde leur puissance.

Jusques ici pour vous touché visiblement

940   Son amour immortel parut diversement,

Et sans doute aujourd'hui ce Père des Monarques

Veut de ce même amour vous donner d'autres marques

Par le choix d'un sujet plein de zèle et de foi,

Qui vous soulagera sous le titre de Roi.

945   Ainsi ce trône auguste où chacun vous adore

Avec un double appui sera plus ferme encore.

Votre pouvoir est grand, il est digne de vous,

Mais il vous semblera plus aimable et plus doux

Lorsqu'un Prince obligé par une grande Reine

950   Vous en laissant le bien n'en prendra que la peine.

Pour moi me voilà prêt, suivant toujours vos lois

De me soumettre au Roi que fera votre choix.

Déjà mon coeur soumis révère sa puissance,

Et déjà du désir lui rend obéissance,

955   Sachant que par un Dieu votre esprit inspiré,

Ne peut faire qu'un choix digne d'être adoré.

NITOCRIS.

Cléodate parlez.

CLÉODATE.

Votre dessein est juste,

Comme tout ce qui part de votre esprit auguste ;

Vos voeux seront toujours nos Maîtres et nos Rois,

960   Et sont les seuls conseils que je vous donnerais.

Mais puisque vous voulez que mon zèle s'exprime

Si je dissimulais je croirais faire un crime.

Je ne parlerai point contre ce que je crois

Car c'est un attentat que de flatter les rois.

965   Non, non, je ne crois pas, ô Reine incomparable,

Que l'hymen ait pour vous une chaîne honorable,

Et que portant partout le respect ou l'effroi,

Il vous soit glorieux de vous donner un Roi.

Si votre Majesté devait choisir un Prince

970   Qui régit avec vous cette vaste Province,

C'était lorsque l'État plein de calamités

Voyait son précipice ouvert de tous côtés,

Et qu'on ne croyait pas qu'une femme eût des armes

Plus fortes que ses yeux, et que de faibles larmes ;

975   C'était lorsqu'un grand peuple et triste et languissant

Croyait contre ses maux votre bras impuissant,

Et non pas aujourd'hui que le Ciel équitable

A rendu par vos soins le trône inébranlable,

Et que votre vertu sage et divin rocher

980   D'un vaisseau qui flottait en a fait un rocher.

Si l'on craint que des Rois voisins de cet Empire

Contre votre grandeur la puissance conspire,

Tant que dessus un trône autrefois débattu,

Seule vous régnerez avec votre vertu,

985   Ils croiront en grands Rois qui redoutent le blâme,

Qu'il leur serait honteux d'attaquer une femme,

Et sous ce voile utile et pour vous et pour eux

Ils vous protégeront en Princes généreux.

J'approuverais pourtant ainsi qu'un avantage,

990   De laisser quelque espoir d'un si grand mariage :

Au moins et les plus grands, et les ambitieux

En espérant toujours vous en serviront mieux,

Au lieu que quand un choix qui vaut une victoire

En aura mis un seul au comble de la gloire,

995   D'un trône souhaité tous les autres démis

En deviendront jaloux, et bientôt ennemis ;

Et quel heureux repos rencontrera la Reine

Quand le Roi sans plaisir sera toujours en peine ?

Vous pouvez les réduire, et la force à la main

1000   En faire des captifs du pouvoir souverain,

Mais quel est le respect, quand il n'est qu'une feinte ?

Quelle est l'obéissance alors qu'elle est contrainte ?

Une rébellion qui ne se montre pas,

Et qui fait en secret la guerre aux Potentats.

1005   Araxe qui connaît et son coeur et le nôtre

Peut répondre de lui, mais le peut-il d'un autre ?

Régnez, régnez, Madame, avecque votre bien,

Et laisser espérer, sans donner jamais rien.

Que chacun vous regarde avec un oeil de flamme,

1010   Vous régnerez en paix jusques dedans votre âme,

Si les grands de l'État prosternés devant vous

En demeurant Rivaux ne sont jamais jaloux.

Demeurez toute seule au char de la victoire,

Deux n'y peuvent tenir avecque même gloire.

1015   Si l'Empire est un faix qui semble vous charger,

Il le faut porter seul pour le trouver léger.

NITOCRIS.

Je sais vos sentiments, c'est assez pour cette heure,

Cependant obéis, Cléodate, et demeure ;

Et si pour toi la Cour est un lieu sans appas,

1020   Apprends à demeurer où tu ne te plais pas.

SCÈNE VI.
Cléodate, Araxe.

ARAXE.

Que la Reine me fait un bien incomparable !

Et qu'en te retenant elle m'est favorable !

Enfin ses volontés que tu dois respecter

Me laisse un ami que tu voulais m'ôter.

CLÉODATE.

1025   Enfin ses volontés sont de nouvelles armes

Qu'elle donne au destin qui m'arrache des larmes.

ARAXE.

Tu te crois misérable, et pourtant si tu veux

Il ne tiendra qu'à toi que tu ne sois heureux.

Veux-tu que je te parle avec cette franchise

1030   Qu'une longue amitié nous a toujours permise ?

La Reine a résolu de nous donner un Roi,

Tâche que son esprit se déclare pour moi.

Renverse tes raisons par des raisons plus fortes,

Ouvre-moi de l'Empire et la gloire et les portes,

1035   Si quelqu'un doit régner, ne vaut-il pas bien mieux

Que ce soit ton Ami qu'un Monarque odieux ?

Obtiens, obtiens pour moi cette grande victoire,

Fais un Roi qui te doive et son sceptre et sa gloire,

Et je saurai bien rendre à ta fidèle ardeur

1040   Couronne pour Couronne, et grandeur pour grandeur ;

L'amour est dans ton coeur sans biens et sans délices,

Comme un désespéré qui court aux précipices,

Enfin si je commande, enfin si je suis Roi,

Axiane te plaît, Axiane est à toi ;

1045   Et pour mieux te payer et mieux te satisfaire,

Je puis te faire entrer au trône de son frère.

CLÉODATE.

Vous le pourriez, Araxe !

ARAXE.

Oui suivant mes desseins

Je puis faire tomber son sceptre entre tes mains.

CLÉODATE.

Moi j'aimerais un sceptre acquis avec un crime !

ARAXE.

1050   Tout ce qui mène au trône est juste et légitime.

CLÉODATE.

Ha ! Que ce sentiment qui me remplit d'effroi

Est indigne d'un coeur qui prétend être Roi.

J'ai conseillé la Reine en sujet qui l'honore,

J'ai dit ce que j'ai cru, je le dirais encore.

1055   Il n'est point d'intérêt, de sceptre ni d'espoir

Qui me puisse obliger à trahir mon devoir,

Et ma fidélité de foi récompensée

Ne se plaindra jamais que l'amour l'ait blessée.

ARAXE.

Tu ne sais pas aimer, ou bien tu n'aimes pas.

CLÉODATE.

1060   Quoi ! Lorsqu'on sait aimer, fait-on des attentats ?

ARAXE.

Tu veux être absolu, tu le fais bien paraître,

Et crains que ton ami ne devienne ton Maître.

CLÉODATE.

Mes amis sont mes biens, mes amis sont mes Rois,

Tant qu'ils respecteront la Justice et ses droits ;

1065   Enfin j'aime partout les desseins magnanimes,

Mais je n'ai point d'amis où l'on aime les crimes.

ARAXE.

Voulez-vous m'attaquer avecque ce discours ?

CLÉODATE.

Je voudrais vous servir aux dépens de mes jours.

ARAXE.

Certes vous m'en donnez un fort grand témoignage.

CLÉODATE.

1070   Vous ai-je abandonné prêt à faire naufrage ?

ARAXE.

Vous vanter de ce bien c'est me l'avoir ravi.

CLÉODATE.

C'est vous faire savoir que je vous ai servi.

ARAXE.

Le sort a fait ce bien que vous avez cru faire.

CLÉODATE.

Implorez donc le sort s'il peut vous satisfaire.

1075   Pour moi je vous promets du zèle et de la foi

Si le destin permet que vous soyez mon Roi.

ARAXE.

Et moi, quoi que la terre ou le Ciel me destine,

Ou Monarque, ou sujet, j'ai conclu ta ruine ;

Je ne veux point d'amis qui soient si généreux,

1080   Et j'aime les méchants qui me rendront heureux.

ACTE IV

SCÈNE PREMIÈRE.
Nitocris, Achate, Alcine.

NITOCRIS.

Mais, Achate, a-t-il su ce que j'ai dedans l'âme ?

A-t-il su mon dessein ?

ACHATE.

N'en doutez point, Madame.

NITOCRIS.

Toutefois son conseil puissamment disputé

N'est pas sorti d'un coeur que le trône ait flatté.

ALCINE.

1085   Au moins il est sorti d'un coeur noble et fidèle

Qui dit les sentiments que lui donne son zèle.

Au moins il vous fait voir qu'il est sans intérêt,

Que votre seule gloire est tout ce qui lui plaît,

Et que s'il possédait la grandeur souveraine,

1090   Il y vivrait en Roi dont vous seriez la Reine.

NITOCRIS.

Cependant ses conseils qui me gagnent le coeur

Ôtent presque à l'amour le titre de vainqueur :

Et toujours sans dessein incertaine et flottante

J'ignore où se tiendra ma fortune inconstante.

1095   Lorsqu'à mon faible esprit ses raisons se font voir

L'amour n'ose paraître, et perd tout son pouvoir ;

Et lorsque sa vertu se présente à mon âme

L'amour reprend sa force, et rallume sa flamme ;

De sorte qu'en mon coeur agité comme il est

1100   L'amour se meurt sans cesse, et sans cesse renaît.

ALCINE.

Pensez-vous que le Ciel qui des Princes dispose

En vain aux Potentats inspire quelque chose ?

Non, non, par votre amour il montre clairement

Qu'un Roi vous doit aider à régner sûrement ;

1105   Et par tant d'actions d'éternelle mémoire

Dont Cléodate appuie et le trône et sa gloire,

Le Ciel qui vous chérit, le Ciel veut témoigner

Que pour votre bonheur c'est lui qui doit régner.

NITOCRIS.

Mais enfin si le Ciel, où le sceptre se donne,

1110   Voulait que Cléodate eût part à ma Couronne,

Il ne combattrait pas mon esprit inconstant

Par les fortes raisons que Cléodate rend.

ALCINE.

Trop souvent du vrai bien pour qui notre âme est née,

Par de fausses raisons elle s'est détournée ;

1115   Et le Ciel à vos yeux les veut représenter

Afin de les combattre, afin de les dompter.

NITOCRIS.

Je ne puis discerner, sage et prudent Achate,

Si son discours est vrai, mais au moins il me flatte ;

Mais qui n'est pas flatté par les impressions

1120   Dont l'agréable erreur flatte nos passions ?

Elle dit ces deux vers comme en elle-même.

Ô Dieux qu'il est aisé dans l'amoureux empire

D'être persuadé de ce que l'on désire !

Mais Araxe revient ; il faut qu'il sache enfin

Ce que m'ont inspiré le Ciel et le destin.

SCÈNE II.
Nitocris, Araxe, Alcine.

NITOCRIS.

1125   Araxe, ton avis est la loi nécessaire

Que je veux m'imposer, et que j'ai dû me faire.

ARAXE.

Quiconque estimera votre tranquillité

Donnera ce conseil à votre majesté.

Plaise aux Dieux que l'État toujours d'intelligence

1130   Imite mon respect et mon obéissance.

NITOCRIS.

Cléodate est celui sur qui les justes Dieux

M'ont fait porter enfin et l'esprit et les yeux.

ARAXE.

Cléodate Madame ! Il est incomparable,

Et vous ne pouvez faire un choix plus adorable ;

1135   Il est digne d'avoir un rang entre les Rois,

Si pourtant son esprit peut souffrir votre choix.

NITOCRIS.

S'il peut souffrir mon choix !

ARAXE.

Au moins je l'appréhende.

NITOCRIS.

Expliquez-vous, Araxe, et je vous le commande.

S'il peut souffrir mon choix ! Parlez, expliquez-vous,

1140   Et surtout gardez-vous de parler en jaloux.

ARAXE.

Permettez donc plutôt que je perde la vie,

De peur qu'un zèle ardent ne passe pour envie.

ALCINE.

Pour ne pas achever, vous avez trop parlé,

Parlez, parlez, Araxe, envieux ou zélé.

1145   Quoi vous craindrez l'envie ainsi que quelque peine,

Et vous ne craindrez pas la fureur d'une Reine !

ARAXE.

Je parlerai, Madame, et je suivrai vos lois

Puisque vous le voulez et qu'enfin je le dois.

Cléodate est charmé des beautés d'Axiane,

1150   Pour lui tout autre objet est funeste et profane,

Et pour elle soumis, et pour elle inhumain

Jusque sur les Autels il porterait la main.

NITOCRIS.

Cléodate aimerait Axiane !

ARAXE.

Il l'adore,

Et s'il pouvait plus faire, il ferait plus encore.

NITOCRIS.

1155   Hé bien, Araxe, il aime, il s'est laissé charmer,

Est-ce un crime, est-ce un mal que l'on doive blâmer ?

S'il eût aimé la Reine avant que de connaître

Le dessein qu'elle avait de nous donner un Maître,

N'eussiez-vous pas blâmé cette amoureuse erreur

1160   Comme un aveuglement, ou comme une fureur ?

Aimer serait un crime en pareille occurrence,

Car le respect finit où cet amour commence.

Quand il saura les voeux de votre Majesté

Ses flammes céderont à votre volonté.

1165   Bien qu'à vaincre l'amour on trouve tant de peine,

On se résout bientôt d'adorer une Reine,

Et quelque humilité qu'on semble témoigner

Bientôt le plus soumis se résout à régner.

ARAXE.

Je ne condamne point un amour magnanime,

1170   Tout adorable objet rend l'amour légitime ;

Mais je condamne au moins ses injustes desseins,

Et je crois découvrir le crime que j'en crains.

Qui ne jugerait pas que sa main trop hardie

Favorise déjà le Roi de la Médie ?

1175   Et que pour obtenir Axiane sa soeur

La noire trahison infecte ce grand coeur ?

Pourquoi vous presse-t-il dans la paix où nous sommes

D'envoyer à ce Roi tant d'argent et tant d'hommes ?

Les Scythes qu'il craignait sont vaincus et défaits,

1180   Et comme votre État, son État est en paix.

Pourquoi donc tous les jours comme par quelques charmes

Éloigne-t-il de vous votre forces et vos armes ?

Qui ne connaîtrait pas qu'on forme un attentat

Et que pour l'achever on affaiblit l'État ?

1185   Mais pourquoi l'a-t-on vu d'une force obstinée

Opposer des raisons contre votre hyménée ?

Il redoute qu'un Roi n'arrache de ses mains

Le moyen d'accomplir ses injustes desseins ;

Car enfin pouvant tout dans ce puissant Empire,

1190   Il a tous les secrets qui peuvent le détruire.

Pour gagner Axiane il ose tout tenter,

Et par un crime heureux il veut la mériter.

NITOCRIS.

Quel témoin avez-vous contre cette pratique ?

ARAXE.

On prend peu de témoins d'un dessein si tragique.

1195   Et contre les grands maux que l'on peut redouter

L'apparence est la voix que l'on doit écouter.

NITOCRIS.

Achate.

ARAXE.

Elle lui parle.

NITOCRIS.

Allez, et qu'on le garde.

Lorsque l'on se néglige, Araxe, on se hasarde.

ARAXE.

Assurez-vous, Madame, et pour vous et pour nous.

NITOCRIS.

1200   Oui je m'assurerai, mais ce sera de vous,

Si d'un crime si grand Cléodate est coupable,

Je saurai vous traiter en Princesse équitable ;

Et si vous répandez sur sa fidélité

Le funeste venin d'un forfait inventé,

1205   La même en ordonnant ou le prix ou la peine

Je saurai vous traiter en équitable Reine.

Par le destin d'un seul étonnant les flatteurs

J'imposerai silence à tous les imposteurs ;

Et si tous les grands coeurs qui portent la Couronne

1210   Imitaient quelquefois l'exemple que je donne,

La noire calomnie étoufferait sa voix

Et ne régnerait pas dans la cour des grands Rois.

ARAXE.

Quand je veux vous servir me croyez-vous un traître ?

NITOCRIS.

Araxe, le succès le fera reconnaître.

1215   Qui n'est pas en péril s'il dépend du succès ?

NITOCRIS.

Croyez que l'équité jugera ce procès

Allez, retirez-vous.

ARAXE.

Que mon sort est étrange.

SCÈNE III.
Nitocris, Alcine.

NITOCRIS.

Ainsi des lâchetés ma justice se venge.

ALCINE.

Mais pardonnez, Madame, à mon zèle indiscret,

1220   S'il ne peut se borner, ni se tenir secret.

Si vous devez traiter comme en cette aventure

De semblables avis ainsi qu'une imposture,

Qui voudrait étonné par ces tristes leçons

Vous donner des conseils sur de justes soupçons ?

1225   Qui n'aimera pas mieux, à couvert de la haine,

Vous laisser en péril que de se mettre en peine ?

Il est peu de sujets d'une si haute foi

Qui ne s'aiment autant qu'ils respectent leur Roi.

NITOCRIS.

Je sais ce que je fais, et jamais ma puissance

1230   Aveugle et sans raison n'attaqua l'innocence.

Il est toujours, Araxe, à regret fléchissant,

Et tout ambitieux n'est jamais innocent.

Moi je pourrais souffrir ces noires impostures

Qui portent jusqu'à moi leurs sanglantes injures !

1235   N'est-ce pas m'attaquer que de faire un effort

Pour m'ôter un sujet par qui l'État est fort ?

N'est-ce pas attenter que de vouloir détruire

Et l'appui de ma gloire, et l'appui de l'Empire ?

ALCINE.

Oui c'est un attentat, mais votre Majesté

1240   Croira-t-elle un soupçon comme une vérité ?

NITOCRIS.

Ses vieilles trahisons confirment les nouvelles,

Et je n'écoute rien pour un chef de rebelles.

ALCINE.

Mais la justice même est un monstre odieux

Quand elle est sans oreille aussi bien que sans yeux.

NITOCRIS.

1245   Bien qu'Araxe soit tel que l'État l'appréhende,

Je ne m'étonne pas qu'Alcine le défende.

Je vois visiblement ce que ton coeur ressent,

Et ce que nous aimons nous paraît innocent.

ALCINE.

Moi, moi, je l'aimerais ? Que dites-vous Madame ?

NITOCRIS.

1250   Je sais bien qu'il te trompe, et qu'il est dans ton âme.

Cache ta passion, feins, je te le permets,

Mais crois que j'ai des yeux où je ne suis jamais.

Laisse-moi pour cette heure, aussi bien vois-je Achate,

Et crains enfin un traître à l'instant qu'il te flatte.

SCÈNE IV.
Nitocris, Achate.

NITOCRIS.

1255   A-t-on suivi mon ordre ?

ACHATE.

  Il est exécuté.

L'on cherche Cléodate, Araxe est arrêté.

Mais souffrez que je parle avec cette franchise

Que votre Majesté m'a de tout temps permise.

Vous avez, ce me semble, un peu trop promptement

1260   Sur un simple soupçon rendu ce jugement.

Si ce qu'Araxe a dit n'est pas une imposture

Qui pourra de son coeur effacer cette injure ?

NITOCRIS.

Mais s'il est imposteur, ai-je assez promptement

Contre sa lâcheté rendu ce jugement ?

ACHATE.

1265   On ne saurait trop tôt châtier un coupable.

NITOCRIS.

J'ai donc trop différé de paraître équitable.

Mais s'il ne suffit pas qu'un Monarque parfait

Agisse justement si quelqu'un ne le sait,

Sache ce que j'ai fait, et ce qu'il faut qu'on fasse

1270   Envers les révoltés qui rentreront en grâce.

J'ai suivant des conseils qui tu sus m'inspirer,

Chez Araxe, un esprit dont je puis m'assurer.

Atis ce confident qu'il aime sans réserve,

Est chez lui de ma part, il le veille, il l'observe.

1275   Bref, il m'a dit qu'Araxe avait fait le dessein

De perdre Cléodate, et même par ma main,

Que par mon mariage où son orgueil aspire

Il prétend me ravir et le sceptre et l'Empire,

Et qu'il feint pour Alcine et flamme et passion

1280   Pour la faire servir à son ambition.

Enfin j'ai découvert ses fureurs insensées,

Et je lui vois former jusqu'aux moindres pensées.

Juge après des desseins conçus si lâchement

Si tu dois à ce traître un meilleur traitement.

1285   Je ne veux pas pourtant d'un esprit indomptable

Croire de toute erreur Cléodate incapable ;

Il faut bien régner s'assurer en effet

Et de ceux que l'on aime, et de ceux que l'on hait.

Il n'a pas sur mon âme une telle victoire

1290   Que je puisse encor l'immoler à ma gloire,

Je l'aime, mais je l'aime en sage Potentat

Qui perdrait ce qu'il aime en faveur de l'État.

Mais ne viendra-t-il point ?

ACHATE.

On le cherche, Madame.

NITOCRIS.

Que de soins différents repassent dans mon âme !

1295   L'imposture d'Araxe à me nuire obstiné

Se change en un soupçon dans mon esprit gêné.

Je sais que son discours est un fameux mensonge,

Que c'est d'un envieux et l'ouvrage et le songe,

Mais c'est un songe affreux qui travaille le coeur,

1300   C'est un fantôme vain, c'est un rien qui fait peur.

ACHATE.

Mais voici Cléodate.

NITOCRIS.

À quels maux je m'expose !

SCÈNE V.
Nitocris, Cléodate.

NITOCRIS.

Je te veux seulement demander une chose,

Je te veux demander de même qu'un grand bien,

Que de la vérité tu ne me caches rien.

CLÉODATE.

1305   Si votre Majesté demandait le contraire

Je ne sais si mon coeur pourrait vous satisfaire.

NITOCRIS.

Aimes-tu ? Réponds-moi.

CLÉODATE.

Si j'aime !

NITOCRIS.

Réponds-moi,

Lorsqu'on hésite ainsi, l'on veut manquer de foi.

CLÉODATE.

Plutôt le juste Ciel me punisse en profane.

NITOCRIS.

1310   Mais enfin aimes-tu la Princesse Axiane ?

CLÉODATE.

Oui, Madame, je l'aime, et les Cieux irrités

Mêlent cette amertume à mes prospérités,

Lorsque j'ai demandé dans ma peine secrète

Que votre Majesté m'accordât ma retraite,

1315   Ainsi je demandais comblé de mille ennuis

Le congé de fuir des prisons où je suis ;

Ainsi je recherchais un secours nécessaire

Pour dompter un amour qui devait vous déplaire,

Et par ce libre aveu d'un injuste transport

1320   Je cherche pour vous plaire ou l'exil ou la mort.

NITOCRIS.

Donc sans qu'il soit besoin de me faire outrage

Si pour toi mon esprit s'expliquait davantage,

Cet amour qui t'arrête en ses douces prisons

Est la seule raison de tes sages raisons.

1325   C'est donc ce seul amour, et non pas Cléodate

Qui donne ces conseils où tant de gloire éclate.

C'est donc ce seul amour aveugle, et non pas toi

Qui refuse le trône, et le grand nom de Roi.

Crois, crois ce Conseiller qui te parle à l'oreille,

1330   Qui trompe autant de coeurs que son charme en conseille,

Et qui fait préférer d'inutiles liens

Et des maux sans espoir aux plus solides biens.

C'est quelquefois vertu, c'est quelquefois courage

De savoir refuser des sceptres en partage ;

1335   Mais pour toi, pour toi-même et sans coeur et sans foi,

C'est un aveuglement qui me venge de toi.

Aime, aime toutefois, ne crains rien de tragique,

Notre pouvoir n'est pas un pouvoir tyrannique,

Il se borne où les Dieux ont leurs droits limités,

1340   Il ne veut pas régner dessus les volontés.

Mais au moins répons-moi, quelle est ton espérance ?

La Princesse Axiane est-elle en sa puissance ?

Elle peut comme toi dans l'amour s'obstiner,

Elle peut se promettre, et non pas se donner,

1345   Les filles de son rang, quoi qu'elles se proposent,

Sont les biens des États, dont les États disposent.

CLÉODATE.

Je vous ai dit que j'aime, hélas sans le savoir,

Car enfin est-ce aimer que d'aimer sans espoir ?

Non, non, je n'attends rien d'une flamme si vaine,

1350   Sinon que dans votre âme elle allume la haine,

Sinon que cette haine invincible à son tour

Me repousse du trône où m'appelle l'amour.

Voyez où me réduit le soin de votre gloire ;

J'aimerai votre haine ainsi qu'une victoire,

1355   Pourvu que cette haine appuyant mon devoir,

D'un rang si glorieux vous empêche de choir,

En effet, c'est tomber de la gloire suprême

De partager l'éclat qui vient du diadème.

Ainsi ne pensez pas que des feux obstinés

1360   M'inspirent les conseils que je vous ai donnés,

Si j'étais sans l'amour, dont ma raison s'irrite,

Je vous les donnerais avec plus de mérite,

On me croit maintenant aveugle et malheureux,

On me croirait alors et grand et généreux,

1365   On mettrait mes conseils entre les grands exemples,

Et l'on m'élèverait à la gloire des temples.

Mais quand ils partiraient d'un amour odieux,

Qu'importe d'où procède un conseil glorieux ?

L'amour que je ressens m'est un poison funeste,

1370   Mais je l'estimerais comme un présent céleste,

Si lors qu'il me confond et qu'il me fait rougir

Pour votre propre gloire il me faisait agir.

NITOCRIS.

Mais si je veux ma honte, et si je veux ma peine,

Est-ce à toi de régler le destin de ta Reine ?

CLÉODATE.

1375   Mais il est d'un sujet qui respecte vos lois

De résister aux Rois pour la gloire des Rois.

Pardonnez donc, Madame, à cette ardeur extrême

Qui s'oppose à la main qui m'offre un diadème,

Je crois que cet amour qui peut me faire Roi

1380   Est un grand attentat que je fuis malgré moi.

Jusques ici par vous, et pour vous redoutable

J'ai peut-être rendu votre Empire indomptable,

J'ai fait pour votre gloire et pour le rendre heureux

Tout ce que pouvait faire un sujet généreux ;

1385   Mais enfin je connais, et je commence à croire

Que je n'ai pas tout fait ce que veut votre gloire,

Je manque en une chose où je puis recourir,

C'est ce que je vis encore et qu'il fallait mourir.

NITOCRIS.

Si tu fis pour ma gloire et pour mon avantage

1390   Tout ce que pouvait un illustre courage,

Pourquoi ne veux-tu pas dans l'état où je suis

Que je fasse pour toi autant que je le puis ?

CLÉODATE.

Le devoir de sujet, cette loi que j'honore,

M'oblige incessamment à faire plus encore.

1395   Mais un autre devoir où les Rois sont soumis

Veut que vous fassiez moins qu'il ne vous est permis.

NITOCRIS.

Tiens-toi donc au devoir et pour y satisfaire,

Regarde incessamment à qui tu peux déplaire.

Va j'ai l'esprit content.

SCÈNE VI.
Achate, Nitocris.

ACHATE.

Enfin vous le voyez,

1400   Araxe a moins failli que vous ne le croyez,

Tout ce qu'il vous a dit n'est pas une imposture,

Vous voyez de l'amour, craignez une autre injure.

Madame, cependant, Araxe est arrêté,

Et s'il est innocent, c'est un Prince irrité.

NITOCRIS.

1405   Innocent ou coupable, on lui fera justice.

Mais va-t-en le trouver, sonde son artifice,

Sers-toi de ton esprit pour connaître le sien,

Flatte, promets, menace, enfin n'épargne rien.

SCÈNE VII.

NITOCRIS seule.

Ha que j'éprouve bien parmi tant d'avantages

1410   Que le trône est un Ciel jusqu'où vont les orages,

Ou que c'est un Autel sur un globe attaché

Dont le Dieu n'est souvent qu'un esclave caché,

Dont le Dieu palissant du soin qui le dévore

Est plus infortuné que celui qui l'adore.

1415   Je puis assujettir tout un monde nouveau,

Je puis tout dans un rang et si noble et si beau,

Excepté seulement qu'un sujet trop fidèle

Convertisse en amour les flammes de mon zèle.

J'aidai par mon pouvoir sa débile vertu,

1420   De gloire et de splendeur ma main l'a revêtu,

De degrés en degrés l'amour qui me gourmande

L'approche adroitement du trône où je commande,

Bref je l'ai mis au rang qu'il pense avoir trouvé,

Et pour descendre moins je l'ai plus élevé.

1425   Je comble enfin d'honneur un sujet qui me dompte

Pour l'aimer seulement avecque moins de honte,

Et cacher à mes yeux, comme un indigne objet,

Parmi tant de grandeurs le titre de sujet.

Cependant, ô fureur, dont l'atteinte fatale

1430   Mêle aux feux de l'amour une flamme infernale,

Tant de biens, tant d'honneurs dont l'ai cru l'asservir

N'ont aidé qu'à me nuire, et qu'à me le ravir,

N'ont aidé seulement qu'à lui donner l'audace

D'offrir ailleurs un coeur qu'il devait à ma grâce.

1435   Il ne s'en cache point, il montre ouvertement

Qu'il ne craint ni mon bras, ni mon ressentiment :

Et comme il ne se peut par un destin funeste

Qu'avec beaucoup d'amour on soit longtemps modeste,

Criminel en son coeur peut-être qu'il prétend

1440   Mériter Axiane en me précipitant.

Si je ne vois son crime et sa fureur extrême,

N'est-ce pas l'avouer que de dire qu'il aime ?

Au moins en cet amour qu'il fuit aveuglément

N'en vois-je pas la cause et le commencement ?

1445   Songe en Reine attaquée à ta propre assurance,

Tu dois tout à ton bien, et tout à ta vengeance,

N'attends pas les effets de sa présomption,

Et préviens l'attentat par la punition.

Mais jusqu'où va l'ardeur de mon âme insensée ?

1450   Croirai-je un imposteur ? Croirai-je une pensée ?

Que ne fait pas à croire à l'esprit offensé

L'amour qui se dérègle et qui se croit blessé ?

Pourquoi trouver étrange en Princesse inhumaine

Qu'avec une autre amour il refuse une Reine,

1455   Si pour lui maintenant, trop aveugle pour moi

Mon esprit insensé refuserait un Roi ?

Mais quoi que la douceur et m'inspire et m'ordonne,

Que ne doit-on pas craindre avec une Couronne ?

Cléodate est puissant, et si fort désormais

1460   Que je redoute en lui ma grâce et mes bienfaits.

Ô dieux ! Au triste état où me met mon caprice

Tout me semble un tonnerre, et tout un précipice ;

J'ai peur de mon amour, j'ai peur aussi de moi,

Le bras qui m'appuya me donne de l'effroi ;

1465   Car enfin quand l'amour est une fois extrême

Le plus sage peut-il répondre de soi-même ?

Et lorsque l'on le peut, qu'a-t-on jamais vengé

Avec plus de plaisir qu'un amour outragé ?

SCÈNE VIII.
Nitocris, Alcine.

NITOCRIS.

Que veut-on ?

ALCINE.

S'il est vrai ce que l'on nous assure,

1470   Le frère d'Axiane est dans la sépulture.

NITOCRIS.

Le Roi de la Médie !

ALCINE.

On m'a dit qu'il est mort.

NITOCRIS.

J'en ai de la douleur, et j'attends même sort.

ACTE V

SCÈNE PREMIÈRE.
Alchate, Alcine.

ALCINE.

Araxe a-t-il commis ces fautes effroyables ?

ACHATE.

Il parle en innocent comme tous les coupables.

ALCINE.

1475   Mais où retournez-vous ? Ne puis-je le savoir ?

ACHATE.

Je vais le retrouver, la Reine le veut voir

Depuis qu'elle a reçu les Députés des Mèdes,

Il semble que son mal surpasse les remèdes,

Son amour, son dépit, un soupçon éternel

1480   Lui peignent Cléodate ainsi qu'un criminel ;

Enfin pour peu qu'Araxe en donne d'apparence,

Je crains pour Cléodate, et pour son innocence.

Que ne peut un dépit si vif et si pressant

Alors qu'il se rencontre avec un bras puissant ?

ALCINE.

1485   En effet, Cléodate aura peu de semblables.

ACHATE.

En effet, on voit peu de ces coeurs adorables.

ALCINE.

Quelques-uns les prendraient pour des esprits blessés.

ACHATE.

Les seuls ambitieux les croiront insensés.

ALCINE.

Enfin pour refuser un sceptre qu'on apporte,

1490   Il faut avoir une âme ou bien faible ou bien forte.

ACHATE.

Chacun en jugera selon sa passion.

Mais il faut m'acquitter de ma commission.

ALCINE seule.

Que l'extrême fureur dure peu dans une âme

Lorsque l'amour y jette un rayon de sa flamme !

1495   Hélas ! J'ai souhaité comme pour me venger

Qu'Araxe succombât sous ce dernier danger,

Et quand je vois sa peine, et ma vengeance prête,

Je voudrais que son mal retombât sur ma tête.

Ô Dieux ! Ô justes Dieux quel crime ai-je commis

1500   Pour aimer le plus grand de tous mes ennemis ?

Car des plus noirs destins la fureur donne-t-elle

Un plus grand ennemi qu'un amant infidèle ?

Les autres ennemis et vaincus et défaits

Pour le moins en leur mort nous laissent quelque paix,

1505   Et de cet ennemi la perte déplorable

Laisserait dans mon âme une guerre effroyable.

Je souhaite sa mort, et pourtant je la crains,

Mon âme le déteste, et pourtant je le plains,

Et toujours sans repos inconstante et confuse,

1510   Je fais des voeux pour lui quand même je l'accuse.

Je ne regarde plus l'injure qu'il me fait,

Je regarde l'horreur ou son destin le met,

Je voudrais son salut à moi-même cruelle,

Même aux conditions qu'il me fut infidèle.

1515   Mais la Reine...

SCÈNE II.
Nitocris, Cléodate, Alcine.

NITOCRIS.

  On saura ce que j'ai projeté.

CLÉODATE.

Avez-vous des soupçons de ma fidélité ?

Croyez-vous que la mort d'un Prince magnanime

À mon transport aveugle ajoute quelque crime ?

C'est là l'horrible nom que je donne à l'espoir

1520   Si votre Majesté me défend d'en avoir.

Enfin, lorsqu'on m'attaque avec tant d'injustices

Croirez-vous l'imposture et non pas mes services.

NITOCRIS.

Au moins ta liberté montre assez clairement,

Que mon esprit douteux suspend son jugement.

CLÉODATE.

1525   Ha ! Madame, ce doute honore l'imposture,

Et fait à l'innocence une mortelle injure.

NITOCRIS.

S'il blesse l'innocence, il répare ce tort

En rendant son triomphe et plus noble et plus fort.

Mais obéis, va voir Axiane, et l'amène.

1530   Ainsi je veux m'ôter de soupçon et de peine.

Si le rapport d'Araxe évente des desseins,

Au moins mes ennemis seront entre mes mains.

Mais dois-je à la vertu moi-même trop ingrate

À ta trahison même exposer Cléodate !

1535   Et contenter enfin un amour irrité

Sous ombre de veiller pour mon autorité ?

Ô Dieux, que la fureur ressemble à l'injustice !

Mais Araxe vient-il.

ALCINE.

Ô Ciel soit-lui propice ?

SCÈNE III.
Nitocris, Araxe.

NITOCRIS.

Mais il entre, sortez, je veux l'interroger.

1540   Achate éloignez-vous, et m'en laisser juger.

Araxe parle-moi, mais avec confidence,

Dis-moi la vérité, je t'offre ma clémence,

Tu travailles toi seul à te précipiter,

Tu t'es mis en péril, mais tu peux t'en ôter.

1545   Je sais que Cléodate est innocent du crime

Dont tu voulais noircir sa gloire et son estime ;

Mais ce n'est pas assez, je veux que devant moi

Tu confesses le tort que tu fais à sa foi.

Parle, et ne cherche point dans la feinte un refuge,

1550   Je serai seule ici ton témoin et son juge,

Et selon ta réponse, et selon tes voeux,

Ton juge te sera propice ou rigoureux.

Ne crains point de rougir en ma seule présence,

Qu'un acte de vertu t'achète ma clémence.

1555   Si dans les nobles coeurs la honte est un tourment,

Pourrais-tu recevoir un moindre châtiment ?

Au moins prends assurance en la joy d'une Reine,     [2]

Que rougir devant moi sera ta seule peine.

ARAXE.

J'ai pensé vous servir de vous représenter

1560   Ce que tant de raisons me faisaient redouter,

Mais si c'est un forfait qui regarde l'Empire

Que de dire trop tôt ce que le zèle inspire,

J'ai failli, je l'avoue, et ne m'en repends pas,

Puisque c'est pour sauver et vous et vos États.

NITOCRIS.

1565   Quoi, n'est-ce pas assez de la première injure ?

Voulez-vous à l'audace ajouter l'imposture ?

Usez de ma bonté lorsque vous le pouvez,

Vous êtes prêt à choir si vous vous élevez.

Songez donc que je suis, lorsque j'en ai l'envie,

1570   Maîtresse de la mort ainsi que de la vie,

Et que les Dieux n'ont point d'espace limité

Entre vous et la mort sinon ma volonté.

ARAXE.

Je sais que je dépends de votre bras auguste,

Je sais qu'il est puissant, mais je sais qu'il est juste ;

1575   Comment pourra-t-on rendre un Roi victorieux

S'il n'ose montrer ceux qu'on croit factieux ?

C'est ouvrir la carrière aux plus énormes crimes

Que de fermer la bouche aux avis légitimes ;

C'est appeler le mal et le dérèglement,

1580   Que d'ôter d'un État la peur du châtiment ;

C'est assurer le traître, et réveiller la ruse,

Car enfin qui craindra si personne n'accuse ?

Il faut pour leur repos que les plus justes Rois

Laissent la liberté d'accuser quelquefois.

NITOCRIS.

1585   Ne vous ruinez point avecque cette audace,

Pour la dernière fois je vous offre ma grâce,

Un mot de résistance allume mon courroux,

Voulez-vous des témoins, on les prendra chez vous.

ARAXE.

Ha Madame !

NITOCRIS.

Achevez.

ARAXE.

Quoi que je puisse faire

1590   Je ne crains pas la mort, je crains de vous déplaire.

Je cède à ce rayon de la divinité

Qui reluit sur le front de votre Majesté,

Et dont le vif éclat plein de force et de gloire

Trouve la vérité dans l'âme la plus noire.

1595   Oui, Madame, ce coeur osa brûler pour vous,

Et mon mal et mon crime est celui d'un jaloux.

Je me laissai charmer, non par le diadème,

Mais par votre vertu, mais enfin par vous-même ;

Et si par un destin du Ciel autorisé

1600   Entre vous et le sceptre on m'aurait exposé,

Je quitterais le sceptre à qui voudrait le prendre,

Et j'irais à vos pieds me soumettre et me rendre.     [3]

Plus content de mes fers, s'ils étaient approuvés

Que les ambitieux, des titres relevés.

1605   Je parle librement, ô Reine magnanime,

Mais c'est un criminel qui confesse son crime,

Et qui croirait cacher et dérober au jour

Son crime le plus grand s'il cachait son amour.

Cet amour fait donc voir au moment qu'il éclate

1610   Qu'Araxe fût jaloux du bien de Cléodate ;

Que je l'aurais souffert comme maître et vainqueur

Régnant dessus un trône, et non dans votre coeur.

Voilà mes attentats, mon sort vous les expose,

L'amour les a commis, et vous en êtes cause,

1615   Car si votre mérite eût été moins puissant

Je n'aurais pas aimé, je serais innocent.

SCÈNE IV.
Nitocris, Achate.

NITOCRIS.

Sortez, et qu'il demeure en la chambre prochaine.

Vous le voyez, Achate, et sa faute est certaine,

Et par un artifice insolent, odieux,

1620   Et digne seulement d'un coeur ambitieux,

Il veut faire servir et sa faute et son crime

À surprendre aujourd'hui mon coeur ou mon estime.

Enfin par ce succès je commence à prévoir

Que l'hymen souhaité blesserait mon pouvoir,

1625   Et vois par les conseils que Cléodate donne,

Qu'il aime en bon sujet le bien de ma Couronne.

ACHATE.

C'est là le sentiment que ma fidélité

S'efforça d'inspirer à votre Majesté.

NITOCRIS.

Il faut donc faire voir ma force et mon courage,

1630   Mais, hélas ! J'entreprends un difficile ouvrage.

ACHATE.

Pour gagner sur soi-même un pouvoir souverain

Il faut être longtemps à soi-même inhumain.

Comme les autres biens d'une valeur extrême

On n'a jamais pour rien l'empire de soi-même ;

1635   Il ne se donne pas, il le faut arracher,

Bref, cet Empire est beau, mais il coûte bien cher.

J'entreprends toutefois cette grande victoire,

J'établis à me vaincre et mon bien et ma gloire,

Enfin j'ouvre les yeux, et les jette sur moi,

1640   Enfin j'ai résolu que mon coeur soit mon Roi,

Et par quelques liens que l'amour nous entraîne

L'amour même apprendra que je suis Souveraine.

Mais que ne peut-on suivre un si noble dessein

Aussi facilement qu'il entre dans le sein ?

1645   Et pour l'exécuter quelle main nous assiste

Si l'âme qui le forme elle-même y résiste ?

Je sens bien que l'amour à qui l'on veut toucher

Est un trait que l'on rompt en pensant l'arracher,

Qu'il est dedans notre âme une flèche funeste,

1650   Qu'on n'en arrache point que quelque éclat n'y reste,

Et que ce seul éclat qu'on ne peut découvrir

A tué bien souvent ceux qui pensaient guérir.

Enfin l'amour m'oppose autant de résistance

Que j'arme contre lui de force et de constance.

1655   Je l'attaque, il m'attaque, il devient le plus fort,

Et même dans mon sein il trouve du renfort,

Puisque mon coeur encore insensible à ma gloire

Craint en le combattant d'obtenir la victoire,

Et qu'il semble combattre en ce douteux instant

1660   Comme on fait contre ceux avec qui l'on s'entend.

Ô coeur ! Ô faible coeur ! Mais quoi veux-je me rendre,

Ayant déjà réduit l'amour à se défendre ?

Non, non, dans quelques fers que le coeur ait vécu

L'amour qui se défend est à demi vaincu.

1665   Achève de marcher sur des flammes si vaines,

Considère qu'un trône est plus beau que des chaînes,

Mille exemples fameux nous peuvent enseigner

Qu'on se lasse d'aimer, mais non pas de régner.

Demeure donc au rang où le Ciel te fit naître,

1670   Ne connaît que le Ciel pour arbitre et pour Maître,

Et sans nous exposer à recevoir des lois

Régnons enfin sur ceux que nous ferions nos Rois.

ACHATE.

Ha que cette victoire est digne d'une Reine !

NITOCRIS.

Que ferai-je d'Araxe ? Enfin j'en suis en peine,

1675   Et tout ce qu'il a fait excite mon courroux.

ACHATE.

En faveur du triomphe obtenu dessus vous,

Comme au jour solennel d'une grande victoire

Délivrez un coupable, et lui rendez sa gloire.

Mais afin d'empêcher que quelque ambition

1680   Ne renaisse en son âme à sa confusion,

Arrêtez cet esprit qui s'agite sans cesse

Par l'hymen glorieux d'une belle Princesse.

Alcine est de son rang, elle l'acceptera,

Et pour sa garantir Araxe l'aimera.

NITOCRIS.

1685   Qu'on les fasse venir, essayons ces remèdes.

SCÈNE DERNIÈRE.
Nitocris, Axiane, Cléodate, Araxe, Alcine.

NITOCRIS.

Mais voici Cléodate, et la Reine des Mèdes

Achève noblement le travail entrepris,

Et sois enfin toi seule, et ton bien et ton prix.

Il est temps de penser après ces larmes vaines

1690   Que le Ciel vous a mise au rang des souveraines.

Je vous ai déjà dit qu'un long et grand effroi

Oblige vos sujets à souhaiter un Roi.

Déjà leurs députés vous l'ont fait reconnaître,

Et comme c'est à moi qu'ils demandent un Maître,

1695   On m'oblige à porter votre esprit généreux

Au choix qu'ils veulent faire et pour vous et pour eux.

AXIANE.

Ils commencent bientôt à maltraiter leur Reine,

De la vouer peut-être à l'objet de sa haine.

Madame pardonnez à mon ressentiment,

1700   Je veux bien me soumettre à votre jugement ;

Mais est-il de l'honneur d'un trône héréditaire

Que je prenne des lois d'un peuple tributaire ?

Mais est-il du devoir des fidèles sujets

Que sans me consulter ils fassent des projets ?

1705   Ils demandent un Roi comme un bien nécessaire,

Mais ce Roi doit me plaire avant que de leur plaire,

Et pour vous rendre honneur je dois leur témoigner

Que j'ai par votre exemple appris à bien régner.

NITOCRIS.

Ce n'est pas une loi que leur main vous impose

1710   C'est un juste dessein que leur crainte propose,

Et ce puissant destin qui veille incessamment

Montre par votre amour qu'il fait tout sagement.

Ce que vous prétendez est tout ce qu'ils prétendent,

Vous aimes Cléodate, et c'est lui qu'ils demandent.

1715   Par un présage heureux qu'ils seront bons sujets

Même sans y penser ils suivent vos projets.

AXIANE.

Je ne vous nierai pas qu'il est si magnanime

Qu'on doit à sa vertu bien plus que de l'estime.

Mais sachant vos desseins ainsi que votre choix

1720   S'il était dans mon coeur, je vous le renvoierais.

NITOCRIS.

Enfin je vous le cède, ainsi qu'une victoire,

Et pour votre avantage, et pour ma propre gloire.

Vous pouvez noblement l'aimer à votre tour,

Vous pouvez l'estimer digne de votre amour,

1725   Puisque par sa vertu qui se rend immortelle,

Une Reine aujourd'hui l'a jugé digne d'elle.

Il soutint votre trône, il le sut arrêter,

Et qui soutient un trône est digne d'y monter.

AXIANE.

Il faut suivre vos lois sur peine d'être ingrate,

1730   Mais que puis-je donner au fameux Cléodate,

Je ne lui donne pas un trône qu'il sauva,

Madame, il le conquit lorsqu'il le conserva.

NITOCRIS.

Accepte, Cléodate, un sceptre qu'on te donne,

Tu ne pouvais manquer d'avoir une Couronne,

1735   Et quoi qu'eût fait le Ciel, il ne t'eût rien donné

Si sa puissante main ne t'avait couronné.

CLÉODATE.

Puisque vous le voulez j'accepte la puissance,

Mais j'étais satisfait de mon obéissance ;

Et vous faites un Roi qu'après tant de bienfaits

1740   Vous compterez toujours au rang de vos sujets.

Mais puisqu'il faut régner, souffrez que je commence

Par un acte de paix, d'amour et de clémence.

Araxe a contre moi sans sujet attenté,

Je demande sa grâce à votre Majesté.

NITOCRIS.

1745   Jamais ma volonté qui tâche d'être juste,

N'empêchera le cours d'une action auguste.

Araxe, des bontés toujours dignes des Rois

Jettent un oeil dessus toi pour la seconde fois,

Et la prison fatale où ma loi te destine,

1750   C'est le coeur amoureux de la Princesse Alcine.

ARAXE.

Qu'on reçoit aisément un jugement si doux.

NITOCRIS.

Ainsi je veux enfin favorable pour vous

Qu'on me connaisse moins par un beau diadème

Que par un grand triomphe obtenu sur moi-même,

1755   Et que par mon exemple on aille raconter

Qu'on peut dompter l'amour quand on veut le dompter.

 


Fin du texte

 


Extrait du Privilège du Roi.

Par grâce et privilège du Roi donné à Paris le 10. jour de novembre 1649. Signé, Par le Roi en son Conseil, Le Brun. Il est permis à Antoine de Sommaville Marchand Libraire à Paris, d'imprimer ou faire imprimer, vendre et distribuer une pièce de Théâtre, intitulée, Nitocris, Tragicomédie, de P. Du Ryer, pendant le temps de cinq ans entiers et accomplis. Et défenses sont faites à tous Imprimeurs, Libraires et autres, de contrefaire ledit Livre, ni le vendre ou exposer en vente d'autre impression que de celle qu'il a fait faire, à peine de trois mil livres d'amende, et de tous dépends, dommages et intérêts, ainsi qu'il est plus amplement porté par les dites lettres, qui sont en vertu du présent extrait tenues pour bien et dûment signifiées, à ce qu'aucun n'en prétende cause d'ignorance.

Achevé d'imprimer pour la première fois le 28 janvier 1650.

 


[1] Dans le vers suivant le texte porte Alciane, ce ne peut être qu'Axiane.

[2] Le vers suivant porte ‘joy' au lieu 'joie', car le ‘e' final ne va pas avec le mot suivant ‘d'une' qui commence par une consonne.

[3] Le vers suivant n'avait que 11 pieds, finissant par « et rendre », il devrait y avoir « et me rendre ».

 

Introduction  | Nouveautes du site  | Contact  | © 2007-2013 Théâtre Classique|

Début
1.11.21.31.42.1
2.22.32.42.52.6
3.13.23.33.43.5
3.64.14.4.34.4
4.54.64.74.85.1
5.25.35.45.5
Fin du texte