LE CAMPAGNARD

COMÉDIE EN CINQ ACTES

M. DC LVII


Publié par Paul Fièvre © Théâtre classique - Version du texte du 26/06/2017 à 22:43:28.


PERSONNAGES

BAZILE, vieillard, oncle de Phénice et de Philis.

LE CAMPAGNARD, baron de la campagne, peu fait à la cour, affectant le proverbe et la pointe.

LÉANDRE, gentilhomme adroit, passant pour un marchand de tableaux.

CLITON, parisien de la connaissance du Campagnard.

SEIGNEUR ANSELME, fourbe et faux astrologue, ayant toujours accompagné Léandre dans ses courses et dans ses débauches.

UN PAGE de Bazile.

PHÉNICE, nièce aînée de Bazile, qui avait toujours demeuré à Paris jusques à la mort de sa tante, chez qui elle était.

PHILIS, nièce de Bazile, la plus jeune.

LISE, fille de chambre de Phénice.

JODELET, valet du Campagnard.

[La Scène est à Paris.]


ACTE I

SCÈNE PREMIÈRE.
Le Campagnard, Jodelet.

LE CAMPAGNARD.

Tu ne la trouves pas plus belle que cela ?

JODELET.

Elle n'est pas tant sotte.

LE CAMPAGNARD.

Elle est...

JODELET.

Est là, là.

LE CAMPAGNARD.

Encor !

JODELET.

Point de quartier.

LE CAMPAGNARD.

Maraud, si je t'attrape !  [ 1 Maraud : Terme injurieux qui se dit des gueux, des coquins qui n'ont ni bien ni honneur, qui sont capables de faire toutes sortes de lâchetés. [F]]

JODELET.

Ma foi, sa beauté n'a que l'épée et la cape.

LE CAMPAGNARD.

5   Ne finiras-tu point ces discours impudents ?

JODELET.

Mentirez-vous toujours en arracheur de dents ?

C'est parler librement.

LE CAMPAGNARD.

Ta liberté me choque.

JODELET.

Vous vous en offensez ? Touchez là, je m'en moque.

Quoi, Monsieur, avec moi faire du réservé !

10   Être libre au pays, et froid sur le pavé !

Est-ce de la façon que l'on doit vivre ensemble ?

Parlez quand vous plaît, et moi, quand bon me semble.

Ne me défendez point d'être de votre écot  [ 2 Ecot : terme de Blason. C'est un tronc, ou une grosse branche ou il ne reste encore les bouts des branches qui en ont été coupées. [F]]

Et ne me baillez point ici du quiproquo.

15   Si ma fidélité vous fait quelques outrages,

Séparons-nous tous deux, et payez-moi mes gages.

Avecque le secours de mon petit magot

Malgré vous dans Paris je puis vivre à gogo ;  [ 3 Gogo (à) : Qui se dit n parlant des choses plaisantes et agréables qu'on a en abondance.]

Et quand j'aurai besoin de maître ou de maîtresse

20   Je sais bien le Palais et le bureau d'adresse  [ 4 Bureau d'adresse : Lieu situé en dessous de la Gazette de France et permettait de trouver un maître ou une place dans quelque maison noble ou bourgeoise.]

Je suis valet d'honneur et ne redoute rien

Si je parle un peu trop, je sers aussi fort bien.

Quand avec la parole on fait quelques offenses,

Coup de langue est alors pire que coups de lances ;

25   Mais quand par la parole on dit fidèlement

Au maître que l'on sert quel est son sentiment,

Et que la parole est honnête, et belle, et bonne,

Que diable peut-on dire au valet qui raisonne ?

J'enrage et si j'étais à quelque raisonneur

30   Je ferais ma fortune avecque plus d'honneur.

Au diable de bon coeur, la noblesse champêtre,

Et maudit tout valet qui ne l'enverra paître.

LE CAMPAGNARD.

Jodelet !

JODELET.

Pour avoir des plumes au chapeau,

L'éguillette à la mode et le ruban nouveau,  [ 6 Aiguillette : Cordon de tissu serré par les deux bouts, qui sert à attacher quelque chode à une autre. [F]]  [ 5 Eguillette : terme de Marine. C'est le nom qu'on donne à de menues cordes qui servent à divers usages. [F]]

35   Pour être chaque jour brave comme au dimanche,

Et me faire crayer ici la botte blanche,

Faut-il trancher du Prince avec un vieil valet  [ 7 Crayer : Marquer avec de la craie. [F]]

Qui vous a vu soudrille et petit argoulet,  [ 9 Soudrille : Terme de raillerie. Méchant et misérable soldat dont on ne fait point de cas. [F]]  [ 8 Argoulet : Arquebusie, Carabin. Mezerai l'employe pour Chevau-léger. [F]]

Qui mange avecque vous le lard à la campagne

40   Et qui, pour lard manger, y mange ce qu'il gagne ?

LE CAMPAGNARD.

Parle bas, Jodelet.

JODELET.

Moi, Monsieur, parler bas !

Pestez, jurez, criez, je ne le ferai pas...

Tout valet que je suis...

LE CAMPAGNARD.

Vieil ami, tu te fâches.

JODELET.

Ôtez de vos papiers que vos gens soient des lâches.

45   Tous ceux de notre race ont eu le sang bouillant

Et qui dit Jodelet, dit autant que vaillant.

LE CAMPAGNARD.

Quand on a comme toi l'âme fort querelleuse

Et qu'on est, comme moi, d'humeur fort amoureuse,

Bien loin de se fâcher contre un vieil serviteur,

50   On endure aisément de sa mauvaise humeur ;

Aussi je te pardonne, et, pour ma récompense,

Dis-moi fidèlement tout ce que ton coeur pense :

Si tu crois que Phénice est pour moi toute en feu,

Ou si tu reconnais qu'elle n'en tient qu'un peu

55   Si son esprit te plaît, si tu la tiens adrette,  [ 10 Adroit : Qui a l'adresse soit du corps, soit d'esprit. Du temps de Corneille; on prononçait aussi adret, adrète ; ce qui est prononciation normande. [L]]

Si Cliton n'a dessein qu'à sa belle cadette,

Et si dans mes amours je procède fort mal.

JODELET.

Ma foi, dans vos amours vous n'êtes qu'un cheval.

L'autre jour je le vis qui cajolait Phénice  [ 11 Cageoler : Signifie aussi caresser quelqu'un, afin d'attraper de lui quelque chose à force de flatterie. Se dit plus particulièrement à l'égard des femmes et des filles, auxquelles on fait l'amour, qu'on tâche de séduire par de belles paroles. (caajoler) [F]]

60   D'un air assez gaillard pour être sans malice,

Et qui lui conseillait qu'elle changeât de ton

Et puis en ajoutant deux fois "Qu'en dira-t-on" ?

Il lui dit qu'il fallait tâcher à vous surprendre.  [ 12 Les Qu'en dira-t-on, chansons ainsi nommées de leur refrain, étaient fort en vogue vers le milieu du XVIIème siècle, comme, avant elles, les Petits-Doigts (Mon petit doigt me l'a dit), avant encore, Les Ponts-Bretons (Saint-Amant) le Poète crotté et le nouveau entretiens des bonnes compagnies, 1635, in-12, p. 64) ... [Victr Fournel]]

LE CAMPAGNARD.

Hé ! Pauvre sot, c'était pour me les faire entendre,

65   Et tu ne comprends pas que ce qu'en dira-t-on

Est la chanson du temps.

JODELET.

Tout de bon ?

LE CAMPAGNARD.

Tout de bon.

JODELET.

Mais un autre soupçon trouble encor ma caboche :

Hier, je le vis penaud comme un fondeur de cloche,

Quand, proche de Phénice et voyant son portrait

70   Où le peintre achevait de donner quelque trait,

Il le prit brusquement et, le baisant de même,

Jura qu'il y trouvait une douceur extrême,

Et s'étant barbouillé le minois de couleur,

Me voyant arriver, s'enfuit comme un voleur.

LE CAMPAGNARD.

75   C'est qu'il a l'oeil mauvais et voit de près.

JODELET.

  J'enrage :

C'est qu'il voulait l'avoir peinte sur son visage

Et par ce coup d'adresse, en épargnant le sien,

En avoir le portrait qui ne lui coustêt rien.

LE CAMPAGNARD.

Ne peux-tu concevoir qu'en voyant cet ouvrage,

80   Et la main lui manquant, il gâta son visage,

Et cherchait un miroir alors qu'il s'enfuyait ?

Bien, laissez-vous duper.

JODELET.

Mais chacun le voyait,

Et le Peintre m'a dit, lui qui sait notre intrigue

Et qui pour moi prend garde à tout ce qui se brigue,

85   Que de cet accident Phénice se moqua,

Et même jusqu'au point que Cliton s'en piqua.

Mais j'aperçois venir et Bazile et ma Reine.

SCÈNE II.
Bazile, Phénice, Cliton, Philis, Jodelet, le Camapagnard.

LE CAMPAGNARD.

Salut ! Où va la botte, et quel bon vent vous mène ?

PHÉNICE.

Nous vous allions chercher pour vous prendre avec nous.

LE CAMPAGNARD.

90   Pouvez-vous me chercher si je ne vis qu'en vous ?

D'une si belle ardeur mon âme est enflammée

Qu'elle est bien moins en moi que dans la chose aimée,

Et l'on me doit chercher, à quelque heure qu'il soit

Plutôt où vous serez qu'aux lieux où l'on me voit.

PHÉNICE.

95   C'est me donner mon reste.

BAZILE.

  Avec assez d'adresse.

LE CAMPAGNARD.

Madame, je ne veux qu'amour et que simplesse ;  [ 13 Simplesse : Terme populaire, qui ne se dit qu'en cette phrase proverbiale : il ne demande qu'amour et simplesse ; pour dire, il n'est pas d'humeur à quereller personne.]

Jamais je n'eus dessein d'être controversant

Ni mon coeur de pousser un penser offensant

Cet amoureux captif, d'une ardeur singulière

100   Adore ses liens, sa geôle et sa geôlière,

Ou, pour eu mieux parler, dans son feu sans pareil,

Il ressemble à ces fleurs qui suivent le soleil

Et se trouve attiré par un secret mérite,

Comme la paille court vers l'ambre qui l'excite.

PHÉNICE.

105   Vous pouviez bien encor m'appeler votre aimant.

LE CAMPAGNARD.

Je l'eusse fait, Madame, et légitimement.

PHÉNICE.

Il est encor des corps dont l'humeur sympathique.

BAZILE.

Voyez-vous, elle a lu.

PHÉNICE.

Dites que je m'en pique

Et qu'on ne peut citer, ni me parler Phoebus,

110   Donner un quolibet, ni débiter rébus,

Qu'au plus fin du métier je n'en fasse la nique.

LE CAMPAGNARD.

Madame, votre esprit est tout scientifique

Et tant de beaux talents, qui surent m'asservir,

Font voir que vous avez l'âme belle à ravir.

CLITON, à Philis.

115   L'impertinent galant !

PHILIS.

  Ah ! J'en pâme de rire !

BAZILE.

Ma nièce répondra.

PHÉNICE.

Cela lui plaît à dire

Et je connais fort bien, partout ce que je vois,

Qu'il dit tous ces beaux mots pour se moquer de moi.

LE CAMPAGNARD.

Ah ! Certes, dans l'excès du feu qui me consomme,

120   Je jure par vos yeux, et foi de gentilhomme,

Qu'après m'avoir ravi ma chère liberté,

Je ne dis rien de vous qu'avecque vérité.

Il faut, pour vous donner d'équitables louanges,

Vous mettre en parallèle au moins avec les anges,

125   Puisqu'enfin le soleil, ce clair flambeau des cieux,

N'a pas tant de rayons qu'en dardent vos beaux yeux.

J'en jure par ces mains !

Voulant lui baiser les mains, il laisse tomber sa casaque.

PHÉNICE.

Ô le serment étrange !

JODELET.

Ramassant la casaque.

Monsieur, ne jurez point, ramassez votre lange,

Et sans parler du ciel, ni de son clair flambeau,

130   Mettez-y le bouton et gardez le chapeau.

Il secoue sa casaque en la reprenant.

PHÉNICE.

Ah ! Dieux, vous nous avez tous emplis de poussière.

LE CAMPAGNARD.

Malgré son épaisseur, que je vois de lumière,

Et que ces yeux, brillant dans cette obscurité,

Ont de force, de grâce et de vivacité

135   Enfin...

PHÉNICE.

  Avez-vous peur de n'en pas assez dire ?

LE CAMPAGNARD.

Madame, mes rivaux n'auront pas lieu d'en rire,

Puisque, pour vous cacher mes défauts en ces lieux,

J'ai bien su vous jeter de la poussière aux yeux.

BAZILE.

Hé bien ! Est-ce l'entendre, et...

LE CAMPAGNARD.

La pointe est commune.

PHÉNICE.

140   C'est être ménager que de n'en donner qu'une

Et lorsque vous avez si lourdement péché,

Vous en quitter pour trois, c'est un fort grand marché.

LE CAMPAGNARD.

Je voudrais pouvoir dire autant de belles choses

Que sur votre beau teint l'on peut compter de roses,

145   Et qu'il naist en tout temps de fleurs dessous vos pas.

PHÉNICE, à Bazile.

Certes, pour celle-là je ne l'attendais pas,

Et, pour en bien parler, je la trouve si prête

Que je gage à présent qu'il en a cent de reste.

BAZILE.

Enfin, c'est vous donner le change comme il faut.

PHÉNICE.

150   Ah qu'heureux est l'esprit qui va toujours par haut

Et qui peut débiter la fleurette nouvelle !

Ah ! Le rare talent !

LE CAMPAGNARD.

Ce n'est que bagatelle,

Et dedans le pays qui veut parler d'amour

Passerait pour un sot, s'il n'en dit cent par jour

155   Aussi j'avais le bruit d'en être inépuisable,

Et sans m'y préparer...

JODELET.

Ah ! Vous mentez en diable !

LE CAMPAGNARD.

Coquin !...

JODELET.

Ni vous, ni moi, n'avons l'esprit présent.

LE CAMPAGNARD.

Si...

BAZILE.

L'on vous connaît bien, et jusques à présent,

Comme vous, je ne suis que l'instinct de nature

160   Et fort souvent j'écris sans faire de rature.

J'ai, dans mon jeune temps, eu mon tour comme vous

J'ai mainte fois passé des heures à genoux

Et fait, le chapeau bas, mille galanteries

J'ai dit des vérités, j'ai dit des menteries,

165   J'ai tranché du poupin contrefait le joli,

Passé pour esprit fort et pour esprit poli,

Sans que j'aie jamais débité de fadaise,

Ni que j'aie escroqué d'Escuteaux, ni Nervaise  [ 14 Des Escuteaux et Nervèze sont deux écrivains ridicules, qui parlent dans leurs oeuvres le plus incroyable pathos et le galimatias le plus bizarrement contourné. Les dates et les détails de leurs vies sont peu connus. On a de des Escuteaux les Amours deZydtan et de Floriande (1605,in-12), et de Nervèze, secrétaire de la chambre du roi, les Amours diverses (1621, 2 v. in-12). Nervèze et des Escuteaux étaient le Bavius et le Moevius du dix-septième siècle leurs noms étaient en quelque sorte passés en proverbe, et on les trouve chaque instant cités avec dérision. [Victor Fournel]]

Enfin j'ai toujours eu l'esprit fort goguenard

170   Et, sans faire le vain, passé pour fin renard.

Mais aujourd'hui qu'il faut, près de ma sépulture,

Préparer le tribut que je dois à nature

Et dresser des états pour compter des moments

Que je laisse passer en divertissements,

175   Quand on dit un bon mot, quelque gai qu'on me voie,

La crainte de la mort est un grand rabat-joie.

LE CAMPAGNARD.

Quoi, vous êtes sans goût pour les plaisirs des sens ?

BAZILE.

Ceux de l'entendement sont bien plus innocents

Est-il rien de pareil à ces belles sciences

180   Qui nous font découvrir l'effet des Influences ?

LE CAMPAGNARD.

Je ne m'étonne plus si notre hoôte vous plaît.

BAZILE.

Ma foi, c'est un trésor, tout bizarre qu'il est ;

C'est un savant garçon, s'il en est dans le monde :

Son esprit est perçant, sa doctrine est profonde,

185   Et tantôt il m'a fait une réflexion

De l'astre dominant la constellation,

Qui semble surpasser l'effet de la Nature.

PHÉNICE.

Mais quand nous dira-t-il notre bonne aventure ?

BAZILE.

D'un air assez adroit je l'y veux engager ;

190   Mais comme il est bizarre, il le faut ménager.

Les savants ont leur verve et font tout par caprice ;

Je le sais par moi-même, et je connais mon vice.

Mais Léandre s'approche.

SCÈNE III.
Bazile, Phénice, Cliton, Léandre, Philis, Le Campagnard, Jodelet.

LÉANDRE.

Hé bien, le jour est beau

Pourrons-nous aujourd'hui retoucher au tableau ?

195   L'atelier est dressé, je n'attends que votre ordre.

PHÉNICE.

Je vais faire visite, et n'en veux point démordre ;

Fâchez-vous-en, ou non, je vous jouerai ce tour.

LÉANDRE.

Madame, nous aurons ce bien un autre jour.

LE CAMPAGNARD.

Mais si, prenant mon temps, alors que l'on vous quitte,

200   Je vous laissais aller faire votre visite

Et pouvais l'obliger à travailler au mien,

Serait-ce fort mal fait ?

BAZILE.

Au contraire, fort bien.

LE CAMPAGNARD.

Si vous tardez beaucoup, il faudra que je meure.

SCÈNE IV.
Le Campagnard, Léandre, Jodelet.

LE CAMPAGNARD, à Léandre.

Picquart ne t'a-t-il pas été voir tout à l'heure ?

LÉANDRE.

205   Non.

LE CAMPAGNARD.

Mon Biernois ?

LÉANDRE.

Point.

LE CAMPAGNARD.

Et mon Basque ?

LÉANDRE.

  Non plus.

LE CAMPAGNARD.

Le More, ni l'Anglais ?

LÉANDRE.

Je ne les ai point vus.

LE CAMPAGNARD.

Ni Champagne ?

LÉANDRE.

Aussi peu.

LE CAMPAGNARD.

Tu n'as point vu mon page !

LÉANDRE.

Non, Monsieur.

LE CAMPAGNARD.

Dis-moi donc, sans tarder davantage,

As-tu quelque nouvelle, et m'en feras-tu part ?

210   C'était pour ce sujet.

LÉANDRE.

  Puis-je parler sans fard ?

LE CAMPAGNARD.

Oui.

LÉANDRE.

Mais sans vous fâcher

LE CAMPAGNARD.

Parle en toute assurance.

LÉANDRE.

Éloignez ce valet.

LE CAMPAGNARD, à Jodelet qui s'approche.

Trêve de confidence !

JODELET.

Au diable soit le maître et tous les confidents !

Vous ne m'empêchez pas de me curer les dënts,

215   De me jouer tout seul, ou de faire la moue !

Il se retire et badine des doigts avec ses lèvres.

LE CAMPAGNARD.

Non, fais pis.

JODELET.

Encore est-ce ?

LE CAMPAGNARD, à Léandre.

Hé bien !

LÉANDRE.

Cliton vous joue :

Il en veut à Phénice, et je les ai trouvés

Qui se parlaient tous deux en des lieux réservés,

Et juraient que leurs feux passaient jusqu'à l'extrême.

220   Enfin il est aimé.

LE CAMPAGNARD.

  Ah dieux, Phénice l'aime !

LÉANDRE.

Il n'est que trop certain mais, Monsieur, gardez bien

Que d'un si grand secret l'on ne découvre rien :

Il y va de ma vie.

LE CAMPAGNARD.

Hélas! je désespère.

Ah! Jodelet, un mot

JODELET.

Ce n'est pas mon affaire,

225   Je suis un indiscret.

LE CAMPAGNARD.

  Mais j'ai besoin de toi.

JODELET.

Vous avez beau prier, je n'irai pas, ma foi.

Moi, Monsieur, me vouloir traiter de ridicule

Et me faire garder à toute heure la mule,

M'éloigner, m'appeler !

LE CAMPAGNARD.

Ah ! Viens.

JODELET.

J'ai trop de coeur.

LE CAMPAGNARD.

230   Je ne puis plus souffrir de ta mauvaise humeur.

Il faut... Je vois Anselme ; adieu, je me retire.

À Jodelet.

Viens.

LÉANDRE.

Mais au moins, Monsieur, gardez bien de rien dire.

LE CAMPAGNARD.

Je suis mort, ne crains pas que je puisse parler.

SCÈNE V.
Léandre, Anselme.

ANSELME.

Le dessein va-t-il bien ?

LÉANDRE.

Tout ce qu'il peut aller :

235   La dupe s'intimide, et par ta seule adresse

Je me conserverai l'honneur et ma maîtresse,

Embarrassant Cliton avec le Campagnard ;

Son mariage après court un fort grand hasard,

Étant fort assuré d'épouser son amante,

240   S'il est tué, s'il tue, ou s'il faut qu'il s'absente...

ANSELME.

D'effet, où seriez-vous, n'eut été mon secours ?

J'ai trouvé de l'argent, ménagé vos amours,

Et, pour mieux concerter une sourde pratique,

Je vous ai fait passer pour un peintre authentique,

245   Et si bien réussi qu'en tout temps vous parlez

À la personne aimée autant que vous voulez.

Pour avoir empaumé l'oncle de bonne sorte,  [ 15 Empaumer : empaumer quelqu'un, se rendre maître de son esprit. Je vois qu'il a, le traître, empaumé son esprit, voir MOL. Éc. des femmes, III, 5. [L]]

Vous voyez maintenant notre intrigue si forte

Que ce beau Campagnard n'a qu'à s'en retourner.

LÉANDRE.

250   Mais quel est ton secret ?

ANSELME.

  C'est de bien enfourner.

Ayant vu qu'il fallait rompre le mariage

Et jouer en grand maître un adroit personnage,

Je me suis introduit avec un étranger

Dans la maison garnie où je les vis loger,

255   Et pendant quelques jours, ayant eu connaissance

Du faible du vieillard, qui chérit la science

Et cherchait des savants pour les entretenir,

Je résolus de l'être ou de le devenir

Et comme en ces maisons il est bien difficile

260   De se pouvoir cacher, même au plus habile...

LÉANDRE.

Il est vrai qu'on y sait tout ce que chacun fait.

ANSELME.

Pour leur tendre le piège avecque plus d'effet,

Faisant le retiré, le grave et le cynique,

Le détaché du monde et le mélancolique,

265   Chacun fut curieux de savoir qui j'étais

Et tâchait de me voir alors que je sortais,

Ce qu'ayant aperçu, pour mieux leur faire accroire,

Par jour t'en m'apportait des volumes d'histoire,

Des auteurs grecs, latins, anciens et nouveaux,

270   Des cercles, des carrés, des angles, des fourneaux,

Des cartes, des compas, des globes et des sphères,

Et tout cela, notez, pendant que mes affaires,

Que je feignais toujours, avec quelque raison,

M'obligeaient fort souvent de quitter la maison.

275   Ainsi, quand le marchand les rendait à mon hôte,

Le bon Parisien eut cru faire une faute

Si dessus son comptoir il n'eut tout étalé

Et, voyant un valet, ne l'en eut régalé,

Ce qui dans la maison courant à l'heure même

280   Servit de telle sorte à notre stratagème

Que l'oncle de Phénice, en voulant plus savoir,

Envoya demander si l'on me pouvait voir.

LÉANDRE.

Vous vous vîtes tous deux ?

ANSELME.

Et par ma complaisance

M'introduisis si bien dedans sa confidence

285   Que, m'ayant déclaré son faible de tout point,

Je m'emparai de lui pour n'en démordre point ;

Et voyant que surtout il était pour la sphère,

Je feignis de savoir plus qu'un homme vulgaire

Et, par les lieux communs de quelques almanachs,

290   Le cajolai si bien qu'il en fit un grand cas.

Ainsi je vins à bout d'approcher votre belle,

De vous donner moyen de vous assurer d'elle,

Dans le temps qu'un jaloux l'obsédait puissamment,

Sans vous donner moyen de la voir seulement.

LÉANDRE.

295   Tu n'as pas ton égal ! Qui pourrait si bien feindre ?

ANSELME.

Sachant que le vieillard se voulait faire peindre

Et qu'enfin vous saviez tant soit peu dessiner,

Je lui dis qu'il fallait vous faire gouverner,

Que je vous connaissais pour un excellent homme

300   Qui depuis quelques mois était venu de Rome

Et que, si vous vouliez faire le moindre trait,

Vous feriez un miracle, et non pas un portrait.

LÉANDRE, lui montrant l'habit qu'il porte et qui semble trop riche pour un peintre.

Qu'as-tu dit pour laisser l'habit de broderie ?

ANSELME.

Que votre garde-robe est à la friperie,

305   Que tout peintre est fantasque, et qu'étant des plus fous,

Comme un musicien vous mettiez tout sur vous

Et que vous vous piquiez d'orgueil et de noblesse.

Enfin, nous nous quittons, avec prière expresse

De vous faire venir loger avecque lui ;

310   Je l'ai fait, et vous vois en état aujourd'hui

De ne plus craindre rien au point où nous en sommes.

LÉANDRE.

Ah ! Je te tiens aussi le plus adroit des hommes !

ANSELME.

Mais songez que Phénice avec quelques discours

A payé jusqu'ici vos soins et vos amours.

315   Feignant, outre cela, d'aimer Cliton, je gage

Qu'elle fait sans contrainte un pareil personnage ;

Étant dedans Paris le seul qu'elle écoutait,

Devant que de vous voir elle s'en contentait.

LÉANDRE.

Depuis que, dans un bal, ce miracle visible

320   Rendit en m'y voyant sa belle âme sensible,

Ses soupirs et ses pleurs sont d'assez bons témoins

Qu'elle est prête à payer mes respects et mes soins.

Comment la soupçonner et la croire infidèle,

Puisque dedans Lyon, n'osant la voir chez elle,

325   Elle me fit trouver en certain rendez-vous,

Et m'apprit qu'on voulait lui donner un époux,

Mais qu'allant à Paris faire leur équipage,

Elle me conjurait de faire ce voyage,

Pour rompre le dessein de ces funestes noeuds

330   Qui nous empêcheraient de nous unir tous deux ?

Je lui promets, je pars, j'obéis et m'engage

En des déguisements qui blessent mon courage.

Je suis tous tes avis, je fais ce que tu veux :

Que faut-il davantage ?

ANSELME.

Achever d'être heureux,

335   Et dans vos libertés en tirer quelque gage

Qui nous mette tous deux à l'abri de l'orage.

LÉANDRE.

Va, si j'y suis jamais, je te ferai du bien.

ANSELME.

Allons-nous-en dîner, et ne promettez rien.

Ne nous repaissons point d'une vaine fumée,

340   Et, buvant la santé de la personne aimée,

Avouons que Bacchus est un dieu sans pareil,

Qui peut guider l'Amour et lui donner conseil.

ACTE II

SCÈNE PREMIÈRE.
Le Campagnard, Jodelet.

LE CAMPAGNARD.

Il faut que de Cliton j'aie le sang et l'âme.

JODELET.

Monsieur, dans son fourreau rengainez votre lame

345   Oncques Dieu ne la fît pour glaive exterminant,

Ni pour aller du corps l'âme déracinant.

Ne savez-vous pas bien que la vieille pucelle

Conserve saintement sa blancheur naturelle ;

Que, de peur de rougir, elle hait la pudeur

350   Et tient tout vermillon de soi mauvaise odeur ?

LE CAMPAGNARD.

Hélas ! Loin de railler au fort de mon martyre,

Songe...

JODELET.

Que tout marchand qui perd ne saurait rire.

LE CAMPAGNARD.

Que, trahi de l'ami qui devrait m'adorer...

JODELET.

Ce vous sont des morceaux bien durs à digérer.

LE CAMPAGNARD.

355   Dis qu'il faut, pour venger ma franchise trompée,

Qu'avecque ce brouillon je fasse un coup d'épée.

JODELET.

S'il vous frottait aussi ?

LE CAMPAGNARD.

Si grands que soient ses coups,

Il frottera fort peu des gens faits comme nous.

Tel que soit ce géant, je suis sûr de l'abattre,

360   Puisque l'amour me rend seul aussi fort que quatre,

Et que ce petit dieu qui m'anime aujourd'hui

Doit un fameux triomphe à qui combat pour lui.

JODELET.

À ce compte, Monsieur, sa mort est assurée.

LE CAMPAGNARD.

Qui peut l'en garantir, puisque je l'ai jurée ?

365   Mais le coup qui finit un si rigoureux sort

Est une guérison bien plutôt qu'une mort ;

Ainsi le malheureux...

JODELET.

Ah parlez d'autre sorte !

Le petit chien vivant vaut la panthère morte

Hier dessus le Pont-Neuf, en lisant Piramus,

370   Je vis...

LE CAMPAGNARD.

  Quoi qu'il en soit, mon rival ne vit plus.

JODELET.

Vous deviez l'éloigner au lieu de l'introduire.

LE CAMPAGNARD.

Ah ! Je ne songeais pas que tel rit qui veut nuire.

Il était dans Paris le seul que j'estimais

Et qu'on souffrait ici parce que je l'aimais.

375   Cependant il prétend rompre mon hyménée ;

En quittant la cadette, il s'adresse à l'aînée.

Ah ! C'en est trop, il faut, en se tirant du sang,

Savoir qui de nous deux aura le premier rang.

JODELET.

Monsieur, tous les duels ne valent pas le diable ;

380   Le péril en est grand.

LE CAMPAGNARD.

  Mais il est honorable.

JODELET.

On peut estre tué,

LE CAMPAGNARD.

L'on peut ne l'être pas.

JODELET.

Blessé.

LE CAMPAGNARD.

C'est un hasard.

JODELET.

On peut faire un faux pas.

LE CAMPAGNARD.

Tant pis.

JODELET.

Mais si l'on tue ?

LE CAMPAGNARD.

On trouve une retraite.

JODELET.

Si l'on n'a point d'argent ?

LE CAMPAGNARD.

Quelque ami vous en prête,

JODELET.

385   Si l'on n'a point d'ami ?

LE CAMPAGNARD.

  L'on en trouve toujours.

JODELET.

Mais quand il faut quitter l'objet de ses amours.

LE CAMPAGNARD.

C'est un coup de malheur qui vraiment est sensible.

JODELET.

Ne vous battez donc point.

LE CAMPAGNARD.

Mais il est impossible.

JODELET.

Outre cela, j'y vois mille abîmes profonds.

LE CAMPAGNARD.

390   Comme quoi ?

JODELET.

  L'embarras de chercher des seconds

Et de trouver un sot qui se donne la peine

D'aller faire pour vous bouclier de bedaine,

Et la faire cribler de maints coups dangereux

Quel plaisir peut-on prendre à perdre un malheureux

395   Qui n'a jamais lorgné le rustre qui l'empaume  [ 17 Lorgner : Regarder quelqu'un de travers et du coin de l'oeil ; ce qui se fait quelquefois par mépris, par haine, par orgueil. [F]]  [ 16 Rustre : paysan, rustaud. [F], terme péjoratif.]

Et n'a désobligé ni Pierre, ni Guillaume ?...

En ce temps les seconds sont rares, sur ma foi.

LE CAMPAGNARD.

En tout cas je m'apprête à me servir de toi.

JODELET.

Ah ! Je me doutais bien de ce trait de chicane.

400   Mais dussé-je de vous avoir cent coups de canne,

Vous ne me verrez point aller dessus le pré

Pour y battre un second, ou pour être bourré.  [ 18 Second : En substantif signifie aussi, celui qui aide un autre, qui le sert. Les Seconds dans les duels sont d'une invention diabolique. [F]]

Monsieur, en ma faveur, épargnez-vous un crime,

N'entrez point au combat, et souffrez que je prime ;

405   Pourvu que de second je n'aie pas le nom,

Je me battrai sans peur, même à coups de canon.

LE CAMPAGNARD.

Va, je ne ferai pas ce que je te propose,

JODELET.

Monsieur, ce que j'en dis ce n'est pas pour la chose :

Vous pouvez disposer de mon peu de valeur ;

410   Mais c'est que les seconds vous porteraient malheur

Et que j'ai fait serment qu'il faut que j'accomplisse.

LE CAMPAGNARD.

Si faut-il toutefois me rendre un bon office.

JODELET.

Quel donc ?

LE CAMPAGNARD.

D'aller porter ce billet à Cliton.

JODELET.

Ne serait-il point homme à jouer du bâton,

415   Et reçoit-il souvent un semblable message ?

LE CAMPAGNARD.

Il n'oserait jamais.

JODELET, faisant le beau.

Il peut bien être sage,

Ou je lui ferai voir que je ne suis pas sot.

SCÈNE II.
Le Campagnard, Jodelet, Alcipe, Un Page.

LE PAGE.

Monsieur, un cavalier voudrait vous dire un mot.

LE CAMPAGNARD.

Fais-le entrer... Je ne puis savoir qui ce peut être.

ALCIPE.

420   Quoi que je n'aie pas le bien de vous connaître,

Vous puis-je dire ici quatre mots seulement ?

Monsieur, je vous viens faire un mauvais compliment.

Ils se reculent et parlent bas.

LE CAMPAGNARD, haut.

Je me bats seul à seul.

ALCIPE.

Puisque je sais l'affaire,

Aujourd'hui les seconds sont un mal nécessaire,

425   Autrement je ferais qu'on s'accommoderait.

JODELET.

Tout bien considéré, Monsieur, il le faudrait.

J'ai fort bien entendu quel est votre message.

ALCIPE.

Cet homme vous sert-il ?

LE CAMPAGNARD.

Je l'ai nourri mon page,

Et depuis quelque temps l'ai fait mon écuyer.

JODELET.

430   Le mensonge est trop grand, je ne puis l'appuyer :

Monsieur, je ne vous sers que de valet de chambre.

Ah ! Je tremble en été comme au mois de décembre !

Au diable la querelle et tous les querelleux !  [ 19 Querelleux : (on dit aussi querelleur). Qui a souvent des querelles. [F]]

ALCIPE.

Je crois que ce valet n'est pas fort généreux,

435   Lisez donc ce billet, et gardez qu'il n'entende.

JODELET.

Que disent-ils tout bas ?

ALCIPE, s'en allant qu'ils se sont parlés bas.

La peine n'est pas grande.

SCÈNE III.
Jodelet, Le Campagnard.

LE CAMPAGNARD, lisant le billet qu'Alcipe lui a laissé.

Je ne vous connais plus pour ami désormais,

Ayant fait cent discours a mon désavantage,

Et pour me satisfaire en homme de courage,

440   Venez par votre sang réparer cet outrage

Que, sans votre trépas, je n'oublierai jamais.

CLITON.

Hé bien il faut marcher, ma parole est donnée.

JODELET.

Pour cela ?

LE CAMPAGNARD.

Si je crains, c'est pour mon hyménée.

JODELET.

Qu'importe ?

LE CAMPAGNARD.

Tes avis frappent mon jugement,

445   Et j'entre maintenant dedans ton sentiment.

Je crains qu'étant blessé je reste sans maîtresse.

JODELET.

Cliton n'est pas vaillant.

LE CAMPAGNARD.

Mais quoi, si je le blesse,

Ou bien si je le tue ?

JODELET.

Il faudra l'enterrer.

LE CAMPAGNARD.

Mais la justice après ?

JODELET.

Aura beau murmurer.

LE CAMPAGNARD.

450   Et le frère du mort ?

JODELET.

  Il faudra qu'il l'endure.

LE CAMPAGNARD.

À te dire le vrai, je crains la procédure,

Et me souviens toujours des édits rigoureux

Qui furent publiés en six cent trente et deux,

Trente-trois, trente-six, trente et neuf, et quarante ;

455   Le moindre peut m'ôter trois mille écus de rente.  [ 20 Les arrêts concernent l'interdiction des duels et des duellistes. Le Cardinal de Richelieu était d'une sévérité exemplaire eu égard au duel.]

Outre cela, j'ai peur d'entrer dans les prisons.

JODELET.

Vous n'y pourririez pas.

LE CAMPAGNARD.

J'ai bien d'autres raisons,

Qui sont pour m'arrêter les meilleures du monde.

JODELET.

Et quelles ?

LE CAMPAGNARD.

De trouver quelqu'un qui me seconde.

JODELET.

460   Pour vous dire le vrai, celle-là peut passer.

LE CAMPAGNARD.

Mais Phénice s'approche et peut m'embarrasser.

Va-t'en trouver Cliton, mais vite, je te prie,

Et lui dis qu'il remette à tantôt la partie ;

Nous, cachons nos desseins.

SCÈNE IV.
La Campagnard, Bazile, Phénice, Philis, Jodelet, Lise.

PHÉNICE.

Hé quoi, toujours rêver,

465   Monsieur ?

LE CAMPAGNARD.

  Je proposais de vous aller trouver

Et de rendre à mes yeux la source de leur joie ;

Mais, puisque mon bonheur permet que je vous voie

Dedans le temps fatal que je l'espérais moins,

Je m'en vais redoubler mes travaux et mes soins,

470   Pour faire un sacrifice à ma bonne fortune

Et payer ses faveurs d'une ardeur non commune.

PHÉNICE.

En quels lieux est le temple, et quel sera l'autel ?

LE CAMPAGNARD.

Madame, c'est le coeur d'un malheureux mortel,

Qui, brûlé de vos feux, pour expier son crime,

475   Est lui-même l'autel, le temple et la victime.

C'est se tirer d'affaire assez adroitement.

PHÉNICE.

Ou, pour en mieux parler, mentir éloquemment,

Puisque de son discours, il me reste un scrupule.

PHILIS.

Quel ?

PHÉNICE.

De ne pouvoir pas croire que son coeur brûle,

480   Car, depuis le moment qu'il le dit enflammé,

Il devrait être au moins mille fois consommé.

Cependant quel péril courrait sa renommée

Si, sans avoir le coeur, il allait à l'armée !

Dieu sait s'il périrait dans les moindres hasards.

LE CAMPAGNARD.

485   Vénus n'est-elle pas compagne du dieu Mars ?

Et Cupidon ayant et ses champs et ses armes,

Tout amant est soldat au plus fort des alarmes.

BAZILE.

Ce passage est d'Ovide, il m'en souvient fort bien.  [ 21 Bazile a raison. Ce passage est tiré du Ier livre des Amours, élégie IX. [Victor Fournel]]

LE CAMPAGNARD.

Si c'est son sentiment, il est aussi le mien ;

490   Soit de l'un ou de l'autre, il est fort raisonnable,

Et je puis en servir de preuve indubitable.

PHÉNICE.

Comment ?

LE CAMPAGNARD.

Depuis un an, votre bel oeil vainqueur

M'a mis dedans ses fers, et m'a ravi le coeur.

Et cependant j'ai fait la dernière campagne

495   Et suis prêt, celle-ci, d'aller en Allemagne.

PHÉNICE.

Vous n'y vîtes pourtant l'ennemi que de loin?

LE CAMPAGNARD.

Celui qui vous le dit fut un mauvais témoin

Qu'à vos yeux je voudrais traiter de chiquenaudes ;  [ 22 Chiquenaude : Coup appliqué au moyen du doigt du milieu dont le bout est appuyé ferme sous le bout du pouce, et que l'on desserre sans effort. [L]]

Jamais occasions ne se virent si chaudes,

500   Et jamais l'ennemi ne fit de tels efforts,

Après avoir jonché la campagne de morts.

Mais, s'il faut le prouver pour vous le faire croire,

Je veux bien au besoin rappeler ma mémoire,

Et prendre mon récit dès le premier de l'an.

505   Si tôt que l'on eut fait sonner l'arrière-ban,  [ 23 Arrière-ban : Anciennement, ban et arrière-ban, ou simplement arrière-ban, convocation que faisait le roi de sa noblesse, tant vassaux qu'arrière-vassaux, pour aller à la guerre ; le corps de la noblesse ainsi convoqué. [L] ]

Étant déjà pourvu d'armes et de bagage,

Je fais de trois mulets grossir mon équipage,

Tire de mon fermier quatre chevaux de bâts,  [ 24 Bât : Selle grossière de forme et d'étendue variables, à l'usage des bêtes de somme. [L] ]

Habille six valets du haut jusques en bas,

510   Et vais, quoique d'amour j'eusse l'âme troublée,

Monté comme un Saint-George au lieu de l'assemblée.

Là, je trouve d'abord vingt ou trente voisins,

Onze ou douze neveux et dix et huit cousins,

Deux oncles, trois filleuls, un bâtard de mon père,

515   Et six de vos parents, avecque mon beau-frère.

Nous étant ameutés et lestes à ravir,

Nous allons droit aux lieux où nous devions servir,

Voyons le général, qui lors (par parenthèse),

En me reconnaissant parut être fort aise,

520   Et dit en m'embrassant que j'avais le bonheur

D'avoir été le fils d'un fort homme d'honneur,

Et qu'il se doutait bien que je chassais de race.

Mais, courant au récit qu'il faut que je vous fasse,

Je ne vous dirai point ce que je répondis,

525   Le discours que je fis, ni tout ce que je dis.

L'assiette de la place était fort favorable :

Elle était sur le haut d'un rocher imprenable,

Qui n'était d'aucun lieu ni vu, ni commandé.

De deux larges fossés son mur était bordé.

530   Quatre grands bastions, garnis de demi-lunes,  [ 25 Demi-lune : en termes de guerre, se dit d'un dehors qui n'a que deux faces, qui forment ensemble un angle saillant. (...) On la mettait autrefois à la pointe du bastion, où le fossé étant arrondi a été cause qu'on lui a donné ce nom. [F]]

Qui pouvaient effrayer des forces non communes,

Tous revêtus de pierre, et tous fort bien flanqués,

Nous ôtaient tout espoir d'avoir les attaqués.

On ne voyait partout que bonnes palissades,

535   Que travaux avancés, fortins et barricades.

Bref, pour vous exprimer quelle était sa bonté

Un fleuve fort rapide en gardait un côté,

Qui, tout enflé d'orgueil d'en défendre l'approche,

Baignait à gros bouillons les pieds de cette roche.

PHILIS, bas à Phénice.

540   Ce morceau de récit est dans quelque roman.

PHÉNICE, bas.

Dites dans la Gazette. Oh ! L'agréable amant!

PHILIS.

L'excès de son amour doit excuser sa faute.

BAZILE, au Campagnard.

Oui, par ce seul récit déjà le coeur me saute.

LE CAMPAGNARD.

On ouvre la tranchée, où tous nos Maréchaux

545   Cette première nuit conduisaient nos travaux,

Et dedans chaque attaque avaient fait des redoutes,  [ 26 Redoute : Petit fort carré qu'on fait dans les lignes de circonvallation, tranchées, et lignes d'approche, pour flanquer des lignes et placer des corps de garde, ou défendre quelques passages. Elles ont dix à quinze toises de face, avec un fossé de nuef à dix pieds de largeur, et de profondeur. [F]]

Lorsque les ennemis, se tenant aux écoutes,

Dès la pointe du jour vinrent, bout-ci, bout-là,

Dessus nos travailleurs qu'ils massacrèrent là.

550   Mais, comme nous avions bien prévu leur sortie,

Et qu'ils avaient affaire avec forte partie,

D'abord un régiment s'en vint là, ta, ta, ta,

Si bien donner sur eux qu'il les épouvanta

Et les fit reculer ici vers la rivière.

555   Lors un autre aussitôt les surprend par derrière

Et s'en vint, boute, et haie, allons, vous en aurez,  [ 27 Bout et haie : On dit aussi, mais bassement, du par dessus ou revenant bon de quelque affaire , il y a cent écus à gagner, et haie au bout.]

Leur fermer le passage et les serrer de près.

Ah ! Que la mort alors ferma d'yeux et de bouches !

Que de grands horions !  [ 28 Horion : Terme populaire et vieux, qui signifie un coup rude qu'on donne à quelqu'un, ou celui qu'on se donne par hasard en se heurtant contre quelques chose. [F]]

JODELET.

Que d'abreuvoirs à mouches !

LE CAMPAGNARD.

560   Que de coeurs palpitants !

JODELET.

  Que de nez morfondus !

LE CAMPAGNARD.

Que d'hommes écrasés !

JODELET.

Que de chapeaux perdus !

LE CAMPAGNARD.

Que de sang et de cris !

JODELET.

Que de coups par derrière!

LE CAMPAGNARD.

Et qu'enfin, d'hommes-là firent leur cimetière !

BAZILE.

Je crois qu'il faisait chaud à quatre pas de là.

565   Quelle éloquence !

LE CAMPAGNARD.

  Enfin l'ennemi s'en alla,

Et trois mille des siens moururent sur la place ;

Après, pendant un mois, on attaque, on menace,

Et la mine étant prête à les faire voler,

Sans que le Gouverneur voulut capituler,

570   On résout un assaut, où j'acquis l'avantage

D'avoir eu le second témoigné mon courage :

D'abord que je montais, un coup de fauconneau,  [ 29 Fauconneau : Pièce d'artillerie, qui tient le sixième rang entre les canons, qui a six à sept pieds de long, et deux pouces de diamètre, dont la balle pèse environ une livre et demie. [F]]

Raste, de son boulet, m'emporta mon chapeau  [ 30 Raste : interjection non identifiée.]

Car, pour dire le vrai, ce jour je fis la bête

575   Et ne voulus jamais mettre de pot en tête.

RAZILE.

C'est un trait de jeune homme, et c'est en user mal.

LE CAMPAGNARD.

Ayant donc esquivé le pas le plus fatal,

J'étais, comme de vous, proche de la courtine,  [ 31 Courtine : Terme de fortification. C'est la partie de la muraille, ou du rempart, qui est entre deux bastions, et qui en joint les flancs. [F]]

Lorsqu'un chef espagnol, d'un coup de javeline,  [ 32 Javeline : Arme d'hast, ou demi-pique, dont les anciens se servaient tant à pied qu'à cheval. Elle avait cinq pieds et demi de long, et son fer avait trois faces aboutissants en pointe. [F]]

580   Me jette cul sur tête aux pieds de ses remparts,

Où des grêles de plomb tombant de toutes parts,  [ 33 Hast : Vieux mot qui signifiait autrefois toute sorte d'arme offensive qui avait un long bois ou manche. [F]]

On me fit emporter pour mort et fort malade.

BAZILE.

Et la ville ?

LE CAMPAGNARD.

À la fin fut prise d'escalade,

Et souffrant trois assauts, vous pouvez bien juger

585   Si l'on vit l'ennemi, si j'y courus danger,

Et si ce beau témoin qui vous conta l'affaire

N'eut pas beaucoup mieux fait s'il eût voulu se taire.

PHÉNICE.

Sans doute ; mais voici notre peintre qui vient.

SCÈNE V.
Le Campagnard, Bazile, Léandre, Phénice, Philis.

BAZILE, à Léandre.

Hé bien ces beaux tableaux sont ?...

LÉANDRE.

Mon valet les tient.

BAZILE.

590   Je suis ravi de voir un homme de promesse.

LÉANDRE.

De plus, j'ai fait la chose avecque tant d'adresse

Que vous même du prix vous serez étonné,

Puisqu'à dire le vrai, c'est un marché donné.

J'en ai d'André del Sarto, de Breughel, du Valèse,  [ 34 La graphie des noms de peintres a été modernisée au risque de rompre l'alexandrin. Lucas est Lucas de Leyde, et Intlaël est sans doute Lintlaër, nous suivons les propositions de Victor Fournel, Valèse est Lodovico Valesio ; Tite est Tiberio Titi.]

595   Du Giosepin, du Tite et de Paul Véronèse,

Du Titien, du Gobbo, et du vieil Tintoret,

Du Guide, de Lucas, de Rembrand, de Janet,

Du Palme, d'Intlaët, de Pierre Pérugin

De Michel-Ange enfin, de qui la main divine,

600   D'un art dont nul ne peut être l'imitateur

À presque usurpé les droits du Créateur.

LE CAMPAGNARD.

Auriez-vous de leur main quelque histoire profane ?

JODELET.

Le profil du Pont-Neuf, ou la noce de Jeanne ?

LÉANDRE.

Je ne le pense pas.

LE CAMPAGNARD.

Mais au moins par bonheur

605   Auriez-vous le portrait de notre gouverneur ?

LÉANDRE, bas.

Ne mérite-t-il pas mille fois qu'on le berne ?

Monsieur, je n'en ai point d'aucun peintre moderne.

LE CAMPAGNARD.

Pensez qu'en ce pays ils sont tous ignorants ?

LÉANDRE, au Campagnard, voyant qu'il prenait "Moderne" pour le nom d'une ville.

Moderne, ce n'est pas un pays.

LE CAMPAGNARD.

Je comprends.

LE CAMPAGNARD.

610   Chut !

LÉANDRE.

  Mais ou je me trompe, ou j'aperçois mon homme.

Vous allez voir l'élite et la gloire de Rome.

BAZILE.

J'ai grand dessein de voir quelque chose de beau.

LÉANDRE.

Dites donc votre avis de ce premier tableau

C'est Hercule qui file auprès de sa maîtresse ;

615   Ne semble-t-il pas dire, en l'ardeur qui le presse,

Par des regards qu'Amour rend complaisants et doux

« Ô céleste maîtresse, où me réduisez-vous ? »

Voyez son coloris, et comme son visage

Dans cet abaissement montre encor du courage,

620   Comme un reste d'honneur lui fait rougir le teint,

Comme il semble avoir honte, et comme il se contraint !

BAZILE.

Cette pièce est hardie.

LÉANDRE.

Elle est incomparable.

D'autre côté, voyez cette nymphe adorable

Qui, d'un oeil dédaigneux et plein de mille appas,

625   Reçoit ce grand hommage et ne s'en émeut pas.

PHILIS.

Il est donc mal payé de son amour extrême ?

PHÉNICE.

Mais, puisque le héros sait que la Nymphe l'aime,

Lui peut-on souhaiter un meilleur traitement,

Et l'amour déplaît-il traité modestement ?

LÉANDRE.

630   On pourrait souhaiter que d'un oeil moins sévère

Elle payât l'effort que l'amour lui fait faire,

Et qu'en reconnaissant qu'Hercules s'abaissait

Elle brûlât d'amour quand il en rougissait.

LE CAMPAGNARD.

Moi, je souhaiterais, en la voyant si nue,

635   Que jusques au menton le peintre l'eût vêtue.

Et qu'on ne vit du bras que les extrémités.

LÉANDRE.

Le savoir ne paraît que dans les nudités.

BAZILE.

En effet, la peinture est....

LE CAMPAGNARD.

Voyons-en un autre.

Madame, ai-je raison ?

PHÉNICE.

Mon avis est le vôtre.

LE CAMPAGNARD.

640   Montrez-nous-en quelqu'un d'un style plus nouveau.

LÉANDRE.

De grâce, auparavant regardez ce tableau :

C'est Achille caché sous des habits de femme

Qui, dans les beaux excès de l'amour qui l'enflamme,

A forcé son courage à ce déguisement,

645   Pour voir en liberté l'objet de son tourment.

Voyez comme il est gai près de Laodamie,

Et comme en cet état sa valeur endormie

Renonce à tous les biens qu'on lui peut présenter,

Pour voir cette princesse et ne la point quitter.

650   Sous ces habits honteux ne semble-t-il pas dire :

« Un seul de vos regards m'est plus cher qu'un Empire,

Et je ne connais point d'honneur qui soit plus doux

Que celui de vous plaire et d'être aimé de vous. »

LE CAMPAGNARD.

Rien n'y manque en effet, si ce n'est la parole.

JODELET.

655   M'en dût-on prendre au mot, j'en donne ma pistole.

LE CAMPAGNARD.

J'en donnerais bien dix et ne les plaindrais point.

Passons.

LÉANDRE.

Celui qui suit me plaît au dernier point

C'est du vaillant héros qui délivre Andromède.  [ 35 Andromède : fille de Céphée, roi d'Ethiopie, et de Cassiopée. Sa mère ayant eut l'imprudence de disputer le prix de beauté à Junon et aux Néréïdes, filles de Neptune, ce dieu suscita pour les venger un monstre marin qui ravagea l'Ethiopie. Il falut, pour délivrer la contre, qu'Andromède fut exposée à la fureur du monstre. Elle allait être dévorée, lorsque Persée la délivrât. [B]]

Regardez comme il vole en courant à son aide,

660   Et comme, en descendant avec dextérité,

Le monstre qui l'approche en est épouvanté.

Ayant dessus le front une joie excessive,

Ce héros semble dire à la belle captive

Je vous délivrerai du monstre qui paraît. »

665   Remarquez sa laideur.

PHÉNICE.

  Ah ! Dieux qu'il me déplaît !

LE CAMPAGNARD.

Le cheval est bien pris.

BAZILE.

Sa tête est des plus belles.

LE CAMPAGNARD.

C'est mon barbe tout fait, n'était qu'il a des ailes.  [ 36 Barbe : est un cheval de Barbarie qui a une taille menue, et les jambes déchargées. [F]]

JODELET.

Me dessiez-vous berner pour mon trop de caquet,

Je ne puis avouer que votre bourriquet  [ 37 Bourriquet : voir Bourrique. Méchante bête de voiture. Il se dit particulièrement des ânes et des ânesses ; et ensuite des méchants chevaux. [F]]

670   Ressemble à ce cheval, et qu'il soit de sa taille.

LE CAMPAGNARD.

Ce fat n'a jamais vu mon cheval de bataille.

JODELET.

Pour ce coup, il est vrai, je confesse ce point

Le moyen de le voir, si vous n'en avez point ?

Un barbet !

LE CAMPAGNARD.

Jodelet, trêve de raillerie !

JODELET.

675   Trêve de barbe aussi, monsieur, je vous en prie !

LÉANDRE.

Il vient d'un bon auteur et ne peut être mal.

LE CAMPAGNARD.

Ce cavalier pourtant n'est pas bien à cheval

Je voudrais qu'il fût mieux scellé dessus la selle,

Et qu'il portât le corps d'une façon plus belle,

680   Que la pointe du pied se tournât autrement.

PHÉNICE.

On change de costume en changeant d'élément,

Et les chevaux ailés se peignent de la sorte.

LE CAMPAGNARD.

Madame, je me rends, la partie est trop forte ;

Mais achevons le reste.

SCÈNE VI.
Le Campagnard, Bazile, Philis, Phénice, Léandre, Hodelet, Lise, Un page.

LE PAGE.

Ah ! Monsieur...

BAZILE.

Que veux-tu ?

LE PAGE.>

685   Monsieur, on dit partout que Cliton s'est battu,

Ou qu'il s'en va se battre, et que partie est faite.

BAZILE.

Vite, un cheval de main ! Qu'on m'apprête ma brette,  [ 38 Brette : Estocade, épée qui est plus longue que celle que les gentilhommes portent d'ordinaire. [F]]

Mes bottes de campagne et mes bons pistolets !

Viste, sellez, bridez ! Où sont tous mes valets ?

690   Ces marauds, on les voit quand on n'en a que faire.

LE CAMPAGNARD, à Jodelet.

Feignons, et, pour montrer que j'ignore l'affaire,

Sortons, et nous tirons doucement à l'écart.

BAZILE.

Champagne, La Forêt, petit Basque, Picart

Au diable les valets, maudite soit la race !

695   Je n'en puis plus souffrir, il faut que je les chasse.

Ma nièce, je reviens ici dans un moment.

ACTE III

SCÈNE I.
Le Campagnard, Anselme, Jodelet.

LE CAMPAGNARD.

Que faisait en ce lieu le plus savant des hommes?

ANSELME, d'un ton grave.

Nous en sommes le moindre, en l'état où nous sommes,

Et verrions notre esprit tous les jours en défaut,

700   Sans les rayons infus qui nous viennent d'en haut.  [ 39 Infus : Ce mot n'est guère en usage que dans ces phrases, Science infuse, grâce infuse, sagesse infuse. [F] Délivré par un don du Ciel ou de Dieu.]

LE CAMPAGNARD, à Jodelet.

Ô dieux ! Qu'il est savant !

JODELET.

Monsieur, c'est un vrai diable.

LE CAMPAGNARD.

À quoi pouvait rêver votre esprit admirable ?

ANSELME.

J'étais dans les douleurs d'un grand enfantement

Que j'allais mettre au jour assez heureusement

705   Pour traiter la chimie avecque plus de gloire

Je songeais à construire un grand laboratoire,

Dont les récipients et les vaisseaux lutés

Par le feu graduel ne fussent point gâtés.

Je voulais tempérer l'ardeur immodérée

710   Du sel élémentaire et de l'huile éthérée ;

Je songeais à trouver quelques secrets nouveaux,

Pour aisément pouvoir calciner les métaux

Et tirer l'élixir des choses pénétrantes,

Pour extraire le sel essentiel des plantes,

715   Pour faire promptement la sublimation,

Fixation d'esprit et fumigation.

Je songeais au pouvoir qu'a le divin Mercure

Sur le corps métallique en changeant sa nature,

Comme il se volatise et se peut congeler,  [ 40 Volatiser : volatiliser.]

720   Corroder et dissoudre et se coaguler.

LE CAMPAGNARD.

Si bien qu'on ne saurait obtenir audience

Sans détruire les fruits d'une longue science !

ANSELME.

Parlez-nous, mais en bref.

LE CAMPAGNARD.

Je viens savoir de vous

Si le sort me doit être ou rigoureux ou doux,

725   Si je serais heureux en épousant Phénice.

ANSELME.

Je veux, dans peu de temps, vous rendre ce service.

LE CAMPAGNARD.

Vous m'avez déjà fait cent fois ce compliment,

Mais, comme ce désir me touche vivement,

Monsieur, pardonnez-moi si je vous presse encore

730   De vouloir satisfaire un feu qui me dévore

Et de diligenter mon horoscope un peu.

Je ne suis point ingrat.

ANSELME, bas ce vers.

Puis-je avoir plus beau jeu ?

Monsieur, à dire vrai, votre horoscope est faite ;

Mais, vous ayant vu né sous mauvaise planète,

735   Je me suis résolu de n'en déclarer rien.

LE CAMPAGNARD.

Hé ! De grâce, Monsieur, soit mon mal ou mon bien,

D'une ou d'autre façon veuillez me satisfaire.

ANSELME.

C'est un point résolu, je ne le saurais faire.

Tout autre, pour tirer son salaire de vous,

740   Vous ferait changer d'astre, ou le rendrait plus doux

Mais, étant au-dessus de toute récompense,

Je me tais, ou je dis les choses que je pense.

LE CAMPAGNARD.

Encore un coup, Monsieur, parlez-moi franchement,

Et veuillez de ma part prendre ce diamant.

ANSELME, prenant le diamant.

745   Rien ne me peut tenter, Monsieur, je vous le jure ;

Mais sachant votre bonne ou mauvaise aventure,

Si vous n'étiez pas homme à vous épouvanter

Des maux qu'avec le temps vous pourriez éviter,

Et si vous compreniez, en voyant vos désastres,

750   Qu'un esprit tout-puissant prédomine les astres

Et change leurs décrets selon sa volonté,

Je vous ferais savoir votre nativité.

Mais...

LE CAMPAGNARD.

Je vous le promets.

ANSELME.

Je ne vous puis rien dire.

LE CAMPAGNARD.

Monsieur, c'est redoubler l'excès de mon martyre.

755   De grâce !...

ANSELME.

  Armez-vous donc de résolution.

Il fait semblant de lire un grand papier qu'il tire de sa poche.

Vous avez pris naissance au signe du Lion,

Sous sa tête, où l'on voit quatre étoiles semées,

Qui d'un feu toujours vif semblent être allumées.

Il est l'onzième signe, et des plus capitaux,

760   Étant particulier de trente partiaux.

Le nom d'Algebaac est celui qu'on lui donne.

JODELET.

Ô dieux ce nom tout seul tuerait une personne.

ANSELME.

Vous avez sur le chef deux signes fort menus.

JODELET, à Anselme le tirant à part.

Monsieur?

ANSELME.

Qu'est-ce ?

JODELET.

Avouez que c'est Capricornus.

ANSELME.

765   Jodelet !

JODELET.

  Jean Petit fit l'amour à ma tante  [ 41 Jean Petit était un astrologue et devin en réputation dans la première moitié du 17° siècle Pierre de Larivé, ou de Larivey, comme on l'écrit plus souvent, né à Troyes dans le 16° siècle, publia pendant une trentaine d'années, de 1618 à 1647, un Almanach avec grandes prédictions, qui précéda celui de Mathieu Laënsberg. [Victor Fournel]]

Pierre de Larivé nous doit cent sols de rente,

Maistre Eustache Noël a bu cent fois chez nous.

Et le jeune Troyen...  [ 42 Maitre Eustache Noël, curé de Sainte-Marthe, était alors l'un des auteurs en titre des almanachs imprimés à Troyes.[Victor Fournel]]

LE CAMPAGNARD.

Maître sot, taisez-vous.

ANSELME.

Vous avez à treize ans eu quelque maladie ;

770   Dans peu vous en aurez si l'on n'y remédie,

Et si vous échappez les maux que je pressens,

Vous n'en sentirez plus qu'a quarante et huit ans.

Votre fatal ayant la part orientale ;

Vous ferez une faute et lourde et sans égale,

775   Si devers cet endroit, dedans tous vos logis,

Vous ne disposez pas vos chambres et vos lits,

Et si vous n'y traitez vos meilleures affaires.

Juin, Janvier et Juillet, vous seront bien contraires.

Votre jour malheureux sera le Samedi ;

780   Vos heureux sont Mardi, Dimanche et Vendredi,

Et si vous trafiquez, prenez l'ambre et l'agate,

Le cuivre et les chevaux, et l'or et l'écarlate,

Autrement...

LE CAMPAGNARD.

Ce n'est pas ce que je veux savoir.

ANSELME.

Attendez ; chez un grand vous aurez du pouvoir,

785   Et vous serez btessé d'un grand coup à la bouche ;

Vous serez marié.

LE CAMPAGNARD.

C'est là ce qui me touche.

ANSELME.

Et vous devez avoir deux femmes tout au moins ;

Elles vous aimeront ; mais, malgré tous leurs soins,

Vous ne pourrez avoir aucun amour pour elles :

790   Elles auront du bien et ne seront pas belles.

Vénus en quantité vous promet des enfants

Jupiter les rendra joyeux et triomphants ;

Mais l'opposition de Mars et de la Lune

De quelques-uns par mort bornera la fortune...

795   Votre an climatérique est proche d'arriver.  [ 43 L'an climatérique, au figuré, c'est l'époque de la décadence. Au propre, les années climatériques, regardées comme appartenant à une époque critique de la vie de l'homme, étaient, suivant les uns, toutes les années multiples du nombre sept; suivant les autres, celles qui résultaient de la multiplication de sept par un nombre impair. L'âge de soixante-trois ans, produit de sept multiplié par neuf, s'appelait la grande climatérique (V. le Dictionn. de Littré).]

Mercure ayant reçu Mars qui le vient trouver,

Promet un grand désordre en votre mariage

Le quadrat de Vénus, encore davantage,

Vous rendant malheureux pour avoir trop vécu.

JODELET.

800   Ne l'ai-je pas bien dit que vous seriez cocu ?

LE CAMPAGNARD.

Tais-toi.

ANSELME.

Je ne sais point mal qui ne vous arrive,

Si vous n'abandonnez l'objet qui vous captive

Des meurtres, un déluge et des embrasements,

Des prisons, des douleurs et des bannissements,

805   Des pertes, des affronts et des têtes coupées,

Des coups de pistolets, de poignards et d'épées,

Et des valets pendus.

JODELET.

Ah ! Monsieur, quittez-la.

ANSELME.

Suivent le premier feu dont votre coeur brûla.

LE CAMPAGNARD.

De sorte qu'il faudra que je quitte Phénice ?

JODELET.

810   Belle demande !

LE CAMPAGNARD.

  Ah ciel, quelle est ton injustice !

ANSELME.

A-t-elle la première échauffé votre coeur !

Peut-être ?

LE CAMPAGNARD.

Son bel oeil fut mon premier vainqueur.

ANSELME.

Il faut donc la quitter, puisqu'il est manifeste

Que votre premier feu n'a rien que de funeste,

815   Et que ceux qui suivront vous seront plus heureux.

Mais vous m'aviez promis d'être plus généreux,

Et cet accablement dont je me trouve cause

Fait voir que je devais vous déguiser la chose.

Adieu, j'ai trop parlé.

JODELET, à Anselme.

Que vous avez bien fait

ANSELME, le voyant qui soupire.

820   Les dieux rendent parfois les astres sans effet.

SCÈNE III.
Le Campagnard, Jodelet.

LE CAMPAGNARD.

Ah ! Jodelet !

JODELET.

Monsieur, le diable est bien aux vaches.

LE CAMPAGNARD.

Injuste ciel, rends-moi le bien que tu m'arraches,  [ Le Diable est bien aux vaches : Les choses tournent mal, il y a du désordre et du grabuge (Leroux, Dict. Comique, Comédie des proverbes, III, sc. 5) [Victor Fournel]]

Et me voyant si près du naufrage et du port,

Accorde-moi Phénice, ou me donne la mort !

825   Mais j'ai beau le prier en affaires pareilles

Le cruel prend plaisir à fermer ses oreilles.

Ah ! rage, ah ! Sort cruel, ah destins conjurés !

Vous, grand Dieu des Enfers, qui me désespérez,

Amour, qui de mon sang fais des torrents de flamme !...

JODELET.

830   Petit perturbateur du repos de nos ames

LE CAMPAGNARD.

Barbare !

JODELET.

Traître !

LE CAMPAGNARD.

Aveugle, insensible

JODELET.

Fort bien,

Mais sans frapper du pied tout cela ne vaut rien ;

Il faut serrer les poings et, roulant les prunelles,

Par de fréquents regards lorgner les hirondelles.

LE CAMPAGNARD.

835   Ah ! Jodelet, laissons cet importun discours.

Et reconnais qu'enfin, après tant de beaux jours,

Dans les champs amoureux ma moisson sera sèche.

JODELET.

Vous ne sauriez donc plus de quel bois faire flèche ?

LE CAMPAGNARD.

Hélas ! Qui le pourrait en cette extrémité,

840   Si je ne fais vertu de la nécessité ?

JODELET.

Hé bien, n'est-il pas vrai, qu'il faut qu'un coeur fidèle

Se vienne tôt ou tard brûler à la chandelle ?

LE CAMPAGNARD.

Hélas ! Pour mieux parler, dis un ardent flambeau

Qui luit comme ces feux qui mènent au tombeau.

845   Maudits soient tes devins et leur philosophie !

JODELET.

Sot est qui les consulte, et fol est qui s'y fie !

LE CAMPAGNARD.

Mais comment l'épouser après ce qu'il m'a dit ?

Ah ! De rage et d'amour je suis tout interdit,

Et dedans ces douleurs par qui le coeur me saigne...

JODELET.

850   Vous tueriez volontiers un mercier pour un peigne

Pourquoi vous affliger jusques au dernier point ?

LE CAMPAGNARD.

Je l'aime, Jodelet.

JODELET.

Ne la quittez donc point.

LE CAMPAGNARD.

En ne la quittant point, vois quelle est ma misère.

JODELET.

Quittez-la donc.

LE CAMPAGNARD.

Hélas !

JODELET.

Gardez donc de le faire.

LE CAMPAGNARD.

855   Si je l'épouse aussi, quel malheur est le mien !

C'est ma perte assurée.

JODELET.

Hé bien ! N'en faites rien.

LE CAMPAGNARD.

Aussi je n'en aurai jamais une si belle.

JODELET.

Ne pensez donc jamais à vous défaire d'elle.

LE CAMPAGNARD.

Mais je puis-être heureux avec moins de beauté.

JODELET.

860   Abandonnez-la donc.

LE CAMPAGNARD.

  Mais je suis arrêté

Et lié pour jamais d'une flamme trop forte.

JODELET.

Aimez donc jusqu'à tant que le diable l'emporte.

LE CAMPAGNARD.

Ah ! Sois plus sérieux si tu veux m'obliger.

JODELET.

Et vous, et votre amour, me feriez enrager.

LE CAMPAGNARD.

865   Attends, je prémédite une bonne défaite :

Abandonnant l'aînée et prenant la cadette,

Je suis dans même sang et dans même maison,

Et me fais un ami du querelleux Cliton.

JODELET.

Il est certain.

LE CAMPAGNARD.

De plus je n'aurai rien à craindre

870   De ces astres fâcheux dont j'aurais à me plaindre,

Et Philis, en causant mes secondes amours,

Me rendra fortuné le reste de mes jours ;

Au lieu que, si je veux m'obstiner à Phénice,

Qui reçut de mon coeur le premier sacrifice,

875   Je me dois assurer de mourir malheureux.

JODELET.

Suivez donc ce conseil.

LE CAMPAGNARD.

Il est bien rigoureux.

JODELET.

Ne le suivez donc point.

LE CAMPAGNARD.

S'il faut que je le fasse,

Enfin c'est du temps seul que j'attends cette grâce.

Mais s'il faut oublier Phénice pour jamais

880   Je veux en sa cadette adorer ses attraits.

JODELET.

La composition est assez raisonnable.

LE CAMPAGNARD.

Ah ! Que j'aurai de peine en rencontre semblable !

J'y veux encor penser. Mais quelqu'un vient ici.

SCÈNE IV.
La Campagnard, Bazile, Cliton, Phénice, Philis, Jodelet.

BAZILE, à Cliron, pour l'accomoder avec le Campagnard.

Vous devez avancer, puisqu'il avance aussi,

885   Et parier le premier, ayant 6meu l'affaire.

Embrassez-vous.

CLITON, au Campagnard, montrant Phénice.

Monsieur, je viens vous satisfaire,

Et devant ces témoins vous jurer sur ma foi

Que vous aurez toujours un serviteur en moi.

LE CAMPAGNARD.

Les nommer des témoins ! Ah ! Changez-leur ces titres :

890   Ces yeux sont assez beaux pour être nos arbitres.

Ces juges souverains, avecque tant d'appas,

Nous peuvent d'un regard condamner au trépas.

PHILIS, bas à Phénice.

Le peut-on écouter, ma soeur, sans qu'on le berne?

PHÉNICE, au Campagnard.

L'amour n'est dans nos yeux qu'un juge subalterne

895   Et ne peut condamner le moindre criminel

Sans que son jugement soit suivi d'un appel.

LE CAMPAGNARD, à Cliton.

Quoi qu'il en soit, je suis tout à votre service,

Et dans peu je vous veux rendre un si bon office

Que vous m'appellerez ami plus que jamais.

BAZILE.

900   Embrassez-vous encor pour confirmer la paix.

CLITON.

Je suis son serviteur, quoiqu'indigne de l'être.

LE CAMPAGNARD.

Vous êtes fort brave homme et l'avez fait connaître,

En me serrant un peu le bouton de fort près.

D'abord en vous voyant je reculais exprès

905   Pour revenir sur vous fondre comme un tonnerre,

Et vaincre en pratiquant cette ruse de guerre.

CLITON.

Je l'ai connu d'abord.

LE CAMPAGNARD, à Philis.

Il est joli garçon.

Or çà, que dites-vous de cet estramaçon.  [ 45 Estramaçon : Coup qu'on donne du tranchant d'une forte épée, d'un coutelas, d'un cimeterre. [F]]

Que je vous ai porté ?

CLITON.

Qu'il part de grande adresse.

LE CAMPAGNARD.

910   La feinte ?

CLITON.

  Qu'elle était poussée avec justesse.

LE CAMPAGNARD.

Et quand j'ai dégagé, vous en souvenez-vous ?

CLITON.

Jamais je ne parais de si dangereux coups.

BAZILE.

Quand je vous séparai sans aucun avantage,

Vous aviez fait tous deux en hommes de courage.

PHÉNICE.

915   L'un ni l'autre n'était désarmé, ni blessé.

LE CAMPAGNARD.

Je vais vous raconter comme tout s'est passé

D'abord tirant l'épée et gagnant la mesure,

Portant de petits coups, poussés à l'aventure,

Nous nous tâtions l'un l'autre et nous pressions un peu,

920   Pour savoir seulement quel était notre jeu,

Alors qu'en allongeant il vint de bonne grâce,

Comme s'il eut voulu faire la feinte basse ;

Mais, ayant bien prévu son dessein en partant,

Je l'attends de pied ferme, et je pare en quartant.

925   Trompé par cette ruse, aussitôt je hasarde

De rompre la mesure en l'ôtant hors de garde

Je pousse droit à lui quand, par un coup fourré,

Il évita celui dont je l'aurais bourré.

Mais découvrant son corps et faisant une feinte,

930   Je lui pousse en trois temps une assez rude atteinte,

Et comme j'allongeais, tiersant il fit cela

Il porte sans y penser un coup dans l'estomac de Phénice, pour montrer comme il fit.

Et s'exempta du coup alors qu'il recula.

PHÉNICE.

Je croyais de ce coup qu'il m'avait assommée.

PHILIS.

N'épargner pas le sexe à la personne aimée,

935   C'est trop !

LE CAMPAGNARD.

  Excusez-moi, je parle avec chaleur ;

Mais aimée, elle l'est, et trop pour mon malheur,

Puisqu'il est arrêté qu'il faut que je la quitte !

BAZILE.

Que dites-vous, Monsieur ?

LE CAMPAGNARD.

Que, malgré son mérite,

Je dois l'abandonner et reprendre mon coeur

940   Pour en faire un présent à son aimable soeur.

PHILIS.

Que dit-il ?

LE CAMPAGNARD.

À Cliton enfin je l'abandonne.

CLITON, à Bazile.

A-t-il perdu le sens ?

BAZILE.

Ce changement m'étonne.

PHÉNICE.

Moi, je ne connais pas jusqu'où va mon malheur.

BAZILE.

Monsieur ?

LE CAMPAGNARD.

Je m'en sépare avec grande douleur,

945   Et pendant le dîner, de qui l'heure s'approche,

Vous saurez...

JODELET.

Que l'amour a troublé sa caboche.  [ 46 Caboche : La tête de l'homme. Ce mot est vieux et populaire. [XVIIème] [F]]

BAZILE.

De grâce !...

LE CAMPAGNARD.

Dedans peu je dirai mes raisons.

JODELET.

J'en connais un plus sage aux Petites-Maisons.  [ 47 Petites-maisons : nom donné autrefois à un hôpital de Paris où l'on renfermait les aliénés. [F]]

ACTE IV

SCÈNE PREMIERE.
Léandre, Anselme.

LÉANDRE.

Tu viens, en ma faveur, par un grand coup d'adresse,

950   De faire qu'un rival me quitte sa maîtresse ;

Mais, au point de la prendre, un sentiment secret

Me fait voir mon hymen avec quelque regret.

ANSELME.

Qui vous pourrait causer cette prompte retraite ?

LÉANDRE.

Je viens d'entretenir son aimable cadette,

955   Qui m'a peint son humeur avec de certains traits

Qui font que je craindrais de ne l'aimer jamais ;

Et tu sais quel malheur traîne le mariage

Quand il faut malgré soi faire mauvais ménage.

ANSELME.

C'est être homme de bien vingt fois plus qu'il ne faut ;

960   Mais que craignez-vous d'elle, et quel est ce défaut ?

LÉANDRE.

Anselme, elle est fantasque et coquette et volage.

ANSELME.

C'est beaucoup, et je crois sa cadette plus sage.

LÉANDRE.

Il n'en faut point douter : n'ayant pas vu la Cour

Et n'ayant pas goûté cet aimable séjour,

965   Elle est beaucoup moins fine et vaut mieux que l'aînée

Qui n'est dans le pays que depuis une année,

Et qui chez une tante, où l'on cajolait fort,

Demeura dans Paris jusques après sa mort.

ANSELME.

Quitter pour un soupçon trois mille écus de rente !

LÉANDRE.

970   Pour les trois mille écus, que rien ne t'épouvante !

J'ai conçu des desseins pour me les conserver,

Si tu veux m'y servir et tant soit peu rêver

À l'important tissu d'une intrigue nouvelle.

Sa cadette.

ANSELME.

Parlez.

LÉANDRE.

Tu sais qu'elle est plus belle ;

975   Mais c'est pour ses vertus plus que pour sa beauté

Que mon coeur aujourd'hui penche de son côté.

Depuis un mois je tiens cette affaire secrète

Et, brûlant tous les jours d'une flamme discrète,

Je serais étouffé sans te parler de rien

980   Si je n'eusse pas eu ce dernier entretien,

Par où je reconnais qu'elle est fort raisonnable

Et qu'enfin je lui suis un peu considérable.

ANSELME.

Après un tel discours je tombe de mon haut.

Monsieur, corrigez-vous d'un semblable défaut,

985   Car pour moi j'y renonce et je perds mon escrime.

Après de pareils tours, cherchez qui vous estime

Et qui pour vous servir fasse ce que j'ai fait.

LÉANDRE.

Écoute.

ANSELME.

Mes travaux auront un bel effet.

LÉANDRE.

Ah ! Ne te fâche pas, mais écoute.

ANSELME.

J'enrage !

LÉANDRE.

990   Cher ami.

ANSELME.

  N'espérez rien de moi davantage.

LÉANDRE.

Ah ! Qu'elle a de beautés !

ANSELME.

Mais, avec ses appas,

Elle est indifférente.

LÉANDRE.

Elle ne me hait pas ;

Au moins je n'y vois point de certaine apparence.

ANSELME.

Quitter un bien certain, dessus une espérance !

995   Ah ! Bons dieux !

LÉANDRE.

Que veux-tu ?

ANSELME.

  N'est-ce pas assez fou ?

Je voudrais de bon coeur m'être cassé le cou,

Lorsque j'ai travaillé pour un ami semblable.

LÉANDRE.

Anselme, prends pitié d'un amant misérable.

ANSELME.

Mais quand je le voudrais, croyez-vous tout de bon

1000   Que je puisse éloigner et le noble et Cliton ?

Ayant au Campagnard prédit ses aventures

Et fait voir faussement ses misères futures,

De vers cette cadette ayant tourné ses voeux,

Alors que de Cliton elle approuve les feux,

1005   Tel que soit mon esprit, et tel que soit le vôtre,

Pouvons-nous l'arracher ou de l'un ou de l'autre ?

Si Cliton l'abandonne, alors le Campagnard

Ne l'épouse-t-il pas !

LÉANDRE.

Ce sera grand hasard.

ANSELME.

Hé quoi ! Sur ce hasard perdre votre fortune !

LÉANDRE.

1010   Ah ! Quittons la raison quand elle est importune !

ANSELME.

Mais à ce cher objet si Phénice avait dit

Une chose qui put me perdre de crédit,

Que je fais l'Astrologue, et découvre la bourde ?

LÉANDRE.

Elle n'aura pas fait une faute si lourde.

ANSELME.

1015   Pourquoi se déclarer à demi sur ce point,

Puisqu'elle sait déjà qu'elle ne vous hait point ?

LÉANDRE.

En ayant eu besoin, elle avoua la chose

Et lui fit croire après, de peur qu'elle ne cause,

Qu'elle seule savait le secret.

ANSELME.

Et pour moi ?

LÉANDRE.

1020   Elle ne pense pas qu'on se serve de toi,

Ne nous ayant jamais pu remarquer ensemble.

Tente donc cet esprit, et vois ce qui t'en semble,

Car pour moi, je ne puis hasarder cet aveu

Sans savoir que son coeur brûle de même feu.

ANSELME.

1025   Mais comment découvrir ses secrètes pensées ?

LÉANDRE.

Mais comment as-tu fait tant d'actions passées ?

Imagine, médite et rêve seulement.

ANSELME.

Je n'y réussirai que difficilement,

LÉANDRE.

Si je me trompe au moins en voyant qu'elle m'aime,

1030   Ne lui découvrant rien de mon amour extrême,

Je serai toujours bien dans l'esprit de sa soeur.

ANSELME.

C'est donc votre coup sûr !

LÉANDRE.

N'en aie point de peur ;

Médite seulement une adresse nouvelle,

Pour savoir si je puis me déclarer pour elle.

ANSELME.

1035   Je le ferai, mais c'est pour la dernière fois.

LÉANDRE.

Tais-toi, Phénice vient, je l'entends à la voix.

SCÈNE III.
Philis, Anselme.

PHILIS.

N'ai-je pas vu ma soeur qui fuit devant Léandre ?

ANSELME.

Madame, ils m'ont donné l'ordre de les attendre,

Pour me communiquer quelque affaire qu'ils ont.

PHILIS.

1040   Je voudrais bien savoir le commerce qu'ils font.

Mais depuis quelque temps ma soeur est si rêveuse

Que tout autre que lui la trouve un peu fâcheuse.

ANSELME.

C'est peut-être un effet de son tempérament.

PHILIS.

Vous en faites peut-être un autre jugement,

1045   Mais vous ne m'aimez pas assez pour me le dire.

Ma soeur obtient de vous tout ce qu'elle désire,

Et pour moi, je n'ai point de zélés ni d'amis.

ANSELME.

Madame...

PHILIS.

Où sont les soins que vous m'aviez promis

Pour m'apprendre le cours de ma bonne aventure ?

ANSELME.

1050   Je m'y suis préparé, Madame, je vous jure,

Et si vous le vouliez, dès ce même moment...

PHILIS.

Brisons là, je le veux.

ANSELME.

Votre main seulement,

Et dites, s'il vous plaît, quel mois vous êtes née !

PHILIS.

L'onzième de Juillet.

ANSELME.

Vous serez fortunée,

1055   Et jusques à trente ans en fort bonne santé ;

Ensuite vous aurez quelque incommodité :

Des douleurs d'estomac, de tête et de poitrine.

Vous êtes bilieuse, et replette et sauguine.

Cette ligne qui prend du pouce au mitoyen

1060   Vous promet des honneurs avec beaucoup de bien ;

Celle que vous voyez, qui coupe sous l'indice,

Montre que vous n'avez ni fraude, ni malice.

Cet angle qui s'étend au mont de Jupiter

Fait voir que vous aurez un grand à redouter.

1065   Ce cercle qui paraît dessus l'auriculaire,

Joint avec cette croix qu'on voit sous l'annulaire,

M'apprend qu'ayant pour vous Mercure et le Soleil,

Vous aurez et prudence, et force, et bon conseil.

Vers la table quadrangle est une grande ligne

1070   Qui menace vos jours d'un accident insigne,...

Et, si j'ose parler, sur ce mont de Vénus

J'observe certains traits qui me sont inconnus.

Mais....

PHILIS.

Vous me causerez une peine incroyable

Parlez.

ANSELME.

M'avouerez-vous si je suis véritable ?

PHILIS.

1075   Oui, je vous le promets.

ANSELME.

  Vous avez de l'amour,

Et craignez toutefois qu'il ne paraisse au jour.

Vous voyez fort souvent l'objet qui vous captive ;

Mais, parmi les transports d'une ardeur excessive,

Une sainte pudeur, contraignant vos désirs,

1080   Tempère vos regards et retient vos soupirs.

PHILIS.

Ah certes, votre esprit n'eut jamais de semblable.

ANSELME.

Vous reconnaissez bien que je suis véritable !

PHILIS.

De grâce, que ma soeur n'en sache jamais rien.

ANSELME.

Celui que vous aimez n'a pas beaucoup de bien,

1085   Mais il est honnête homme et fera quelque chose

En vous prenant pour femme, ainsi qu'il se propose.

Quand votre âme est en feu, son coeur se sent brûler;

Si vous dissimulez, il n'oserait parler ;

Si votre mal est grand, sa douleur est extrême,

1090   Et vous l'aimez enfin bien moins qu'il ne vous aime.

PHILIS.

Il m'aime ?

ANSELME.

Il est certain.

PHILIS, bas.

Que dira-t-il de plus ?

ANSELME.

Du malheureux Cliton les soins sont superflus,

Et du beau Campagnard l'amour est inutile.

Mais je vous veux servir en confident habile,

1095   Et dire à cet amant qu'il se peut exprimer.

PHILIS.

Hélas ! C'est...

ANSELME.

Il n'est pas besoin de le nommer :

Ma science m'apprend, par un pouvoir suprême,

Ce qui se fait sur terre et dedans le ciel même.

Il sait peindre.

PHILIS.

Ah ! C'est trop, je m'abandonne à vous !

ANSELME, bas.

1100   Tout va bien.

PHILIS.

  Ce baron s'avance devers nous.

Ah ! L'importun amant !

ANSELME, bas en sortant.

Ô fortuné Léandre,

Quel service important viens-je encor de te rendre !

SCÈNE IV.
Philis, Le Campagnard, Jodelet.

PHILIS.

Je ne vous pensais pas si proche de ces lieux.

LE CAMPAGNARD.

Quel coeur peut respirer absent de vos beaux yeux,

1105   Et quel homme mortel, ou barbare ou sauvage,

Ne brûlerait de voir un si parfait visage ?

PHILIS.

Ma soeur a plus d'attraits.

LE CAMPAGNARD.

Pour parler sans mépris,

Quoi que vous en disiez, chacune vaut son prix ;

Mais, pressé d'une chère et douce violence,

1110   Je sens que vos beautés emportent la balance

Et qu'en vous résistant, un coeur comme le mien

Ne faisait seulement que traîner son lien.

PHILIS.

Je crains votre inconstance et je la trouve extrême.

LE CAMPAGNARD.

Ah ! Ne redoutez rien, étant la beauté même,

1115   Et tenez assuré qu'en recevant ma foi,

Vous me rendrez constant, même en dépit de moi !

Si je commets un crime en me rendant volage,

J'ai trouvé mon bonheur dans mon propre naufrage

Et retrouvé ma gloire en entrant en prison ;

1120   J'ai fait d'un changement un acte de raison.

Je sais que je n'ai pas ni sceptre ni couronne

Pour payer dignement votre aimable personne

Mais enfin je vous donne une âme toute en feu,

Et puisque la nature est contente de peu,

1125   Je crois que trois châteaux avec trois métairies,

Huit cents arpents de terre et quatre bergeries,

Deux haras bien peuplés, et quatre ou cinq moulins,

Trois granges en bon ordre et trois celliers tout pleins,

Plus de trente coureurs dedans mes écuries,

1130   Des étangs à foison, des bois et des prairies,

Quatre meutes de chiens, bassets, moyens et grands,

Épagneuls, lévriers, mâtins et chiens courants,

Dix oiseaux excellents, une assez bonne table,

Quelque rente foncière et du bien raisonnable,

1135   Parmi deux cents voisins d'honneur et de vertu,

Vous mettront à votre aise.

JODELET.

Et bouche que veux-tu !

PHILIS.

Sans doute un tel parti vaut qu'on te considère,

Et...

LE CAMPAGNARD.

J'ai ma charge encore, et celle de mon père.

PHILIS.

Le sot !...

LE CAMPAGNARD.

Mais je vois bien qu'avecque tant d'appas

1140   Le secret est de plaire, et que je ne plais pas.

PHILIS.

Changez de sentiment.

LE CAMPAGNARD.

Ah ! Divine merveille,

Souffrez que dans l'excès d'une amour sans pareille,

Dessus ces belles mains...

SCÈNE V.
Le Campagnard, Philis, Cliton, Jodelet.

CLITON, voyant Philis qui se laisse baiser les mains.

Poursuivez à loisir,

Je n'en recevrai pas le moindre déplaisir :

1145   En perdant un esprit qui n'aime que le change,

Je ne me plains de rien, son changement me venge.

PHILIS.

Allez, puisqu'on vous venge à force de changer,

Je fais plus que jamais le voeu de vous venger.

CLITON.

Et moi qui vous connais encline à la vengeance,

1150   Je veux vous dérober cette douce allégeance

Et vous punir vous-même en me vengeant de vous.

LE CAMPAGNARD.

Monsieur !

CLITON.

Ingrate.

LE CAMPAGNARD.

Il faut modérer ce courroux !...

Vous allez un peu vite en menaçant Madame,

Et je croirais enfin être digne de blâme

1155   Si, souffrant devant moi ces mauvais compliments,

Je ne vous témoignais quels sont mes sentiments,

Et...

JODELET.

Qui se fait brebis, Monsieur, le loup le mange.

Déjà le sang me bout et la main me démange.

LE CAMPAGNARD.

Oui, n'étant pas toujours d'humeur à souffrir tout,

1160   Je sais, quand il le faut, pousser un homme à bout.

CLITON.

Je porte à mon côté de quoi vous le défendre.

LE CAMPAGNARD.

En autre lieu qu'ici je pourrais l'entreprendre.

CLITON, mettant l'épée à la main.

Ah ! C'est trop !

LE CAMPAGNARD.

En effet, le plutôt vaut le mieux.

PHILIS.

Ah ! Cliton !

LE CAMPAGNARD.

Il faut vaincre ou mourir à ses yeux.

JODELET, ne pouvant dédaigner.

1165   Ah ! La maudite rouille, ah ! Monsieur, ah ! Mon maître,

Au diable soit l'épée et ceux qui l'ont fait naître !

Au secours, aux voleurs, aux meurtres !

SCÈNE VI.
Le Campagnard, Cliton, Philis, Bazile, Jodelet.

BAZILE, les séparant.

Qu'est ceci ?

Faut-il que des amis se querellent ainsi ?

LE CAMPAGNARD.

Je lui montrerai bien qu'il prend mal ses mesures.

BAZILE, à Cliton qui veut parler encore.

1170   Ah ! Cliton !

JODELET.

Haut le bois !  [ 48 Haut le bois : Halte ! On dit, en termes de guerre, quand on fait faire halte à l'infanterie : Haut le bois ! À cause qu'on lève alors les piques. [F]]

BAZILE.

  Dieux quelles procédures !

LE CAMPAGNARD.

Ce coup est un prêté, mais il sera rendu.

Il est bien attaqué, s'il est bien défendu.

Et...

BAZILE, au Campagnard.

Vous êtes brave homme, il faut qu'il le confesse.

CLITON.

Mais...

BAZILE, au Cliton.

Pour l'amour de moi, que ce désordre cesse !

1175   Quel est ce démêlé ?

PHILIS.

  Cliton fait le jaloux

Et, se persuadant qu'il peut beaucoup sur vous,

Il prétend empêcher Monsieur de me rien dire.

CLITON.

Madame, il peut prétendre à tout ce qu'il désire ;

Mais de vos actions il est mal informé

1180   S'il se croit le premier que vous ayez aimé.

BAZILE.

Silence !

PHILIS.

C'en est trop.

CLITON.

Cette seule réponse

Veut que je l'abandonne et que je la renonce :

Sa soeur mérite mieux mon coeur et mes soupirs.

LE CAMPAGNARD.

C'en est trop de vouloir contraindre les désirs.

BAZILE.

1185   Il est vrai, mais il faut accommoder la chose.

CLITON, en s'en allant.

Le démêlé finit, puisque je hais la cause,

Et pour le témoigner, je suis son serviteur.

BAZILE.

Embrassez-vous.

LE CAMPAGNARD.

Je suis le sien de tout mon coeur.

Madame, je vous suis tout à fait redevable.

PHILIS.

1190   Je fais ce que je dois.

BAZILE.

Entrons.

LE CAMPAGNARD.

  Qu'elle est aimable !

À Jodelet, bas.

Il fait bon se fier à de pareils valets.

JODELET, seul, tirant son épée.

Ah ! Reproche sensible au sang des Jodelets !

Pour te garder de rouille ô belle et claire lame,

Je te fais un fourreau de l'étui de mon âme.

1195   Me tuer ! Ah ! Ah ! Ah ! Le sentiment falot

Que si je l'avais fait je serais un grand sot !

Rouille-toi tout ton saoul aussi bien, chère Olinde,  [ 49 Olinde : Nom de la ville du Brésil où l'on fabriquait des lames d'épée, qui prirent le nom de la ville.]

N'es-tu pas pour l'oison, la poule et le coq d'Inde ?

ACTE V

SCÈNE PREMIÈRE.

Plaintes de Phénice à sa confidente Lise, à qui elle annonce vaguement ses projets de vengeance.

SCÈNE II.
Philis, Lise, Phénice, Jodelet.

PHÉNICE.

De peur que votre honneur ici ne se hasarde,

1200   Ce galant homme est-il pour vous servir de garde ?

PHILIS.

De mon nouvel amant au moins c'est le dessein.

PHÉNICE.

À ne vous point mentir, c'est jouer au plus fin :

Il connaît votre esprit et léger et facile.

PHILIS.

Ma soeur...

JODELET, interrompant.

Il n'en est rien ; mon maître est plus habile.

1205   Ayant le coeur épris de ses perfections,

Il veut lui témoigner des inclinations

Dont l'instinct pénétrant s'étende jusqu'aux choses

Par qui sont cimentés les effets et leurs causes ;

Car, comme le soleil, par un temps nébuleux,

1210   Peut bien, sans se servir d'un secours fabuleux,

Faire passer son feu par sa correspondance,

Comme le fait mon maître avec grande prudence,

Tout ainsi, si bien donc. Or l'amour, oui, ma foi...

PHILIS.

Laisse-nous là.

JODELET.

Je crois qu'on se moque de moi.

PHILIS, bas.

1215   De crainte que ma soeur ne dise quelque chose,

Éloignons-le de nous.

Haut à Jodelet, qui sort.

Dis-lui qu'il s'y dispose,

Que je l'attends ici.

PHÉNICE.

Que disiez-vous tout bas ?

PHILIS.

Quelque petit secret qui ne vous plairait pas.

PHÉNICE.

Aussi pour le savoir j'ai peu d'impatience.

PHILIS.

1220   C'est que vous savez vivre avec expérience.

PHÉNICE.

Oui, j'en ai plus que vous.

PHILIS.

Madame, je le crois :

L'âge vous a donné ce don par dessus moi.

PHÉNICE.

Vous n'aurez pas toujours un temps si favorable.

PHILIS.

Beaucoup voudraient bien courre une risque semblable.  [ 50 Risque : est parfois au féminin au XVIIème.]

PHÉNICE.

1225   L'amour frappe demain ceux qu'il frappe aujourd'hui.

PHILIS.

Je n'ai pas encor lieu de me plaindre de lui.

PHÉNICE.

Les pleurs suivent de près tous les biens qu'il nous donne.

PHILIS.

Je laisse soupirer celles qu'on abandonne.

PHÉNICE.

Ah ! C'est trop ! Je vois bien que vous parlez à moi,

1230   Mais je vous veux apprendre à me donner la loi,

Et, devant qu'il soit peu, dans ma fureur extrême,

Je vais perdre avec vous le fourbe qui vous aime.

J'ai les yeux dessillés après de longues nuits,

Et rougis de le voir, étant ce que je suis.

1235   Il me faut un époux plus digne et plus sortable ;

Mais, de peur de vous voir et lâche et misérable,

Sans dessein de venger les affronts qu'il m'a faits,

Je vais de vos desseins prévenir les effets.

Je ne vous croirai pas ; vous êtes en colère.

SCÈNE III.
Philis, Jodelet, Léandre.

LÉANDRE, avec des pinceaux à la main.

1240   Nous n'osions avancer de peur de vous déplaire,

Mais nous vous écoutions.

PHILIS, bas à Léandre.

Il faut adroitement

Éloigner Jodelet pour parler un moment.

LÉANDRE, lui faisant signe.

Il ne faudrait qu'avoir la toile tout à l'heure.

JODELET.

Je la trouverai bien sans changer de demeure :

1245   Derrière ce gros luth, je l'avais mise hier.

PHILIS, bas à Léandre.

C'est être prévoyant.

JODELET.

Nous sommes du métier.

LÉANDRE, bas à Philis.

Il ne s'en ira point, quelque effort que l'on fasse.

À Jodelet, haut.

Mais il faudrait avoir une chaise plus basse.

JODELET.

Tenez, ce tabouret s'offre tout à propos.

PHILIS.

1250   Ô dieux ! Nous ne pouvons nous dire quatre mots.

LÉANDRE.

Il faudrait un peu d'eau.

JODELET.

Sans vous donner de peine,

Vous en pouvez trouver dans cette porcelaine.

LÉANDRE.

Mon crayon ?

JODELET, en fouillant dans sa poche.

J'en réponds, et sans sortir d'ici.

Mais qu'est-il devenu ?

PHILIS.

Quel bonheur !

JODELET.

Le voici.

1255   Bon.

PHILIS.

  Il faut avertir que, si l'on me demande,

Je...

JODELET.

Personne ne sort, la chaleur est trop grande.

LÉANDRE, tirant une table sur laquelle il met ses pinceaux.

Nous lui dirons en vain jusqu'à la fin du jour ;

Commençons.

JODELET, allant quérir le tuorbe.

Je vous vais chanter un air de cour.  [ 51 Théorbe : Instrument dérive du luth, et qui n'était connu que depuis la fin du règne de Henri IV son nom et son orthographe restèrent longtemps incertains.]

Voulez-vous Bénits soient les yeux bruns de Madame,

1260   Ou bien : Quand pour Philis mon coeur tout plein de flamme ?

PHILIS.

Pendant qu'il chantera, nous nous entretiendrons.

JODELET.

Je sais tout ce qu'ont fait les Picards, les Guedrons,

Les Lambert, les Camus et tous ces grands génies,

Que l'on nomme à la cour les dieux des symphonies.

PHILIS.

1265   Ne nous en chantez point qui soient si sérieux.

JODELET, s'essayant à chanter.

La, la, j'ai votre fait, mais il est un peu vieux.

Ah ! Que cet instrument a l'accord difficile !

Je n'en touchai jamais sans m'échauffer la bile.

Un peu cette cheville, encore celle-ci  [ 52 Cheville : On appelle cheville dans les instruments de Musique à cordes, certains petits morceaux de bois, ou de fer, fichés dans la table, ou dans le manche de l'instrument, qui servent à tendre, où à lâcher les cordes qui y sont attachées par l'un des bouts. [F]]

1270   Maudit soit le rouquin qui m'embarrasse ici

Il laisse tomber son épée.

Cet accord est-il fin ?

PHILIS.

Il n'est guère agréable.

JODELET.

C'est que la corde est fausse, ou je me donne au diable.

Chanson.

Bel oeil, petit diablotin,

Clair Lutin,

1275   Qui carabine mon âme,

Je suis par ton trait fatal

Un arsenal.

Tout plein de fers et de flamme.

     

LÉANDRE.

Il faut partir ce soir et tromper leur attente.

JODELET.

1280   Que diable dites-vous cependant que je chante ?

LÉANDRE.

J'apprenais à Madame un secret curieux,  [ 53 Le locuteur de cette réplique est noté LISANDRE dans l'édition de Victor Fournel, on suppose qu'il s'agit de LÉANDRE.]

Pour me donner moyen de bien peindre ses yeux

Et lui faire un regard plus doux et plus modeste

Mais de grâce, achevez.

JODELET.

Voici le double.

Une corde se rompt.

Peste.

1285   Je crois qu'un Topinambour

Sans amour,

S'il avait lorgné ta trogne

Comme moi par ton regard

Serait ard  [ 54 Ard : Brul? du latin ardere, arsus. [Victor Fournel]]

1290   Ô serait un vrai Jean Logne.

     

Il baille deux fois avant la fin du couplet.

Ah ! que le temps est lourd !

PHILIS.

Encor quelques accords.

JODELET.

Tout ce qu'il vous plaira mais, ma foi, je m'endors ;

Je m'en vais dans ce bouge y faire un petit somme,

Je reviens.

PHILIS.

Qu'il fait bon se fier à cet homme !

LÉANDRE.

1295   Madame, il ne faut point balancer aujourd'hui :

J'aurai dedans Paris un prince pour appui,

Chez qui nous trouverons une bonne retraite,

Jusques à l'heureux jour que notre paix soit faite.

PHILIS.

Mais mon oncle en mourra de douleur.

LÉANDRE.

Et tant mieux

1300   Qu'attend-il que la mort, étant déjà si vieux ?

Mais laissez-le crever et pester à son aise

Après quatre ou cinq jours, il faudra qu'il s'apaise.

Lorsque la chose est faite, enfin l'on file doux,

Et les embrassements succèdent au courroux.

1305   Mais quelqu'un vient.

PHILIS.

Feignons.

SCÈNE IV.
Philis, Léandre, Le Campagnard.

LÉANDRE, montrant le côté où est le Campagnard.

  Madame, il faut, de grâce,

Éviter ce faux jour et prendre une autre place.

LE CAMPAGNARD, bas.

Ils ne me voient pas.

LÉANDRE.

Un peu plus de côté,

Et forcez votre humeur à plus de gaité.

LE CAMPAGNARD.

Je les interromprais paraissant davantage.

LÉANDRE.

1310   Maintenant mon esprit est plein de votre image.

LE CAMPAGNARD, bas.

Elle est encore mieux portraité dans mon coeur.

LÉANDRE, regardant fixement Philis, comme un homme qui se disposerait à la peindre.

Je vous suis obligé de cette belle humeur ;

Mais quelque temps encor tâchez de vous contraindre

Il faut de la constance alors qu'on se fait peindre.

1315   Je crains...

PHILIS.

  Ne craignez point, c'est ne rien hasarder.

LÉANDRE.

Ne vous lassez-vous point de me tant regarder !

PHILIS.

Le plaisir que pour but j'ai dedans la pensée

Me fait trouver plaisante une action forcée,

Et dedans ce dessein loin de m'embarrasser,

1320   Je vous regarderais dix ans sans me lasser.

LE CAMPAGNARD, bas.

Que je serais heureux d'être traité de même !

LÉANDRE.

C'est être complaisante.

PHILIS.

On l'est pour ce qu'on aime :

Votre ouvrage m'est cher plus que vous ne pensez

Mais il le faut finir comme vous commencez.

LÉANDRE, montrant encore le lieu où le Campagnard est caché.

1325   Tournez donc tant soit peu votre chaise, de grâce

L'ombre qui paraît là me choque et m'embarrasse

Et m'ôte le plaisir d'observer tous vos traits.

À Philis, bas.

Il ne vous verra plus tout au moins de si près.

LE CAMPAGNARD.

Ah ! Ce coup imprévu me dérobe sa vue.

LÉANDRE.

1330   Ah ! Que d'attraits divers cette bouche est pourvue !

Souffrez donc qu'à plaisir je les admire tous.

LE CAMPAGNARD.

Dieux ! Qu'il y prend de peine ! Il se met à genoux.

Mais je n'aperçois point Jodelet.

LÉANDRE.

Ah ! Madame !

LE CAMPAGNARD, bas.

Quel valet !

LÉANDRE.

Je n'ai plus de pouvoir sur ma flamme.

PHILIS.

1335   Songez que l'on vous voit ; feignez.

LÉANDRE, lui baisant la main.

  Je n'en puis plus.

LE CAMPAGNARD.

Que fait-il ?

LÉANDRE.

Les pinceaux sont ici superflus.

LE CAMPAGNARD.

Dieux ! À quelle action s'émancipe ce traître !

Maraud !

PHILIS, à Léandre.

Contraignez-vous.

LE CAMPAGNARD, l'épée à la main.

Apprends à te connaître.

LÉANDRE.

Monsieur, pardonnez-moi ces petits mouvements

1340   Il me prend quelquefois des étourdissements

Qui ne me laissent pas disposer de moi-même.

Ayant dedans l'esprit une fille que j'aime

Et que j'adorerai le reste de mes jours,

Quoique j'en sois absent, je crois la voir toujours,

1345   Et principalement quand je peins quelque belle,

Je m'égare et m'emporte à croire que c'est elle.

Mais mon mal est passé.

LE CAMPAGNARD.

Tu n'es qu'un insolent,

Philis empêche le coup.

Et ce coup...

LÉANDRE.

Ah ! C'est trop faire le violent.

PHILIS.

Mais pour l'amour de moi, Monsieur...

LE CAMPAGNARD.

C'est un infâme.

LÉANDRE.

1350   Si nous n'étions tous deux ici devant Madame,

Je vous démentirais de la bonne façon.

PHILIS.

Hé ! Monsieur.

LE CAMPAGNARD.

Ce coquin fait le méchant garçon.

LÉANDRE.

Je ne suis pas méchant, mais je suis fort brave homme,  [ 55 Brave : En termes de guerre, signifie intrépide, qui affronte les périls, et qui s'expose par sans crainte à une mort assurée. [F]]

Et peut-être tantôt...

LE CAMPAGNARD.

Il faut que je l'assomme.

LÉANDRE, prenant l'épée que Jodelet avait ôtée en chantant.

1355   Mais qu'à propos je vois l'arme de Jodelet !

Ça, voyons.

LE CAMPAGNARD.

Il te faut battre contre un valet.

PHILIS.

Jodelet, appelons quelqu'un qui les sépare.

LÉANDRE.

Vous reculez.

LE CAMPAGNARD.

Ah ! Dieux, c'est mon pied qui s'égare,

Et je ne manque point de coeur.

LÉANDRE, lui engageant son épée.

Il faut mourir.

LE CAMPAGNARD.

1360   Ô dieux !

LÉANDRE.

  Rien à présent ne vous peut secourir

Il faut mourir, ou bien me quitter la cadette.

LE CAMPAGNARD.

Encore...

LÉANDRE.

Il ne faut point me payer de défaite.

LE CAMPAGNARD.

Eh bien, je vous la quitte et m'abandonne à vous,

Et puis vous assurer qu'elle dépend de nous..

LÉANDRE.

1365   Vous me la promettez ?

LE CAMPAGNARD.

  C'est ma plus grande envie.

LÉANDRE.

C'en est assez.

LE CAMPAGNARD.

Je suis à vous toute ma vie.

SCÈNE V.
Philis, Bazile, Jodelet, Léandre, Le Campagnard.

BAZILE.

Êtes-vous insensés ? Que faites-vous, Messieurs ?

Toujours flamberge au vent !  [ 56 Flamberge au vent : Grosse épée du Chevalier Regnaut de Montauban, l'aîné des quatre fils d'Aymon. On dit proverbialement, mettre flamberge au vent ; pour dire dégainer, tirer l'épée. [F]]

JODELET, frottant ses yeux.

Où sont-ils ? Aux voleurs,

Main-basse, tuons tout, à moi ma hallebarde !  [ 57 Hallebarde : Arme d'hast offensive ; composée d'un long fût ou bâton d'environ cinq pieds, qui a un crochet ou un fer plat et échancré aboutissant en pointes, et au bout une grande lame de fort forte et aigüe. [F]]

1370   Un bâton à deux bouts, des pistolets.

BAZILE, étant heurté de Jodelet.

Prends garde.

PHILIS.

Il dormait ses esprits sont encore étonnés

BAZILE.

Je crois que ce coquin m'a fait saigner du nez.

Au diable le lourdaud ! Ah ! Sur ma foi, je gage

Que je suis écorché jusques au cartilage.

1375   Si le coup eut donné deux ou trois doigts plus haut,

J'en eusse eu pour mourir tout autant qu'il en faut :

L'artère de la temple est un endroit funeste

Où l'âme a toujours droit de jouer de son reste,

Quand, par solution de continuité,

1380   On la vient détourner de sa tranquillité.

Mais hâte ! Et vous, Monsieur, qui, pauvre gentilhomme,

Feignez pour nous duper que vous venez de Rome,

Et, passant pour un peintre avec un faux patois,

Nous jouez en grand maître un tour de fin matois,

1385   Vous pouvez bien porter dedans d'autres familles

Ces secrets merveilleux pour attraper des filles.

Phénice m'a tout dit, et vous ne tenez rien ;

C'est pourquoi, délogez, puisqu'on vous connaît bien,

Et ne prétendez pas duper notre cadette.

LÉANDRE.

1390   Je suis homme d'honneur.

BAZILE.

  Ah ! Sonnez la retraite !

Notre aînée ayant su comme vous en usez

M'a tantôt déclaré que vous nous abusez

Et prétendez avoir sa soeur en mariage.

LE CAMPAGNARD.

Mais s'il est sans fortune, il n'est pas sans courage,

1395   Et je suis obligé de vous dire aujourd'hui...

PHILIS.

Que je n'aurai jamais d'autre mari que lui.

BAZILE.

Et moi, je vous promets qu'avant demain peut-être,

Nous vous mettrons en lieu dont nous serons le maître.

Je suis oncle et tuteur, et comme tel je dois

1400   Vous apprendre d'avoir plus de respect pour moi.

Il montre le Campagnard.

Quand Monsieur...

LE CAMPAGNARD, montrant Léandre.

À présent c'est un autre moi-même

Et je trouve un milieu dans ce désordre extrême,

Car l'aînée ayant eu mon inclination

Me laisse encore au coeur beaucoup d'affection,

1405   Et si le bon Anselme, avecque sa doctrine,

N'avait pas si bon jeu, comme il a bonne mine,

Et s'était pu tromper en me trompant aussi...

SCÈNE VI.
Bazile, Philis, Le Campagnard, Léandre, Anselme, Jodelet.

JODELET.

Ne l'allez point chercher autre part le voici !

J'écoutais.

BAZILE.

Mais enfin.

ANSELME.

Un peu de patience !

1410   Pour vous apaiser tous je ne veux qu'audience.

Léandre qui passait pour peintre dans ces lieux

Descend d'un riche père et de nobles aïeux ;

Trois oncles fort puissants, dont tout seul il hérite,

Lui laisseront de quoi répondre à son mérite.

1415   Sa jeunesse l'ayant par des pensers errants

Arraché dès douze ans au sein de ses parents,

Après avoir dix ans couru la terre et l'onde,

Il ne lui reste rien à voir dedans le monde

Et, par un mariage achevant ses destins,

1420   Désormais tous ses jours seront de beaux matins.

BAZILE.

Mais de quelle maison est-il ?

ANSELME.

Du vrai Léandre,

Dans la maison duquel advint ce grand esclandre,  [ 58 Esclandre : Vieux mot qui signifiait autrefois un accident fâcheux qui troublait, et interrompait le cours d'une affaire. [F]]

Qui, voyant un des siens dans l'eau de l'Hellespont,

N'a que trop signalé la noblesse qu'ils ont...

1425   Abyde est leur pays et leur natale terre,

D'où les Grecs les chassant à cause de la guerre,

Les forcèrent d'aller chez les premiers Gaulois

Et de prendre parti depuis chez nos François.  [ 59 François : français, conservé pour la rime.]

LE CAMPAGNARD.

Mais cela ne fait rien pour moi.

ANSELME.

Prêtez silence !

1430   Ne l'ayant point quitté dès sa plus tendre enfance

Et le tenant très cher ainsi que je l'ai dû,

Je l'ai servi partout autant que je l'ai pu,

Et croyant qu'il aimait votre divine aînée

Pour lui sacrifier un heureux hyménée,

1435   Je vous épouvantai par de faux accidents,

En feignant des malheurs et de faux ascendants.

Mais, Monsieur...

LE CAMPAGNARD.

Cher trompeur, va, je te donne grâce :

Par ce coup tu changeas toute ma flamme en glace ;

Mais, ayant reconnu ton adresse et ton jeu,

1440   Tu changes maintenant toute ma glace en feu.

À Bazile.

Je brûle de la voir, Monsieur ; je vous conjure

D'oublier toute aigreur en pareille aventure

Et de songer qu'étant un enfant de maison...

BAZILE.

Faisant tout par justice et pour bonne raison,

1445   S'il a le bien qu'on dit, il faudra bien le faire.

LE CAMPAGNARD.

Quant à moi, désormais je le tiens mon beau-frère ;

Je lui donne la main en cette qualité.

PHILIS.

Et moi je lui promets toute fidélité.

LE CAMPAGNARD.

Envoyons donc quérir cette agréable aînée.

BAZILE.

1450   Mais Lise vient à nous.

SCÈNE VII.
Bazile, Le Campagnard, Anselme, Jodelet, Philis, Léandre, Lise.

LISE.

  Ô fille infortunée !

Monsieur, ne cherchez plus de nièce dans ces lieux

Cliton vient d'enlever Phénice.

LE CAMPAGNARD.

Ah ! Justes Dieux !

LISE.

Mais lisez ce papier.

BAZILE, lisant.

0   « N'ayant plus de raison,
0   Après avoir connu qu'un ingrat m'abandonne,
0   Dedans mon désespoir je me donne à Cliton
0   Qui connaît la valeur du bien que je lui donne.
0   Veuillez donc approuver,
0   Ô mon oncle très cher, un pareil mariage,
0   Et différant un peu de vous aller trouver,
0   Permettez que j'apprenne à devenir plus sage. »
0   PHÉNICE.

     

BAZILE.

Ah ! Ce mot m'attendrit.

LE CAMPAGNARD.

Ah ! Quels sont mes malheurs !

LÉANDRE.

Allons la retirer des mains de ces voleurs.

LISE.

1465   Je voulais faire effort pour suivre ma maîtresse,

Mais le cocher fouetta.

LE CAMPAGNARD.

Dieux ! Que j'ai de tristesse !

Mon inconstance a fait tous les maux d'aujourd'hui.

LÉANDRE, à Anselme.

Qu'il est sot de penser qu'elle parle de lui !

BAZILE.

Quel accident fâcheux !

LE CAMPAGNARD.

Ah je me désespère

1470   D'être cause du mal qu'elle se vient de faire.

ANSELME, bas à Léandre.

Qui ne rirait devoir qu'il s'accuse pour vous ?

LE CAMPAGNARD.

Elle m'appelle ingrat, ah! Vous le savez tous

LÉANDRE.

Messieurs, Anselme a fait le malheur où nous sommes ;

Mais, comme il est aussi le plus adroit des hommes,

1475   Il vous peut retirer de tous ces embarras

Et pour un tel dessein je lui prête mon bras.

Si Cliton ne vous rend cette adorable aînée

Dedans le même état qu'il t'avait emmenée,

Rien ne le peut sauver de mon juste courroux :

1480   Il mourra.

BAZILE, au Campagnard.

  C'est tout coeur.

LE CAMPAGNARD.

  Je n'espère qu'en vous.

LÉANDRE.

Allons donc au plus tôt, sans tarder davantage.

LE CAMPAGNARD, montrant Philis.

Chacun ne pourra pas être de ce voyage :

Il en faut pour garder cet objet adoré.

LÉANDRE.

Sans aucun intérêt je vous y servirai,

1485   Et mon amour à part...

BAZILE.

  Allez, c'en est trop dire :

Votre courage vaut plus qu'elle et qu'un empire.

Tirant raison au nom de cette trahison,

Étant né gentilhomme et de bonne maison,

J'approuve qu'on vous aime et le tiens légitime.

1490   Le bien vaut quelquefois beaucoup moins que l'estime,

Et tout homme de coeur porte encore au côté

Un assez grand trésor dans la nécessité.

LÉANDRE.

Monsieur, c'est m'obliger d'une amitié trop forte.

PHILIS.

Mais, mon oncle, de grâce, empêchez qu'il ne sorte :

1495   Ils se battront, et lors...

BAZILE.

  Ne craignez rien de mal.

Je vais tout le premier en campagne.

LE CAMPAGNARD.

À cheval !

PHILIS.

Je vais vous voir partir.

LE CAMPAGNARD.

J'espère en ce voyage

Et crois que nous aurons beau temps après l'orage

Et que, le traître ayant moins d'effet que de bruit,

1500   Nous lui ferons passer quelque mauvaise nuit.

JODELET, seul.

Et moi qui te connais, quoique tu puisses faire,

Je te tiens un grand sot, et par devant notaire.

Et vous, beaux campagnards, accordés ou maris.

Gardez-vous d'amener vos femmes à Paris,

1505   Pour y voir le Pont-Neuf et la Samaritaine :  [ 60 Le Pont-Neuf et la Samaritaine se trouvent au bout de l'île de La Cité à Paris et le premier mène au second en venant du sud. La Samaritaine a été un grand magasin est sur la rive droite.]

Plus de mille cocus s'y font chaque semaine,

Et les godelureaux y sont si fréquemment

Qu'une femme de bien s'y trouve rarement.

Prenez-y donc exemple, et devenant plus sages

1510   Faites-leur voir Paris au fond de vos villages,

Parmi vos partisans faites les cupidons,

Et demeurez toujours les rois de vos dindons.

 


Notes

[1] Maraud : Terme injurieux qui se dit des gueux, des coquins qui n'ont ni bien ni honneur, qui sont capables de faire toutes sortes de lâchetés. [F]

[2] Ecot : terme de Blason. C'est un tronc, ou une grosse branche ou il ne reste encore les bouts des branches qui en ont été coupées. [F]

[3] Gogo (à) : Qui se dit n parlant des choses plaisantes et agréables qu'on a en abondance.

[4] Bureau d'adresse : Lieu situé en dessous de la Gazette de France et permettait de trouver un maître ou une place dans quelque maison noble ou bourgeoise.

[5] Eguillette : terme de Marine. C'est le nom qu'on donne à de menues cordes qui servent à divers usages. [F]

[6] Aiguillette : Cordon de tissu serré par les deux bouts, qui sert à attacher quelque chode à une autre. [F]

[7] Crayer : Marquer avec de la craie. [F]

[8] Argoulet : Arquebusie, Carabin. Mezerai l'employe pour Chevau-léger. [F]

[9] Soudrille : Terme de raillerie. Méchant et misérable soldat dont on ne fait point de cas. [F]

[10] Adroit : Qui a l'adresse soit du corps, soit d'esprit. Du temps de Corneille; on prononçait aussi adret, adrète ; ce qui est prononciation normande. [L]

[11] Cageoler : Signifie aussi caresser quelqu'un, afin d'attraper de lui quelque chose à force de flatterie. Se dit plus particulièrement à l'égard des femmes et des filles, auxquelles on fait l'amour, qu'on tâche de séduire par de belles paroles. (caajoler) [F]

[12] Les Qu'en dira-t-on, chansons ainsi nommées de leur refrain, étaient fort en vogue vers le milieu du XVIIème siècle, comme, avant elles, les Petits-Doigts (Mon petit doigt me l'a dit), avant encore, Les Ponts-Bretons (Saint-Amant) le Poète crotté et le nouveau entretiens des bonnes compagnies, 1635, in-12, p. 64) ... [Victr Fournel]

[13] Simplesse : Terme populaire, qui ne se dit qu'en cette phrase proverbiale : il ne demande qu'amour et simplesse ; pour dire, il n'est pas d'humeur à quereller personne.

[14] Des Escuteaux et Nervèze sont deux écrivains ridicules, qui parlent dans leurs oeuvres le plus incroyable pathos et le galimatias le plus bizarrement contourné. Les dates et les détails de leurs vies sont peu connus. On a de des Escuteaux les Amours deZydtan et de Floriande (1605,in-12), et de Nervèze, secrétaire de la chambre du roi, les Amours diverses (1621, 2 v. in-12). Nervèze et des Escuteaux étaient le Bavius et le Moevius du dix-septième siècle leurs noms étaient en quelque sorte passés en proverbe, et on les trouve chaque instant cités avec dérision. [Victor Fournel]

[15] Empaumer : empaumer quelqu'un, se rendre maître de son esprit. Je vois qu'il a, le traître, empaumé son esprit, voir MOL. Éc. des femmes, III, 5. [L]

[16] Rustre : paysan, rustaud. [F], terme péjoratif.

[17] Lorgner : Regarder quelqu'un de travers et du coin de l'oeil ; ce qui se fait quelquefois par mépris, par haine, par orgueil. [F]

[18] Second : En substantif signifie aussi, celui qui aide un autre, qui le sert. Les Seconds dans les duels sont d'une invention diabolique. [F]

[19] Querelleux : (on dit aussi querelleur). Qui a souvent des querelles. [F]

[20] Les arrêts concernent l'interdiction des duels et des duellistes. Le Cardinal de Richelieu était d'une sévérité exemplaire eu égard au duel.

[21] Bazile a raison. Ce passage est tiré du Ier livre des Amours, élégie IX. [Victor Fournel]

[22] Chiquenaude : Coup appliqué au moyen du doigt du milieu dont le bout est appuyé ferme sous le bout du pouce, et que l'on desserre sans effort. [L]

[23] Arrière-ban : Anciennement, ban et arrière-ban, ou simplement arrière-ban, convocation que faisait le roi de sa noblesse, tant vassaux qu'arrière-vassaux, pour aller à la guerre ; le corps de la noblesse ainsi convoqué. [L]

[24] Bât : Selle grossière de forme et d'étendue variables, à l'usage des bêtes de somme. [L]

[25] Demi-lune : en termes de guerre, se dit d'un dehors qui n'a que deux faces, qui forment ensemble un angle saillant. (...) On la mettait autrefois à la pointe du bastion, où le fossé étant arrondi a été cause qu'on lui a donné ce nom. [F]

[26] Redoute : Petit fort carré qu'on fait dans les lignes de circonvallation, tranchées, et lignes d'approche, pour flanquer des lignes et placer des corps de garde, ou défendre quelques passages. Elles ont dix à quinze toises de face, avec un fossé de nuef à dix pieds de largeur, et de profondeur. [F]

[27] Bout et haie : On dit aussi, mais bassement, du par dessus ou revenant bon de quelque affaire , il y a cent écus à gagner, et haie au bout.

[28] Horion : Terme populaire et vieux, qui signifie un coup rude qu'on donne à quelqu'un, ou celui qu'on se donne par hasard en se heurtant contre quelques chose. [F]

[29] Fauconneau : Pièce d'artillerie, qui tient le sixième rang entre les canons, qui a six à sept pieds de long, et deux pouces de diamètre, dont la balle pèse environ une livre et demie. [F]

[30] Raste : interjection non identifiée.

[31] Courtine : Terme de fortification. C'est la partie de la muraille, ou du rempart, qui est entre deux bastions, et qui en joint les flancs. [F]

[32] Javeline : Arme d'hast, ou demi-pique, dont les anciens se servaient tant à pied qu'à cheval. Elle avait cinq pieds et demi de long, et son fer avait trois faces aboutissants en pointe. [F]

[33] Hast : Vieux mot qui signifiait autrefois toute sorte d'arme offensive qui avait un long bois ou manche. [F]

[34] La graphie des noms de peintres a été modernisée au risque de rompre l'alexandrin. Lucas est Lucas de Leyde, et Intlaël est sans doute Lintlaër, nous suivons les propositions de Victor Fournel, Valèse est Lodovico Valesio ; Tite est Tiberio Titi.

[35] Andromède : fille de Céphée, roi d'Ethiopie, et de Cassiopée. Sa mère ayant eut l'imprudence de disputer le prix de beauté à Junon et aux Néréïdes, filles de Neptune, ce dieu suscita pour les venger un monstre marin qui ravagea l'Ethiopie. Il falut, pour délivrer la contre, qu'Andromède fut exposée à la fureur du monstre. Elle allait être dévorée, lorsque Persée la délivrât. [B]

[36] Barbe : est un cheval de Barbarie qui a une taille menue, et les jambes déchargées. [F]

[37] Bourriquet : voir Bourrique. Méchante bête de voiture. Il se dit particulièrement des ânes et des ânesses ; et ensuite des méchants chevaux. [F]

[38] Brette : Estocade, épée qui est plus longue que celle que les gentilhommes portent d'ordinaire. [F]

[39] Infus : Ce mot n'est guère en usage que dans ces phrases, Science infuse, grâce infuse, sagesse infuse. [F] Délivré par un don du Ciel ou de Dieu.

[40] Volatiser : volatiliser.

[41] Jean Petit était un astrologue et devin en réputation dans la première moitié du 17° siècle Pierre de Larivé, ou de Larivey, comme on l'écrit plus souvent, né à Troyes dans le 16° siècle, publia pendant une trentaine d'années, de 1618 à 1647, un Almanach avec grandes prédictions, qui précéda celui de Mathieu Laënsberg. [Victor Fournel]

[42] Maitre Eustache Noël, curé de Sainte-Marthe, était alors l'un des auteurs en titre des almanachs imprimés à Troyes.[Victor Fournel]

[43] L'an climatérique, au figuré, c'est l'époque de la décadence. Au propre, les années climatériques, regardées comme appartenant à une époque critique de la vie de l'homme, étaient, suivant les uns, toutes les années multiples du nombre sept; suivant les autres, celles qui résultaient de la multiplication de sept par un nombre impair. L'âge de soixante-trois ans, produit de sept multiplié par neuf, s'appelait la grande climatérique (V. le Dictionn. de Littré).

[44] Le Diable est bien aux vaches : Les choses tournent mal, il y a du désordre et du grabuge (Leroux, Dict. Comique, Comédie des proverbes, III, sc. 5) [Victor Fournel]

[45] Estramaçon : Coup qu'on donne du tranchant d'une forte épée, d'un coutelas, d'un cimeterre. [F]

[46] Caboche : La tête de l'homme. Ce mot est vieux et populaire. [XVIIème] [F]

[47] Petites-maisons : nom donné autrefois à un hôpital de Paris où l'on renfermait les aliénés. [F]

[48] Haut le bois : Halte ! On dit, en termes de guerre, quand on fait faire halte à l'infanterie : Haut le bois ! À cause qu'on lève alors les piques. [F]

[49] Olinde : Nom de la ville du Brésil où l'on fabriquait des lames d'épée, qui prirent le nom de la ville.

[50] Risque : est parfois au féminin au XVIIème.

[51] Théorbe : Instrument dérive du luth, et qui n'était connu que depuis la fin du règne de Henri IV son nom et son orthographe restèrent longtemps incertains.

[52] Cheville : On appelle cheville dans les instruments de Musique à cordes, certains petits morceaux de bois, ou de fer, fichés dans la table, ou dans le manche de l'instrument, qui servent à tendre, où à lâcher les cordes qui y sont attachées par l'un des bouts. [F]

[53] Le locuteur de cette réplique est noté LISANDRE dans l'édition de Victor Fournel, on suppose qu'il s'agit de LÉANDRE.

[54] Ard : Brulé du latin ardere, arsus. [Victor Fournel]

[55] Brave : En termes de guerre, signifie intrépide, qui affronte les périls, et qui s'expose par sans crainte à une mort assurée. [F]

[56] Flamberge au vent : Grosse épée du Chevalier Regnaut de Montauban, l'aîné des quatre fils d'Aymon. On dit proverbialement, mettre flamberge au vent ; pour dire dégainer, tirer l'épée. [F]

[57] Hallebarde : Arme d'hast offensive ; composée d'un long fût ou bâton d'environ cinq pieds, qui a un crochet ou un fer plat et échancré aboutissant en pointes, et au bout une grande lame de fort forte et aigüe. [F]

[58] Esclandre : Vieux mot qui signifiait autrefois un accident fâcheux qui troublait, et interrompait le cours d'une affaire. [F]

[59] François : français, conservé pour la rime.

[60] Le Pont-Neuf et la Samaritaine se trouvent au bout de l'île de La Cité à Paris et le premier mène au second en venant du sud. La Samaritaine a été un grand magasin est sur la rive droite.

 Version PDF 

 Version TXT 

 Répliques par acte

 Caractères par acte

 Répliques par scène

 Vers par acte

 Vers par scène

 Vocabulaire du texte

 Primo-locuteur

 Didascalies