ARTAXERXE

TRAGÉDIE

REPRÉSENTÉE PAR L'ILLUSTRE THÉATRE.

M. DC. XLV. AVEC PRIVILEGE DU ROI.

PAR JEAN MAGNON

Représenté pour la première fois en 1644 par la troupe de l'Illustre théâtre.

Version du texte du 10/12/2011 à 16:56:57.

À MONSEIGNEUR, MONSEIGNEUR DE CHANDENIER, CONSEILLER DU ROI EN SES CONSEILS D'ÉTAT et Privé, Seigneur Temporel et Spirituel de Tournus, et Abbé du petit Cîteau.

MONSEIGNEUR,

MONSEIGNEUR, Le plus passionné, et le plus humble de vos serviteurs et sujets. MAGNON.

Les Acteurs

ARTAXERXE, Roi des Perses.

DARIE, son fils ainé.

OCHUS, son second fils.

AMESTRIS, sa fille.

ASPASIE, Princesse de Lydie.

TIRIBAZE, Favori d'Artaxerxe.

TISSAPHERNE, Capitaine des Gardes.

Troupes des Gardes.

La scène est dans Pazagardes dans l'appartement du roi.

ACTE I

SCÈNE PREMIÈRE.
Artaxerxe, Amestris, Aspasie.

ARTAXERXE.

Hé bien, chère Amestris, et vous belle Aspasie,

Mes fils briguent toujours le trône de l'Asie,

Si ces impatiens aspirent d'y monter,

Une contraire ardeur me porte à le quitter.

5   La fortune des Rois n'est pas la plus heureuse,

Quoi qu'un nom spécieux la rende si fameuse,

Elle est de ces beautés qui ne plaisent qu'aux yeux :

Je souhaite un Empire à tous mes envieux.

AMESTRIS.

Tous les Princes n'ont pas une même fortune,

10   Il est des rois heureux.

ARTAXERXE.

  Leur disgrâce est commune,

Un Prince n'est jamais sans l'un de ces dangers,

Ou d'avoir guerre ouverte avec les étrangers,

Ou de sentir chez soi des factions publiques,

Ou de voir dans sa Cour des malheurs domestiques.

15   Dés mon couronnement jusqu'à l'âge où je suis

J'ai vécu par coutume au milieu des ennuis,

Et si mon mauvais sort eut cessé de me suivre,

Manque de déplaisirs j'aurais cessé de vivre.

Est-il un Prince au monde affligé comme moi,

20   Toujours persécuté, frère, fils, père, ou Roi ?

La Couronne autrefois se donnait au courage,

Mon père fut fait roi par un commun suffrage :

La Perse me vit né dans le premier état,

Mon frère vit le jour dans ce nouvel éclat,

25   Parisate en tira l'avantage de Cire,

Qui sous cette couleur prétendit à l'Empire,

Qu'il était fils de roi, moi celui d'un sujet.

Mes enfants aujourd'hui raniment ce projet,

Si Darie étant né du vivant de mon père

30   Le voit renouvelé du côté de mon frère,

Puis qu'Ochus qui m'est né depuis que je suis roi

Forme le différent que Cire eut contre moi :

En fin de tous les maux ma vie est le théâtre,

Ma constance du moins n'a plus rien à combattre,

35   Et je ne prévois pas que le ciel fasse pis

Que de me susciter et frère, et mère et fils.

AMESTRIS.

Seigneur, au moindre arrêt cette brigue est détruite.

ARTAXERXE.

Non, non, ce différent prend une longue suite,

La querelle d'un règne a d'aveugles débats,

40   Et deux frères rivaux ne se connaissent pas :

La mort de Cire,

ASPASIE.

Hélas !

ARTAXERXE.

Que sa fortune est belle,

Vous me rendez jaloux du sort de ce rebelle.

ASPASIE.

Traitez-le de rebelle, et d'ennemi des siens,

Ce coupable à vos yeux est innocent aux miens,

45   Je ne recherche point le secret des affaires,

Ni quel motif arma la mère et les deux frères,

La retraite de Cire eut diverses couleurs,

Mon père à mon exemple ému de ses malheurs

Résolut une guerre en faveur de ce Prince,

50   Il lui permit l'entrée en toute sa Province,

Et s'étant déclaré vit tout l'Empire uni

S'armer au nom de Cire, et d'un Prince banni.

J'appris par l'entretien du confident de Cire,

Comment l'un de vos grands gouvernait votre Empire,

55   Comme ayant éloigné vos meilleurs serviteurs,

Introduit dans la Cour un nombre de flatteurs,

Ce Ministre animait le fils contre la mère,

Et même avait causé la retraite du frère.

Mon frère sur ce bruit le reçut dans sa Cour,

60   C'est-là que ses malheurs formèrent notre amour,

J'aimai ce malheureux, je lui parus aimable,

J'abandonnai les miens pour suivre un misérable,

Heureuse ayant été compagne de son sort,

Malheureuse en cela de survivre à sa mort.

65   Je ne repasse point cette triste journée

Qui rompit ses projets comme notre hyménée,

Où ceux de son parti furent enveloppés,

Où ceux qui le servaient furent même trompés.

Ce grand secours des Grecs témoin de sa défaite,

70   Me laissa dans les fers en faisant sa retraite,

Ainsi je porte seule un juste châtiment,

Je vous venge des Grecs, d'un père et d'un Amant.

ARTAXERXE.

Les Grecs ont bien appris à toutes leurs Provinces

À ne se plus mêler du différent des Princes,

75   La mort de votre père enseigne à ses égaux

Cette fidélité que doivent les vassaux :

L'exemple de mon frère apprend aux mauvais frères

À ne jamais former des desseins téméraires.

Hélas ! C'est de ce sang d'où dérivent nos pleurs,

80   Et c'est de cette mort que naissent mes malheurs !

Jusqu'où va la fureur quand elle aveugle une âme ?

Ma mère par vengeance empoisonna ma femme,

Les mannes de mon frère étaient trop irrités,

Elle les satisfit par mille cruautés.

85   Cette forte amitié qu'elle eut toujours pour Cire

La fit après sa mort sortir de mon Empire,

Elle porta par tout l'ardeur de se venger,

Et je lui vis choisir un séjour étranger,

Où sa mort me vengea de celle de mon frère,

90   Par qui je fus vengé de celle de ma mère.

Le Ciel les a punis par un malheur pareil,

L'un pour avoir trop cru, l'autre pour son conseil.

AMESTRIS.

Parisate était reine, elle fut mère et femme,

Par là plus susceptible aux passions de l'âme :

95   Elle fut trop facile à croire les flatteurs,

Et trop bonne maîtresse à ses faux serviteurs.

L'avancement d'un fils fut toute son envie,

Ces défauts n'ôtent rien aux vertus de sa vie.

ARTAXERXE.

L'Empire sur soi-même est le plus haut pouvoir,

100   En qualité de reine elle devait l'avoir :

En qualité de femme elle a dû se connaître,

En qualité de mère elle dut la paraître,

Et les mères de rois dans leurs mauvais projets

Se doivent regarder au nombre des sujets,

105   Et voir de ce haut rang où les met la naissance

Que leurs fils naissants rois sortent de leur puissance :

Et que par un revers, qu'autorise la loi,

De mère on est sujette, et de fils l'on est roi.

AMESTRIS.

Les malheurs de la Perse ont une autre origine,

110   Sans doute Tiribaze en sera la ruine,

Il s'est facilité les moyens de régner,

Il en sait la leçon de ne rien épargner

Aux dépens de plusieurs il les met en pratique,

Et je vois les desseins de ce grand Politique,

115   Il les a commencé par la perte des Grands,

Il a sans cesse ému de nouveaux différends,

Et par là s'est rendu si craint et nécessaire

Qu'il vous coûte la mort d'un frère et d'une mère.

De tant de bons appuis l'État est affaibli

120   Que l'on voit malgré vous son Empire établi.

Votre trône est son port après de tels orages,

La brigue de vos fils est l'un de ses ouvrages,

Et leur dissension est un secret pour lui :

Ainsi se mêle un traître aux différends d'autrui,

125   Cet homme entreprenant se fonde sur leur perte,

L'on se doit défier d'une âme si couverte.

Les maximes qu'il donne ont des motifs secrets,

Cet artificieux cache ses intérêts,

Et son Prince lui-même aide à son artifice,

130   Vous même contre vous devenez son complice.

Contre vous il se sert de votre autorité,

Votre absolu pouvoir semble être limité,

Et dans ce grand crédit que fait son insolence

Il commande en effet, et vous en apparence.

135   Cette haute faveur ne l'a pas satisfait,

L'ambitieux joindra l'apparence à l'effet.

Amestris manque seule à sa grande fortune,

Et cet audacieux sans cesse m'importune :

Si j'osais vous parler avec liberté,

140   Seigneur, j'accuserais votre facilité

De souffrir si longtemps que cet homme en abuse.

ARTAXERXE.

Ses grandes actions méritent qu'on l'excuse,

Je me dois accuser de sa témérité,

Je le portai moi-même à cette vanité

145   Qu'une fille de roi payerait son mérite :

Votre appréhension m'en fit prévoir la suite,

J'arrêtai là le cours de cette passion,

Et je mets cette borne à son ambition.

Si vous voulez savoir le secret de me plaire,

150   Et vous et tous mes fils, souffrez son ministère,

Mon trône tremblerait sans un si ferme appui

Si même mes enfants me sont moins chers que lui.

AMESTRIS.

Un esprit si rusé contrefait le fidèle,

Au point qu'on veut trahir l'on monstre plus de zèle,

155   Il entre.

ARTAXERXE.

  Je sais bien ce qui l'amène ici.

AMESTRIS.

Il témoigne toujours quelque nouveau souci,

Nous vous laissons ensemble agiter cette affaire.

ARTAXERXE.

Non, non, votre présence y sera nécessaire.

SCÈNE II.
Artaxerxe, Amestris, Aspasie et Tiribaze.

TIRIBAZE.

Oserais-je interrompre un si doux entretien ?

ARTAXERXE.

160   Ton roi sur ce rencontre avait besoin du tien.

TIRIBAZE.

Vous êtes informé de la brigue des princes,

Leur querelle, Seigneur, menace vos provinces,

Les plus Grands de l'Empire y sont intéressés,

Le peuple va revoir les désordres passés,

165   Et sur le bruit qu'a fait la brigue de deux frères,

Son appréhension rappelle ses misères.

Abolissez enfin tant de prétentions

Ordinaires sujets de nos dissensions,

Un lâche éviterait ce dangereux rencontre,

170   C'est dans l'occasion qu'un vrai sujet se montre,

Et le crime est plus grand qui tait la vérité

Que celui de parler avec liberté.

ARTAXERXE.

J'aime dans mes sujets cette noble franchise,

Je confondrai bientôt cette grande entreprise.

175   Qu'on les appelle. Et toi qui m'en as averti,

Dans leur dissension prends-tu quelque parti ?

TIRIBAZE.

Je n'en épouse point, et si l'un m'intéresse

Je me déclarerais en faveur de l'aînesse,

Ma voix est en cela le sentiment de tous.

ARTAXERXE.

180   Et pour quel intérêt vous déclareriez vous ?

ASPASIE.

Si j'osais incliner ou pour l'un ou pour l'autre

Le parti de l'aîné.

AMESTRIS.

Le mien n'est pas le vôtre,

Ochus.

ARTAXERXE.

Est conseillé par quelques mécontents,

Ce sont hommes de Cour qui font valoir le temps,

185   Des esprits aveuglés dans leurs propres affaires

Qui dans celles d'autrui se rendent nécessaires.

Je veux qu'après ma mort ce droit soit arrêté,

Et que ce vieil abus cesse d'être agité.

TIRIBAZE.

Vous auriez vu, Seigneur, tous vos États en guerre,

190   Tout l'Orient armé se jeter sur vos terres.

Les Perses auraient vu des peuples triomphants

Arracher à vos yeux le sceptre à vos enfants :

Et les Grecs animez par cette jalousie

Se seraient enrichis du débris de l'Asie,

195   Le peuple va jouir d'une éternelle paix.

ARTAXERXE.

Ni les Perses ni moi ne la verrons jamais :

Un ancien Oracle a fait souvent paraître

Que nous devons tomber aux mains d'un nouveau maître,

L'on verra quelque jour mon Empire soumis,

200   Et les Mèdes vengés par d'autres ennemis.

Les personnes des rois ne sont pas immortelles,

Ni les Principautés ne sont pas éternelles.

C'est une vérité qui touche les esprits

De voir que toute chose approche du débris :

205   La Perse a dévoré tous les États du monde,

Les Dieux ont ordonné que mon siècle en réponde,

Et quelque autre verra nos superbes tyrans

Être donnés en proie à d'autres conquérants.

Ce désordre s'approche, on n'y voit point d'obstacle,

210   Tout incline au succès que nous prédit l'Oracle,

Cette dissension va servir d'instrument,

Et de fatale entrée à ce grand changement.

Ô Dieux, de mon vivant suspendez cet orage !

TIRIBAZE.

L'Empire est éternel, malgré ce vain présage

215   Nous aurons cette paix.

ARTAXERXE.

  Je la souhaite ainsi,

Je ne la verrai pas ni mes fils.

TIRIBAZE.

Les voici.

SCÈNE III.
Artaxerxe, Darie, Ochus, Amestris, Aspasie, Tiribaze.

ARTAXERXE.

L'Empire n'a-t-il pas de quoi vous satisfaire ?

Pourquoi le briguez vous s'il est héréditaire ?

La maxime qui dit qu'on fait tout pour régner

220   Tient que l'ambition ne doit rien épargner.

Sans plus considérer, ni père ni personne,

Par de sanglants degrés montés à la couronne.

DARIE.

Je vous fais un aveu digne de votre fils,

Que je mépriserais tout l'éclat des Sophis,

225   Et toutes les grandeurs que le commun estime,

Si leur possession s'acquerrait par un crime.

Je vous demande en fils un sceptre qui m'est dû,

La Perse offre pour moi le sang qu'elle a perdu,

Et rougissant encor des révoltes de Cire,

230   Semble s'intéresser pour l'aîné de l'Empire,

Qu'on repasse les temps jusqu'au plus éloigné,

L'aîné de siècle en siècle aura toujours régné,

Les peuples sont d'accord que cette préférence,

Fust toujours attachée aux droits de la naissance.

235   C'est par là que les rois semblent Dieux en ce point,

En ce que comme Dieux les rois ne meurent point.

C'est l'éternel appui d'une race infinie,

La chute des tyrans, et de la tyrannie.

Mon frère est fils de Roi, je le suis bien aussi,

240   Quelle inégalité trouve-t-il en ceci ?

Que mon père était Roi quand il lui donna l'être,

Qu'il n'était que sujet au temps qu'il me vit naître,

Qu'ôte ce changement aux droits de premier né ?

Mon droit est éternel, le Ciel me l'a donné.

245   Quoi, Seigneur, vos grandeurs seraient donc mes disgrâces,

Et de tels changements en feraient-ils aux races ?

Nous sommes même sang, vous est-il plus que moi ?

Cessez-vous d'être père en devenant mon Roi ?

Me méconnaissez-vous dessous un diadème,

250   Et quoi que vous changiez ne suis-je pas le même ?

Qu'ai-je donc entrepris qui répugne au devoir

Contre les sentiments qu'un vrai fils doit avoir,

Et qui me puisse rendre indigne de ce titre ?

Un Roi le doit juger, un père est mon arbitre,

255   J'ai suivi votre sort dans un état privé,

J'aspire au même honneur qui vous est arrivé,

J'attends de vos bontés cette reconnaissance.

OCHUS.

Vous venez d'alléguer un vieux droit de naissance,

Et vous vous prévalez d'une commune loi

260   Dont la suite a traîné des trônes après soi,

La cause du débris des états monarchiques,

Et l'ordinaire erreur des plus grands politiques.

Abus pernicieux, lâche nécessité,

Que d'établir des lois contre sa liberté.

265   L'élection d'un roi doit être volontaire,

Un État se détruit s'il est héréditaire,

Et dés que nous perdons la liberté du choix

Un Roi parle bien haut, et son peuple est sans voix.

Il faut même adorer une puissance inique,

270   Demander la longueur d'un règne tyrannique,

Et si de bons sujets se laissent asservir

Il abuse d'un droit qu'on ne lui peut ravir :

Le peuple en retenant une puissance égale

Contrepèse l'excès de la grandeur royale :

275   Si le Prince électif modère son pouvoir

Son peuple en l'imitant se tient dans le devoir,

Toutes leurs volontés n'ont qu'un même génie,

Leur union observe une étroite harmonie,

Par cet égal amour qui les unit aux lois

280   Un monde se compose à l'exemple des Rois.

Je ne veux rien donner à ce noble avantage,

Je l'ôte à la vertu pour le donner à l'âge,

J'appelle les ainés à cet illustre rang,

Mon aveu n'ôte rien aux vrais Princes du sang.

285   Les Dieux seuls sont sur nous dans le rang où nous sommes,

Et de nous seuls dépend la fortune des hommes.

Excusez, Monseigneur, mon indiscrétion

De rechercher mes droits dans votre extraction,

Je sors d'un rang royal, un monarque est mon père,

290   Et l'on a vu sujet le père de mon frère.

Dépouillez-vous, Seigneur, de ces vieux mouvements,

Un roi doit épouser de nouveaux sentiments,

Et des sujets faits rois d'une tige commune

Doivent changer de coeurs en changeants de fortune.

ARTAXERXE.

295   Vous formez des partis moi vivant à mes yeux :

Où va ce différent, esprits séditieux,

Jusqu'à renouveler une vieille querelle ?

Songez moins aux desseins qu'à la mort d'un rebelle,

Que de mêmes projets ont pareils accidents :

300   Vous Ochus, vous Darie, et vous fils imprudents,

Puissiez-vous éprouver si le sceptre a des charmes

OCHUS.

Cire le contesta par la force des armes,

Je ne le disputai que par celle des lois :

Est-ce crime, Seigneur, de défendre ses droits ?

DARIE.

305   Le roi par mes raisons hérita de l'Empire,

Pourquoi renouveler la querelle de Cire ?

OCHUS.

L'on trouve deux desseins dans un même intérêt,

Un combat le jugea, je n'attends qu'un arrêt

ARTAXERXE.

Mes fils, je me promets de votre obéissance

310   Que vous vous remettrez en bonne intelligence :

C'est ton frère Darie, Ochus, voila ton roi,

Rendez nos Dieux témoins d'une éternelle foi.

OCHUS.

J'attache à ce serment mon honneur et ma vie.

DARIE.

De ma part j'exécute une si belle envie.

ARTAXERXE.

315   Si vous la conservez tous mes voeux sont finis,

Je mourrai trop heureux si vous vivez unis.

Tu succèdes, mon fils, aux droits de nos monarques,

Et je t'en veux donner les nécessaires marques.

Que la Cour se dispose à la solennité,

320   Et pour ne point troubler cette félicité

Qu'un entretien suffise à réunir deux frères :

Mes fils oublions tout.

DARIE.

Nos aigreurs sont légères,

Sans doute un entretien pourra tout réparer.

SCÈNE IV.
Darie, Ochus.

OCHUS.

Mon Prince.

DARIE.

Mon frère, un trône a pu nous séparer,

325   Évitez l'entretien d'une foule de traîtres,

Hommes à profiter du malheur de leurs maîtres,

Qui dans les changements recherchent un appui

Font servir à leur sort la fortune d'autrui,

Qui dans l'âme des Grands inspirent des ombrages,

330   Et qui pour subsister élèvent mille orages.

OCHUS.

Vous employez un homme assez pernicieux,

Fourbe, esprit remuant, ministre ambitieux :

Le Roi préoccupé de ses belles maximes

A cru s'éterniser par tant d'illustres crimes :

335   De là sont procédés ces éternels soupçons,

Et les facilités à suivre ses leçons,

Sans le noircir des noms d'âme double, et d'ingrate,

Et sans lui reprocher la mort de Parisate,

Suffit qu'à mes dépens il ait fait sa grandeur.

DARIE.

340   Vous en parlez, mon frère, avecque trop d'ardeur,

Vous vous imprimez trop tout ce qu'on vous inspire,

Le Roi le croit utile au bien de son Empire,

Même à ce que j'apprends vous vous servez de lui.

OCHUS.

Ma faveur ne dépend que du crédit d'autrui,

345   Au moins si je ne l'aime, il faut que je le craigne.

DARIE.

Souffrons sa tyrannie un jour viendra mon règne.

OCHUS.

Si j'osais employer votre premier pouvoir.

DARIE.

Expliquez-vous, mon frère, oui faites-moi valoir,

Employez mon crédit, exercez ma puissance,

350   Ou je suis impuissant dans votre défiance,

Ou vous vous défiez des offres que je fais :

Acceptez en cher frère et l'offre et les effets.

OCHUS.

Ha ! C'est trop me confondre.

DARIE.

Ha ! C'est trop me suspendre,

S'il est dans mon pouvoir vous pouvez tout prétendre.

OCHUS.

355   La Princesse Aspasie est l'objet de mes voeux,

Et sa possession fait tout ce que je veux.

DARIE.

Vous voulez la Princesse ?

OCHUS.

Oui, je veux Aspasie,

Avec cette faveur je renonce à l'Asie,

Ma brigue est un effet de cette passion,

360   Et mon secret motif n'est pas l'ambition.

Les lois vous appelaient à l'Empire des Perses,

Je ne vous suscitai de si faibles traverses

Que pour vous exciter à défendre vos droits,

Et pour donner sujet à la faveur des lois,

365   Vous savez leur pouvoir, vous savez ma demande,

Procurez-moi de grâce une faveur si grande.

DARIE.

Arrêtons-là, mon frère, et suivons la douceur,

Je ne me prévaux point des droits du successeur,

Nous irritons le Roi par un tel artifice

370   Que l'un soit son rival, que l'autre le trahisse.

OCHUS.

Vous vous désavouez.

DARIE.

Oui, je tiendrai ma foi,

Et je vais m'attirer la colère du Roi,

La honte d'un refus.

OCHUS.

C'est moi seul qui hasarde.

DARIE.

Autant ou plus que vous ce refus me regarde,

375   Pour vous visiblement je m'expose au refus.

OCHUS.

Après cette faveur je m'en vais tout confus.

SCÈNE V.

DARIE, seul.

En mêmes lieux que moi nouvelle jalousie,

Nous vîmes du même oeil Aspasie et l'Asie,

Amant ambitieux, j'ai toujours un rival,

380   Que ce secret rapport me semble bien fatal.

Trahir un imprudent est moins crime qu'adresse,

Si près d'en avoir l'une ayons l'autre maîtresse.

Régner sans Aspasie, et l'aimer sans régner

Sont deux biens imparfaits qu'on ne peut éloigner.

385   Je la préfèrerais même au choix de l'Empire.

Ô lâche sentiment que l'intérêt m'inspire !

Tous deux ambitieux, et tous deux amoureux,

Par tout entreprenons un combat généreux.

ACTE II

SCÈNE PREMIÈRE.
Artaxerxe, Darie, Ochus, Amestris, Tiribaze.

ARTAXERXE.

Cette succession t'est en fin assurée,

390   Et que ma volonté soit par tout déclarée,

Tiribaze a ce soin.

TIRIBAZE.

Il reçoit cet emploi.

ARTAXERXE.

Mon fils, souffre avec coeur ce qu'ordonne la loi,

Je te fais gouverneur des côtes de l'Empire,

Gouvernement qui fut l'apanage de Cire,

395   Témoigne toi fidèle en ce gouvernement.

Toi, mon cher successeur, demande librement,

La loi te le permet, la coutume l'ordonne,

Je ne refuse rien donnant une couronne :

J'accorde tout, demande, et j'engage ma foi,

400   La parole d'un père, et le serment d'un Roi.

DARIE.

Seigneur, sa passion vous demande Aspasie,

Ce don réparerait la perte de l'Asie :

C'est toute la faveur que j'ose demander.

ARTAXERXE.

Et c'est cette faveur qu'on ne peut accorder.

OCHUS.

405   Seigneur, examinés ce que je me propose,

Cire arma contre vous pour l'appuy de sa cause,

Et n'ayant pu forcer l'équité de nos lois,

Il employa la force à rassurer ses droits ;

Comme il avait choisi cette sanglante voie

410   Sa retraite exposa toute la Perse en proie,

Il vint accompagné de nos vieux ennemis

Qui se flattaient déjà de nous avoir soumis,

De remplir notre Oracle, et dont la jalousie

Dévorait par l'espoir la conquête d'Asie.

415   Un ordre plus puissant différa ce revers,

Tout l'Empire aujourd'hui se verrait dans les fers

Si le Ciel par sa mort n'en eut borné la suite :

C'est ce vieux différent que mon amour suscite,

Oui, Seigneur, mon motif n'était pas de régner,

420   Ma prompte déférence a dû le témoigner,

Ce vieil abus mourait, si je l'ai fait renaître

L'amour m'y porta plus que le voeu d'être maître,

Et par ce même arrêt à qui j'ai dû céder,

Seigneur, reconnaissez si je veux commander,

425   J'aurais imité Cire, et dans tous mes refuges

J'aurais par l'intérêt ébranlé tous mes Juges,

Par l'espoir du butin qui flatte les Tyrans

Les Grecs viendraient juger de tous nos différents.

Je n'ai point récusé le jugement d'un père,

430   Je contestais en frère, en fils je vous défère;

Pour me récompenser d'un si grand intérêt

Partagez vos faveurs par ce second arrêt,

Que si vous condamnez ce nouveau stratagème,

Que ne peut entreprendre un homme quand il aime ?

435   C'était le seul secret qui put me l'acquérir,

Je m'en serais servi s'il eut fallu mourir.

ARTAXERXE.

Non ne te promets rien de ce rare artifice,

Je me rendrai parjure avec trop de justice,

Toi qui t'es honoré d'un si mauvais emploi,

440   Sais-tu jusqu'où s'étend la force de la loi

Que même sa rigueur exprime la personne ?

Et tu veux pour autrui ce que la loi te donne,

Elle est en ta faveur, demande et fais un choix,

Je suis prest de vouloir ce que veulent les loix.

DARIE.

445   Après tant de faveurs que faut-il qu'un fils fasse ?

Vous dois-je importuner d'une seconde grâce ?

Non, non, plus de bienfaits, je suis déjà confus,

Pour punir ma demande il lui faut un refus,

Je me suis fait justice, et c'est par mon silence

450   Que je réparerai ce qu'a fait ma licence.

Je ne demande rien.

ARTAXERXE.

Mon fils découvre-toi,

Je te le jure encor par cette double foi,

J'en jure par le jour, foi la plus adorable

Que la religion a fait irrévocable.

DARIE.

455   Je demande Aspasie, et vous dont tous les voeux

Cherchent à s'opposer à tout ce que je veux,

Condamnés un amant dans ce combat extrême

Qui s'est pour vous servir armé contre soi-même,

Et que le sentiment qui fait les généreux

460   Mettait dans un péril de se voir malheureux.

Contre mon propre amour je servais votre flamme,

Et dans les mouvements dont j'étais combattu

Je le fis amoureux d'une fausse vertu,

Et malgré cette erreur que l'on doit tout aux nôtres

465   Contre mes intérêts je soutenais les vôtres.

Souffrez que je me serve, et qu'agissant pour moi

Je contente l'amour, satisfasse la foi,

Que l'on puisse douter de ce que je préfère

Ou du frère à l'amour, ou de l'amour au frère,

470   Et lequel je servais avec plus de regret.

L'incident de l'Empire est donc notre secret,

L'amour ne s'est servi du dessin sur l'Asie

Que comme d'un moyen pour avoir Aspasie.

Régnez, régnez, mon frère, et ne me l'ôtés pas,

475   Le Sceptre n'a pour moi que de faibles appas,

Qu'on me réduise au choix ou d'elle ou de l'Empire,

En elle j'ai trouvé tout ce que je désire.

ARTAXERXE.

Qu'on appelle Aspasie. Ha ! cruels, vos désirs

En veulent sans respect jusques à mes plaisirs !

480   Imprudence d'aveugle, ô serment téméraire !

Insolente coutume, idole du vulgaire !

DARIE.

Seigneur !

ARTAXERXE.

Et vous encor, tous deux sont mes rivaux

Savant ordre qui fais la suite de mes maux

Que tu composes bien une fâcheuse vie,

485   Insatiables fils, jusqu'où va votre envie,

Dans cette avidité voulez-vous m'arracher

Vous dirai-je la vie, ou ce qui m'est plus cher ?

Régnez, régnez, ingrats, et partagez l'Asie.

Toi perfide, mon fils, rends-moi mon Aspasie,

490   Dispense-moi cruel du serment que j'ai fait

Il est de ton pouvoir d'en suspendre l'effet.

DARIE.

C'est l'intérêt des Dieux, lui seul nous en dispense.

ARTAXERXE.

Non, je me servirai de ma propre puissance.

DARIE.

Violes un serment, j'en appelle à la loi,

495   Et violes nos lois j'en fais juge la foi,

Que si vous évitez la justice des hommes

Les Dieux en connaîtront au rencontre où nous sommes.

ARTAXERXE.

Ce fantôme assemblé de loi, de foi, de Dieux,

Que l'on fait effroyable à l'âme comme aux yeux,

500   N'est qu'un léger remord qui touche une faible âme.

Chimère qui consiste en la crainte du blâme,

Qui de soi produisant un scrupule d'honneur :

Ce caprice en effet n'est qu'une aveugle estime

Qui fait vertu le vice, et fait la vertu crime,

505   Que s'il est quelques Dieux vengeurs des faux serments

Ils contrefont les sourds sur celui des amans.

DARIE.

Seigneur, c'est faire aux Dieux une seconde injure.

ARTAXERXE.

Voici ce bel objet pour qui je suis parjure,

Et si de ses beaux yeux l'un ou l'autre est touché

510   Qu'il donne au criminel le pardon du pêché.

SCÈNE II.
Artaxerxe, Darie, Ochus, Amestris, Aspasie, Tiribaze.

ARTAXERXE.

Jugez du différent, équitable Princesse.

Doit-on exécuter une aveugle promesse ?

ASPASIE.

L'imprudence à soi seule impute un accident,

L'on n'est pas moins parjure en étant imprudent.

ARTAXERXE.

515   Le vulgaire a ses lois, les Grands ont leurs maximes.

ASPASIE.

Cette diversité n'en met pas dans les crimes,

Les rois peuvent faillir.

ARTAXERXE.

Du moins impunément.

ASPASIE.

Le Ciel s'est réservé ce juste châtiment,

Quoi qu'un plus beau motif doive régler notre âme

520   Nous conservons l'honneur par la honte du blâme,

La crainte du supplice y traîne les sujets

Un Roi s'y doit porter par de nobles objets,

Et rechercher en lui par une pure estime

Ce que produit en eux le châtiment du crime.

ARTAXERXE.

525   Ô vertu trop contrainte ! Ô trop sévère loi !

ASPASIE.

Qu'est-il de moins forcé que la prendre de soi ?

La promesse en est libre.

ARTAXERXE.

Et l'effet nécessaire.

ASPASIE.

Par le consentement rendez le volontaire.

Ne pouvant rappeler ce que vous avez fait

530   D'une libre action, faites un libre effet.

ARTAXERXE.

C'est à vous d'accomplir ma promesse et la vôtre.

ASPASIE.

La volonté d'autrui ne peut rien sur la nôtre,

C'est un droit que le Ciel ne s'est pas réservé,

Et que mille secrets ont toujours conservé.

ARTAXERXE.

535   Vous en disposerez, votre soupçon m'offense,

Je n'abuserai point de ma toute-puissance :

C'est de vous que dépend l'effet de mon arrêt.

ASPASIE.

Puis que j'y prends, Seigneur, un si grand intérêt

Vous devriez m'éclaircir d'un secret qui me touche.

ARTAXERXE.

540   Vos yeux ont déjà fait l'office de ma bouche,

Je tiendrai ma parole, Amans unissez-vous,

J'usurpe sur votre âme un empire bien doux.

Que Darie est heureux, son bonheur est extrême.

ASPASIE.

Je ne rougirai point d'avouer que je l'aime,

545   Et que pour lui l'amour trahit mon premier voeu,

La mémoire de l'oncle agit pour le neveu.

Si l'on croit que j'en veuille à l'éloge de Reine

Mes malheurs m'ont laissé le nom de Souveraine,

Et grâce à vos bontés le rang qu'ici je tiens

550   M'a dû faire oublier la fortune des miens.

Seigneur, je suis ingrate, et les Dieux peu propices

M'ont ôté les moyens d'égaler vos services,

Si ce n'est que les voeux approchent du bienfait,

Les miens en ce rencontre ont déjà satisfait.

555   S'il en faut de nouveaux que rien ne vous traverse,

Mon amour prit parti dans les guerres de Perse,

Et dans ce grand désordre où les peuples armés

Virent devant leurs rangs deux frères animés

Avecque cette ardeur de se vouloir détruire :

560   Lors, dis-je, que les Dieux decidaient de l'Empire,

Et que pour satisfaire à leur sanglant courroux

Leur arrêt exigea la mort de l'un de vous :

Je commençais à peine à répandre des larmes,

À vouloir condamner l'aveuglement des armes,

565   Que je me vis aimée et du père et du fils,

L'amour voulut venger la perte que je fis,

Et sembla disposer la beauté d'Aspasie

À servir d'instrument aux malheurs de l'Asie.

Enfin j'aimai le fils, et nous voyons ce jour

570   Que m'a toujours fait craindre un si fatal amour,

Marqué par le destin pour un jour si funeste

Qu'à ce commencement j'en présage le reste.

C'est ce que produiront ces secondes amours,

Par mon éloignement arrêtez-en le cours,

575   Seigneurs, considérez que je suis Étrangère,

Et si mon peu d'appas avait de quoi vous plaire

Que ce peu de beauté n'est pas de la valeur

À se voir acheter par un si grand malheur.

Que si vous vous plaignez d'une si longue feinte

580   Le respect a tenu nos amours en contrainte,

Notre conseil était de ne rien découvrir

Jusqu'à ce qu'un bonheur vint lui-même s'offrir.

ARTAXERXE.

Madame, il s'offre à vous, l'occasion est belle,

Et je veux couronner une amour si fidèle,

585   Tant d'entretiens secrets témoins de cet amour

Ont prescrit des longtemps ce favorable jour.

ASPASIE.

Seigneur,

ARTAXERXE.

Vivez heureux je n'y mets point d'obstacles,

Ochus même y consent.

OCHUS.

Vous êtes mes oracles,

Aspasie, et mon Roi sont mes divinités,

590   Seigneur, contribuons à leurs félicités,

Pour moi je faits ces voeux avec un coeur de frère

Qu'un bonheur éternel s'étudie à leur plaire.

ARTAXERXE.

Princesse, vous perdez dans cet éloignement.

AMESTRIS.

Je donne ce malheur à leur contentement,

595   Et ce sont en amour d'extrêmes tyrannies

De vouloir séparer deux âmes bien unies.

TIRIBAZE.

Si c'est être tyran, juges-en Amestris.

ARTAXERXE.

Mon pouvoir ne va pas jusques sur les esprits,

Mon fils je vous la donne, emmenez votre épouse.

AMESTRIS.

600   Et votre Majesté n'est-elle point jalouse ?

ARTAXERXE.

L'on doit quitter un bien qu'on ne peut posséder,

Je la donne à mon fils ne la pouvant garder,

Je fais une vertu d'une action forcée,

Et l'ingrate Aspasie est hors de ma pensée.

DARIE.

605   Je suis seul criminel.

ARTAXERXE.

  Jouis de ton amour,

Audacieux.

TIRIBAZE.

Seigneur, dans ce bienheureux jour,

Dans ce jour de faveurs, puis-je en espérer une ?

ARTAXERXE.

À moins que de régner que voudrait ta fortune ?

Veut-elle mon Empire, et peut-il t'assouvir ?

TIRIBAZE.

610   Seigneur, je me connais, je suis né pour servir,

Votre bonté m'a fait le plus grand de l'Empire,

Et me fit aspirer à ce que je désire

La Princesse Amestris.

ARTAXERXE.

Tu sais ma volonté,

En fin n'abuse point d'un excès de bonté,

615   Amestris est ma fille, au moins que sa naissance

Entre un sujet et moi mette une différence.

SCÈNE III.
Amestris, Tiribaze.

TIRIBAZE.

Si c'est être tyran que de les désunir,

Juges-en Amestris.

AMESTRIS.

Perdons ce souvenir,

Et si vous conservez quelque reste de flamme,

620   Achevez d'effacer Amestris de votre âme.

TIRIBAZE.

Je suis trop prévenu de la foi d'Amestris,

Et ce beau sentiment m'a jusque-là surpris,

Que loin de concevoir qu'elle fut criminelle

J'engagerais ma foi pour une âme si belle :

625   Si ma constance osait s'éclaircir sur sa foi

L'amour à son secours s'armerait contre moi,

Le reproche sied mal à des hommes vulgaires,

Et l'on doit mépriser des amours téméraires,

J'en porte malheureux un juste châtiment,

630   Et mon respect me force à souffrir en amant.

Ma naissance, Madame, était trop inégale,

J'aurais déshonoré l'alliance Royale,

Le peuple aurait blâmé l'aveuglement du Roi

De mettre dans l'éclat un homme tel que moi :

635   Je me connaissais mieux, et bien loin d'y prétendre

Je reçus un honneur que je n'osais attendre.

Dans ce moment heureux je vis récompensés,

Je dois dire oubliés, mes services passés,

Si le même moment me vit dans la disgrâce

640   Je me vis foudroyé d'une prompte menace,

Et du commandement de sortir de la Cour

Moins criminel d'État, que criminel d'amour ;

Même j'ignore encor la cause de ma chute,

Dés ce fatal moment mon sort me persécute,

645   Je suis bien aujourd'hui, demain je serai mal,

Je suis heureux un jour, et l'autre m'est fatal,

Je vois avec mépris ma fortune présente,

Je reçois ses faveurs comme d'une inconstante,

Mon sort humilié me demande la paix,

650   Que ce lâche démon ne l'attende jamais

Qu'en rendant Amestris.

AMESTRIS.

Je souffre avec contrainte

Ces reproches honteux, et cette injuste plainte :

Quel éclat auriez-vous sans la faveur du Roi ?

Votre témérité jeta les yeux sur moi,

655   Et sans considérer votre vile bassesse

Vous crûtes mériter l'amour d'une Princesse.

J'aurais mieux conservé la dignité du sang

Que de mettre le trône avec un si bas rang,

Vous possédiez mon père, et vous crûtes peut-être

660   Qu'un père exercerait l'autorité d'un Maistre,

Et qu'en votre faveur l'on changerait des droits

Que la douceur exige, et garde tant de fois.

J'étais et fille et libre, on vit l'obéissance,

L'on aurait vu l'effet de ma propre puissance,

665   Et des marques en moi de cette liberté

À qui l'on voit céder toute autre volonté,

Tous vos grands coups d'État, l'exil de Parisate,

La retraite du fils, la mort de Moesabate,

Et mille autres attentats qui nous sont odieux

670   Étaient-ils des objets à divertir mes yeux ?

La fortune d'un homme en est elle éclatante

Quand mille assassinats la font toute sanglante ?

Le rang où l'on s'élève en abaissant autrui

Sur le débris d'un autre en a-t-il plus d'appuy ?

675   Êtes-vous en repos quand mille autres se plaignent ?

Êtes-vous plus aimé quand les peuples vous craignent ?

Qu'ils nomment votre empire un divin châtiment,

Qu'ils imputent aux Dieux votre gouvernement,

Et moins au choix du Roi qu'à ses ordres sinistres

680   Que le Ciel fait valoir par de pareils Ministres ?

Vous les fléaux de la terre à qui tout est permis,

La haine des mortels, les communs ennemis,

Qui ne voulez avoir qu'une grandeur profonde,

Et voulez l'établir sur le débris du monde.

685   Vous ressouvenez-vous des lieux d'où vous sortez,

Que vous pouvez descendre au lieu que vous montez,

Que la main qui vous fit a droit de vous détruire,

De remettre au néant le premier de l'Empire,

Et vous osez prétendre à des filles de Roi ?

TIRIBAZE.

690   Où te faut-il trouver inaccessible foi ?

Qu'on me rende Amestris, qu'on m'ôte tout le reste,

Ou qu'on me laisse vivre en ce pouvoir funeste

Jusqu'à ce qu'un malheur jaloux d'un si long sort

Donne à mes envieux le plaisir de ma mort.

695   Je vois bien que mon Roi m'ôte de sa mémoire,

Qu'il ne se souvient plus de me devoir sa gloire,

Qu'il se laisse conduire à de nouveaux flatteurs,

Qu'il va m'abandonner à mes persécuteurs,

Qu'il donnera ma vie à la moindre imposture,

700   Le Roi peut à son gré perdre sa créature,

Du moins dans mes malheurs malgré ces mécontents

Je me consolerai d'avoir régné longtemps :

Mais qu'à mes ennemis ma Princesse se donne,

Est-il quelque assurance aux serments de personne ?

AMESTRIS.

705   Les vôtres sont gardés avec grande rigueur,

Combien de fois la langue a démenti le coeur ?

Combien a t'elle fait d'inutiles promesses ?

Un esprit si rusé n'a pas manqué d'adresses,

Et vous avez montré par ce secret courroux

710   Qu'il était dangereux de s'attaquer à vous,

Les miens ont essuyé vos premières maximes,

Jouissez en repos du fruit de tant de crimes,

Il est de votre gloire à conserver ce rang,

Pour vous y maintenir versez encor du sang :

715   Mais ne vous fondez point dessus mon alliance

Je vous ôtes de moi jusques à l'espérance.

Adieu, dites au Roi ce cruel traitement.

SCÈNE IV.

TIRIBAZE, seul.

Il est temps d'éclater, juste ressentiment,

Pourrais-je résister contre tant de complices ?

720   Mon Prince, Amour, État, rendez moi mes services.

AmanTs, sujets, voyez pour la dernière fois

La suite des faveurs de ce sexe et des rois.

Nous voyons tôt ou tard nos attentes détruites,

Nos services chez eux perdent tous leurs mérites,

725   Et notre âme est si lâche après tant de mépris

Que de son infortune elle s'en fait un pris.

Nous tramons auprès d'eux une fâcheuse vie,

De quelle indignité n'est-elle point suivie ?

Cette ardeur de leur plaire a bien pu nous ravir

730   Jusqu'à nommer nos fers l'honneur de les servir.

Esclaves éternels, âmes de servitude,

Qui souffrez par coutume un traitement si rude,

Vengez votre faiblesse, et sans plus lui céder

Après avoir servi songez à commander,

735   Qu'un exemple si beau vous anime à me suivre,

Lâches excitez-vous, quittez le soin de vivre

Si vous vous ressentez de tant d'affronts soufferts,

Vengez en les brisant la honte de vos fers,

Montrez à vos tyrans que leur pouvoir ne dure,

740   Et ne se fait souffrir qu'autant que l'on l'endure.

Si vous ne pouvez prendre un si noble courroux

Je m'en vais soutenir la querelle de tous.

Ambition, amour, je suivrai votre envie,

Ennemis impuissants, considérez ma vie,

745   Ma mort vous va montrer de l'air dont j'ai vécu,

Et que même en mourant mon démon a vaincu.

ACTE III

SCÈNE PREMIÈRE.
Artaxerxe, Tiribaze.

TIRIBAZE.

Seigneur, son action me semble bien hardie,

Vous vous devriez venger de cette perfidie,

Et vous montrer jaloux de votre autorité,

750   Ce mépris fera naître une autre indignité.

ARTAXERXE.

J'excuse son amour, et par cette indulgence,

TIRIBAZE.

Un fils a t'il pour vous la même complaisance,

L'exemple dans l'amour est moins comparaison

Qu'il ne semble paraître une juste raison.

ARTAXERXE.

755   La raison de l'amour me semble illégitime,

J'en veux une qui fasse une vertu d'un crime,

Et puis que mon amour me veut voir criminel

Que l'apparence m'ôte un dépit éternel,

Et la honte qui suit ces insignes faiblesses

760   Qui contraignent les rois à rompre leurs promesses.

TIRIBAZE.

L'autorité des Grands se dispense des lois,

Quand ils les veulent suivre ils font le meilleur choix,

La loi la plus inique est en eux la justice,

Comme il est ordonné que tout leur obéisse,

765   Il faut que cette loi qui prescrit d'obéir

Soit sujette elle-même, et jusques à se trahir,

Jusqu'à souffrir qu'un Prince à son plaisir l'explique,

Et jusqu'à recevoir le sens d'un Politique :

Les lois vous engageaient de lui tout accorder,

770   Les lois lui défendaient de vous tout demander,

Ce respect bien séant qui veut que l'on préfère

À ce que l'on pourrait ce que l'on devrait faire :

Nommés sa passion un nuisible attentat,

Un amour dangereux au bien de votre État

775   L'alliance étrangère est défendue en Perse,

Et les fils de nos rois doivent fuir ce commerce

Par un si beau prétexte on ôte tous soupçons.

ARTAXERXE.

Je me lasse d'ouïr tes trompeuses leçons,

Tes violents desseins m'ont mis dans l'infamie,

780   J'ai rendu la nature à soi-même ennemie,

Contre la voix du sang j'écoutai tes avis,

Si je te dis l'effet de les avoir suivis,

Me voudras-tu nommer un conseil salutaire

La perte de mon frère, et celle de ma mère,

785   Sans cette défiance où tu les avais mis

Se seraient-ils ligués avec mes ennemis ?

Tu m'as perdu d'honneur pour avoir de la gloire,

Tu t'es fais des combats pour gagner la victoire.

TIRIBAZE.

Ciel qui vois dans nos coeurs toutes nos actions

790   Tu vis la pureté de mes intentions,

Sans me justifier de la perte de Cire,

Ni de tant de malheurs qu'on a vu dans l'Empire.

J'ai toujours cru le sang un utile appareil,

Souvent la violence est le meilleur conseil,

795   La force a ses raisons, la douceur a sa voie

Selon les accidents que le Ciel nous envoie,

Aux affaires d'État tout demande l'excès,

Et les extrémités ont un heureux succès.

Darie est criminel, choisissez le remède,

800   La force ou la douceur que l'un ou l'autre cède :

Mais sitôt qu'à l'un d'eux l'âme a pu consentir,

C'est une lâcheté que de se démentir.

ARTAXERXE.

Quel est ton sentiment ?

TIRIBAZE.

Je choisirais la force.

ARTAXERXE.

Tes conseils, Tiribaze, ont une forte amorce,

805   Quelque doux sentiment qu'ait notre naturel,

Qu'il est bien doux de suivre un mouvement cruel,

Toutes nos passions joignent leurs violences,

Et semblent se confondre en autant de vengeances :

L'amour se change en haine, et notre esprit léger

810   Donne tous ses désirs aux soins de se venger :

C'est ce ressentiment qui règne dans mon âme,

Que mon peuple l'approuve, ou que ma Cour le blâme,

Mon repos en dépend, intérêt j'obéi,

Quoi, seul m'être fidèle après être trahi !

815   Je suivrai ton conseil, j'approuve ta maxime,

Un peu de violence est la terreur du crime,

Et quand un Roi punit il nous donne à penser,

L'on n'est pas si souvent si prompt à l'offenser.

Mon peuple te blâmait, j'ai voulu lui complaire,

820   Je ne condamne plus ton juste ministère,

J'impose à tous silence, et je n'ai point de loi

Que celle que tu crois nécessaire à ton Roi.

TIRIBAZE.

Le peuple est ignorant, ne sait ce qu'il demande,

Que le peuple obéisse, et que le Roi commande,

825   C'est un abaissement de rendre à ses sujets

Un compte rigoureux de ses moindres projets,

C'est servir en régnant ; laissons-là son caprice,

Punissez votre fils par le même supplice,

Ravissez lui ce bien qu'il a pu vous ôter.

ARTAXERXE.

830   Que de peine à résoudre au point d'exécuter.

TIRIBAZE.

Le scrupule sied mal dans un pareil rencontre,

C'est là que la faiblesse ou la force se montre.

ARTAXERXE.

Va la lui demander, qu'il épreuve à son tour

Les déplaisirs qu'apporte un malheureux amour,

835   C'est un allègement, s'il faut que je la cède,

De pouvoir empêcher qu'un autre la possède.

Dis-lui.

TIRIBAZE.

Seigneur, Ochus est plus propre que moi,

Et verrait ses amours vengés par cet emploi.

ARTAXERXE.

Je lui vais commander d'en porter la nouvelle,

840   Cher Tiribaze, adieu, sois moi toujours fidèle.

TIRIBAZE.

Au point que vos faveurs ont daigné me ravir

Je voudrais ce seul bien pouvoir toujours servir.

SCÈNE II.

TIRIBAZE, seul.

Sois moi toujours fidèle, et toi-même infidèle

En le reconnaissant égale au moins mon zèle :

845   Te faut-il reprocher un nombre de bienfaits ?

La défaite de Cire est l'un de mes effets,

Mille autres actions te parlent de ma vie,

Et je me suis acquis une commune envie,

La haine de ton peuple, et pour toi, Prince ingrat,

850   N'en as-tu pas le fruit si j'ai fait le combat,

Ton règne est assuré, j'ai calmé la tempête,

Diverti les périls qui menaçaient ta tête,

Prince méconnaissant, infidèle Amestris,

Méritais-je de vous un si sanglant mépris ?

855   Que la vengeance est belle alors qu'elle est offerte.

Périsse ce Tyran, qu'un fils aide à sa perte,

Que si ce grand dessein ne répond à l'espoir

Montrons en nous perdant quel est notre pouvoir.

Appelons tous les Grecs au débris de la Perse,

860   Que ce fameux Colosse à mes yeux se renverse,

Et si l'Oracle est vrai qu'il doive succomber

Au moins que ma main serve à le faire tomber :

Il faudra que ma chute entraîne tout l'Empire,

Un homme qui se venge avec plaisir expire,

865   Et se croît ranimé sur le point de mourir

Quand il voit en mourant ses ennemis périr.

SCÈNE III.
Tiribaze, Darie, Aspasie.

DARIE.

Hé bien, que dit le Roi ? Jusqu'où va sa colère ?

TIRIBAZE.

Jusqu'où pourrait aller la colère d'un père ?

Bien qu'elle soit extrême elle meurt en naissant,

870   Seigneur, soyez heureux votre père y consent.

DARIE.

Que je suis redevable à de si grands services,

Que Darie est ingrat après de tels offices.

TIRIBAZE.

Si le pouvoir du Ciel faisait ce que je veux

Votre contentement satisferait mes voeux.

SCÈNE IV.
Darie, Aspasie.

ASPASIE.

875   Mon Prince, qui l'eut cru ?

DARIE.

  Qui l'eut prévu, Madame ?

ASPASIE.

Toujours quelque soupçon vient ressaisir mon âme.

DARIE.

S'il est encore amant la honte du jaloux

Rend l'amour plus parfait, et le plaisir plus doux :

Mais vous m'aviez caché les amours de mon frère,

880   Entre deux vrais amants est-il quelque mystère?

ASPASIE.

Vous même informez moi de ce même secret.

DARIE.

Il avait donc pour vous un amour bien discret,

Le Roi n'eut pas plutôt décidé de l'Empire

Qu'il me vint découvrir ce qu'il n'osait vous dire,

885   Nous fûmes imprudents, lui pour m'avoir trop dit,

Moi pour m'être engagé d'employer mon crédit :

Il me dit son secret, c'était notre artifice

Après avoir cent fois admiré ce caprice,

Dans cette obscurité recherché quelque jour,

890   Comme l'ambition avait servi l'amour

Je l'ai voulu servir dedans cette entreprise,

J'ai rendu mon amour jaloux de ma franchise.

ASPASIE.

La générosité sied bien entre ennemis,

Mais entre les Amans l'artifice est permis,

895   Souffrez ce doux reproche, Aspasie étant vôtre

Pourquoi l'exposiez-vous aux demandes d'un autre ?

DARIE.

L'auriez-vous accepté ?

ASPASIE.

Vous faites le jaloux,

Et conservez si mal un bien qui n'est qu'à vous.

DARIE.

Ô bien !

ASPASIE.

Qui quelque jour vous coûtera des larmes.

DARIE.

900   Mon âme, méprisons ces trompeuses alarmes,

Du moins si nos malheurs pouvaient nous séparer,

Jurés par nos amours comme je vais jurer,

Dieux, si vous prévoyez que j'y fasse une injure,

Punissez un perfide avant qu'il soit parjure,

905   Osai-je me flatter.

ASPASIE.

  Par ces mêmes amours.

J'étais, je suis à vous, et j'y serai toujours.

DARIE.

Qui l'eut cru, ma Princesse, en fin je vous possède,

Mon bonheur est-il vrai ?

ASPASIE.

Le malheur lui succède,

Et vous nommez un bien ce que j'appelle un mal.

SCÈNE V.
Darie, Aspasie, Ochus.

OCHUS.

910   Recevriez-vous, Seigneur, l'entretien d'un rival ?

DARIE.

Mon cher Ochus, des yeux dont je vous considère

Je vois mes deux rivaux ne paraître qu'un frère.

OCHUS.

Oui, je suis sans amour, et sans ambition :

Mais comme l'on n'est pas sans quelque passion

915   Celle de vous servir doit succéder aux autres.

DARIE.

Après ces sentiments je dois répondre aux vôtres :

Ô générosité qui confond un jaloux !

Je possède des biens qui n'étaient dûs qu'à vous.

OCHUS.

Vous faites votre sort digne de jalousie,

920   Ainsi les passions dont une âme est saisie

Se figurent un bien qu'elles ne trouvent pas,

Et le font consister en quelques faux appas.

L'amour l'a rencontré dans les yeux d'Aspasie,

L'ambition le trouve en régnant sur l'Asie.

925   Ainsi des passions chacune a son objet,

Et la félicité loge en ce seul sujet,

De ce bien apparent une âme possédée

Le croit aussi réel qu'il est dans son idée :

Que si de ce peu d'ombre on peut par fois jouir

930   Cette possession le fait évanouir;

L'âme n'y trouvant pas le bonheur qu'elle y pense

Apaise ses ardeurs après la jouissance :

Ainsi le goût s'en perd, et nos sens assouvis

Méprisent des appas dont ils étaient ravis.

DARIE.

935   Je ne vois point de sort digne de mon envie,

Je possède moi seul tous les biens de la vie,

Et sans rien demander à mon ambition

Je mets le vrai bonheur dans sa possession.

OCHUS.

Le grand attachement qu'on a pour ce qu'on aime,

940   Fait qu'en l'abandonnant l'on s'arrache à soi-même,

L'on se doit acquérir par un digne mépris,

Ce que l'on sait trop bien après l'avoir appris :

Si quelque grand revers vous mettait dans la chaîne,

Si l'amour d'Aspasie était changée en haine,

945   Et que vous vous vissiez souffrir également

Comme roi malheureux, et malheureux amant,

Ces malheurs imprévus vous seraient si sensibles

Que vos justes douleurs deviendraient invincibles,

Vous ne consulteriez dans ces extrémités

950   Que la grandeur des biens qu'on vous aurait ôtés.

Il est de la prudence à ne se pas surprendre,

Il est de la constance à ne se jamais rendre,

Et l'âme du héros ne paraît jamais mieux

Qu'en cette fermeté qui fait frémir les Dieux :

955   Les Dieux à cet objet s'examinent eux-mêmes,

Et croiraient succomber sous ces malheurs extrêmes.

DARIE.

Quelque bien que l'on trouve en celui de régner,

Si j'étais dans les fers je sais m'y résigner,

Prendre des sentiments dignes de la rencontre.

OCHUS.

960   Dans ces divins efforts toute une âme se montre,

Et c'est ce que l'on nomme un coeur vraiment égal,

Peut être nos leçons se pratiqueraient mal,

Et nous nous enseignons une haute science.

DARIE.

Que tous les accidents éprouvent ma constance,

965   Je me suis préparé, j'y serai résolu.

OCHUS.

Qui sur ses mouvements se peut rendre absolu ?

Ne vous animez plus d'un sentiment si ferme,

Je mets par ce malheur la constance à son terme,

Si vous ne succombiez sous un si grand effort

970   Je verrais à vous voir même pâlir la mort.

DARIE.

Le Roi veut-il m'ôter les marques de l'Empire ?

OCHUS.

Je vous ai réservé quelque chose de pire :

Le Roi veut Aspasie.

DARIE.

Ha ! Ce coup me surprend,

M'aurait-on pu toucher par un malheur plus grand ?

975   M'arrive le premier je demeure insensible,

Trop austère vertu mon faible t'est visible,

Que tu me punis bien d'avoir trop présumé,

Oui, je serais égal si j'avais moins aimé.

OCHUS.

La constance.

DARIE.

Est faiblesse alors qu'elle est contrainte,

980   Laissés-moi le plaisir qu'on reçoit dans la plainte,

L'on console aisément, et quand il faut souffrir

L'on refuse pour soi ce qu'on vient nous offrir.

OCHUS.

Si je vous avouais qu'il n'est point de remède

En de tels déplaisirs dont la vertu ne cède,

985   Voudriez-vous bien choisir un remède fatal,

Et bien plus dangereux que la force du mal ?

Je puis blâmer un père en m'ôtant ma maîtresse,

Et le ressentiment est alors sans faiblesse,

L'on ose plus qu'un fils.

DARIE.

L'on fait moins qu'un amant,

990   Accordez une grâce à mon ressentiment,

Souffrez qu'il me combatte, et que par sa défaite

Je rende en ce péril ma constance parfaite,

Et que l'ayant réduit jusqu'au dernier soupir

Je donne à ma vertu ce sévère plaisir.

995   Elle vaincra sans doute, et je sens sa victoire,

Mais souffrez qu'à soi seule elle en doive la gloire,

Que si dans ce danger je suis trop combattu

Je souffre qu'Aspasie y joigne sa vertu.

OCHUS.

Je la dois emmener, mon ordre le commande.

DARIE.

1000   Secret ressentiment, qu'est-ce que j'appréhende ?

Mon soupçon est trop juste, et je n'en puis douter,

Le Roi te l'a donnée, et tu viens me l'ôter,

L'on m'enlève Aspasie et de la part d'un père,

L'on m'enlève Aspasie et par la main d'un frère.

1005   Exécute, perfide, un ordre si fatal,

Des yeux dont je te vois je revois mon rival.

OCHUS.

Madame, voudriez-vous accepter ma conduite ?

DARIE.

Ha ! Traître, à cet objet ma colère s'irrite,

Lâche, n'éprouve point un dernier désespoir,

1010   Qu'Aspasie y consente, et je le pourrais voir,

Souffrirait-elle en moi le soupçon de ce crime ?

ASPASIE.

Prince, par ce beau nom, par cette belle estime,

Cédez à mon malheur, cherchez un meilleur sort,

N'irritez pas le Roi, sauvez-vous par ma mort,

1015   Exposez Aspasie à sa triste fortune,

Les Dieux ne veulent plus qu'elle vous soit commune.

Montrez tout le respect que le Ciel veut de vous,

Et laissez accomplir son éternel courroux.

N'imputez point au Roi ce que les Dieux ordonnent,

1020   Les Dieux ont soin de nous, les Dieux nous abandonnent,

Ils nous mènent souvent par des chemins cachez

Comme l'on voit les biens et les maux attachez :

Peut être mon malheur cache une heureuse suite,

Plus cet ordre est pressé moins il se précipite,

1025   Et semble s'obstiner contre notre désir,

N'irritons point les Dieux, attendons leur loisir.

DARIE.

Ô lâche patience autant qu'elle est contrainte !

Dieux, Père, à qui de vous dois-je faire ma plainte ?

Qui de vous est coupable, ou qui le plus cruel,

1030   Étant le malheureux je suis le criminel ?

C'est moi seul que j'accuse, et votre tyrannie

Veut être légitime aussi bien qu'impunie.

Et toi, lâche rival, jouis de ton conseil,

Puisses-tu recevoir un traitement pareil,

1035   Perfide, irrite toi, je n'ai plus rien à craindre,

Si l'on ne me ravit le seul bien de me plaindre.

OCHUS.

Ma vertu m'est nuisible, et j'apprendrai que c'est

De n'avoir pour motif que son seul intérêt.

ASPASIE.

Seigneurs, unissez-vous par la mort d'Aspasie,

1040   Éteignez dans son sang le flambeau de l'Asie.

Seigneurs elle n'est plus qu'un spectacle odieux,

La haine de la terre aussi bien que des cieux :

Son sang réunirait les fils avec le père,

Sa mort réunirait le frère avec le frère,

1045   Aspasie en mourant serait votre lien,

Heureuse en ses malheurs de vous causer ce bien

Vous qu'une forte amour attachait avec elle :

C'est assez s'obstiner, vous m'êtes trop fidèle,

Je suis trop malheureuse, et vous trop généreux,

1050   C'est presque un désespoir de suivre un malheureux,

Les Dieux sont offensés du secours qu'on lui donne,

Et leur juste rigueur veut que l'on abandonne,

L'on les semble choquer quand on veut secourir

Ceux que leur providence a voulu voir périr.

SCÈNE VI.
Darie, Aspasie, Amestris.

DARIE.

1055   Ha ! Ma soeur, notre amour s'accorde avec le vôtre.

AMESTRIS.

L'on est mal consolé par l'exemple d'un autre,

Et malgré cette erreur qu'ont tous les malheureux

L'infortune d'autrui n'est pas bonheur pour eux,

Toutefois en ce point notre injure diffère

1060   Que la vôtre est sensible, et la mienne légère :

Si vous considériez d'où vous vient votre mal,

Et si vous connaissez quel est votre rival

Ce grand ressentiment perdra sa violence,

Et vous ne parlerez que par la patience,

1065   C'est l'unique remède au mal que vous souffrez,

Votre douleur croîtra si vous ne l'endurez,

C'est mettre au désespoir une chose possible,

Pour le mieux émouvoir soyez vous insensible,

Reconnaissez l'auteur.

DARIE.

Je n'ai plus de respect,

1070   Et pour dire mon faible un frère m'est suspect.

AMESTRIS.

Son ordre vient du Roi.

DARIE.

Et bien qu'il exécute,

Je n'y résiste plus si tout me persécute,

C'est en votre constance où je mets mon espoir,

Ai-je encore Aspasie ?

ASPASIE.

Allons, allons, le voir,

1075   En vain il se promet de me pouvoir réduire,

Ma liberté, Seigneur, n'est pas de son Empire,

Je suis toujours Princesse, et ce nom m'est resté

Je le conserverai dans ma captivité.

DARIE.

Ma Princesse.

ASPASIE.

Mon Prince.

AMESTRIS.

Ô fermeté sensible !

1080   Un père à cet objet serait-il invincible,

Seigneur, allons tous trois nous mettre aux pieds du Roi.

Cette belle constance assurerait sa foi.

ASPASIE.

Seigneur, résignez-vous.

DARIE.

Ma soeur, je vous la laisse,

Et j'appréhenderais d'y montrer ma faiblesse.

SCÈNE VII.

DARIE, seul.

1085   Désordre de mon âme où m'abandonnes-tu ?

Dieux, venez au secours d'une faible vertu,

Ce n'est qu'avec langueur que ma vertu s'excite,

Je suis si délaissé qu'elle-même me quitte.

À peine je ressens une secrète horreur

1090   Qu'un plus doux mouvement vient flatter ma fureur,

Mon amour qui voudrait surprendre ma colère,

Déguise en ennemis et mon père et mon frère.

S'il faut, ma passion, que je perde l'un d'eux

Suspens pour un moment cet arrêt hasardeux,

1095   Sépare l'innocent d'avecque le coupable.

Ô fureur aveuglée aussi bien qu'implacable !

Ne peux-tu discerner qui d'eux me la ravit ?

Un double parricide à peine t'assouvit,

Accorde à ma vertu l'une de ces victimes,

1100   Je ne me puis résoudre à faire tant de crimes,

Je t'immole mon père, accepte cette mort :

Te promettre son sang, ô rigoureux accort !

Il vivra, non, qu'il meure : il mourra, non, qu'il vive.

Qui des deux, justes Dieux, voulez-vous que je suive ?

1105   C'est vous qui nous donnez de si cruels desseins,

Et vos exécuteurs n'y prestent que leurs mains,

Digne corruption des siècles où nous sommes

Qu'il me faille être fils, et qu'on cesse d'être hommes :

Amour, réponds au sang, et réponds au devoir

1110   Qu'à des pères sans foi l'on n'en doit point avoir.

Le moindre siècle a vu mille et mille perfides,

Tous les siècles ensemble ont ils des parricides ?

Calme-toi ma fureur, arrête, je me rends,

Plutôt, plutôt ma mort que ce que j'entreprends :

1115   Sans répandre du sang servons ma jalousie

Aux yeux de mes rivaux enlevons Aspasie.

ACTE IV

SCÈNE PREMIÈRE.
Tiribaze, Ochus.

TIRIBAZE.

J'approuverai toujours votre ressentiment,

Et je ne prétends pas d'adoucir un amant

La perte d'Aspasie est un sensible outrage.

OCHUS.

1120   Celle d'une Couronne afflige davantage,

Si la perte de l'une a fait un malheureux

Je le suis doublement en les perdant tous deux.

Ô générosité trop mal récompensée !

Et qui ne peux souffrir une âme intéressée,

1125   En faveur d'un ingrat que me répondras-tu ?

Quel fruit peux-tu nous rendre, infertile vertu ?

De quelque prix caché dont ta gloire nous flatte

Obligeant des ingrats tu nous deviens ingrate.

La générosité sied mal aux malheureux,

1130   Et l'on nomme impuissants de pareils généreux :

Je lui cède un Empire, et quitte une maîtresse,

Ce rival insolent l'impute à ma faiblesse,

Je ne me promets rien du meilleur traitement,

Je suis sans récompense, et crains le châtiment.

TIRIBAZE.

1135   Quel est votre dessein ?

OCHUS.

  De vouloir Aspasie,

Et de prétendre encore au trône de l'Asie :

Je m'en vais chez les Grecs.

TIRIBAZE.

Chez un peuple étranger,

Un ennemi juré, jaloux, traître et léger.

OCHUS.

Que cette nation soit la plus infidèle,

1140   Qu'elle m'ôte la vie en vengeant ma querelle,

Et que mes protecteurs deviennent mes tyrans,

Ma mort seule est la fin de tous nos différents.

TIRIBAZE.

Vous facilitez mal cette belle entreprise,

Ne vous gouvernez point que par mon entremise,

1145   Votre retraite en Grèce est un tardif secours

Je veux vous couronner par des moyens plus cours,

Par la perte du Roi.

OCHUS.

C'est là que je m'arrête,

Et je n'attaque point une si chère tête.

TIRIBAZE.

Considérez un trône, et voyez ce haut rang,

1150   Avant que d'y monter l'on répand bien du sang.

OCHUS.

Un sang si précieux ferait rougir ma vie,

Et s'il le faut verser c'est ma dernière envie.

TIRIBAZE.

La perte de Darie.

OCHUS.

Oui, mon amour la veut,

L'ambition encore y joint ce qu'elle y peut,

1155   Un trône te plaît-il acquis par ces deux causes ?

TIRIBAZE.

L'on n'y peut pas monter par des chemins de roses,

Puis que vous y mettez votre félicité

Le bonheur de régner est toujours acheté,

Le sang en est le prix, le Ciel nous le veut vendre,

1160   Le sang ne coûte rien à qui l'ose répandre,

C'est un Royal spectacle à plaire aux conquérants

Qu'une Couronne teinte au sang de nos parents,

Et quand l'ordre des Dieux dispose des couronnes

Ils ne discernent point quelles sont les personnes,

1165   Font pour ce changement toute sorte de choix.

Le fils l'arrache au père, et les sujets aux Rois,

Tout semble exécuter ces volontés suprêmes :

Mais comme dans leurs Cours ces moyens sont extrêmes,

L'on ne s'en doit servir que dans l'extrémité,

1170   Le Ciel a châtié cette témérité,

A puni si souvent l'auteur et les complices

Que si l'on voit un trône on voit cent précipices,

Mille se sont perdus à ce que vous osez,

Je sais pour y monter des chemins plus aisés.

OCHUS.

1175   Quelle est donc ta conduite, et quelle est cette voie ?

TIRIBAZE.

Il semble à ce hasard que le ciel nous l'envoie,

La perte d'Aspasie est l'unique secret,

Jugés de sa douleur par votre seul regret :

Entre Artaxerxe et lui soulevons un orage,

1180   Vous à couvert du port regardez son naufrage,

Ainsi vous vous vengez par sa propre douleur :

C'est ainsi que l'on sait profiter d'un malheur,

Et même sans soupçon.

OCHUS.

L'artifice est facile :

Mais il n'est pas honnête.

TIRIBAZE.

Il en est plus utile,

1185   Toute action est belle à qui l'on offre un prix,

Aspasie est le vôtre.

OCHUS.

Et le tien Amestris :

Unissons nous toujours au nom de nos maîtresses,

Et rendons ces beaux noms garants de nos promesses :

Joignons nos intérêts.

TIRIBAZE.

C'est toute mon ardeur,

1190   Je ne respire plus que pour votre grandeur,

Amestris pour ma part est un noble avantage,

Commençons aujourd'hui cet important ouvrage.

Je gouverne à mon gré les volontés du Roi,

Les plus Grands de la Cour prennent l'ordre de moi.

1195   Et vous, mettez le Roi dans quelque défiance,

Un amant soupçonneux juge par l'apparence,

Il perdra votre aîné sur le moindre soupçon :

Il entre, servez-vous d'une telle leçon.

SCÈNE II.
Artaxerxe, Ochus, Tiribaze.

ARTAXERXE.

Que dit notre insensé, je crois que sa colère

1200   N'aura pas respecté ni le Ciel ni son père,

Je sais bien le pouvoir qu'elle prend sur les sens,

Et comme un criminel choque mille innocents,

Ce sont des mouvements que l'on ne peut contraindre.

OCHUS.

Croyez-vous qu'un grand coeur se consomme à se plaindre ?

1205   En fin il détermine, et dans deux mouvements

Éclate ou dissimule en ces ressentiments :

Ces suites de raison où l'affligé s'engage

Affaiblissent la plainte autant que le courage,

En ce que se plaignant sans se vouloir venger

1210   Il n'a de ses malheurs qu'un sentiment léger.

S'il ose se venger, c'est lors que sa faiblesse

Convertit en soupirs cette ardeur qui le presse,

Et semble en soupirant attendre ce moment

Qui lui fait oublier tout son ressentiment :

1215   Mais un impatient cherche de l'allégeance,

Et trouve ce remède en la prompte vengeance :

Que s'il peut modérer sa première fureur,

S'il en perd la chaleur il en retient l'aigreur,

Il vous regardera comme Amant d'Aspasie,

1220   Pourra-t-il raisonner contre sa jalousie ?

Et dans ces grands efforts d'amant et de jaloux,

Un fils si partagé pourra-t-il être à vous ?

Sa prompte déférence est un mauvais augure,

Et ce dissimulé vengera cette injure.

ARTAXERXE.

1225   Tu conserves ton fiel, et tu juges de lui

Comme on juge par soi du naturel d'autrui.

Toi, tu veux sa ruine, et lui celle d'un père,

Je le crois meilleur fils, et te crois meilleur frère :

Traitons ce malheureux avec quelque douceur.

OCHUS.

1230   Nous devons sa défaite au secours de ma soeur.

Voici votre Aspasie, elle même l'amène.

ARTAXERXE.

Cet heureux a l'amour, nous n'aurons que la haine.

SCÈNE III.
Artaxerxe, Ochus, Tiribaze, Amestris, Aspasie.

AMESTRIS.

Je vous remets, Seigneur, ce qu'on m'a confié,

Tout nous semble suspect dés qu'on s'est défié,

1235   Il soupçonnait votre ordre entre les mains d'un frère,

C'est assez au second qu'un amant se modère.

ARTAXERXE.

Madame, mon conseil me fait rompre ma foi.

ASPASIE.

Seigneur, un Roi peut tout, son plaisir est sa loi,

Son sceptre l'autorise, et c'est une maxime

1240   Qu'en faveur de l'État le Roi peut faire un crime.

L'Hymen d'une Princesse est donc mal assorti,

Et pour l'aîné de Perse un inégal parti,

Mes parents sont sortis du sang de vos monarques,

La Maison de Lydie en porte encor les marques.

ARTAXERXE.

1245   Je veux que nos aïeuls sortent d'un même sang

L'Empire de tout temps s'est conservé son rang,

La maison de Lydie en est un apanage,

Et tous vos souverains sont sujets à l'hommage.

Votre père pour Cire arma contre son Roi,

1250   J'avais droit de punir ce manquement de foi

Et sans être blâmé d'aucune tyrannie

D'entrer dans sa province après sa félonie,

Loin d'être ravagée, il l'eut en nouveau don,

Il eut trois fois rebelle un général pardon,

1255   Ma bonté lui laissa les moyens de me nuire,

Et votre père est mort ennemi de l'Empire.

ASPASIE.

Punissez en sa fille un rebelle vassal,

Donnez à vos voisins cet exemple fatal,

Ruinez sa maison, perdez son héritière,

1260   Elle est votre sujette, et votre prisonnière :

Montrez en la perdant le pouvoir d'un vainqueur.

ARTAXERXE.

Vous l'exercez, Madame, en captivant mon coeur,

Au moins à mon exemple usez de la victoire,

L'on trouve en cet usage une seconde gloire :

1265   Reprenez, reprenez, tout ce que j'ai conquis,

Et conservez un coeur que vous avez acquis.

ASPASIE.

Un hymen étranger nuirait à la couronne.

ARTAXERXE.

Cette cruelle loi réserve ma personne :

Que s'il m'est ordonné de ne plus espérer

1270   J'aurai ce doux plaisir que de vous séparer.

ASPASIE.

Seigneur, la tyrannie est-elle un privilège ?

ARTAXERXE.

En vous désunissant ma passion s'allège,

En fin vous choisirez ou d'Ochus ou de moi.

OCHUS.

Je ne nuirai jamais aux amours de mon Roi :

1275   Oserai-je bâtir dessus cette ruine.

ASPASIE.

Seigneur, ce n'est qu'en vain que votre amour s'obstine.

Et vous, frère infidèle autant qu'un rival l'est,

Dont le peu d'amitié le cède à l'intérêt :

Donnez plus de prétexte à votre jalousie,

1280   Vous seriez satisfait en possédant l'Asie.

OCHUS.

Lui seul possède tout, rival ou généreux,

Je suis dans mes souhaits coupable ou malheureux.

Quoi, faudra-t-il qu'Ochus parle encor pour Darie ?

Qu'en faveur d'un rival un autre rival prie,

1285   Qu'un malheureux travaille à faire son bonheur ?

Oui, sur mon intérêt tu l'emportes honneur,

Je vais vous faire voir à quel point je vous aime :

Seigneur, l'empire est beau que l'on prend sur soi-même,

C'est là le vrai pouvoir que de se commander

1290   Dans de pareils combats il est beau de céder,

Surmontons notre amour, gagnons cette victoire,

Comme au plus courageux je vous laisse la gloire,

La part que j'y prétends est de lui témoigner

Qu'Ochus sans un Empire avait de quoi régner,

1295   Et le triste plaisir qu'un amant en espère

Qu'il rechercha toujours les moyens de lui plaire,

Rejoignez à son tout cette chère moitié.

AMESTRIS.

Ô prodige d'amour autant que d'amitié !

Je joins mes voeux aux siens, exaucez nos prières,

1300   La vertu n'eut jamais de plus belles matières,

La conquête d'un monde aurait bien moins d'éclat,

Une gloire éternelle est le prix du combat,

La Perse le regarde, elle en attend l'issue,

Et sur cette action demeure suspendue,

1305   La victoire est facile à qui fait quelque effort.

SCÈNE IV.
Artaxerxe, Ochus, Amestris, Aspasie, Darie, Tiribaze.

DARIE.

Je vous viens demander Aspasie, ou la mort,

Que je meure, Seigneur, s'il faut que je la quitte,

Tout autre attachement a trop peu de mérite,

L'assurance d'un règne a d'impuissants appas

1310   Sans elle vos grandeurs ne me charmeraient pas :

Je n'ai plus de plaisirs si vous m'êtes ravie,

Et rien en vous perdant ne m'attache à la vie.

ASPASIE.

Le malheur d'Aspasie est trop contagieux,

Avec un misérable on devient malheureux.

DARIE.

1315   Tous les bonheurs sans vous me seraient des supplices,

Les malheurs avec vous me seront des délices.

ASPASIE.

Le Ciel veut que je souffre.

DARIE.

Et c'est sa volonté

Que nous accomplissions cette nécessité,

Le Ciel nous associe, et puis qu'il nous assemble

1320   Couronnons nos malheurs, vivons, mourons ensemble,

Que si vous refusez d'en souffrir la moitié

Je n'exige de vous qu'une simple pitié,

Telle qu'un malheureux l'attend du plus barbare.

ASPASIE.

J'éprouve les douleurs de ceux que l'on sépare

1325   Si l'on peut diviser ce que l'amour unit.

DARIE.

Non, non, vivez heureuse, et mon malheur finit,

Ma présence est funeste, il faut que l'on l'évite

Fuiez un malheureux que tout le monde quitte.

ASPASIE.

Seigneur, votre Aspasie est de votre côté.

DARIE.

1330   Adorable constance !

ASPASIE.

  Ha ! fatale beauté.

AMESTRIS.

Ha ! Seigneur, c'est ici qu'il faut rendre les armes,

Et votre coeur n'est point à l'épreuve des larmes,

Surmontez une amour dont vous seriez blâmé,

C'est martyre d'aimer, et n'être point aimé,

1335   Que nos neveux un jour en nommant Artaxerxe

L'appellent hautement le héros de la Perse,

Qu'en se représentant le modèle des rois

Cette belle action leur serve enfin de choix,

Qu'après avoir tout vu leur siècle vous contemple

1340   Au nom de nos neveux donnez leur cet exemple,

Que votre passion le cède à leurs amours.

OCHUS.

Si vous vous obstinez je me joins au secours.

ARTAXERXE.

La mort de votre amant dépend de me déplaire,

Adieu, vous résoudrez ce que vous devez faire,

1345   Conduisez la ma fille en son appartement :

Je te laisse éclater dans ton ressentiment.

SCÈNE V.
Darie, Tiribaze.

DARIE.

Hélas !

TIRIBAZE.

Sans Aspasie il n'est donc point de joie,

Un Roi n'est pas heureux.

DARIE.

De quel oeil qu'on nous voie

Les peuples à nous voir font de faux jugements,

1350   Ils possèdent en eux les vrais contentements,

Le repos bien souvent se trouve où l'on l'ignore,

Et la félicité n'est pas où l'on l'adore,

Comme on ne voit les grands que par les yeux du corps

Ces faux estimateurs s'attachent au dehors,

1355   Le simple éclat des rois leur donne dans la vue,

Et nous sommes contents dans une âme déçue,

L'apparence et les yeux sont de mauvais témoins.

TIRIBAZE.

Si l'on les croit contents les rois en souffrent moins,

Les plus grands déplaisirs cessent d'être sensibles

1360   Lorsqu'un trône les cache ou les rends moins visibles,

Et de quelques malheurs dont ils soient affligés

Ce faux bonheur les rend à demi soulagés,

L'ennui n'est plus ennui s'il ne se fait paraître,

Et pour être content le paraître c'est l'être.

DARIE.

1365   Qu'il m'est bien plus sensible en l'état où je suis

De voir qu'un peuple heureux ignore mes ennuis.

TIRIBAZE.

C'est trop se consommer en d'inutiles plaintes,

Vous montrés des douleurs ou légères ou feintes,

Pour premier sentiment je donne aux affligez

1370   Un soupir, pour second celui d'être vengez,

Je veux que cette ardeur possède sa pensée,

À force de raisons notre âme est insensée,

Trop de raisonnement empêche un beau dessein,

Tel échappe aujourd'hui qui préviendra demain.

DARIE.

1375   Et combien de projets par trop de promptitude.

TIRIBAZE.

Ce n'est que le moyen qui fait l'incertitude,

Le seul moyen avance ou recule un effet.

DARIE.

Que dit-on à la cour de l'affront qu'on me fait ?

TIRIBAZE.

Qu'on vous traite en sujet.

DARIE.

Que veut-on qu'un fils fasse ?

TIRIBAZE.

1380   Aux yeux de tous les fils venger votre disgrâce,

La vengeance est soufferte entre deux ennemis,

C'est un droit naturel que les Dieux ont permis,

Une première loi qui veut qu'on se préfère,

Et qui veut que le fils s'aime mieux que son père,

1385   Quand vous mettriez en eux une égale amitié

Si l'un s'en rend indigne il arme sa moitié,

Il oblige par là l'autre de se défendre,

Enfin par son exemple on peut tout entreprendre.

Le crime, et non le sang se doit considérer,

1390   Et dans son propre père on le doit abhorrer.

DARIE.

Et non pas le punir, sa personne est sacrée,

Et dans toutes nos lois elle est considérée,

Jusqu'à son injustice on doit tout révérer,

Aux pères comme aux rois l'on doit tout déférer,

1395   Se résigner en fils à toutes leurs colères,

Les pères sont nos rois, et les rois sont nos pères,

Nous devons respecter tout ce qui part du sang,

Nous devons adorer tous ceux de ce haut rang,

Et quoi que nous inspire un rebelle génie

1400   Souffrir de leur pouvoir jusqu'à la tyrannie,

Le Ciel ne consent pas à ces hardis desseins,

Lui qui tient les tyrans, et les rois sous ses mains,

Lui qui s'est réservé de châtier leurs crimes.

TIRIBAZE.

Vous vous en remettez à de lentes maximes.

DARIE.

1405   Si l'on voit dans ce cours un tyran impuni

La mesure du crime approche à l'infini,

Et le moment viendra que la bonté lassée

Enfin verra régner la justice offensée,

Un jour il doit répondre à mes ressentiments.

TIRIBAZE.

1410   La colère du Ciel a divers instruments,

Quand l'on le voit si lent au châtiment du vice

C'est qu'il diffère encor de choisir son complice,

Sa vengeance, et ses yeux cherchent partout des mains,

Et des exécuteurs dignes des ses desseins,

1415   Il ne les remet point à quelques mains profanes

Il se sait préparer de glorieux organes,

Il destine des fils à punir les parents,

Et les meilleurs sujets à perdre les tyrans.

Le Ciel vous a choisi pour la commune injure,

1420   Sans doute que les Dieux font naître ce parjure,

Que c'est son dernier crime, et qu'un ordre caché

Y tenait dès longtemps son supplice attaché,

Ce moment est venu, le Ciel enfin s'irrite :

Écoutez, et suivez la voix qui vous incite.

DARIE.

1425   Détestable conseil.

TIRIBAZE.

  Tout odieux qu'il est

Il vous est nécessaire.

DARIE.

Et pour ton intérêt.

Ma soeur n'est-elle point complice de ce crime ?

TIRIBAZE.

Votre seul intérêt est tout ce qui m'anime.

DARIE.

Comme nos intérêts ont eu quelque rapport

1430   Tu me veux engager dans ce commun effort,

C'est de cette façon qu'elle prend part au crime,

Et que mon intérêt est tout ce qui t'anime,

Le tien avec le mien est par là confondu

Que je perde mon père.

TIRIBAZE.

Ou vous êtes perdu,

1435   Le temps est précieux prévenez son envie,

Sa vie est votre mort, sa mort est votre vie.

DARIE.

Ô méchant, oses-tu m'inspirer ces soupçons,

Va, je n'écoute plus tes tragiques leçons,

S'il en faut déférer à tes fausses maximes

1440   Le Ciel m'aurait choisi pour châtier tes crimes,

L'organe est trop illustre il lui faut d'autres mains,

Et celle des bourreaux est propre à ses desseins,

C'est le bras qu'il destine après ta perfidie,

Tes pareils apprendraient de cette tragédie.

TIRIBAZE.

1445   Mes services, Seigneur.

DARIE.

  Perdent tout leur éclat,

Mon charme se dissipe après cet attentat,

Je ne te saurais voir à travers cette envie,

Et je juge par là du reste de ta vie,

Ce lâche procédé m'en instruit pleinement,

1450   Si je ne modérais ce grand ressentiment

Que tu veux apaiser par le sang de mon père,

Ta mort assouvirait ma première colère,

Si les Dieux n'excusaient ce premier mouvement

Ils m'auraient dû punir de t'entendre un moment,

1455   Pour m'en justifier, et pour te mieux confondre

Je te refuse même un moment pour répondre.

SCÈNE VI.

TIRIBAZE, seul.

Ingrat, et lâche Prince, on verra qui de nous

Se sait mieux faire craindre en son premier courroux,

Si ne te vengeant pas de tes propres disgrâces

1460   Tu peux avoir le coeur d'achever tes menaces :

Il est temps ma vengeance, achevons mes malheurs,

Et ne témoignons plus d'impuissantes douleurs

Entre les sentiments dont l'âme est affligée

Choisis ma passion celui d'être vengée :

1465   C'est peu pour mon amour que tout ce que je fis,

Il faut que je m'immole et le père et le fils,

Perdons l'un par la fourbe, et l'autre à force ouverte,

Intéressons Ochus dans cette double perte,

Un esprit remuant est capable de tout,

1470   Qui fait le premier pas doit aller jusqu'au bout.

Ruinons même Ochus après cet artifice,

Ainsi le criminel doit perdre son complice,

Par ce fameux désordre autant qu'il est fatal,

Voyons en eux la fin de tout le Sang Royal.

ACTE V

SCÈNE PREMIÈRE.
Darie, Ochus.

DARIE.

1475   Non, non, si je la perds c'est par mon imprudence,

Si j'eusse différé j'aurais quelque espérance,

Cet artifice, Ochus, était trop hasardeux,

Regarde où ce secret nous a porté tous deux.

OCHUS.

Je vais faire un miracle en faisant l'impossible.

DARIE.

1480   Tu te flattes, Ochus, en le croyant sensible.

OCHUS.

Je m'en vais hasarder un second entretien,

J'en espère du fruit.

DARIE.

Je ne m'en promets rien,

Je n'attends que la mort.

SCÈNE II.
Darie, Ochus, Tissapherne.

TISSAPHERNE.

Seigneur, rendez l'épée.

DARIE.

Mon attente, grands Dieux, ne s'était pas trompée,

1485   Qu'est ceci Tissapherne ?

TISSAPHERNE.

  Un ordre rigoureux.

DARIE.

Parle, faut-il mourir ? et suis-je assez heureux ?

Cette pitié stupide en est un témoignage,

Faut-il qu'un malheureux te donne du courage ?

Adieu, cher frère, Adieu, ta générosité

1490   Obtiendra quelque jour ce qu'elle a mérité.

Je m'en vais à la mort, et ma mort va t'apprendre

Quelles sont les grandeurs où tu voulais prétendre,

Que ces grandeurs ne sont que vanités que vent,

Mon malheur t'en fait voir un exemple vivant.

1495   Et sans en consulter une histoire étrangère

Tu profiteras mieux dans celle de ton frère :

Si jamais le malheur accompagnait ton sort,

Apprends par ma constance à défier la mort,

L'exemple opère mieux que ne font les paroles,

1500   Et l'on devient savant dans ces tristes écoles,

Que le plus heureux sache en sa félicité

Que la mort jugera si nous l'avons été :

Considère aujourd'hui quel est l'éclat d'un règne.

OCHUS.

Faut-il pour le savoir qu'un frère me l'enseigne,

1505   Et que son inconstance ait choisi ce sujet.

DARIE.

Tiens toujours à tes yeux ce déplorable objet,

Ce sont-là des appas dont l'âme est possédée,

Si les ambitieux s'en conservaient l'idée

Ils se modèreraient dans cette aveugle ardeur

1510   Qu'ils ont à rechercher une fausse grandeur

Souveraine grandeur que tout le monde envie

Dont le goût ne se perd qu'au sortir de la vie.

Malheureux est celui qui s'y laisse toucher,

Heureux, vraiment heureux, qui s'en peut détacher,

1515   Qui par un beau mépris veut prévenir tes suites,

Et qui te peut quitter avant que tu le quittes,

Inconstance du sort tu me vois résigné,

Juge par ce mépris qui de nous a régné ?

Tu m'enlèves un bien que je te voulais rendre,

1520   Et je tombe d'un rang d'où je voulais descendre.

Éclat trompeur qui fais l'aveuglement des Rois,

Vérité d'inconstance, apprends leur par ma voix

Que leur félicité n'est pas la souveraine,

Un même jour m'a vu sur le trône, en la chaîne,

1525   L'idole et le mépris de mes adorateurs,

C'est jusques au danger que suivent les flatteurs.

Insolente fortune, immortelle ennemie,

Tu veux à mes malheurs joindre encor l'infamie :

Infidèle, reprends ce dangereux bonheur,

1530   Je ne veux rien de toi, mais laisse moi l'honneur,

Tu te dois contenter que je sois misérable

Sans être ingénieux à me rendre coupable.

Souffre, fatal amour, que je meure innocent,

Et même sans me plaindre Aspasie y consent.

OCHUS.

1535   Quoi, Seigneur, pourrait-on vous condamner sans crime ?

DARIE.

Puis que mon Roi la veut ma mort est légitime.

SCÈNE III.
Darie, Ochus, Amestris, Tissapherne.

DARIE.

Mon génie et vos yeux présagent mon malheur,

Je ne méritais pas cette vive douleur,

Ma chère soeur, adieu, la mort a quelques charmes,

1540   Puisque je suis pleuré par de si belles larmes.

AMESTRIS.

Le sujet en est grand, il est temps de pleurer.

DARIE.

Prononcez mon arrêt, je meurs sans soupirer :

Console toi, cher frère, adieu, que je t'embrasse,

Adieu, ma soeur.

AMESTRIS.

Le sang nous promet votre grâce.

DARIE.

1545   Je nomme ces pardons un foudre suspendu

Au premier changement je me verrais perdu.

SCÈNE IV.
Artaxerxe, Darie, Ochus, Amestris, Tissapherne.

ARTAXERXE.

M'assassiner, perfide, et tu m'oses attendre.

OCHUS.

Grâces, grâce, Seigneur.

ARTAXERXE.

Et tu l'oses défendre :

Ciel, termine mes maux, c'est assez m'éprouver,

1550   Il y va de ta gloire à les voir achever,

Nous approchons tous deux de cette fin dernière,

Nous nous sommes lassez à faute de matière,

Ma constance est au bout, ta rage est à sa fin,

Consomme par ma mort ce malheureux destin :

1555   S'il faut que ta rigueur recommence à me suivre

Redonne moi des maux pour me faire revivre,

Et je te veux apprendre à me faire souffrir

Aux langueurs où je suis laisse moi sans mourir.

Ma vie est une chaîne où tous les maux se suivent,

1560   Grands Dieux, n'est-ce qu'aux rois que ces malheurs arrivent ?

Et si par leurs grands soins vous êtes soulagez

Vous divertissez-vous à les voir affligez ?

Ciel, que ta providence est sanglante et sévère,

Le fils est-il le juge et le bourreau du père ?

1565   Je méritais la mort, juste persécuteur,

Mais fallait-il qu'un fils fût ton exécuteur ?

AMESTRIS.

Que votre majesté s'en rende mieux instruite,

La crédule vengeance est d'une longue suite,

Et fut-il criminel j'implore vos bontés,

1570   Les Dieux...

ARTAXERXE.

  Blâment en nous telles impunités,

Les Dieux en pardonnant peuvent changer les hommes,

Et si nous pardonnons, impuissants que nous sommes,

Nous sommes au péril d'un second attentat,

D'un ennemi mortel nous faisons un ingrat.

OCHUS.

1575   Le frère pour son frère, et le fils prie un père.

AMESTRIS.

La fille prie un père, et la soeur pour son frère,

Et si ces noms sacrez ne touchent qu'à demi

J'ose vous en prier par le nom d'ennemi,

Par le ressentiment qui porte à la vengeance,

1580   C'est de ce grand effort que se fait la clémence,

La victoire du sang n'a pas un tel éclat

Si la gloire s'accroît d'autant plus qu'on combat.

Nos neveux quelque jour.

ARTAXERXE.

Sauront que je préfère

L'éloge de vrai prince à celui de bon père,

1585   L'on paraît insensible à moins de s'animer,

Les maximes d'un Roi sont de se faire aimer,

Et celles d'un Tyran de faire qu'on le craigne,

Que l'avenir approuve ou condamne mon règne,

J'aime mieux approcher du Tyran que du Roi,

1590   Un Roi trop indulgent ne règne pas pour soi,

La clémence usurpant les droits de la justice

Sauvant un criminel s'en ferait protectrice,

Cette seule vertu qui fait les rois des Dieux

Par cette impunité les rendrait odieux,

1595   Sa mort.

AMESTRIS.

  Votre bonté s'y peut elle résoudre ?

ARTAXERXE.

La justice consiste à ne pouvoir absoudre,

Point de pitié pour lui s'il en est convaincu.

OCHUS.

Ôtez ce seul moment il aura bien vécu,

En accuseriez-vous une âme infortunée,

1600   Nous sommes instruments de notre destinée,

Nous nous portons au mal avec aveuglement,

Et l'on ne se connaît qu'après l'événement.

ARTAXERXE.

Ce destin n'est en nous qu'un concours ordinaire,

Notre action est libre, et toute volontaire,

1605   C'est faiblesse d'esprit d'avouer qu'on ne peut,

La volonté se mène à tout ce qu'elle veut,

Le Ciel est innocent de cette tyrannie,

Ce n'est que liberté ce qu'on nomme génie,

Et le mauvais démon qu'on appelle fatal

1610   N'est que la volonté qui s'abandonne au mal.

OCHUS.

Il est bien malaisé qu'une âme se possède.

ARTAXERXE.

Se vouloir posséder en est le seul remède :

Perfide, tu te tais après un tel forfait,

Parle dénaturé, réponds, que t'ai-je fait ?

1615   Oses-tu soutenir, ou n'oses-tu défendre

L'éclatante action que tu viens d'entreprendre ?

Traître, cruel, ingrat, peux-tu m'envisager,

Je suis le même enfin que tu veux égorger ?

Non, je ne le suis plus, il n'est pas trop étrange

1620   Qu'un père soit changé lors que son fils se change :

Ce n'est pas le remords qui te rend si pensif,

Qui t'arrache de l'âme un sentiment si vif.

Je perce plus avant dans une âme surprise,

C'est d'avoir pu faillir cette illustre entreprise,

1625   Comme l'on se promet tout ce qu'on entreprend,

Ton malheur t'étourdit, le succès te surprend,

Avec trop de regret un repentir s'arrache,

Et la honte du crime approche trop du lâche,

C'est le dernier essai d'un traître malheureux

1630   De faire voir un coeur égal et généreux.

Défends, défends ton crime avec cette constance,

Ou si tu le pouvais montre ton innocence.

DARIE.

Seigneur.

SCÈNE V.
Artaxerxe, Darie, Ochus, Amestris, Tissapherne, Aspasie.

ASPASIE.

Je viens mourir, accordez-moi ce don

Que mon sang pour le sien impètre le pardon,

1635   Apaisez-vous l'État par la mort d'Aspasie,

Et vengez-vous sur moi des malheurs de l'Asie,

Le Ciel s'est moins servi d'un fils que d'un amant,

Son amour n'est encor qu'un second instrument,

J'en étais le premier, j'ai choisi ce complice,

1640   Ainsi je dois mourir avec plus de justice,

De l'imputer aux Dieux leur juste volonté

Se sait justifier par notre liberté,

De condamner un fils son crime diminue.

Ainsi j'ai tout le crime, et j'en attends l'issue

1645   Qui n'est que cette mort que je viens demander,

Par vos mêmes rigueurs daignez me l'accorder,

C'est tout ce que pourra le sang d'une Étrangère

Que de pouvoir unir le fils avec le père :

Au moins s'il doit mourir, accordés moi son sort,

1650   Unissez deux Amans par une même mort,

En vivants, en mourants, nous jurons de nous suivre,

Nous sommes trop unis pour nous pouvoir survivre,

Mourir c'est la faveur que j'espère aujourd'hui,

Et qu'il m'accordera de mourir avec lui.

DARIE.

1655   Vivez belle innocente, et je mourrai coupable,

Tout homme est criminel dés qu'il est misérable,

Dés qu'un Roi le soupçonne il se doit défier,

Et négliger les soins de se justifier :

Mais puis que mon malheur me ravit Aspasie,

1660   Pourrai-je en disposer malgré ma jalousie ?

J'ose la conjurer par cette même foi,

Par un serment si beau d'être toujours à moi,

De vouloir agréer l'amant que je lui donne,

Les Dieux firent ce choix, et son bonheur l'ordonne.

1665   Il se sert de ma mort comme d'un instrument

Trop heureux qu'elle serve à ce contentement.

ARTAXERXE.

L'innocent généreux, tu fais le magnanime,

L'on verra de quel front tu soutiendras ton crime.

Appelez Tiribaze.

DARIE.

Ô Dieux, quel imposteur !

ARTAXERXE.

1670   Tu répondras, perfide, à cet accusateur.

DARIE.

Tiribaze m'accuse, ô juste providence !

Dieux, montrez aux méchants quel est votre puissance,

Et par la mort d'un traître étonnez ses pareils.

Lui m'y persuadait par des sanglants conseils,

1675   Et ce séditieux qui s'offrait pour complice

Invente pour me perdre un étrange artifice,

Et ne pouvant sur vous exercer sa fureur

Met pour perdre ce fils le père dans l'erreur.

Quoi, se laisser séduire au rapport d'un perfide,

1680   Sur un simple soupçon croire un fils parricide,

Et que pourrait de plus le jugement des yeux,

Un fils est-il moins cru qu'un esprit factieux ?

Ha ! Seigneur, c'est ici que son zèle vous trompe,

Votre facilité souffre qu'on la corrompe.

1685   Je complaisais au choix que vous en aviez fait,

L'un et l'autre, Seigneur, nous en verrons l'effet

Je prévois que le Ciel va montrer l'artifice,

Il veut que qui trahit lui même se trahisse.

OCHUS.

Il commence par moi de se manifester,

1690   Et cette perfidie est au point d'éclater :

Ô juste providence autant qu'épouvantable !

Un traître malgré soi se déclare coupable.

Méchants qui ressentez ces secrets mouvements

Reconnaissez les Dieux à de tels jugements.

1695   Dieux, j'adore en tremblant votre sainte justice,

Perdez l'auteur du crime avant que le complice,

Que j'apprenne en mourant qu'un traître est déjà mort.

Il est temps, justes Dieux, de se faire un effort,

De retirer le fléau de cette Monarchie,

1700   Mes voeux sont écoutez, la Perse est affranchie,

Tu vas servir d'exemple à ces grands criminels

Qui pensent échapper à des yeux éternels :

Enfin l'heure est venue où tu dois rendre compte,

Le supplice pourra ce que n'a pu la honte.

1705   Cruel, songe au dessein de perdre encor le fils,

Et repasse en mourant tous les maux que tu fis,

Il n'est plus de détours ton âme va paraître,

Le Ciel va découvrir tous les secrets d'un traître,

Les Dieux n'auront pas eu l'aveuglement du Roi.

TISSAPHERNE, de retour.

1710   Seigneur, ce traître est mort.

ARTAXERXE.

  Dieux, éclaircissez-moi,

Et si vous travaillez à révéler les crimes,

Montrez si mes soupçons sont faux ou légitimes.

TISSAPHERNE.

Seigneur, cet accident vous ouvrira les yeux,

L'on y voit la justice et la bonté des Dieux,

1715   Je l'ai trouvé mourant avec si peu de vie

Qu'à peine il m'informa de sa damnable envie,

Mille convulsions dont il fut excité

Montraient sur le dehors le dedans agité

Je reconnus le Ciel à ce triste spectacle,

1720   Lui-même fut forcé d'avouer ce miracle,

Et contraignant son âme à quelque repentir,

S'écria, Justes Dieux, vous vous faites sentir,

Et me dit d'un accent à me rendre sensible :

Par ma tragique fin mon crime t'est visible,

1725   En vain je voudrais taire un crime si connu,

La mesure est comblée, et le moment venu,

Ma vie était cachée elle se manifeste,

J'emploie à cet effet tout le temps qui me reste,

Puis que je suis forcé par un tourment nouveau

1730   D'être mon délateur, mon juge, et mon bourreau.

Tu vois en moi l'auteur des malheurs de la Perse,

Celui qui diffama le règne d'Artaxerxe,

Et qui se prévalant du souverain emploi

Abusa si longtemps des faveurs de son Roi.

1735   Le même dont la vie est si plaine de crimes

Qu'il fit autant de maux qu'il avait de maximes.

Te redirai-je en fin les desseins que je fis

De perdre et mère et frère, et le père et les fils,

De vouloir ruiner toute cette famille,

1740   Et d'usurper l'Empire en épousant la fille.

Celui qui si longtemps a vu régner son sort

Sans obstacle en sa vie en trouve dans sa mort.

Le Ciel par mon trépas soulage ma patrie,

Et de ma violence a délivré Darie.

1745   Ochus m'a découvert, éclaircis-moi ce point,

Tu ne le dis que trop en le disant point.

Je sais sa perfidie avant même ta vue,

Et ma mort avancée en est la juste issue.

Je confirme en mourant tout ce qu'il aura dit,

1750   Il fallait que ma mort lui donnât du crédit.

Je meurs, va dire au Roi que j'ai fait mon supplice,

Que je vais rendre compte à quelque autre justice,

Son fils est innocent : à ce mot indigné

Que pour le proférer le Ciel l'eut épargné,

1755   Il cacha ce remords qui lui venait de naître,

Et par un second coup voulut mourir en traître.

Le Ciel ne permit pas qu'il en fut convaincu,

Et voulait qu'il mourût comme il avait vécu.

OCHUS.

La justice du Ciel connaîtra de son crime,

1760   Cette même équité vous laisse une victime,

Sa providence ainsi ne vous dérobe rien,

Et de deux criminels le Ciel choisit le sien.

Il semble vous remettre en la mort du complice

De quoi faire éclater une égale justice,

1765   Montrez à votre tour qu'on ne vous peut tromper,

Qu'aux rois non plus qu'aux Dieux rien ne peut échapper.

Mettons, mettons au jour ce tragique mystère,

Qu'on apprenne qu'Ochus a voulu perdre un frère :

Ce traître avait prévu mon mécontentement,

1770   Il me vint confirmer dans ce ressentiment,

Il m'offrit la Couronne au prix d'un parricide,

Mon âme à ce dessein lui parut trop timide,

Je vis sa défiance, il en vit le danger,

Et sans montrer sa crainte offrit de me venger,

1775   La suite a témoigné quelle était sa malice.

DARIE.

Et ce qu'il attendait de ce double artifice,

Ce traître me jugea plus propre à son dessein,

Et voulait s'assurer d'une seconde main,

Il trouva dedans moi la même répugnance,

1780   Enfin je fus l'objet de toute sa vengeance,

Et j'attirai sur moi le châtiment de tous,

Trop heureux en mourant d'être immolé pour vous.

AMESTRIS.

Ce grand aveuglement se dissipe et se lève,

Seigneur, ouvrés les yeux l'enchantement s'achève :

1785   Ce traître que le Ciel n'eut pu faire tomber

Sous sa propre ruine a voulu succomber.

ARTAXERXE.

Oui, le charme se lève, et je revois sa vie,

Elle me paraît toute en sa dernière envie,

Peine mal compensée, ha ! Favorable sort,

1790   Ce traître m'assura que tu voulais ma mort,

Et pour mieux appuyer ce funeste artifice

Il osa soutenir qu'il était ton complice,

Et que par sa prudence il était du dessein,

Craignant que ta fureur ne prît une autre main,

1795   Je pris aveuglement la première apparence

Comme Amant je te cru capable de vengeance.

J'étais si prévenu de sa fidélité

Que je m'étonne encor de t'avoir écouté.

Mon généreux Darie, accorde moi ma grâce,

1800   Ton innocence attend que je lui satisfasse :

Nomme quelques faveurs qui valent ce pardon,

Que ne peut mériter la force de ce don,

Je te rends Aspasie, elle doit satisfaire.

DARIE.

C'est à moi d'implorer cette grâce d'un père.

ARTAXERXE.

1805   Notre amour fut injuste en son commencement,

Nous étions bien punis par cet évènement,

Tous deux nous méritons qu'on nous fît cette injure,

Toi pour l'avoir aimée, et moi pour mon parjure :

Mais le Ciel a fait voir qu'il agissait pour vous,

1810   Reprends ton Aspasie, et vous ce cher époux.

ASPASIE.

Seigneur, j'ai toujours cru que le Ciel en dispose,

Et qu'il change à son gré ce que l'homme propose,

Que c'était un Hymen que le Ciel avait fait,

Et dont l'homme ne peut qu'en suspendre l'effet.

ARTAXERXE.

1815   Ochus, je te pardonne, et vous faites lui grâce.

ASPASIE.

J'en conjure mon Prince.

DARIE.

Il faut que je l'embrasse.

OCHUS.

Ha ! de grâce, Seigneur, révoqués un tel don,

La faute accable moins que ne fait le pardon.

DARIE.

Le Roi veut oublier l'intérêt de Darie.

OCHUS.

1820   Ciel, après cette grâce il faut que je te prie,

Ordinaire secours de tous les impuissants,

Qui prodigue tes biens pour quelque peu d'encens :

Accorde à ces amants la plus heureuse vie,

Et de tant de plaisirs éloignes-en l'envie.

DARIE.

1825   Vous généreuse soeur, que pourrai-je pour vous ?

AMESTRIS.

Ochus a fait des voeux dont les miens sont jaloux,

Si mes voeux s'attachaient à sa même prière,

Et j'ose me flatter que j'étais la première

Si le Ciel doit répondre à mes seconds souhaits

1830   Qu'il jure à vos amours une éternelle paix.

 


Extrait du Privilège du Roi.

Par grâce et privilège du Roi donné à Paris le 11 juillet 1645, signé par le Roi en son Conseil Renouard, il est permis à Cardin Besongne, marchand libraire à Paris, d'imprimer, vendre et distribuer un livre intitulé, Artaxerxe, Tragédie, défenses sont faites à toutes sortes de personnes que ce soit de l'imprimer ni faire imprimer, vendre ni débiter pendant le temps et espace de sept ans parfaits, finis et accomplis, sur peine de mille livres d'amende, et de tous dépends, dommages et intérêts : comme plus à plein est contenu des dites Lettres de privilège.

Achevé d'imprimer pour la première fois le 20. Juillet 1645.

PDF |TXT |